Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Theresa Morris, Cut It Out: The C-Section Epidemic in America

New York University Press, New York and London, 2013, 244 p.
Marianne Caron-Leulliez
Référence(s) :

Theresa Morris, Cut It Out: The C-Section Epidemic in America, New York University Press, New York and London, 2013, 244 p.

Texte intégral

1Theresa Morris, professeur associé de sociologie à la Texas A&M University, s’interroge sur les raisons d’une « épidémie » qui sévit aux États-Unis : celle des césariennes (c-sections). Elles sont passées, entre 1996 et 2011, de 20,2 % des naissances à 32,8 %. Est-ce toujours dans l’intérêt de la santé des femmes et des nouveau-nés, comme ce fut le cas entre 1970 (5 % de césariennes) et 1990 ? Non, à en croire l’OMS qui recommande un taux maximum de 15 % de césariennes, au-delà duquel la vie et la santé des femmes sont considérées comme inutilement mises en danger. Et en effet, la mortalité des femmes en couches aux États-Unis est passée de 12 pour 100 000 naissances vivantes en 1990 à 21 pour 100 000 en 2010.

2Comment expliquer alors cette « épidémie » ? L’auteur évacue rapidement des raisons souvent invoquées : demande des femmes pour convenances personnelles, intérêt individuel des accoucheurs à faire des opérations programmées. S’appuyant sur 50 entretiens approfondis menés avec des accoucheurs du Connecticut (médecins, sages-femmes, infirmières spécialisées) et sur 83 entretiens auprès de récentes accouchées, elle met en lumière le poids de l’organisation globale du système de santé dans la prise de décision des individus. En se référant aux travaux de Max Weber et surtout de James G. March et Herbert A. Simon, elle entend montrer comment les structures hospitalières, qui fixent les règles guidant les comportements des soignants, obéissent à plusieurs critères de rationalité : la promotion de la santé bien sûr, mais aussi la survie de l’organisation elle-même dans un environnement politique, économique et légal donné.

3Depuis la fin des années 1980, on assiste à une double évolution : une standardisation des soins liée au nouveau mode de remboursement des soins par le Medicare — le tarif au forfait par catégorie de diagnostic remplace le remboursement des frais réels entraînés par les cas individuels — et une concentration des structures de soin, avec l’essor des gros cabinets médicaux et l’emprise croissante de consortiums financiers sur les hôpitaux. Là-dessus, est survenue une augmentation exponentielle du nombre des procès en responsabilité intentés aux soignants. En 2001, les plaintes en matière médicale sont 3,5 fois plus nombreuses aux États-Unis qu’au Canada, pour une qualité de soins similaire. L’obstétrique est particulièrement concernée parce que l’accouchement est toujours un moment à risque. Par des spots publicitaires, des avocats spécialisés incitent les parents dont l’enfant a souffert à la naissance à porter plainte, alors même que les complications de l’accouchement sont souvent imprévisibles et sans lien avec un défaut de soins. Cette judiciarisation croissante a fait exploser le tarif des assurances pour les accoucheurs et les services hospitaliers. Désormais, l’une de leurs principales préoccupations est d’échapper à un procès en responsabilité qui peut les ruiner. Pour s’en prémunir, ils doivent non seulement prendre les meilleures décisions médicales dans l’instant, mais aussi anticiper une hypothétique complication en faisant ce que les assurances comme les tribunaux leur reprocheront de ne pas avoir fait plus tôt : une césarienne. Car aux yeux du public, celle-ci est devenue la solution permettant d’éviter au fœtus tout accident, même peu probable.

4L’ouvrage de Theresa Morris est un travail sociologique, mais aussi une œuvre militante. D’emblée l’auteur raconte sa propre expérience de jeune mère (un premier enfant né par une césarienne traumatisante, un second pour lequel elle a dû lutter contre l’institution pour le mettre au monde par voie basse). Elle prône un accouchement le plus naturel possible ; elle constate à regret que l’usage croissant de la technologie — anesthésie péridurale, monitoring du rythme cardiaque du fœtus — accroît le recours à la césarienne, sans vouloir en retenir d’autres aspects positifs. Son engagement peut l’amener à faire de longs développements techniques, par exemple sur l’usage du monitoring, qui ne semblent pas relever vraiment de sa compétence de sociologue. Mais l’intérêt de son travail est de montrer que l’inflation du nombre des césariennes est un paradoxe organisationnel. La crainte du risque pénal conduit toute l’organisation médicale — enseignement universitaire et post-universitaire, protocoles de soins standardisés, consignes des gestionnaires des hôpitaux — à privilégier la césarienne, alors même que cette opération, pratiquée à grande échelle, n’améliore pas notablement la santé des nouveau-nés, menace celle des mères, et fait croître le coût de la santé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Caron-Leulliez, « Theresa Morris, Cut It Out: The C-Section Epidemic in America », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 1 | Janvier-Mars 2018, mis en ligne le 23 février 2018, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1703

Haut de page

Auteur

Marianne Caron-Leulliez

Université Montpellier III
leulliez[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals