Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 57 - n° 1Participer. Pour quoi faire ?Réinventer le travail par la part...

Participer. Pour quoi faire ?

Réinventer le travail par la participation. Actualité nouvelle d’un vieux débat

Introduction
Reinventing Work through Participation. Old Debates, New Perspectives
Anni Borzeix, Julien Charles et Bénédicte Zimmermann
p. 1-19

Résumés

Ouverture vertueuse aux voix de chacun pour certains, la participation au travail s’apparente pour d’autres à une forme sournoise de domination consentie. Dépasser cette opposition suppose d’abord de s’enquérir de ce que participer veut dire dans un environnement caractérisé par l’asymétrie de la relation salariale, et d’en identifier les ambiguïtés constitutives. Il importe, ensuite, de se doter d’outils permettant de problématiser les rapports entre travail et démocratie, non pas de manière abstraite et générale, mais au plus près d’expériences concrètes de travail et de participation. Pour ce faire, nous proposons d’appréhender, à la suite de John Dewey, la participation selon une logique de l’enquête et de l’expérimentation plaçant chaque participant en position d’enquêteur appelé à s’enquérir de la meilleure manière de contribuer à une activité, de définir son contenu, les conditions et les attendus de sa réalisation, mais aussi ses finalités.

Haut de page

Texte intégral

1De nombreux travaux sur la démocratie participative soutiennent qu’accroître la participation serait vertueux, en termes de légitimité (Gutmann et Thompson, 2002), d’optimalité des décisions (Hong et Page, 2004), de confiance (Landau, 2008), de justice sociale (Gret et Sintomer, 2002), d’éducation (Talpin, 2006) ou encore d’empowerment (Carrel, 2013). Inversement, toute une frange de la sociologie du travail développe une forte suspicion et un discours critique à l’encontre de la notion de participation telle qu’elle est investie et appropriée par le management (Linhart, 2003 ; Poutsma et al., 2003 ; Durand, 2004 ; Bouquin, 2006 ; Fortino, 2013). L’objectif de ce numéro, et en particulier de cette introduction, est de dépasser cette opposition entre une appréhension de l’impératif participatif comme ouverture heureuse aux voix de chacun, d’un côté, comme forme sournoise de domination consentie, de l’autre, pour soumettre les expériences concrètes de la participation à l’enquête sociologique. Autrement dit, il s’agit de problématiser, dans l’espace du travail, le lien entre participation et démocratie, plutôt que de considérer le résultat connu d’avance.

  • 1 Pensons par exemple à sa conception très enthousiaste de l’expérience participative, dont elle n’of (...)

2Cela revient à faire nôtre l’interrogation de la philosophe Joëlle Zask (2011) quant à « ce que participer veut dire ». La réponse qu’elle propose se décompose en trois types d’expériences : participer c’est « prendre part » (à un groupe orienté vers une activité commune), c’est aussi « apporter une part » (contribuer) et « recevoir une part » (bénéficier). La participation se conçoit et se déploie dès lors dans l’articulation plus ou moins harmonieuse entre ces trois expériences. Dans leur désunion, J. Zask voit « la source de toutes les injustices » (Zask, 2011, p. 14), et dans leur réciprocité les fondements de l’idéal de la démocratie participative. En indiquant une attente de contribution et d’implication personnelle dans les choses du commun, la participation ainsi définie constitue une composante essentielle de toute communauté, entendue au sens large de « groupe dont la finalité est une activité en commun » (Zask, 2011, p. 17). Au-delà des critiques internes que cette perspective peut soulever1, son appropriation sociologique requiert reformulation et complément d’enquête.

3Dans la perspective qui est la nôtre, cette reformulation s’entend comme un déplacement de problématique autour des questions suivantes : quelles sont les formes du prendre part ? Quels sont les lieux, dispositifs et procédures de participation ? Qui prend part et comment ? Quels sont les moyens effectifs de contribuer des uns et des autres ? Quels sont les attendus de la contribution, et quel est le cadre moral qui préside à leur définition ? Qu’est-ce que prendre part dans un cadre donné fait aux choses, aux personnes et à leur environnement ? Tout en déclinant le dilemme de la contribution/rétribution, les interrogations que nous formulons ici dessinent une grille d’analyse plus large qui fait de la liberté et du pouvoir de participer des enjeux décisifs. Ceux-ci deviennent en effet centraux dès lors que l’on se donne le travail comme domaine d’investigation. Car le lien entre citoyenneté, démocratie et participation dans l’entreprise, et plus largement au travail, ne va nullement de soi. Le monde du travail pose avec force, tel un miroir grossissant, le problème de l’asymétrie des acteurs et des inégalités dans la participation.

4Il y a au moins trois raisons à cela. D’abord, la forme dominante de la relation de travail, le salariat, se caractérise par une relation de subordination du salarié à l’employeur, par un rapport d’inégalité juridique où l’employeur occupe une position de direction, de commandement (Commons, 1931). Ensuite, tous les salariés ne maîtrisent pas également les compétences requises pour participer, et tous n’ont pas forcément la volonté de participer dans le cadre des dispositifs de participation institués par l’entreprise ou les organisations professionnelles. Enfin, en dépit de ces limites, travailler c’est d’une certaine manière toujours déjà participer, tout du moins au sens du « prendre part » et du « contribuer à un but commun », à savoir la réalisation du produit ou du service visé par l’entreprise.

5Fuyante et polysémique, la notion de participation au travail irrite tant elle concentre d’ambiguïtés. Comme le souligne Antoine Bevort (2013, pp. 47-48), « pour des raisons tout à la fois psychologiques, sociales et économiques, le droit des salariés à la voice est une nécessité pour le bon fonctionnement de l’entreprise. Or le principe de la voice (que l’on peut définir comme une forme de participation citoyenne) est par nature en tension avec le principe de la subordination ». L’histoire de la participation au travail, aussi bien dans ses formes directes qu’indirectes, se fait le reflet de cette improbable quête d’une conciliation entre liberté et subordination. De l’espoir ouvrier autogestionnaire à la mobilisation managériale des salariés, en passant par l’histoire de la démocratie industrielle représentative, la participation occupe un territoire indécis, tantôt point de passage, tantôt point de rupture entre capitalisme et démocratie. Elle pose la question du salariat et de ses alternatives, elle interroge plus largement le rôle et la place de l’entreprise et du travail dans la société. « Ce que participer veut dire » soulève alors inéluctablement la question de « ce que travailler veut dire » (Zimmermann, 2011), et inversement. C’est pourquoi le regain d’intérêt que suscite aujourd’hui la participation au travail chez les chercheurs français (Piriou et Lenel, 2011 ; Béroud, 2013 ; Bevort et Giraud, 2014) et plus largement au niveau international (Ferreras, 2007, 2012 ; Budd et al., 2010 ; Wilkinson et Fay, 2011 ; Menendez, 2011 ; Knudsen et al., 2011 ; Bonvin, 2012 ; Charles, 2012a), mais aussi chez les employeurs, les travailleurs et les acteurs publics, mérite que l’on y regarde de plus près, en lien avec les expérimentations qu’elle suscite.

6Que nous disent ces expériences sur l’articulation de la participation au travail à la démocratie et au politique ? Au-delà des ambivalences, tensions et contradictions historiques de la participation qui se trouvent requalifiées au fil du temps — mais perdurent parce qu’elles sont consubstantielles au compromis entre capitalisme et travail qui caractérise, sous différentes versions, les sociétés européennes —, l’enquête sur la participation au travail que nous souhaitons ouvrir avec ce numéro se veut autant analytique qu’attentive à ce que les expériences participatives d’aujourd’hui, des plus classiques aux plus contestataires, nous disent des attentes et des renoncements, des déceptions et des espoirs projetés sur le travail de demain. Cela suppose de sortir des périmètres trop assurés de la sociologie du travail, des organisations ou du politique pour faire du travail et de la participation les objets d’une sociologie qui conjugue dans une même démarche d’enquête différentes approches et échelles d’analyse : de l’expérience située des personnes — saisie au plus près des situations de travail et des formes de l’engagement participatif — aux institutions qui encadrent leurs activités, en passant par le niveau des entreprises et des organisations dans lesquelles se déploient ces dernières.

1. La participation au travail : un vieux dilemme

7Il ne s’agit nullement de retracer ici l’histoire de la participation au travail, mais plutôt d’en rappeler quelques repères et enjeux historiques, comme autant de points d’ancrage d’une problématisation contemporaine. La participation est enjeu de démocratie, nous l’avons dit, mais cette dernière peut être directe ou indirecte. Dans le domaine qui nous intéresse, la participation est aussi affaire de conditions de réalisation du travail, d’accomplissement de l’acte productif. Elle relève du faire tout autant que du dire. Nous limiterons notre propos au cas français, laissant de côté des mouvements aussi importants que les conseils ouvriers soviétiques, la codétermination allemande, l’autogestion yougoslave ou encore la démocratie industrielle scandinave. Il n’en reste pas moins que les ambiguïtés soulevées à partir du contexte français valent bien au-delà de nos frontières.

1.1. Trois ambiguïtés constitutives

8Le milieu du xixe siècle constitue en France un moment charnière dans la configuration d’une problématique relative à l’articulation entre travail et démocratie. La révolution de 1848 donna lieu, à Paris comme dans des villes de province telles que Lyon (Lequin, 1977), à un important mouvement coopératif qui se traduisit par la création d’associations de production ouvrières, mais également de consommation. Suivant les enseignements du philosophe Pierre Leroux et du socialiste Louis Blanc, ces associations se faisaient le pendant économique du suffrage universel alors réinstauré sur le plan politique. Elles partageaient un même programme : abolir le salariat et assurer un travail régulier à tous pour les associations de production ; vendre à prix coûtant les objets nécessaires à la vie quotidienne pour les associations de consommation. Il est intéressant de noter l’étroite connexion entre travail, consommation et émancipation politique qui caractérisait ce programme. Alors que la question de la consommation est passée au second plan des débats sur la participation au travail au cours d’un xxe siècle qui a précisément vu triompher la société de consommation, cette question est aujourd’hui, sur fond de souci de développement durable et de remise en question des vertus de la croissance, reposée avec force par les expériences participatives les plus contestataires, telles que les chantiers participatifs discutés dans ce numéro.

9Si cet élan associant coopératives de production et de consommation retomba après la révolution, l’exigence de conciliation entre travail et démocratie continua cependant à alimenter, dans la seconde moitié du XIXe siècle, projets et initiatives philanthropiques, comme l’illustre le familistère de Guise de Godin (Lallement, 2009). Même si ces projets n’ambitionnaient pas d’abolir le salariat et ses hiérarchies, les espoirs d’émancipation ouvrière placés dans la participation directe des travailleurs étaient réels chez ces philanthropes et employeurs éclairés du début de l’industrialisation. Entre ces deux modèles, participation directe à l’instigation des travailleurs ou formes participatives concédées par l’employeur, s’immisce une première ambiguïté qui pèse aujourd’hui sur la participation au travail. Elle pose la question décisive de la prise des travailleurs sur la définition même du cadre et des modalités de la participation.

10Une deuxième ambiguïté historique, dont les traces sont encore actives dans le débat contemporain, renvoie à l’éviction, dès la fin du XIXe siècle, de la démocratie directe au profit de la représentativité syndicale — expression d’une méfiance, y compris parmi les leaders du mouvement ouvrier, à l’égard du principe de la démocratie directe (Lallement, 2011). L’institutionnalisation, après 1884, des organisations professionnelles comme principaux canaux de participation, indirecte cette fois, des salariés, et leur consolidation dans ce rôle en 1919, 1936, 1968 et 1982, pose la délicate question du périmètre disponible pour la participation directe et de son articulation avec la participation indirecte. Si le mouvement autogestionnaire des années 1970 (Hatzfeld, 2013) fut une tentative pour contrebalancer le primat de la représentation syndicale, il ne parvint pas à s’installer dans la durée de manière significative.

11Enfin, une troisième ambiguïté est relative à la dimension « naturellement » participative du travail, en dehors de tout dispositif spécifique visant à instituer la participation. C’est ce que montrent Anni Borzeix et Danièle Linhart en insistant sur la face cachée d’une « participation couverte, masquée et clandestine » (Borzeix et Linhart, 1988, p. 38) qui se déploie entre le travail prescrit et le travail réel. La participation se fait alors ressource productive pour l’action, outil de contestation de la prescription, mais pas nécessairement contre les intérêts de l’entreprise et encore moins contre la recherche du travail bien fait. C’est un paradoxe qui porte le nom de manufacturing consent sous la plume de Michael Burawoy (1979).

12Ces trois ambiguïtés constitutives suggèrent combien il serait réducteur de vouloir distinguer de manière trop exclusive la participation directe de la participation indirecte, mais aussi la participation directe comme engagement personnel dans le travail de la participation pilotée par des dispositifs managériaux. Si ce numéro porte de manière privilégiée sur des formes de participation directe qui engagent une implication personnelle dans la gestion collective du travail et/ou de son organisation, il fait également sienne une interrogation sur la façon dont ces formes s’articulent aux versions représentatives de la participation tout comme à l’engagement inhérent à tout geste productif.

1.2. De l’effervescence des lois Auroux aux expérimentations contemporaines

  • 2 Quatre lois venant modifier le Code du travail ont été promulguées en 1982, à l’initiative du minis (...)
  • 3 L’intérêt des spécialistes en management pour la participation directe des salariés ne date pas des (...)

13Ce fut précisément un des objectifs des lois Auroux, en 1982, que de renouer ces différentes dimensions de la participation au travail2. Combiner le droit à la représentation collective et le droit à l’expression directe des salariés était leur objectif. Tout en consacrant les organisations syndicales comme acteurs de la négociation d’accords appelés à faire descendre la voice individuelle dans l’entreprise, les lois Auroux préconisent la création de groupes d’expression directe des salariés, appelés à se prononcer sur leurs conditions de travail. Au début des années 1990, le bilan de ces lois est mitigé. Des accords ont été conclus dans de nombreux établissements, mais les groupes d’expression directe n’ont que rarement réussi à s’installer dans le temps (Le Goff, 2008), laissant alors le terrain de la participation directe aux initiatives managériales — telles que les cercles de qualité —, ce qui eut pour effet d’en brouiller encore un peu plus la lisibilité3.

  • 4 Sociologie du travail 28 (3), pp. 231-386. On trouve dans ce numéro spécial un inventaire détaillé (...)
  • 5 Alors que les années 1980 ont constitué un temps fort dans l’appropriation de la question participa (...)

14À cet égard, il est intéressant de relever le parallélisme entre la carrière de la participation directe dans le débat public et les pratiques d’entreprise, d’une part, et son traitement par la discipline sociologique, d’autre part. Alors que les lois Auroux suscitent une véritable effervescence sociologique qui se traduit par de nombreux travaux sur la participation au travail (voir entre autres Borzeix et Linhart, 1988 ; Jansen et Kissler, 1987 ; Lojkine, 1984 ; Martin, 1994, 1995), le bilan très mitigé de leur mise en œuvre coïncide, au milieu des années 1990, avec une prise de distance des sociologues avec le sujet, comme si participation et participation managériale étaient vouées à ne faire qu’un. Ainsi en 1986, la revue Sociologie du travail publie un numéro spécial consacré à l’entreprise comme un acteur à part entière de la société. Intitulé « Retour sur l’entreprise », ce numéro accorde une large place à la problématique participative4, mais à peine quelques années plus tard sonne l’heure du bilan. En 1992, le propos introductif de Maurice Thévenet au numéro spécial de la Revue française de gestion sur la participation est sombre. Il présente le management participatif comme un sujet « dont on a beaucoup — trop ? — parlé », « comme un problème plutôt qu’une solution ». « Un sujet épuisé ? », s’interroge-t-il même (Thévenet, 1992, p. 68). L’année suivante, c’est au tour de Liaisons sociales de publier un dossier intitulé de manière éloquente : « Le management participatif ne fait plus recette » (Rioux, 1993). Chez les sociologues du travail ou des organisations, il ne fait plus recette non plus, sinon pour en dénoncer les dérives managériales. Ainsi, au moment même où les politistes investissent la question de la participation, les sociologues du travail s’en détournent5. Il faudra attendre le seuil des années 2010 pour que le sujet trouve une actualité nouvelle avec notamment, en novembre 2007, un dossier du magazine Sciences humaines consacré à « La démocratie aux portes de l’entreprise ». Ce regain d’intérêt, qui s’est confirmé depuis lors (Ferreras, 2007, 2012 ; Lallement, 2011 ; Zimmerman, 2011 ; Charles, 2012a ; Charles et Zimmermann, 2013 ; Béroud, 2013 ; Bevort et Giraud, 2014), coïncide avec un accent renouvelé sur la participation des salariés dans le débat public, en lien notamment avec la problématique des risques psycho-sociaux et du mal-être au travail, mais aussi avec un contexte plus général de questionnement des finalités individuelles et collectives du travail. Des inégalités sociales croissantes et une perplexité grandissante face au fonctionnement/dysfonctionnement de nos démocraties ne font qu’attiser ces interrogations (Ogien et Laugier, 2014).

15En France, l’accord interprofessionnel de 2013 sur « la qualité de vie au travail et l’égalité professionnelle », largement marqué par le vocabulaire des enquêtes de la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, est emblématique de ce retour de la participation au travail jusque dans le dialogue social. La « capacité des salariés à s’exprimer et à agir sur le contenu du travail » y est associée au « bien-être au travail », aux « possibilités de réalisation et de développement personnel », à « l’épanouissement physique, psychique et intellectuel des individus », ou encore à l’exigence « que chacun trouve sa place au travail et que le travail garde sa place parmi les autres activités humaines ». Mais l’accord n’a qu’une portée déclarative, un statut exploratoire et méthodologique sans prétention normative dans la mesure où il n’énonce aucune disposition appelée à prendre force de loi. S’il introduit une inflexion dans le débat, tout reste à faire pour traduire cette inflexion en mesures concrètes suivies de conséquences positives pour les salariés, sur lesquelles ils pourront avoir prise.

16Cet accord reflète indéniablement un air du temps. Mais comment appréhender cette atmosphère, la saisir empiriquement, au-delà des pétitions de principes ? Telle est une des motivations à l’origine de ce numéro. La tâche est ardue si, partant de leurs ambiguïtés historiques constitutives, on considère que les formes concrètes de la participation au travail sont non seulement plurielles, mais souvent hybrides.

1.3. Au-delà des typologies de la participation

17Ces éléments de cadrage problématique seraient incomplets si nous n’évoquions pas les exercices typologiques dont les nuances sont en tant que telles significatives de la labilité de la notion. Nous nous en tiendrons à l’évocation brève de trois d’entre eux.

18Dans une perspective historique, Antoine Bevort (2013) identifie quatre approches patronales de la participation ouvrière : l’approche industrielle taylorienne de la fin du xixe siècle où participer signifie mettre sa force de travail au service de l’entreprise ; l’approche managériale qui, dans la filiation des travaux d’Elton Mayo dans les années 1930, met l’accent sur le « facteur humain » dans le travail, sur l’importance des relations de groupes, de la dimension collective et coopérative du travail ; l’approche démocratique, incarnée surtout par la démocratie représentative organisée dans le cadre des relations professionnelles ; enfin, la participation financière.

19Dans une autre variante, Danièle Linhart (2003) distingue quatre types de participation des salariés : la « participation clandestine et transgressive » synonyme de « participation couverte », qui s’exprime dans l’activité même de travail et se déploie à l’initiative des salariés ; la « participation citoyenne », qui se développe dans le cadre des relations professionnelles, ou « organisée » telle qu’elle a été instaurée par les lois Auroux ; le « management participatif » qui viserait à faire intérioriser les valeurs de l’entreprise par les salariés et, enfin, la « participation forcée », que D. Linhart associe à l’enrôlement subjectif par le management.

20Adrian Wilkinson et Charles Fay, quant à eux, préfèrent proposer une typologie de la voice au travail plutôt que de la participation. Regrettant la trop fréquente confusion entre les deux termes, ils soutiennent que la voice est constitutive de la participation, tout en étant un terme plus faible parce qu’il ne conduit pas forcément à la participation effective. La voice suppose que les salariés aient la possibilité de s’exprimer, mais cela ne préjuge pas du fait qu’ils puissent se faire entendre. Forts de cette distinction, Wilkinson et Fay (2011, pp. 67-68) distinguent quatre approches de la voice : celle du management des ressources humaines qui prend appui sur la voice individuelle pour accroître la performance de l’organisation à travers l’implication des salariés ; celle des relations professionnelles qui conçoit la voice représentative comme un contre-pouvoir dans l’entreprise ; celle de la démocratie industrielle où la voice représentative vise, au-delà du contrôle des décisions managériales, à être force de proposition et à contribuer aux décisions ; finalement, celle de l’autonomie dans l’activité — dans la tradition des travaux du Tavistock Institut, mais aussi du toyotisme.

21Bien qu’à quatre entrées chacune, ces typologies ne se recoupent que partiellement. Les différences résultent entre autres du poids relatif qu’elles accordent au dire et au faire dans la participation, mais aussi aux cadres institutionnalisés et informels. Aussi heuristiquement utiles soient-elles, elles se heurtent toutes à la difficulté de traiter de manière satisfaisante les trois ambiguïtés constitutives de la participation au travail, sans doute parce que le propre de l’ambiguïté est de résister à la typologie. Ce constat invite à dépasser les exercices typologiques pour plonger de manière située au cœur des expériences participatives.

2. Ce que la participation fait au travail, ce que le travail fait à la participation

22Et si l’on osait, pour s’approprier à nouveaux frais la question de la participation au travail, adopter un regard non seulement descriptif, analytique et rétrospectif, mais aussi prospectif ? Si l’on s’attardait à percevoir ce que la participation peut nous apprendre du travail aujourd’hui, pour peut-être nous aider à imaginer ce qu’il pourrait être demain ? Qu’en serait-il par exemple si la participation sociale devenait le « pétrole de l’économie digitale » (Scholz, 2013) ? Si la production et la consommation s’organisaient autour de l’usage plus que de la propriété ? Si l’économie intégrait, au moins partiellement, d’autres façons de définir ce qui vaut, d’autres conceptions du développement et de la prospérité que celles fondées sur des grandeurs monétaires (Sen, 2003 ; Gadrey et Jany Catrice, 2005 ; Cassiers, 2011) ? Ces questions sont peut-être moins futuristes qu’elles n’y paraissent, et méritent toute notre attention en ce qu’elles concentrent des problèmes de fond concernant l’avenir de nos sociétés (Gorz, 1988, 1997 ; Gadrey, 2010 ; Méda, 2014).

23Les quatre contributions réunies dans ce dossier montrent, à partir de perspectives différentes mais complémentaires, combien le défi de la participation est un enjeu décisif de la problématisation du travail aujourd’hui. Le premier article porte sur les dispositifs d’accompagnement d’une réforme mise en œuvre dans l’administration des finances (Alexis Spire), le deuxième sur les réunions d’un service de soins palliatifs (Florent Schepens), le troisième sur l’histoire de la gestion collective de la ligne éditoriale par les journalistes (Camille Dupuy) et le quatrième sur des chantiers participatifs du bâtiment (Geneviève Pruvost).

24Instruire, au prisme de ces enquêtes, la question du travail à travers le défi de la participation est sans aucun doute un pari risqué. Ainsi, est-il raisonnable d’accorder tant de place à des expériences singulières, voire des expérimentations, alors que le terme, l’idée, la chose — le participatif, la participation — et les pratiques qu’ils charrient en leur nom, dans l’entreprise et ailleurs, connaissent une certaine extension dans nos démocraties ? N’est-il pas discutable que trois des quatre cas retenus soient aussi peu représentatifs, exposant la participation principalement sous les traits de formules pleines d’espoir et d’alternatives stimulantes (pour le travail, pour certains travailleurs, mais aussi pour les destinataires du service ou du produit, les patients, les lecteurs et les usagers-habitants), alors que la majorité des expériences dites participatives prêtent si aisément le flanc à la critique, comme le montre le cas de la réforme de l’administration des finances ?

25L’objectif de ce dossier est de faire un pas de côté pour voir dans la participation un révélateur, au-delà d’un phénomène contemporain soumis à l’analyse critique. L’hypothèse qui fonde notre parti pris est qu’enquêter sur ces quelques expériences participatives, des plus classiques aux plus singulières, constitue une autre façon d’amorcer la réflexion sur une question qui nous concerne tous : ce que travailler veut dire et peut faire. En déployant cette question, nous espérons éviter le triple écueil d’un optimisme aveugle, d’un pessimisme dénonciateur ou d’un amateurisme scientifique, qui guette tout exercice tourné vers un avenir du travail dont nous savons si peu.

26Les quelques figures rassemblées dans les pages qui suivent n’offrent évidemment aucune réponse. Elles invitent à la réflexion. La première renvoie à la configuration particulière du management participatif ; elle met en avant une version instrumentale de la participation comme outil d’accompagnement du changement organisationnel — la fusion de la Direction générale des impôts et de celle de la comptabilité publique en 2007. L’article montre les limites, les contraintes que cette participation fait peser sur certains salariés, mais aussi les ressources qu’elle prodigue à d’autres. Les trois autres figures se situent quelque part entre utopie, prototype et cas d’espèce. Elles présentent la participation sous l’angle d’un « mode » d’activité — ce qu’elle implique comme faire — plutôt que d’un « régime » d’activité tel qu’il est prévu, prescrit ou imposé par une norme, une fiche de poste ou un organigramme. Elles ne relèvent ni du management participatif, ni de l’intéressement financier, ni de la participation institutionnelle organisée, ni encore de la participation directe telle qu’instaurée par les lois Auroux. S’il leur fallait un ancêtre commun, on le trouverait plutôt du côté de la figure historique d’un espoir ouvrier, coopératif et autogestionnaire, de contrôle de la production. Et encore, puisqu’il ne s’agit pas d’ouvriers dans ces trois contributions, mais de journalistes, de personnels soignants et de bâtisseurs, qui entendent moins « contrôler » la production qu’en être les « auteurs ». Le produit fabriqué y revêt d’ailleurs des consistances très différentes : celle d’une matière intellectuelle (la ligne éditoriale d’un journal), celle d’un service à la personne (la conception d’un soin dans un service de soins palliatifs) ou encore celle d’un bien matériel (les logements construits dans le cadre de chantiers participatifs ou collectifs). Par la diversité de ces trois cas et leur confrontation à un quatrième qui met en scène une version nettement plus instrumentale de la participation, les quatre articles qui composent ce dossier ont le mérite d’apporter des éléments de réponse contrastés à la question centrale que nous avons choisi d’instruire : participer au travail, pour quoi faire ?

2.1. Participer pour « accompagner le changement » organisationnel

  • 6 Circulaire du 23 février 1989 relative au renouveau du service public (NOR : PRMX8910096C), publiée (...)

27Depuis que la participation des agents publics à la réforme de l’État est officiellement encouragée pour assurer le « renouveau du service public » visé par la circulaire Rocard il y a 25 ans6, nombre d’administrations en ont adopté le principe avec un succès inégal (Gueret-Talon, 2004 ; Bezes, 2009). Le cas de la « fusion participative » de la Direction générale des finances publiques (DGFIP), détaillé dans la première contribution, illustre la thèse d’une participation comme outil destiné à augmenter l’acceptabilité d’une décision déjà prise. Une première tentative de fusion sous le gouvernement Jospin doit être abandonnée en 2000 en raison de l’hostilité des organisations syndicales. La seconde prévoit donc leur association, sous différentes formes et en différents lieux répartis sur l’ensemble du territoire, principalement en matière d’évaluation et d’amélioration des conditions de travail. Il n’en reste pas moins que les dispositifs mis en place visent essentiellement à faire accepter cette réforme par les agents, en associant à parts égales les fonctionnaires des deux filières et en cherchant à obtenir l’assentiment du projet par les cadres. Il s’agit en effet de construire un « consensus » et de conférer une légitimité démocratique à un projet de changement piloté de façon centralisée qui ne concerne pas moins de 127 000 agents. L’auteur relève les effets contrastés de ces dispositifs en fonction de la position, du parcours et des anticipations des fonctionnaires qui s’y engagent.

28L’intérêt de ce cas tient aussi au fait que la réforme de ce service régalien est reconnue comme nécessaire pour l’usager par la majorité des agents eux-mêmes, bien que l’impératif gestionnaire qui l’anime, en imposant des réductions de personnel et de moyens, le soit nettement moins. Contrairement aux trois autres cas qui seront traités dans ce numéro et en dehors des agents d’accueil qui travaillent dans des équipes fusionnées, au contact direct du public, et voient leur activité enrichie, la participation, ici, n’a pas pour objectif premier de prendre en compte les rapports personnels des fonctionnaires à leurs tâches, au « vrai boulot » (Bidet, 2011). Plutôt que de faire place aux descriptions des pratiques et savoirs professionnels des agents, les « ateliers thématiques » sont organisés pour recueillir les « réactions » sur un document d’orientation stratégique déjà très stabilisé. Les objectifs du « dialogue de gestion », censé remplacer le management par la règle et les indicateurs par un management plus participatif et consensuel, se heurtent par ailleurs à l’habitus bureaucratique et à l’absence d’indicateurs alternatifs. Cette réforme placée sous les auspices d’une « démarche progressive et participative originale » n’est pas sans rappeler certaines caractéristiques du toyotisme (Kamata, 2008 ; Ohno, 1989 ; Cole, 1979 ; Charles, 2012b). La participation, bien que directe, consiste surtout à enrôler les salariés dans des instances de consultation et d’expression (donner son avis, dire des choses face à d’autres), sans offrir la possibilité d’une meilleure prise sur le contenu du travail et sur les conditions dans lesquelles il s’exerce. In fine, la question qui importe ici est donc autant « comment faire participer ? » que « participer, pour quoi faire ? ».

2.2. Participer pour faire

  • 7 Pour lesquels nous avons préféré adopter une présentation transversale et thématique plutôt qu’au c (...)

29Les différents cas explorés dans ce numéro montrent que la participation au travail ne peut se réduire au dire et à l’analyse d’échanges verbaux, quand bien même dire c’est toujours — jusqu’à un certain point — aussi faire (Austin, 1970 ; Borzeix, 1987). Dans les cas des personnels soignants, des journalistes et des bâtisseurs en particulier7, on participe d’abord et avant tout pour faire, pour fabriquer, pour produire un bien ou un service — et non pour dire, contrôler, enrôler, donner un avis, solliciter ou réclamer. Tel est le résultat escompté, l’objectif assigné à la participation, sa raison d’être. Il implique que soit reconnu aux acteurs un pouvoir d’agir, sur la situation, le produit ou le service. Force est de constater que cela est loin d’être la forme participative la plus courante dans le monde du travail, français tout du moins. Cette orientation pragmatique tranche avec les formules participatives essentiellement discursives et indirectes, beaucoup plus répandues et mieux connues, aussi démocratiques soient-elles dans leurs énoncés.

  • 8 Conformément à l’usage que nous faisons ici de l’adjectif « expérimental », nous utilisons dans la (...)

30L’orientation vers l’action fait la différence, au sens où elle fait de la participation une ressource professionnelle à part entière, au croisement d’une exigence organisationnelle (ici un journal, un hôpital, un chantier) et d’un produit ou un service à réaliser. Ce produit, pour être conforme aux vœux de ceux qui le fabriquent, ceux qui ont la main (bâtisseurs) ou souhaiteraient l’avoir (journalistes), implique le recours à une procédure participative qui brouille les lignes hiérarchiques classiques — par exemple entre médecins et aides-soignants, dans l’unité de soins palliatifs. Retenons pour l’instant que cette « participation productive », ou « contributive » pour reprendre le vocabulaire de J. Zask (2011), fait appel à des compétences variées, reconnues ou non dans les référentiels des métiers considérés. Ces compétences peuvent caractériser l’exercice même du métier comme chez les journalistes, elles peuvent être ordinaires quand il s’agit de l’attention à autrui dans le cas des aides-soignantes, ou encore potentielles lorsqu’elles impliquent le partage de savoirs et de savoir-faire au sein d’une communauté d’apprenants (dans le cas des chantiers du bâtiment). Cela souligne une autre caractéristique singulière de cette participation : dans les trois cas, celle-ci requiert l’exercice d’une activité productive non seulement partagée et collaborative, mais surtout en devenir, à découvrir, dans laquelle le contenu même du travail est en partie à inventer, et les capacités à développer plus importantes que les compétences et les qualifications déjà là. La participation s’y apparente à une dynamique expérimentale au sens d’une enquête inépuisable dont les modalités et les résultats sont sans cesse à réinventer en situation d’action8.

31Parallèlement à l’engagement individuel dans l’acte productif, la participation passe aussi dans chacun de ces cas par une médiation collective qui impose à la participation de se détacher quelque peu du « faire » pour se réaliser dans un « dire » : réunions de chantier, société des rédacteurs, réunions de staff. Ces espaces de parole sont les lieux d’élaboration collective d’un planning (construction), d’une ligne éditoriale (journalistes) ou d’une ligne de soin (hôpital). Lorsqu’elle sort du schéma d’un ordre hiérarchique prescrit ou de la résistance clandestine à ces mêmes ordres, la participation implique alors des temps de réflexion collective sur les actions en cours, moments de déploiement d’une réflexivité individuelle et collective. En pratique, ces temps ne sont pas formellement détachés du « faire », mais visent généralement un « mieux faire », c’est pourquoi il importe de ne pas les dissocier dans l’analyse.

2.3. Vouloir, devoir, pouvoir participer

32Dans les cas des soins palliatifs, du journalisme et des chantiers participatifs, le pouvoir de participer repose sur l’invention et la reconnaissance de dispositifs spécifiques, conçus et impulsés par les auteurs-concepteurs-fabricants du produit ou du service. Le pouvoir de participer est alors lié au choix de participer, et à la possibilité de contribuer à définir les modalités et les attendus de la participation. Dans le cas de la réforme de l’administration des finances, à l’inverse, les dispositifs participatifs — ateliers de cadres, ateliers thématiques, « groupes d’expression métier » — sont définis via des canaux institutionnels, auxquels participent d’ailleurs les organisations syndicales, selon une configuration tout à fait atypique de mise en place de procédures de management participatif. On lit en filigrane dans ce cas les tensions et les malentendus qui surgissent lorsque les instances de représentation des salariés s’associent avec le management pour instaurer des dispositifs de participation directe des salariés, dont les objectifs premiers sont organisationnels et gestionnaires. La participation y relève davantage du devoir que du choix, avec d’importantes variations cependant selon les agents. Dans les trois autres projets, se dessinent des formules dont les degrés d’institutionnalisation sont variables. Ainsi, dans le monde des éco-constructeurs, celui des chantiers du bâtiment autogérés et collectifs, coexistent plusieurs modèles. Un modèle déjà ancien est celui de la SCOP, où la participation ouvrière figure dans les statuts et, dans ce cas particulier, où la rémunération est égale pour tous et le partage égalitaire, la rotation des tâches soigneusement organisée. Un autre modèle est celui du chantier dit participatif, où la force de travail bénévole s’échange contre gîte, couvert et formation. Enfin, un troisième modèle se présente (à Notre-Dame-des-Landes) sous les traits d’un chantier collectif, à base d’auto-organisation militante de la société civile. Ces chantiers conjuguent, chacun à sa manière, trois aspects complémentaires et enchevêtrés de la participation : la participation comme activité de travail, comme gestion économique, comme acte politique militant. Le travail s’y définit à travers une participation volontaire et choisie, en vue d’apprendre ou de transmettre des savoir-faire, d’élargir son réseau social, de faire un acte militant, ou tout simplement d’éprouver le plaisir d’être et de faire ensemble.

33Chez les journalistes, la situation est moins nette. Le métier connaît depuis la guerre au moins trois types d’expériences portées par les revendications persistantes des sociétés de rédacteurs : la participation financière avec l’actionnariat salarié, la participation « démocratique » (étendue aux décisions importantes) et la participation « managériale », à la discrétion des employeurs. Mais aucune de ces formules ne donne aux journalistes une prise légale sur le produit convoité, la ligne éditoriale, et l’on peut se demander, au vu des résistances patronales, si la participation démocratique visant la conception de l’information est compatible avec le salariat.

34Enfin, qualifier de « choisie » la participation des personnels soignants aux décisions du staff des unités de soins palliatifs serait inexact. Ce sont les médecins, dans ces unités, qui sollicitent leur présence et leur intervention, car le service à concevoir en réunion d’équipe — la décision à prendre — est moins médical qu’humain, et ces salariés au contact direct et quotidien des mourants sont mieux placés que d’autres pour en définir les priorités. Le caractère tout à la fois imposé et informel de ce dispositif n’en limite pas la portée : de l’expertise professionnelle ainsi reconnue à des salariés peu qualifiés et de leur participation à la conception du soin résultent une révision, certes temporaire, des hiérarchies médicales et une redistribution, certes ponctuelle, des rôles professionnels.

35Avec ou sans combat pour leur reconnaissance institutionnelle, en rupture avec ou inscrits à l’intérieur du système salarial, empêchés ou imposés, ces dispositifs précisent les conditions à réunir pour qu’« apporter une part » et « recevoir une part » (Zask, 2011) soit possible et acceptable. Mais le sens de cette acceptabilité varie fortement selon les cas, et pour un même cas en fonction des personnes, comme le montre fort bien l’analyse de la participation dans l’administration des finances.

2.4. Quand participer interroge le sens du travail

36Venons-en maintenant à une dernière question : au nom de quoi participe-t-on ? Dans les quatre cas travaillés ici apparaît une constante : l’intérêt général ou citoyen est invoqué. Une différence apparaît toutefois dès lors que l’on se penche sur les origines et les formes de cette invocation. Dans l’administration des finances, ce sont les concepteurs des dispositifs participatifs (cadres supérieurs de l’administration centrale et consultants) qui s’en font les porteurs, même si les agents sont favorables à la fusion dans l’intérêt des usagers. Dans les autres cas, la proposition participative ne se cantonne pas à un registre de justification de l’action, mais s’actualise et prend corps dans l’engagement même de chacun des participants. Dans le cas des soins palliatifs, cette actualisation de l’intérêt général se décline sous une forme inattendue et néanmoins généralisable : celle de la personne du mourant qui bénéficie des soins, traitement que tout citoyen, un jour ou l’autre, est susceptible de pouvoir recevoir. Le vieillissement de la population ne peut qu’accroître la demande. Pour ces vivants qui vont bientôt mourir — public large s’il en est —, le respect de la vie doit aller jusqu’au bout et la priorité, pour le personnel, ira au respect de leur désir au nom d’une « cosmologie palliative » dans laquelle la mort est naturelle et inéluctable. Le care prodigué au mourant n’est pas l’équivalent du soin médical administré au malade. Il implique une logique différente, une redéfinition de la division morale du travail à l’hôpital, une autre hiérarchie des savoirs. L’expertise médicale réduite à sa technicité n’étant plus adaptée, les médecins demandent aux paramédicaux de prendre en charge les questions éthiques : des savoirs ordinaires associés à d’autres, plus professionnels, sont à fabriquer au sein d’un travail en équipe (les staffs polyvalents) auquel chacun est appelé à participer. Seule une enquête menée à plusieurs et en concertation est en mesure d’identifier ce qui importe le plus au mourant. Les aides-soignants sont invités à y prendre part, autant que les autres travailleurs : la qualité et la pertinence du service rendu en dépendent étroitement. Ici, on participe à la fois pour supporter, pour apprendre et pour appartenir au service.

37C’est encore au nom de l’intérêt général lié à la citoyenneté dans l’entreprise que les journalistes réclament le droit de participer à la ligne éditoriale de leur journal, à la gouvernance de leur entreprise, aux décisions essentielles, à la conception d’une information libre et non soumise aux détenteurs de capital. L’actualité récente nous en fournit de nombreux exemples et l’histoire du journalisme illustre cet effort des professionnels pour accroître leur emprise sur le produit qu’ils fabriquent, entendu comme le résultat coordonné de leur activité. La participation financière aux affaires n’y suffit pas, et cet exemple illustre la difficile conciliation entre l’indépendance professionnelle recherchée et le statut subordonné de salarié. Cette quête d’autonomie professionnelle, sans cesse contrariée, a pour raison d’être la garantie d’une indépendance et d’un contre-pouvoir au service, ici encore, d’un public : celui des lecteurs cette fois, public large lui aussi dans une démocratie. Car la participation instituée, celle qui s’exerce par le biais des syndicats et des institutions représentatives, liée au droit du travail, ne s’ancre nullement dans la participation au travail. Celle-ci a pour ressource professionnelle l’exercice d’une autre forme d’enquête, l’enquête journalistique, et une conception du travail comme « liberté collective de réaliser une œuvre » (Salais, 1998). On pourrait dire que les journalistes revendiquent de participer pour pouvoir faire œuvre.

38Dans les chantiers participatifs, la mission citoyenne se radicalise. Produire (construire) dans l’univers militant de l’éco-construction n’obéit (presque) plus aux contraintes du capitalisme. Hors du monde marchand, du productivisme et du consumérisme, en dehors même du salariat — sauf dans le cas de la SCOP —, voire hors du droit de propriété (Notre-Dame-des-Landes), l’alternative prend la couleur d’un monde vert. Les éco-constructeurs volontaires — artisans, agriculteurs, petits fonctionnaires, artistes — se caractérisent par un idéal politique de non-marchandisation du travail humain et une réévaluation de la place du travail par rapport aux autres dimensions de la vie (le « non travail ») : la famille, les loisirs, la politique. Le travail devient lui-même enquête ouverte sur les façons possibles de faire, de penser, de gérer, d’animer, d’être en société. Si le public immédiat visé n’est autre que celui qui participe lui-même aux chantiers, le public potentiel visé va bien au-delà. Les constructeurs engagés agissent aussi pour l’exemple. Dans ces expériences qui explorent, souvent sur le mode de l’action directe, la voie de formes alternatives non seulement de travail mais de vie, la partition spatio-temporelle entre le travail et les autres activités humaines, privées ou publiques, n’a plus cours. La critique du capitalisme se double de celle de la hiérarchie entre professionnels et profanes, entre labeur manuel et créativité artistique ou agir politique (Arendt, 1983). Des dispositifs rigoureux sont inventés pour tenter d’instaurer une division horizontale, rotative et équitable des tâches, du moins dans deux des modèles décrits. Les questions d’organisation et de répartition du travail deviennent matière à débat permanent et l’idéal démocratique se conjugue avec un principe d’égalité. Mais l’agir communicationnel (Habermas, 1987) se double ici d’une praxis collective à laquelle chacun est censé contribuer et prendre « sa » part. Participer à un de ces chantiers suppose des négociations intenses et un accord sur des règles du jeu contraignantes dans le respect des principes fondateurs, mais donne aussi au travail un contenu « enrichi » : celui-ci ressemblerait presque à une activité autonome, coopérative, inventive. Les nouveaux rapports au travail qui s’y développent vont de pair avec des modes de vie alternatifs dans l’espoir de construire un nouveau monde durable grâce à cette « politisation du moindre geste », pour reprendre le titre de l’article de G. Pruvost.

39Dans les cas des soins palliatifs, des journalistes et des chantiers participatifs, participer au travail suppose de rassembler au moins quatre ingrédients : une démarche d’enquête, des dispositifs adaptés, un ensemble de valeurs partagées par la communauté des participants et la conscience morale d’œuvrer pour ou au nom d’une communauté plus large, celle des vivants, des citoyens, des habitants. Et si telle était l’une des figures possibles de la démocratie, plus exigeante sans aucun doute que ce qui se pratique au titre de la démocratie participative dans bien des domaines ? L’activité engagée quand ces conditions sont réunies déborde l’action instrumentale et immédiate. Elle va bien au-delà de la sphère du travail : elle prend le sens et la forme que les enjeux de société défendus par ceux qui l’exercent, les auteurs-producteurs, veulent bien lui donner. Cette ouverture dynamique fait l’intérêt heuristique de ces expériences où l’on constate que le bien commun, voire public, peut se décliner sous une grande variété d’identités. Ce que montrent aussi ces exemples, c’est que la fabrique de ce sens est à la portée des acteurs lorsque les conditions d’une participation « suffisante » à la réalisation de ce bien commun (l’accès au care, une information libre, un monde durable) sont réunies. Telle est la raison d’être des initiatives examinées ici qui, chacune à sa manière, soulignent toutes la dimension politique du travail.

3. La participation comme enquête et objet d’enquête

40Les cas réunis dans ce dossier nous invitent à penser la participation comme une expérimentation qui place chaque participant en position d’enquêteur appelé à s’enquérir de la meilleure manière non seulement de contribuer à une activité, mais encore de définir son contenu, les conditions et les attendus de sa réalisation. Aborder la participation sous l’angle de l’expérimentation et de l’enquête n’est pas sans incidence sur la manière d’en faire un objet de sciences sociales. Il ne suffit pas d’étudier les dispositifs participatifs, leurs acteurs, leur mise en œuvre et leurs effets. Un tel abord exige en outre que la participation soit examinée comme une expérience toujours située (en relation avec un environnement), que soit notée la pluralité de ses expressions et réalisations, que soit enfin interrogée la conception du participant comme être responsable qui sous-tend ces différentes expériences participatives.

3.1. Expérimentation et logique de l’enquête

41La participation comme expérimentation démocratique, telle que l’a conceptualisée J. Dewey (2003), s’alimente au présupposé anthropologique selon lequel participer et se conduire de manière responsable seraient deux inclinations humaines largement partagées. La participation, pour Dewey, a une portée politique qui ne saurait se limiter à l’expression d’opinions ; elle est toujours orientée vers l’énonciation et la résolution de problèmes. C’est pourquoi elle s’apparente à une logique d’enquête.

42L’enquête est celle que mène chaque participant, saisi par le caractère instable, indéterminé d’un trouble. « La situation indéterminée devient problème dans le cours même du processus qui la soumet à l’enquête », précise John Dewey (1993, p. 172). L’expérimentation quant à elle se déploie au fil de l’enquête, à la croisée du subir et de l’agir, entre les expériences passées, présentes et celles visées dans le futur. Alors que pour Paul Ricœur (2004, p. 143), le « pouvoir dire » l’emporte sur le « pouvoir faire » comme dimension fondamentale de l’homme capable, c’est le fait de « pouvoir mener l’enquête », au croisement du dire et du faire, qui prime chez Dewey. La logique de l’enquête fait cependant peser des exigences fortes sur les personnes dont on attend qu’elles soient concernées, attentives, responsables, porteuses d’expériences et d’expertise.

  • 9 Si le lien opéré par Dewey entre la participation et la logique de l’enquête nous paraît heuristiqu (...)

43Il en résulte deux conséquences pour l’enquête sociologique sur la participation. D’abord, si la participation engage une dimension politique, alors il importe de se pencher sur la dimension politique du travail. Ensuite, un tel abord amène à s’enquérir des conditions requises pour que puisse être menée par tous ceux qui le souhaitent l’enquête au travail sur le travail. Il s’agit de se soucier de ce qui est requis pour participer et du pouvoir d’agir des participants. Cela soulève la question des conditions d’accès à la communauté des participants, mais aussi des conditions de sortie (Berger et Charles, 2014) et plus particulièrement de la possibilité donnée aux personnes concernées par une situation problématique de rejoindre librement des arènes de discussion, de décision, d’action, et de pouvoir effectivement mener l’enquête9.

3.2. La dimension politique du travail

44Comme le suggèrent les quatre articles composant ce dossier, la participation au travail revêt une dimension politique plus ou moins explicitée, que ce soit par les raisons de sa mise en œuvre, par les dynamiques qu’elle suscite ou encore par les fins qu’elle vise. La participation ouvre sur l’horizon du politique en ce qu’elle contient toujours le souci plus ou moins manifeste d’une démocratie « en actes », mais aussi en ce qu’elle touche à la question du pouvoir et à la dialectique de l’émancipation/domination qui caractérise ce dernier (Simmel, 1999). Lorsque la participation est articulée à un projet de transformation de la société et de son fonctionnement, y compris à toute petite échelle comme dans le cas des chantiers participatifs, se révèlent sa face potentiellement subversive, son parfum autogestionnaire et sa dimension utopique. Dans d’autres cas, comme celui des soins palliatifs, la participation renvoie à une autre forme du politique, qui ne prend pas la voie du militantisme mais celle de l’exploration partagée, individuelle et collective, de la meilleure façon d’agir, ici dans l’intérêt du mourant. Cette exploration suppose enquête et débat sur la décision à prendre. La participation implique alors, on le voit, une appropriation personnelle du sens du travail et du contenu de l’activité. La dimension politique dont il est question ici ne peut donc être uniquement envisagée sous l’angle du lien historique entre participation et démocratie, elle doit aussi être questionnée sous l’angle de la dimension proprement politique du travail, qui fait l’objet d’une pluralité de conceptualisations.

45Chez Marx déjà on constate une tension entre une conception du travail comme aliénation — le travail comme nécessité et domination dans un système capitaliste — et comme libération — le travail comme source de réalisation d’un être humain libre et indépendant (Marx et Engels, 1982 ; Méda, 1995). Cette tension a largement influencé les problématisations du travail telles qu’elles ont été développées par les principales composantes du mouvement ouvrier. Dans ce cadre, si « le travail est une question politique » (Latteur, 2013), c’est parce qu’il est le lieu d’un rapport de forces et l’objet de luttes de pouvoir entre apporteurs en force de travail et apporteurs en capitaux. Mais il existe bien d’autres acceptions de la dimension politique du travail, qui mettent en avant l’expérience même du travail, sa dimension collective et les attentes de justice qui la sous-tendent. Le travail se fait alors le révélateur de conceptions du juste et de l’être ensemble (Sainsaulieu, 1988 ; Boltanski et Thévenot, 1989 ; Dubet et al., 2006 ; Honneth, 2006 ; Ferreras, 2007 ; Zimmermann, 2011), ou de l’innovation et du progrès collectif (Segrestin et Hatchuel, 2012).

46Au-delà de ces différentes conceptualisations du travail — comme rapport de force, comme expérience anthropologique ou comme réalisation collective portée par des attentes de justice et de reconnaissance —, les cas explorés dans ce numéro montrent combien l’analyse de la dimension politique de la participation au travail gagne à être articulée à une investigation de l’engagement pratique dans l’activité. Au-delà des propositions récentes d’Isabelle Ferreras (2012), qui pense la démocratisation de l’entreprise dans une perspective institutionnelle et organisationnelle, ou de celles de Blanche Segrestin et Armand Hatchuel (2012) qui visent une refondation de l’entreprise à travers la redéfinition de son statut juridique, il nous semble que la question du gouvernement (participatif) de l’entreprise ne peut être traitée indépendamment de celle des activités et des personnes ainsi gouvernées. Plus encore, nous défendons l’idée que l’instruction de la dimension politique de la participation au travail appelle une analyse de la conception de la personne sous-jacente au projet participatif.

3.3. Des participants responsables

47Les travaux de Jean-Louis Genard sur les coordonnées anthropologiques de la participation vont dans le sens d’un tel élargissement de perspective. Ils interrogent ce que recouvre la figure du participant et les attentes qui pèsent sur lui, bref la conception du sujet qui à la fois fonde et autorise le projet participatif. « Pour prôner un élargissement de la participation, il faut bien admettre que les acteurs appelés à participer disposent de certaines capacités et compétences », souligne-t-il (Genard, 2014, pp. 44-45). Ce constat s’ancre dans un propos plus large, celui d’une « grammaire de la responsabilité » dont J.-L. Genard (1999) retrace la constitution à l’intersection entre les quatre modalités de l’action que sont le vouloir, le devoir, le pouvoir et le savoir.

48On peut en effet considérer que la responsabilité constitue un préalable à la participation, au sens où c’est toujours en référence à un interlocuteur co-responsable du devenir commun que se définissent les dispositifs participatifs, au travail et ailleurs. Le cas du service de soins palliatifs est à cet égard particulièrement éclairant. Il montre comment cette attente de responsabilité partagée fait peser des contraintes particulières sur le personnel paramédical — qui doit être actif dans la définition de la ligne de soin ou, au moins, faire preuve d’une « écoute attentive » et exprimer un « consentement » — et comment, dans le même temps, cette attente libère de certaines formes de domination classiques dans cet espace professionnel par la symétrisation, relative, des contributions des uns et des autres que permet la « responsabilité partagée ». Les chantiers participatifs misent eux aussi sur la responsabilité des participants — une responsabilité choisie dans ce cas, attendue et même inscrite dans le contrat de coopération passé au départ puisque la responsabilité se trouve au fondement de l’autonomie politique et économique du projet auquel les participants s’engagent à prêter la main. L’attente de responsabilité pour les journalistes va de soi : elle n’est que l’autre face de cette « liberté collective de réaliser une œuvre », pour reprendre la formule de Robert Salais, la contrainte à honorer pour prétendre au droit de regard sur la ligne éditoriale. Dans le cas de l’administration des finances, c’est parce que les agents du service public ont la conscience civique de travailler « pour » l’usager que l’attente de responsabilité partagée du haut en bas des échelons du service public peut constituer une ressource active au service de la réforme.

49Si les projets participatifs, des plus classiques aux plus contestataires, s’appuient toujours sur l’implicite de participants responsables, il importe que soient prises en compte dans l’enquête sur la participation les conditions d’exercice de la responsabilité au travail — ainsi que les moyens effectivement accessibles à cette fin dans un environnement de travail donné. Car, comme l’a montré J. Dewey (2003), l’exercice de la responsabilité n’est pas simplement une affaire de personne ; les conditions de son exercice se constituent dans l’interaction entre une personne et son environnement.

50Une telle approche de la participation, attentive au participant et à son environnement, offre un regard contrasté sur les promesses de la participation, laquelle est toujours à la fois potentiellement contraignante et habilitante pour la personne et le collectif. Si la participation peut être une ressource susceptible d’être convertie en latitude d’action et pouvoir d’agir, elle peut aussi constituer une « charge », parfois lourde à porter (Charles, 2012c). Dans le cas de l’administration des finances, les incitations à participer semblent même générer pour certains un sentiment de perte de temps, voire de sens, alors que la fusion des services s’est faite avec l’accord des syndicats, entre autres au nom du sens de la responsabilité des agents envers les usagers, de leur capacité à traiter un « problème public ». Ce type d’ambiguïté s’avère fécond pour penser la participation. Il montre que lorsque la participation est liée à une injonction qui ne peut être investie de signification, ni pour soi-même, ni pour le collectif de travail, elle devient éprouvante et s’éloigne des conditions d’un travail bien fait, aux yeux de celui qui le réalise. Plus encore, l’exigence d’implication participative au travail peut aggraver les situations tendues qu’elle est supposée apaiser, en se montrant particulièrement peu hospitalière à l’égard de l’expression, toujours difficile, des tensions et du mal-être au travail, voire de l’incapacité à participer. L’enquête sur la participation se doit alors de prendre en charge l’étude de ces difficultés, de cette incapacité — redevable de facteurs non seulement personnels, mais aussi sociaux et environnementaux —, voire du refus de participer.

51Conjuguer les exigences de ces différentes propositions revient à faire de la participation un objet multidimensionnel. Si une approche pragmatiste caractérisée par la logique de l’enquête, l’expérimentation et la résolution de problèmes s’avère particulièrement appropriée pour instruire la question de la participation au travail, elle implique de coupler les investigations sur la participation à une enquête sur le travail en tant que tel, mais aussi sur ce qui importe aux personnes lorsqu’elles s’y engagent. Elle requiert, d’une part, de combiner l’analyse des dispositifs et de leurs usages à celle des activités et, d’autre part, d’étendre l’enquête sur le travail à son contenu même et à la pluralité de ses finalités, tant individuelles que collectives — au-delà de l’étude de ses conditions de réalisation, des hiérarchies et des relations professionnelles. Une telle approche exige de tenir ensemble différentes échelles d’analyse — de la personne aux cadres institutionnels qui structurent les relations de travail, en passant par les pratiques organisationnelles — et ainsi de faire de la participation, à travers l’étude des interactions entre ces différents niveaux, un objet de sociologie générale.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, H., 1983 [1958]. Condition de l’homme moderne. Calmann-Lévy, Paris.

Austin, J.L., 1970. Quand dire, c’est faire. Le Seuil, Paris.

Berger, M., Charles, J., 2014. Persona non grata : au seuil de la participation. Participations 9, 5–36.

Béroud, S., 2013. Perspectives critiques sur la participation dans le monde du travail : éléments de repérage et de discussion. Participations 5, 5–32.

Bevort, A., 2013. De Taylor au néo-management : quelle participation des salariés ? Participations 5, 33–51.

Bevort, A., Giraud, O., 2014. Démocratie et négociations : tensions, mutations, recompositions. Négociations 21, 5–11.

Bezes, P., 2009. Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008). Presses universitaires de France, Paris.

Bidet, A., 2011. L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? Presses universitaires de France, Paris.

Blondiaux, L., Fourniau, J.-M., 2011. Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? Participations 1, 8–35.

Boltanski, L., Thévenot, L. (Eds), 1989. Justesse et justice dans le travail. Cahiers du Centre d’études de l’emploi, Paris.

Bonvin, J.-M., 2012. Individual Working Lives and Collective Action: An Introduction to Capability for Work and Capability for Voice. Transfer: European Review of Labour and Research 18 (1), 9–18.

Borzeix, A., 1987. Ce que parler peut faire. Sociologie du travail 29 (2), 157–176.

Borzeix, A., Linhart, D., 1988. La participation : un clair-obscur. Sociologie du travail 30 (1), 37–53.

Bouquin, S., 2006. La valse des écrous. Travail, capital et action collective dans l’automobile. Syllepse, Paris.

Budd, J.W., Gollan, P.J., Wilkinson, A., 2010. New Approaches to Employee Voice and Participation in Organizations. Human Relations 63 (3), 303–310.

Burawoy M., 1979. Manufacturing Consent. University of Chicago Press, Chicago.

Carrel, M., 2013. Faire participer les habitants ? Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. Éditions de l’ENS, Paris.

Cassiers, I. (Ed.), 2011. Redéfinir la prospérité. Jalons pour un débat public. Éditions de l’Aube, La Tour-d’Aigue.

Charles, J., 2012a. Une participation éprouvante : enquêtes sur l’autogestion, le management participatif, la participation citoyenne et l’empowerment. Thèse de l’EHESS et de l’Université de Louvain, Paris et Louvain-La-Neuve.

Charles, J., 2012b. Réduction du travail aux indicateurs et écrasement de la critique. In: Alaluf, M., Desmarez, P., Stroobants, M. (Eds), Mesures et démesures du travail. Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, pp. 234–241.

Charles, J., 2012c. Les charges de la participation. SociologieS. En ligne : http://sociologies.revues.org/4151

Charles, J., Zimmermann, B., 2013. Management participatif. In: Casillo, I., Barbier, R., Blondiaux, L., Chateauraynaud, F., Fourniau, J-M., Lefebvre, R., Neveu, C., Salles, D. (Eds), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation. GIS Démocratie et Participation, Paris. En ligne : http://www.dicopart.fr/fr/dico/management-participatif.

Coch, L., French, J.R., 1948. Overcoming Resistance to Change. Human Relations 1, 512–532.

Cole, R., 1979. Work, Mobility, and Participation: A Comparative Study of American and Japanese Industry. University of California Press, Berkeley.

Commons, J.R., 1931. Institutional Economics. American Economic Review 21 (4), 648–657.

Dewey, J., 2003 [1927]. Le public et ses problèmes. Farrago, Pau.

Dewey, J., 1993 [1938]. Logique. La théorie de l’enquête. Presses universitaires de France, Paris.

Dubet, F., Caillet, V., Cortéséro, R., Mélo, D., Raul, F., 2006. Injustices : l’expérience des inégalités au travail. Le Seuil, Paris.

Durand, J.-P., 2004. La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire. Le Seuil, Paris.

Ferreras, I., 2007. Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services. Presses de Sciences Po, Paris.

Ferreras, I., 2012. Gouverner le capitalisme ? Presses universitaires de France, Paris.

Fortino, S., 2013. Quand les logiques du privé investissent le secteur public : déstabilisation des collectifs et reflux de la participation. Participations 5, 53–76.

Gadrey, J., 2010. Adieu à la croissance. Bien vivre dans un monde solidaire. Éditions Alternatives économiques & Les petits matins, Paris.

Gadrey, J., Jany Catrice, F., 2005. Les nouveaux indicateurs de la richesse. La Découverte, Paris.

Genard, J.-L., 1999. La grammaire de la responsabilité. Le Cerf, Paris.

Genard, J.-L., 2014. De la capacité, de la compétence, de l’empowerment, repenser l’anthropologie de la participation. Politique et sociétés 32 (1), 43–62.

Gret, M., Sintomer, Y., 2002. Porto Alegre. L’espoir d’une autre démocratie. La Découverte, Paris.

Gorz, A., 1988. Métamorphoses du travail, quête du sens. Galilée, Paris

Gorz, A., 1997. Misères du présent, richesse du possible. Galilée, Paris.

Gueret-Talon, L., 2004. Management par la qualité : et si le service public devenait une référence pour le marché ? Politiques et management public 22 (2), 39–54.

Gutmann, A., Thompson, D., 2002. Pourquoi la démocratie délibérative est-elle différente ? Philosophiques 29 (2), 193–214.

Habermas, J., 1987 [1981]. La théorie de l’agir communicationnel. Fayard, Paris.

Hatzfeld, H., 2013. Autogestion. In: Casillo, I., Barbier, R., Blondiaux, L., Chateauraynaud, F., Fourniau, J-M., Lefebvre, R., Neveu, C., Salles, D. (Eds), Dictionnaire critique et inter-disciplinaire de la participation. GIS Démocratie et Participation, Paris. En ligne : http://www.dicopart.fr/fr/dico/management-participatif.

Hong, L., Page, S., 2004. Groups of Diverse Problem Solvers Can Outperform Groups of High-Ability Problem Solvers. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 101 (46), 16385–16389.

Honneth, A., 2006. La société du mépris. La Découverte, Paris.

Jansen, P., Kissler, L., 1987. Die gescheiterte Sozialpartnerschaft [Texte imprimé]: die französische Gewerkschaftsbewegung zwischen Tarifautonomie und Staatsinterventionismus / Frankfurt : Campus, cop.

Kamata, S., 2008 [1973]. Toyota. L’usine du désespoir. Demopolis, Paris.

Knudsen, H., Busck O., Lind, J., 2011. Work Environment Quality: The Role of the Workplace Participation and Democracy. Work Employment Society 25 (3), 379–396.

Lallement, M., 2009. Le travail de l’utopie. Godin et le familistère de Guise. Les Belles Lettres, Paris.

Lallement, M., 2011. Sur les moyens de faire descendre la démocratie dans l’entreprise. In: Piriou, O., Lenel, P. (Eds), Les états de la démocratie. Comprendre la démocratie au-delà de son utopie. Hermann, Paris, pp. 51–70.

Landau, M., 2008. Participation institutionnalisée et confiance : un lien conflictuel. Raisons politiques 29 (1), 93–105.

Latteur, N., 2013. Le travail, une question politique. Aden, Bruxelles.

Le Goff, J. (Ed.), 2008. Les Lois Auroux, 25 ans après (1982-2007). Où en est la démocratie participative ? PUR, Rennes.

Lequin, Y., 1977. Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914). Tome 2 : Les intérêts de classe et la République. PUL, Lyon.

Linhart, D., 2003. Organisation du travail et participation des salariés. In Allouche, J. (Ed.), Encyclopédie des ressources humaines. Vuibert, Paris, pp. 1067–1075.

Lojkine, J., 1984. Innovation sociale et innovation technologique. L’évolution des groupes d’expression directe à Renault Billancourt. Ministère de la Recherche et de la Technologie (CPE), Paris.

Martin, D., 1994. Démocratie industrielle. La participation directe dans les entreprises. Presses universitaires de France, Paris.

Martin, D., 1995. La participation directe en entreprise : de la résistance clandestine à la mobilisation managériale. Cahiers internationaux de sociologie 99, 369–400.

Marx, K., Engels, F., 1982. L’idéologie allemande. In: Marx, K., Œuvres. Vol. III, Philosophie. Gallimard, Paris.

Méda, D., 1995. Le travail. Une valeur en voie de disparition. Aubier, Paris.

Méda, D., 2014. La mystique de la croissance. Comment s’en libérer ? Flammarion, Champ, Paris.

Menendez, M.C.G., 2011. The Determinants of Workplace Direct Participation: Evidence from a Regional Survey. Work, Employment and Society 25 (3), 397–416.

Ogien, A., Laugier, S., 2014. Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique. La Découverte, Paris.

Ohno, T., 1989 [1978]. L’esprit Toyota. Masson, Paris.

Piriou, O., Lenel, P. (Eds), 2011. Les états de la démocratie. Comprendre la démocratie au-delà de son utopie. Hermann, Paris.

Poutsma, E., Hendrickx, J., Huijgen, F., 2003. Employee Participation in Europe: In Search of the Participative Workplace. Economic and Industrial Democracy 24 (1), 45–76.

Ricœur, P., 2004. Parcours de la reconnaissance. Stock, Paris.

Rioux, O., 1993. Le management participatif ne fait plus recette. Liaisons sociales 79, 41–53.

Sainsaulieu, R., 1988. L’identité au travail : les effets culturels de l’organisation. Presses de Sciences Po, Paris.

Salais, R., 1998. Le travail à l’épreuve de ses produits. In: Supiot, A. (Ed.), Le travail en perspectives. LGDJ, Paris, pp. 45–68.

Scholz, T. (Ed.), 2013. Digital Playground: The Internet as Playground and Factory. Routledge, New-York.

Segrestin, B., Hatchuel, A., 2012. Refonder l’entreprise. Le Seuil, Paris.

Sen, A., 2003 [1999]. Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté. Odile Jacob, Paris.

Simmel, G., 1999 [1908]. Sociologie. Études sur les formes de la socialisation. Presses universitaires de France, Paris.

Stavo-Debauge, J., 2012. Des « événements » difficiles à encaisser. Un pragmatisme pessimiste. In: Cefaï, D., Terzi, C. (Eds), L’expérience des problèmes publics. Perspectives pragmatistes. Éditions de l’EHESS, Paris, pp. 191–223.

Stavo-Debauge, J., Trom, D., 2004. Le pragmatisme et son public à l’épreuve du terrain. Penser avec Dewey contre Dewey. In: Karsenti, B., Quéré, L. (Eds), La croyance et l’enquête. Éditions de l’EHESS, Paris, pp. 195–226.

Talpin, J., 2006. Jouer les bons citoyens. Les effets contrastés de l’engagement au sein de dispositifs participatifs. Politix 75, 13–31.

Thévenet, M., 1992. Le management participatif : un problème plutôt qu’une solution. Revue française de gestion 88, 67–106.

Wilkinson, A., et Fay, C., 2011. New Times for Employee Voice? Human Resource Management 50 (1), 65–74.

Zask, J., 2011. Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation. Le Bord de l’Eau, Lormont.

Zimmermann, B., 2011. Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels. Economica, Paris.

Haut de page

Notes

1 Pensons par exemple à sa conception très enthousiaste de l’expérience participative, dont elle n’offre aucun outil pour penser la négativité (Stavo-Debauge, 2012). Elle se contente en effet d’en penser les « bénéfices » sans considérer les coups et les coûts inhérents à l’engagement dans la participation (Charles, 2012a).

2 Quatre lois venant modifier le Code du travail ont été promulguées en 1982, à l’initiative du ministre du travail Jean Auroux : la loi n°82-689 du 4 août 1982 relative aux libertés des travailleurs dans l’entreprise, la loi n°82-915 du 28 octobre 1982 relative au développement des institutions représentatives du personnel, la loi n°82-957 du 13 novembre 1982 relative à la négociation collective et au règlement des conflits collectifs du travail, et la loi n°82-1097 du 23 décembre 1982 relative aux comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

3 L’intérêt des spécialistes en management pour la participation directe des salariés ne date pas des années 1990. Dès 1951, des travaux menés dans le cadre du Tavistock Institut montrent l’importance des petits groupes et des relations horizontales, en particulier pour résister aux travaux stressants (descendre au fond de la mine, par exemple). Voir également Coch et French, 1948. Le toyotisme en offre encore une autre illustration.

4 Sociologie du travail 28 (3), pp. 231-386. On trouve dans ce numéro spécial un inventaire détaillé des principaux travaux sociologiques engagés avec le soutien du ministère de la Recherche et de la technologie auxquels la mise en place de ce nouveau droit a donné lieu.

5 Alors que les années 1980 ont constitué un temps fort dans l’appropriation de la question participative par la sociologie du travail, les politistes associent cette période à une « grande éclipse » de la participation dans leur discipline (Blondiaux et Fourniau, 2011, p. 13).

6 Circulaire du 23 février 1989 relative au renouveau du service public (NOR : PRMX8910096C), publiée au Journal officiel de la République française le 24 février 1989, pp. 2526–2529. En ligne : www.legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=19890224&pageDebut=02526&pageFin=02529

7 Pour lesquels nous avons préféré adopter une présentation transversale et thématique plutôt qu’au cas par cas, afin de mieux en souligner les différences et les convergences.

8 Conformément à l’usage que nous faisons ici de l’adjectif « expérimental », nous utilisons dans la suite du texte le terme d’« expérimentation » non pas au sens d’une recherche délibérément orientée vers l’innovation et la production de choses ou de savoirs novateurs, mais au sens d’éprouver et de connaître par expérience que lui donne John Dewey (2003).

9 Si le lien opéré par Dewey entre la participation et la logique de l’enquête nous paraît heuristique, il nous semble cependant nécessaire de nous attarder davantage qu’il ne le fait sur les conditions de l’enquête sociale, de même que sur les dispositions à participer, qui ne sont pas nécessairement également partagées par tous. Pour le dire rapidement, il s’agit de rompre avec une vision trop irénique de la participation pour interroger ses attendus et ses conditions, ses effets et ses conséquences, de manière différenciée en fonction des personnes et des environnements. Sur cette critique adressée à Dewey, voir également Stavo-Debauge et Trom, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anni Borzeix, Julien Charles et Bénédicte Zimmermann, « Réinventer le travail par la participation. Actualité nouvelle d’un vieux débat »Sociologie du travail, Vol. 57 - n° 1 | 2015, 1-19.

Référence électronique

Anni Borzeix, Julien Charles et Bénédicte Zimmermann, « Réinventer le travail par la participation. Actualité nouvelle d’un vieux débat »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 57 - n° 1 | Janvier-Mars 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1770 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1770

Haut de page

Auteurs

Anni Borzeix

Pôle de recherche en économie et gestion (PREG), UMR 7176 École Polytechnique — CNRS, Bâtiment Ensta, 828 Boulevard des Maréchaux, 91762 Palaiseau Cedex, France

Articles du même auteur

Julien Charles

Centre socialiste d’éducation permanente (CESEP) et Centre de recherche interdisciplinaire Démocratie, Institutions, Subjectivité (CriDIS-UCL), 47 rue de Charleroi, 1400 Nivelles, Belgique

Bénédicte Zimmermann

(auteur correspondant)
Centre Georg Simmel, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), 96 boulevard Raspail, 75006 Paris, France
bzim[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search