Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vincent Spenlehauer, Des sciences sociales engagées dans l’évaluation des politiques publiques

L’Harmattan, Paris, 2016, 290 p.
Jean-Claude Thoenig
Référence(s) :

Vincent Spenlehauer, Des sciences sociales engagées dans l’évaluation des politiques publiques, L’Harmattan, Paris, 2016, 290 p.

Texte intégral

1Le livre témoigne d’un parcours de recherche et d’action vécu par un sociologue dans le domaine de l’évaluation des politiques publiques. Il se déploie sur plusieurs registres à la fois — autobiographique, scientifique, moral — qui se nourrissent d’un constat : le fait qu’en France l’idée d’évaluation des politiques a été et demeure galvaudée, alors même que la société de la connaissance continue à vivre une expansion forte. De ce point de vue les sciences sociales — à la différence des sciences économiques — se caractérisent par leur marginalité, voire par une posture de défection. Le cœur de l’ouvrage est composé de trois essais.

2Le premier traite de la manière dont s’est construit aux États-Unis entre les années 1920 et 1970 un nouvel espace de pensée et d’action en matière d’évaluation des politiques publiques, espace qu’occupent les connaissances produites de façon significative par les sciences sociales d’origine académique et qui visent, mises à l’épreuve aidant, à transformer le débat démocratique dans la cité. Évaluer, soit juger les responsables publics par une connaissance rigoureuse des impacts et des effets de leurs politiques dans des domaines précis et à propos de problèmes sociaux définis, ce en toute indépendance, manifeste un engagement responsable et mené avec un esprit pragmatique. Une nouvelle façon de penser le politique par un écosystème de la connaissance se nourrit des approches dites de public policy. Cet essai passe ainsi en revue les apports de grandes figures universitaires en sociologie et en science politique, de Charles Merriam à Charles Lindblom, de Woodrow Wilson à Aaron Wildavsky. L’évaluation comme axe de recherche se double aussi d’un axe d’enseignement : la nature proprement publique des organisations et des politiques exige des connaissances et des approches spécifiques. Il n’est donc pas possible de mobiliser tels quels les outils issus du management des entreprises et même des organisations à but non lucratif.

3Un deuxième essai souligne que cette synergie explicite entre sciences sociales et décideurs politiques a été tentée en France dans les années 1980. Pourtant, après des débuts prometteurs dans quelques endroits, elle s’est évanouie. À titre d’illustration, Vincent Spenlehauer retrace l’histoire de l’échec d’une équipe de recherche en sciences sociales dont il était membre, nommée « Conception d’évaluations pour les organisations et les politiques publiques » et située à l’École nationale des travaux publics d’État. Il passe aussi en revue divers autres cas, par exemple en matière de recherche urbaine au ministère de l’Équipement ou à travers les parcours de quelques innovateurs partisans d’un dialogue plus nourri entre sciences sociales et politiques publiques. La posture dite d’évaluation ne prend pas, chacun des deux univers ne voulant guère s’engager. Notamment au CNRS et dans les universités, le sentiment domine que le chercheur risque de perdre son âme. Au sein de la sphère politico-administrative, les décideurs ne souhaitent pas se lier les mains par une plus grande discipline managériale et leurs conseillers gardent confiance dans ce qu’ils ont appris lors de leur passage soit à Polytechnique soit à l’ENA, scolarité qui exclut une formation solide à l’analyse des politiques publiques et plus largement aux sciences sociales traitant de l’action. Cet essai relativement plus dense que le premier ne se contente pas de raconter une triste histoire franco-française. Il se nourrit aussi d’une mise en correspondance des postures académiques en cours à la même époque aux États-Unis et des postures endossées en France.

4Un troisième essai suggère que les méthodes mises en œuvre par l’évaluation doivent être appropriées par les gouvernants et par les parties prenantes d’une politique ou d’un domaine d’action publique comme une valeur ajoutée indispensable. Elles aident à produire de la connaissance solide car elles se calent sur des savoirs élaborés par la science politique et la sociologie portant sur tel ou tel secteur ou domaine spécifique — la santé, l’éducation, etc. Les indicateurs financiers ou économiques, par exemple, ne doivent pas être surestimés comme tendrait à le faire l’analyse en termes de coûts et de bénéfices. Un cas est pris comme exemple : le programme national d’action contre l’insécurité routière en France. Comment les forces de sécurité publique et la magistrature mettent-elles en œuvre sur le terrain les contrôles et les sanctions des infractions au Code de la route ? L’originalité des quelques quatre-vingts pages qui sont consacrées à cette évaluation interministérielle est double. D’une part, sans tomber dans la success story, elles montrent que les sciences sociales ont produit une connaissance pragmatique pour le pilotage gouvernemental. Elles recensent les choix méthodologiques adoptés pour ce faire. Elles soulignent aussi combien importe de la part des chercheurs un savoir-faire diplomatique pour rendre crédible l’inventaire des effets et des impacts des politiques publiques, notamment aux yeux des responsables publics. D’autre part, et en se référant à son propre rôle, l’auteur insiste sur le fait que, pour que cesse ce qu’il nomme comme étant une déconsidération de la sociologie et de la science politique en matière d’évaluation, il importe que le chercheur s’engage. V. Spenlehauer procède aussi à une socioanalyse de son projet : vouloir accroître la capacité des gouvernants à réformer une politique en s’appuyant sur des prémisses factuelles, sur des faits rigoureux et sur des prescriptions pragmatiques. Au chercheur de prendre ses responsabilités scientifiques et politiques pour élargir le champ cognitif des acteurs publics.

5En conclusion le livre souligne la solitude, sinon la marginalité, des acteurs porteurs de projets de développement de l’évaluation, y compris lorsqu’ils occupent une position dans ses institutions situées au sommet de l’État. Il donne des arguments forts pour pousser les sciences sociales et les politiques publiques à renforcer leurs interactions, et pour que les sociologues et les politistes continuent à s’engager dans la construction d’un savoir et d’un savoir-faire qui prennent en compte la nature publique des politiques et des organisations.

6C’est un livre plaisant par le style adopté par son auteur et original par les thèses qu’il défend avec vigueur quand ce n’est pas avec un brin de provocation sur le rapport entre connaissance et action publique, entre engagement et expertise.

7En même temps on regrettera que l’auteur n’ait pas approfondi une série de facteurs qui, en France en tout cas, forment autant d’obstacles pérennes. Ainsi en est-il de l’évaluation comme enjeu de pouvoir entre un certain nombre d’autorités et d’organes d’État — la Cour des Comptes, le ministère des Finances, les inspections générales, etc. Par ailleurs, l’évaluation est souvent mise en œuvre au niveau du terrain comme une procédure de plus par laquelle se conformer aux injonctions hiérarchiques, et non pas comme un outil pour identifier les impacts sur des contextes locaux différenciés. Sans parler du fait que l’emprise de langages disciplinaires pour l’action tels que le droit public et la science économique — l’évaluation réduite à une étude de coûts — est si prégnante qu’elle ne facilite guère l’attention des responsables étatiques, ministres et hauts fonctionnaires, aux apports des sciences sociales développés pour l’essentiel dans d’autres pays.

8Les sciences sociales en France sont-elles en mesure de relever ces défis ? Un mérite du livre de Vincent Spenlehauer est de les interpeller frontalement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Thoenig, « Vincent Spenlehauer, Des sciences sociales engagées dans l’évaluation des politiques publiques », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 1 | Janvier-Mars 2018, mis en ligne le 23 février 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1667

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Thoenig

Centre national de la recherche scientifique et Dauphine recherche en management
jeanclaude.thoenig[at]free.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals