Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 51 - n° 2Comptes rendusQuand les exclus font de la polit...

Comptes rendus

Quand les exclus font de la politique, le barrio mexicain de San Diego, Californie, E. Le Texier

Presses de Sciences Po, Paris (2006). 199 p.
William Le Goff
p. 314-315
Référence(s) :

Émmanuelle Le Texier, Quand les exclus font de la politique, le barrio mexicain de San Diego, Californie, Presses de Sciences Po, Paris, 2006, 199 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Émmanuelle Le Texier vise à « déconstruire les représentations de l’apathie politique des quartiers d’exclusion » (p. 15). L’auteur présente d’abord les différentes formes urbaines de l’« exclusion » aux États-Unis, ce qui conduit à souligner la forme hybride de ces espaces dont seule une monographie, fruit d’une immersion longue et féconde tenant lieu de terrain, peut révéler la complexité et permettre de se détacher de la vision misérabiliste portée sur les barrios. À ce titre, on peut regretter l’emploi du terme « quartier d’exclusion » ou de « quartier de relégation » comme titre de chapitre ou de sous-chapitre, termes qui renvoient à des problématiques scientifiques et administratives françaises (S. Tissot). En outre, pourquoi qualifier ainsi ces espaces urbains quand l’objectif du travail est de démontrer que l’anomie sociale ne règne pas dans le barrio ? On notera aussi que l’auteur considère l’exclusion, la relégation et la désaffiliation comme procédant d’une même logique sociale, contrairement à Robert Castel qui distingue le processus d’exclusion de celui de désaffiliation.

2Tout au long de l’étude, l’auteur considère la participation politique dans un sens étendu, c’est-à-dire qu’elle s’attache aux « formes ouvertes des résistances à la domination, que celles-ci soit d’ordre matériel, hiérarchique ou idéologique et des formes déguisées silencieuses et peu visibles » (p. 36). Cette définition permet de ne pas limiter l’étude à la faible participation politique des minorités. Or la représentation politique des minorités au sein des assemblées locales est exposée avec bonheur dans le chapitre 4 qui porte sur les illusions de la « politique ethnique », c’est-à-dire la constitution de districts électoraux qui contiennent une majorité de minorités afin que celles-ci soient représentées politiquement. Le bilan présenté est mitigé : l’égalité demeure formelle et la représentation politique réelle est illusoire car les élus dits ethniques ne bénéficient pas de légitimité populaire.

3Les discrètes pratiques politiques du quotidien permettent, quant à elles, de prendre la mesure de l’activité politique du barrio. L’apport le plus précieux de l’ouvrage se trouve dans les chapitres 5 et 6 : la fusion du devoir familial et du devoir civique des femmes du barrio crée des liens sociaux qui articulent espace domestique et espace communautaire. C’est ainsi que se politisent les pratiques quotidiennes des femmes du barrio pour lesquelles la participation à la vie du quartier constitue un des principaux leviers pour l’amélioration des conditions de vie des enfants. Cet investissement politique est attentivement étudié dans le cas de la résistance des femmes face à la gentrification du barrio, devenu espace de spéculation pour la ville et les promoteurs immobiliers. La gentrification est alors considérée comme un processus qui provoque la participation politique et qui révèle la stratification sociale interne au barrio, entre propriétaires et locataires dont les intérêts se distinguent fortement. Cet engagement politique au quotidien, qui vise à l’égalité de traitement, provoque une logique vertueuse où s’enchaînent estime de soi, position symbolique de femmes devenues médiatrices et personnes ressources. Cet accès à la citoyenneté engendre des formes de respect individuel — lutte contre la discrimination — et collectif — égalité des droits de la communauté mexicaine dans son ensemble.

4Les deux derniers chapitres s’attachent à la pluralité et donc au flou des identités dites ethniques. La teinte parfois scolaire du livre est ici saillante avec, par exemple, la revue des principales théories sur l’ethnicité. De plus, cet exposé sur les identifications ethniques et territoriales ne fait pas l’originalité du travail — il existe des travaux pénétrants sur les processus d’identification sur la base de la couleur de peau (É. Cunin). Les derniers développements sur la « citoyenneté culturelle » n’en n’auraient pas moins été compréhensibles, le lecteur étant en mesure de comprendre à la fin de l’ouvrage la cristallisation de l’expression publique et politique du barrio autour du Chicano Park, véritable « espace public ethnique ». On regrettera enfin l’absence de localisation du Chicano Park sur les cartes proposées, outil indispensable quand on traite de l’espace urbain et de sa production.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Le Goff, « Quand les exclus font de la politique, le barrio mexicain de San Diego, Californie, E. Le Texier », Sociologie du travail, Vol. 51 - n° 2 | 2009, 314-315.

Référence électronique

William Le Goff, « Quand les exclus font de la politique, le barrio mexicain de San Diego, Californie, E. Le Texier », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 51 - n° 2 | Avril-Juin 2009, mis en ligne le 19 mai 2009, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/16633 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.16633

Haut de page

Auteur

William Le Goff

EA Habiter 2076, université de Champagne-Ardenne, 57, bis Rue Pierre Tattinger, 51096 Reims cedex, France
william.legoff[at]ville.gouv.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search