Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 51 - n° 2Comptes rendusPrêtres, diacres, laïcs. Révoluti...

Comptes rendus

Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le catholicisme français, C. Béraud

Presses universitaires de France, Paris (2007). 351 p. [Préface de Danièle Hervieu-Leger]
François Vatin
p. 312-314
Référence(s) :

Céline Béraud, Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le catholicisme français, Presses universitaires de France, Paris, 2007, 351 p. [Préface de Danièle Hervieu-Leger].

Texte intégral

1C’est une belle « leçon de sociologie » que nous propose dans ce livre Céline Béraud, déjà auteur d’un ouvrage plus didactique consacré au Métier de prêtre (Paris, édition de l’Atelier, 2006). À partir d’un objet qui peut sembler désuet (l’Église catholique française) et d’un questionnement apparemment banal — comment s’y organise, au quotidien, la division du travail ? — ce sont des questions fondamentales de la sociologie qu’elle revisite : qu’est-ce qu’une institution ? Pourquoi les individus s’engagent-ils pour elle et selon quelles modalités ? La montée de l’individualisme entraîne-t-il nécessairement le déclin des institutions ? Mais au fil de la lecture de cet ouvrage, on verra aussi apparaître la question des rapports sociaux de genre, celle de la professionnalité ou celle du pouvoir dans les organisations, sans que, pour autant, Céline Béraud perde jamais de vue son objet propre : la place du fait religieux, ici catholique, dans la société contemporaine.

2Précisons la question à l’origine de la réflexion de Céline Béraud. On peut la formuler en termes économiques, comme elle le fait elle-même à l’occasion : on observe un déséquilibre croissant entre une « demande » de « prestations » catholiques et l’offre de celles-ci, qui est tributaire du temps de travail disponible des prêtres, de moins en moins nombreux et de plus en plus âgés. En effet, la déchristianisation de la société française (mesurée en termes de pratique religieuse régulière) n’empêche pas la permanence d’une demande adressée à l’Église : demande de prestations cérémonielles émanant de familles plus ou moins éloignées de l’Église à l’occasion des grandes étapes de la vie (baptêmes, mariages, funérailles) ; demande de présence catholique dans des fonctions d’accompagnement psychologique et moral, notamment dans des institutions comme les armées, les prisons, les établissements de santé, où existent des aumôneries. Ces aumôniers assurent, au-delà de leur mission proprement religieuse, des fonctions similaires à celles des psychologues ou des travailleurs sociaux, avec qui ils collaborent. Ils s’adressent, de plus, souvent à des personnes de culture non catholique, notamment d’origine musulmane, du fait du faible nombre d’aumôneries de ce culte.

3Ce déséquilibre entre l’offre et la demande de prestations catholiques ne peut à l’évidence pas se résoudre sur un mode économique. L’Église, si elle peut pousser les prêtres à repousser leur retraite, voire solliciter occasionnellement des prêtres à la retraite, n’a que peu de moyens pour augmenter le nombre d’ordinations, qui relèvent du régime de la « vocation ». Mais surtout, elle est contrainte par la règle théologique qui réserve la prêtrise aux hommes et par la règle disciplinaire qui leur interdit le mariage. Le système ne peut donc fonctionner que par l’emploi de non-prêtres : diacres et « permanents laïcs ». Le diaconat, qui a été réinventé au sein de l’Église romaine par le concile de Vatican II, concerne des hommes ordonnés par un évêque, mais qui, à la différence des prêtres, peuvent être mariés et poursuivre une activité professionnelle. Ce statut, qui visait initialement à ouvrir l’Église sur la société, a conduit à la création d’un clergé « de second rang », puisqu’un certain nombre d’actes religieux (la confession, l’eucharistie) restent selon le droit canon le privilège des seuls prêtres. Quant aux « permanents laïcs » (c’est l’expression qu’adopte finalement Céline Béraud en soulignant le flou terminologique qui entoure ce statut informel), ce sont dans leur grande majorité des femmes à qui sont confiés par une « lettre de mission » de l’évêque des fonctions pendant un temps limité (catéchèse, tenue d’une aumônerie, mais aussi gestion de l’institution diocésaine). Cette lettre de mission est souvent assortie d’un contrat de travail, qui fait de ces laïcs des salariés (au sens du droit du travail) du diocèse ou d’associations liées au diocèse. Ainsi l’Église catholique, qui refuse le mariage des prêtres et l’ordination des femmes, se trouve de plus en plus dépendante dans son fonctionnement quotidien d’hommes mariés et de femmes.

4Tout l’ouvrage de Céline Béraud vise à montrer comment l’Église et ses différentes composantes (évêques, prêtres, diacres, permanents laïcs, mais aussi simples fidèles et « consommateurs » de prestations ecclésiastiques) gèrent cette situation, les quiproquos qu’elle génère et les tensions qu’elle recèle. Elle montre le caractère paradoxalement peu conflictuel des relations au sein de l’Église (en comparaison de la forte conflictualité des années 1960–1970). Le système tient grâce à un « bricolage » permanent, selon Céline Béraud (une « régulation conjointe » diraient les sociologues des organisations), dont le flou satisfait toutes les parties : les prêtres qui, en raison de leur faible nombre, ont impérativement besoin des diacres et permanents laïcs dont ils sont prêts à couvrir, quand ils ne les encouragent pas, les petites transgressions à l’ordre canonique ; les diacres et permanents laïcs qui sont d’autant moins portés à une attitude contestataire qu’ils disposent de fait d’une grande liberté d’action en dépit du rappel à l’ordre canonique qui a caractérisé le pontificat de Jean-Paul II, sans pour autant subir les contraintes propres à la prêtrise ; les consommateurs de services rituels qui, précisément parce qu’ils sont éloignés de l’Église, ne font pas forcément la différence entre un prêtre et un diacre, ni entre une cérémonie avec ou sans eucharistie. Mais cet équilibre est fragile, car il repose toujours sur la figure centrale du prêtre au cœur de cette communauté ecclésiale et détenteur du monopole d’un certain nombre d’actes rituels. Or privé de la relation organique traditionnelle qu’il avait avec ses paroissiens, réduit à un dispensateur de sacrements posés sur un travail d’accompagnement réalisé par d’autres, le prêtre risque de voir se dissoudre son pouvoir charismatique en ne conservant qu’un pouvoir institutionnel, fondé sur un cadre juridique canonique qui échappe au public bénéficiaire des prestations religieuses (et il ne saurait être question de rappeler au public cette loi, puisque c’est justement sur cette ignorance que repose le système).

5Sur la base de cette trame problématique, Céline Béraud déploie de nombreuses analyses, toujours fines et argumentées sur les formes différentiées des engagements des prêtres, des diacres, des laïcs et laïques, sur les similitudes et les différences entre l’engagement religieux et d’autres formes d’engagement social, sur les conflits et les compromis entre deux ordres normatifs (celui du droit du travail et celui du droit canonique), sur la place des femmes dans l’Église catholique, sur les transformations identitaires du clergé, entre la génération de Vatican II et celle du pontificat de Jean-Paul II, sur les contradictions des jeunes clercs, aux convictions souvent traditionalistes, mais qui finalement, s’inscrivent, eux aussi, dans un projet égotique de « réalisation de soi », sur la nature de la demande religieuse dans le contexte de la déchristianisation, etc. Très agréablement écrit, mais aussi très honnête dans sa méthodologie, qu’elle explicite dans deux annexes, l’ouvrage de Céline Béraud constitue un passionnant « voyage dans l’ecclésiosphère » suivant l’expression qu’elle emploie. Mais, au final, c’est moins l’exotisme de ce monde catholique devenu marginal dans la société française qui frappe le lecteur, que le miroir que ce monde renvoie des transformations d’ensemble de notre société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Vatin, « Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le catholicisme français, C. Béraud », Sociologie du travail, Vol. 51 - n° 2 | 2009, 312-314.

Référence électronique

François Vatin, « Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le catholicisme français, C. Béraud », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 51 - n° 2 | Avril-Juin 2009, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/16628 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.16628

Haut de page

Auteur

François Vatin

IDHE, CNRS, université Paris-X, maison Max-Weber, bâtiment K, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre, France
vatin[at]u-paris10.fr.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search