Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 51 - n° 2In MemoriamBernard Mottez (1930–2009), de la...

In Memoriam

Bernard Mottez (1930–2009), de la sociologie du travail à la sociologie des sourds

In Memoriam
Gwenaële Rot et François Vatin
p. 167-169

Texte intégral

  • 1 Cette note s’appuie sur la biographie et la bibliographie complète de Bernard Mottez réalisée par A (...)
  • 2 Bernard Mottez, La surdité dans la vie de tous les jours, CTNERHI, Paris, 1981. Ses principaux arti (...)

1Bernard Mottez est décédé le 3 janvier 2008 à San-Salvador au Salvador, où il s’était retiré depuis cinq ans avec son épouse qui en était originaire1. Chercheur au CNRS, il s’est rendu célèbre par ses travaux sur le monde des sourds, mais aussi par son engagement au côté de cette communauté. Il fut un des promoteurs dans les années 1970 de la reconnaissance de la langue des signes française2. En marque de reconnaissance, une minute de silence nationale a eu lieu le 7 février dernier dans toutes les associations et foyers des sourds en France.

2Avant de devenir le sociologue reconnu des sourds et de la surdité, Bernard Mottez avait commencé une carrière de sociologue du travail. Né le 22 novembre 1930 à Sainte-Colombe sur Seine (Côte d’Or), il a grandi « à coté de la sirène des usines » dans l’atmosphère des forges de Châtillon-Commentry où travaillait son père, ingénieur des arts et métiers de tradition catholique-sociale. Il a gardé de cette période des souvenirs marquants du milieu ouvrier, qu’il a toujours observé au prisme de la tradition anarcho-syndicaliste, plutôt qu’à celui du marxisme, pourtant si important pour les sociologues de sa génération. Après le baccalauréat, il entame des études de philosophie à la Sorbonne, mais, non-normalien, il considère que la voie de l’agrégation lui est fermée. C’est ainsi qu’il bascule dans la sociologie, qui ouvre à l’époque des perspectives professionnelles.

  • 3 Jacques Dofny, Claude Durand, Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine, Les ouvriers et le progrès tec (...)
  • 4 Alain Touraine et Bernard Mottez, « Classe ouvrière et société globale », In: Georges Friedmann et (...)
  • 5 Voir Gwenaële Rot et François Vatin, « Les Gaston à Mont-Saint-Martin ou les sociologues au travail (...)
  • 6 Malheureusement son texte sur la sociologie du pourboire n’a pas été retrouvé. Nous avons en revanc (...)

3C’était le temps des premières grandes enquêtes de sociologie du travail initiées par Georges Friedmann. Il rencontre Alain Touraine, de cinq ans seulement son aîné, mais déjà agrégé d’histoire, chercheur au CNRS, qui le fait embaucher en 1954 comme stagiaire pour participer à l’enquête la plus importante de l’époque : celle menée à la tôlerie de Mont-Saint-Martin en Lorraine. Cette enquête, qui vise à mesurer l’attitude des ouvriers face au « progrès technique », est réalisée sous le patronage de Georges Friedmann, mais en fait dirigée par ses deux principaux collaborateurs de l’époque : Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine3. Bernard Mottez resta très proche d’Alain Touraine avec qui il signa un chapitre du Traité de sociologie du travail4. Cette enquête fut pour lui un moment initiatique, vécu dans une grande complicité amicale et intellectuelle avec Jacques Dofny, embauché également comme enquêteur. Ils ont traduit cette aventure dans un savoureux carnet d’enquête où ils relatent les obstacles et les saveurs de l’enquête de terrain5. Ce document témoigne de la grande sensibilité ethnographique de l’apprenti sociologue. Peu convaincu par les problématiques et techniques d’enquêtes alors importées des États-Unis, trop désincarnées à ses yeux, Bernard Mottez mena en parallèle deux études qu’il laissa à « la critique rongeuse des souris » : une sociologie du pourboire et une décapante sociologie du billard électrique6.

  • 7 Il sera nommé chargé de recherche en 1963 et maître de recherches en 1975. Il fera toute sa carrièr (...)
  • 8 « Du marchandage au salaire au rendement », Sociologie du travail, no 3, 1960, pp. 206–215. « Forme (...)
  • 9 Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur l’évolution des pratiques et des idéologies (...)

4Au retour de son service militaire, il épouse en 1958 Dora Guerra, dont il aura deux enfants, et entre au CNRS, comme stagiaire en 1960, puis attaché en 19617. Il s’attèle à la rédaction de sa thèse de troisième cycle sur les formes du salaire qui donne lieu à deux articles dans Sociologie du travail ainsi qu’à un article dans le Mouvement social8. La thèse soutenue en novembre 1963 à la Sorbonne fut publiée aux éditions du CNRS trois ans plus tard9. Fondée sur une démarche alors originale pour le sociologue, celle de l’étude historique d’un matériau textuel, il s’agit là d’une étude fondatrice pour une sociologie économique du salariat dont on n’a pas encore probablement mesuré toute l’importance. Bernard Mottez s’attache en effet à déconstruire la notion homogène de salaire et de salariat (celle qui dérive, par exemple, d’un usage trop simplifié de Marx, jamais cité dans l’ouvrage !) pour dégager les « formes » du salaire, qui engagent, chacune, un mode particulier de relations entre l’acheteur et le vendeur de « travail ».

  • 10 Sociologie industrielle, Puf, Paris, 1971 (l’ouvrage sera traduit en espagnol, en portugais, en ara (...)

5Très tôt associé au comité de rédaction de Sociologie du travail (il lui fut confié, avec Claude Durand, le suivi des comptes-rendus dès le premier numéro de l’année 1961), c’est tout naturellement qu’on le sollicita en 1966 pour participer au nouveau comité de rédaction, lorsque les quatre fondateurs de la revue (Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine et Jean René Tréanton) décident de passer la main. Il y resta jusqu’en 1972. En 1966–1967, il est détaché à Santiago du Chili au titre de la coopération technique comme conseiller du ministre du Travail, avec pour tâche de créer un Institut de recherches en sciences sociales du travail. Le Que-Sais-je qu’il publie en 197110 et le numéro trois de 1972 de Sociologie du travail consacré aux travailleurs immigrés préparé sous sa responsabilité furent ses cadeaux d’adieu à la sociologie du travail. Il quitta sans regret cette discipline, avec le sentiment de ne pas avoir été entendu. Il suivait ainsi la voie tracée par son vieil ami et maître Alain Touraine, qui considérait alors que la crise sociale incarnée par mai 1968 devait conduire à s’intéresser à d’autres « mouvements sociaux » que celui des travailleurs qui avait marqué le xixe et la première moitié du xxe siècles.

  • 11 Il publia deux témoignages poignants sur le sujet à partir de son expérience militaire. « Nous ne s (...)

6Pour Bernard Mottez, ce fut le mouvement sourd. Son penchant l’avait toujours porté vers les exclus, les laissés-pour-compte. Il avait commencé à s’intéresser au handicap et surtout à l’alcoolisme qu’il avait rencontré en milieu ouvrier comme dans son expérience militaire11. Sa rencontre en 1975 avec Harry Markowicz, chercheur au Laboratoire de linguistique de l’université Gallaudet à Washington, va précipiter son engagement dans la question sourde, à laquelle il avait commencé à s’intéresser quelques années auparavant. Avec ce nouveau complice intellectuel, il fonde notamment le bulletin Clin d’œil, qui, de 1977 à 1986, sera le creuset des débats au sein de la communauté sourde française. C’est dorénavant dans ce champ que Bernard Mottez pût développer son ingéniosité et sa générosité intellectuelles dans une sociologie engagée et modeste, loin de l’agitation académique et de ses vanités, qu’il observait avec un humour caustique mais jamais exempt de gentillesse.

Haut de page

Notes

1 Cette note s’appuie sur la biographie et la bibliographie complète de Bernard Mottez réalisée par Andréa Benvenuto, In: Bernard Mottez, Les sourds existent-ils ? L’Harmattan, Paris, 2006 (textes présentés et réunis par Andréa Benvenuto), p. 373–378, sur l’étude de ces œuvres, mais aussi sur les entretiens que nous avons réalisés avec Bernard Mottez en 2002 et 2004.

