Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 60 - n° 1Comptes rendusClaude Dubar et Sandrine Nicourd,...

Comptes rendus

Claude Dubar et Sandrine Nicourd, Les biographies en sociologie

La Découverte, Paris, 2017, 128 p.
Loïc Mazenc
Référence(s) :

Claude Dubar et Sandrine Nicourd, Les biographies en sociologie, La Découverte, Paris, 2017, 128 p.

Texte intégral

1Dans un « In Memoriam » dédié à Claude Dubar, Didier Demazière (2016) relatait l’intérêt de l’auteur pour les perspectives biographiques dès les années 1990. L’ouvrage dont il est question ici, de Claude Dubar et Sandrine Nicourd, poursuit le débat sur un matériau controversé en sociologie : les biographies. Ce manuel mêle l’histoire de la discipline, les différentes théories associées, les méthodes qui peuvent être utilisées et des exemples d’enquêtes sous forme d’encadrés. En prenant soin de préciser qu’elle n’est pas « une méthode en soi » (p. 3), l’analyse biographique est ici pensée comme pratique pluridisciplinaire, « source essentielle de connaissance des réalités sociales » (p. 3) explorant les différentes sphères de la vie.

2La première partie du livre est consacrée à l’histoire de l’analyse biographique et des approches ethno-sociologiques. Les auteurs nous plongent dans les premiers travaux de l’École de Chicago, où les éléments biographiques sont utilisés pour la première fois en sociologie et où se mêlent les dimensions objectives et subjectives du social. C. Dubar et S. Nicourd affirment que les premières divergences apparaissent dès les années 1980 et soulignent l’opposition entre deux approches : la première comme perspective socio-compréhensive, productrice de connaissances à partir de narrations sur le monde vécu, symbolique et intérieur ; la seconde, qui se veut plus « réaliste », visant les rapports et processus sociaux structurels, conceptualisant les récits de vie comme des « récits de pratiques ».

3La deuxième partie est consacrée à l’analyse et la définition de trois concepts fondamentaux dans l’analyse biographique : les parcours de vie, les trajectoires et les carrières. Les auteurs apportent un double éclairage constructiviste et interactionniste, tout en prenant soin de se détacher du structuralisme bourdieusien — en réexaminant par exemple la controverse du « récit » initiée par Pierre Bourdieu (1986) qui parlait d’ « illusion biographique ».

4Les parcours de vie des individus — notion découlant principalement du voisinage de la sociologie avec la démographie — sont abordés comme des processus : l’histoire des sociétés et celle des acteurs sont traitées comme interdépendantes, les dispositifs régulant l’existence sociale. Les auteurs engagent à se concentrer sur les points de contact entre les individus et la structure sociale (la famille, les entreprises, les établissements scolaires), entendus comme « autant d’espaces de médiation et de négociations des déterminants structurels » (p. 25).

5Les trajectoires, deuxième élément central, sont décrites dans un premier temps par les auteurs comme des « courbes reliant les positions sociales successives de plusieurs personnes de la même lignée ou de moments d’un cours individuel de vie » (p. 31), renvoyant de fait à l’usage et à la définition qu’en fait P. Bourdieu. Néanmoins, elles ne se réduisent pas à la seule logique de la reproduction sociale de classe (p. 32), et les auteurs abordent aussi l’hétérogénéité des socialisations qui « engendrent une pluralité de dispositions » (p. 32). La complexité des trajectoires et des changements de position dans les espaces sociaux résulte de multiples déterminations. En outre, ces trajectoires sont transformées par l’effet des interactions. Pour C. Dubar et S. Nicourd, il est primordial de tenir compte des dynamiques socio-historiques.

6Enfin, la notion de carrière, caractérisée par une série de statuts clairement définis et de changements entrainant de nouvelles socialisations (Hughes, 1937), obéit à la même diversité. Invoquant George Herbert Mead (p. 46), les deux auteurs placent l’interaction au cœur de la vie sociale et s’attachent à penser le monde social comme un jeu de relations. En effet, la perspective interactionniste conduit à tenir compte des accidents biographiques et des nouveaux statuts — mariage, maladies, fin d’études… — révélateurs, pour C. Dubard et S. Nicourd, des dynamiques biographiques. Les deux auteurs précisent qu’il s’agit de s’intéresser « aux transitions entre les séquences d’une carrière […], certaines pouvant prendre la forme de turning point, de bifurcations […] ou de ruptures » (p. 55), appréhendées comme des moments de relâchement de certaines contraintes, où l’individu recompose un réseau de relations encastrées, source ordinairement de stabilité.

7La troisième et dernière partie, davantage méthodologique, se concentre sur les spécificités de l’entretien socio-biographique et de son analyse. Le travail du sociologue vise ici à comprendre les moyens par lesquels l’enquêté cherche à construire le sens de sa biographie, l’objectif étant de déconstruire ces artefacts pour élucider ses mécanismes. Cela inclut la description, l’explication de faits objectifs et la compréhension des façons subjectives de vivre ces faits, à travers la mise en récit d’étapes biographiques dans plusieurs sphères de socialisation.

8C. Dubard et S. Nicourd abordent dans un premier temps le travail réflexif préalable et nécessaire à toute enquête sociologique. L’interaction entre l’enquêté et l’enquêteur suppose la prise en compte de multiples paramètres générateurs de violence symbolique (tenue, voix, âge, sexe, position sociale…). En outre, les auteurs insistent sur la mise en œuvre d’un réel « contrat de communication », tout en proposant des pistes pour comprendre le dispositif et l’appliquer.

9Néanmoins, un piège persiste : « prendre le récit comme explicatif en soi » (p. 84). Pour les auteurs, il faut « identifier des schèmes qui constituent des repères fondamentaux pour saisir les cheminements sociaux de l’enquêté » (p. 86). En s’appuyant sur la méthodologie développée par Didier Demazière et Claude Dubar (1997), ils soulignent que tout récit obéit à un certain nombre de règles formelles qui constituent des repères pour déconstruire sa structure discursive, et proposent une méthode concrète d’analyse séquentielle. Les derniers paragraphes se rapportent aux approches quantitatives des biographies qui « permettent de rendre compte des dynamiques familiales, professionnelles et résidentielles sur plusieurs générations » (p. 96) et concluent l’ouvrage.

10Fourmillant de références sociologiques très riches et d’exemples concrets de recherches, le livre de C. Dubard et S. Nicourd joue pleinement son rôle de « manuel ». L’application des auteurs à définir séparément les différents éléments centraux de l’analyse biographique (parcours de vie, trajectoires et carrières) permet de clarifier les notions, encore trop peu distinguées dans les travaux sociologiques récents. En outre, l’ouvrage permet de revenir sur la complexité des situations sociales, mêlant autonomie des acteurs, interdépendances et conditions sociales, dans un cadre méthodologique où la primauté donnée à l’échelle des individus peut rendre difficile l’articulation d’un parcours singulier à un processus socio-historique.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P., 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, p. 69-72.

Demazière, D., 2016, « Claude Dubar (1945–2015) », Sociologie du travail, vol. 58, n° 1, p. 1-7.

Demazière, D., Dubar, C., 1997, Analyser les entretiens biographiques, l’exemple des récits d’insertion, Nathan, Paris.

Hughes, E. C. (1937), « Institutional office and the person », American Journal of Sociology, vol. 43, n° 3, p. 404-413.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Mazenc, « Claude Dubar et Sandrine Nicourd, Les biographies en sociologie », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 1 | Janvier-Mars 2018, mis en ligne le 23 février 2018, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1656

Haut de page

Auteur

Loïc Mazenc

Institut National Polytechnique de Toulouse, École Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse, U.M.R. INPT-INRA AGIR, Avenue de l’Agrobiopole, BP 32607 Auzeville Tolosane, F31326 Castanet-Tolosan Cedex, France
loic.mazenc[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search