Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 51 - n° 1Comptes rendusEmploi et travail, le grand écart...

Comptes rendus

Emploi et travail, le grand écart, F. Piotet

Coll. « Sociétales ». Armand Colin, Paris (2007). 266 p.
Guillaume Malochet
p. 162-164
Référence(s) :

Françoise Piotet, Emploi et travail, le grand écart, Coll. « Sociétales ». Armand Colin, Paris, 2007, 266 p.

Texte intégral

1Reprenant une distinction devenue classique, Françoise Piotet entend ici « saisir, non la partition entre deux domaines (le travail et l’emploi), mais plutôt la manière dont les deux s’articulent, interagissent, comment l’enveloppe de l’emploi contraint le travail ou le libère, de quelle manière les transformations du travail peuvent modifier la forme de l’enveloppe » (p. 16). La thèse avancée est celle d’un « grand écart » entre travail et emploi. Du côté du travail, les modes d’exercice de l’activité ne cessent de se transformer dans le sens d’une intensification accrue, d’une responsabilisation exacerbée et d’une incertitude généralisée dans les modes d’organisation. Du côté de l’emploi, l’effritement de la société salariale, la généralisation des statuts atypiques et la relative désinstitutionalisation des relations de travail participent de la redéfinition du cadre dans lequel l’activité s’inscrit.

2Neuf chapitres permettent d’étayer le sens et les implications de ce « grand écart ». Consacré aux contours de l’emploi, le premier chapitre revient sur la structure et la composition de la population active, les statuts et les secteurs d’emploi. Le deuxième est consacré au développement des formes « particulières » d’emploi. Celui-ci est mis en regard de dynamiques de fond. La mondialisation des échanges, qui peut faire penser que les salariés sont interchangeables, voire « vendables », sans contrainte ; la montée du chômage de masse ; celle de la précarité des emplois et le constat d’inégalités rémanentes, notamment à l’égard des femmes, des jeunes, des immigrés, etc. Le troisième chapitre entre dans l’entreprise pour en faire ressortir l’un des principaux traits actuels, l’émergence de la figure du client qui, à travers différentes modalités (le client « pilote », le client « fantasmé », l’usager « clientélisé »), modifie la manière de concevoir et faire son travail. Les transformations de l’organisation du travail sont analysées plus en détail dans le chapitre suivant (et dans le sixième), sous l’angle des marges de manœuvre dont disposent les salariés dans l’exercice de leur activité. Si les prescriptions semblent moins visibles aujourd’hui et l’exigence d’autonomie plus diffuse, les politiques de gestion du personnel n’en continuent pas moins à exercer une pression certaine sur les salariés. Le cinquième chapitre s’intéresse à la dissociation entre le temps de l’emploi, officiellement réduit à 35 heures hebdomadaires, et le temps du travail, qui dépend davantage des modes d’organisation prévalant en situation. La concordance des temps est un horizon bien difficile à atteindre, comme on peut en juger à la lecture des exemples donnés par l’auteur, notamment dans le secteur des services, où l’intensification est d’autant plus prégnante que le temps de l’emploi est réduit et fractionné. Le septième chapitre propose une synthèse sur les conditions de travail et d’emploi. Si les conditions d’emploi se sont indéniablement améliorées, les conditions de travail n’ont pas suivi le même chemin. Trois illustrations permettent de saisir comment s’opère, ou non, la reconnaissance de la dangerosité du travail. Il s’agit du cas de l’amiante, des troubles musculosquelettiques et du harcèlement moral. La conclusion qui en ressort est simple. Le statut de l’emploi continue à être protecteur pour ceux qui sont le plus proches de sa forme canonique (emploi unique à temps plein et durée indéterminée). Le huitième chapitre poursuit dans la même veine. S’intéressant aux régulations instituées de l’emploi, il montre comment la faiblesse de la représentation syndicale (et celle d’acteurs connexes, comme l’inspection et la médecine du travail) contribue à la dégradation des conditions d’exercice de l’activité professionnelle. Ce constat vaut de manière plus accusée encore pour les salariés les plus précaires. Le dernier chapitre montre que, dans une société salariale, la valeur du travail dépend avant tout du prix de l’emploi. Mais ce dernier n’épuise pas, loin s’en faut, le sens subjectif que les individus confèrent à leur travail (réalisation de soi, reconnaissance sociale, etc.). La disjonction entre travail et emploi s’inscrit ici dans un registre un peu différent, celui qui oppose la valeur économique à l’utilité sociale.

3Au final, l’ouvrage demeure hybride : ni traité, ni manuel, il emprunte aux deux genres sans jamais sacrifier à l’un ou l’autre. Aux traités de sociologie du travail, l’ouvrage emprunte la référence à des thèmes et des débats classiques de la discipline. Ainsi, l’opposition entre qualification et compétence se voit-elle convoquée avec force détails lorsque l’auteur évoque le paradoxe d’un travail tout à la fois plus autonome et plus contrôlé. Il en va de même pour les analyses de l’intensification du travail ou de l’état du système français de relations professionnelles. À l’instar des manuels, ce volume se caractérise par ailleurs par d’indéniables qualités pédagogiques. Chacun des chapitres est précédé d’un résumé qui restitue en quelques lignes les points saillants de la démonstration. Les références bibliographiques rassemblées à la fin de chaque chapitre sont en nombre réduit, ce qui en permettra l’appropriation aux étudiants qui liront l’ouvrage. Le souci de toujours appuyer l’analyse sur des exemples de terrain — issus d’enquêtes menées par l’auteur ou d’autres travaux librement commentés — satisfera tous ceux que font fuir les discours dénués d’ancrage empirique. Le cheminement de la thèse apparaît enfin bien balisé, passant des interrogations sur les statuts de l’emploi à l’examen de ses régulations, de l’analyse des formes et conditions de travail à la réflexion sur les contextes organisationnels d’exercice de l’activité.

  • 1 J. Laufer, C. Marry, M. Maruani (Eds.), Le travail du genre. Les sciences sociales du travail à l’é (...)
  • 2 P. Tripier, Du travail à l’emploi. Paradigmes, idéologies, interactions. Presses de l’Université Li (...)

4Malheureusement, l’ouvrage n’évite pas certains écueils. Sa plume alerte amène ainsi l’auteur à quelques écarts et approximations regrettables. À titre d’illustration, quel besoin de qualifier L’Angélus de Millet de « chromo le plus exposé sur les cheminées des résidences secondaires des petits-fils de paysans partis à la ville » (p. 73) ? Plus grave, contrairement à ce qu’affirme l’auteur (p. 66), le lien entre la féminisation d’une profession et sa dévalorisation est tout sauf univoque. Il semblait qu’un tel résultat faisait désormais consensus. Mais force est de constater que le « travail du genre » demeure inachevé, y compris dans le monde académique1. Tout aussi dommageables sont les omissions bibliographiques. Nulle mention, par exemple, des travaux de Pierre Tripier2, dont on sait pourtant l’importance dans l’orientation d’une partie de la sociologie du travail vers un objet plus large — l’emploi — et des champs d’investigation renouvelés— la population active, le marché du travail, etc. Si le diagnostic du « grand écart » entre travail et emploi paraît tout à fait juste, celui-ci aurait sans doute mérité d’être étendu aux manières de penser sociologiquement le monde du travail.

Haut de page

Notes

1 J. Laufer, C. Marry, M. Maruani (Eds.), Le travail du genre. Les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe, La Découverte-MAGE, Paris, 2003.

2 P. Tripier, Du travail à l’emploi. Paradigmes, idéologies, interactions. Presses de l’Université Libre de Bruxelles, Bruxelles, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Malochet, « Emploi et travail, le grand écart, F. Piotet »Sociologie du travail, Vol. 51 - n° 1 | 2009, 162-164.

Référence électronique

Guillaume Malochet, « Emploi et travail, le grand écart, F. Piotet »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 51 - n° 1 | Janvier-Mars 2009, mis en ligne le 11 mars 2009, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/16287 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.16287

Haut de page

Auteur

Guillaume Malochet

Lise (CNAM CNRS), 2, rue Conté, 75003 Paris, France
guillaume.malochet[at]cnam.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search