Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 52 - n° 3Comptes rendusLa vie verbale au travail, des ma...

Comptes rendus

La vie verbale au travail, des manufactures aux centres d’appel, J. Boutet

Octarès, Toulouse (2008). 210 p.
Chloé Mondémé
p. 433-435
Référence(s) :

Josiane Boutet, La vie verbale au travail, des manufactures aux centres d’appel, Octarès, Toulouse, 2008, 210 p.

Texte intégral

1L’intérêt de Josiane Boutet pour le langage dans les situations de travail s’inscrit dans une continuité de préoccupations sociolinguistiques évoquées dès les années 1990, dans son ouvrage Paroles au travail en 1995, et continuellement réaffirmées par son rôle dans la revue Langage et Société, dont elle est co-fondatrice. Place du langage au travail, mais également rôle du langage comme travail, tel est le pas que franchit son dernier ouvrage, qui se propose de décrire plus que la place du verbe : sa constitution en tant que nouvel instrument de travail du xxie siècle.

2« Des manufactures aux centres d’appels », le sous-titre dévoile bien le cheminement diachronique qui soutient l’argumentaire de l’auteur. De la révolution industrielle à nos usines postmodernes, organisées en open space autour de boxes de standardistes, l’ouvrage retrace en six chapitres l’évolution de la parole, tant dans sa fonction que dans ses usages pratiques, en contexte de travail.

3Les deux premiers chapitres, d’orientation clairement historique, étudient les diverses modalités d’imbrication entre travail et langage dans le monde ouvrier. Dans le premier, l’auteur s’appuie sur des sources diverses – journaux, règlements d’ateliers, témoignages offerts par l’histoire littéraire – qui toutes attestent d’une présence de l’oralité dans les situations de travail. Une enquête approfondie, relevant chaque occurrence du problème de la parole à l’usine dans les articles qui composent les règlements d’atelier, démontre que si celle-ci est présente, elle y est fermement réglementée. Envisagée sous le mode de la répression, la parole est considérée par les employeurs comme contre-productive au regard de l’activité de travail. Le second chapitre se centre plus clairement sur la « parole ouvrière ». Au-delà de la communication verbale immédiate vectrice de consignes, la parole est détournée comme outil de résistance face à l’oppression ; puis, à mesure de l’émergence d’une classe ouvrière consciente et collective, la parole devient revendicative, politique mais aussi – et c’est toute l’originalité de l’ouvrage de mettre la lumière sur ces phénomènes – créative. L’auteur se livre alors à des analyses fines sur le souci du mot juste dans le monde ouvrier, en évoquant le concours lancé en 1832 par Les Échos de la Fabrique pour adopter un terme « simple et euphonique » destiné à remplacer celui, devenu dévalorisant, de « canut ». De la même manière, elle montre que l’argot, phénomène linguistique contestataire, est intimement lié à la pratique professionnelle et permet par son utilisation d’assurer une fonction identitaire. On y retrouve de manière emblématique cette tension entre revendication et affirmation qui constitue le noyau dur de la parole ouvrière selon l’auteur.

4Le troisième chapitre, plus hétérogène analytiquement, joue sur la traditionnelle articulation entre « travail prescrit » et « travail réel » pour distinguer les velléités patronales – que l’auteur considère comme directement issues des prescriptions de l’organisation scientifique du travail – de l’usage pratique et social fait de l’expression langagière dans « la réalité des ateliers ». Ces faits sont étayés à la fois par des emprunts à l’histoire sociale et par des données quantitatives, récentes cette fois-ci puisque datant des deux dernières décennies. Si la cohérence argumentative de ce chapitre peut parfois se révéler difficile à saisir, il permet de ménager la transition vers un troisième temps de la réflexion dans lequel le langage devient « ressource naturelle » – au même titre que le serait un gisement de charbon ou de gaz. Pour filer la métaphore, c’est une matière première mobilisée au service de la productivité.

  • 1 Voir en particulier : C. Heath, J. Hindmarsh, P. Luff (Eds.), Workplace studies, Cambridge Universi (...)

5Les trois derniers chapitres se proposent alors de traiter la question du langage considéré comme partie intégrante du travail. Le quatrième chapitre, plus réflexif et plus théorique, aborde les véritables questionnements méthodologiques en linguistique. Le langage est envisagé comme pratique sociale à part entière et a fortiori comme pratique professionnelle. Si l’idée d’identifier et d’isoler une « part linguistique du travail » est séduisante, elle tend, néanmoins, à proposer une segmentation quelque peu artificielle et réifiante des activités de travail, qui induirait de distinguer au même titre qu’une « part linguistique », une « part gestuelle » ou encore une « part cognitive » ; ce qui aurait tendance à disséquer et à fragmenter une activité dont les Workplace Studies1 ont montré qu’elle était profondément homogène et multiple. L’inspiration de cette dernière approche se retrouve, néanmoins, dans la volonté de saisir les activités de travail de manière située et de traiter le langage comme à la fois incarné dans les pratiques de travail et constitutif de ces dernières.

6Le dernier chapitre opère un retour au terrain, en se concentrant plus spécifiquement autour d’une ethnographie des centres d’appels. Des extraits y sont proposés et retranscrits, et l’auteur analyse les différentes stratégies pragmatiques adoptées par le standardiste – ménagement de la politesse, usage de l’argumentation et de la conviction, modulations dans l’usage de la voix. L’ouvrage se clôt donc sur des exemples précis qui viennent illustrer adéquatement l’idée d’une parole-outil.

7Si la trame argumentative est très claire, la distinction d’une partie historique et d’une partie ethnographique n’a pas qu’une fonction strictement diachronique. Elle va aussi dans le sens de la dépréciation de l’usage de la parole en contexte de travail, où l’on navigue schématiquement de la parole revendication des années 1830 à la parole exploitée des années 2000. De parole revendicatrice des ateliers à la parole standardisée des centres d’appels, l’argumentaire occulte volontairement les lieux – y compris dans ces mêmes centres d’appels – où la parole est encore signe d’invention et de création. Notons en outre que la force de cet ouvrage, très informé par de nombreuses sources et de nombreuses données, en fait peut-être aussi sa faiblesse analytique puisque l’usage épistémologique des différentes méthodes y est pour le moins éclectique, tant dans son approche historique que dans le maniement des données linguistiques.

8Pour conclure, de l’étude du langage au travail, répondant à des aspirations plutôt linguistiques, à celles du langage comme travail, Josiane Boutet franchit le pas de la transdisciplinarité et produit un bel exemple de l’intrication des problématiques linguistiques au sein d’un travail sociologique : envisager le langage comme travail, c’est avant tout considérer que le langage est action ; et que son observation et sa description dépassent alors largement le cloisonnement disciplinaire dans lequel on a bien voulu le confiner jusqu’à présent.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier : C. Heath, J. Hindmarsh, P. Luff (Eds.), Workplace studies, Cambridge University Press, New York and Cambridge, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Mondémé, « La vie verbale au travail, des manufactures aux centres d’appel, J. Boutet », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 433-435.

Référence électronique

Chloé Mondémé, « La vie verbale au travail, des manufactures aux centres d’appel, J. Boutet », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/15083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.15083

Haut de page

Auteur

Chloé Mondémé

École normale supérieure Lettres Sciences Humaines, ICAR, bureau R 168, BP 7000, 15, parvis René-Descartes, 69342 Lyon cedex 07, France
chloe.mondeme[at]ens-lsh.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search