Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 51 - n° 1Comptes rendusDécolonisation et travail en Afri...

Comptes rendus

Décolonisation et travail en Afrique, l’Afrique britannique et française, 1935–1960, F. Cooper, traduction de F.-G. Barbier-Wiesser

Coll. « Histoire des Suds » ; Karthala-Sephis, Paris (2004). 578 p.
François Vatin
Traduction de François-George Barbier-Wiesser
p. 159-162
Référence(s) :

Frederick Cooper, Décolonisation et travail en Afrique, l’Afrique britannique et française, 1935–1960, traduction de François-George Barbier-Wiesser, Coll. « Histoire des Suds » ; Karthala-Sephis, Paris, 2004, 578 p.

Texte intégral

  • 1 F. Cooper, Decolonization and African Society. The Labor Question in French and British Africa, Cam (...)

1C’est une excellente initiative qu’ont pris les éditions Karthala, en collaboration avec le programme SEPHIS (South-South exchange programme for research on history of development), le concours de l’université du Michigan et l’aide, pour la traduction, du Centre national du livre, de publier la somme de Frederick Cooper1, professeur d’histoire africaine à New York University et auteur de travaux de référence sur l’esclavage dans l’Est africain. Cet ouvrage important développe en dix gros chapitres, une histoire sociale comparative de l’Afrique française et britannique, de la réforme des entreprises coloniales dans l’entre-deux-guerres jusqu’à la décolonisation.

  • 2 Rappelons que le gouvernement général de l’AEF avait, dès août 1940, reconnu l’autorité du général (...)

2Si le terme chronologique de l’ouvrage se comprend aisément : 1960 correspond à la date de l’indépendance de l’ensemble des territoires coloniaux français de l’Afrique subsaharienne (la chronologie de la décolonisation britannique est plus complexe), celle de son début mérite d’être explicité : c’est en 1935 qu’eut lieu, aux mines de Copperbelt en Rhodésie du Nord (future Zambie), la première grande grève de travailleurs noirs africains à laquelle dût faire face l’administration coloniale britannique. La question posée était celle du statut à donner à de tels mouvements sociaux. Devaient-ils être réprimés comme une révolte d’esclaves ou fallait-il, au contraire, reconnaître aux travailleurs africains des droits similaires à ceux des travailleurs européens ? L’année suivante, la victoire en France du Front populaire posa, en des termes plus explicitement politiques, cette même question. Autrement dit, était-il temps, en Afrique noire, de passer à une phase nouvelle de la colonisation : celle d’un développement économique analogue à celui connu en Europe ou en Amérique, fondé sur le principe de liberté du travail et de négociation des rapports salariaux avec une main d’œuvre organisée dans des syndicats reconnus ? Après la période de la guerre, qui vit le retour de méthodes autoritaires, mais aussi, le maintien d’une tension sociale récurrente dans un contexte où l’importance stratégique et économique des colonies s’était accrue, tant pour le Royaume britannique que pour les autorités françaises2, ces questions se posèrent avec une force renouvelée.

3Durant ces années d’après-guerre, la conflictualité du travail ne décrût pas en Afrique subsaharienne et elle alimenta les revendications politiques. Ce n’est pas un hasard si, comme le montre F. Cooper, de nombreux dirigeants africains des Indépendances firent leurs premières armes dans le syndicalisme. Le salariat fournit en effet une élite africaine formée à la culture occidentale qui put reconvertir cette compétence dans l’action politique. Mais l’enjeu est aussi plus profond. Analogue en cela au mouvement américain des « droits civiques », les luttes salariales africaines des années 1930–1960 portent en elles-mêmes une question éthicopolitique, celle de l’égalité des droits entre Blancs et Noirs. Les autorités coloniales avaient en fait le choix entre deux stratégies. Celle d’une gestion raciale de la question sociale, à laquelle correspond la logique britannique du « développement séparé », ce qui conduisit, là où la population blanche était nombreuse, à la mise en place de l’apartheid. Ou celle de la reconnaissance de principe de l’égalité de droit des salariés (sur la base, par exemple, du principe « à travail égal, salaire égal »), ce qui exigeait de tracer une frontière, au sein de la population noire elle-même, entre la frange « évoluée » relevant des mêmes droits que les Blancs et les masses rurales dont il n’était pas question, si tant est qu’on l’ait pu, de modifier de façon brutale le mode de vie et d’organisation sociale.

4Pour des raisons idéologiques, qui prennent leur source dans l’universalisme républicain, renouvelé par les gouvernements de gauche au pouvoir sous le Front populaire ou dans l’immédiat après-guerre, les autorités françaises adoptèrent plutôt ce second point de vue. Mais, il n’était pas exempt de contradictions, comme le montre, par exemple, la longue discussion (1947–1952) sur l’établissement d’un Code du travail dans les colonies africaines. La principale difficulté était en effet de définir le champ d’application de ce code et, corrélativement, la place laissée à la « coutume » dans les relations de travail. Jouant à front renversé, les élus représentant les intérêts des colons argumentaient en faveur d’une interprétation large du texte pour se protéger de la concurrence, déloyale à leurs yeux, que constituait le développement, tout particulièrement en Côte d’Ivoire, d’une classe de planteurs africains autorisés à employer du travail « coutumier » quand les colons étaient soumis au droit du travail. Inversement, les élus africains, qui s’étaient jusque là appuyés sur un principe universaliste pour exiger des droits salariaux égaux pour les Blancs et les Noirs étaient amenés à défendre, avec le soutien des élus communistes métropolitains, une définition restrictive du salariat et les mérites du travail « coutumier », c’est-à-dire dépourvu de toute protection juridique, au sens du droit français. La question raciale, évacuée par la porte, ressurgissait ainsi par la fenêtre. Par hypothèse, une relation de travail entre Blanc et Noir était réputée « salariale », quand une relation de travail entre Noir et Noir était réputée « coutumière ». Le droit (français s’entend) était exigé dans le cas d’un employeur blanc, il était considéré superfétatoire, voire attentatoire, à la culture africaine dans le cas d’un employeur noir.

5Ces quelques remarques permettent de saisir l’importance de la minutieuse étude historique de F. Cooper pour comprendre l’histoire de la genèse de l’apartheid et le développement contemporain des relations sociales dans la « nouvelle Afrique du Sud », mais aussi le dualisme pérenne des relations de travail dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne où le salariat proprement dit ne concerne, aujourd’hui encore, qu’une faible fraction de la main d’œuvre, même en ville. Il n’est pas possible dans un tel compte rendu de résumer l’ensemble de l’ouvrage et les multiples pistes de réflexion connexes qu’il ouvre, par exemple, sur la genèse comparée de l’économie du développement en France et en Angleterre ou sur l’histoire des élites africaines. Je voudrais seulement revenir de façon un peu critique sur le cœur même de la problématique adoptée par F. Cooper, soit la question salariale considérée à l’échelle mondiale.

  • 3 On peut toutefois interpréter autrement qu’en termes moraux la résolution du BIT en montrant qu’ell (...)

6F. Cooper fait démarrer son étude par le conflit de Copperbelt en 1935. J’aurais plus volontiers pris l’année 1930, date à laquelle se tint une importante conférence du Bureau international du travail (BIT), qui prit une résolution, toujours en vigueur, proscrivant le travail forcé. Le problème n’est pas dans le léger décalage temporel, mais dans le choix du symbole. En commençant son étude par le récit d’un événement social interne à l’Afrique, F. Cooper a voulu affirmer son choix d’une histoire sociale africaine conçue sur le mode de l’histoire sociale occidentale, celui du récit, « par le bas », d’une classe travailleuse conquérant ses droits sociaux par la lutte. Prendre, en revanche, comme point de départ la conférence du BIT de 1930 aurait conduit à adopter un point de vue « par le haut », selon lequel l’histoire sociale africaine aurait d’abord procédé des transformations internes à la conscience occidentale, celles qui ont conduit au rejet de principe du travail forcé3. Si F. Cooper fait ce choix chronologique, c’est bien pour affirmer sans ambiguïté que les Noirs africains sont des travailleurs comme les autres et récuser par là-même toute explication racialiste ou culturaliste d’une prétendue infériorité des Noirs au travail, arguments qui ont longtemps dominé le discours colonial sur les questions de main d’œuvre. Mais, ne risque-t-il pas de ce fait de surévaluer l’importance du salariat dans l’histoire sociale africaine ?

7Si les peuples africains ne sont évidemment ni génétiquement, ni culturellement « impropres » au salariat, comme une certaine anthropologie coloniale a pu le dire, la résistance au salariat dont rendait compte à sa manière cette anthropologie n’est pas pour autant un mythe, et n’est, d’ailleurs, pas propre aux sociétés africaines. Aujourd’hui encore, en Afrique subsaharienne, l’institution salariale n’a pas le caractère socialement hégémonique qu’elle a pris dans le monde occidentalisé. L’encadrement social du travail repose donc aussi sur d’autres formes de pouvoir, ceux de la « coutume », selon la formule employée lors du débat du Code du travail outremer, du lignage, voire de hiérarchies sociales « traditionnelles » (féodales, de castes et/ou « ethniques »). Le salariat, institution introduite par le colonisateur, s’est ainsi combiné, sans pleinement s’y substituer à ces formes antérieures d’encadrement social du travail, que l’on caractérise trop rapidement par l’expression fourre-tout d’« informalité », comme si, seule la juridicisation importée d’Europe était « formelle ». Or, l’étude de F. Cooper montre que ces questions avaient commencé à se poser avant la fin de l’époque coloniale et qu’elles furent même d’une certaine manière au cœur du processus de décolonisation. Les réponses différentes, et pas forcément cohérentes, données à la question du travail par l’ensemble des acteurs de cette histoire (les gouvernements métropolitains, ses représentants locaux, les colons européens, les organisations syndicales, les élites africaines, etc.) auront une grande influence sur l’évolution postcoloniale des économies et sociétés africaines.

8Cet ouvrage d’histoire du travail devrait donc intéresser le sociologue du travail, qui trouvera là un matériau mal connu et curieusement devenu exotique, alors qu’il rend compte aussi de notre propre histoire européenne. Mais, plus généralement, ce détour par l’Afrique permet de reposer à nouveaux frais des questions fondamentales sur le développement d’une société de travail mondialisée, ainsi que sur la place qu’occupe dans cette dynamique la relation salariale. On regrettera seulement que l’édition de cet ouvrage important soit en partie gâchée par un travail éditorial bâclé. La traduction est exécrable (la syntaxe semble littéralement reprise de l’anglais) et on a du mal à trouver une page sans fautes d’orthographe. Par ailleurs, on ne comprend pas pourquoi, pour un tel ouvrage d’érudition, l’éditeur a choisi de rejeter l’appareil de notes à la fin du volume et n’a pas fourni au lecteur un ensemble d’index, qui auraient grandement facilité l’usage de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 F. Cooper, Decolonization and African Society. The Labor Question in French and British Africa, Cambridge University Press, Cambridge, 1996.

2 Rappelons que le gouvernement général de l’AEF avait, dès août 1940, reconnu l’autorité du général de Gaulle ; l’AOF quant à elle passa en octobre 1940 sous le régime de la France libre. Ainsi, si en raison de la guerre en Extrême-Orient, les colonies africaines britanniques avaient conquis une importance économique nouvelle pour leur métropole, les colonies africaines françaises constituèrent un élément essentiel du dispositif de reconquête militaire et politique de la France par les forces affiliées au général de Gaulle.

3 On peut toutefois interpréter autrement qu’en termes moraux la résolution du BIT en montrant qu’elle s’inscrit aussi dans le cadre d’une concurrence entre les puissances coloniales, peu nombreuses (la France, la Grande-Bretagne, le Portugal, les Pays-Bas) et les autres nations occidentales, dont les États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Vatin, « Décolonisation et travail en Afrique, l’Afrique britannique et française, 1935–1960, F. Cooper, traduction de F.-G. Barbier-Wiesser », Sociologie du travail, Vol. 51 - n° 1 | 2009, 159-162.

Référence électronique

François Vatin, « Décolonisation et travail en Afrique, l’Afrique britannique et française, 1935–1960, F. Cooper, traduction de F.-G. Barbier-Wiesser », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 51 - n° 1 | Janvier-Mars 2009, mis en ligne le 11 mars 2009, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/16276 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.16276

Haut de page

Auteur

François Vatin

IDHE, CNRS–université Paris X Nanterre, maison Max-Weber, bâtiment K, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre, France
vatin[at]u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search