2 Bernard Mottez, La surdité dans la vie de tous les jours, CTNERHI, Paris, 1981. Ses principaux articles sur les sourds et la surdité ont été rassemblés en 2006 par Andréa Benvenuto (op. cit.). Voir aussi Pascal Gruson et Delphine Dulong, Bernard Mottez et le monde des sourds en débat, éditions de la MSH, Paris, 1999.

3 Jacques Dofny, Claude Durand, Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine, Les ouvriers et le progrès technique. Étude de cas : un nouveau laminoir, Armand Colin, Paris, 1966. Bernard Mottez est absent de cette liste d’auteurs, car il ne participa pas à la seconde phase de l’enquête (après l’installation du nouveau laminoir), ayant, entre-temps, été appelé à faire son service militaire, qui le mena au Maroc et en Algérie en cette période particulièrement troublée.

4 Alain Touraine et Bernard Mottez, « Classe ouvrière et société globale », In: Georges Friedmann et Pierre Naville (Eds.), Traité de Sociologie du Travail, vol. 2, Armand Colin, Paris, 1962, pp. 233–281.

5 Voir Gwenaële Rot et François Vatin, « Les Gaston à Mont-Saint-Martin ou les sociologues au travail. Jacques Dofny et Bernard Mottez à la tôlerie de Mont-Saint Martin en 1955 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 175, 2008, p. 62–81.

6 Malheureusement son texte sur la sociologie du pourboire n’a pas été retrouvé. Nous avons en revanche pu publier le second : Bernard Mottez, « Die Sogennante Machine à sou. Petit essai de sociologie ludique », Histoire et sociétés ; Revue européenne d’histoire sociale, présentation de François Vatin (« Flipper au flipper ou le capitalisme et l’ennui »), no 9, 2004, p. 95–115.

7 Il sera nommé chargé de recherche en 1963 et maître de recherches en 1975. Il fera toute sa carrière auprès d’Alain Touraine au sein du Laboratoire de sociologie industrielle, créé en 1958, puis transformé en 1970 en Centre d’études des mouvements sociaux.

8 « Du marchandage au salaire au rendement », Sociologie du travail, no 3, 1960, pp. 206–215. « Formes de rémunération et rationalisation », Sociologie du Travail, no 3, 1966, p. 262–277. « Formes de salaire et types d’action ouvrière », Le Mouvement social, no 61, 1967, p. 5‑12.

9 Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur l’évolution des pratiques et des idéologies patronales, éditions du CNRS, Paris, 1966, (l’ouvrage sera traduit en espagnol en 1971). Voir aussi « Lettre à Mme G. Sch…, ou comment étudier la relation salariale », texte inédit publié in F. Vatin (Ed.), Le salariat. Théorie, histoire, formes, La Dispute, Paris, 2007, pp. 65–80.

10 Sociologie industrielle, Puf, Paris, 1971 (l’ouvrage sera traduit en espagnol, en portugais, en arabe et en japonais).

11 Il publia deux témoignages poignants sur le sujet à partir de son expérience militaire. « Nous ne sommes pas des héros. Réflexions sur quelques limites structurelles de la propagande et de la lutte antialcoolique à l’armée », Actes de la recherche en sciences sociales, n1, janvier 1975, pp. 98–101, « Les blessures de la guerre », ibid., no 3, mai 1975, pp. 41–42, ainsi qu’un article dans Sociologie du travail « Le médecin, le comptable et l’alcoolique », no 4, 1976, pp. 381–393. Son rapport sur L’alcoolisme en milieu de travail (CEMS, 140 p.), ne fut toutefois pas publié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwenaële Rot et François Vatin, « Bernard Mottez (1930–2009), de la sociologie du travail à la sociologie des sourds », Sociologie du travail, Vol. 51 - n° 2 | 2009, 167-169.

Référence électronique

Gwenaële Rot et François Vatin, « Bernard Mottez (1930–2009), de la sociologie du travail à la sociologie des sourds », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 51 - n° 2 | Avril-Juin 2009, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/16316 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.16316

Haut de page

Auteurs

Gwenaële Rot

IDHE, université Paris-X, maison Max-Weber, bâtiment K, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre, France
gwenaele.rot[at]u-paris10.fr

Articles du même auteur

François Vatin

IDHE, université Paris-X, maison Max-Weber, bâtiment K, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre, France
Vatin[at]u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search