Navigation – Plan du site
Articles

Fortune d’une catégorie : la souffrance au travail chez les médecins du travail

The fate of a category, “suffering at work”, among doctors in occupational medicine
Scarlett Salman
p. 31-47

Résumés

Depuis une dizaine d’années, les médecins du travail utilisent la catégorie de « souffrance au travail » pour désigner ce qu’ils considèrent comme de nouvelles pathologies du travail. Cet article propose d’analyser la diffusion dans la médecine du travail de cette catégorie, qui révèle l’influence d’un courant de psychologie, la psychodynamique du travail, sur cette profession. L’enquête qualitative menée auprès de médecins du travail montre l’appropriation de la notion de souffrance au travail par une large partie d’entre eux. Plus particulièrement, une fraction active et militante l’utilise pour défendre une nouvelle conception du mandat de la médecine du travail, centrée sur la pratique clinique, dans une attention accrue à la souffrance subjective des travailleurs. Notre analyse montre que, dans un contexte d’inquiétude sur l’avenir institutionnel de la médecine du travail, qui avive le sentiment de dévalorisation d’une profession marquée dès son origine par une quête de légitimité, la catégorie de souffrance au travail permet à ces médecins de conquérir de nouveaux territoires et de trouver un nouveau souffle en transformant leur vocation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier François Vatin et Ugo Rollin pour leurs relectures et leurs suggestions. Je remercie également les membres du Réseau thématique 23 « Travail, activité et technique » de l’Association française de sociologie et les participants du colloque « Santé, Travail, Sciences Humaines » organisé par le Gris pour leur remarques constructives.

Texte intégral

  • 1 Cette production franco-belge, sortie en France le 8 février 2006, a joui d’un petit succès de sall (...)
  • 2 Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil.
  • 3 Les TMS désignent un ensemble d’atteintes des muscles, des tendons et des nerfs, engendrées par des (...)

1En 2006, un documentaire, Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés1, porte à l’écran des entretiens de salariés avec des médecins du travail. Les réalisateurs2 entendent montrer la « souffrance au travail ». Depuis quelques années, les médecins du travail relatent une souffrance qui s’exprimerait lors des visites médicales. Derrière ce terme, ils rassemblent des phénomènes qu’ils identifient comme de « nouvelles pathologies » dans leur tableau clinique, tels que le stress, le harcèlement moral, mais aussi les troubles musculosquelettiques (TMS)3. Pourquoi ces praticiens utilisent-ils aujourd’hui l’expression de « souffrance au travail » pour qualifier les effets subjectivement négatifs du travail sur les individus ? D’où vient-elle ? Comment s’est-elle diffusée dans leur profession ?

  • 4 La normalité est qualifiée de « normalité souffrante » (Dejours, 1998, p. 43) et définie comme un « (...)

2Depuis une quinzaine d’années, un rapprochement s’est opéré entre une fraction importante de la médecine du travail et un courant de psychologie du travail, la psychodynamique du travail, fondé au début des années 1990 par le psychiatre et psychanalyste Christophe Dejours. Ces praticiens cherchent dans les écrits de C. Dejours des clefs pour traiter le mal-être exprimé par les travailleurs dans le secret de l’entretien médical. Pour C. Dejours, les maladies mentales liées au travail gardent un caractère exceptionnel : tout le monde ne fait pas une dépression nerveuse en raison de son activité professionnelle ; en revanche, tout le monde « souffre » au travail. Le rapport subjectif « normal » au travail est caractérisé selon C. Dejours par la souffrance et la lutte contre celle-ci4.

  • 5 Les SIE sont des associations loi 1901 auxquelles adhèrent les employeurs, selon une obligation lég (...)
  • 6 On trouve des SA dans les entreprises de plus de 400 salariés et obligatoirement dans celles de plu (...)

3Nous avons réalisé deux enquêtes qualitatives concernant l’influence de la psychodynamique du travail sur la médecine du travail, respectivement de cinq mois en 2005 et de deux mois en 2007. Une vingtaine d’entretiens semi-directifs ont été effectués en 2005 et une dizaine en 2007. Les interviewés sont en majorité des médecins du travail : une partie d’entre eux exerce en services interentreprises (SIE), c’est-à-dire dans des structures associatives surveillant la santé de salariés de plusieurs entreprises, dirigées par les employeurs de ces dernières et bénéficiant d’un encadrement juridique qui vise à garantir l’indépendance des médecins5 ; d’autres pratiquent en service autonome (SA), c’est-à-dire dans l’entreprise de laquelle ils sont salariés6 ; un des interviewés travaille dans le service public (« médecin de prévention »). Plusieurs occupent des fonctions spécifiques : un médecin-inspecteur régional du travail, trois universitaires et le médecin-conseil de l’association des employeurs des SIE. La plupart ont une position influente dans la profession : certains ont des responsabilités syndicales ou associatives ou une fonction de conseil au sein de leur SIE. Cet échantillon a été complété par des médecins sans activité extérieure ou fonction particulières. Plusieurs hauts fonctionnaires de l’inspection médicale du travail au ministère ont été rencontrés. L’enquête de 2005 a été réalisée en région parisienne ; en 2007, afin d’atténuer le biais constitué par la proximité géographique avec la formation dispensée par C. Dejours au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), nous avons aussi interrogé des médecins du travail de Rouen, d’Orléans et de Lyon. Nous avons mené, par ailleurs, une analyse systématique d’une revue interne à la profession, les Cahiers SMT et de deux ouvrages de C. Dejours, Souffrance en France (1998) et Travail, usure mentale (2000).

4Notre enquête empirique montre l’appropriation de la notion de souffrance au travail par une large partie de la profession, au sein de laquelle une minorité militante et influente l’utilise dans la perspective d’une refondation des pratiques professionnelles. En effet, un réseau de médecins du travail, réunis autour de l’association Santé et médecine du travail (SMT) depuis la fin des années 1970, mobilise la notion de « souffrance au travail » pour dénoncer celle-ci et revendiquer une pratique de la médecine du travail qui puisse la combattre. Ces médecins entretiennent des liens intellectuels avec C. Dejours et cherchent à intégrer les apports de la psychodynamique du travail dans leurs pratiques. La problématique professionnelle portée par l’association SMT semble s’affirmer depuis quelques années et dessiner une tendance actuelle de la médecine du travail. Suivre la diffusion de la catégorie de souffrance au travail nous permet de repérer par quels groupes et individus et au nom de quelles conceptions cette tendance s’affirme, mais aussi où elle trouve ses limites et ses contradicteurs.

5Souvent incompris par les salariés et par les employeurs, critiqués pour leur impuissance, les médecins du travail semblent trouver, via la catégorie de souffrance au travail, une définition nouvelle et valorisante de leur mandat. Le déplacement du regard vers la « normalité souffrante » élargit, en effet, leur champ d’action : acteurs de la prévention, les médecins du travail peuvent repérer la souffrance psychique lors de l’entretien médical et la soulager, dans le face-à-face avec l’individu ou en essayant d’agir sur l’organisation du travail.

  • 7 La clinique désigne l’observation du malade à son chevet et, pour le médecin du travail, les entret (...)

6Dans une première partie, nous dégagerons les étapes de la construction sociale et professionnelle de la notion de souffrance au travail dans la médecine du travail, et le sens que revêt la catégorie pour les différents acteurs. Puis, nous analyserons dans une perspective de sociologie des professions les enjeux de la diffusion de cette catégorie dans la médecine du travail, ainsi que les limites qu’elle rencontre. Le cœur de notre propos sera de montrer dans quelle mesure la catégorie de souffrance au travail permet à une profession dévalorisée de trouver une nouvelle légitimité en transformant sa vocation : c’est en dénonçant la souffrance au travail et en affichant la part clinique7 de son activité que la médecine du travail semble trouver aujourd’hui un nouveau souffle en France.

1. Une construction sociale et professionnelle de la notion de souffrance au travail

1.1. La psychodynamique du travail de Christophe Dejours : la naissance de la catégorie

  • 8 Même si d’autres constructions du mal-être au travail sont aussi mobilisées par les médecins du tra (...)
  • 9 Alors que P. Sivadon s’inscrit dans une perspective réformiste, L. Le Guillant, membre du Parti com (...)
  • 10 Un grand nom de la psychopathologie du travail, Claude Veil, qualifie ces dix années de « traversée (...)
  • 11 Pour une généalogie des chaires du CNAM : Le Bianic, 2004.
  • 12 Alors que la psychanalyse était honnie du Parti communiste des années 1950 et de Le Guillant, qui s (...)
  • 13 Cette formation en ergonomie est jugée essentielle par C. Dejours : « Les recherches qui devaient c (...)
  • 14 L’objectif politique — combattre la souffrance au travail produite dans le système néolibéral — pas (...)

7Les travaux de C. Dejours sont à l’origine de la construction scientifique de la catégorie de souffrance au travail8. Médecin psychiatre, psychanalyste, formé à la médecine du travail et à l’ergonomie, C. Dejours entend renouveler le questionnement de la psychopathologie du travail. Discipline fondée dans les années 1950 quasi simultanément par des médecins psychiatres aux orientations politiques divergentes, Paul Sivadon et Louis Le Guillant9, la psychopathologie du travail étudiait le travail dans une perspective psychiatrique, analysant le rapport subjectif de l’homme à son travail. En publiant en 1980 Travail, usure mentale, sous-titré Essai de psychopathologie du travail, C. Dejours se présente à la fois en héritier de cette tradition et comme celui qui relance la discipline, silencieuse depuis la fin des années 196010. En 1990, il est nommé à la chaire de psychologie du travail au CNAM et la fait rebaptiser « chaire de psychopathologie du travail »11. En 1993, il substitue l’expression de « psychodynamique du travail » à celle de psychopathologie, exprimant ainsi sa volonté de refonder la discipline. La refondation est marquée par l’orientation psychanalytique12 de C. Dejours et son passage par l’ergonomie13 : la psychodynamique du travail met l’accent sur le fonctionnement psychique des individus selon un modèle psychanalytique et porte une attention particulière à l’organisation du travail à partir des apports de l’ergonomie. Le concept clef devient la notion de « souffrance mentale ». La réflexion de C. Dejours sur les mécanismes psychiques conduisant à la souffrance au travail est popularisée par la parution en 1998 de Souffrance en France, la banalisation de l’injustice sociale, essai politique14, qui connaît un vif succès en librairie. Au cours des entretiens que nous avons menés avec des médecins du travail, ce fut le seul écrit de C. Dejours qu’ils ont cité. La plupart des médecins du travail que nous avons interrogés retiennent surtout que l’organisation du travail — en particulier, les « nouvelles formes d’organisation du travail » — engendrent une souffrance psychique.

1.2. Rencontres entre psychodynamique et médecine du travail

  • 15 Les liens entre la médecine du travail et le CNAM préexistent à l’arrivée de C. Dejours : des médec (...)

8Certains lieux et certaines personnes jouent un rôle important dans la diffusion de la psychodynamique dans la médecine du travail et participent ainsi à la construction sociale de la catégorie de souffrance au travail. Nous présentons ici quelques éléments sans prétendre à l’exhaustivité. Le laboratoire d’ergonomie d’Alain Wisner est, au début des années 1980, un lieu clé pour la rencontre entre la psychopathologie et la médecine du travail15. C. Dejours s’y est formé à l’ergonomie et fonde, notamment avec une ergonome, Dominique Dessors, et un psychiatre, Bernard Doray, l’Association pour l’ouverture d’un champ d’investigation en psychopathologie du travail (AOCIP). Un médecin du travail d’EDF, Christian Jayet, intègre l’équipe et lui ouvre, par sa pratique, des terrains d’observation : un médecin du travail contribue ainsi tôt à l’élaboration de ce qui deviendra la psychodynamique du travail.

9Dès le début des années 1980, après la parution de Travail, usure mentale qui donne à C. Dejours une première notoriété, d’autres médecins du travail s’intéressent à ses travaux. En effet, à la fin des années 1970, un petit groupe de médecins du travail fonde le syndicat Santé et médecine du travail (SMT), dans la filiation du Syndicat de la médecine générale, SMG, syndicat de gauche contestataire qui rêve de repenser l’ensemble des pratiques médicales. Dominique Huez, leur vice-président, se forme à l’ergonomie au début des années 1980 dans le laboratoire d’A. Wisner où il rencontre C. Dejours, toujours hébergé en son sein. D. Huez est une des figures les plus revendicatrices de la profession, ce que rend possible la position singulière qu’il occupe depuis le début de sa carrière, au début des années 1980, comme médecin du travail en service autonome dans une grande entreprise publique où la CGT, dont il est membre actif, est bien implantée. Il juge décisive sa rencontre avec la psychopathologie :

  • 16 TPB signifie « Travaux pratiques du cycle B ». Il s’agit d’une recherche approfondie en ergonomie d (...)

« Et puis, en enseignant l’ergonomie, j’étais de plus en plus mal à l’aise : j’étais pas ergonome. D’ailleurs j’avais fait mon TPB16 pour expliquer qu’on pouvait pas être ergonome et médecin du travail en même temps. Donc c’était assez logique avec ce que je pensais. [...] L’ergonomie, elle s’intéresse à l’opérateur : c’est purement cognitif, mais... bon, y’a pas de subjectivité en dessous. Pour un médecin ça va pas. Et donc, à un moment donné, avoir une approche théorique qui permet d’intégrer la question de la subjectivité, et la souffrance, c’est intéressant. »

  • 17 Dans ce propos, il nous semble y avoir ambiguïté entre un sens scientifique et un sens politique de (...)
  • 18 Et qui sont traditionnellement attribués à la pratique clinique de la médecine : « Cet accès à l’in (...)
  • 19 Cette application a entraîné un travail d’adaptation et de traduction : par exemple, l’intervention (...)

10L’ergonomie est ici présentée comme une discipline technicienne qui serait du côté d’un opérateur objectivable et non de celui du travailleur pris dans sa subjectivité et son humanité17, au contraire de la psychodynamique du travail selon D. Huez. Ce dernier valorise en effet la psychodynamique parce qu’il considère qu’elle satisfait aux exigences humanistes qu’il projette sur la médecine en général18. À la fin des années 1980, le réseau SMT se fait le porte-parole de la psychodynamique, prônant une application de ses principes aux pratiques de la médecine du travail19. Si la psychodynamique apparaît comme une révélation pour ces médecins du travail, réciproquement leur travail de terrain, leurs écrits, contribuent à l’élaboration des recherches de C. Dejours.

  • 20 Sa famille a hébergé des membres du FLN en Algérie dans les années 1950.
  • 21 Il fait un TPB (voir note 16).

11Une seconde rencontre décisive pour l’histoire croisée de la psychodynamique et de la médecine du travail est celle qui s’opère entre C. Dejours et Philippe Davezies, alors jeune médecin du travail devenu enseignant-chercheur. Héritier d’une culture familiale de l’engagement20, P. Davezies conçoit son entrée dans la médecine du travail comme une vocation sociale. Il se forme à l’ergonomie au CNAM21 mais se tourne assez vite vers la psychopathologie. Au milieu des années 1980, il se fait connaître de C. Dejours par un article où il pointe ce qu’il considère être les limites des conceptions ergonomiques, qui ne prennent pas en compte la place du psychisme dans l’activité selon lui.

  • 22 On retrouve la même ambiguïté que dans le propos de D. Huez entre un sens scientifique et un sens p (...)

« J’étais tombé sur des questions dont on ne pouvait pas, de façon absolument manifeste, rendre compte simplement avec les conceptions de l’ergonomie à l’époque. C’est-à-dire : rendre compte des situations en termes d’une rationalité de l’activité. En fait, les gens, ils faisaient des choses qui n’étaient pas du tout rationnelles du point de vue de l’activité, si vous avez une visée de l’activité en termes d’adaptation, l’activité pilotée par le souci d’économie, de s’économiser, trouver les chemins les plus efficaces à moindre coût, etc., ce qui est quand même un arrière-fond de la pensée ergonomique22. Non, les gens faisaient des choses qui échappaient complètement et qui relevaient de la psychopathologie, des phénomènes de dégradation de l’activité. Et j’avais écrit un papier qui tâtonnait un peu sur la recherche de modèles d’interprétation. Je l’avais envoyé à Dejours et c’est à partir de ce moment-là qu’ils [l’AOCIP] ont pris contact avec moi. »

12Il participe alors aux réunions de l’AOCIP, à Paris, le soir, bien qu’il habite Lyon. Il devient un fervent promoteur de la psychodynamique du travail auprès des médecins du travail avant de s’éloigner de ce courant et de C. Dejours vers la fin des années 1990, comme nous le verrons un peu plus tard.

  • 23 Ce qui intéresse J.‑F. Caillard dans cet article sur le traumatisme crânien est que C. Dejours pren (...)
  • 24 Il cite par exemple « le stress visuel », problèmes de vue apparus suite à l’usage des premiers ter (...)

13Il importe de souligner que la diffusion de la psychodynamique dans la médecine du travail a également été le fait d’acteurs moins politiquement à gauche, qui ont collaboré moins étroitement avec C. Dejours et son équipe, mais ont contribué à la promotion de la catégorie de souffrance au travail. Un acteur significatif de cette position est un universitaire influent de la médecine du travail, Jean-François Caillard, qui revendique une position étrangère à tout courant. Entré dans la médecine du travail sans vocation particulière, il est marqué par sa rencontre avec les malades de la silicose du bassin minier de Lille et découvre C. Dejours par un article à la fin des années 197023. Il s’intéresse ensuite à la psychopathologie qu’il juge centrale pour comprendre les changements qu’il observe dans la santé au travail et qu’il attribue à l’introduction des nouvelles technologies24 au début des années 1980. Il cherche à promouvoir dans les années 1990 l’approche de la psychodynamique auprès des médecins du travail, en gardant ses distances avec le courant SMT.

14Ces trois acteurs de la diffusion de la psychodynamique dans la médecine du travail, bien qu’ayant des positions différentes, ont en commun d’avoir une conception engagée de la médecine du travail et un attrait initial pour les questions du psychisme et de la subjectivité. Leur engagement passe ainsi, pour des raisons différentes, par l’attention à la souffrance subjective. Ce trait correspond en partie au contexte social et culturel d’une société plus sensible au thème du mal-être (Loriol, 2000). De plus, il faut rappeler, comme l’a fait J.‑F. Caillard lors de notre entretien, que la fréquence d’accidents brutaux ou de maladies mortelles réduisant significativement l’espérance de vie (comme la silicose) a considérablement diminué au cours du xxe siècle. L’intérêt pour la souffrance psychique naît aussi de la réduction de la dangerosité physiologique du travail.

1.3. La construction concrète : diffusion et résistances

15Comment la thématique de la souffrance au travail, et sa conceptualisation par les théories de C. Dejours, se sont-elles diffusées dans la communauté des médecins du travail ?

  • 25 En plus de leur revue annuelle, Les Cahiers SMT, trois ouvrages collectifs sont parus entre 1994 et (...)
  • 26 Environ un tiers, selon les Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, février 2 (...)
  • 27 Le Syndicat national des professionnels de la santé au travail.

16Le réseau SMT est une petite structure : environ 200 personnes y seraient passées depuis sa création mais ce chiffre faible ne doit pas masquer l’audience assez large qu’est parvenu à se créer le réseau grâce à un militantisme actif. Ses membres publient25 et organisent des réunions en région parisienne. Ils investissent les congrès de médecine du travail, organisés tous les deux ans par les sociétés régionales de médecine du travail, qui rassemblent une grande partie de la profession26. Le syndicat majoritaire des médecins du travail, le SNPST27, est proche des positions de SMT sur nombre de sujets.

17Les congrès biannuels de médecine du travail sont des lieux stratégiques. En 1990, J.‑F. Caillard coorganise les Journées nationales de médecine du travail à Rouen et décide d’inviter C. Dejours pour présenter la psychopathologie du travail :

  • 28 Dans ces conceptions, le stress est une réaction à des agressions : il s’agit de développer face à (...)

« J’avais organisé personnellement ce thème. C’était la première fois qu’on parlait de santé mentale au travail autrement qu’en termes d’insertion des handicapés mentaux. Je m’étais battu pour introduire l’approche plus récente de la psychopathologie car la communauté ne comprenait pas bien ce que c’était. Ils avaient une approche agressologique28 du stress. »

  • 29 Fondée en 1906 à Milan.

18En 1998, il préside la Commission internationale de médecine du travail29 et organise à Copenhague le premier colloque international sur les facteurs psychosociaux au travail où sont examinés les principaux aspects de la souffrance au travail.

  • 30 Pour une définition, voir infra, Section 2.2.

19En 2004, aux journées de médecine du travail à Bordeaux, un des quatre thèmes principaux est la santé mentale au travail. Au dernier congrès, à Lyon, en 2006, l’expression « clinique médicale du travail »30 proposée par P. Davezies pour redéfinir la posture du médecin du travail semble avoir fait consensus auprès des praticiens rassemblés par le thème de la souffrance au travail.

20La diffusion de la psychodynamique du travail passe aussi par l’enseignement de cette discipline aux médecins du travail. Lorsque P. Davezies collabore étroitement avec C. Dejours, il organise des conférences dans diverses sociétés régionales de médecine du travail et invite les participants à se former au CNAM :

« Quand j’étais avec Dejours, j’ai passé un temps considérable à parcourir la France, parce que j’étais invité dans les sociétés de médecine du travail. Ça a servi à enraciner beaucoup cette tradition chez les médecins du travail. [...] Il y a eu toute une époque où j’ai fait un gros travail de promotion en allant dans les régions et en invitant les gens à aller se former. Donc ils allaient se former au CNAM. »

  • 31 Sur 300 heures. Cette initiative dépend actuellement des affinités personnelles des enseignants et (...)
  • 32 Ce chiffre est une estimation personnelle de l’universitaire : « Chaque colloque qu’organise Christ (...)
  • 33 Une participante psychologue du travail nous a rapporté qu’en 1995–1996, l’auditoire était composé (...)

21Dans les années 1990, il conseille à ses étudiants de compléter leur cursus par la formation du CNAM et introduit quelques années plus tard dans la formation initiale à Lyon trois jours de cours dédiés à la psychodynamique du travail31. J.‑F. Caillard estime que plus d’un tiers des médecins du travail, soit plus de 2 000, se sont formés à la psychodynamique du travail au CNAM32. Les médecins du travail suivent moins la lourde formation en DESS (Master 2) qui prépare au diplôme de psychologue du travail que la maîtrise33 (Master 1) ou encore les nombreux modules et séminaires offerts.

  • 34 La psychologue du travail interviewée juge qu’« ils donnaient l’impression de vouloir former des ba (...)
  • 35 Depuis 2005, la chaire occupée par C. Dejours s’intitule « Psychanalyse-Santé-Travail », confirmant (...)
  • 36 Voir infra, Section 2.1.

22Comment réagit C. Dejours à cet afflux de médecins du travail ? Fondant une école de pensée, il a intérêt à former un auditoire34 qu’il n’avait peut-être pas anticipé et qui contribue à la popularité de ses thèses. Cependant, le poids relatif des médecins par rapport aux psychologues risque de jouer in fine en la défaveur de la psychodynamique, qui a davantage intérêt à s’enraciner dans son champ d’origine, la psychologie du travail, que dans celui de la médecine du travail. La psychodynamique peut en effet bénéficier de la diffusion que lui offre la médecine du travail mais elle doit sauvegarder son identité propre. Or, au mieux, la médecine du travail peut faire d’elle sa spécialité préférée mais le médecin du travail ne peut se transformer en psychodynamicien. Bien que médecin, formé à la médecine du travail, C. Dejours a davantage intérêt à être reconnu comme médecin psychiatre et psychanalyste35, plutôt que de courir le risque d’être enfermé dans l’étiquette « médecine du travail », pour des raisons qui tiennent aussi à la dévalorisation de cette dernière discipline36. Les tensions se cristallisent alors notamment autour de la collaboration avec P. Davezies, qui représente cette omniprésence de la médecine du travail.

« Ils [le laboratoire de psychologie du travail] en avaient des cargaisons [des médecins du travail] ! À un moment, ils ont protesté sur le fait qu’il y en avait trop de Rhône-Alpes. [...] Mais à un moment ils ont mis une espèce de frein à ce mouvement. [...] Je pense qu’il y avait beaucoup de difficultés qui ont tenu au fait que c’était un laboratoire de psychologie du travail, dans lequel les gens qui étaient là étaient psychologues, qui venaient pour faire carrière, et en fait, des gens comme moi et les médecins du travail, on faisait un poids très considérable dans la psychodynamique du travail. Il y a eu des histoires de pouvoir mais aussi des histoires assez légitimes du fait qu’ils souhaitaient développer des communautés dans leur propre milieu professionnel. », entretien avec P. Davezies.

  • 37 Il engage les médecins du travail à construire une véritable spécialité de médecine du travail, qui (...)
  • 38 P. Davezies est considéré comme un « psychodynamicien » dans la médecine du travail.
  • 39 Une douzaine existent aujourd’hui en France, dont neuf en province. La consultation est d’abord un (...)

23Après cet éloignement, P. Davezies centre encore davantage sa réflexion sur le métier de médecin du travail37, qu’il propose de refonder à partir de la psychodynamique38. On peut alors parler d’un schisme puisqu’il s’agit de deux redéfinitions disciplinaires et professionnelles d’un socle commun — la psychodynamique — : d’un côté les médecins du travail avec la « clinique médicale du travail », de l’autre les psychologues du travail d’orientation psychanalytique avec la psychodynamique du travail. Des liens se maintiennent cependant entre les deux parties. C. Dejours poursuit notamment sa collaboration avec un réseau de médecins-inspecteurs du travail et une psychologue clinicienne psychanalyste, qui a contribué à la diffusion de la catégorie de souffrance au travail par la création de la première consultation spécifique « Souffrance et Travail »39 en 1995. Le courant de C. Dejours cherche ainsi un équilibre entre une diffusion dans la médecine du travail, qui correspond aussi à une visée politique (dénoncer et combattre la souffrance au travail), et le risque de se laisser enfermer ou dépasser par elle sur un plan disciplinaire.

1.4. L’adhésion des médecins du travail

24La catégorie de souffrance au travail s’est diffusée dans une large partie de la médecine du travail. Comment les médecins expliquent-ils l’intérêt qu’ils ont pour cette catégorie ?

25Les interviewés rapportent qu’ils sont de plus en plus souvent confrontés à l’expression d’une souffrance psychique :

« Mais j’ai des gens qui pleurent ! qui s’effondrent en larmes dans mon bureau. D’ailleurs, on a des boîtes à mouchoirs... Tous les jours, j’en ai au moins deux ou trois, que ce soient des hommes, ou des femmes. Même l’employeur se plaint ! Le mal-être est réel. Ils sont rares, ceux qui sont bien au travail... Il y a de plus en plus de suicides sur le lieu de travail ! Bon, je ne suis pas psychiatre pour vous donner l’analyse du pourquoi, mais c’est une réalité. », médecin en SIE.
« C’est ce qu’on rencontre au quotidien dans la médecine du travail, beaucoup de souffrance. », médecin de prévention.

  • 40 Les « nouveaux risques » sont d’ailleurs désignés comme « psychosociaux » ou « organisationnels », (...)

26Les médecins du travail se décrivent avant tout comme des praticiens, confrontés à des situations qui les désemparent, qui trouvent dans la psychodynamique des outils pour les aider dans leur pratique quotidienne : le lien de causalité entre organisation du travail et souffrance en est le principal levier40.

« Je m’y retrouve bien, parce que c’est ce qu’on rencontre et il nous a donné, alors c’est peut-être pas la bonne, mais moi elle me convient, une explication un petit peu de ce que l’on rencontre, et sur les organisations, parce que beaucoup de souffrance est liée à l’organisation au travail. », médecin de prévention.

« Eh bien, par exemple, quand Christophe Dejours parle de l’organisation du travail, c’est important de connaître, un petit peu, de décortiquer la façon dont ça se passe, de voir qu’il décrit les collectifs de travail et à quoi ça sert. [...] Bon, ça, quand vous n’avez aucune notion de tout ça, vous n’arrivez à rien repérer dans les entreprises quand vous allez voir et que vous essayez d’analyser ce qui se passe. », médecin-inspecteur du travail.

27La diffusion de la lecture psychodynamique s’explique également par la résonance qu’elle a avec une critique spontanée de l’économicisation du monde, répandue chez des médecins qui ont une vocation sociale, comme en témoigne la diatribe de ce médecin qui ne connaissait pas le nom de C. Dejours :

« Il y a le fait qu’il y a une souffrance au travail indépendamment du patron harceleur. On demande aux travailleurs d’en faire toujours plus ! [...] Aujourd’hui on vous dit : vous avez travaillé, je vous ai payé. Vous partez par la petite porte. Si vous voulez, il y a une violence au travail. Il y a la perte de la reconnaissance “sociale”, ou je ne sais pas comment on pourrait dire ça, du travail accompli. [...] Aujourd’hui, ces valeurs ont disparu. Pourquoi ? Je me doute pourquoi, j’ai ma vision des choses mais... Parce que je pense que, depuis quarante ans, des économistes de tous bords, ce que j’appelle moi des aventuriers économistes, ont introduit la mesure partout, même à l’hôpital : combien de compresses ça coûte une injection ? Mais ils ne sont pas capables de mesurer l’anxiété du patient qui va recevoir l’injection, qui va, j’allais dire vous faire tourner en bourrique pendant une demi-heure pour pas recevoir son injection. Il la recevra. Mais l’économiste ne mesure pas ce temps-là. Et aujourd’hui dans le monde du travail, on a introduit la mesure partout. [...] Si vous voulez, l’introduction de la mesure dans le monde du travail, c’est-à-dire la performance, tout cela, a quelque part déshumanisé le travail, et ça, je vous l’écris noir sur blanc, ça touche tous les secteurs économiques. »

  • 41 Ils ne sont pas tous liés à SMT.
  • 42 Des analyses de Souffrance en France montrent à l’inverse que les salariés « consentent » à la souf (...)

28Cette vocation sociale s’exprime chez plusieurs interviewés41. Or les analyses psychodynamiques telles qu’elles sont interprétées par les médecins du travail42 permettent de soulager le salarié en lui enlevant une part de responsabilité, comme l’explique ce médecin :

« C’est vrai qu’il [C. Dejours] nous donne une analyse, on l’utilise, et quand on la propose aux gens, de leur expliquer un petit peu leur souffrance... parce que ça les aide quand même de savoir pourquoi ils souffrent, parce que quelquefois ils ne sont pas capables d’analyser, ils se remettent en question, et donc on leur dit, et ça les soulage énormément. »

29C’est l’aspect « collectif » de l’analyse psychodynamique souvent mis en avant par ses promoteurs : ce n’est pas l’individu qui est en cause mais l’organisation du travail.

30La catégorie de souffrance au travail a du sens pour une grande partie des médecins du travail. La fraction militante et active de la profession réunie autour du réseau SMT part de la dénonciation de cette souffrance pour proposer une orientation nouvelle du métier des médecins du travail, plus centrée sur les difficultés psychologiques éprouvées par les individus au travail. La diffusion de la catégorie semble révéler l’affirmation d’une tendance plus générale de la médecine du travail, autour de la valorisation de la pratique clinique. Comment se fait le lien entre un usage dénonciateur de la catégorie de « souffrance au travail » et des revendications proprement professionnelles ?

2. La diffusion du thème de la « souffrance au travail » chez les médecins du travail, un enjeu professionnel ?

2.1. Une profession en quête de légitimité

  • 43 INSEE.
  • 44 L’avis d’aptitude est exigé à l’embauche.
  • 45 « La moyenne hebdomadaire est de 32 heures de travail par semaine, dans un contexte de pénurie... C (...)

31On dénombre aujourd’hui environ 7000 médecins du travail43. Ils partagent leur temps entre les visites médicales obligatoires pour tous les salariés et l’observation des conditions de travail. Lors des visites médicales, qui représentent la majeure partie de leur activité, ils rendent parfois des avis d’aptitude ou d’inaptitude44 et peuvent recommander des arrêts de travail. La profession est très féminisée : près de 70 % des médecins du travail sont des femmes en 2005. Le temps partiel est un mode d’exercice de la profession répandu, en particulier chez les femmes (Piotet, 2002). Les horaires réguliers de cette profession ainsi que la possibilité de l’exercer à temps partiel en constituent d’ailleurs un des principaux attraits, mais renforcent aussi sa dévalorisation, en particulier au sein du ministère du Travail45.

  • 46 Par exemple : « Mais oui ils sont utiles ! », Le Nouvel Observateur, 2004.
  • 47 F. Piotet rapporte de ses entretiens que certains se vivent comme des médecins « castrés » ou des « (...)

32Leur mission est de protéger la santé des travailleurs mais ils n’ont qu’un rôle consultatif auprès de l’employeur. Les médecins du travail ont également l’interdiction de prescrire : pour cette raison, ils sont souvent jugés inutiles46 par les salariés, qui parfois même les redoutent, pour le pouvoir qu’ils détiennent sur l’embauche par l’avis d’aptitude, et pour leur rôle de conseiller de l’employeur qui suscite une certaine méfiance (Buzzi et al., 2006). L’interdiction de prescrire semble participer à l’image péjorative que ces médecins ont en général de leur métier47. Cette « médecine singulière » (Dodier, 1993) est également jugée négativement par la profession médicale en général — le système du classement au concours de l’internat la place au dernier rang des spécialités médicales offertes ; surtout, les médecins du travail restent victimes de l’hostilité de la médecine libérale qui les a toujours vus comme des concurrents déloyaux et les dédaignent pour leur statut salarié.

  • 48 Les médecins du travail retiennent uniquement la loi de 1946 comme le texte fondateur de la médecin (...)
  • 49 L’idée date des années 1990 et est introduite dans la loi du 17 janvier 2002 dite de modernisation (...)
  • 50 L’organisme représentatif des SIE estime à environ 500 le nombre d’emplois créés pour les IPRP depu (...)
  • 51 Elle cherche également à accentuer la mission d’observation des conditions de travail, en portant à (...)

33Depuis sa fondation par les lois du 28 juillet 1942 et du 11 octobre 194648, la médecine du travail est prise dans un jeu de double contrainte puisqu’elle est chargée tout à la fois de protéger la santé des travailleurs et de conseiller l’employeur, ce qui peut s’avérer contradictoire. Elle joue toujours difficilement son rôle de prévention des risques pour la santé : les accidents du travail et les maladies professionnelles restent ainsi largement sous-déclarés (Buzzi et al., 2006). L’observation des conditions de travail demeure marginale dans l’activité des médecins du travail. Les évolutions législatives récentes semblent accroître le malaise de la profession. Avec l’harmonisation des politiques de santé au travail en Europe, les « services de médecine du travail » ont disparu au profit de « services de santé au travail »49, qui se dotent d’autres acteurs comme des ergonomes, des ingénieurs, des psychologues, des toxicologues... appelés intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP)50. Les médecins du travail s’interrogent sur leur statut dans cette nouvelle configuration. Certains craignent une limitation de leur indépendance. Par ailleurs, la dernière réforme de la médecine du travail, par le décret du 28 juillet 2004, limite la périodicité des visites médicales (tous les deux ans au lieu de tous les ans)51, ce que la plupart des médecins du travail interprètent comme une remise en cause du cœur même de leur activité. Enfin, la pénurie actuelle et à venir de médecins du travail suscite des inquiétudes sur l’avenir de la profession. Plusieurs interviewés nous ont parlé de la disparition à terme de la médecine du travail. Leur commentaire — en substance, la médecine du travail va certainement disparaître et ce n’est peut-être pas plus mal — confirme le découragement et le sentiment de dévalorisation vis-à-vis de leur profession.

2.2. Le fer de lance de la refondation du métier : revaloriser l’activité clinique du médecin du travail

  • 52 Non sans critiques et polémiques selon P. Davezies.

34Dans ce contexte, les éléments les plus revendicatifs de la médecine du travail, œuvrant à la refondation du métier, prônent une nouvelle posture autour de « la clinique médicale du travail ». Théorisée par P. Davezies à partir de la psychodynamique du travail, reprise par le réseau SMT52, la clinique médicale du travail désigne une pratique de la consultation médicale articulée autour d’une « écoute compréhensive » et d’une détection de la souffrance psychique :

  • 53 On retrouve la posture humaniste de valorisation de l’homme « sujet » et non « objet ».

« Nous n’entendons pas par là un pur et simple examen à mains nues du corps et de quelques fonctions d’un individu considéré comme un objet humain53. La clinique, en général, est une démarche de décryptage, de déchiffrage ; en permanence elle guide l’entretien et l’examen. Il s’agit donc au cours de chaque consultation de médecine du travail, de récolter des données, du matériau, aussi bien objectifs que subjectifs, sur le travailler [sic], sur la santé et sur le parcours professionnel et personnel pour permettre une description des interactions des uns sur les autres ; description qui soit aussi fine que possible. », SMT, 2006.

35Il s’agit de mettre le médecin au plus près de la souffrance des salariés :

« Les médecins du travail ont développé alors une forme particulière d’écoute, l’écoute compréhensive. La démarche compréhensive ne vise jamais à se substituer au sujet et s’en tient à entendre la souffrance exprimée et à la reconnaître, le faire savoir au sujet puis à l’accompagner, à l’assister ou à l’aider. “L’aider à quoi ? À penser, à analyser, à délibérer, à faire des choix, enfin à prendre des décisions.” [C. Dejours cité par les auteurs] », Article collectif, SMT, 2000.

36L’expression « entretien clinique » se substitue dans le discours des médecins du réseau SMT à « visite médicale ». Si ces médecins militants continuent d’affirmer que l’observation des conditions de travail est indispensable, ils défendent d’abord l’activité clinique comme étant constitutive de leur identité de médecin : « Il n’y a pas de médecine sans clinique, j’insiste », nous dit le vice-président, D. Huez. On retrouve ici l’accent mis sur l’importance de la prise en compte de la subjectivité, ce qui permet de rattacher la médecine du travail à la clinique, ciment mythique de toute la tradition médicale (Foucault, 1963).

37Cette défense de l’activité clinique est indissociable chez eux d’un combat plus global pour une médecine du travail engagée. D. Huez explicite dans l’entretien les objectifs de l’association :

« Dans cette espèce de choix d’articuler syndicalisme et corporatisme, rénovation professionnelle ou élaboration de règles professionnelles, on a gardé élaboration de règles professionnelles, ce qui va jusqu’à la refondation de la pratique médicale et d’une clinique médicale, donc c’est vrai que ça a le bras long. »

38Les médecins de SMT se présentent comme des missionnaires, comme en témoigne cet extrait de l’avant-propos de Des médecins du travail prennent la parole (1998) : « Les auteurs de cet ouvrage aiment leur métier et le croient utile à la société. [...] À travers cet ouvrage, ils croient faire œuvre collective afin que la réflexion qu’ils ont cristallisée contribue de façon positive à l’amélioration de la santé au travail ». Lorsqu’on demande à D. Huez comment il a été amené, avec d’autres, à créer un réseau à la fin des années 1970, sa réponse radicale rejoue une histoire longue de la médecine du travail :

« C’était en réaction à des pratiques de médecine du travail qui étaient des pratiques vétérinaires, de sélection, d’aptitude, eugéniques, de gestion de la santé, de subordination de la santé au travail et à l’économique, d’ignorance de la question de la santé au travail, d’ignorance des questions d’organisation du travail. »

39Il ne s’agit donc pas seulement d’ouvrir un nouveau territoire aux médecins du travail, comme pourrait le laisser penser ce propos tiré de l’ouvrage Des médecins du travail prennent la parole :

« Parce que la médecine du travail ne peut plus seulement s’intéresser aux maladies organiques : son métier doit aussi appréhender la dimension psychodynamique de la santé des salariés. »

  • 54 Cependant, il reste à savoir si la radicalisation qui accompagne cette revendication n’est pas le s (...)

40L’enjeu est de proposer une nouvelle définition du métier de médecin du travail, et ainsi de lui redonner un sens positif, voire de le sauver, dans un contexte institutionnel hostile54. Un médecin du travail s’interroge à juste titre :

« N’est-il pas surprenant de développer aujourd’hui cette question de la clinique médicale du travail, alors que nous avons eu plus de cinquante ans pour le faire ? », SMT, 2006

  • 55 Voir supra, Section 2.1.

41Face à la crainte répandue de voir disparaître les médecins du travail dans les services de santé au travail55, ce médecin répond que ce sont précisément ces services qui vont permettre aux médecins du travail de jouer leur « vrai » rôle. Elle considère en effet que le rôle du médecin du travail n’est pas d’assurer la prévention technique des risques professionnels et l’amélioration des conditions de travail. Au contraire, selon elle, cette mission les empêchait d’être de bons médecins du travail :

« De cliniciens, ils ont essayé de devenir préventeurs techniques des risques professionnels. », ibid.

42L’introduction d’autres intervenants dans les services de santé au travail libère selon elle les médecins et leur permet enfin de jouer leur rôle :

« Le renversement apporté par l’introduction des intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP) sur la scène de la prévention est sans doute le moment de replacer le médecin du travail dans son rôle central de clinicien. [...] Je vais donc essayer de vous démontrer que, loin de nous éloigner de l’action en entreprise, le développement de l’épaisseur de cette clinique va nous permettre d’affermir le poids de nos interventions. », ibid.

43Il semble ainsi que l’usage dénonciateur de la catégorie de souffrance au travail est associé chez cette fraction des médecins du travail à une volonté de défendre la légitimité de leur profession, souvent considérée comme impuissante par les différents acteurs, salariés, employeurs, pouvoirs publics et même par les praticiens eux-mêmes. L’approche psychodynamique relie la souffrance psychique, perceptible dans l’entretien clinique, à l’organisation du travail. Elle permet au médecin de dénoncer de nouvelles souffrances, d’assumer un rôle moralement positif. Ce dernier réinvestit ainsi à la fois l’activité clinique essentielle pour son identité de médecin, en particulier pour un médecin qui ne prescrit pas, et la mission d’amélioration des conditions de travail en dénonçant l’organisation du travail. En mettant en évidence la souffrance psychique et en cherchant son origine dans l’organisation du travail, le médecin du travail réalise donc théoriquement son rôle dans ce qu’il a de plus noble : articuler temps clinique et modification de l’organisation du travail. La psychodynamique du travail constitue ainsi pour ces praticiens un instrument puissant de revalorisation de leur profession et de réappropriation de leurs missions.

  • 56 La prophylaxie désigne l’ensemble des mesures prises pour prévenir l’apparition ou la propagation d (...)

44La conception classique de la médecine du travail était d’abord tournée vers la prophylaxie56, vers l’obtention de mesures concernant les conditions de travail, destinées à prévenir les maladies. Il est significatif du changement en profondeur de la vocation de la médecine du travail que les éléments les plus revendicatifs de la profession soient au contraire aujourd’hui ceux qui prônent une conception clinique du métier, au chevet du sujet souffrant.

2.3. La souffrance des médecins du travail

45Cependant, le succès de la psychodynamique du travail chez les médecins du travail trouve également sa source dans un effet de miroir : en dénonçant la souffrance des salariés, les médecins du travail s’autorisent à exprimer leur propre souffrance. La catégorie de souffrance au travail est aussi utilisée par ces médecins pour eux-mêmes. L’article « Paroles de médecins du travail » paru dans les Cahiers SMT en juin 2004 illustre le mélange entre l’expression de leur mal-être professionnel et la dénonciation des nouvelles conditions de travail dont sont victimes les salariés, entre la dénonciation de la souffrance des salariés et la leur propre devant leur impuissance à lutter contre celle-ci :

« Sommes-nous tous convaincus que notre métier perd du sens ? [...] En 1992, les rencontres au sein de notre association sont devenues, sans qu’on en prenne bien conscience au départ, l’expression de la souffrance des médecins du travail. [...] À cette occasion, de nombreux médecins du travail ont exprimé, certains avec une grande émotion, leurs difficultés à tenir dans des situations difficiles, à ne pas se sentir seuls, voire dépassés » (SMT, 2004).

46Ces praticiens s’emparent pour eux-mêmes des écrits de C. Dejours, qui deviennent un miroir de leur mal-être. Ils sollicitent d’ailleurs les conseils de C. Dejours pour les aider à exprimer leur souffrance et à trouver les moyens de sortir de leur mal-être. Ces médecins vont même jusqu’à justifier l’expression de leur souffrance, la présentant comme une manière d’améliorer leur pratique professionnelle :

« La souffrance vécue par les praticiens est au cœur de la réflexion sur leur exercice parce que l’accompagnement du sens de la souffrance de l’autre à travers une écoute intersubjective nécessite une attention à ce qui fait souffrance dans son propre métier. » (SMT, 1998, p. 64).

  • 57 La marginalisation d’un groupe de médecins du travail dont les manifestations sont jugées trop pers (...)
  • 58 Entretien avec un haut fonctionnaire de l’Inspection médicale du travail.

47Ces difficultés sont connues dans le monde de la médecine du travail. Certaines formes de leur expression tendent d’ailleurs à décrédibiliser le mouvement qui promeut la clinique médicale du travail57, voire la profession tout entière, auprès du ministère58, par exemple.

48Cet effet de miroir révèle que la dénonciation de la souffrance au travail est le fait d’une profession fragile, en quête de légitimité, prise dans les contradictions de son statut, entre sa position de salariée de l’entreprise et son mandat de protection de la santé des travailleurs.

2.4. Une critique de l’usage de la « souffrance au travail » : les résistances d’une conception plus traditionnelle de la médecine du travail

49Du fait même de sa rapide diffusion dans la communauté des médecins du travail, la notion de souffrance au travail est également la cible de critiques. Même si notre enquête, pour des raisons quantitatives, ne nous permet pas de dresser un type sociodémographique général des médecins qui formulent ces critiques, nous pouvons dégager les grands traits de cette conception. De plus, la littérature historique (Buzzi et al., 2006) nous confirme qu’il s’agit d’une conception plus traditionnelle de la discipline, dans la filiation de l’hygiène industrielle, centrée sur l’amélioration des conditions de travail, qui se nourrit de l’ergonomie introduite dans les années 1970 et s’en tient à cette dernière. Ses tenants considèrent que la subjectivité n’est pas l’affaire du médecin du travail mais celle du psychiatre :

« Ce n’est pas le rôle du médecin du travail de faire trop de clinique. Il faut essayer de limiter la souffrance mais ne pas remplacer le psychiatre ni le psychothérapeute. », médecin du travail en SIE.

50Les réactions critiques se focalisent sur la catégorie de « souffrance au travail ». Un médecin du travail occupant des responsabilités dans un service interentreprise s’insurge contre « un effet de mode ». Surtout, elle remet en cause la réalité de la souffrance et finit par s’interroger sur les transformations de la nature du travail :

« Je suis partie à l’étranger pendant cinq ans, dans un pays d’une pauvreté extrême. Je rentre et je vois qu’on ne parle plus que de ça ! D’abord on a parlé du harcèlement sexuel et maintenant on parle de souffrance au travail. Il me semble que ça n’a pas d’ampleur. Est-ce que le travail a vraiment changé ? »

51Il ne s’agit pas pour elle de nier les plaintes exprimées par les salariés, mais de trouver la réponse adaptée à leurs difficultés, réponse qui ne se trouve pas selon elle dans des explications à caractère psychologique :

« Il est possible aussi qu’une partie des souffrances au travail soit liée à des choses du poste de travail, des petites choses qu’on pourrait faire pour leur améliorer la vie, avant de partir dans la psychanalyse et la psychothérapie ! Un peu de bon sens dans notre métier ne ferait pas de mal. Dans l’usine où j’étais, en Roumanie, les gens de France, de l’entreprise, sont arrivés en disant : “il faut faire une étude sur le harcèlement moral”. Certes, mais ça n’est peut-être pas le problème primordial. »

  • 59 Il est l’un des derniers de sa génération à avoir obtenu le diplôme de médecin du travail par équiv (...)
  • 60 La spécialité d’origine du professeur Conso est la toxicologie : ses centres d’intérêt concernent l (...)

52Cette conception valorise le pragmatisme du « bon sens ». Un médecin du travail, ancien médecin militaire59, exprime la même sensibilité en louant « ces médecins du travail qui ont les pieds sur terre, comme Madame Conso60 par exemple ».

53Le médecin en SIE soulève un autre aspect de la critique : selon elle, la prise en compte du psychisme dans l’approche de la souffrance au travail individualise de facto le regard sur la santé au travail :

« C’est vrai que psychisme et collectif, ça ne fait pas bon ménage. [...] Il y a des médecins qui prennent beaucoup trop en compte, à mon avis, ces problèmes de souffrance mentale. C’est une dérive de la santé au travail. Jusqu’à présent, on prenait en charge les problèmes cliniques. On pourrait dire qu’on est content d’avoir trouvé ce type de problèmes. C’est une approche individuelle, partielle, trop clinique. »

54S’intéresser à la souffrance du salarié, recentrer l’activité du médecin du travail sur l’entretien clinique, c’est pour elle s’éloigner d’une approche collective de la santé au travail, c’est renoncer à l’action sur le terrain du travail. Quand on l’interroge sur ce qu’il faut faire, elle répond : « Aller beaucoup sur place, discuter avec les gens, être beaucoup plus des médecins du travail. » (elle insiste sur le dernier terme). Elle défend ainsi — avec autant de ferveur que les praticiens étudiés plus haut — une conception plus traditionnelle de la médecine du travail, davantage centrée sur l’observation des conditions de travail que sur l’entretien clinique. On pourrait qualifier cette conception de strictement ergonomique en cela qu’elle valorise l’observation directe de la réalité du travail. L’ancien médecin militaire, qui s’est formé à l’ergonomie au CNAM à la fin des années 1980, revendique cette posture :

« Il n’y a pas de bonne médecine du travail sans connaissance du monde du travail. Et la connaissance du monde du travail, c’est mettre les mains dans la graisse, faire marcher une rectifieuse, faire marcher un tour, comprendre la difficulté du travail. [...] Mais le rôle du médecin du travail a beaucoup évolué : c’est un peu l’interface entre l’homme et la technique. C’est comme ça qu’il faut le définir. »

3. Conclusion

55La diffusion de la catégorie de souffrance au travail, liée à l’influence de la psychodynamique du travail sur la médecine du travail, donne des éléments nouveaux à des acteurs toujours à la recherche de l’identité de leur profession. Mal-aimés des médecins libéraux, mal-aimés des salariés qui se méfient d’une éventuelle collusion avec l’employeur, mal-aimés des employeurs qu’ils embarrassent, les médecins du travail sont pris dans les ambiguïtés de leur statut : salariés d’entreprises dont ils doivent contrôler l’état sanitaire. Ont-ils jamais pu remplir la mission prophylactique qui a constitué leur vocation pendant la majeure partie de leur histoire ? L’histoire de la santé au travail en France, ainsi que, plus récemment, le drame de l’amiante, conduit à en douter.

56L’attention à la souffrance du travailleur les conduit à opérer un déplacement du regard vers l’activité clinique. Même pour les médecins qui s’intéressent peu à la question de l’activité clinique mais retiennent surtout la mise en évidence de la souffrance psychique comme effet d’une mauvaise organisation du travail, le thème de la souffrance au travail permet d’étendre le champ de compétence de leur profession, voire de réclamer la reconnaissance de nouveaux risques — les risques dits « psychosociaux » ou « organisationnels ». Au moment où le statut du médecin du travail semble menacé par l’harmonisation européenne, la revalorisation de son activité clinique — spécificité de sa fonction de médecin, protégée par le secret médical — rendue plus nécessaire en regard d’une souffrance qui se livre dans la confidence du colloque entre salarié et médecin, lui permet de faire valoir un argument conséquent dans la renégociation des positions au sein des services de santé. Du point de vue de la sociologie des professions, il s’agit moins ici de tentatives pour créer un segment professionnel à part entière, comme le montre Michel Castra (2003) à propos des soins palliatifs, que de l’ambition plus vaste de reformuler le mandat de toute une profession. Au-delà des enjeux propres à cette profession, il est significatif d’une évolution des sensibilités, en particulier de la gauche contestataire, que la redéfinition d’une médecine du travail engagée se fasse au nom de la subjectivité et d’une conception psychanalytique du sujet.

Haut de page

Bibliographie

Billiard, I., 2001. Santé mentale et travail, l’émergence de la psychopathologie du travail. La Dispute, Paris.

Bonnafé, L. et al., 1987 (1949). La psychanalyse, idéologie réactionnaire. Société française 23 (Nouvelle critique).

Buzzi, S., Devinck, J.‑C., Rosental, P.‑A., 2006. La santé au travail, 1880–2006. Repères 438, La Découverte, Paris.

Castra, M., 2003. Bien mourir, sociologie des soins palliatifs. PUF, Paris.

Dejours, C., 1998. Souffrance en France, la banalisation de l’injustice sociale. Éditions du Seuil, Paris.

Dejours, C., 2000. Travail, usure mentale, essai de psychopathologie du travail, troisième éd. Bayard Éditions, Paris.

Dodier, N., 1993. L’expertise médicale, essai de sociologie sur l’exercice du jugement. Éd. Métailié, Paris.

Foucault, M., 1963. Naissance de la clinique. PUF, Paris.

Le Nouvel Observateur, semaine du 4/11/2004. Mais oui ils sont utiles ! numéro 2087.

Le Bianic, T., 2004. Le Conservatoire des arts et métiers et la machine humaine. Genèse et développement des sciences du travail au CNAM de 1910 à 1990. Revue d’histoire des sciences humaines 11, 185–214.

Loriol, M., 2000. Le temps de la fatigue, la gestion du mal-être au travail. Anthropos, Paris.

Piotet, F., 2002. Médecins du travail. In: Piotet, F. (Ed.), La révolution des métiers. PUF, Paris. Santé et Médecine du travail (Association), 2000. Les Cahiers SMT nº 15, juin 2000.

Santé et Médecine du travail (Association), 2004. Les Cahiers SMT nº 19, juin 2004.

Santé et Médecine du travail (Association), 2006. Les Cahiers SMT nº 21, juin 2006.

Santé et Médecine du Travail (Association), 1998. Des médecins du travail prennent la parole. In: Un métier en débat. Syros, Paris.

Haut de page

Notes

1 Cette production franco-belge, sortie en France le 8 février 2006, a joui d’un petit succès de salle et dans les médias.

2 Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil.

3 Les TMS désignent un ensemble d’atteintes des muscles, des tendons et des nerfs, engendrées par des gestes répétitifs.

4 La normalité est qualifiée de « normalité souffrante » (Dejours, 1998, p. 43) et définie comme un « équilibre instable, fondamentalement précaire, entre souffrance et défenses contre la souffrance » (Dejours, 2000, p. 207).

5 Les SIE sont des associations loi 1901 auxquelles adhèrent les employeurs, selon une obligation légale. Deux points réglementaires tendent à protéger l’indépendance du médecin du travail. Chaque médecin se voit délivrer un parc d’entreprises à suivre : en cas de désaccord sur une modification du parc, le médecin peut saisir une instance de contrôle. Par ailleurs, le licenciement du médecin du travail ne peut se faire que sur autorisation de l’inspecteur du travail (Circulaire DRT du 7 avril 2005). La majorité des médecins du travail sont employés dans les SIE et surveillent 90 % des salariés.

6 On trouve des SA dans les entreprises de plus de 400 salariés et obligatoirement dans celles de plus de 2000 salariés. Le médecin en SA bénéficie des mêmes protections juridiques qu’en SIE.

7 La clinique désigne l’observation du malade à son chevet et, pour le médecin du travail, les entretiens avec les salariés lors des visites médicales.

8 Même si d’autres constructions du mal-être au travail sont aussi mobilisées par les médecins du travail, comme le modèle explicatif du stress de Karasek ou la notion de harcèlement moral.

9 Alors que P. Sivadon s’inscrit dans une perspective réformiste, L. Le Guillant, membre du Parti communiste, est convaincu que l’aliénation mentale est liée à l’aliénation sociale et vise, par ses travaux, au changement des conditions de travail.

10 Un grand nom de la psychopathologie du travail, Claude Veil, qualifie ces dix années de « traversée du désert de la psychopathologie du travail » (Billiard, 2001, p. 251).

11 Pour une généalogie des chaires du CNAM : Le Bianic, 2004.

12 Alors que la psychanalyse était honnie du Parti communiste des années 1950 et de Le Guillant, qui signe, avec d’autres, un article en 1949 intitulé « La psychanalyse, idéologie réactionnaire » Bonnafé et al. (1987).

13 Cette formation en ergonomie est jugée essentielle par C. Dejours : « Les recherches qui devaient conduire à l’essai de 1980 sont nées dans le laboratoire d’ergonomie du CNAM sous la houlette d’Alain Wisner, autour de l’année 1976 » (Dejours, 2000, p. 213).

14 L’objectif politique — combattre la souffrance au travail produite dans le système néolibéral — passe par une recherche théorique selon l’auteur : « l’orientation est théorique parce qu’il n’y a pas, me semble-t-il, de réponse politique à la notion de “guerre économique” sans apport conceptuel nouveau » (Dejours, 1998, p. 15).

15 Les liens entre la médecine du travail et le CNAM préexistent à l’arrivée de C. Dejours : des médecins s’y formaient à l’ergonomie depuis le milieu des années 1970.

16 TPB signifie « Travaux pratiques du cycle B ». Il s’agit d’une recherche approfondie en ergonomie dans un milieu de travail, qui fait partie de la formation du CNAM.

17 Dans ce propos, il nous semble y avoir ambiguïté entre un sens scientifique et un sens politique de cette opposition, l’ergonomie étant associée à l’objectivation de l’homme au travail, qui est le fait de l’entreprise, contre la psychodynamique, qui permettrait de reconnaître le travailleur comme un sujet et se placerait ainsi de fait dans sa défense.

18 Et qui sont traditionnellement attribués à la pratique clinique de la médecine : « Cet accès à l’individu, nos contemporains y voient l’instauration d’un “colloque singulier” et la formulation la plus serrée d’un vieil humanisme médical, aussi vieux que la pitié des hommes » (Foucault, 1963).

19 Cette application a entraîné un travail d’adaptation et de traduction : par exemple, l’intervention psychodynamique est collective alors que l’action du médecin du travail est individuelle.

20 Sa famille a hébergé des membres du FLN en Algérie dans les années 1950.

21 Il fait un TPB (voir note 16).

22 On retrouve la même ambiguïté que dans le propos de D. Huez entre un sens scientifique et un sens politique : l’ergonomie est ici renvoyée à « l’efficacité à moindre coût », ce qui est politiquement le credo du libéralisme économique.

23 Ce qui intéresse J.‑F. Caillard dans cet article sur le traumatisme crânien est que C. Dejours prend au sérieux ce qui était considéré comme un syndrome « subjectif » (et donc déconsidéré) des patients ayant eu un choc commotionnel. On repère un intérêt pour la question de la subjectivité.

24 Il cite par exemple « le stress visuel », problèmes de vue apparus suite à l’usage des premiers terminaux informatiques.

25 En plus de leur revue annuelle, Les Cahiers SMT, trois ouvrages collectifs sont parus entre 1994 et 2000. La revue, éditée à 2000 exemplaires depuis une quinzaine d’années, touche environ un tiers des 7000 médecins du travail.

26 Environ un tiers, selon les Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, février 2006, 67 (1).

27 Le Syndicat national des professionnels de la santé au travail.

28 Dans ces conceptions, le stress est une réaction à des agressions : il s’agit de développer face à elles des techniques adaptées (coping).

29 Fondée en 1906 à Milan.

30 Pour une définition, voir infra, Section 2.2.

31 Sur 300 heures. Cette initiative dépend actuellement des affinités personnelles des enseignants et reste assez isolée, même si le thème figure au programme.

32 Ce chiffre est une estimation personnelle de l’universitaire : « Chaque colloque qu’organise Christophe Dejours tous les deux ans, il y a1 500à2 000 médecins du travail. [...] Bon, ben, 2 000 tous les deux ans, on peut penser que c’est les mêmes qui reviennent, mais il y a aussi des nouveaux : au minimum un tiers ».

33 Une participante psychologue du travail nous a rapporté qu’en 1995–1996, l’auditoire était composé de 18 médecins du travail sur 21 participants.

34 La psychologue du travail interviewée juge qu’« ils donnaient l’impression de vouloir former des bataillons de psychodynamiciens du travail ».

35 Depuis 2005, la chaire occupée par C. Dejours s’intitule « Psychanalyse-Santé-Travail », confirmant cette orientation.

36 Voir infra, Section 2.1.

37 Il engage les médecins du travail à construire une véritable spécialité de médecine du travail, qui ne serait ni l’ergonomie ni la psychodynamique, et qui donnerait au médecin du travail un rôle « que nul autre ne peut jouer ».

38 P. Davezies est considéré comme un « psychodynamicien » dans la médecine du travail.

39 Une douzaine existent aujourd’hui en France, dont neuf en province. La consultation est d’abord un lieu d’écoute pour soulager la souffrance des salariés mais délivre aussi souvent un conseil juridique. Des extraits de ces consultations sont portés à l’écran par le documentaire de Sophie Bruneau qui médiatise aussi la collaboration de ce réseau avec C. Dejours.

40 Les « nouveaux risques » sont d’ailleurs désignés comme « psychosociaux » ou « organisationnels », ce dernier adjectif révélant la cause identifiée.

41 Ils ne sont pas tous liés à SMT.

42 Des analyses de Souffrance en France montrent à l’inverse que les salariés « consentent » à la souffrance et à ses causes, « collaborant » ainsi à la banalisation de l’injustice.

43 INSEE.

44 L’avis d’aptitude est exigé à l’embauche.

45 « La moyenne hebdomadaire est de 32 heures de travail par semaine, dans un contexte de pénurie... C’est choquant ! Vous comprenez mieux la réputation pas très élogieuse du corps, genre “c’est un boulot cool” », haut fonctionnaire du ministère.

46 Par exemple : « Mais oui ils sont utiles ! », Le Nouvel Observateur, 2004.

47 F. Piotet rapporte de ses entretiens que certains se vivent comme des médecins « castrés » ou des « médecins aux mains nues » (Piotet, 2002).

48 Les médecins du travail retiennent uniquement la loi de 1946 comme le texte fondateur de la médecine du travail contemporaine.

49 L’idée date des années 1990 et est introduite dans la loi du 17 janvier 2002 dite de modernisation sociale.

50 L’organisme représentatif des SIE estime à environ 500 le nombre d’emplois créés pour les IPRP depuis 2003.

51 Elle cherche également à accentuer la mission d’observation des conditions de travail, en portant à 150 demi-journées le temps passé sur le lieu de travail des salariés.

52 Non sans critiques et polémiques selon P. Davezies.

53 On retrouve la posture humaniste de valorisation de l’homme « sujet » et non « objet ».

54 Cependant, il reste à savoir si la radicalisation qui accompagne cette revendication n’est pas le signe de l’impuissance des médecins du travail à faire entendre cette voix, le dernier décret de la médecine du travail allant dans un sens opposé avec la limitation de la périodicité des visites médicales.

55 Voir supra, Section 2.1.

56 La prophylaxie désigne l’ensemble des mesures prises pour prévenir l’apparition ou la propagation des maladies.

57 La marginalisation d’un groupe de médecins du travail dont les manifestations sont jugées trop personnellement désespérées en témoigne.

58 Entretien avec un haut fonctionnaire de l’Inspection médicale du travail.

59 Il est l’un des derniers de sa génération à avoir obtenu le diplôme de médecin du travail par équivalence, au milieu des années 1990.

60 La spécialité d’origine du professeur Conso est la toxicologie : ses centres d’intérêt concernent les risques traditionnels qui touchent le corps et sont considérés comme des « risques durs » par les médecins du travail, plutôt que les « nouveaux » risques qui touchent le psychisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Scarlett Salman, « Fortune d’une catégorie : la souffrance au travail chez les médecins du travail », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 1 | 2008, 31-47.

Référence électronique

Scarlett Salman, « Fortune d’une catégorie : la souffrance au travail chez les médecins du travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 1 | Janvier-Mars 2008, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/17885 ; DOI : 10.4000/sdt.17885

Haut de page

Auteur

Scarlett Salman

Laboratoire IDHE, université Paris-10 Nanterre, maison Max-Weber, bâtiment K, 200, avenue de la République, 92100 Nanterre, France
scarlett.salman[at]u-paris10.fr.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals