Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 51 - n° 2Le plafond de verre dans tous ses...Du vent dans le ciel de plomb ? L...

Le plafond de verre dans tous ses éclats

Du vent dans le ciel de plomb ? L’accès des femmes aux professions supérieures, XIXe–XXe siècles

A breeze in a leaden sky? Women’s access to top jobs, 19th–20th centuries
Sylvie Schweitzer
p. 183-198

Résumés

Femmes très diplômées, femmes d’autorité, femmes de pouvoir, femmes dans les professions supérieures... À une époque, la nôtre, où les revendications s’organisent plutôt autour de la parité et/ou des quotas, il arrive que soient gommées les étapes du long accès des femmes aux professions supérieures. Or ces étapes s’étendent sur un long XXe siècle et les différents pays d’Europe occidentale les franchissent quasi-simultanément. Les années 1880, 1920, puis 1970 et enfin 2000 sont les temps forts de ces conquêtes, qui s’enracinent dans l’égalité de l’accès aux formations, pour se poursuivre dans la lente mixité des professions, que celles-ci aient été médicales, techniques, juridiques, militaires ou politiques. Jusqu’aux dernières décennies du XXe siècle, les femmes et les hommes féministes ont dû batailler pour ces acquis, dans la médisance et la résistance de toutes celles et ceux qui préféraient les femmes confinées dans les métiers « bons pour elles », tout spécialement ceux de l’enseignement et des soins.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la mixité de ce milieu universitaire parisien voir Michel Pinault (2008).

1Femmes très diplômées, femmes d’autorité, femmes de pouvoir, femmes dans les professions supérieures... À une époque où les revendications s’organisent plutôt autour de la parité et/ou des quotas, il arrive que soient gommées les étapes du long accès des femmes à ces positions. Un peu comme si cette histoire n’avait pas eu lieu ou n’avait concerné que quelques premières et pionnières, comme, en France, Blanche Edwards, première médecin, Jeanne Chauvin, première avocate, Marie Curie, première nobélisée ou Anne Chopinet, première polytechnicienne. Et il arrive encore que Marie Curie soit citée comme l’exemple témoignant de l’ouverture aux femmes de la société française du premier XXe siècle1. Femme alibi, en quelque sorte. Dans la foulée, on lui adjoint sa fille, Irène Joliot-Curie, en compagnie de Cécile Brunschwicg et de Suzanne Lacore, toutes trois baptisées « les femmes ministres » du gouvernement Blum de 1936, quand elles ne furent que brièvement sous-secrétaires d’État, dans un temps où les Françaises étaient encore exclues du droit de vote.

2Ailleurs en Europe, il en va de même, pour la reconnaissance de la première médecin, de la première avocate, mais plus rarement celle de la première juge, commissaire de police ou cheffe d’orchestre, ces professions plus tardivement ouvertes aux femmes. Aujourd’hui, seule l’accession au sommet du pouvoir économique et politique appelle encore la notion de « pionnière » : Angela Merkel, première chancelière allemande, en 2005, Ségolène Royal, première femme présente au deuxième tour de la candidature à la présidence de la République française, en 2007, année où Patricia Russo devient première pédégère d’une entreprise du CAC 40. Il semblerait presque que le sommet du pouvoir politique et économique — dont on entend encore dire que les femmes ne le briguent ni ne l’apprécient — soit le seul qu’elles aient dû conquérir en cette seconde moitié du XXe siècle. Il est vrai que, enseignant-e ou conférencier/ère, on continue de susciter l’étonnement, voire l’incrédulité, quand on précise que la profession de notaire ne fut ouverte aux femmes qu’en 1954 et que l’orchestre philharmonique de Vienne ne les a acceptées qu’en 1997.

3Or les étapes de l’accès des femmes à l’ensemble des professions supérieures s’étendent bien sur un long XXe siècle et les différents pays d’Europe occidentale les autorisent quasi-simultanément : les années 1880, les années 1920, puis 1970 et enfin 2000 marquent les temps forts de ces conquêtes. Cultures et religions nationales, histoire des régimes politiques n’entrent ici que peu en compte pour organiser les temps de la production de discours non sexistes ou de la promulgation de lois libératrices. De fait, les pesanteurs sociales et culturelles qui n’ont autorisé l’accès des femmes au marché du travail qu’en en sélectionnant soigneusement les segments ne se sont délitées que tardivement, c’est-à-dire dans les trois dernières décennies du XXe siècle. Jusque-là, les femmes et les hommes féministes avaient dû batailler pour que s’ouvrent l’une après l’autre les professions interdites, dans la médisance et la résistance de tou-te-s celles et ceux qui préféraient les femmes confinées dans les métiers « bons pour elles », qu’il s’agisse de celui d’infirmière plutôt que de médecin, de sage-femme plutôt que d’obstétricienne, d’institutrice plutôt que de professeure d’université, de dactylographe plutôt que d’inspectrice de police, d’ouvrière plutôt que d’ingénieure, de comptable plutôt que de directrice d’usine.

  • 2 Cet article est une tentative de périodisation qui permette de lire, à l’échelle européenne, l’hist (...)

4Partout en Europe, l’accès des femmes à l’ensemble du spectre des professions supérieures est largement dépendant des autorisations données aux jeunes femmes de suivre les formations supérieures, qu’elles soient classiques ou scientifiques. Ensuite, l’ouverture des différentes professions est graduée selon que ces dernières impliquent ou non l’autorité sur les autres et spécialement les hommes : l’accès aux professions médicales est ainsi plus rapide (années 1880) que celui des responsabilités dans le service de l’État (années 1920). L’exercice de la souveraineté publique est encore plus tardif, quand il caractérise bien la citoyenneté pleine et entière : la défense de la nation, avec le port de l’uniforme, des galons et des armes (années 1970)2.

5Dans un premier temps, c’est l’instruction et le savoir des femmes qui effraie. Dans un second temps, acquise une place dans les lieux d’enseignement, ce sont les lieux de la décision que les hommes essaient de préserver. Très lisible du côté du pouvoir politique, ce barrage est tout aussi efficace dans le cadre du pouvoir intellectuel, culturel, médical ou juridique. Pour légitimer ces régimes particuliers, les discours sur la nature des femmes ont longtemps tenté de réglementer tant l’accès aux savoirs qu’aux professions supérieures.

1. Les années 1880 ou le temps de l’exception

6La nouvelle société en germe dans les lendemains des Lumières, de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l’Homme créait et portait d’évidence une égalité — et donc une concurrence — entre les individus. Pour écarter les femmes de cette égalité s’imposait la production de discours, de preuves et de lois permettant de légitimer ce rejet. En effet, loin des usages et coutumes de l’époque moderne, la nouvelle société industrialisée s’organisait autour d’appareils législatifs définissant les droits et devoirs de chacun-e, qu’il s’agisse d’élire des représentant-e-s, de participer à l’enseignement, de défendre son droit au travail, d’entrer dans des métiers de plus en plus nombreux et normés.

  • 3 Pour plus de détails sur l’histoire comparée des discriminations dans l’enseignement, voir S. Schwe (...)

7En particulier au motif de leur nature, supposée trop impropre à embrasser cette nouvelle culture, on s’attacha à l’exclusion des femmes grâce à un arsenal législatif touchant tant leurs droits civiques que civils, dont ceux de l’accès à l’enseignement (Riot-Sarcey, 2002 ; Schweitzer, 2002). Même si on sait que, dans leurs pratiques quotidiennes, hommes et femmes s’accommodaient de Codes civils rigoureux en les contournant, il n’empêche que ces lois entérinant la domination masculine étaient un écho à des discours séculaires sur l’infériorité intellectuelle des femmes, discours doublés de pratiques discriminantes3. Cependant, tout l’espace européen ne s’est pas conformé aux injonctions du Code civil napoléonien, notamment pour le statut dominé des épouses. Si, jusqu’en 1965 les Françaises ont dû demander l’autorisation de leur conjoint pour ouvrir un compte en banque et exercer un métier, les Anglaises étaient dans une situation plus autonome, le protestantisme n’ayant pas pour philosophie de légiférer dans les espaces privés et familiaux. Cette réserve faite, pour penser l’ouverture aux femmes des professions supérieures, les différences chronologiques semblent trop ténues pour plaider la cause de cultures nationales protestantes qui auraient été plus tolérantes et plus ouvertes que les catholiques (Rochefort, 2007).

8Ainsi, pour l’accès aux professions très diplômées, la mise à l’écart des femmes s’organise dans l’enseignement secondaire et le diplôme qui en sanctionne l’achèvement, baccalauréat en France, Abitur en Allemagne, maturita en Italie. Généralement mis en place au début du XIXe siècle, dans le cadre de l’organisation de l’enseignement dit « secondaire » destiné aux fils des élites économiques et sociales, les normes en sont définies au masculin : « le » bachelier en 1808 en France. Parallèlement, les filles sont exclues des établissements — lycées français ou belges, Gymnasium allemands... — et sont enseignées dans des institutions privées, laïques ou confessionnelles. Pour obtenir cet accès au baccalauréat, les féministes insistent sur l’imprécision du masculin neutre et cherchent des responsables institutionnels qui les appuient. En France, Julie-Victoire Daubié essuie dix refus successifs du recteur de Paris pour s’inscrire à un baccalauréat qu’elle obtient à Lyon en 1861 : là, où elle est très soutenue par le réseau Saint-Simonien, le recteur reconnaît que les textes n’interdisent pas aux femmes de se porter candidates aux examens supérieurs (Mayeur, 1993 ; Thébaud, 1986 ; Christen-Lécuyer, 2000 ; Berger, 2002). En Belgique, à Liège, Isabelle Gatti de Gamond fait de même, soutenue elle aussi par un recteur féministe (Despy-Meyer, 1986).

9Viennent alors les discussions parlementaires pour la création d’établissements secondaires publics de jeunes filles. En France, en 1880, la loi dite Camille Sée installe des lycées féminins, un par ville préfecture, qui ne préparent pas au baccalauréat : ce n’est qu’en 1904 qu’un arrêté ministériel permet à toutes les jeunes Françaises de présenter l’examen sans emprunter les chemin de la dispense ; en attendant la formation d’enseignantes à l’école de Sèvres, en particulier en mathématiques, philosophie, lettres anciennes, les jeunes filles sont autorisées à intégrer les lycées masculins. En Prusse, la féministe Hélène Lange, soutenue par l’Allgemeiner deutscher Frauenverein ouvre en 1889, à Berlin, un Gymnasium Kurse, établissement privé, d’où sont issues, en 1896, les six premières bachelières allemandes ; dans l’État de Bade, à Karlsruhe, un Gymnasium féminin avait également été créé dès 1893. À la veille de la Première Guerre mondiale, 51 établissements préparent à l’Abitur que les jeunes filles peuvent officiellement présenter depuis 1909 (Tournier, 1972). Parallèlement, les filles sont aussi autorisées à intégrer les Gymnasium masculins allemands. Aux Pays-Bas, à partir de 1880, les établissements masculins accueillent les filles, puis restent mixtes (Bakker et Van Essen, 1999). En Grande-Bretagne, par contre, lorsque entre 1870 et 1900 est refondu l’enseignement secondaire, les first day schools féminines offrent les mêmes cursus que pour les garçons (Anderson, 2004).

  • 4 Quel que soit le pays d’Europe, c’est à peine 4 à 5 % d’une classe d’âge qui fréquente l’enseigneme (...)

10Ces comparaisons géographiques montrent bien des concordances chronologiques, qui sont indépendantes des contextes nationaux, mais liées à d’autres mutations : les années 1880 sont bien celles d’une réorganisation économique et industrielle dans le cadre de la mise en place de la deuxième industrialisation (Caron, 1997). De fait, les femmes obtiennent plus aisément l’assouplissement des règles d’exclusion dans les périodes de mutation et de réorganisation sociétales, y compris au XXe siècle. Par ailleurs, et quoiqu’on en ait dit, les classes moyennes supérieures auxquelles cet enseignement secondaire reste réservé ne sont pas opposées à l’éducation de leurs filles, ni ne cherchent à les maintenir dans une ignorance de bon goût, meublée de leçons de piano et de bonnes manières : quand les établissements scolaires sont autorisés et construits, les filles les intègrent immédiatement et le nombre de bachelières croît partout avec constance4.

11Reste que la philosophie éducative adoptée en Europe de ne pas mélanger les sexes sur les bancs des lycées préserve les jeunes gens, qui n’ont pas à comparer leurs performances scolaires avec celles de leurs sœurs, cousines et futures épouses. Croit-on alors que les jeunes filles se contenteront de leurs baccalauréats, Abitur ou maturita et, sans aller plus avant, retourneront sagement aux devoirs sociaux de leur sexe, mariage et maternité exclusivement ? Il n’en est rien et une partie d’entre elles demande son intégration dans les universités, elles aussi en remaniement. En effet, sous la poussée de mutations industrielles et sociales sans précédent, les pays d’Europe, en mal de cadres très diplômés, refondent leurs systèmes de formations supérieures et en accentuent les contraintes : les budgets académiques sont en expansion, le maillage universitaire se densifie, les cursus se diversifient, la présence aux cours devient obligatoire, les écoles et instituts formant des cadres scientifiques, comme les ingénieurs, se multiplient, bref la professionnalisation des études s’accélère. L’Allemagne refond ses cursus et le statut des étudiant-e-s en 1869 et sert de modèle aux autres pays, comme la Belgique où les réformes datent de 1876 et la France à partir de 1875 : le nombre des étudiant-e-s est en France multiplié par presque quatre entre 1880 et 1912, passant de 11 200 à 41 100 (Mialaret et Vial, 1981 ; Charle et Verger, 1994 ; Anderson, 2004 ; Savage, 2008). Si certaines universités, en particulier en Grande-Bretagne, pensent des facultés et collèges non mixtes, partout ailleurs les femmes sont admises. Si ce n’est à la très catholique université de Louvain, les Belges acquièrent le droit de se présenter à tous les grades académiques en 1890, les Écossaises en 1892, les Allemandes en 1900. Les étudiantes s’affirment en nombre : quand elles sont 9,4 % des effectifs dans les universités françaises en 1913, ce taux passe à 29,6 % en 1934. En Allemagne, les pourcentages croissent de 5,5 à 14 %, en Italie de 5,8 à 12,9 %, en Angleterre de 15 % (1901) à 23,1 % (Baudelot et Establet, 1992 ; Goodman et Martin, 2000 ; Dyhouse, 2002).

12En réaction, les antiféministes poursuivent leurs combats ancrés dans des discours sur la nature des femmes. Pour la participation à ces études supérieures, ce ne sont pas tant les dénis d’intelligence qui sont convoqués, que les rôles de mère, ainsi que la morale, qui rougirait du mélange des sexes sur les bancs des amphithéâtres et dans l’espace professionnel. Le recteur de l’université de Bruxelles est représentatif de ces discriminations quand il énonce, en 1878, qu’il est « possible que les femmes soient admises à pratiquer la médecine, mais [qu’] il n’est pas désirable qu’elles le soient ». À cela, deux arguments : d’une part, les femmes sont avant tout des mères et une profession hautement diplômée « va à l’encontre du rôle qu’elles sont appelées à remplir par suite de leur organisation physique » ; d’autre part, il y aurait « des inconvénients majeurs à réunir dans les mêmes cours des hommes et des femmes » (Despy-Meyer, 1986).

13Lesdits inconvénients, assénés comme une évidence, ne sont guère détaillés. On pense là aux souvenirs de femmes médecins dont les parents se disent effrayés par l’atmosphère paillarde des salles de garde ou aux propos des pompiers d’aujourd’hui, une des dernières communautés d’hommes contrainte d’accueillir des femmes et qui s’en désole, parce que « le cul a toujours fait tourner la terre et le sexe fait toujours marrer tout le monde, et puis bon, ça détend » (Pfefferkorn, 2008). Et pourtant, dans les lieux où la mixité est réalisée, responsables et enseignants constatent au contraire que les jeunes gens s’assagissent et s’abstiennent de leurs grossièretés habituelles, par exemple les chansons (Chantereau, 1997). L’argument moralisateur des antiféministes qui disent vouloir protéger la vertu féminine est ainsi un argument de protection de l’entre-soi et des normes masculines virilisantes.

14Par ailleurs, les étudiantes sont confrontées à des discours qui les menacent de perdre fertilité et donc féminité. En Écosse, les feuilles estudiantines des années 1880 représentent les étudiantes en musique et littérature vêtues de blanc, quand les lectrices d’Aristote et Sophocle sont des harpies au menton poilu (Myers, 2004). Voilà que le célibat menacerait ces érudites, asséchées par l’étude et le savoir, mais aussi trop indépendantes et sûres d’elles. Elles développeraient immanquablement un « caractère agressif, autoritaire et indépendant qui les empêcherait de pouvoir obéir, aimer et honorer les hommes de leur cercle social » (Hillenweck, 2004). Et les arguments antiféministes peuvent être contradictoires, puisque l’on déclare tout à la fois que les femmes instruites seraient des repousse-mari et qu’elles ne fréquenteraient les bancs des universités que pour trouver un conjoint.

15Ce n’est donc pas tant le savoir des femmes qui effraie que ses conséquences pour l’ordre social, y compris par la mixité des espaces masculins du marché du travail, ceux qui permettent l’autorité, morale, intellectuelle, technique sur les autres et spécialement les hommes. Et ce sont les bénéficiaires en place de cet ordre-là qui l’expriment. Ainsi, à la faculté de droit de Paris, raconte Sarmiza Bilcescu, une des premières bachelières et juristes, « l’accueil des professeurs fut glacial ; celui des étudiants extrêmement respectueux » (Christen-Lécuyer, 2000). De même, à la fin du XIXe siècle, quand les Écossaises protestent du surcroît de précautions avec lequel on les fait « entrer furtivement par la porte latérale de la salle de lettres pour les installer sur un banc inoccupé », les étudiants surenchérissent : « ce sera un grand jour que celui où on offrira aux femmes une place à la tribune et où on leur donnera des privilèges et des possibilités d’études similaires » (Myers, 2004).

16Quand les femmes demandent à lier obtention des diplômes et accès aux professions auxquelles ils conduisent, des arguments s’inventent et perdureront. Connoté négativement depuis des millénaires, le féminin ne peut faire d’intrusion neutre dans le domaine des professions gratifiantes sans les contaminer. En 1891, Hermann Fehling, professeur de gynécologie allemand dit déjà qu’une féminisation des secteurs de la gynécologie et de la pédiatrie risque de déclasser ces spécialités et prône, pour les inconditionnelles de l’assistance aux mères, une revalorisation du métier de sage-femme. Sous-estimant la portée des mutations sociales, il pense que la présence des femmes dans les universités restera un phénomène exceptionnel. Se fait-il alors l’apôtre de quelque groupe de pression antiféministe ? A-t-il ensuite assez d’humilité pour méditer l’exemple des premières femmes qui se spécialisent dans différents domaines de la médecine ? Presque deux décennies plus tard, en 1908, il reconnaît « qu’on ne discute plus du droit de la femme à exercer une profession » (Hillenweck, 2004).

17Si les femmes ont dû batailler pour passer concours et examens des professions médicales dans les années 1880, la situation se reproduit pour la profession d’avocate : Jeanne Chauvin qui a obtenu sa thèse de droit en 1892 (sous le titre Les professions accessibles aux femmes en droits romain et français. Évolution historique de la position économique de la femme dans la société) doit forcer les oppositions pour pouvoir s’inscrire au barreau en 1900, soit huit ans plus tard. Le scénario est le même dans les autres pays d’Europe, avec un droit de plaider obtenu le plus tôt en Suède (1897) et dans les lendemains de la Première Guerre mondiale au Portugal, Belgique, Allemagne ou Angleterre. Là encore, le progressisme des cultures protestantes n’est pas attesté.

2. Les années 1920 ou le temps de l’ouverture

18La Première Guerre mondiale marque une rupture, dans les discours comme dans les pratiques, le rôle des femmes sur le « deuxième front » économique ne pouvant être contesté, ni amoindri. Et il ne s’agit pas seulement de l’afflux des femmes sur les champs de bataille, comme infirmières et brancardières, ou dans les usines travaillant pour la défense nationale, comme ouvrières, ou comme dirigeantes des exploitations agricoles ou même comme factrices ou wattwomen dans les tramways (Thébaud, 1986). Les épouses des mobilisés et des tués s’improvisent — juridiquement s’entend, puisque pratiquement elles ont toujours travaillé aux côtés de leur conjoint — pharmaciennes, notairesses, avouées, patronnes d’entreprises moyennes ou petites, bref, œuvrent dans des métiers et professions pour partie interdits (Rennes, 2007 ; Bette, 2008). Les discours antiféministes, ne pouvant plus s’articuler autour des incapacités des femmes, se déplacent explicitement sur les dangers de la concurrence sur le marché du travail.

19« Vous allez encore amener du rabais sur les prix ! » s’écrie, en 1917, le seul membre du conseil d’administration de l’École centrale opposé à la mixité. En face, les partisans de l’ouverture aux femmes égrènent et désintègrent l’un après l’autre les arguments antiféministes convenus : oui, les femmes ont des capacités à diriger les affaires, « il est incroyable de voir la quantité d’usines qui sont actuellement menées par des veuves et qui réussissent admirablement ». Oui, cette place tenue perdurera : « Des familles se trouveront réduites, privées de leur chef, des jeunes filles seront obligées de s’occuper d’affaires industrielles » et non, les femmes ne peuvent plus attendre le salut financier de leur conjoint : « Il a été un temps où la femme devait être l’ange du foyer ; malheureusement, après la guerre, beaucoup de jeunes filles ne trouveront pas de foyer ». Non, la dénatalité n’est pas à craindre : « Ce n’est pas le très petit nombre de femmes qui s’orienteront vers l’enseignement supérieur qui pourra nuire au développement de la population française. Cette question ne serait intéressante que pour les ouvrières, parce que c’est une masse considérable » (Chantereau, 1997). Oui, les pertes de guerre obligent à accepter les femmes dans les lieux de formation supérieure, car les candidats manqueront : « Ce n’est pas la guerre que nous subissons qui nous donnera un nombre suffisant de producteurs et d’ingénieurs ». Et sans doute est-ce là que l’argument féministe, qui s’appuie sur le contexte social, est le plus lisible : les écoles d’ingénieurs fonctionnant sur de très faibles recrutements, comment imaginer ne pouvoir trouver quelques dizaines de candidats par an ? Fort-e-s des mutations qu’ils et elles perçoivent, les féministes avancent ainsi, au fil du temps, les arguments qui s’avèrent les plus audibles socialement.

20Le conflit mondial et ses énormes pertes masculines sont ainsi prétextes à demander et obtenir l’ouverture des formations et professions interdites, comme les écoles d’ingénieurs. Parallèlement sont créés, par exemple en France, des lieux de formation féminins, comme l’École polytechnique féminine ou HEC Jeunes filles, qui préservent l’entre soi et limitent de fait la concurrence entre femmes et hommes, dans les écoles comme sur le marché du travail (Marry, 2004). Ailleurs en Europe, l’ouverture des écoles scientifiques date de ce même après-guerre : 1918 pour le Portugal, 1919 pour la Belgique, l’Angleterre, l’Allemagne, 1920 pour la Suède et la Grèce.

  • 5 La place des femmes dans les lieux d’enseignement pour les filles n’a jamais été mise en question, (...)
  • 6 Douze mille titulaires dans la fonction publique en 1858 ; 27 000 en 1896 ; 500 000 en 1901 ; un mi (...)

21Dans les années 1920, les étudiantes se font aussi de plus en plus visibles dans les universités. Certes, pour une partie d’entre elles, c’est surtout le métier d’enseignante qui est ambitionné — comme institutrice du primaire ou professeure du secondaire (Cacouault-Bitaud, 2007) — et elles sont les plus nombreuses dans les cursus qui y préparent, les lettres, l’histoire, les langues, la pédagogie5. Mais les diplômes universitaires ne mènent pas qu’à l’Instruction publique, d’autant que les autres ministères, en plein développement au début du XXe siècle6, organisent des recrutements pour les titulaires de diplômes supérieurs. En Europe, l’admission dans les sphères de responsabilité de la fonction publique s’organise ainsi dans les années 1920 : au Danemark en 1921, en Allemagne en 1922, en Suède en 1923, en Finlande en 1926. Cependant, et partout, les métiers des armes et de la police en sont exclus jusqu’à la décennie 1970–1980.

22En France, c’est après le premier conflit mondial qu’une partie des administrations accepte la féminisation des cadres, en particulier dans la fonction de « rédacteur », accessible avec une licence, qui conduit aux grades de sous-chef et chef de bureau, des métiers où s’exerce le commandement et la responsabilité sur du personnel, en particulier des hommes. Les ministères précurseurs comme le Commerce et la Guerre, puis l’Intérieur et l’Agriculture, ajoutent aux listes de diplômes nécessaires pour postuler à certaines fonctions les titres délivrés uniquement aux femmes (ancienne élève de l’École de Sèvres ou d’une École normale d’institutrices). Avant la guerre déjà, la section Statistiques du ministère du Travail leur avait été ouverte par Arthur Fontaine, directeur de l’Office du travail, polytechnicien et socialiste. Il fut au cœur des diverses lois de protection du travail de la fin du XIXe siècle, dont celle de 1892 créant le corps de l’inspection du travail et comprenant des hommes et des femmes, aux fonctions différenciées : les inspectrices n’ont ainsi pas accès aux ateliers comprenant des machines et employant une majorité d’hommes, dans un mouvement similaire à ceux de l’Angleterre avec les ladies inspectors et de l’Allemagne avec les Fabrikinspectorinnen (Clark, 2000 ; Beau et Schweitzer, 2007).

23Acceptant la promotion des femmes dans l’administration, Arthur Fontaine avait cependant tracé clairement la frontière entre les espaces de commandement et de responsabilité et ceux qui impliquent une part de la souveraineté nationale, comme l’accès à la haute fonction publique ou aux fonctions gouvernementales : « On dit : si elles sont rédactrices, pourquoi ne deviendraient-elles pas sous-chefs de bureau ? Oui, si elles le méritent. Et chefs ? Mais oui, si elles le méritent et sont aptes à l’emploi. Et directeurs, préfets, ministres ? Je m’arrête, pour ne pas empiéter sur le domaine du féminisme politique » (cité par Thuillier, 1988). Effectivement, au moment du Front populaire, les discussions parlementaires autour de la création d’une grande école d’administration de l’État, énoncent l’exclusion des femmes.

24En réalité, il paraît difficile d’accorder aux femmes la délégation de la souveraineté publique, un argument doctrinal avancé entre les deux guerres pour refuser l’entrée des femmes dans la magistrature : ne jouissant pas de l’ensemble de leurs droits civils, elles ne peuvent rendre la justice (Boigeol, 1996). Les offices ministériels leur sont tout autant contestés ou accordés avec parcimonie. Si la profession de commissaire priseur s’ouvre en 1924, la « première », nommée en 1928 l’est comme veuve, c’est-à-dire comme remplaçante de son mari décédé (Quemin, 1998). Le scénario — identique à celui de Marie Curie nommée à la Sorbonne à la mort de Pierre Curie, en 1906 — est bien contemporain des débats sur le droit de vote que certains proposaient de n’accorder qu’aux veuves, une curiosité antiféministe mise en œuvre en Belgique (Bard, 2001 ; Le Naour, 2005).

25Il faudra un demi siècle supplémentaire pour que la deuxième commissaire priseure prenne ses fonctions, en 1977, à Paris, en succédant à deux générations d’hommes, ses père et grand-père. Comme dans bien d’autres professions, cette discrète arrivée des femmes concorde avec une professionnalisation accrue du métier : ce n’est qu’à partir de 1973 que licence et Deug de droit et d’histoire de l’art sont nécessaires dans cette charge. Vingt ans plus tard, en 1993, quand les femmes se comptent 15 % des 459 commissaires priseur-e-s français-es, leurs collègues masculins parlent d’une « massive représentation » et les excluent des très grosses études et des instances dirigeantes nationales (Quemin, 1998). Quant aux notairesses, elles attendent jusqu’en 1954 pour être autorisées à accéder à la charge, quand les huissiers de justice accueillent leur « première » en 1948, la charge ayant été ouverte en 1946, en même temps que la magistrature.

  • 7 C’est ce que montrent les entretiens avec des magistrates, menés par Anne Boigeol, et avec les musi (...)

26Dans le même temps, les femmes médecins et les avocates ne suscitent plus de discours hostiles : la société peut désormais entendre qu’elles exercent à côté des hommes. Peut-être sont-elles moins ouvertement féministes que leurs aînées pionnières, en rajoutant dans un certain conformisme pour éviter les attaques frontales de leurs confrères7 ? De toute manière, elles ne sont pour l’heure guère menaçantes, ne dépassant guère quelques dizaines dans chaque pays : le Royaume-Uni compte 20 femmes inscrites au barreau en 1921 (0,7 % des effectifs), 79 en 1931 (2,7 % des effectifs) et 151 en 1951 (5 %), et encore n’exercent-elles pas toutes. En Finlande, ce sont 0,8 % en 1928, 1,7 % en 1940 pour 6,2 % en 1960, quand à la même date en Allemagne, les avocates se comptent pour 2 % (Mac Glynn, 2003 ; Silius, 2003 ; Schultz, 2003). Quant aux femmes médecins, leur place est peu ou prou équivalente et il semble qu’elles occupent de préférence des disciplines en lien avec leur supposée « nature », au plus près des femmes, des mères et des enfants, comme gynécologues, pédiatres et au plus loin de supposées difficiles spécialisations, exerçant comme généralistes, ou dans la dépendance salariée, comme médecins du travail ou des écoles (Le Feuvre et al., 2001).

3. Les années 1970 ou le temps de la mixité

27L’importance fondamentale de la décennie 1965–1975 pour les femmes des sociétés occidentales n’est plus à souligner. Outre l’épisode contestataire de 1968, initiateur de fortes mutations des mentalités collectives et en particulier de remise en cause de toutes les autorités, cette décennie permet que les femmes accèdent au contrôle d’une maternité qui fut si bien prétexte à leur domination. La libre contraception est obtenue en 1960 au Danemark, en 1967 en France et la dépénalisation de l’avortement en 1967 en Grande-Bretagne, en 1974 en Allemagne et en France, en 1975 en Suède, en 1978 en Italie. Parallèlement, l’étau juridique élaboré au XIXe siècle cède sur ses reliquats, les épouses françaises obtiennent la majorité civile en 1965, majorité accordée aux Danoises en 1899, aux Suédoises en 1921, aux Allemandes en 1954 et aux Espagnoles et Italiennes en 1975.

28Par contre, la presque totalité des Européennes est simultanément concernée par la mixité obligatoire de certains lieux de formations supérieures et, surtout, de l’enseignement secondaire : en France, la loi Haby qui l’installe dans l’ensemble des établissements date de 1974, on l’organise en Allemagne cette même année, quand, par exemple, la Grèce ne l’octroie qu’en 1979, au même moment que la Suède (Rogers, 2004 ; Boyer, 1981). Une chose est de permettre aux filles de s’instruire et d’avoir des métiers, une autre est de les confronter scolairement à leurs frères, ne serait-ce que pour y vérifier les discours sur leur « nature » opposée à la « culture » des hommes (Gardey et Löwy, 2000 ; Löwy, 2006 ; Rennes, 2007). Même si bien des enseignant-e-s continuent de souligner que « les garçons comprennent quand les filles apprennent », les filles prennent souvent la tête des classements : comment désormais leur faire accroire qu’elles sont moins capables que les garçons ? Dans le même temps, les sociétés occidentales élargissent l’accès à leurs enseignements supérieurs, en densifiant leur maillage territorial, ce qui permet la progression numérique des jeunes femmes. Entre 1960 et 1967, en France, les effectifs d’étudiant-e-s ont été multipliés par 2,5 et se répartissent dans 20 nouvelles universités. Les taux de scolarisation des 20 à 24 ans passent en 1970 à 19,4 % d’une classe d’âge chez les Français-es, 22,3 % chez les Anglais-es et 29,4 % chez les Allemand-e-s (Prost, 2004). Comme depuis les années 1880, les mutations sociales permettent l’accroissement de la présence féminine, même à bas bruit.

  • 8 Françoise Giroud, 100 mesures pour les femmes, La Documentation française, Paris, 1976, 196 pages.
  • 9 Il faudra cependant attendre une présidence socialiste, avec François Mitterrand, et une ministre d (...)
  • 10 Article VII : « aucune distinction pour l’application du présent statut n’est faite entre les deux (...)
  • 11 Ainsi, par exemple en 1957, le Journal officiel précise bien que pour l’admission au concours d’insp (...)
  • 12 Et quelques secrétaires ou sous-secrétaires d’État : en 1957, Jacqueline Thome-Patenôtre est sous-s (...)

29Parallèlement, l’accès à certains métiers est redéfini et élargi. Sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, Françoise Giroud, secrétaire d’État à la condition féminine, met en œuvre ses 100 mesures pour les femmes8. Dans la fonction publique française, les recrutements des fonctionnaires, de rang A en particulier — dans des fonctions que l’on a vues ouvertes aux femmes au début du XXe siècle — sont redéfinis : ils se déroulent désormais non de manière sexuée (concours pour les hommes, concours moins fréquents ou aux places limitées pour les femmes), mais par des concours mixtes. Meilleures élèves et donc meilleures candidates, les femmes y progressent rapidement : en 1992, deux fois plus de femmes que d’hommes (13 400 contre 7700) y seront reçues. En 1974–1975 sont également promues plusieurs « premières » à l’Inspection des finances, à la présidence de la Cour d’appel, à la Cour de cassation, au Tribunal de grande instance, au Conseil supérieur de la magistrature, à une sous-préfecture9. Et la France n’est pas une exception, l’accès « libre » à la fonction publique reste restrictif pour les métiers de l’uniforme et des armes, où existent des quotas : l’armée de l’Air limite l’accès des femmes à 12 %, l’armée de Terre à 8 %, la Gendarmerie à 5 %, même si, en 1975, une femme est promue générale — mais elle est médecin... — et une première commissaire de police endosse son uniforme : là, les recrutements féminins restent limités à 25 %. On le voit, même la fonction publique instaure des prébendes masculines, qui peuvent mal dire leur nom : décret limitatif lors des crises comme dans les années 1930, statut « égalitaire » de la fonction publique en 1945 assorti pourtant d’un article VII prévoyant des « dispositions spéciales », c’est-à-dire la fermeture des métiers des armes10, les concours de recrutement sexué ou, bien longtemps, soumis à quotas11. Un peu comme les pasteures protestantes, les femmes du service de l’État auraient ainsi été des « demi-fonctionnaires ». D’ailleurs, les premières tentatives d’autoriser aux femmes la magistrature les voyaient cantonnées aux tribunaux pour enfants, « demi-juges » en somme (Boigeol, 1996 ; Rennes, 2007). L’histoire des femmes ministres peut aussi être située dans ce type de représentations sociales naturalisées. Fort rares jusqu’à la fin du XXe siècle, elles sont cantonnées dans des postes reflets de leurs rôles socialement autorisés : ministère de la Santé en 1947 pour Germaine Poinso-Chapuis, puis en 1974 pour Simone Veil, pourtant magistrate12.

30Reste que les années 1970 sont déterminantes dans l’histoire de l’accès des femmes aux professions supérieures. Comme désormais toutes leur sont autorisées, elles se permettent en retour une progression dans des métiers ouverts, mais qu’elles refusaient ou négligeaient, comme, par exemple, ceux de la haute fonction publique. Les autorisations sociales que l’on peut citer, en France, peuvent être celles qui lèvent des interdits, comme pour l’École polytechnique, les Écoles des mines ou des métiers d’encadrement dans la police ou les armées. Mais ce sont aussi des carrières désormais légitimes parce que légitimées. Ainsi, les jeunes femmes s’autorisent, par exemple, plus amplement de concourir pour l’École nationale d’administration (ENA), où les promotions sont alors à 90 % masculines. Dans ses 20 premières années d’existence, l’ENA avait diplômé 51 femmes, quelques unités par an ; ensuite le nombre de candidates et de diplômées augmente, soit une femme pour deux hommes dans les années 1990 (Bodiguel, 1978 ; Colmou, 1999). Les femmes s’engagent aussi dans les formations scientifiques et dans les écoles d’ingénieurs, le nombre de diplômées passe, en France, de 4,7 % en 1970, à 15,7 % en 1985 et 22,6 % en 1999 (Marry, 2004).

31Le début du XXIe siècle montre bien que cette progression des femmes est forte, comme inéluctable dans la réversion des questions de parité : après ces longues résistances, les femmes sont en passe de devenir majoritaires dans la plupart des professions supérieures. Les tendances séculaires inversées, une question brûle les lèvres : pour se maintenir dans diverses professions, les hommes devront-ils demander à ce que la philosophie paritaire s’appliquent à eux-mêmes ? Galéjade ? Certes non, puisque des enquêtes sociologiques, par exemple auprès des musiciens d’orchestre, font d’ores et déjà état de ce type d’inquiétude masculine (Ravet, 2003).

4. Les années 2000 ou le temps de l’égalité ?

32Au début du XXIe siècle, d’une part, tous les indicateurs de la progression des femmes dans les professions supérieures sont à la hausse et, d’autre part, les poches de résistance, les « niches masculines » existent. Mais comment s’en étonner ?

33Même si l’analyse de l’état des sociétés très contemporaines relève des compétences de la sociologie, la mise en rétrospective historique permet plusieurs constats. Le premier concerne les anciennes rigueurs de l’appareil législatif : elles ont cédé et les femmes sont désormais admises dans toutes les formations et professions, y compris celles des armes, sans même y être freinées par des quotas. Dans une partie de ces métiers, leurs avancées restent timides, quand, dans d’autres, l’audace domine. Timidité ainsi pour les formations scientifiques, qu’elles soient d’ouverture ancienne (les écoles d’ingénieurs) ou plus récente, comme l’École polytechnique : les femmes n’y dépassent pas le tiers des présentes et observatrices et observateurs du phénomène se perdent en conjecture : faut-il incriminer là le poids des représentations sociales collectives qui ont longtemps dénié aux femmes la maîtrise des techniques ? Le type des épreuves de recrutement, conçues depuis toujours par et pour des hommes ? Le profil des métiers et débouchés attendus ? (Marry, 2004 ; Duru-Bellat, 2006).

  • 13 En 1978, les femmes doivent mesurer 1,58 m et en 1998, 1,60 m. En 2002, le ministre de l’Intérieur, (...)

34En effet, ailleurs, l’audace prime, comme par exemple dans les métiers de la police et des armes. Supprimés les quotas en 1998 et malgré un durcissement parallèle des critères physiques d’admission13, les femmes comptent pour 55 % des présent-e-s au concours et 45 % des recruté-e-s en 2004 à l’École nationale supérieure de police, qui forme les commissaires. Ainsi, et presque curieusement, la police offre l’exemple d’une féminisation plus rapide par le haut de sa hiérarchie que par le bas (Pruvost, 2007). Dans les armées nationales, levés interdits et quotas, les officières progressent également : elles sont 10 % au Royaume-Uni, 8 % en France, 7 % aux Pays-Bas et 6 % en Allemagne, en 2004 (Frotiée et Porteret, 2008).

  • 14 Part des femmes dans les disciplines médicales, évolution entre 2004 et 2006 : spécialités chirurgi (...)
  • 15 Dossiers Éco-Santé de l’OCDE, 2006.

35Il en va de même dans des secteurs autrefois réservés aux hommes, comme par exemple certaines spécialités médicales. Depuis plusieurs années, les femmes sont majoritaires dans ce cursus et y continuent leur investissement : 57,9 % des médecins diplômé-e-s en moyenne en 2004, elles sont 59,8 % deux ans plus tard et, surtout, elles ont alors perdu vingt points du côté de la médecine du travail et en ont gagné sept en chirurgie, quatre en réanimation14. En moyenne, sur les 25 dernières années, les femmes ont doublé leur présence parmi les médecins européenne-s, composant un tiers des praticien-ne-s, sauf en Finlande, en Espagne ou au Portugal où elles atteignent la moitié, au moins15.

  • 16 Rapport au Sénat de Christian Cointat, 2001 (www.senat.fr).

36Deuxième constat, cette progression de la féminisation des métiers trouve, pour l’instant, ses limites, ses plafonds de verre et cieux de plomb. L’impatience féministe qui dénonce ces blocages est ici grande et les travaux se multiplient pour les dénoncer (Boigeol, 1996 ; Ravet, 2003 ; Marry et Jonas, 2005 ; Buscatto, 2008). Pourtant, examinées à l’aune des 150 dernières années, ces résistances masculines peuvent certes exaspérer, mais guère étonner. Les hommes continuent bien de se réserver des sphères de pouvoir et de prestige, qui se lisent en termes symboliques et/ou financiers. Les décideurs ne puisent pas de manière égale dans les viviers de promouvables, les femmes peinent donc à se faire admettre en nombre au sommet des hiérarchies. Ainsi l’enseignement supérieur compte, en 2003, plus de moitié moins de professeures que de maîtresses de conférence (16 % en moyenne, contre 39 %). Et encore la France est-elle au nombre des pays les plus progressistes : en Suisse, en 2002, les professeures titulaires étaient 9 % des effectifs en moyenne (19 % en sciences sociales et 8 % en économie par exemple), légèrement plus qu’en Allemagne et aux Pays-Bas (8 %), quand Suède et Grande-Bretagne qui en comptaient 13 %, s’alignant sur la moyenne de l’Europe des 25. La représentation féminine est encore plus faible dans les institutions à faible recrutement ou à rares possibilités de promotion, comme le CNRS : en 2003, il comptait 24 % de femmes directrice de recherche de 2e classe, contre à peine 11 % en 1re classe, avec des sections dont elles sont complètement absentes (Marry et Jonas, 2005). Aujourd’hui, dans la magistrature française où les femmes sont 82 % des admis-e-s au concours externe de l’École nationale de la magistrature, elles ne sont que 6 % des responsables de juridictions nationales et 17 % pour les juridictions territoriales, quand leur part dans le vivier des promouvables est de 39 % (Bourven, 2007). Et pourtant, dans les années 1960, les jurys d’admission soulignaient que « la magistrature ne peut être qu’exceptionnellement une profession pour les femmes » ; en 1992, « que la montée des femmes est un phénomène qui n’est pas sain du point de vue social » (Boigeol, 1996), quand, en 2001, le président de l’Association professionnelle des magistrats énonce combien « la considération de sexe doit être tenue pour indifférente, parce qu’il ne semble pas que la féminisation, sinon en des temps très anciens, [...] ait jamais soulevé de difficultés notables »16.

37Quand postes de prestige il y a dans les professions, les promotions aux choix restent encore en la défaveur des femmes ; ainsi 13 % des directeurs d’administration centrale sont des directrices, 7 % des préfet-e-s. Il est vrai que le temps des pionnières dans les recrutements de l’ENA est à peine révolu : le recrutement a avoisiné epsilon durant des décennies (51 énarques entre 1946 et 1965), passa à 20 % dans les années 1990, mais fit un bond spectaculaire en 2005 : 44 %. Cette année-là, pour la première fois, le jury est présidé par une femme.

38Cependant, la progression des femmes dans l’ensemble des professions supérieures entraîne aussi une visibilité plus importante des discriminations entraînant leur dénonciation publique et la mise en place de procédures de résorption : l’opinion publique est désormais plus sensible à l’incongruité de ces niches masculines. En 2008, chaque nouvelle administratrice dans le club fermé des entreprises du CAC 40 est saluée par la presse, quand obligation légale a dû être faite par le vote d’une loi en février 2006 pour un quota à 20 % : en août 2007, leur place a progressé de 6 à 7,9 %, quand, en Norvège, le pourcentage atteint 40 %. De même, les musicien-ne-s de haut niveau peuvent désormais être recruté-e-s de manière plus anonyme (derrière des paravents) et la place des femmes progresse nettement dans les grands orchestres symphoniques, y compris au Philharmonique de Vienne, où les femmes furent interdites jusqu’en 1997. Désormais, le plafond de verre est symbolisé par leur accès aux postes de premier violon, ce numéro 2 de l’orchestre, et de cheffe d’orchestre : en 2002, et sous la pression des musiciens, l’anglaise Julia Jones a dû démissionner de l’orchestre de l’opéra de Bâle qu’elle dirigeait depuis quatre ans (Ravet, 2003).

39Troisième constat, la lecture de ces différences doit prendre en compte l’histoire heurtée de la place des femmes dans les professions supérieures, si longtemps chargée de fausses représentations sociales. L’inconscient collectif a charrié et continue de diffuser des topoï encore lourds à porter pour les femmes comme pour les hommes, en particulier sur les supposées spécificités « naturelles » des femmes, autrement dit les différences biologiques. Au premier rang de celles-ci, la maternité. Bien que contrôlée, elle reste sans cesse convoquée et serait handicapante. Génératrice de congés de maternité supposés fréquents, c’est cette maternité qui, en particulier pour les cadres supérieurs des entreprises, ferait obstacle à la mobilité géographique ; or on sait cette dernière devenue de plus en plus impérative, parallèlement d’ailleurs à la poussée numérique des femmes dans les professions très diplômées. Dans telle entreprise à statut, non seulement les remplacements temporaires lors des congés de maternité demeurent de l’ordre du bricolage, avec le recours à des stagiaires ou à des intérimaires, mais perdure encore l’idée de femmes mères de nombreux enfants et donc absorbées de longues années par ces gestations : « Avant 35 ans, j’ai plus de femmes que d’hommes [à haut potentiel] et après 35 ans, j’en ai perdu plein. Entre 35 et 40 ans, que font les femmes ? Des bébés » (cité par Guillaume et Pochic, 2007, p. 87). Par ailleurs, comme maternité rime encore avec mariage, elle renvoie également au soutien à la carrière du conjoint. Les études sociologiques montrent ainsi l’appui affirmé des entreprises aux pères de famille, quand il fait défaut aux mères : le dévouement à la vie professionnelle est bel et bien qualité chez les hommes et défaut chez les femmes (Gadéa et Marry, 2000).

40Il y a ensuite l’évaluation des compétences et de l’acquisition des savoirs. Même si des ouvrages font florès autour du « sexe du cerveau », on ne peut plus dire que les femmes sont sottes. Par contre, les évaluations des cadres montrent que les femmes suscitent des jugements qualitatifs encore tout empreints de leurs rôles maternants : elles seraient ainsi marquées par un manque d’ambition et de motivation professionnelles liées à leurs contraintes familiales, leur potentiel managérial souffrirait du manque de maîtrise de leurs émotions, de comportements trop scolaires, trop sérieux. On ne peut que constater que ces remarques sont ancrées dans des stéréotypes sociaux anciens (Laufer, 2005).

41De fait — et peut-être parce que les femmes n’ont longtemps occupé que des segments du marché du travail dévalorisés parce qu’uniquement féminins — l’imaginaire social voudrait que leur progression se fasse dans la dépréciation et la désertion masculine des professions qu’elles investissent. Tel ne semble pas être le cas, car les femmes n’occupent pas des places laissées vacantes, elles empêchent au contraire les hommes de les prendre. Par exemple, dans la fonction publique, les femmes sont les trois-quarts des recrutements dans le rang A, quand la part des hommes progresse dans les rangs B (54 %), refuges en ces décennies de crise économique persistante. Contrairement à ce qui se passait dans les années 1960–1970, la part féminine augmente dans la plupart des concours entre les écrits et les résultats finaux : 59 % des candidat-e-s dans la fonction publique, les femmes sont 69 % des recruté-e-s, tous rangs confondus (Bounakhla, 2006). Meilleures élèves dans les cursus scolaires, elles réussissent aussi mieux dans les modes de recrutement qui leur sont soumis.

42Ainsi, quelle que soit l’époque, à la fin du XIXe siècle comme récemment, les premières générations qui ont forcé la porte des professions interdites affichaient leur féminisme militant, quand les secondes générations se sont faites plus discrètes, quand elles n’étaient, et continuent à n’être dans les dernières professions ouvertes, que 10 à 15 % des effectifs. Dans un contexte de droits civils et civiques entièrement acquis, les troisièmes générations, celles qui sont plus du tiers, voire plus de la moitié des présentes dans une profession, revendiquent l’égalité complète et soulignent ne pas comprendre les discriminations dont elles sont, insidieusement, l’objet. Sans doute ne savent-elles pas que leurs supérieurs hiérarchiques, produit de la société dans laquelle ils et elles vivent, continuent de charrier des présupposés déployés sous forme d’argumentaire inattaquable. Profession après profession, génération après génération, la progression féminine prend les allures de l’inéluctable, sans, finalement, que les arguments critiquant leur accès à ces positions aient vraiment changé depuis le XIXe siècle, et la vie politique en offre un ultime exemple. Ainsi, annoncée la possible candidature à l’élection présidentielle de Ségolène Royal en septembre 2006, Jean-Luc Mélenchon, sénateur socialiste, membre de la commission culturelle du Sénat, fait savoir que « la Présidence de la République n’est pas un concours de beauté ». Sans doute faut-il entendre là que la beauté ne peut se décliner avec les capacités intellectuelles, comme le soulignaient déjà des étudiants des années 1880. Au même moment, Laurent Fabius, ancien Premier ministre, ancien président de l’Assemblée nationale et ancien premier secrétaire du Parti socialiste se demande publiquement : « Mais qui va garder les enfants ? », renvoyant bien la candidate à ses immémoriaux devoirs de mère.

5. Conclusion

43La mise en rétrospective historique plaide, me semble-t-il, pour l’optimisme. Pour ainsi dire parties de rien dans les années 1860, les femmes ont tout obtenu. Chaque période d’ouverture, saisie par les féministes et les femmes, a vu leur progression dans différents secteurs professionnels. Les années 1880 sont celles des premières médecins et avocates, métiers dont on dit alors qu’ils s’exercent dans un relatif isolement professionnel et ont des horaires suffisamment flexibles pour que les femmes n’aient pas à négliger leur rôle d’épouse et de mère. Les années 1920 entérinent l’évolution des mentalités collectives et la place des femmes dans le premier conflit mondial, quand il fallut bien remplacer les hommes partis ou tués au front : s’ouvrent alors la plupart des lieux de formation scientifique, mais aussi la fonction publique et l’enseignement supérieur, ou encore la charge de pasteure ou de commissaire priseur. Les femmes y restent très minoritaires jusque dans les années 1970, qui voient par ailleurs s’ouvrir les dernières professions interdites, celles des métiers des armes et de l’uniforme, avec les premières responsables dans la police et les armées. Enfin, la quatrième période, celle des années 2000, est celle qui enregistre tout à la fois la forte progression des femmes dans les métiers acquis depuis longtemps, ceux de la médecine, du droit, de l’enseignement, par exemple, et leur arrivée dans les professions nouvellement acquises, là où les « premières » viennent juste d’être célébrées, qu’il s’agisse de la politique comme de la direction des orchestres ou le pilotage des avions. Parallèlement, les jeunes femmes deviennent majoritaires dans la plupart des cursus de l’enseignement supérieur, voire dans une grande partie des professions auxquels ils conduisent.

44Certes, face à cette progression, les hommes préservent des niches d’entre soi, qui se disent aussi en termes de revenus, que ce soit dans les cabinets d’affaires, en chirurgie lourde ou dans les conseils d’administration des grandes entreprises. Et en termes de pouvoir. Ainsi, en 2000, la loi française sur la parité avait, comme autrefois le Statut de la fonction publique, ses zones d’exception qui préservaient les hommes et l’homosociabilité : les listes non paritaires étaient seulement financièrement sanctionnées au lieu d’être tout bonnement refusées, la loi épargnait les petites communes et les élections dans le cadre des départements, avec toutes leurs conséquences sur la représentation des femmes au Sénat. Conséquence de ce sexisme : en 2008, la France se classe au 58e rang mondial pour la place des élues dans les Assemblées, quand, ailleurs, les Européennes ont quasiment achevé le parcours pour l’égalité commencé dans les années 1880 : les Suédois-e-s sont représenté-e-s par 47 % d’élues (2e rang mondial), les Hollandais-e-s par 39,3 %, à peine plus que les Espagnol-e-s et les Norvégien-ne-s (36 %). Si, dans les postes à hautes responsabilités, l’on continue de saluer quelques « premières », elles ne sont plus vraiment des « pionnières ».

Haut de page

Bibliographie

Anderson, R.D., 2004. European Universities from Enlightenment to 1914. Oxford University Press, Oxford.

Bakker, N., Van Essen, M., 1999. No Matter of Principles. The Unproblematic Character of Coeducation in Girl’s Secondary Schooling in the Netherlands, 1870–1930. History of Education Quarterly 39, 454–475.

Bard, C., 2001. Les femmes dans la société française. Armand Colin, Paris.

Baudelot, C., Establet, R., 1992. Allez les filles !. Seuil, Paris.

Beau, A.‑S., Schweitzer, S., 2007. L’Inspection du travail au féminin, 1892–1974. In: Chatriot, A., Join-Lambert, O., Viet, V. (Eds.), Les politiques du travail (1906–2006). Acteurs, institutions, réseaux. Presses universitaires de Rennes, Rennes, pp. 77–88.

Berger, B.‑D., 2002. Madeleine Daniélou, 1880–1956. Le Cerf, Paris.

Bette, P., 2008. Veuves et veuvages de la Première Guerre mondiale. Lyon, 1914–1918. Vingtième siècle. Revue d’histoire 98, 191–202.

Bodiguel, J.‑L., 1978. Les anciens élèves de l’ENA. Presses de la FNSP, Paris.

Boigeol, A., 1996. Les femmes et les cours. La difficile mise en œuvre de l’égalité des sexes dans l’accès à la magistrature. Genèses 22, 107–129.

Buscatto, M., 2008. Tenter, rentrer, rester. Les trois défis des femmes instrumentistes de jazz. Travail, genre et société 19, 87–108.

Bourven, M., 2007. La place des femmes dans les lieux de décision : promouvoir la mixité. Conseil économique et social, Paris.

Bounakhla, N., 2006. Les recrutements par concours dans la fonction publique de l’État en 2004. Ministère de la Fonction publique, Paris.

Boyer, R., 1981. L’éducation dans le monde scandinave. In: Mialaret, G., Vial, J., Histoire mondiale de l’éducation, 1815–1914, tome 3. PUF, Paris, pp. 135–142.

Cacouault-Bitaud, M., 2007. Professeurs... mais femmes. Carrières et vies privées des enseignantes du secondaire au XXe siècle. La Découverte, Paris.

Caron, F., 1997. Les deux révolutions industrielles du XXe siècle. Albin Michel, Paris.

Chantereau, G., 1997. Les femmes ingénieurs issues de l’École centrale pendant l’entre-deux-guerres. Mémoire de maîtrise, université de Paris–Nord.

Charle, C., Verger, J., 1994. Histoire des universités. PUF, Paris.

Christen-Lécuyer, C., 2000. Les premières étudiantes de l’université de Paris. Travail, genre et société 4, 35–50.

Clark, L., 2000. The Rise of Professional Women in France. Gender and Politic Administration since 1830. Cambridge University Press, Cambridge.

Colmou, A.‑M., 1999. L’encadrement supérieur de la fonction publique : vers l’égalité entre hommes et femmes. La Documentation française, Paris.

Despy-Meyer, A., 1986. Les étudiantes dans les universités belges de 1880 à 1941. L’Université au feminin. Perspectives universitaires 3, 17–49.

Duru-Bellat, M., 2006. L’école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ? L’Harmattan, Paris.

Dyhouse, C., 2002. Going to University in England Between the Wars: Access and Funding. History of Education 31, 1–14.

Frotiée, B., Porteret, V., 2008. La féminisation des armées occidentales : leçons d’une comparaison internationale. In: Guichard-Claudic, Y., Kergoat, D., Vilbrod, A. (Eds.), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin... et réciproquement. Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Gadéa, C., Marry, C., 2000. Les pères qui gagnent : descendance et réussite professionnelle chez les ingénieurs. Travail, genre et sociétés 3, 109–136.

Gardey, D., Löwy, I. (Eds.), 2000. L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin. Éditions des archives contemporaines, Paris.

Goodman, J., Martin, J., 2000. Breaking Boundaries: Gender, Politics and the Experience of Education. History of Education 29, 383–388.

Hillenweck, N., 2004. Les femmes dans l’université allemande : le cas de la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg. In: Rogers, R. (Ed.), La mixité dans l’éducation. Enjeux passés et présents. ENS éditions, Lyon, pp. 73–87.

Laufer, J., 2005. La construction du plafond de verre : le cas des femmes cadres à potentiel. Travail et emploi 102, 55–70.

Le Feuvre, N., Lapeyre, N., Cacouault, M., 2001. La féminisation des professions libérales : l’exemple des professions médicales et juridiques. Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, Paris.

Le Naour, J.‑Y., 2005. La famille doit voter : le suffrage familial contre le vote individuel. Hachette, Paris.

Löwy, I., 2006. L’emprise du genre, masculinité, féminité, inégalité. La Dispute, Paris.

Mac Glynn, C., 2003. The Status of Women Lawyers in the United Kingdom. In: Schultz, U., Shaw, G. (Eds.), Women in the World’s Legal Professions. Hart Publishing, Oxford-Portland, OR, pp. 139–158.

Marry, C., 2004. Les femmes ingénieures. Une révolution respectueuse. Belin, Paris.

Marry, C., Jonas, I., 2005. Chercheuses entre deux passions. Travail, genre et sociétés 14, 69–88.

Mayeur, F., 1993. L’Enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République. Presses de la FNSP, Paris.

Mialaret, G., Vial, J., 1981. Histoire mondiale de l’éducation, 1815–1914, tome 3. PUF, Paris.

Myers, D.C., 2004. Qu’elles continuent de frapper à la porte ! L’admission des femmes dans les universités écossaises à la fin du XIXe siècle. In: Rogers, R. (Ed.), La mixité dans l’éducation. Enjeux passés et présents. ENS éditions, Lyon, pp. 53–72.

Guillaume, C., Pochic, S., 2007. La fabrication organisationnelle des dirigeants. Un regard sur le plafond de verre. Travail, genre et sociétés 17, 79–99.

Pfefferkorn, R., 2008. Des femmes chez les sapeurs pompiers. In: Guichard-Claudic, Y., Kergoat, D., Vilbrod, A. (Eds.), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin... et réciproquement. Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Pinault, M., 2008. Portrait de groupe d’universitaires parisiens en leur villégiature bretonne : l’Arcouest dans la première moitié du XXe siècle. Histoire et société 25–26, 142–159.

Prost, A. (Ed.), 2004. Histoire de l’enseignement en France. 1930 à nos jours, vol. 4. Perrin, Paris.

Pruvost, G., 2007. Anatomie politique, professionnelle et médiatique des femmes dans la police. Cahiers du Genre 42, 43–60.

Quemin, A., 1998. Modalités féminines d’entrée dans une profession d’élites : les cas des femmes commissaires priseurs. Sociétés contemporaines 29, 87–106.

Ravet, H., 2003. Professionnalisation féminine et féminisation d’une profession : les artistes interprètes de musique. Travail, genre et société 9, 173–196.

Rennes, J., 2007. Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige, 1880–1940. Fayard, Paris.

Riot-Sarcey, M., 2002. Le féminisme, une histoire éclatée. La Découverte, Paris.

Rochefort, F. (Ed.), 2007. Le pouvoir du genre. Laïcités et religions, 1905–2005. PUM, Toulouse.

Rogers, R. (Ed.), 2004. La mixité dans l’éducation. Enjeux passés et présents. ENS éditions, Lyon.

Rouban, L., 1996. La fonction publique. La Découverte, Paris.

Savage, John, 2008. The Social Function of the Law Faculty: Demographics, Republican Reform and Professionnal Training at the Paris Law Faculty, 1870–1914. History of Education Quarterly 48, 221–243.

Schultz, U., 2003. The Status of Women Lawyers in Germany. In: Schultz, U., Shaw, G. (Eds.), Women in the World’s Legal Professions. Hart publishing, Oxford-Portland, pp. 271–293.

Schweitzer, S., 2002. Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes, XIXe–XXe siècles. Odile Jacob, Paris.

Schweitzer, S., 2008. Mixité des formations supérieures et des professions diplômées en Europe, XIXe–XXe siècles. In : Hirata, H., Maruani M. (Eds.), Travail et genre, regards croisés, France, Europe Amérique latine. La Découverte, Paris.

Silius, H., 2003. Women Jurists in Finland at the Turn of the Century: Breakthrough or Intermezzo? In: Schultz, U., Shaw, G. (Eds.), Women in the World’s Legal Professions. Hart publishing, Oxford-Portland, pp. 387–399.

Thébaud, F., 1986. La femme au temps de la Guerre de 14. Stock, Paris.

Thuillier, G., 1988. Les femmes dans l’administration. PUF, Paris.

Tournier, M., 1972. L’accès des femmes aux études universitaires en France et en Allemagne, 1861–1967. Thèse de 3e cycle, université René-Descartes, UFR sciences de l’éducation.

Haut de page

Notes

1 Sur la mixité de ce milieu universitaire parisien voir Michel Pinault (2008).

2 Cet article est une tentative de périodisation qui permette de lire, à l’échelle européenne, l’histoire de l’évolution de la place des femmes dans les professions très diplômées. Il n’a pas la prétention d’examiner tous les métiers, mais se contente de donner quelques exemples illustrant l’argument.

3 Pour plus de détails sur l’histoire comparée des discriminations dans l’enseignement, voir S. Schweitzer (2008).

4 Quel que soit le pays d’Europe, c’est à peine 4 à 5 % d’une classe d’âge qui fréquente l’enseignement secondaire dispensé dans les lycées ou leurs équivalents européens ; soit 5 % d’une classe d’âge en France en 1929 contre 6,2 % aux garçons ; 15,9 % en 1939, pour 15,6 % des garçons ; 26 % en 1954, pour 21,6 % des garçons.

5 La place des femmes dans les lieux d’enseignement pour les filles n’a jamais été mise en question, si ce n’est dans l’équivalence de leurs formations et salaires avec les hommes. Les métiers d’institutrice et de professeure ne seront donc pas examinés ici.

6 Douze mille titulaires dans la fonction publique en 1858 ; 27 000 en 1896 ; 500 000 en 1901 ; un million en 1914 (Rouban, 1996).

7 C’est ce que montrent les entretiens avec des magistrates, menés par Anne Boigeol, et avec les musiciennes, menés par Hyacinthe Ravet (Boigeol, 1996 ; Ravet, 2003).

8 Françoise Giroud, 100 mesures pour les femmes, La Documentation française, Paris, 1976, 196 pages.

9 Il faudra cependant attendre une présidence socialiste, avec François Mitterrand, et une ministre des Droits des femmes de plein exercice, Yvette Roudy, pour voir nommer une préfète et une rectrice d’Académie.

10 Article VII : « aucune distinction pour l’application du présent statut n’est faite entre les deux sexes, sous réserve des dispositions spéciales qu’il prévoit ».

11 Ainsi, par exemple en 1957, le Journal officiel précise bien que pour l’admission au concours d’inspecteur élève des impôts, 322 places sur 400 sont réservées aux hommes, quand, aux douanes, c’est 38 postes sur 38.

12 Et quelques secrétaires ou sous-secrétaires d’État : en 1957, Jacqueline Thome-Patenôtre est sous-secrétaire d’État à la Construction et au Logement, en 1959, Néfissa Sid-Cara est secrétaire d’État chargée des questions sociales en Algérie, en mai 1968, Marie-Madeleine Dienesch est sous-secrétaire d’État à l’Éducation nationale, puis aux Affaires sociales et enfin à la Santé publique, poste qu’elle garde jusqu’en 1974 ; en 1973, Suzanne Ploux l’avait rejointe comme secrétaire d’État à l’Éducation nationale.

13 En 1978, les femmes doivent mesurer 1,58 m et en 1998, 1,60 m. En 2002, le ministre de l’Intérieur, Jean-Pierre Chevènement décide de changer les épreuves sportives classiques en un parcours d’habileté motrice, mesure cependant assortie d’une introduction de l’indice de masse corporelle (IMC), le rapport entre le poids et la taille, qui est discriminant pour les femmes. L’iniquité de la mesure est illustrée par un exemple : la championne Christine Arron ne serait pas dans les normes de recrutement.

14 Part des femmes dans les disciplines médicales, évolution entre 2004 et 2006 : spécialités chirurgicales, de 29,5 à 36,6 % ; anesthésie réanimation, de 42,4 à 46,5 % ; pédiatrie, de 82,1 à 87,2 % ; médecine du travail, de 67,9 à 47,2 % (DREES, Études et résultats, nº 571, avril 2007).

15 Dossiers Éco-Santé de l’OCDE, 2006.

16 Rapport au Sénat de Christian Cointat, 2001 (www.senat.fr).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Schweitzer, « Du vent dans le ciel de plomb ? L’accès des femmes aux professions supérieures, XIXe–XXe siècles », Sociologie du travail, Vol. 51 - n° 2 | 2009, 183-198.

Référence électronique

Sylvie Schweitzer, « Du vent dans le ciel de plomb ? L’accès des femmes aux professions supérieures, XIXe–XXe siècles », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 51 - n° 2 | Avril-Juin 2009, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 25 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/16383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.16383

Haut de page

Auteur

Sylvie Schweitzer

Larhra (UMR CNRS 5190), ISH, université Lyon-II, 14, avenue Berthelot, 69363 Lyon cedex 7, France
syschweitzer[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search