Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 52 - n° 3Comptes rendusTravail et pouvoir d’agir, Y. Clot

Comptes rendus

Travail et pouvoir d’agir, Y. Clot

Presses universitaires de France, Paris (2008). 296 p.
François Vatin
p. 431-433
Référence(s) :

Yves Clot, Travail et pouvoir d’agir, Presses universitaires de France, Paris, 2008, 296 p.

Texte intégral

1Le dernier ouvrage d’Yves Clot, titulaire de la Chaire de psychologie du travail au Conservatoire national des Arts et métiers et bien connu des sociologues du travail pour Le travail sans l’homme (La Découverte, 1995) et La fonction psychologique du travail (Puf, 1999), est un recueil de 11 de ses articles parus dans diverses revues depuis 1999 complété par trois textes nouveaux (l’introduction, la conclusion et le dernier chapitre de la troisième partie). L’ouvrage se compose de trois parties, flanquées d’une introduction et d’une conclusion substantielles. L’introduction développe le concept de « pouvoir d’agir » qui donne son titre à l’ouvrage et la conclusion intitulée « métier : du mot au concept » s’interroge sur une possible élaboration d’un concept de « métier » en psychologie du travail. Le cœur de l’ouvrage est un triptyque composé des trois volets qui expriment la composition intellectuelle du travail mené par Y. Clot au cours de ces 15 dernières années : l’étude de la tradition en psychologie du travail et en ergonomie ; celle du concept d’activité qui est au cœur de sa démarche ; l’attention fine à la méthode.

2On pourra bien sûr faire reproche à cet ouvrage des redites et artifices rhétoriques qui sont le lot des recueils d’articles. Mais c’est la loi du genre et ces légers inconvénients pour le lecteur ne doivent pas discréditer ce type de livres qui ont non seulement l’intérêt pratique de permettre d’accéder facilement à un ensemble de textes dispersés dans des revues pas toujours faciles d’accès, mais aussi de saisir le travail d’élaboration conceptuelle à travers des textes qui parfois se répètent ou se contredisent légèrement, témoignant que les questions sont remises sur le métier dans un travail qui ne se clôt pas sur lui-même, dans une pensée en perpétuel développement, telle que la concevait Lev Vygotski, qui constitue une des références centrales de la psychologie du travail d’Y. Clot.

3La première partie de l’ouvrage présente quelques unes des figures du Panthéon théorique d’Y. Clot : le médecin du travail et ergonome Alain Wisner (1923–2004) ; le psychologue russe L. Vygotski (1896–1934) ; le psychiatre Louis Le Guillant (1900–1968) ; le psychologue italien Ivar Oddone. Ce ne sont pas là des travaux d’histoire de la pensée, mais l’exposé de pièces du puzzle intellectuel personnel d’Y. Clot. L’auteur nous parle de ces « emprunts », nous invite à découvrir sa pensée dans l’exposé qu’il fait de celle des autres. Si la démarche est recevable, on est parfois frustré par le manque de contextualité du propos. On aimerait saisir la genèse de la pensée de L. Vygotski dans les débats de l’intelligentsia russe des années qui suivent la révolution d’octobre, celle de L. Le Guillant dans cette période d’après-guerre dominée par la perspective de la reconstruction et le spectre du stalinisme, celle d’A. Wisner forgée dans le contexte si particulier des usines Renault des années 1960, celle d’I. Oddone, qui ne peut être dissociée de l’esprit des luttes sociales italiennes des années 1970.

4La deuxième partie de l’ouvrage reprend les grands thèmes de la psychologie du travail d’Y. Clot : la notion de « clinique de l’activité » qui invite, contre un cognitivisme mal contrôlé, à l’analyse du travail in situ ; la distinction entre « styles de l’action », propres aux individus, et « genres professionnels », attributs d’une communauté de travail ; le problème de l’apprentissage avec la transmission du « geste professionnel » ; la relation dialectique entre individu et collectif, le collectif n’étant pas simplement la réunion des individus, mais incorporé dans chaque individu. La troisième partie présente ses méthodes de prédilection : « l’instruction au sosie » reprise d’I. Oddone – le psychologue se présente au travailleur comme son « sosie » à qui il doit transmettre ses gestes professionnels pour qu’il puisse les reproduire à l’identique – l’« auto-confrontation croisée » qui développe l’auto-confrontation simple – dans l’auto-confrontation simple, on invite le travailleur à commenter ses gestes professionnels, tels qu’ils ont été enregistrés cinématographiquement, dans l’auto-confrontation croisée, deux travailleurs qui opèrent dans les mêmes conditions discutent de leurs « styles d’action » respectifs à partir de l’enregistrement cinématographique d’une séquence de travail de l’un d’eux.

5Le sociologue du travail trouvera amplement matière à penser dans cet ouvrage. Pour autant, il pourra être saisi d’un certain malaise. Y. Clot fait partie de ce courant de psychologie, issu de la tradition ergonomique française, qui a entamé de longue date un dialogue nourri avec la sociologie du travail. Nombreux sont les sociologues du travail qui, au cours de ces 15 dernières années, inspirés par cette tradition, mais aussi, par l’interactionnisme américain, la linguistique et la philosophie pragmatiste, sont revenus à l’étude de l’« activité » ainsi qu’à celle des échanges verbaux noués autour du travail. Ces sociologues ont incorporé dans leur tradition la distinction si fondamentale suggérée par les ergonomes entre la « tâche » prescrite – celle du bureau des méthodes – et l’activité réelle qui ne peut se comprendre qu’in situ dans l’observation et le dialogue avec les travailleurs éclairés par la compréhension intime des gestes professionnels. Mais, un tel dialogue entre les disciplines ne saurait être à sens unique. Or, l’impression qui se dégage à la lecture de Travail et pouvoir d’agir est bien qu’Y. Clot semble se détourner du dialogue avec les sociologues.

  • 1 Florence Osty, Le désir de métier. Engagement, identité et reconnaissance au travail, Presses unive (...)

6La question n’est pas tant celle de la faiblesse manifeste des sociologues « patentés » dans la bibliographie que celle de la posture intellectuelle adoptée par Y. Clot, que révèle la place structurante accordée à la linguistique dans l’ouvrage. La sociologie, comme modalité de « regard » sur la vie de travail, est rarement évoquée dans l’ouvrage, et, quand elle l’est, c’est sur un registre négatif, comme quand (p. 138) Y. Clot invite à se protéger du « sociologisme » qui guetterait la théorie de l’apprentissage par « imitation » qu’Ignace Meyerson a repris à Marcel Mauss. Y. Clot a raison de souligner que l’on ne peut imiter qu’en se réappropriant, mais cette mise en garde le conduit à discréditer le regard sociologique qui prend pour objet la tradition elle-même par-delà la subjectivité des individus, ce qui conduisait précisément M. Mauss à définir la technique comme « geste traditionnel efficace ». Y. Clot reprend, de façon plus systématique, sa critique de la pensée sociologique dans son chapitre conclusif consacré à la notion de métier. La critique est patente quand il discute la thèse de Florence Osty1 sur le « désir de métier », dont il nous dit qu’« alors qu’elle se situe dans le champ de la sociologie, son ressort est “psychologique” » (p. 252), puisque le fondement du « désir de métier » serait la reconnaissance par les pairs ou par la hiérarchie et relèverait donc de l’« intersubjectivité ». Mais l’intersubjectivité fait aussi partie des concepts du sociologue. De même l’idée, souvent répétée par Y. Clot, de l’incorporation du collectif dans l’individu correspond à ce que les sociologues, de M. Mauss à Pierre Bourdieu, désignent par l’expression d’habitus.

7Est-il utile en ce sens d’appeler à une conceptualisation proprement psychologique de la notion de « métier » comme pour mieux se détourner du dialogue avec les sociologues ? Car, au final, l’opposition que développe Y. Clot entre le « métier » et l’« organisation » rationalisatrice correspond à celle, classique en sociologie depuis Ferdinand Tönnies, entre « communauté » et « société ». Y. Clot évoque d’ailleurs lui-même la notion : « Ici métier devient synonyme de communauté ou de collectif d’appartenance » (p. 253). Il ne s’agit pas de se battre sur le choix des termes, mais de souligner qu’en faisant l’impasse sur la tradition sociologique, Y. Clot tend à idéaliser le métier. Or il est tout aussi illusoire d’idéaliser la chaleur communautaire versus la froide rationalité sociétale qu’inversement l’efficacité et la justice calculable des constructions sociétales contre l’obscurantisme et l’ethnocentrisme des fonctionnements communautaires. Ne faut-il pas plutôt penser la combinaison étroite de ces deux formes de sociabilité, comme des idéaux-types entremêlés dans les formes sociales concrètes ?

8La critique de la sociologie que mène Y. Clot ne signifie aucunement de sa part un manque d’intérêt pour le « social », tout au contraire. Sa psychologie est engagée dans l’action sociale au côté des travailleurs. À la suite d’I. Oddone, il est convaincu qu’il est vain de se contenter de critiquer de l’extérieur les mauvaises conditions de travail, que le rôle du psychologue est d’aider, dans l’interaction, les travailleurs à s’approprier leur travail. Mais cette démarche, heuristique dans la pratique de l’intervention dans les milieux de travail, devient un frein dans la compréhension globale des situations de travail. En focalisant la démarche d’investigation sur l’intériorité du travailleur, elle fait du social un décor sur lequel l’analyse se refuse à prendre prise, alors même que l’intériorité psychologique est posée, dans la tradition de L. Vygotski, comme d’essence éminemment sociale.

9La sociologie fut un temps la discipline reine des sciences humaines, tout particulièrement en France. On ne peut comprendre la tradition ergonomique française, tout comme la psychopathologie du travail, sans prendre en considération l’influence qu’exerça la tradition sociologique, bien au-delà du cercle restreint des sociologues de profession. Dans le sillage d’Émile Durkheim, historiens, géographes, économistes, psychologues cherchaient à saisir la totalité sociale, le « fait social total » selon l’expression probablement présomptueuse et en tous cas difficilement saisissable de M. Mauss. Attaquée de toute part, la sociologie est aujourd’hui en bien mauvaise posture face à des disciplines qui entendent découper la réalité sociale avec les instruments de leur formalisme : la science économique, la linguistique, les sciences cognitives. Le plus inquiétant pour elle n’est pas que ces disciplines développent leur propre formalisme, ce qui n’est pas nouveau, mais qu’elles soient dorénavant en mesure de « passer des alliances » « par-dessus son dos ». Il est suggestif à cet égard de noter, dans l’ouvrage d’Y. Clot, une tendance d’évolution en ce sens de la fraction de la psychologie du travail française assurément la plus ouverte à la collaboration avec la sociologie.

Haut de page

Notes

1 Florence Osty, Le désir de métier. Engagement, identité et reconnaissance au travail, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Vatin, « Travail et pouvoir d’agir, Y. Clot », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 431-433.

Référence électronique

François Vatin, « Travail et pouvoir d’agir, Y. Clot », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/15078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.15078

Haut de page

Auteur

François Vatin

Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE), Paris Ouest université Nanterre-La Défense, maison Max Weber, bâtiment K, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre cedex 01, France
vatin[at]u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search