Navigation – Plan du site
Prix du jeune auteur

Entre "passion" et incertitude : la socialisation au métier de footballeur professionnel

Between “passion” and uncertainty: The occupational socialization of professional soccer players
Julien Bertrand
p. 361-378

Résumés

Fondée sur une enquête socio-ethnographique menée au sein d’un centre de formation au football professionnel, l’étude présentée analyse les mécanismes de socialisation à l’œuvre dans une institution de formation exigeante et enveloppante. Est ainsi mise en évidence la manière dont les jeunes apprentis footballeurs s’approprient ce monde professionnel et ses contraintes. Or il apparaît que leur entrée dans cet univers social les confronte à une tension centrale. D’une part, l’activité est l’objet d’un investissement très important qui est vécu en termes de « passion » et pensé à l’écart du monde du travail « ordinaire » chez les formateurs comme chez les apprentis. Mais, d’autre part, la formation est également le lieu d’une forte incertitude des devenirs en raison de la grande sélectivité de la structure de formation et de l’étroitesse du marché du travail. Elle exige donc de la part des aspirants au football professionnel un fort engagement (temporel, mental et corporel) dont les débouchés sont incertains, si bien que les parcours d’apprentissage sont rarement épargnés par le déclenchement de « crises » de la vocation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les nombreux travaux français sur ce domaine, on peut, en particulier, citer ceux de Christia (...)

1Le sport, et au premier chef le football, donne lieu à des spectacles qui, dotés d’une puissante charge émotive et symbolique sont capables de constituer des moments de célébration nationale (Sontag, 2008). Aussi, il n’est guère étonnant que la littérature sociologique sur le football se soit majoritairement orientée vers une analyse du spectacle et des supporters qu’il génère, les footballeur professionnels étant alors le plus souvent envisagés comme les supports de jeux de symbolisation et d’identifications1.

  • 2 Car les fortes inégalités de revenus, en fonction des disciplines concernées et des niveaux de perf (...)

2Or, comme le mettent particulièrement en évidence les études les plus récentes, il apparaît également heuristique de traiter du monde du spectacle sportif grâce à l’analyse du métier de leurs acteurs principaux. Observer cet univers sous l’angle des travailleurs sportifs, étudier leurs conditions sociales de travail et d’existence sont alors des outils puissants pour échapper à l’enchantement spontané que tend à suggérer l’image médiatique de cet univers. Des travaux sociologiques récents (Fleuriel et Schotté, 2008 ; Brissonneau et al., 2008) montrent l’intérêt qu’il y a à analyser les sportifs en jeu dans le spectacle en tant que travailleurs. Or ces études se rejoignent de manière saisissante sur l’observation de deux caractéristiques qui structurent ces espaces : l’importance de l’instabilité qui affecte ces engagements et le rôle qu’y tient la catégorie de la « passion » dans la perception que ces sportifs ont de leur activité. Au-delà de la diversité des statuts des sportifs, ces travaux soulignent les formes de précarité professionnelle qui touchent les carrières de ces populations et que masque la réussite des champions les plus médiatisés et rémunérés2. La place que tient la « passion » dans le sens donné à l’investissement par les sportifs constitue le deuxième constat commun à ces ouvrages. Dans un univers de pratique historiquement structuré en France autour des valeurs de l’amateurisme (désintéressement, dévouement, gratuité), la réussite sportive se vit d’autant plus dans le registre de la « passion » que celle-ci constitue le gage de la valeur morale de l’engagement. Le football n’échappe pas à ce constat comme l’illustre l’histoire de sa difficile professionnalisation (Wahl, 1998 ; Slimani, 2000). C’est en vertu du poids de cette histoire et des dénégations des logiques économiques qui l’accompagnent que le football peut demeurer, comme le soulignaient Jean-Michel Faure et Charles Suaud, un des « rares domaines où le mot “professionnel” attire le soupçon » (Faure et Suaud, 1999, p. 235).

  • 3 Depuis 1995, la formation au sport en France est organisée au sein de filières d’accès au sport de (...)

3L’analyse des travailleurs sportifs que sont les footballeurs doit donc évaluer dans quelle mesure ils sont confrontés à cette double contrainte, celle de l’instabilité et celle de la « passion », et de quelle manière ils se l’approprient. Or l’étude de leur socialisation professionnelle (Bertrand, 2008a), fondée sur une enquête socio-ethnographique à l’intérieur d’une structure de formation (voir « Terrain et enquête »), apparaît d’autant plus opportune que les principaux travaux antérieurs traitant de cette population ont souvent privilégié une approche socio-historique. Ils ont ainsi principalement décrit la sociogenèse d’un espace social spécifique du football professionnel (Wahl et Lanfranchi, 1995 ; Faure et Suaud, 1999 ; Slimani, 2000) et notamment de ses institutions de formation, dont les centres de formation des clubs professionnels constituent le maillon principal. Notre enquête s’est déroulée à l’intérieur d’un de ces 32 centres de formation agréés aujourd’hui en France3, celui d’un grand club de la première division professionnelle. Il accueille des aspirants professionnels entre 12 et 19 ans (en « préformation », puis en « formation ») et leur dispense un enseignement sportif d’autant plus intense que les joueurs bénéficient d’aménagements de scolarité. Parce qu’un tel centre constitue une institution particulièrement enveloppante et intégratrice et parce que le changement d’échelle par rapport aux travaux précédents permet un accroissement cumulatif des connaissances, cette étude propose une analyse en termes de socialisation.

4Le présent article propose donc l’analyse d’une socialisation professionnelle, du mode d’intériorisation de la culture liée au métier de footballeur et des dispositions, de « manières plus ou moins durables de voir, de sentir et d’agir » (Lahire, 2002, p. 19) qui la composent. Il entend, plus précisément, décrire dans quelle mesure, dans le cas du football, l’appropriation du métier met en tension un intense engagement personnel vécu sur le registre de la « passion » et une forte incertitude des devenirs. Le texte décrit ainsi le poids respectif de ces contraintes avant de souligner leur impact sur l’expérience de ces jeunes apprentis footballeurs et, en particulier, leur rôle dans le déclenchement de crises de la vocation.

Terrain et enquête
L’investigation qui fonde les analyses a consisté en l’exploration intensive d’un centre de formation (58 entretiens) alors que ceux-ci sont devenus depuis les années 1980 le passage privilégié pour l’accès au métier. L’enquête ethnographique a été menée entre 2001 et 2004 à l’intérieur d’un club qui sélectionne et forme chaque année environ 130 jeunes footballeurs. Ces derniers connaissent dans la structure un apprentissage intensif (de quatre à sept entraînements hebdomadaires). « Amateurs » lors des premières années, la grande majorité d’entre eux signe un contrat de formation dès l’âge de 17 et 18 ans. Ce sont environ huit apprentis sur dix qui sont liés par un contrat avec le club selon les règles édifiées dans la Charte du football professionnel.
Il existe plusieurs types de contrat. Le club en utilise principalement trois : le premier généralement signé est un contrat aspirant (durée d’un à deux ans à partir de 16 ans, salaire minimum d’environ 635 euros mensuels) ; puis vient celui de stagiaire (d’un à deux ans à partir de 18 ans, environ 1080 euros mensuels) ; et parfois espoir (cinq ans pour les joueurs âgés de moins de 17 ans, le salaire minimum est de 1524 euros mensuels). Le club prend également en charge, dans une large mesure, les coûts liés à l’hébergement et à la scolarité.
L’enquête a d’abord pris pour objet les apprentis situés en fin de cursus afin de pouvoir rendre compte de leur socialisation à l’intérieur de la structure. Les entretiens ont concernés 33 aspirants professionnels âgés de 16 à 19 ans. Ils ont été complétés par l’interview de quatre parents et de deux anciens pensionnaires du centre, ainsi que par l’étude des 36 dossiers scolaires disponibles des joueurs arrivant en fin de cursus, ce qui a permis de renforcer le degré d’objectivation de leur parcours. Leur reconstruction s’est appuyée sur le recueil des données disponibles dans les bulletins : l’itinéraire scolaire (orientation, redoublements, diplômes), les notes moyennes annuelles (moyenne générale et en moyenne éducation physique et sportive — EPS) et leur écart à la moyenne de la classe, les sanctions positives et négatives décernées par les conseils de classe (« félicitations », « avertissements », etc.), les « observations » récurrentes des enseignants et les absences.
La structure de formation et ses acteurs a constitué l’autre volet de l’enquête. La quasi-totalité des intervenants (= 16) sportifs, médicaux, scolaires de la structure ont été rencontrés (à l’exception de la quinzaine de « dirigeants » qui, « bénévoles », interviennent ponctuellement dans la prise en charge matérielle des équipes lors des compétitions). De plus, une observation prolongée a été menée à l’intérieur du club. Environ 200 séances d’observations ont été réalisées (soit entre 500 et 600 heures de présence dans la structure) auprès d’équipes situées en début et en fin de cursus (entraînements, matchs, salle de soin, vestiaire), tout comme dans leur lycée d’accueil (en tant que surveillant durant une année).

1. La « passion » comme mode d’adhésion au monde du football professionnel

5Dans un premier temps, l’enquête permet de montrer combien les différents acteurs engagés dans la formation, qu’ils soient formateurs ou apprentis, se rejoignent autour d’une définition de l’activité qui place la « passion » du football au cœur de l’investissement. S’il est important de faire le constat du poids de cette catégorie de perception dans cet univers, rompre avec la vision indigène dominante exige d’objectiver, d’une part, les implications de cette définition dans le rapport entretenu à l’activité et, d’autre part, de souligner les conditions sociales et les processus qui sont à l’origine de l’intériorisation par les acteurs de ce mode d’adhésion.

1.1. La « passion » et la dénégation du travail

1.1.1. Les formateurs : la « passion » comme droit d’entrée

6La formation à l’intérieur de la structure repose sur une trentaine d’intervenants, dont 12 salariés, aux fonctions diverses (ils ont en charge l’entraînement sportif, le recrutement, l’encadrement médical, le suivi scolaire ou la gestion administrative) et aux statuts distincts (salariés à plein-temps ou à mi-temps et « bénévoles » défrayés). Cependant, au-delà de ces différences, les intervenants ont très souvent en commun un passé sportif et footballistique de haut niveau grâce auquel ils ont toutes les chances d’adhérer à la mission élitiste du club et de reconnaître celui-ci comme une institution exceptionnelle.

  • 4 Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté soulignent cette dimension du salariat dans les organisations (...)

7Au sommet de l’institution (le directeur et les entraîneurs des équipes situées en fin de cursus), se trouvent d’anciens joueurs professionnels du club qui vivent leur nouvelle occupation salariée comme une chance de poursuivre leur « passion » en restant à l’écart du monde du travail « ordinaire ». Le récit de cet entraîneur, ancien joueur du club, révèle ce mode d’adhésion au métier fondé sur une dénégation du travail très récurrente dans le salariat sportif4 :

« Je vois tellement de mecs qui aimeraient être à ma place. Moi, je vais pas travailler le matin. Le matin, je viens au stade. Je suis conscient parce que moi quand j’ai joué à VL (en quatrième division), j’ai demandé à travailler parce que le football ça te permettait pas à cette époque-là de bien vivre. Et puis, je voulais avoir une expérience. Donc j’étais représentant en mécanographie, je vendais des ordinateurs, des meubles de bureau, puis c’était un truc bien. Mais je sais ce que c’est le premier jour quand j’ai arrêté la carrière... le mec j’suis rentré dans un bureau comme ça et puis y avait une machine à calculer. Huit heures. Moi, j’avais pas d’horaire en pro hein. Il m’a dit : “tu vois cette machine à calculer, il faudra que tu me la vendes à midi”. Alors, il me dit comment ça marche, tout ça. Le patron... putain, il est parti, il a fermé la porte, tout seul dans le bureau. Me rappellerai toute ma vie ça, huit heures du matin, j’ai dit : “à midi il faut que je sache comment ça marche, mais qu’est-ce que je fais là ? Qu’est-ce que je fous là ? !” Là, tu te rends compte que le football putain... Quand c’est ta passion et que tu gagnes bien ta vie pff ! Là, moi le lundi j’sais pas ce que c’est. C’est pareil que le mardi, que le mercredi, que le dimanche ou le samedi. Bon tu pars en vacances, t’es content et au bout de 15 jours, tu dis : “p’tain quand c’est qu’on reprend dis-donc ?”. Tu te rends compte ça ! Le mec qui va au boulot qui se fait chier, toi au bout de 15 jours t’as envie de reprendre » (Entraîneur salarié du club, ancien professionnel, 45 ans, diplôme de niveau BEPC).

8Son rapport enchanté à l’activité se construit donc sur une opposition entre le monde du travail jugé « ordinaire » (incarné dans son récit par le « bureau » et ses horaires stricts) et l’activité footballistique (le stade, l’absence d’horaire et la « passion »).

  • 5 Ils sont, par ailleurs, salariés dans des entreprises ou services publics (deux employés administra (...)

9Si l’enchantement de cet entraîneur est d’autant plus fort que le sport lui a permis d’accéder à une position sociale plus élevée que celle que lui promettait a priori son niveau de qualification, ce mode d’adhésion se repère également aux autres échelons du club. Ainsi, pour les autres éducateurs sportifs (six cas5), notamment ceux qui ont en charge la préformation, l’activité dans le club est le plus souvent perçue comme la chance d’accéder à un univers « exceptionnel » que leur parcours footballistique (anciens membres d’un centre de formation ou ancien footballeur amateur de niveau régional) ne leur avait pas permis d’atteindre en tant que joueur. Cet entraîneur, par exemple, frustré d’une carrière de joueur après avoir été formé durant huit ans dans un centre, s’est rapidement orienté vers cette voie :

« Ça m’a tout de suite plu, j’ai senti que c’était fait pour moi. Je me suis lancé, j’ai continué quand même à faire scolairement la fac, j’étais en espagnol donc je suis allé jusqu’au Capes et puis je me suis rendu un peu compte que l’enseignement et tout ça c’était pas trop fait pour moi. Vraiment je me sentais bien, à l’aise, heureux, puis compétent le plus aussi c’était là-dedans quoi, dans l’entraînement [...]. Je veux me lancer vraiment dans une formation professionnelle. Mais bon, j’ai fait des petits boulots, j’ai travaillé à la fac tout ça, si éventuellement je voyais que dans quatre, cinq ans j’arrive pas à faire mon trou, peut-être que je passerais un concours administratif, un truc je dirais bête et méchant, qui me demande pas trop de réfléchir et qui me laisserait du temps pour faire vraiment ma passion. Mais mon premier but c’est de faire de ma passion ma profession » (entraîneur non-salarié, 27 ans, contractuel à l’université).

  • 6 Cette expression a longtemps désigné la situation des sportifs, et des footballeurs en particulier, (...)
  • 7 Son orientation en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), et en parti (...)

10C’est également au nom de la « passion » que ces éducateurs acceptent cet investissement qui s’additionne à leur vie professionnelle et prend la forme d’un « amateurisme marron »6 puisqu’ils ne sont pas sous contrat avec le club mais seulement défrayés. Ce mode de paiement, que facilite la dénégation du travail au nom de l’exceptionnalité sportive, maintient les éducateurs dans une situation de relative précarité en l’absence de contrat de travail. Enfin, ce type de rapport à l’activité n’est pas propre aux intervenants sportifs puisque le recrutement du club privilégie là-aussi les anciens pratiquants : parmi les six autres salariés du club (intendant, préparateur physique, médecin, kinésithérapeute, responsable scolaire, responsable du recrutement), quatre sont d’anciens footballeurs amateurs ou ayant connu une formation dans le centre. Ils trouvent souvent dans cette situation le prolongement d’un goût sportif affirmé, tel le médecin employé par le club qui affirme avoir « toujours baigné dans le sport » et se satisfait de travailler dans un « milieu [qu’il] aime » (médecin du centre de formation, employé à mi-temps, ancien joueur amateur du club). De la même manière, le préparateur physique, en tant qu’ancien joueur du centre ayant échoué à faire carrière, a toutes les chances de partager cet enchantement à l’intérieur d’un cadre qui comble ses attentes sportives et son goût pour le « haut niveau » (« j’pense avoir le tempérament du sportif de haut niveau », dit-il)7.

11Les formateurs vivent en partie avec le sentiment d’appartenir à un univers de « passion », qui échappe au monde ordinaire du travail. Inclinés à s’investir intensivement dans leur action formatrice afin d’« être à la hauteur » du club professionnel, les encadrants, et en particulier, les éducateurs sportifs qui sont au cœur de l’organisation, sont ainsi fortement disposés à transmettre ce type de rapport à l’activité à leurs élèves footballeurs.

1.1.2. Les apprentis footballeurs : la « passion » et l’ambivalence de la définition de l’activité

12Les récits des apprentis footballeurs révèlent qu’ils placent eux aussi la « passion » au centre de leur engagement, selon une définition qui entraîne la même ambivalence dans la qualification de l’activité.

13En entrant dans une formation à visée professionnalisante, les jeunes footballeurs abandonnent progressivement une perception de leur pratique en termes de loisir. La rigueur et le sérieux exigés, la discipline et l’accroissement des contraintes transforment leur rapport à leur activité et participent de leur appropriation de la place d’apprentis footballeur. Le signe le plus net de cette redéfinition de l’activité se trouve dans la nouvelle opposition qu’ils tracent entre le temps d’apprentissage et le temps « libre ». Ils décrivent ce dernier comme un moment de « décompression » ou de « défoulement » qui suspend provisoirement, grâce aux activités ludiques et relations renouées, les tensions et efforts sportifs. En reprenant ainsi une opposition ordinaire entre « temps de travail » (associé à l’effort et la contrainte) et le « temps de loisirs » (auquel sont souvent attribués la détente et le relâchement) (Lahire, 2004, p. 613), ils témoignent bien du changement de statut de leur activité sportive. Si le football-loisir existe encore bien pour eux, c’est nécessairement en dehors du cadre de formation, là où il peut encore jouer ce rôle d’« antidote aux tensions » que Norbert Elias attribuait aux activités de loisir et qui permettent, selon ses termes, la libération contrôlée des émotions (Elias et Dunning, 1994).

14Cependant, si l’exercice du jeu dans le club professionnel n’est plus assimilé à un « loisir » par les apprentis footballeurs, il n’en est pas pour autant clairement associé au « travail ». En effet, entrés dans une formation après une longue pratique sportive de loisir, ils sont portés à vivre leur expérience comme une « chance », celle d’échapper au travail « ordinaire » et à ses contraintes tout en poursuivant leur « passion ». Ils sont alors enclins à opposer, selon le même schème de perception, l’apprentissage sportif et les contraintes scolaires. Et, comme le soulignait déjà Hassen Slimani, « l’école est [...] présentée et ressentie par les joueurs comme une relation imposée, alors que le football est vécu sur le mode d’une relation “choisie” » (Slimani, 2000). Rattaché au plaisir quand il est comparé à l’investissement scolaire, le football est en revanche davantage associé à l’univers du travail et de la contrainte quand il est apprécié en rapport avec le temps libéré (vacances, week-ends libres). La catégorisation du football dépend donc du point de comparaison utilisé, signe patent d’une ambiguïté qui semble se prolonger au-delà des années de formation (Roderick, 2006).

15Apprentis footballeurs comme formateurs partagent donc un double sentiment qui, propre à un espace qui se construit à distance à la fois du monde professionnel non-sportif et de l’univers footballistique amateur, fonde la dimension enchantée de leur engagement. D’une part, ils vivent l’accès au club professionnel avec l’impression de fierté que procure l’appartenance à une institution sportive d’élite. D’autre part, cette occupation est ressentie comme une « passion » à l’intérieur d’un domaine qui est historiquement structuré par « un processus de dénégation qui ne permet à cet univers de pratique de fonctionner qu’à la condition de se penser comme un monde social inversé où la peine est transfigurée en plaisir et le travail en jeu » (Defrance, 1987, p. 182). Cette ambivalence tend à légitimer l’acceptation de contraintes spécifiques qui affaiblissent la frontière entre vie professionnelle et vie privée. C’est particulièrement le cas pour les apprentis puisque la formation suppose la restriction de plaisirs et l’ajournement d’activités récurrentes dans leur classe d’âge (comme les « sorties » nocturnes) qui leur font régulièrement dire qu’ils « passent à côté de leur jeunesse ». La « passion », additionnée à la rareté des places qu’ils occupent, rend difficile de se penser comme simple apprenti ou travailleur. On voit donc comment se maintient dans cet espace une définition ambivalente du métier qui, en s’appuyant sur la dénégation du travail, donne un sens supplémentaire à l’activité (« la passion ») qui vient légitimer l’empiètement du football sur la sphère privée.

1.2. La « passion » et la construction sociale de la vocation

1.2.1. Vocation et familiarisation précoce au football

16Un tel engagement des jeunes joueurs suppose que celui-ci soit vécu sur le registre de la vocation, mobilisant, selon des degrés variables, le sentiment d’être « fait pour ça ». En effet, pour que la « passion » devienne constitutive du sens qu’ils donnent à leur existence, qu’ils intériorisent un monde qui tourne autour des enjeux footballistiques sacrifiant ainsi d’autres appartenances sociales, une telle adhésion suppose un long processus de « conversion » (Papin, 2007), par laquelle l’activité de loisir peut changer de signification et être transmuée en « vocation » (Suaud, 1978). Ainsi, si l’engagement est pensé par les apprentis sur le registre de la réalisation passionnée, donc personnelle et libre (Faure et Suaud, 1999), l’analyse rétrospective de leur socialisation met en évidence les processus et les acteurs qui permettent la sociogenèse de cette vocation. Le concept de vocation s’avère donc d’autant plus utile qu’il constitue un outil de rupture avec les définitions indigènes de l’engagement. Il permet de rendre compte du long travail de persuasion qui est au fondement de l’adhésion à un « projet » de vie, qui n’est le résultat ni d’une décision rationnellement posée ni d’une détermination biologique — la réalisation d’un « don » (Schotté, 2002).

  • 8 Le recrutement de cette population reste plus populaire que celui des sportifs de haut niveau (Fleu (...)

17Or il est notable qu’une première condition favorable à de tels parcours soit la précocité de l’initiation footballistique. Joueurs très fréquemment entrés rapidement dans cette activité sportive (presque la moitié d’entre eux a débuté en club avant l’âge de six ans), ils sont le plus souvent issus de familles imprégnées par une culture footballistique. Ils ont souvent été initiés à la pratique par un père lui-même pratiquant (deux tiers des pères ont joué en club dont un tiers a pratiqué dans des championnats nationaux — entre les divisions professionnelles et le niveau amateur national (CFA2) — alors que neuf des frères des enquêtés sur dix pratiquent ou ont pratiqué ce sport. Cette initiation familiale masculine, qui se réalise le plus fréquemment à l’intérieur de familles populaires8, constitue, pour la majorité d’entre eux, le contexte favorable à la constitution précoce d’un intérêt pour le jeu.

1.2.2. Ascension sportive et entrée en formation

  • 9 Leur intérêt pour le spectacle s’est développé parallèlement à leur engagement dans la pratique ell (...)
  • 10 Ainsi, les matchs sont souvent pour les apprentis un moment de réactivation du sens de l’engagement (...)

18Durant les premières années d’engagement footballistique, leur forte intégration au premier club et à ses activités (tournois, festivités) se fait alors souvent sur les « pas » de leur père. Elle est aussi fréquemment l’occasion d’une sociabilité de village ou de quartier importante, qui contribue à ancrer le jeu localement. L’adhésion et le goût pour cette pratique sont rapidement renforcés par une ascension sportive précoce (reconnaissances par les entraîneurs, sollicitations de clubs plus huppés, sélections fédérales). Ainsi, s’ils débutent pour la majorité d’entre eux à l’intérieur de clubs modestes dans lesquels prime l’interconnaissance locale, ils s’entraînent souvent dès l’âge de 11 ans dans des clubs d’élites (les deux tiers évoluent dans des associations participant aux championnats régionaux ou nationaux jeunes). « C’était déjà plus sérieux » disent-ils souvent pour décrire sommairement cet accès à des niveaux de jeu plus élevés et la transformation correspondante de leur activité. S’observe ainsi un mouvement de dé-territorialisation du jeu, l’horizon de référence de la pratique se déplaçant d’un espace local de « connaissances » vers un espace d’« experts ». Cette tendance est d’autant plus forte qu’ils connaissent de nouvelles consécrations footballistiques (dont les sélections dans les équipes fédérales) et qu’ils sont reconnus par un encadrement doté de capitaux sportifs (entraîneurs de clubs situés en haut de la hiérarchie, agents fédéraux). Parce qu’ils sont reconnus sur ce marché amateur, qui opère ainsi un véritable marquage symbolique faisant de chaque sélection une élection, l’orientation vers un club professionnel devient un avenir pensable et l’invitation de celui-ci a toutes les chances d’apparaître comme un appel à se réaliser soi-même. L’analyse des récits montre d’ailleurs que l’entrée en formation est d’autant plus vécue comme la réalisation d’un « rêve de gamin » que les enquêtés ont été très précocement consacrés par l’institution sportive. De plus, leur goût avéré pour le spectacle footballistique a contribué à la consolidation de leur attachement à cette voie. Avant l’entrée en formation9 comme après, leurs pratiques culturelles footballistiques restent généralement intensives. Leur perception des professionnels (dans les matchs, la presse ou à la télévision) constitue un point d’appui symbolique (comme modèles d’une excellence sportive, d’une reconnaissance sociale, d’un style de vie et d’une richesse économique) dans la construction de leur investissement. Le spectacle participe tout au long de leur parcours, par les projections et les identifications imaginaires qu’il permet, à leur engagement10.

19C’est ainsi à l’issue de cette longue intériorisation de la « passion » sportive, d’une longue pratique amateur durant laquelle, à force d’élections et de gratifications, les jeunes enquêtés ont acquis le sentiment d’être « doués », que les joueurs entrent en formation (en moyenne entre 13 et 14 ans). Cette population, qui s’est déjà largement appropriée le projet sportif comme une vocation, connaît avec l’entrée en formation un renforcement de l’attachement à la cause footballistique. L’intégration et l’appropriation d’un espace et d’un temps propre organisés autour de la réalisation de performances physiques (et cela d’autant plus que la moitié d’entre eux loge en internat), qui fait dire à certains qu’ils ont le sentiment de vivre dans une « bulle », viennent renforcer l’adhésion à cet univers (Bertrand, 2008b). L’agrégation de ces « élus » au sein de l’institution contribue elle aussi à installer les jeunes enquêtés dans un monde « à part » constamment orienté vers des enjeux footballistiques.

20La socialisation antérieure des apprentis et la formation les dotent donc d’une adhésion « passionnée » et vocationnelle à l’activité footballistique. Or une seconde caractéristique centrale de cette formation professionnelle est le fort degré d’incertitude auquel elle soumet les impétrants. Les apprentis ont alors toutes les chances de se trouver pris entre, d’un côté, la force de l’adhésion au métier et, d’un autre côté, la fragilité de leur statut d’apprenti.

2. La « passion » à l’épreuve de l’incertitude

21L’analyse se doit, dans un deuxième temps, de mettre en lumière les formes prises par l’incertitude dans cette socialisation professionnelle. L’apprentissage constitue, en effet, une expérimentation continue de la sélection et de la précarité de leur devenir. Sélectivité de l’institution et degré de fermeture de ce marché du travail sportif s’additionnent pour produire cette instabilité. C’est ainsi, à partir de cette description, que peuvent être analysés les effets de cette instabilité sur l’expérience de la formation.

2.1. Structure sélective, marché du travail et socialisation à l’incertitude

2.1.1. Sélection et concurrence dans la formation

  • 11 Les joueurs n’étaient plus que 14 à 16 ans et neuf lors de la dernière année de formation.
  • 12 À 12 ans, le groupe comprenait 21 joueurs alors que la compétition permet d’en faire participer 14 (...)

22La formation donne lieu à un écrémage progressif à travers lequel les joueurs intériorisent la relative fragilité de leur appartenance au club. Lors de la préformation, la sélectivité est produite par l’intense recrutement opéré par le club et le renouvellement induit des effectifs. L’enrôlement d’éléments extérieurs est maximal lors des deux premières années où un quart à un tiers des équipes (« 12 » et « 13 ans ») est renouvelé en fin de saison. À cet âge-là, les mouvements d’entrée et sortie du club sont les plus importants. Entre 16 et 20 ans, alors que le marché du recrutement se rétracte, le processus de sélection passe par la réduction progressive des effectifs. S’ils sont stables jusqu’à 15 ans (une vingtaine de joueurs par génération), ils diminuent au fur et à mesure du cursus et la démographie du club prend ainsi une forme pyramidale11. Du fait de cette organisation, la concurrence interne devient une contrainte constante du quotidien des apprentis et cela d’autant plus que la gestion des effectifs dans le club alimente cette compétition. Chaque génération regroupe, en effet, un nombre d’éléments nettement plus conséquent que celui des joueurs pouvant participer aux compétitions12. Cela permet une sélection et une hiérarchisation continue des aspirants au professionnalisme qui favorise la constitution de la disposition à percevoir les pairs de façon combative. Les joueurs se trouvent alors engagés dans une course au « temps de jeu » dans laquelle ils intériorisent l’impératif concurrentiel selon lequel « il faut gagner sa place » comme ils le répètent souvent.

2.1.2. Des débouchés professionnels incertains

  • 13 En 2006–2007, c’est-à-dire une, deux ou trois années après la fin théorique de leur formation (29 c (...)

23Les joueurs enquêtés, situés en fin de formation, ont expérimenté cette sélection sévère durant laquelle ils ont parfois craint leur propre éviction. Passés entre les mailles du filet, ils restent pourtant devant une incertitude tout aussi structurante : celle de l’accès au professionnalisme. Or la signature d’un contrat « pro » à l’intérieur du club est loin d’être garantie même aux joueurs arrivés en fin de formation : pour les cinq générations arrivées au terme de l’apprentissage entre 2002 et 2005, le nombre moyen de joueurs engagés par saison est de 3,2. Ainsi, d’après ces données, il est possible de dire qu’un joueur âgé de 15 ans avait en moyenne un peu moins d’une chance sur six d’entrer à terme dans l’équipe phare du club. Cependant, la possibilité d’une professionnalisation réussie ne se réduit pas au seul club : ainsi, parmi les joueurs enquêtés ayant terminé leur formation, 44 % au total sont sous contrat dans un club professionnel13. Cette proportion est nettement plus forte que la moyenne généralement admise pour les centres en raison, d’une part, du choix d’une population en fin de formation, déjà très fortement sélectionnée et, d’autre part, de la position sportive élevée du centre étudié. En effet, les données disponibles révèlent un taux de professionnalisation plus faible des apprentis footballeurs à l’échelle de la France puisque le syndicat des joueurs, l’Union nationale des footballeurs professionnels, évalue à 20 % le pourcentage des joueurs issus des centres de formation qui accèdent au professionnalisme (Colin, 2004). Ce taux s’explique par la dissymétrie entre la population en cours de formation et le marché du travail professionnel. En 2005 par exemple, la Ligue du football professionnel comptabilisait 1960 joueurs sous contrat, dont environ 47 % étaient des apprentis sous contrat de formation. Si l’on ajoute à cela, le recours croissant à des joueurs étrangers (Poli, 2007), on comprend mieux la tendance à l’augmentation du chômage dans le football professionnel français (Juskowiak, 2007), indicateur de la pression existante sur ce marché du travail (Colin, 2004, p. 76–77).

  • 14 Dans notre population, les apprentis « internationaux » ont davantage pu accéder au statut de profe (...)

24Même si cette incertitude affecte inégalement les apprentis (les joueurs ayant obtenu un contrat de formation et/ou accumulé les distinctions sportives — sélections nationales — sont davantage protégés14), cette population doit faire face au paradoxe d’une formation à la fois exigeante, s’appuyant sur un attachement vocationnel à ses objectifs et incertaine dans les débouchés qu’elle offre. Cette incertitude, que vient renforcer le risque d’effritement du capital physique, facilite la construction d’un rapport inquiet et tendu à l’avenir propre à leur statut d’« espoirs » du club.

2.2. Les crises de la vocation comme tension interne

25On comprend, dès lors, que le caractère incertain et concurrentiel de la formation, additionné à l’emprise exigeante et intensive que demande cet apprentissage, puisse mettre en péril la vocation intériorisée. C’est à l’intérieur de ce cadre structurant qu’il s’agit de comprendre les moments de doute des enquêtés sur la valeur de leur engagement.

26Dans leurs récits apparaît très fréquemment la description de périodes vécues douloureusement durant lesquelles ils ont remis en cause, de manière plus ou moins durable, leur engagement. Ils relatent très fréquemment ces moments où ils ont « failli craquer » et durant lesquels ils ont été tentés par l’abandon et l’auto-élimination (l’envie de « tout lâcher ») afin de fuir les conditions d’existence offertes par le centre. Très rares sont les joueurs qui font un récit sans heurts de leur formation et qui n’ont pas connu ces crises de la vocation. Ce constat rejoint celui établi par Didier Demazière et Benoît Csakvary qui, observant le poids de l’incertitude sportive dans la formation des joueurs professionnels, en concluaient qu’il n’y a « rien d’étonnant alors à ce que les joueurs professionnels racontent leur préparation au métier comme une succession d’épreuves multiples qu’il leur a fallu surmonter », ces « épreuves » constituant « autant de risques de plonger dans des périodes de doute, voire de dépression » (Demazière et Csakvary, 2002, p. 91). Il apparaît alors que ce type de situations est particulièrement propice à une analyse sociologique qui, parce qu’elle entreprend de saisir le social à l’échelle individuelle, est particulièrement attentive aux situations de pluralités internes des acteurs et aux décalages qu’elles peuvent produire avec les situations présentes (Lahire, 2001). Or l’adoption de ce point de vue permet de distinguer deux types de crises en fonction de leur ressort principal, de souligner la distinction entre des crises que nous qualifierons d’ajustement ou de déclassement.

2.2.1. Les crises d’ajustement

27Les premières d’entre elles peuvent être mises en relation avec l’ajustement progressif qu’exigent les nouvelles conditions de pratique et d’existence de la part des apprentis (vie en internat pour une partie d’entre eux, centration sur l’apprentissage sportif, acceptation d’une discipline stricte et des relations de concurrence pour tous). Le fait que la première année de formation des enquêtés soit celle où ces crises sont les plus fréquentes et fortes (elle est souvent qualifiée par les enquêtés d’année « la plus dure », qui nécessite une « adaptation »), constitue un indice de ce travail d’ajustement aux impératifs de l’ascétisme sportif. Ces situations de malaise peuvent alors être interprétées comme des exemples de ces « crises d’adaptation, crises du lien ontologique ou de la connivence ontologique entre l’incorporé et la situation nouvelle », que Bernard Lahire juge « nombreuses, multiformes, et qui caractérisent la condition humaine dans des sociétés complexes, plurielles et en transformation » (Lahire, 1998, p. 57). La prise en compte de ces crises oblige alors à observer que pour notre terrain, s’il est vrai que le processus de sélection permet le recrutement d’une population relativement prédisposée, limitant ainsi la force des crises et l’importance des abandons, il est aussi évident que les conditions de la formation ne sont pas nécessairement analogues à celles de la vie antérieure des apprentis. Les joueurs se trouvent alors confrontés à des situations potentiellement désajustées à leurs dispositions incorporées, qui exigent de ne pas confondre la propension des acteurs à éviter les situations porteuses d’un risque de désajustement et « les situations réelles qui ne permettent pas toujours de tels évitements et ne laissent pas vraiment le choix aux acteurs » (Lahire, 1998, p. 56). C’est bien dans cette situation que se trouvent les apprentis qui ont dû accepter pour s’engager de quitter, à regret, le foyer familial, qui se trouvent contraints de limiter certains de leurs investissements sociaux (amicaux, par exemple) et qui doivent faire face à un encadrement dont la discipline est souvent inédite pour eux. Le cadre de socialisation nouveau auquel ils sont confrontés comporte des caractéristiques qu’ils acceptent parfois à contre-cœur parce qu’elles peuvent rendre problématique leur appartenance à d’autres univers et l’actualisation de dispositions devenues « inadéquates » et générer ainsi tensions internes et frustrations.

2.2.2. Les crises de déclassement

28Cependant, il faut noter qu’en ce qui concerne les crises de la vocation observées, la question de l’ajustement des nouveaux entrants n’est pas la seule en jeu. L’analyse de ces moments de malaise permet de mettre en évidence un élément déclencheur important : le déclassement sportif. Les moments de mal-être des enquêtés sont, en effet, souvent liés à une remise en cause sportive, à une chute plus ou moins brutale et durable dans la hiérarchie interne du club (perte d’une place de titulaire ou répétition d’une mise à l’écart du groupe lors des compétitions, accumulation de critiques verbales des entraîneurs, arrêts prolongés en raison d’une blessure). L’entretien réalisé avec Stéphane est un cas exemplaire de ce type de situation de déclassement. Rarement titularisé au sein de son équipe, il vit un déclassement pénible par rapport à la saison précédente où, généralement titulaire, il avait parfois été nommé capitaine. Il vit, au moment de l’enquête, une saison où se succèdent les moments difficiles selon les aléas de sa position sportive :

« Dès fois j’en ai marre. Dès fois tu te dis “ah ouais, j’arrête, hein”. Ah ouais, tout le monde s’est dit ça au moins une fois. Non, moi à chaque fois, j’essaye de me reprendre. Y a eu des moments durs, la première année j’ai eu dur, cette année souvent je joue pas, j’ai eu des moments difficiles hein. Au début de l’année, j’ai eu un moment difficile où j’étais blessé. Après je suis bien revenu, j’ai joué. Après il m’a renlevé, ça y est je retombe dans une phase, c’est vachement difficile, hein [...]. Donc à la fin de l’année, mon contrat se termine, donc j’ai pas le choix. Donc j’essaye de faire abstraction de tous ces problèmes. Mais des fois c’est difficile » (Stéphane, 17 ans, interne, arrivé au club à 14 ans, scolarisé en première ES).

29Le déroulement de l’entretien lui-même porte la trace des tensions qui animent Stéphane : trouvant à cette occasion une offre d’écoute, il évoque très longuement ses doutes et ses craintes sportives liés à sa situation (l’entretien dure deux heures et demi), heureux qu’il est de « vider son sac ». Si ces moments sont douloureux pour les enquêtés, c’est en raison du décalage que produisent ces déclassements entre des attentes incorporées et une situation présente porteuse de sanctions sportives.

30Parce que la formation est à la fois exigeante et concurrentielle, elle mène régulièrement à deux formes de crise de la vocation. L’addition de ces crises se révèle alors particulièrement douloureuse. Ainsi, si Gabriel dit avoir vécu « l’enfer » lors de sa première année au club, c’est qu’à la confrontation avec un nouveau cadre de vie s’est jointe l’absence de reconnaissance sportive. Son récit témoigne de l’intensité du malaise que provoque ce double désajustement :

Gabriel : « Je me souviens la première année ça a été l’horreur. Ah ouais, c’était l’enfer. Déjà, pff... Ç a faisait loin, j’étais... puis bon quand on arrive ici, on connaît personne. Mais des... tous mes copains d’avant, ils s’étaient mis un peu à l’écart tout ça. L’entraînement ça se passait pas bien, y avait des fois j’avais envie de craquer quoi. Et puis finalement, j’ai eu peut-être un petit redressement de barre à la fin de la saison qui m’a permis d’être gardé parce que c’était vraiment limite [...].
Enquêteur : la première année, c’était la plus dure pour toi ?
Gabriel : Ah ouais, la plus dure, ouais. Puis psychologiquement, physiquement, partout, quoi. Ah ouais j’voulais arrêter, quoi. J’voulais rentrer chez moi et partir, quoi. Donc y a des fois, j’ai serré les dents, puis maintenant, c’est passé, quoi. [...]. La première année c’était tellement... Qu’est-ce qu’il m’avait dit l’entraîneur ?... Si, que je servais à rien. Que j’y arriverais jamais, des choses comme ça, quoi. Heureusement qu’on en a des critiques de toute façon, mais bon, de là à dire : “pourquoi t’es venu ici, ça sert à rien” » (Gabriel, 17 ans, interne, entré à 14 ans au club, scolarisé en première STT).

31On voit de quelle manière, dans son cas, la violence des critiques dont il est l’objet s’additionne aux effets de l’éloignement spatial avec le milieu familial et amical. Son malaise provient de cette situation où il est pris entre, d’un côté, la permanence de ses espérances et de sa vocation, et de l’autre, les remises en cause de son entraîneur et la difficulté de vivre loin de son foyer familial.

32Ainsi, malgré la forte sélection des aspirants, la formation ne constitue pas, loin s’en faut, l’expérience permanente d’un enchantement, de l’adéquation entre ce qu’ils importent dans l’institution et les contraintes de celle-ci. Ils sont, en réalité, très souvent amenés à résister à des moments de crise de la vocation et c’est à la compréhension de cette résistance que l’étude nous conduit.

2.3. Vocation, parcours scolaires et ascétisme : quels freins à l’abandon ?

33Pour comprendre les résistances à ces crises dont ont fait preuve les enquêtés, trois pistes interprétatives peuvent être suivies : la première s’appuie sur l’analyse de la force de la vocation dont nous avons observées les conditions de production, la seconde interroge le degré de fermeture des autres possibles, alors qu’une troisième voie explore le poids de la culture ascétique dans la culture professionnelle que les apprentis sont amenés à s’approprier.

2.3.1. La force d’inertie de la vocation

34La résistance des enquêtés aux aléas de la formation et aux déclassements est d’abord le témoin de la force de la vocation intériorisée. Comme nous l’avons souligné, les actes de consécration, petits ou grands, vécus depuis le plus jeune âge et tout au long de l’apprentissage leur ont inculqué le sens de leur appartenance à une élite sportive. Alors que l’accès à l’antichambre du professionnalisme tend à être vécu comme le franchissement d’une frontière, celle de l’accès au monde des « élus » sportifs, on peut souligner que, « comme toutes les frontières magiques », elle a aussi « la fonction [...] d’empêcher ceux qui sont à l’intérieur, du bon côté de la ligne, d’en sortir, de déroger, de se déclasser » (Bourdieu, 1982, p. 61). Ce poids de la vocation s’observe très nettement dans les cas de déclassement, notamment quand ceux-ci sont tardifs et qu’ils interviennent après une longue intériorisation d’un destin sportif. Le refus d’abandonner est révélateur de la force d’inertie de la vocation face aux remises en cause sportives.

35Pour décrire les ressorts de ce mécanisme, nous pouvons tracer le portrait d’un enquêté qui, au moment de l’entretien, doit faire face à un déclin sportif. Éric est membre du club depuis l’âge de dix ans, il en a 17 au moment de l’entretien. Il connaît à ce moment une dégradation sportive qui produit chez lui un fort sentiment de malaise. Très valorisé au début de sa formation (ancien capitaine de son équipe, il a obtenu un contrat et connu des présélections en équipe de France), il subit depuis deux années un sévère déclin dans la hiérarchie du club (rarement titulaire de son équipe, il a accumulé une série de blessures et n’a plus été sélectionné en équipe nationale), dont il sera évincé à la fin de la saison. Malgré les menaces qui pèsent sur son avenir, il refuse d’envisager l’abandon :

« Je veux pas que ça s’arrête comme ça, je sais que tant que je sais que c’est pas fini je lâcherai pas, quoi. Ah ouais, ouais, y a pas moyen de toute façon, il faut pas que je lâche. C’est tout. Essayer d’aller jusqu’au bout et on verra par la suite, mais... de toute façon, j’ai une chance, on me l’a dit, “t’as une chance, saisis la”. J’veux dire, si t’y arrives après, c’est quelque chose de bien, de beau. Toute façon tout petit on m’a dit, quand j’étais en benjamin, des entraîneurs m’ont dit : “t’as les qualités pour aller au plus haut niveau. Mais la route est longue et y aura plein d’embûches” » (Éric, en première STT, fils d’un ouvrier qualifiée et d’une secrétaire).

36Ses espérances intériorisées se heurtent à la réalité de sa situation actuelle et le poids des efforts consentis contribue à évacuer la possibilité de l’abandon :

« Avec tout ce que j’ai fait, j’ai pas envie de m’arrêter maintenant, c’est pas possible [...]. Même par rapport à moi, tout ce que j’ai fait. Faut pas croire au niveau de la jeunesse et tout, j’en ai pas profité comme les autres, j’ai pas fait les conneries que les autres ont fait à leur âge, je me suis pas amusé et tout comme des gens à mon âge ».

37Au fait que l’abandon à ce stade annihilerait son « investissement », s’ajoute le poids des attentes parentales d’autant plus fortes que son orientation sportive a été suivie de près par un père lui-même pratiquant (ancien joueur amateur de niveau national, il a également entraîné). La crainte de ne pas accéder à l’élite est alors intiment mêlée à celle de ne pas être à la hauteur des espoirs parentaux :

« Mais moi, j’ai horreur qu’on soit déçu de moi. [...] Même au niveau des gens qui me soutiennent et tout, je sais que tant que c’est pas fini, je lâcherai pas, quoi. [...] Il faut que je reparte du bon pied, quoi, faut pas que je déçoive les gens qui ont cru en moi. [...] Ce que je voudrais surtout pas, c’est décevoir les gens comme mes parents, tout ce qu’ils ont fait. [...] Même si j’y arrive pas, y aura pas de problème, mais même je serai déçu quand même. Par rapport à eux de pas, de pas avoir fait le maximum, de pas y être arrivé ».

38C’est d’ailleurs dans ce contexte que la crainte de décevoir les espoirs familiaux a pu pousser Éric à présenter à ses parents son départ du club comme un choix plutôt que comme une simple éviction, sa difficulté à assumer cet échec face à ses parents l’ayant vraisemblablement poussé à cultiver cette ambiguïté.

39Cet exemple illustre la force de ces attentes lorsque le projet sportif est approprié familialement et leur contribution au maintien de l’engagement dans la « passion ». Il donne à voir la force des espérances intériorisées qui, en s’appuyant sur la reconnaissance et la valorisation que le parcours sportif permet dans le club et dans la famille, expliquent la force des tensions qui affectent les enquêtés touchés par un déclassement sportif.

2.3.2. Des raisons scolaires de persévérer ?

40Un second ressort de cette persévérance peut être la nature de leurs parcours scolaires. On peut, en effet, faire l’hypothèse que la réduction des voies d’accès au monde du travail qu’entraînerait l’absence d’une scolarité aboutie favorise une telle résistance aux aléas de la formation sportive.

41Sur ce point, le premier constat est qu’au moment de l’entrée en formation la grande majorité des enquêtés n’est pas affectée par un affaiblissement de leurs espérances scolaires pouvant favoriser l’obstination sportive. En effet, l’étude des parcours avant l’entrée dans l’apprentissage sportif montre que, contrairement à une idée répandue, fragilité des perspectives scolaires et investissement footballistique sont très loin d’aller systématiquement de pair. Les résultats à l’école primaire, en particulier, montrent que ces apprentis footballeurs ont assez rarement connu des difficultés précoces. En fin de cycle primaire, seulement trois d’entre eux accusaient un retard (= 43). Huit joueurs sur dix n’ont aucun retard scolaire au moment de l’entrée en préformation. Au final, seulement un enquêté sur cinq a connu des difficultés scolaires nettes au moment de l’engagement (redoublement, série d’« avertissements ») et c’est parmi cette minorité que la voie sportive apparaît régulièrement comme une voie de salut possible, voire un refuge symbolique, susceptible de se substituer à un avenir scolaire précocement vécu comme bouché ou aléatoire.

  • 15 Dans une génération proche de celle de nos enquêtés (élèves entrés en sixième en 1995), le taux de (...)
  • 16 Plus de la moitié des enquêtés inscrits au lycée général et technologique s’y sont orientés (56 %).

42À l’issue de la formation également, les apprentis ne sont pas égaux au regard de leurs résultats scolaires. On sait que statistiquement la population des diplômés a nettement augmenté parmi les footballeurs professionnels et qu’ils ne sont pas restés à l’écart du mouvement de scolarisation. En 1996, on comptait ainsi 29 % de bacheliers et 10,3 % de diplômés du supérieur dans leurs rangs (Faure et Suaud, 1999, p. 219). En ce qui concerne les apprentis enquêtés, l’analyse révèle que 20,5 % d’entre eux ont obtenu un brevet d’études professionnelles (BEP) et 35,8 % le baccalauréat à l’issue du cursus (39 cas)15. Les données montrent, par ailleurs, que la formation a un coût scolaire qui limite les effets du mouvement d’allongement des scolarités. Cela se traduit par une baisse progressive et généralisée des résultats à partir du second cycle des études secondaires et des ambitions scolaires (orientation avec des filières jugées moins exigeantes comme le baccalauréat technologique16, arrêt massif des études après le baccalauréat). Au final, les analyses montrent qu’il existe des inégalités importantes entre les apprentis puisqu’ils ne parviennent pas pareillement à conjuguer les deux cursus, les plus en difficultés étant ceux qui avaient un passé scolaire marqué par des difficultés et qui sont plus souvent issus d’une famille populaire. C’est notamment le cas d’un cinquième des enquêtés, ceux qui ont arrêté leurs études avant la présentation des examens du second cycle et qui ressentent le plus fortement l’intérêt d’une réussite sportive. Cependant, on constate également une tendance commune à l’affaiblissement des résultats scolaires qui, produite par l’engagement footballistique, tend à renforcer l’intérêt de celui-ci. L’interaction entre parcours scolaire et sportif contribue ainsi à faire de l’affaiblissement scolaire un frein à l’abandon, même si c’est de manière très inégale selon le moment du cursus et les dispositions scolaires des enquêtés.

2.3.3. L’épreuve comme condition normale d’accès au métier : l’ascétisme d’élite

43La manière dont les crises sont vécues montre également qu’elles sont, grâce à l’appropriation de la culture professionnelle qui leur donne un sens, normalisées à l’intérieur de la formation. C’est d’ailleurs parce qu’ils facilitent cette appropriation de l’incertitude que les enquêtes témoignent d’un goût affirmé pour les récits de leurs aînés mettant en scène les tensions propres à ce type de parcours. Éric, par exemple, est particulièrement attiré par les professionnels ayant connu des trajectoires improbables ou marquées par des difficultés importantes :

  • 17 Joueur professionnel évoluant dans le club enquêté et régulièrement sélectionné en équipe de France

« À partir du moment où je me suis intéressé au foot, je regardais, vu que j’ai passé des moments difficiles, tous les joueurs qui ont des passés difficiles. Moi, y en a un que j’ai bien aimé, c’est X17. J’ai bien aimé parce qu’il est venu au club à l’âge de 17 ans et puis il jouait par la suite dans le groupe DH (division régionale), il était milieu défensif. Et après un jour, ils l’ont fait passer attaquant en DH, hop il plante deux buts. Et depuis ce jour-là, il a pas arrêté, il a pas arrêté. Donc voilà c’est pour ça qu’il faut jamais renoncer. [...] Moi je regarde plutôt des joueurs qui ont des difficultés à y arriver. C’est le plus intéressant. Et après tu te dis, “après tout, si lui il y est arrivé, pourquoi pas moi ?” ».

44Il trouve dans ces récits un moyen de réassurance. Ils le confortent dans l’idée que le malaise qu’il endure est « normal » et que, comme leur répètent très fréquemment leurs formateurs, ce métier, parce qu’il est « extraordinaire », exige des efforts exceptionnels. L’apprentissage est ainsi l’occasion d’intérioriser un rapport au métier dominé par un ascétisme d’élite qui fait de la résistance aux difficultés une condition de la réussite. Cette normalisation se prolonge, comme le révèlent les observations réalisées, jusque dans le façonnement d’un usage du corps, la formation donnant lieu à la production de dispositions corporelles marquées par la logique de la résistance physique, du dépassement de soi et de l’acceptation des douleurs. La manière dont les éducateurs exigent, par exemple, de ne pas s’arrêter sur les douleurs occasionnées par le jeu est révélatrice de ce traitement du corps : ils se montrent souvent réticents à arrêter le cours du jeu quand un des apprentis reste au sol et les mêmes expressions viennent quasi systématiquement sanctionner les maux exprimés par les joueurs : « c’est rien », « c’est le métier qui rentre », « serre les dents ». En euphémisant ou déniant l’importance du ressenti, ces injonctions les incitent à « ne pas s’écouter » et en remettant régulièrement en cause la réalité des douleurs (« arrête ton cinéma » s’exclament-ils régulièrement), ils répriment l’expression des sensations. La douleur doit donc être dépassée et oubliée rapidement et s’apprend ainsi une certaine insensibilisation aux coups. De la même manière, l’inculcation de ce rapport au corps explique que certains exercices (comme les tests d’endurance particulièrement éprouvants) soient construits comme des épreuves du dépassement de soi. Les propos des entraîneurs à cette occasion, qui répètent attendre de « voir ce qu’ils ont dans le ventre » ou « dans les tripes » et que les joueurs leur montrent une « envie de se faire mal », leur aptitude à « aller au bout de soi », contribuent alors à cette normalisation de la douleur produite par l’effort.

45C’est dans la même logique ascétique que les crises sont perçues comme des épreuves qui endurcissent et elles jouent, d’une certaine manière, la même fonction probatoire que les « rites négatifs » décrits par Émile Durkheim dans l’ascétisme religieux (Durkheim, 1991, p. 529). Alors qu’avec ces rites, le dépassement de la souffrance constitue une épreuve pour l’accès au sacré, les crises, au même titre que les douleurs entraînées par l’entraînement, semblent jouer le même rôle pour l’accession au professionnalisme. De la même manière, ces mises à l’épreuve répétées participent de l’intériorisation de ce qu’elles ne font qu’apparemment vérifier. L’analogie avec les situations décrites par É. Durkheim est toujours éclairante quand il affirme qu’« en réalité, la fonction probatoire du rite n’est qu’un autre aspect de son efficacité. Car ce que prouve la manière dont il est subi, c’est précisément qu’il a bien produit son effet, c’est-à-dire qu’il a conféré les qualités qui sont sa première raison d’être » (Durkheim, 1991, p. 533). La résistance des joueurs et de leur sentiment de vocation est ainsi renforcée par la consolidation de leur disposition ascétique puisque le dépassement des crises, des tensions liées à l’incertitude de la formation, apparaît comme la modalité d’accès « normale » et légitime dans l’espace du monde professionnel.

46La formation est donc vécue à la fois sur le mode de l’enchantement et sur celui de la résistance aux difficultés et aux crises. Quand les apprentis sont pris dans celles-ci, il est possible de distinguer trois dimensions qui participent, différemment selon les cas, au dépassement de ces tensions. Ainsi, l’état des espoirs scolaires, l’inertie de la vocation et l’intériorisation d’un rapport ascétique à l’activité interviennent souvent conjointement dans le maintien de l’engagement.

3. Conclusion

47Les apprentis footballeurs, tout comme leurs formateurs, partagent l’impression de vivre une expérience exceptionnelle, sentiment qui contribue à maintenir l’ambivalence d’une socialisation professionnelle souvent pensée à l’écart du monde du travail « ordinaire ». Or l’analyse en termes de socialisation, fondée sur l’étude du dispositif de formation et celle des parcours sportifs et scolaires des joueurs, permet de mettre en évidence la sociogenèse de l’adhésion vocationnelle à la carrière footballistique. Fondée sur l’examen intensif d’un seul terrain, elle permet de souligner la temporalité de ce processus et les interactions qu’il entretient avec les relations familiales et l’investissement scolaire. Elle pointe alors la puissance d’intégration d’une institution, le centre de formation, dont la forte emprise génère un attachement vocationnel au projet sportif.

48Cependant, ce travail montre également qu’à cette première injonction, l’investissement intensif au nom de la « passion », s’ajoute une deuxième contrainte contradictoire : l’incertitude des positions. Malgré les contrats de formation qui constituent une protection provisoire pour les jeunes apprentis, leur préparation au métier constitue une socialisation à l’incertitude. En effet, s’ils ont franchi, en entrant en formation, une frontière qui les consacre comme aspirants footballeurs, celle-ci reste réversible et leur position s’apparente à celle du funambule, condamné à rester en équilibre sur le fil tant qu’ils n’ont pas franchi durablement la barrière qui les sépare du marché du travail professionnel. Ils sont ainsi confrontés aux effets paradoxaux de la rareté des places disponibles et de la concurrence organisée : alors que la dimension sélective de cet accès contribue à en renforcer la désirabilité et à attacher davantage encore les apprentis à ce projet, elle fragilise, par le même mouvement, leur appartenance à cet univers. Cette tension n’est pas propre au football, ni même à la population des sportifs professionnels ou de haut niveau. Elle rapproche d’ailleurs les sportifs des acteurs de la plupart des marchés artistiques. Univers sociaux qui génèrent des investissements personnels importants, voire des « vocations » (Sapiro, 2007), ils n’assurent, dans bien des cas, que des gains économiques incertains — comme pour les écrivains (Lahire, 2006) — et sont le lieu d’une forte inégalité de revenu et d’une grande incertitude professionnelle, au point que l’on a pu en faire un des domaines précurseur de la flexibilisation du travail (Menger, 2003). Parce qu’elles constituent le nœud de cette contradiction centrale, les crises que connaissent les enquêtés ont tout intérêt à être construites en objet sociologique. Le travail se donne alors les moyens d’en rendre raison, en soulignant les conditions sociales de leur possibilité et de construire ainsi une voie d’analyse concurrente à une vision psychologisante vers laquelle le monde sportif est souvent porté.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand, J., 2008a. La fabrique des footballeurs. Analyse sociologique de la construction de la vocation, des dispositions et des savoir-faire dans une formation au sport professionnel. Thèse pour le doctorat de sociologie et anthropologie, université Lyon 2.

Bertrand, J., 2008b. Se préparer au métier de footballeur : analyse d’une socialisation professionnelle. STAPS 82 (4), 29–42.

Bourdieu, P., 1982. Les rites comme actes d’institutions. Actes de la recherche en sciences sociales 43, 58–63.

Bourg, J.F., Gouguet, J.J., 2005. Économie du sport. La découverte, Paris.

Brissonneau, C., Aubel, O., Ohl, F., 2008. L’épreuve du dopage : sociologie du cyclisme professionnel. PUF, Paris.

Bromberger, C., 1995. Le match de football : ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples, Turin. Édition de la Maison des sciences de l’homme, Paris.

Colin, Y., 2004. Quels arbitrages pour le football professionnel ? Les problèmes liés au développement économique du football professionnel. Rapport d’information du Sénat 336, Paris.

Defrance, J., 1987. L’excellence corporelle. PUR, Rennes.

Demazière, D., Csakvary, B., 2002. Devenir professionnel. Panoramiques 61, 85–91.

Durkheim, É., 1991. Les formes élémentaires de la vie religieuse. Librairie générale française, Paris.

Elias, N., Dunning, E., 1994. Sport et civilisation. La violence maîtrisée. Fayard, Paris.

Faure, J., Suaud, C., 1999. Le football professionnel à la française. PUF, Paris.

Fleuriel, S., 2004. Le sport de haut niveau en France : sociologie d’une catégorie de pensée. PUG, Grenoble.

Fleuriel, S., Schotté, M., 2008. Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs. Éditions du Croquant, Paris.

Juskowiak, H., 2007. Football et chômage, approche sociologique d’une énigme. Revue européenne du management du sport 20 [13 p.].

Lahire, B., 1998. L’homme pluriel : les ressorts de l’action. Nathan, Paris.

Lahire, B., 2001. De la théorie de l’habitus à une sociologie psychologique. In: Lahire, B. (Ed.), Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. La découverte, Paris, pp. 121–150.

Lahire, B., 2002. Portraits sociologiques : dispositions et variations individuelles. Nathan, Paris.

Lahire, B., 2004. La culture des individus. La découverte, Paris.

Lahire, B., 2006. La condition littéraire : la double vie des écrivains. La découverte, Paris.

Menger, P., 2003. Portrait de l’artiste en travailleur : métamorphoses du capitalisme. Le seuil, Paris.

Mignon, P., 1998. La passion du football. Odile Jacob, Paris.

Ministère de l’Éducation Nationale – DEP, 2006. Repères et références statistiques. Paris.

Papin, B., 2007. Conversion et reconversion des élites sportives. L’Harmattan, Paris.

Poli, R., 2007. Migrations de footballeurs et mondialisation : du système-monde aux réseaux sociaux. M@ppemonde 88 (4), p. 12. http://mappemonde.mgm.fr/num16/articles/art07401.pdf.

Roderick, M., 2006. The Work of Professional Football. A Labour of Love? Routledge, London.

Sapiro, G., 2007. La vocation artistique entre don et don de soi. Actes de la recherche en sciences sociales 168, 4–11.

Slimani, H., 2000. La professionnalisation du football français : un modèle de dénégation. Thèse à l’université de Nantes, Nantes.

Sontag, A., 2008. Les identités du football européen. PUG, Grenoble.

Schotté, M., 2002. Réussite sportive et idéologie du don. Les déterminants sociaux de la « domination » des coureurs marocains dans l’athlétisme français (1980–2000). STAPS 57 (1), 21–37.

Suaud, C., 1978. La vocation. Conversion et reconversion des prêtres ruraux. Minuit, Paris.

Wahl, A., 1998. Un professionnalisme de résignation en France. Sociétés et Représentations 7, 67–75.

Wahl, A., Lanfranchi, P., 1995. Les footballeurs professionnels des années 1930 à nos jours. Hachette, Paris.

Haut de page

Notes

1 Parmi les nombreux travaux français sur ce domaine, on peut, en particulier, citer ceux de Christian Bromberger (1995) et ceux de Patrick Mignon (1998).

2 Car les fortes inégalités de revenus, en fonction des disciplines concernées et des niveaux de performance, sont une autre caractéristique sous-jacente à ces univers (Bourg et Gouguet, 2005).

3 Depuis 1995, la formation au sport en France est organisée au sein de filières d’accès au sport de haut niveau. Celles-ci regroupent les « pôles » fédéraux (dans le cas du football, 12 centres fédéraux de préformation) et les centres de formation agréés des clubs professionnels.

4 Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté soulignent cette dimension du salariat dans les organisations sportives : « La passion pour le sport est en effet une condition d’accès à ce type d’emploi. Recrutés sur la base de leur passé sportif (en tant que pratiquants et/ou dirigeants bénévoles), les salariés ont d’autant moins de chances de s’opposer aux conditions de travail auxquelles on les soumet que le fait de gagner de l’argent pour ce qu’ils faisaient antérieurement de façon gratuite leur apparaît comme une chance. S’impose alors le modèle de la dette, ces salariés se sentant redevables de la possibilité qui leur est offerte de vivre de leur passion » (Fleuriel et Schotté, 2008, p. 91).

5 Ils sont, par ailleurs, salariés dans des entreprises ou services publics (deux employés administratifs précaires à l’université, un enseignant de collège, un assistant d’éducation, un employé de la poste, un employé municipal).

6 Cette expression a longtemps désigné la situation des sportifs, et des footballeurs en particulier, qui percevaient des revenus à l’extérieur du cadre d’un contrat de travail faute de reconnaissance légale du professionnalisme (Wahl et Lanfranchi, 1995).

7 Son orientation en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), et en particulier son détournement du sport scolaire, est très révélatrice de son rapport au sport : « J’ai quitté la filière EPS parce que ça m’attirait pas. Je respecte la filière prof de gym mais... Là c’est le cadre, c’est des jeunes qui savent ce qu’ils veulent faire quoi ». Il est, en revanche, très attiré par l’excellence sportive (« J’avais le profil de haut niveau et ça correspondait, c’est mon élément, ça correspond à mon element »).

8 Le recrutement de cette population reste plus populaire que celui des sportifs de haut niveau (Fleuriel, 2004, p. 76). Les enfants des milieux populaires sont légèrement majoritaires dans notre population (57,5 % de pères ouvriers ou employés), même si les fils de cadres et professions intellectuelles supérieures sont loin d’être exclus (19,1 %), témoignant d’une composition très proche de celle relevée par les travaux statistiques réalisés précédemment (Slimani, 2000).

9 Leur intérêt pour le spectacle s’est développé parallèlement à leur engagement dans la pratique elle-même. Ainsi, avant de s’engager dans le système de formation, ils avaient tous une pratique régulière ou très régulière du suivi de l’actualité de ce sport à la télévision, et environ 60 % des enquêtés avaient assisté, de manière occasionnelle ou plus régulière, à des rencontres professionnelles.

10 Ainsi, les matchs sont souvent pour les apprentis un moment de réactivation du sens de l’engagement où l’envie d’« y être », d’« en faire partie » est portée à son paroxysme.

11 Les joueurs n’étaient plus que 14 à 16 ans et neuf lors de la dernière année de formation.

12 À 12 ans, le groupe comprenait 21 joueurs alors que la compétition permet d’en faire participer 14 et le groupe de joueurs de 17 et 18 ans en rassemblait 22 pour 16 places disponibles. Pour chaque match, environ la moitié des joueurs du groupe est titulaire et près de 30 % de l’effectif est exclu de toute participation.

13 En 2006–2007, c’est-à-dire une, deux ou trois années après la fin théorique de leur formation (29 cas). Ce taux de professionnalisation est identique (44 %) si l’on observe l’ensemble des joueurs de trois générations (1984 à 1986) qui étaient au club à l’âge de 17 ans (36 cas).

14 Dans notre population, les apprentis « internationaux » ont davantage pu accéder au statut de professionnel (58 % contre 33 % pour les autres), tout comme ceux ayant signé un contrat de formation (52,1 % contre 28,5 %) (= 37). Ainsi, même s’il y a une inégalité des chances d’accès au métier, l’incertitude de la professionnalisation reste forte pour tous.

15 Dans une génération proche de celle de nos enquêtés (élèves entrés en sixième en 1995), le taux de bacheliers est de 64 % (57 % pour les garçons et 50 % pour les enfants d’ouvriers) (Ministère de l’Éducation nationale – DEP, 2006).

16 Plus de la moitié des enquêtés inscrits au lycée général et technologique s’y sont orientés (56 %).

17 Joueur professionnel évoluant dans le club enquêté et régulièrement sélectionné en équipe de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bertrand, « Entre "passion" et incertitude : la socialisation au métier de footballeur professionnel », Sociologie du travail, Vol. 51 - n° 3 | 2009, 361-378.

Référence électronique

Julien Bertrand, « Entre "passion" et incertitude : la socialisation au métier de footballeur professionnel », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 51 - n° 3 | Juillet-Septembre 2009, mis en ligne le 27 août 2009, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/16786 ; DOI : 10.4000/sdt.16786

Haut de page

Auteur

Julien Bertrand

UMR CNRS 5040, groupe de recherche sur la socialisation (GRS), université Lumière-Lyon 2, 5, avenue Pierre-Mendès-France, 69696 Bron cedex, France
Bertrand.julien[at]libertysurf.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals