Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Horacio Ortiz, Valeur financière et vérité. Enquête d’anthropologie politique sur l’évaluation des entreprises cotées en bourse

Les Presses de Sciences Po, Paris, 2014, 184 p.
Marc Lenglet
Référence(s) :

Horacio Ortiz, Valeur financière et vérité. Enquête d’anthropologie politique sur l’évaluation des entreprises cotées en bourse, Les Presses de Sciences Po, Paris, 2014, 184 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Évaluation, Finance
Haut de page

Texte intégral

1Horacio Ortiz propose dans cet ouvrage une enquête sur l’évaluation financière. Prenant appui sur des observations participantes effectuées dans deux entreprises distinctes, il donne accès aux pratiques des intermédiaires financiers en charge de l’évaluation des entreprises cotées en bourse. Les sources primaires ont tout d’abord été collectées dans une société de courtage (Brokers Inc., New York, 2002), dont l’activité consiste à vendre de l’analyse financière et à exécuter des ordres d’achat et de vente sur les marchés financiers. Un second terrain a ensuite été effectué du côté des investisseurs, ceux-là même qui achètent l’analyse produite par les sociétés de courtage — ici une multinationale de gestion de fonds pour compte de tiers (Acme, Paris, 2004). Cette dualité de l’approche ethnographique, prenant place tant côté courtage (« sell-side ») que côté gestion de fonds (« buy-side »), permet à l’auteur de développer une description fine des pratiques d’évaluation partagées par les entreprises d’investissement.

2L’ouvrage s’ouvre sur un court travail de contextualisation, dans lequel l’auteur souligne la place de l’industrie financière dans la distribution globale des ressources. Tenant une place cardinale au sein des flux financiers qu’elle « contribue à constituer en y administrant les inégalités, les rapports de forces et les conflits » (p. 19), cette industrie est parvenue à imposer l’idée d’une vérité de la valeur financière. Ce sont les mécanismes constitutifs de cette vérité qu’H. Ortiz analyse, en développant une anthropologie politique des pratiques et techniques visant à problématiser la valeur financière en vérité.

3Le premier chapitre porte sur les procédures et outils utilisés par les différents acteurs de l’intermédiation financière. La description permet de montrer que les employés de cette industrie, qu’ils soient analystes, vendeurs, traders ou gérants d’actifs, partagent un imaginaire spécifique, rendu homogène par la théorie financière standard. Cet imaginaire se trouve structuré par deux figures idéales-typiques : celle de l’investisseur rationnel, « cherchant à maximiser ses revenus en minimisant ses risques » (p. 46) d’une part, et d’autre part celle de l’efficience des marchés, c’est-à-dire la croyance selon laquelle les marchés financiers sont à même de dire la « vraie » valeur des actifs qui y sont échangés. Ces deux figures, tenues pour acquises et servant de socle conceptuel aux pratiques et règles régissant le marché, entretiennent toutefois une relation paradoxale et instable. Paradoxale, parce que la théorie financière établit une circularité : elle postule en effet que l’efficience des marchés est atteinte parce que des investisseurs libres appliquent les techniques d’évaluation qu’elle prescrit ; dans le même temps, elle présuppose dans sa formulation l’efficience des marchés. Instable, parce que les mouvements de prix observables sur les marchés ne sauraient être systématiquement expliqués par l’arrivée de nouvelles informations ; les mouvements spéculatifs révèlent donc indirectement que certains investisseurs ne cherchent pas la valeur fondamentale de l’entreprise.

4Les deux chapitres suivants, portant tour à tour sur « l’évaluation comme opinion personnelle » et « la vérité de la valeur comme résultat des marchés efficients », décortiquent les deux tensions ainsi identifiées. Dans le deuxième chapitre, l’auteur propose des descriptions fouillées de la façon dont les analystes argumentent et font passer leurs idées auprès de leurs collègues vendeurs (sales), lesquels doivent ensuite vendre ces idées auprès de leurs clients, les gérants. Il met ainsi en scène, grâce à de nombreux verbatims, les discussions portant sur les méthodes d’évaluation qui, chez Brokers Inc., ne manquaient pas de faire débat. C’est ici la multiplicité des points de vue qui transparaît, et donne à l’idée « d’opinion personnelle » portée par l’évaluateur toute son épaisseur : dans le marché, certains intervenants sont en effet intéressés par les prix à court terme, lorsque d’autres préfèrent utiliser une prévision de plus long terme. Si l’on accède ainsi à la façon dont les intermédiaires financiers mettent en avant leur expertise spécifique, l’auteur montre également que la légitimité des méthodes employées se trouve parfois questionnée. L’un de ses informateurs peut ainsi déclarer :

« Les gens achètent une histoire, un changement de management, ils achètent des matrices qui s’améliorent, ils achètent de l’espoir… une dynamique qui se met en place, tu vois… […] Moi je ne sais pas ce qui se passe dans le court terme […] Il n’y a pas de fondement théorique pour » (p. 68).

5C’est donc la complexité inhérente à la multiplicité des logiques d’évaluation qui est mise au jour, et qui justifie l’effort mené par les vendeurs pour ajuster leur discours aux besoins de chaque client. Cette adaptation passe le plus souvent par le développement de sociabilités : une sortie au restaurant, dans un club sportif, à l’opéra, voire dans un club de striptease, sont autant de moments au cours desquels l’évaluation proposée peut être adaptée à la personnalité du gérant investisseur — plaçant de la sorte les vendeurs « constamment à la limite entre la mise en scène de la sincérité et de la conviction présumées fonder la vérité de la valeur, et le mensonge visant à produire des commissions » (p. 86).

6Le troisième chapitre revient sur la seconde figure identifiée comme source de la vérité de la valeur : la théorie de l’efficience des marchés. C’est là l’occasion pour l’auteur de souligner une nouvelle fois la tension constitutive de l’imaginaire partagé par les employés de l’industrie financière. En effet, si l’évaluation indépendante « est nécessaire pour atteindre l’efficience des marchés, […] une fois cette dernière atteinte, elle rend la première superflue » (p. 95). H. Ortiz montre qu’en dépit de ses tensions inhérentes, le concept d’efficience des marchés reste fondamental, agissant comme un point de ralliement pour les employés qui le mobilisent : c’est à travers ce concept que les pratiques d’évaluation des sociétés cotées restent articulées et justifiées. L’opérateur de marché apparaît alors comme le rouage d’une formidable machine de véridiction, dont l’auteur retrace à grands traits l’histoire : de l’intuition personnelle de l’analyste à l’investissement indiciel, ce sont ainsi des dominantes dans les styles d’évaluation et de gestion qui ont tour à tour été favorisées par l’industrie financière — faisant par là même évoluer le statut social des différentes fonctions d’intermédiation. Dans un monde dans lequel la gestion est standardisée (« benchmarkée »), l’opinion personnelle de l’analyste perd en effet de son aura au profit des traders prenant des positions directionnelles à la journée.

7Le projet politique de l’ouvrage apparaît spécifiquement dans le quatrième chapitre, qui interroge le rôle joué par le discours sur la vérité de la valeur financière dans l’espace dans lequel il se trouve mobilisé. Il s’agit pour l’auteur de comprendre comment la « proclamation d’une vérité de la valeur » (p. 29) éclaire la place occupée par l’industrie financière dans les sociétés contemporaines. Se trouve ici mis en perspective le caractère hétéroclite des arguments déployés par les employés de l’industrie financière, ces raisonnements épars constituant un ensemble « de chiffres, de narrations et d’actes, dont la vérité possible dépend de méthodologies divergentes et de présuppositions épistémologiques ou ontologiques qui peuvent être déconnectées ou même contradictoires » (p. 130). H. Ortiz effectue dans cette dernière partie une montée en généralité, et souligne combien les présupposés épistémologiques sous-tendant les théories mobilisées restent disjoints, organisant par là même une diversité d’approches répondant à des logiques de légitimités professionnelles et institutionnelles. Ce sont ces logiques qui expliquent le succès de la valeur énoncée comme « vérité technique et politique » (p. 138).

8Quels enseignements retirer de cette lecture ? H. Ortiz offre un accès remarquablement documenté aux mécanismes essentiels permettant à l’industrie financière d’imposer sa vérité. Ceci, il parvient à le faire dans un grand détail de descriptions, qui non seulement portent au cœur des arguments déployés par cette industrie, mais donnent à voir avec force justesse les tensions contenues dans les routines de l’évaluation financière. L’enquête proposée lève donc une partie du voile enveloppant le travail financier et les figures conceptuelles qui le structurent ; dans le même temps, elle offre un regard critique et original sur la construction des prix par le marché.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Lenglet, « Horacio Ortiz, Valeur financière et vérité. Enquête d’anthropologie politique sur l’évaluation des entreprises cotées en bourse », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 1 | Janvier-Mars 2018, mis en ligne le 23 février 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1698

Haut de page

Auteur

Marc Lenglet

European Business School, 10 rue Sextius Michel, 75015 Paris, France
marc.lenglet[at]ebs-paris.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals