Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 60 - n° 1Comptes rendusStéphanie Barral, Capitalismes ag...

Comptes rendus

Stéphanie Barral, Capitalismes agraires. Économie politique de la grande plantation en Indonésie et en Malaisie

Les Presses de Sciences Po, Paris, 2015, 240 p.
Sylvain Brunier
Référence(s) :

Stéphanie Barral, Capitalismes agraires. Économie politique de la grande plantation en Indonésie et en Malaisie, Les Presses de Sciences Po, Paris, 2015, 240 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Stéphanie Barral, chargée de recherche en sociologie à l’INRA, pose un regard d’une grande acuité sur la constitution des grandes plantations de palmiers à huile en Asie du Sud-Est. Symbole d’une agriculture industrialisée et mondialisée, la production d’huile de palme concentre aujourd’hui de nombreuses critiques en raison des destructions environnementales qu’elle impose, de la difficulté du travail des ouvriers dans les plantations, et de la nocivité du produit pour la santé des consommateurs. Tenant compte des apports récents de la sociologie économique et de la sociologie de l’action publique, le livre montre que les firmes qui contrôlent cette production ont partie liée avec les États indonésien et malaisien pour organiser les marchés du foncier et du travail au mieux de leurs intérêts respectifs. Tenus à l’écart depuis la répression du mouvement social dans les années 1960, les ouvriers connaissent néanmoins des situations très différentes selon les régions d’exploitation, ce qui entretient les espoirs d’ascension sociale.

2L’enquête repose sur des observations menées dans plusieurs plantations indonésiennes, qui ont permis à l’auteur de collecter des matériaux ethnographiques et de réaliser des entretiens auprès des différents personnels. Stéphanie Barral a notamment effectué des séjours auprès de familles ouvrières, grâce auxquels elle est en mesure de décrire les hiérarchies et les solidarités locales, ainsi que les différents rapports au système de protections sociales organisé par les firmes dans une logique paternaliste. Une des grandes richesses de l’ouvrage est de parvenir à articuler une description fine de la vie des familles ouvrières dans les plantations avec les histoires sociales et politiques comparées de l’Indonésie et de la Malaisie, à partir de la création des premières grandes plantations par les colons hollandais et britanniques au XIXe siècle, jusqu’aux tentatives récentes menées par des organisations non gouvernementales (ONG) internationales pour imposer de nouveaux standards sociaux et environnementaux aux firmes productrices d’huile de palme. Les formes successives prises par la grande plantation permettent de scander la période et deviennent ainsi le fil conducteur de l’ouvrage.

3Les deux premiers chapitres entremêlent les histoires indonésienne et malaisienne pendant la période coloniale. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les planteurs s’accaparent de vastes étendues de terres, prennent en charge le recrutement de centaines de milliers de travailleurs migrants (coolies) et leur imposent un régime de travail forcé. Les puissants syndicats de planteurs se substituent aux gouvernements coloniaux, faiblement représentés dans ces régions. Ils résistent à l’abolition du travail forcé jusque dans les années 1930, avant d’opter pour de nouvelles formes d’encadrement des familles ouvrières sur un mode paternaliste, cédant à la fois aux pressions extérieures et aux impératifs de rationalisation de la production. La prise en charge de la vie privée des ouvriers (soins médicaux, distribution des denrées alimentaires, possibilité de contracter des crédits) va de pair avec une intensification du travail dans les plantations et le recours croissant à une main d’œuvre temporaire. Après la Seconde Guerre mondiale, les processus d’indépendance favorisent l’émergence d’un mouvement ouvrier qui obtient la constitution d’un droit du travail. Mais ces mobilisations sont ensuite violemment réprimées par les nouveaux gouvernements nationaux.

4Les deux chapitres suivants permettent de comparer les modèles distincts de développement suivis par les deux pays à partir des années 1960. En Malaisie, des agences de développement agricole publiques planifient l’exploitation de nouvelles terres, contrôlent les échanges de terres et la mobilité des petits producteurs. L’ouverture progressive de ce modèle à des capitaux privés à partir des années 1980 favorise la collusion entre investisseurs et élites politiques. Le développement des plantations privées entraîne le recours massif à des travailleurs migrants illégaux, en contradiction avec les objectifs affichés par les politiques publiques initiales qui visaient à favoriser l’accès des populations malaisiennes à l’emploi et au foncier. En Indonésie, le capitalisme agraire se développe dans un cadre plus rapidement favorable à la constitution de grandes plantations privées. La dictature de l’Ordre nouveau du général Suharto est davantage préoccupée par la politique industrielle et le problème de la pauvreté rurale, que par le contrôle des fronts pionniers. L’enquête permet alors d’opposer les territoires anciennement colonisés dans lesquels la pression foncière et la densité de population sont fortes aux régions de frontière agricole où les terres sont abondantes. Dans le premier cas, les travailleurs se trouvent dans une situation de grande dépendance par rapport aux firmes. Dans le second cas, les familles ouvrières sont encouragées à développer des stratégies d’ascension sociale en se constituant leur propre rente foncière et en négociant de meilleures protections sociales avec leurs employeurs.

5Le cinquième chapitre montre en quoi la relation salariale est un puissant facteur de stabilisation de la main-d’œuvre pour les firmes. L’encadrement paternaliste des familles ouvrières se manifeste en particulier dans l’organisation de l’habitat : un ensemble de maisons toutes identiques (le pondok) avec ses infrastructures (lieu de culte, terrain de sport, polyclinique, salle de réunion) et dans lequel les règles de vie collective sont fixées par les dirigeants des plantations. De leur côté, les ouvriers tolèrent ce cadre s’il leur permet d’économiser l’argent d’un loyer pour épargner en vue de leur retraite. Dans les plantations récentes, où les liens avec les firmes sont plus distendus, les ouvriers sont encouragés à avoir des stratégies économiques individualisées, en rupture avec les systèmes de solidarité fondés sur l’épargne collective. Le dernier chapitre revient enfin sur l’organisation au cours des années 2000 d’une initiative visant à rassembler des ONG et des acteurs de la filière pour promouvoir de nouveaux standards internationaux en faveur d’une huile de palme durable.

6À rebours de la littérature sur le déclin des États dans la régulation des marchés mondiaux, l’auteur montre que les administrations malaisienne et indonésienne, dont les représentants sont très liés aux firmes, sont en capacité de refuser ces normes internationales et de promouvoir leurs propres labels nationaux, plus conformes à leurs politiques développementalistes. Par rapport à la littérature existante sur les processus de normalisation internationale, l’ouvrage invite ainsi à prêter attention à l’hétérogénéité des différentes « conventions de qualité », selon l’expression d’Alessandro Stanziani. Il rappelle l’intérêt de distinguer entre les normes qui sont garanties par un tiers coercitif, ici les États malaisien et indonésien, et celles qui excluent un rapport d’autorité. Pour prolonger cette analyse, qui a le grand avantage de ne pas mettre tous les dispositifs de certification sur le même plan, il serait sans doute intéressant d’en savoir plus sur les articulations possibles de ces différents types de normes au cours du temps, et les transformations qui en résultent.

7La lecture du livre de Stéphanie Barral se révèle passionnante, en particulier lorsqu’elle nous entraîne au plus près des familles ouvrières des plantations indonésiennes, tout en nous donnant les clés de compréhension historique de leur situation actuelle. On regrettera sans doute que cet exceptionnel matériau empirique ne soit pas encore davantage valorisé, peut-être du fait que l’auteur ait choisi de privilégier la comparaison systématique entre Indonésie et Malaisie, alors que ses observations ethnographiques portaient essentiellement sur le premier de ces deux pays. Ce mince regret ne doit pas faire oublier que l’ouvrage contribue pleinement au renouvellement de la sociologie rurale française en réactualisant l’analyse des formes du capitalisme agraire portée en leur temps par Marx, Weber, ou Polanyi, et parfois délaissée aujourd’hui. À ce titre, l’ouvrage ne se destine pas seulement aux spécialistes de sociologie rurale mais bien à l’ensemble des chercheurs intéressés par les transformations actuelles du capitalisme, en nous montrant qu’elles ne sont pas nécessairement centrées dans les grands foyers de développement industriel ou post-industriel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Brunier, « Stéphanie Barral, Capitalismes agraires. Économie politique de la grande plantation en Indonésie et en Malaisie »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 1 | Janvier-Mars 2018, mis en ligne le 23 février 2018, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1701 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1701

Haut de page

Auteur

Sylvain Brunier

Laboratoire interdisciplinaire sciences innovations sociétés (LISIS), Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Cité Descartes, 5 boulevard Descartes, Champs-sur-Marne, 77454 Marne-la-Vallée Cedex 02, France
sylvain.brunier[at]sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search