Navigation – Plan du site
Articles

Encombrantes victimes. Pourquoi les maladies professionnelles restent-elles socialement invisibles en France ?

Cumbersome victims: Why are occupational illnesses still socially invisible in France?
Jean-Noël Jouzel
p. 402-418

Résumés

À l’exception des salariés souffrant de cancers liés à l’amiante, les victimes des accidents et maladies causés par le travail demeurent obstinément invisibles dans les débats politiques en France. Ce constat est d’autant plus étonnant que dans de nombreux autres secteurs de la société, les mobilisations de victimes de risques collectifs occupent une place de plus en plus centrale dans les arènes publiques et judiciaires. Cet article se propose d’éclairer les raisons de l’invisibilité des pathologies liées au travail en rendant compte des difficultés rencontrées par une association de victimes d’une substance toxique très fréquemment employée en milieu professionnel, les éthers de glycol. L’article montre que l’inscription de l’action de cette association dans le cadre d’une mobilisation syndicale plus large est porteuse de contradictions dont la résolution passe par la marginalisation des victimes dans l’action collective.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des deux dernières décennies, de nombreuses questions sanitaires sont devenues des « problèmes publics » (Gusfield, 1981) en France comme dans l’ensemble du monde occidental. L’amiante, les déchets nucléaires, le sang contaminé ou la vache folle sont autant de « crises », d’ « affaires » et de « scandales » de santé publique débattus dans une grande variété d’arènes publiques (Hilgartner et Bosk, 1988) : médias, tribunaux, groupes d’expertise collective, enceintes parlementaires... Ils échappent ainsi à leurs « propriétaires » jusqu’alors légitimes (Gusfield, 1981), c’est-à-dire, le plus souvent, aux ministères en charge des secteurs économiques producteurs de risques sanitaires (par exemple, les ministères de l’Industrie ou de l’Agriculture) (Borraz, 2007). De questions faiblement investies par les pouvoirs publics, les risques sanitaires sont devenus des problèmes politiques particulièrement sensibles, captant l’attention d’un grand nombre d’acteurs.

2Parmi ces acteurs, les victimes des risques, supposées ou réelles, jouent souvent un rôle décisif dans leur transformation en problèmes publics. La constitution de collectifs de victimes en quête de réparation a contribué à la judiciarisation croissante des conflits liés aux risques sanitaires. Elle s’est inscrite dans un contexte plus général de mutation du droit des victimes. Longtemps considéré comme « une survivance d’un État de droit primitif, proche du système de la vengeance » (Zaubermann et al., 1990, p. 13), ce droit a été renforcé et institutionnalisé depuis les années 1970. En témoigne la possibilité offerte à un nombre croissant d’associations de victimes d’ester en justice et d’y obtenir une réparation intégrale du préjudice subi, ainsi que la mise en place par l’État de dispositifs d’indemnisation des victimes d’infractions dont les auteurs échappent aux poursuites (Dulong et Ackerman, 1984 ; Roché, 1995). Au-delà des enceintes judiciaires, la multiplication de ces groupes cherchant à extraire leurs souffrances du registre de la fatalité pour en imputer la responsabilité à des fautifs (industriels, médecins, État...) a favorisé la conversion de nombreux risques collectifs en enjeux du débat public (Vilain et Lemieux, 1998 ; Decrop, 2003).

3Dans ce contexte, on ne peut qu’être étonné par la faible médiatisation des risques sanitaires liés au travail. Les pathologies professionnelles demeurent « socialement invisibles » (Thébaud-Mony, 2007), alors même que le nombre de leurs victimes reconnues tend à augmenter très fortement en France (de 25 % par an depuis dix ans). Cette invisibilité s’explique en partie par la rareté des mobilisations de victimes de cette catégorie de dangers. Certes, la crise de l’amiante a permis que naisse la première action collective d’ampleur de victimes des effets du travail sur la santé. Formée en 1996, l’Association nationale des victimes de l’amiante (Andeva) regroupe actuellement près de 20 000 adhérents dont la plupart ont engagé des actions en justice pour obtenir une réparation et des sanctions contre les responsables de l’épidémie de cancers liés à ce matériau toxique. Mais le cas de l’amiante reste aujourd’hui une exception (Henry, 2004) dans l’ensemble des risques professionnels, dont aucun autre n’a à ce jour donné lieu à une forte mobilisation victimaire.

4Pour comprendre les raisons de l’invisibilité sociale des enjeux de santé au travail et des victimes de pathologies professionnelles, cet article se propose de suivre un cas particulier de mobilisation liée à un risque professionnel. Ce risque est celui qui découle de l’exposition à une famille de solvants fortement suspectés d’être toxiques pour les fonctions de reproduction humaines et pour le fœtus. Il s’agit des éthers de glycol, molécules très répandues dans un grand nombre d’usages professionnels. Depuis une dizaine d’années, le « Collectif Éthers de glycol » regroupant des organisations syndicales, des mutuelles mais aussi l’Association de victimes des éthers de glycol (Aveg) dénonce les dangers de ces substances et exige leur interdiction dans les espaces de travail ainsi que la réparation de leurs effets sur la santé des travailleurs. Ce cas constitue un bon terrain d’enquête pour cerner les raisons de l’invisibilité sociale des risques professionnels et de leurs victimes, dans la mesure où la mobilisation contre les éthers de glycol a presque constamment peiné à être relayée par les médias et où l’Aveg n’est jamais parvenue à atteindre la masse critique suffisante pour agir de manière autonome dans l’espace public et judiciaire.

5Cette contribution repose sur une enquête de terrain menée autour des éthers de glycol en France. Un travail préparatoire a pu être effectué au cours d’une douzaine d’entretiens approfondis avec les acteurs qui font ou ont fait partie du Collectif Éthers de glycol. Le cœur de l’enquête a ensuite reposé sur l’observation non participante de cinq des réunions que les membres de cette coalition tiennent tous les deux à trois mois. Nous avons ainsi été en position d’étudier au plus près la pratique des acteurs qui dénoncent les risques professionnels liés aux éthers de glycol. Pour exploiter ce travail de terrain, nous sommes parti d’une hypothèse devenue classique dans la désormais abondante littérature en sciences sociales portant sur les risques collectifs (Borraz, 2005). Ces études ont montré sur des terrains divers que la transformation d’une menace sanitaire ou environnementale en problème public ne passe pas par un lien mécanique fonction de la « nature » du danger mais toujours par des « luttes définitionnelles » (Gilbert et Henry, 2009), des activités de « cadrage » (Snow et Benford, 1988) et de « problématisation » (Callon, 1986) qui permettent de faire émerger certains risques plutôt que d’autres. L’observation des réunions du Collectif Éthers de glycol nous a précisément mis en situation de décrire et d’analyser le travail rhétorique qui conditionne l’existence publique de ces molécules et de leurs victimes.

6La première partie de l’article resitue les liens entre organisations professionnelles et problématiques de santé au travail dans un contexte historique. Elle montre que les mobilisations syndicales autour de ces enjeux sont loin d’aller d’elles-mêmes, tant la gestion des risques professionnels passe en France par des compromis stabilisés et institutionnalisés auxquels sont étroitement associés les représentants des travailleurs et des employeurs. Dans ce contexte, la crise de l’amiante survenue il y a une dizaine d’années n’a paradoxalement pas réellement contribué à interrompre cette tradition politique de recherche du compromis. La seconde partie de l’article analyse le travail politique des membres du Collectif Éthers de glycol et montre comment il est contraint par les difficultés des organisations professionnelles à rendre publiques les questions de santé au travail. Elle permet de faire émerger les lignes de tension qui traversent le Collectif Éthers de glycol et qui contribuent lourdement à la faible visibilité médiatique de ces substances et de leurs victimes.

1. La construction historique et juridique de l’invisibilité des victimes des maladies professionnelles et sa remise en cause contemporaine

1.1. Le compromis fragilisé

1.1.1. Des victimes protégées et invisibles

7Au cours des premières décennies du développement industriel de la France, l’indemnisation des accidents ou des maladies liés au travail était régie par le code civil. Les plaignants étaient alors en situation difficile, puisqu’il leur fallait faire la preuve de la responsabilité de leur employeur dans la survenue du dommage, ce qui laissait à la charge des victimes près de neuf accidents sur dix (Cour des comptes, 2002). Les employeurs n’étaient cependant pas satisfaits de cette situation, la possibilité de poursuites judiciaires faisant obstacle à l’anticipation des coûts de production (Ewald, 1986). La loi du 9 avril 1898 a imposé un nouveau système de réparation des accidents du travail en instituant un compromis entre les intérêts des salariés et ceux de leurs employeurs sur la base d’un ensemble de concessions réciproques. Depuis cette date, un régime spécifique de responsabilité sans faute de l’employeur détermine les règles de la réparation des accidents survenus au travail. Les employeurs (présumés responsables de tous les accidents sur le lieu de travail) financent l’indemnisation mais échappent en contrepartie à toute action en réparation de la part de la victime ou de ses ayants droit, sauf en cas de faute inexcusable ou intentionnelle. Les salariés qui ont subi un accident sur leur lieu de travail sont automatiquement indemnisés, mais, en contrepartie, cette indemnisation n’est que forfaitaire et non intégrale. La loi du 25 octobre 1919 a étendu ce compromis à la réparation des maladies professionnelles. Celle-ci repose sur un système de tableaux de maladies professionnelles qui font correspondre à une liste de travaux (par exemple un ensemble de travaux exposant le travailleur à une substance toxique) une liste de pathologies qui donnent automatiquement droit à une indemnisation forfaitaire, sous condition de respect du délai de prise en charge.

8Aujourd’hui encore, ces deux lois constituent la clé de voûte du système français d’indemnisation des risques professionnels. Bien que conçues comme des dispositifs protecteurs pour les travailleurs, elles ont eu des effets pour le moins ambivalents pour les victimes de maladies ou d’accidents liés au travail. Les principes de la présomption automatique d’imputabilité, de la responsabilité sans faute et de la mutualisation du financement du fonds de réparation ont eu pour conséquence d’« institutionnaliser la fatalité » (Mattéi, 1976, p. 998) et de faire des maladies et des accidents du travail des « avatars de l’industrialisation » (Rosental, 2007). La réparation des risques professionnels a ainsi été évacuée de l’arène judicaire, ce qui a eu pour conséquence de rendre socialement invisibles les effets nocifs du travail sur la santé. La quasi-disparition des procès relatifs à des accidents ou à des maladies professionnelles explique ainsi en partie le désintérêt des médias pour cette catégorie de « victimes sans crimes » (Lippel, 1988) à partir du début du xxe siècle.

1.1.2. La construction de la santé au travail comme objet de négociation paritaire

9Les stratégies syndicales vis-à-vis du problème de l’invisibilité des risques professionnels ont considérablement varié au cours des 100 dernières années. Dans les années qui suivirent l’adoption de la loi de 1898, l’action syndicale naissante s’est en partie structurée autour de luttes cherchant à rendre visibles les enjeux de santé au travail, les maladies professionnelles restant alors exclues du nouveau dispositif de réparation. Dans la chapellerie, le bâtiment ou la céramique, des mobilisations parfois très longues eurent pour objet des demandes d’interdiction de l’usage de certains produits toxiques (phosphore, carbonate de plomb) et de reconnaissance de leurs effets sur la santé des travailleurs (Bouillé, 1992). L’adoption de la loi du 25 octobre 1919 ne déboucha dans un premier temps que sur une reconnaissance au compte-gouttes des maladies professionnelles. Certains syndicats suivirent alors une stratégie politique offensive, destinée à rendre publiquement visibles des victimes de maladies professionnelles ne recevant aucune indemnisation. La Confédération générale du travail conduisit ainsi sa propre enquête dans les années 1930 pour faire reconnaître de nouvelles maladies (Devinck, 2008).

10À partir de la Seconde Guerre Mondiale, cette stratégie a connu une inflexion progressive à mesure que les organisations ouvrières ont été intégrées dans les instances en charge des décisions relatives à la gestion des risques professionnels. Les pathologies liées au travail ont alors cessé d’être des enjeux de mobilisation syndicale pour devenir des « maladies négociées » (Rosental, 2007) entre les partenaires sociaux et l’État dans le cadre de la mise en place des institutions de la sécurité sociale. En 1968 fut ainsi créé l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), seul organisme de recherche spécialisé sur les questions de santé au travail et qui a le statut d’association relevant de la loi de 1901 dirigée par les représentants des employeurs et les syndicats de travailleurs. Depuis 1976, les débats entre partenaires sociaux autour de la prévention et de la réparation des risques professionnels ont essentiellement lieu dans le cadre du conseil supérieur de la prévention des risques professionnels (CSPRP), instance consultative rattachée au ministère du Travail et regroupant les organisations patronales et les syndicats bénéficiant d’une présomption de représentativité. D’autres espaces de négociation paritaire ont été mis en place par la suite autour de questions spécifiques de santé au travail. C’est le cas du comité permanent amiante (CPA), instance informelle créée en 1982 à l’initiative de la direction de l’INRS pour organiser la concertation autour du contrôle de l’amiante au moment où le caractère cancérigène de ce matériau ne faisait plus aucun doute.

11Le poids croissant de la négociation paritaire en matière de gestion de la santé au travail a eu des effets paradoxaux, bien mis en avant par un ensemble de travaux sociologiques et politologiques récents. D’un côté, ce système de compromis a permis aux représentants des travailleurs de peser directement sur les décisions relatives à la création de nouveaux tableaux de maladies professionnelles ou à l’aménagement de tableaux existants. Mais, de l’autre côté, ce système présente de nombreux désavantages pour les travailleurs. En effet, les choix opérés au sein des instances paritaires qui ont en charge la gestion de la santé et de la sécurité au travail reposent davantage sur l’état du rapport de force entre ces acteurs que sur l’état des éléments scientifiques de connaissance de la dangerosité des matériaux employés sur les lieux de travail (Déplaude, 2003). Dans un contexte de sous-emploi chronique et de sous-représentativité syndicale, de très nombreuses substances dont les propriétés toxiques sont connues ou fortement suspectées ne sont pas inscrites dans les tableaux, avec pour conséquence la non-reconnaissance massive, mais difficilement quantifiable, de l’origine professionnelle de multiples pathologies (Cour des comptes, 2002 ; Thébaud-Mony, 2007). La participation des syndicats à ces instances et leur renoncement à faire des questions de santé au travail des enjeux de mobilisation dans l’espace public peuvent dès lors avoir pour effet pervers de rendre invisibles et de légitimer les vastes failles de ce système (Henry, 2005). Confinées dans les espaces de la négociation paritaire, les questions de santé au travail peinent à intéresser des acteurs qui pourraient contribuer à rendre publiquement visibles les victimes des maladies professionnelles, comme les médias d’information générale (Henry, 2003a) ou les tribunaux (Henry, 2003b).

1.1.3. Le scandale de l’amiante et sa portée limitée

12Survenue au milieu des années 1990, la crise de l’amiante a marqué une rupture avec cette logique de négociation paritaire. Après les premières plaintes déposées lors de l’été 1994 par les veuves de quatre enseignants précocement décédés de cancers vraisemblablement liés à l’amiante, des salariés exposés à ce minerai dans les industries de transformation de l’amiante, sur les chantiers navals ou dans le secteur du bâtiment ont à leur tour recouru massivement à la justice à partir des années 1995 à 1996. Certaines organisations syndicales, comme la Confédération générale du travail (CGT) et la Confédération française démocratique du travail (CFDT), ainsi que des associations généralistes de victimes de maladies et d’accidents du travail, comme la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés (FNATH, créée en 1921 et qui regroupe 200 000 adhérents), ont joué un rôle déterminant dans la mobilisation de ces victimes de l’amiante. Elles ont créé au début de l’année 1996 l’Association nationale des victimes de l’amiante (Andeva) qui a apporté aux victimes une aide juridique et a œuvré efficacement à construire un discours médiatique présentant le problème de l’amiante comme un scandale sanitaire.

  • 1 On trouve en particulier cette « interprétation rétrospective » (Chateauraynaud et Torny, 1999) de (...)

13Ces acteurs ont ainsi extrait les débats sur l’amiante des espaces de négociation paritaire pour les placer dans des espaces médiatiques et judiciaires. Juste avant la création de l’Andeva, les syndicats ont quitté le CPA et l’ont dès lors dénoncé comme une instance dévoyée par les industriels à des fins de lobbying et de « désinformation » sur les dangers de l’amiante (Chateauraynaud et Torny, 1999)1. Les syndicats associés à l’Andeva ont donc proposé une problématisation de l’amiante mettant en scène des industriels dissimulant le danger à des victimes inconscientes. Ce discours a constitué une « présentation efficace des faits » (Henry, 2007) permettant au problème de l’amiante d’acquérir le statut d’un scandale sanitaire dans les médias, d’un « drame de la dissimulation et du dévoilement » (Thompson, 2000, p. 18 ; De Blic et Lemieux, 2005) fort éloigné des routines de la négociation paritaire.

14Cette stratégie rhétorique adoptée par les syndicats a favorisé le succès de l’Andeva et par conséquent la multiplication des procédures visant les industriels de l’amiante. Elle a donc contribué à fragiliser le système de protection des travailleurs hérité de la loi de 1898. La plupart des procédures intentées par les victimes de l’amiante ont été le fait de salariés ou de leurs ayants droit cherchant à obtenir une majoration de l’indemnisation reçue au titre des tableaux 30 et 30 bis des maladies professionnelles portant mention des effets de l’amiante en démontrant la faute inexcusable de l’employeur. Celle-ci a été redéfinie par les arrêts de la Cour de cassation du 28 février 2002 en termes d’obligation de résultat et non plus de moyens, ouvrant ainsi la voie à de nombreuses victoires judiciaires pour les victimes. D’autres salariés ont poursuivi pénalement leur employeur ou l’État pour homicide involontaire, abstention délictueuse ou empoisonnement (Henry, 2003b). Dans leur ensemble, ces milliers de procédures ont rompu avec l’esprit de compromis de la loi de 1898 et ont marqué un retour de la pénalisation des employeurs.

15Pour autant, les organisations syndicales n’ont pas cherché à détruire l’héritage de la loi de 1898. Celles d’entre elles qui ont fondé l’Andeva et ont dénoncé publiquement le fonctionnement du CPA n’ont en effet pas étendu cette critique aux autres dispositifs de concertation paritaire tels que le CSPRP, alors même que ces instances fonctionnent selon des logiques paritaires similaires (Henry, 2004). Le scandale de l’amiante n’a donc pas débouché sur une mise en public des lacunes des dispositifs de gestion des risques professionnels en général, mais seulement sur une indignation unanime contre le CPA et les industriels de l’amiante. Pour le dire autrement, il ne s’est pas trouvé d’acteur pour mettre en perspective et relativiser les mécanismes politico-institutionnels qui ont généré une épidémie de cancers professionnels liés à l’amiante, pour passer du registre du scandale et de la « bouc-émissarisation » des industriels de l’amiante à celui de l’affaire comme rupture de l’indignation consensuelle (Claverie, 1998). Les autres acteurs intéressés, en particulier les médias qui ont largement couvert le scandale et les pouvoirs publics qui y ont par la suite consacré de nombreux rapports d’enquête, ont dans l’ensemble cautionné cette interprétation à la fois scandalisée et confinée du problème de l’amiante (Henry, 2007).

16Ce consensus autour du statut d’exception de l’amiante a fortement limité les conséquences politiques et légales de cette crise. Celle-ci a pu être « résolue » (Henry, 2004) sans que les dispositifs de réparation des risques professionnels ne soient entièrement revus. La sortie de crise est en effet passée par la construction de dispositifs spécifiquement prévus pour le cas de l’amiante et assouplissant les règles de la réparation des maladies professionnelles. Afin d’arrêter la multiplication des procès liés à l’amiante, l’État a ainsi créé en 2000 un Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (Fiva) financé par les industriels. Le principe de l’imputation automatique y est reconduit mais pas celui de l’indemnisation forfaitaire, les travailleurs ayant contracté des pathologies pouvant être liées à l’amiante ayant depuis droit à une réparation intégrale, ce qui crée de fait une situation inéquitable avec les autres victimes des risques professionnels (Masse et Zeggar, 2001). Bien qu’elles y aient participé, les organisations syndicales ne pouvaient donc pas ne pas avoir de réticences vis-à-vis de ce consensus à terme défavorable aux victimes des maladies professionnelles.

1.2. Entre l’exemplaire et le singulier : l’émergence d’une nouvelle mobilisation syndicale autour des éthers de glycol

17À la fin de l’année 1997, dans le contexte postcrise de l’amiante, un ensemble d’organisations professionnelles a dénoncé les dangers d’un autre type de substances toxiques employées en milieu professionnel : les éthers de glycol. Ces molécules synthétisées dans les années 1930 sont devenues massivement employées comme solvants dans les produits de nettoyage, les encres, les peintures à partir des années 1960. Depuis, 300 000 tonnes en sont produites et importées en Europe chaque année, les éthers de glycol entrant dans la composition d’environ un produit chimique utilisé en milieu professionnel sur dix (Vincent, 1996). Cependant, à la fin des années 1970, les premières données sur la toxicité pour la reproduction des éthers de glycol alors les plus utilisés ont été publiées par une équipe de toxicologues japonais. Certains éthers de glycol sont depuis fortement suspectés d’entraîner des malformations embryofœtales et des cas de stérilité.

  • 2 Ce licenciement fut par la suite jugé abusif en 1998 par la Cour d’appel, jugement confirmé par la (...)

18Ces découvertes n’ont pas immédiatement donné lieu à une mobilisation syndicale. Bien au contraire, les alertes sur les éthers de glycol ont été intégrées dans les routines de fonctionnement des instances paritaires ayant la charge des questions de santé au travail. L’INRS confia ainsi à un de ses ingénieurs-chimistes, André Cicolella, un programme de recherche spécifiquement dédiée à ces molécules et à leurs dangers pour le million de salariés qui y sont exposés. Au cours de cette période, aucun dispositif n’a été mis en place pour indemniser les effets des éthers de glycol sur les fonctions de reproduction des travailleurs. Les éthers de glycol ont seulement été inscrits en 1988 dans le tableau 84 des maladies professionnelles, qui porte sur les effets irritants des solvants dans leur ensemble. Durant cette période, l’absence de politique de prévention spécifiquement dédié aux éthers de glycol n’a entraîné aucune protestation syndicale. Ce n’est qu’après le licenciement d’André Cicolella par l’INRS au printemps 1994 dans des conditions confuses2 que les organisations professionnelles s’intéressèrent aux dangers des éthers de glycol. Encore ne formalisèrent-elles leur engagement dans ce dossier qu’à la fin de l’année 1997, au moment où quatre d’entre elles s’associèrent à André Cicolella pour fonder le Collectif Éthers de glycol. Ces quatre organisations comptaient parmi les plus forts soutiens de l’Andeva : la CGT, la CFDT, la FNATH et la Mutualité française (principal regroupement de mutuelles en France). Au début des années 2000, la Fédération des mutuelles de France (FMF) et le Syndicat national des professionnels de la santé au travail (SNPST, principal syndicat de médecins du travail) rejoignirent à leur tour cet ensemble.

19Cette action collective a permis aux organisations professionnelles de prolonger l’activité critique initiée à la faveur de la crise de l’amiante au moment où celle-ci se « normalisait » (Henry, 2004). Le Collectif a depuis son origine évoqué le problème des éthers de glycol comme un « problème de l’amiante bis » :

  • 3 Communiqué de presse du Collectif Éthers de glycol, le 16 novembre 2001, souligné et en gras dans l (...)

« La politique d’usage contrôlé a montré ses lacunes dans le scandale de l’amiante !
Tirons-en les leçons pour les éthers de glycol !
Le principe de précaution ne doit pas s’arrêter à la porte des entreprises ! »3

20La publicisation par les organisations professionnelles des dangers des éthers de glycol répond donc à des logiques et à des contraintes qui sont celles que nous a données à voir la crise de l’amiante. Les membres du Collectif Éthers de glycol font face à une contradiction centrale. D’une part, il est intéressant pour eux de continuer à rendre visibles les lacunes de la réparation des maladies professionnelles pour obtenir des avancées significatives en termes de santé au travail. D’autre part, il est dangereux pour eux de dénoncer frontalement les limites des politiques de santé au travail dans la mesure où ils demeurent attachés à l’héritage de la loi de 1898 et au paritarisme comme mode de gestion. La focalisation de l’attention de ces acteurs sur un nouveau cas de toxique professionnel à la fin des années 1990 a constitué un moyen de concilier, non sans mal, ces deux logiques contradictoires. L’action collective se trouve ainsi écartelée entre deux « cadrages en conflit » (Benford et Hunt, 2001). L’un tend à autonomiser la question des éthers de glycol au sein de l’ensemble des problèmes sanitaires soulevés par la circulation des substances toxiques en milieu professionnel ; l’autre tend à rapprocher le cas des éthers de glycol d’autres risques professionnels mal contrôlés ou mal indemnisés. Dans le premier cas, les éthers de glycol sont traités comme une « exception », un cas particulièrement dangereux d’intoxication chimique sur le lieu de travail. Dans le second, ils sont traités comme un « exemple », permettant d’illustrer des failles du système de prévention et de réparation du risque chimique en milieu professionnel bien au-delà de ce seul cas, comme l’exprime bien un représentant du SNPST au sein du Collectif :

  • 4 Entretien avec un représentant du SNPST au sein du Collectif Ethers de glycol, 27 novembre 2003.

« Il faut bien remettre le problème des éthers de glycol dans son contexte. C’est-à-dire que c’est un tout petit problème de la santé au travail. C’est un problème qui relève de la chimie, des risques toxiques, sur une toute petite série de produits. Quand on interroge sur ce sujet un toxicologue, bon, les éthers de glycol, il vous dira “pour moi ce n’est pas le problème”. Mais pour nous c’est le problème. C’est un problème politique. Parce que si on arrive sur ce petit dossier, avec notre collectif, avec le support des partenaires sociaux et des associations, à obtenir une interdiction symbolique, comme ça a été fait pour l’amiante, mais pour un produit chimique, cette fois-ci, on espère mettre le doigt dans l’engrenage d’un certain nombre d’autres interdictions. »4

21Les membres du Collectif ont conscience que les éthers de glycol ne sont pas qu’un groupe de toxiques professionnels parmi tant d’autres (Ashford et Miller, 1998) dont les effets sur la santé des travailleurs ne sont ni mieux contrôlés, ni mieux indemnisés. Mais, plutôt que de dénoncer frontalement les règles de la gestion des risques chimiques sur les lieux de travail, les organisations professionnelles préfèrent en passer par le cas spécifique des éthers de glycol pour mettre en lumière les lacunes générales des politiques de santé au travail. Pour reprendre une terminologie forgée par Albert Hirschman, les organisations qui participent au Collectif Éthers de glycol cherchent à rendre « divisible » et maîtrisable un conflit particulièrement « indivisible » et lourd de conséquences difficilement anticipables en matière de santé au travail (Hirschman, 1995a, p. 337–362). Ainsi leur apparaît-il possible de modifier à leur avantage les arbitrages effectués au sein des instances de négociation paritaire qui ont en charge les risques professionnels sans trop fragiliser un système auquel elles restent attachées même si elles en perçoivent les limites.

2. L’introuvable place des victimes

  • 5 Au cours des trois premières semaines d’août 2000, la totalité des quotidiens nationaux français a (...)

22Comme l’a montré le précédent de l’amiante, extraire un toxique professionnel des espaces de négociation paritaire au sein desquels sont d’ordinaire confinées les questions de santé au travail ne va pas de soi pour les organisations professionnelles. L’intéressement (Callon, 1986) des médias d’information générale à la problématisation de l’amiante comme scandale sanitaire est d’abord passé par la mise en visibilité de victimes physiques à travers la constitution de l’Andeva. Au prime abord, l’histoire politique des éthers de glycol semble avoir suivi la même logique. En effet, dans les premiers temps de son existence, le Collectif Éthers de glycol n’a guère intéressé les médias, qui n’ont évoqué que sporadiquement ces molécules entre 1998 et 2000. En revanche, à partir de l’été 2000, au moment où sont apparues publiquement les premières figures de « victimes des éthers de glycol », l’intérêt médiatique pour ces substances a considérablement cru, au point de donner naissance à une véritable vague de médiatisation en août 20005. La constitution, dans les mois qui suivirent, d’une Association des victimes des éthers de glycol (Aveg) puis l’ouverture en janvier 2005 du premier procès intenté par une salariée exposée aux éthers de glycol à son employeur ont alors constitué d’importants moteurs de la médiatisation de ces molécules.

23Pour autant, l’histoire de l’Aveg diverge radicalement de celle de l’Andeva. Loin des milliers de victimes que regroupe cette dernière, les membres de l’Aveg se sont toujours comptés sur les doigts d’une main. À cela, une première raison qui tient à la singularité toxicologique de l’amiante. Ce matériau est en effet un des rares toxiques professionnels qui « signent » leurs effets sur les corps, dans la mesure où le lien de causalité entre cancer de la plèvre et exposition à l’amiante est très fort (Henry, 2007). En revanche, dans le cas des éthers de glycol, comme pour la plupart des substances toxiques, la preuve formelle du lien entre l’exposition à la molécule et une pathologie donnée (stérilité, malformation intra-utérine) est impossible à administrer. Toute personne se décrivant comme victime des éthers de glycol doit accepter que ce statut demeure hypothétique. Mais au-delà de cette difficulté de nature, d’autres obstacles se sont placés sur la route de l’Aveg. Dans la seconde partie de cet article, nous voudrions donner à voir et à comprendre pourquoi les victimes des éthers de glycol et les organisations membres du Collectif Éthers de glycol ont connu de grandes difficultés à rendre compatibles leurs visées politiques.

2.1. L’enrôlement des premières victimes des éthers de glycol

24Les membres du Collectif sont à l’origine de la mise en visibilité des premiers cas de victimes des éthers de glycol à l’été 2000. Au début de l’été, la CGT et la CFDT organisèrent un appel à témoignages auprès des salariés d’une ancienne usine International Business Machines Corporation (IBM) de Corbeil-Essonnes, revendue à une filiale du groupe, Altis, à la fin des années 1990. Comme l’ensemble du secteur des semi-conducteurs, cette usine était fortement consommatrice d’éthers de glycol et il semblait possible aux membres du Collectif de repérer des cas de victimes de ces molécules ayant travaillé pour IBM. Le lancement de l’opération donna lieu à une couverture médiatique sans précédent pour le problème des éthers de glycol. Les entretiens réalisés avec les organisateurs de l’appel à témoignages laissent cependant à penser que tel n’était pas nécessairement leur objectif, leur succès médiatique ayant de très loin dépassé leurs attentes :

  • 6 Entretien avec un délégué CGT de l’ancienne usine IBM de Corbeil-Essonnes, 1er juillet 2003.

« À la première date, on se pointe, il y avait plus de journalistes que de gens du Collectif... J’étais étonné d’ailleurs, parce qu’on n’avait prévenu personne. [...] Je me pointe vers neuf heures et demie et je vois une moto RTL. C’est tout. Et puis après, bon, TF1, la Trois, tout le tremblement. Et puis, il y a une collègue, que je vois arriver. Oh, quand elle a vu tout ça, elle [...] me dit “je reviendrai plutôt la semaine prochaine” [...]. Et, bon, il y en a une autre qui est restée, qui a voulu rencontrer le toubib [...]. Et puis c’est à peu près tout. Sauf que ce jour-là, avec les journalistes, on était obligé d’assurer. Moi ça me faisait chier, les journalistes, on n’avait rien à dire. D’ailleurs, c’est ce qu’on a dit, qu’on n’avait rien à dire, mais ça fait rien, on l’a dit de 10 heures du matin jusqu’à 4 heures de l’après-midi. Enfin, on s’est dit “on ne peut pas les envoyer paître. Et ils peuvent nous être utiles”. Et, effectivement, ça a été utile au mouvement, dans le sens où ça a fait parler, ça a fait venir des gens, parce qu’on a récupéré à peu près une centaine de personnes qui sont ensuite venues témoigner. »6

25Comme on le voit dans cet extrait d’entretien avec un délégué CGT participant aux travaux du Collectif, le soudain intérêt des médias pour les éthers de glycol a été pour les organisations syndicales une aubaine relativement inattendue. Dans les jours qui suivirent le lancement de l’opération, la percée médiatique des éthers de glycol se confirma. Pourtant, aucun cas de « victimes des éthers de glycol » n’émergea clairement de la centaine de témoignages recueillis. Mais la célébrité nouvelle de ces substances permit de faire remonter à la surface deux autres cas de familles qui furent présentées dans la presse comme des victimes des expositions professionnelles aux éthers de glycol : celui de Mina Lamrani, employée d’un sous-traitant d’IBM, Soprelec, ayant donné naissance à Alan, un fils atteint de graves malformations et celui de Claire Naud, anciennement employée dans une petite usine de sérigraphie des Pyrénées Atlantique, ayant donné naissance à Roxane, une fille également gravement malformée. Moins d’une semaine après le début de l’appel à témoignages, Le Parisien et Libération consacraient à ces deux familles de longs articles accompagnés de photographies, mettant en scène et en récit les corps souffrants des enfants et la découverte par les mères du lien possible entre les malformations et l’exposition aux éthers de glycol :

  • 7 Libération, 10 août 2000.

« Roxane a huit ans. Elle ne parle pas et ne parlera jamais. Elle ne marche pas non plus. Soutenue à la jambe gauche par une attelle métallique, elle se tient debout en s’accrochant aux murs. “C’est une enfant qui se frappe la tête pour se sentir. Elle a des bleus sur le front. En société, c’est le plus dur. Elle adore l’eau, on l’amène sur la plage et au bout d’une demi-heure elle se pique une crise et on est obligés de repartir”, raconte Claire Naud, sa mère. [...] Peu à peu, Claire Naud reconstitue les éléments d’un puzzle. Entre novembre 1991 et mai 1992, elle a passé les cinq premiers mois de sa grossesse au “nettoyage” des pochoirs peints sur les fonds en textile des cadres. Pour décaper l’encre, elle utilise, dit-elle, un solvant “doux” et un solvant “dur”, avant de passer le cadre au Kärcher. Il s’agit de deux éthers de glycol officiellement classés, depuis 1993, “toxiques pour la reproduction” et étiquetés R61, “risque pendant la grossesse d’effets néfastes pour l’enfant”, par l’Union européenne. »7

26La « mise en présence » (Dourlens, 2003) du public avec les corps des victimes a constitué un puissant vecteur de publicisation du problème des éthers de glycol. Pour reprendre le vocabulaire pragmatiste, les corps photographiés et décrits avec force détails dans ces articles rendent visibles et « déconfinent » les « conséquences indirectes », néfastes et incontrôlées de l’emploi industriel des éthers de glycol et fait acquérir à ces substances une notoriété, une « capacité publique » (Dewey, 2003) inédites. On comprend l’intérêt que pouvaient avoir les membres du Collectif à multiplier les cas de victimes des éthers de glycol et à structurer leur mobilisation pour rendre leur cause plus visible publiquement. Ils aidèrent Mina Lamrani et Claire Naud à fonder l’Association des victimes des éthers de glycol, bientôt rejointe et présidée par Olivier Bourleaud, ancien salarié d’IBM-Corbeil également père d’une fille malformée. Outre un statut de membre du Collectif Éthers de glycol, les fondateurs de l’Aveg obtinrent des organisations professionnelles un appui juridique pour porter leurs souffrances devant les tribunaux. La FNATH mit ainsi à disposition des trois familles membres de l’Aveg les services d’un cabinet d’avocats avec lequel elle avait déjà largement collaboré au moment de la création de l’Andeva.

27Pourtant, le mouvement de publicisation du problème des éthers de glycol initié lors de l’été 2000 a fait long feu. Si, au cours des années 2001 et 2002, plusieurs nouvelles vagues de médiatisation ont permis à ces molécules et à leurs victimes d’exister publiquement, l’intérêt médiatique est par la suite retombé, se résumant à quelques soubresauts de moins en moins fréquents. L’Aveg n’a pas réussi à croître et à dépasser le nombre de trois familles membres. L’observation ethnographique de l’action du Collectif Éthers de glycol permet de comprendre pourquoi l’Aveg n’est jamais parvenue à grandir.

2.2. L’articulation impossible

2.2.1. Les victimes absentes des débats

28Pour rendre compte de la structuration de l’action collective au sein du Collectif Éthers de glycol, nous nous appuierons sur une série d’observations ethnographiques. Ces observations ont été réalisées pendant cinq réunions du Collectif en 2004 et 2005 auxquelles nous avons été invité avec le statut de participant neutre et muet. Nous avons alors pris en note puis retranscrit l’intégralité des échanges verbaux entendus avant, pendant et après la réunion.

29Le premier constat qui s’est imposé à nous est le suivant : les victimes sont presque systématiquement absentes de ces réunions. Les trois familles qui composent l’association sont faiblement dotées en ressources matérielles et sont dispersées sur le territoire national entre les Pyrénées Atlantique, la Corrèze et l’Essonne. Les membres de l’Aveg ont rarement la possibilité de venir assister aux réunions du Collectif qui se tiennent toujours à Paris dans les locaux d’une des organisations membres. Au cours des cinq réunions observées, des membres de l’Aveg n’ont été présents qu’une seule fois, en avril 2004. Une seconde observation est que ces absences répétées ne semblent pas poser problème aux autres membres du Collectif. Bien au contraire, c’est souvent à peine si elles sont évoquées, voire remarquées, comme en témoigne l’interaction suivante au début d’une réunion du Collectif, entre le représentant de la CGT et le représentant de la FNATH, au sujet des absents du jour. On y voit que l’absence des victimes est si fréquente qu’elle n’est presque plus relevée par les autres membres :

  • 8 Compte-rendu d’observation de la réunion du Collectif Éthers de glycol du 27 avril 2005.

« CGT : Tout le monde est là.
FNATH : Sauf F. (représentant de la Fédération chimie énergie de la CFDT).
CGT : Et l’Aveg.
FNATH : Ah, oui, bien sûr, et qui manque, d’ailleurs. »8

  • 9 Cet unique procès lié aux éthers de glycol n’a aujourd’hui toujours pas livré son verdict.

30Même si elle est officialisée par la charte dont le Collectif s’est doté en 2001, l’appartenance de l’Aveg au Collectif ne va clairement pas de soi. L’absence des membres de l’Aveg pendant les réunions rend possible l’expression de critiques contre son existence même, comme on le voit dans cet extrait de compte-rendu d’observation de la réunion de février 2005 faisant suite à l’ouverture du premier « procès des éthers de glycol » intenté par Claire Naud à son employeur9. Le représentant de la FMF y fait le constat des difficultés que pose la mise en avant du cas de Claire Naud pour les organisations professionnelles impliquées dans l’action collective :

  • 10 Compte-rendu d’observation de la réunion du Collectif Éthers de glycol du 7 février 2005.

« FMF : Concernant mon mouvement, ça fait cinq ans qu’on est sur la brèche. [...] Le problème, c’est que malgré nous, on contribue à ce que ces questions soient soit des questions d’expertise, soit des questions judiciaires. Ç a occulte la contribution du mouvement social. Ce qui nous intéresse, ce n’est pas la devanture de notre boutique mais de dire ce que porte notre alliance. Moi, je vous le dis, mon mouvement ne tiendra pas longtemps, je n’arriverai pas à l’amener longtemps. [...] C’est des victimes, qu’on cherche, ou c’est des facteurs d’exposition ? Quand je vois les comptes-rendus de presse, je vois que ce qui est mis en avant, c’est la compassion, et pas le droit. On doit refuser ça. Sinon on n’en sortira pas. Avant, c’était l’amiante qui faisait pleurer dans les chaumières, maintenant c’est les éthers de glycol, et après ce sera quoi ? On sait bien que les quatre cinquièmes de l’industrie chimique sont construits sur des molécules non évaluées. »10

31Cet extrait permet de mettre le doigt sur la tension centrale entre l’Aveg et les autres organisations membres du Collectif Éthers de glycol. Les organisations professionnelles doivent en permanence concilier les cadrages contradictoires du problème des éthers de glycol comme exemple et comme exception dans l’ensemble des questions de santé au travail. Or, la simple existence d’une association de victimes au sein du Collectif tend à autonomiser le problème des éthers de glycol et à le détacher des problématiques plus générales que les acteurs impliqués dans le Collectif tentent de porter. Si la « compassion » que suscitent les victimes rend visible le problème des éthers de glycol, elle contribue en revanche à masquer le fait que ces substances sont des toxiques professionnels « comme les autres », dont la gestion relève de logiques parfaitement routinières dans les politiques de santé au travail. L’Aveg, si modeste sa taille soit-elle, risque toujours de « faire de l’ombre » aux revendications plus larges du Collectif et d’« embarrasser » (Goffman, 1991) les organisations professionnelles dans leur délicat travail rhétorique. En témoigne cette intervention lors de la même réunion, au cours de laquelle André Cicolella dresse le bilan de la conférence de presse tenue par le Collectif le matin du procès. Ce bilan est jugé positif mais est fortement mitigé par le fait que la mise en avant du cas de Claire Naud a contribué à faire « passer à la trappe » les exigences portées par le Collectif :

  • 11 Idem.

« A. Cicolella : Pour en venir à la conférence de presse elle-même, il y a eu neuf représentants de presse, plus deux qui ont donné leur accord pour répercuter l’info mais qui ne pouvaient pas être là. C’est un vrai succès, de ce point de vue, il n’y a pas de doute. Ç a confirme le fait que la presse est à l’écoute, même si nos efforts pour expliquer notre position sont un peu passés sous silence au profit d’une information centrée sur le procès. [...] Mais le résultat fondamental, c’est que nous avons contribué à attirer l’attention sur le procès, ce qui était quand même le but premier. Le reste est passé à la trappe, y compris l’existence du Collectif. »11

2.2.2. L’inatteignable point d’équilibre

32Ces constats conduisent à s’interroger sur la manière dont les membres du Collectif parviennent à faire tenir ensemble leurs intérêts contradictoires depuis près de dix ans. L’alliance entre les organisations professionnelles et les victimes n’est en rien naturelle mais procède d’un travail d’articulation (Strauss, 1992) — ou, si l’on préfère, d’alignement (Snow et al., 1986) — des deux cadrages divergents de l’action collective.

33Ce travail est visible à l’œil de l’observateur quand, exceptionnellement, des membres de l’Aveg participent aux réunions, forçant les autres participants à leur trouver une place et à donner du sens à leur présence. Les représentants des organisations professionnelles ne font alors pas référence aux exigences générales qui fondent leur engagement dans le Collectif. Ils font à l’inverse « comme si » le destin de l’Aveg était de grandir à la manière de l’Andeva et de devenir l’acteur principal de la dénonciation du problème des éthers de glycol. Néanmoins, les membres du Collectif s’arrangent alors pour éloigner cette perspective vers un horizon temporel lointain en n’évoquant pas les moyens qui permettraient à l’Aveg de grandir. La communication entre les victimes et les autres membres du Collectif prend dès lors par instant l’apparence d’un dialogue de sourds, la question des moyens dont dispose l’Aveg restant un point aveugle de la discussion, comme le montre cet autre extrait de compte-rendu :

  • 12 Idem.

« A. Cicolella : Ce qui est certain, c’est que du point de vue des malformations, [...] il y a des milliers de cas. [...] Mais c’est à vous Aveg de trouver des cas supplémentaires.
Président Aveg : Mais qu’est-ce qu’on fait une fois qu’on les a trouvés ?
A. Cicolella : C’est ça qu’il faut faire, réunir des cas, pour qu’on ne se heurte pas à l’argument “il n’y a pas de victimes”.
Épouse du président de l’Aveg : Mais ça ne se passe pas comme ça, on le voit bien avec les agriculteurs qu’on essaie d’alerter, ça ne les intéresse pas.
A. Cicolella : Il faut aller dans les endroits stratégiques, par exemple dans les centres qui soignent les enfants atteints de ce genre de malformations [...]. C’est là que vous trouverez des gens susceptibles de vous écouter.
FMF : Mais une fois qu’on connaît les cas, qu’est-ce qu’on en fait ? Il faut que l’Aveg existe avec un comité d’expertise, une veille scientifique, il y a un énorme travail de déblayage à faire. On ne peut pas soulever les drames des gens sans assurer la suite [...].
A. Cicolella : Ce qu’il faut, c’est que l’Aveg trouve des cas. Une fois que les cas sont trouvés, on constitue des dossiers et on peut passer aux procès. Aujourd’hui, on peut le faire. Si on reste à trois victimes, le dossier est faible, on peut en trouver deux cents en un an.
Président Aveg : Oui, mais il faut nous aider. On a des problèmes de base, financièrement [...]. Moi je n’ai plus de véhicule et les enfants sont traumatisés à force d’être trimballés d’expert en expert. Le nerf de la guerre, c’est quand même l’argent. L’association n’a pas un centime. Moi je pense essayer de voir des gens, de parler au ministre de la Santé du problème et je voudrais savoir si M. Cicolella accepterait de venir avec moi. Mais personne ne me répond...
[...] A. Cicolella : Les démarches du type rendez-vous avec les ministères ont déjà été entreprises par le Collectif. Maintenant, ça doit passer par les procès et les médias. Pour ça, il nous faut des victimes. Sinon, il y a déjà des gens au Parlement qui acceptent régulièrement de poser des questions sur les éthers de glycol, mais ça n’est pas par là que ça passe. »12

34Si la dénonciation des dangers des éthers de glycol ne peut « passer » que par la publicisation massive des cas de victimes, force est de reconnaître qu’elle est dans l’impasse. L’Aveg n’a pas les moyens d’effectuer ce travail de mise en visibilité, tandis que les autres membres du Collectif en redoutent les effets politiques potentiels. Tout se passe comme si l’éventualité d’un succès de l’Aveg représentait pour les organisations professionnelles un risque trop important pour être couru :

  • 13 Extrait du compte-rendu d’observation de la réunion du Collectif Éthers de glycol du 24 avril 2004.
  • 14 Extrait du compte-rendu d’observation de la réunion du Collectif Éthers de glycol du 24 avril 2004.

« FNATH : Je pense qu’un appel public serait ingérable. [...] Ç a va si on a cinquante cas. Mais si on lance l’appel à témoignages dans Viva13, dans le bulletin de la FNATH, dans celui du SNPST, on va toucher un million de personnes. Ç a va être trop. »14

35Il transparaît à travers cet extrait une arithmétique implicite de l’implication des organisations professionnelles aux côtés des victimes des éthers de glycol. Les représentants de ces organisations sont prêts à reconnaître que la situation de survie de l’Aveg est sous-optimale pour la mobilisation du Collectif, dans la mesure où celle-ci est en quête de visibilité. Mais comment s’assurer qu’un plus grand effort de mise en visibilité ne débouche sur un « excès » de notoriété du problème des éthers de glycol, sur une autonomisation totale qui fasse perdre de vue la portée générale de l’action collective ? S’il est clair que les quelques membres de l’Aveg ne sont pas assez nombreux, « toucher un million de personnes » serait trop. Une cinquantaine de cas, nombre suffisant pour que l’Aveg puisse avoir une existence propre mais insuffisant pour qu’elle puisse agir sans en référer au Collectif, représenterait un équilibre qu’il semble difficile d’atteindre tant que les membres du Collectif ne courent pas le risque d’une mise en visibilité éventuellement excessive des victimes des éthers de glycol.

2.2.3. Du corps souffrant à l’abstraction statistique : l’effacement progressif de la figure de la victime

36L’absence quasi systématique des victimes lors des réunions du Collectif rend plus aisément tenables les contradictions de l’action collective. Elle permet aux membres du Collectif d’explorer les marges d’interprétation qui existent autour de la notion de « victime des éthers de glycol ».

37Les « victimes » regroupées au sein de l’Aveg sont des personnes qui ont été exposées aux éthers de glycol et qui ont subi, dans leur propre corps ou dans celui de leurs enfants, des pathologies dont elles pensent, à tort ou à raison, qu’elles sont la conséquence de cette exposition. Mais au sein du Collectif, les « victimes » sont parfois seulement définies comme l’ensemble des salariés exposés aux éthers de glycol. C’est le cas dans l’extrait de compte-rendu d’observation de réunion suivant. Au cours de cette réunion, la représentante du SNPST, le représentant de la CGT et André Cicolella discutent d’un nouveau projet de recherche des victimes des éthers de glycol, quatre années après l’affaire IBM :

  • 15 Compte-rendu d’observation de la réunion du Collectif Éthers de glycol du 27 avril 2005.

« SNPST : Sur le titre du projet [...] on dit “victimes”, mais on ne devrait pas plutôt dire “exposés” ?
A. Cicolella : Mais c’est la définition d’une victime, quelqu’un qui a été exposé à des niveaux dangereux.
SNPST : Mais on ne cherche pas que des gens qui sont des victimes déclarées, on cherche aussi les victimes potentielles. [...]
CGT : Ce débat sémantique touche une vraie question de fond. Qu’est-ce qui définit une victime ? Est-ce que c’est le fait d’avoir été exposé, ou est-ce que c’est le fait d’avoir des manifestations du risque ? Moi je défends la première définition. »15

38Cette définition alternative des victimes est intéressante pour les organisations professionnelles. Elle leur permet de parler au nom d’un grand nombre de victimes (le million de salariés exposés aux éthers de glycol en France) sans prendre le risque d’une autonomisation de l’Aveg. La notion de victime se trouve ainsi rapportée à une entité statistique abstraite (Jasanoff, 2002) et non plus à des corps en souffrance. Cette « mise à distance de la souffrance » (Boltanski, 1998) retire la parole aux victimes et limite ainsi le risque de les voir entrer en « dissidence » (Callon, 1986) par rapport à l’action collective. Les figures concrètes des victimes des éthers de glycol réunies au sein de l’Aveg tendent donc progressivement à s’effacer du cœur même de la mobilisation contre l’usage professionnel des éthers de glycol. Cette stratégie rhétorique d’abstraction de la notion de victime et de mise à l’écart des corps en souffrance atténue les contradictions de l’action collective. Elle légitime la capacité des organisations membres du Collectif à parler au nom d’un grand nombre de victimes à partir de la dénonciation d’un seul cas de substances toxiques dangereuses pour les travailleurs. Mais, dans le même temps, elle représente un coût pour la mobilisation, puisqu’elle porte en elle le risque d’un désintérêt médiatique pour cette menace dont les victimes réelles demeurent obstinément introuvables à quelques très rares — et très discrètes — exceptions près. Le silence dans lequel sont aujourd’hui retombés les éthers de glycol est, au moins pour partie, le prix à payer pour une mobilisation agrégeant des intérêts si difficilement conciliables.

3. Conclusion

39Du récit des difficultés rencontrées par les victimes des éthers de glycol en France, un enseignement peut être tiré qui concerne le monde de la santé au travail. Les relations complexes entre les organisations syndicales et les membres de l’Aveg au sein du Collectif Éthers de glycol montrent ce qui sépare les risques professionnels d’autres menaces sanitaires collectives aujourd’hui très visibles publiquement. La dénonciation des risques professionnels mal contrôlés reste aujourd’hui essentiellement dépendante des initiatives syndicales. Or, les organisations professionnelles restent attachées aux dispositifs de gestion concertée du risque hérités de la loi de 1898, qui institutionnalisent leur rôle comme acteur de la prévention et de la réparation des effets du travail sur la santé, même si elles en perçoivent les limites. En dénonçant les dangers des éthers de glycol sans enclencher de processus d’agrégation de cas de victimes similaire à ce qui s’est produit dans le cas de l’amiante, les organisations syndicales se maintiennent donc dans un rapport très ambigu, à la fois critique et loyal (Hirschman, 1995b), à ce système. Elles peuvent ainsi espérer peser sur les arbitrages qui sont effectués au sein des instances paritaires de concertation sur les risques professionnels, sans en exposer trop hardiment les failles à la vue du public. Cette réticence à scier la branche — si inconfortable soit-elle — sur laquelle elles sont assises incite les organisations professionnelles à recourir à des « tactiques d’évitement », ou peut-être vaudrait-il mieux dire de contournement, de la « question trop sensible » (Lochak, 1998) des lacunes de la gestion du risque chimique professionnel. Dans le cas que nous venons d’analyser, ce sont les victimes des éthers de glycol qui supportent le coût de cette orientation tactique en étant maintenues à la périphérie des conflits qui se déroulent autour des éthers de glycol depuis dix ans en France.

40La difficulté des victimes des risques professionnels à exister publiquement est donc liée à la survivance de modes de régulation de la santé au travail qui favorisent les compromis entre les porte-parole des travailleurs et ceux des employeurs. Depuis dix ans, la mobilisation contre l’usage des éthers de glycol sur les lieux de travail en France contribue peut-être moins à prolonger les effets dévastateurs de la crise de l’amiante pour les dispositifs de gestion des risques professionnels qu’à les domestiquer. En ce sens, l’héritage politique de la loi du 9 avril 1898 reste encore aujourd’hui un obstacle majeur au succès des mobilisations de victimes des effets du travail sur la santé.

Haut de page

Bibliographie

Ashford, N.A., Miller, C. (Eds.), 1998. Chemical Exposures. Low Levels and High Stakes. John Wiley and Sons, New York.

Benford, R., Hunt, S., 2001. Cadrages en conflit. Mouvements sociaux et problèmes sociaux. In: Cefaï, D., Trom, D. (Eds.), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques. Éditions de l’EHESS, Paris, pp. 163–194.

Borraz, O., 2005. Vers une sociologie du risque ? In: Borraz, O., Gilbert, C., Joly, P.B. (Eds.), Risques, crises et incertitudes : pour une analyse critique. Cahiers du GIS Risques collectifs et situations de crise, nº 3. CNRS-MSH-Alpes, Grenoble, pp. 21–68.

Borraz, O., 2007. La gestion des risques sanitaires : mythes et réalité. Regards sur l’actualité, nº 328. La documentation française, 39–48.

Boltanski, L., 1998. La souffrance à distance. Métailié, Paris.

Callon, M., 1986. Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs en baie de Saint-Brieuc. L’Année sociologique 36, 169–208.

Chateauraynaud, F., Torny, D., 1999. Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque. Éditions de l’EHESS, Paris.

Claverie, E., 1998. La naissance d’une forme politique : l’affaire du Chevalier de la Barre. In: Roussin, P. (Ed.), Critique et affaire de blasphème à l’époque des Lumières. Honoré Champion, Paris, pp. 185–260.

Cour des comptes, 2002. La gestion du risque accidents du travail et maladies professionnelles. Cour des comptes, Paris.

De Blic, D., Lemieux, C., 2005. Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique. Politix 71, 9–38.

Decrop, G., 2003. Victimes, associations de victimes et prévention des risques collectives, rapport final pour la Direction des études économiques et de l’évaluation environnementale du ministère de l’Écologie et du Développement durable. CEMAGREF/CERPE, Paris.

Déplaude, M.‑O., 2003. Codifier les maladies professionnelles : les usages conflictuels de l’expertise médicale. Revue française de science politique 53 (5), 707–735.

Devinck, J.‑C., 2008. Le mouvement ouvrier et les maladies professionnelles. In: Henry, E. (Ed.), Actes du colloque « Santé et travail » : quels nouveaux chantiers pour les sciences humaines et sociales, pp. 33–44.

Dewey, J., 2003. Le public et ses problèmes. Publications de l’université de Pau, Pau.

Dourlens, C., 2003. Saturnisme infantile et action publique. L’Harmattan, Paris.

Dulong, R., Ackerman, W., 1984. L’aide aux victimes : premières initiatives, premières évaluations. Éditions de la MSH, Paris.

Ewald, F., 1986. L’État providence. Grasset, Paris.

Gilbert, C., Henry, E., 2009. Comment se construisent les problèmes de santé publique. La Découverte, Paris. (à paraître).

Goffman, E., 1991. Les cadres de l’expérience. Éditions de Minuit, Paris.

Gusfield, J.R., 1981. The Culture of Public Problems. Drinking-driving and the Symbolic Order. University of Chicago Press, Chicago.

Henry, E., 2003a. Du silence au scandale. Des difficultés des médias d’information à se saisir de la question de l’amiante. Réseaux 21 (122), 238–272.

Henry, E., 2003b. Intéresser les tribunaux à sa cause. Contournement de la difficile judiciarisation du problème de l’amiante. Sociétés contemporaines 52, 39–59.

Henry, E., 2004. Quand l’action publique devient nécessaire. Qu’a signifié « résoudre la crise de l’amiante » ? Revue française de science politique 54 (2), 289–312.

Henry, E., 2005. Militer pour le statu quo. Le Comité permanent amiante ou l’imposition réussie d’un consensus. Politix 70, 29–50.

Henry, E., 2007. Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public. Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Hilgartner, S., Bosk, C.L., 1988. The Rise and Fall of Social Problems: a Public Arenas Model. American Journal of Sociology 94 (1), 53–78.

Hirschman, A.O., 1995a. Un certain penchant à l’autosubversion. Fayard, Paris.

Hirschman, A.O., 1995b. Défection et prise de parole. Fayard, Paris.

Jasanoff, S., 2002. Science and the Statistical Victim. Modernizing Knowledge in Breast Implant Litigation. Social Studies of Science 32 (1), 37–69.

Lippel, K., 1988. Les victimes sans crimes : le traitement pénal des accidents de travail. Criminologie 21 (1), 35–56.

Lochak, D., 1998. L’immigration, une question trop sensible. In: CURAPP, Questions sensibles. Presses universitaires de France, Paris, pp. 246‑261.

Masse, R., Zeggar, H., 2001. Réflexions et propositions relatives à la réparation intégrale des accidents du travail et des maladies professionnelles. Rapport IGAS et CSPRP.

Mattéi, B., 1976. La normalisation des accidents du travail : l’invention du risque professionnel. Les Temps modernes 354, 988–1003.

Roché, S., 1995. Les victimes : de la communauté à l’assurance en passant par l’État. Déviance et société 19 (4), 355–370.

Rosental, P.‑A., 2007. Avant l’amiante, la silicose. Mourir de maladie professionnelle dans la France du xxe siècle. Population et société 437, 1–4.

Snow, D., Rochford, E.B., Worden, S.K., Benford, R.D., 1986. Frame Alignement Processes, Micromobilization and Movement Participation. American Sociological Review 51 (4), 787–801.

Snow, D.A., Benford, R.D., 1988. Ideology, Frame Resonance and Participant Mobilization. In: Klandermans, B., Kriesi, H., Tarrow, S. (Eds.), From Structure to Action: Comparing Social Movement Research Across Culture. JAI Press, Greenwich, pp. 197–217.

Strauss, A., 1992. La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme. L’Harmattan, Paris.

Thébaud-Mony, A., 2007. Travailler peut nuire gravement à votre santé. La Découverte, Paris.

Thompson, J., 2000. Political Scandal: Power and Visibility in the Media Age. UK Polity, Cambridge.

Vilain, J.‑P., Lemieux, C., 1998. La mobilisation des victimes d’accidents collectifs. Vers la notion de « groupe circonstanciel ». Politix 44, 135–160.

Vincent, R., 1996. Éthers de glycol. Matrice emplois-expositions. Cahiers de notes documentaires, nº 162, Institut national de recherche et de sécurité, 5–18.

Zaubermann, R., Robert, P., Perez-Diaz, C., Lévy, R., 1990. Les victimes : comportements et attitudes. Enquête nationale de victimation. CESDIP, Paris.

Haut de page

Notes

1 On trouve en particulier cette « interprétation rétrospective » (Chateauraynaud et Torny, 1999) de l’action du CPA dans le texte de la plainte contre X déposée par l’Andeva en septembre 1996.

2 Ce licenciement fut par la suite jugé abusif en 1998 par la Cour d’appel, jugement confirmé par la Cour de cassation en 2000.

3 Communiqué de presse du Collectif Éthers de glycol, le 16 novembre 2001, souligné et en gras dans le texte.

4 Entretien avec un représentant du SNPST au sein du Collectif Ethers de glycol, 27 novembre 2003.

5 Au cours des trois premières semaines d’août 2000, la totalité des quotidiens nationaux français a consacré un ou plusieurs articles de fond au problème des éthers de glycol.

6 Entretien avec un délégué CGT de l’ancienne usine IBM de Corbeil-Essonnes, 1er juillet 2003.

7 Libération, 10 août 2000.

8 Compte-rendu d’observation de la réunion du Collectif Éthers de glycol du 27 avril 2005.

9 Cet unique procès lié aux éthers de glycol n’a aujourd’hui toujours pas livré son verdict.

10 Compte-rendu d’observation de la réunion du Collectif Éthers de glycol du 7 février 2005.

11 Idem.

12 Idem.

13 Extrait du compte-rendu d’observation de la réunion du Collectif Éthers de glycol du 24 avril 2004.

14 Extrait du compte-rendu d’observation de la réunion du Collectif Éthers de glycol du 24 avril 2004.

15 Compte-rendu d’observation de la réunion du Collectif Éthers de glycol du 27 avril 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Jouzel, « Encombrantes victimes. Pourquoi les maladies professionnelles restent-elles socialement invisibles en France ? », Sociologie du travail, Vol. 51 - n° 3 | 2009, 402-418.

Référence électronique

Jean-Noël Jouzel, « Encombrantes victimes. Pourquoi les maladies professionnelles restent-elles socialement invisibles en France ? », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 51 - n° 3 | Juillet-Septembre 2009, mis en ligne le 27 août 2009, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/16870 ; DOI : 10.4000/sdt.16870

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Jouzel

Centre de sociologie des organisations, 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
jn.jouzel[at]cso.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals