Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 51 - n° 2Comptes rendusSex-shops une histoire française,...

Comptes rendus

Sex-shops une histoire française, B. Coulmont

Éditions Dilecta, Paris (2007). 263 p.
Roland Canu
p. 311-312
Référence(s) :

Baptiste Coulmont, Sex-shops une histoire française, Éditions Dilecta, Paris, 2007, 263 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage de Baptiste Coulmont, accompagné dans son travail d’Irène Orca Ortiz, se présente comme une « première étape d’une sociologie du petit commerce sexuel » (p. 252) qui convie le lecteur à parcourir près de 40 ans d’histoire sociale des sex-shops. C’est dans cette visée propédeutique qu’il nous faut comprendre la volonté, fermement affichée par l’auteur, de procéder à un premier « travail d’objectivation lourd » (p. 14) de la catégorie des sex-shops, non plus comme « librairie(s) peu menaçante(s) de la libération sexuelle » (p. 17) mais comme places organisant la marchandisation du sexe, de ses catégories et de ses représentations. Cette objectivation, examinée dans la première partie de l’ouvrage, renvoie à la performativité d’un double discours à la fois externe et interne à l’univers de l’érotisme. Externe, puisque le droit, sacrifiant la notion d’outrage aux bonnes mœurs comme base légale permettant l’interdiction des sex-shops, s’appuie à partir du début des années 1970 sur des textes garantissant la protection des mineurs, voire sur des impératifs d’ordre urbanistique, pour autoriser tout en le limitant l’essor de ce commerce et son implantation dans l’espace public. Interne, puisque s’ajoute à ces déplacements juridiques une « consolidation taxinomique » propre au travail « d’agents internes », diffusant notamment leur discours par le biais de revues pornographiques ou érotiques (p. 47 et 54). Ce double discours n’est bien sûr pas sans effet : dès le milieu des années 1970, les sex-shops se banalisent et se voient associés à une « basse culture pornographique », en particulier après l’introduction de dispositifs tels que les projecteurs de films. La stabilisation de cette catégorie a pour corollaire le renforcement de sa critique de la part de l’Église catholique, des politiques, des associations locales, des juristes ou encore des partisans d’une libération sexuelle qui ne serait pas instrumentalisée par la logique capitaliste. L’objet de la seconde partie de l’ouvrage réside, justement, dans la description parfois redondante de cette opposition, de ses porte-parole et des deux principaux registres de justification qui la fondent depuis le retrait juridique de l’argument moral : la protection de la jeunesse et la limitation de l’implantation de ces boutiques au nom de la tranquillité, de la diversité et de la valeur immobilière des quartiers. Nous comprenons ainsi, notamment en nous mettant dans la peau d’un entrepreneur souhaitant ouvrir un sex-shop (p. 138–145), que les freins rencontrés ne renvoient pas tant à une réglementation étatique rigide qu’à une régulation locale assurée par des élus locaux, des riverains ou encore des associations de parents d’élèves.

2Le changement de décor, dans la troisième partie, est brutal : le lecteur pénètre à l’intérieur même de ces boutiques pour y observer l’activité des vendeurs (« ranger, classer, nettoyer, conseiller »), l’aménagement de l’espace, la préparation d’une écologie dédiée à la vente de produits pornographiques ou même à leur consommation sur place. Aussi frustrante soit-elle, la myopie revendiquée de l’auteur, qui sacrifie à la fois le discours des consommateurs mais aussi, dans une moindre mesure, un point de vue interactionniste que l’on entrevoit passionnant (l’engagement et la préservation des « faces », notamment les « formes d’évitement » observables), se révèle néanmoins porteuse de nombreux enseignements. À partir d’entretiens avec les vendeurs, Baptiste Coulmont rend ainsi compte, par exemple, de la hiérarchisation des comportements sexuels endogène à ces lieux à travers la disposition spatiale de l’offre — les actes valorisés étant associés à des produits visibles dès l’entrée, les produits qui renvoient à des actes socialement condamnés étant à l’inverse plus difficiles d’accès.

3La quatrième et dernière partie de l’ouvrage assure le lien entre l’ambition historique qui sous-tend la première moitié du récit et cette intrusion dans l’espace marchand proprement dit. En identifiant une série de glissements survenus depuis le début des années 2000 (implantation des sex-shops hors des « quartiers chauds », féminisation de la clientèle, diversification sociale des entrepreneurs, p. 192), l’auteur propose de comprendre la « différenciation interne du monde des sex-shops » qui s’opère et la différenciation concomitante de la clientèle. Ce mouvement, qui se concrétise dans l’apparition de « nouveaux sex-shops » à l’habillage bien plus engageant que les précédents, traduit selon lui en premier lieu « (la) reconnaissance et (la) légitimation du désir et du plaisir féminin » (p. 216). On pourra regretter de ne pas voir questionner le lien, possible, entre d’un côté le développement de ces sex-shops nouvelle formule et l’avènement d’un esprit du capitalisme sexuel renouvelé et, d’un autre côté, les discours marketing soucieux de réenchanter l’acte de consommation. Ces préceptes disciplinaires expérientiels accompagnent en effet, peut-être, les opérations visant à repenser les emballages des sex-toys, l’ambiance et l’agencement des espaces de vente, la figure du professionnel/prescripteur ou encore la figure de la clientèle (en profitant notamment de l’image de certains consommateurs leaders telles que des actrices reconnues).

4Dans la lignée de la remarque précédente, l’absence totale de dialogue avec les sociologies du marché interpelle plus encore. Le cadrage théorique flottant de cette étude sur les « boutiques du sexe » et les « marchands d’érotisme » (p. 20) nous prive ainsi d’une contribution explicite à ces courants de la sociologie, alors même que Baptiste Coulmont investit et alimente, en creux, des interrogations partagées (les liens entre le politique et l’économie, le travail des « professionnels du marché », le passage des marchés abstraits aux « marketplaces... »). Malgré ces quelques frustrations, le lecteur prend plaisir à poser un regard curieux et appuyé là où, le plus souvent, il n’ose pas forcément mettre les pieds ou bien feint de s’être trompé de porte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Canu, « Sex-shops une histoire française, B. Coulmont », Sociologie du travail, Vol. 51 - n° 2 | 2009, 311-312.

Référence électronique

Roland Canu, « Sex-shops une histoire française, B. Coulmont », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 51 - n° 2 | Avril-Juin 2009, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/16620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.16620

Haut de page

Auteur

Roland Canu

CERTOP, UMR 5044–CNRS, maison de la recherche, université de Toulouse-II–Le Mirail, 5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 9, France
roland.canu[at]univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search