Navigation – Plan du site
Dossier-débat : le travail en quête de responsabilité

La responsabilité à l’épreuve de la division mondiale du travail : les apports de l’économie comportementale

Accountability in the Face of Globalisation and the Worldwide Division of Labour: The Contributions of Behavioural Economics
Emmanuelle Auriol

Résumés

Pour les économistes, ce sont les institutions, les règles de droit et les contrats qui doivent inciter, voire contraindre, les individus à se comporter de manière responsable. Ils étudient les marchés et leur fonctionnement dans le but de trouver les règles qui permettent de se prémunir des comportements opportunistes et déviants. Que l’on considère les apports des néo-classiques ou ceux, plus récents, de l’économie comportementale, la responsabilité au travail ne va pas sans contrôle. Celui-ci a pour but, dans le premier cas, de mesurer la performance du travailleur pour le rémunérer et, dans le second cas, de lutter contre le sabotage, généré par des motivations intrinsèques négatives. Pour assurer une production responsable, les entreprises doivent aussi vérifier l’origine et la qualité des autres intrants. La globalisation, couplée à la division mondiale du travail, pose un problème croissant de traçabilité et de confiance dans le marché. En attendant la mise en place d’hypothétiques normes environnementales et sociales internationales, la transparence sur l’ensemble du processus de production est le seul moyen de savoir à quoi les entreprises et leurs salariés contribuent. Ne pouvant faire ce travail de vérification eux-mêmes, ils s’en remettent aux institutions publiques et privées de certification.

Haut de page

Notes de la rédaction

Premier manuscrit reçu le 11 mai 2018 ; article accepté le 1er octobre 2018. Il s’agit d’une contribution à un dossier-débat, sollicitée par la revue.

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier Michel Lallement et Bénédicte Zimmermann pour le travail de fond qu’ils ont fait pour l’édition de ce numéro spécial. L’économiste que je suis leur a particulièrement donné du fil à retordre. C’est toujours une gageure que de faire dialoguer des disciplines différentes. Ils ont fait preuve de patience et d’un sens critique constructif. Je leur en suis très reconnaissante. Je remercie également les référés anonymes qui ont lu avec attention une première version de cet article et l’ont commenté intelligemment. Leurs remarques ont été cruciales pour améliorer la qualité du texte, tant sur le fond que sur la forme. Je remercie également Anne Bertrand pour son superbe travail d’édition. Finalement je remercie le Labex ANR IAST pour son soutien. Toutes les erreurs et maladresses qui subsistent sont de mon fait.

Texte intégral

  • 1 L’utilité est une mesure ordinale de la satisfaction qu’un individu tire de ses consommations. Elle (...)

1On part du principe en économie que tous les individus sont rationnels et qu’ils ont des comportements d’optimisation. Ces principes prennent corps dans le concept d’homo œconomicus popularisé par Vilfredo Pareto (1906). Cette représentation théorique du comportement humain est à la base du modèle néo-classique. On y suppose que l’homme prend des décisions économiques (acquisition de capital humain, offre de travail, consommation, épargne, etc.) afin d’optimiser son « utilité » sous contrainte budgétaire. La rationalité implique une certaine cohérence des choix1. D’autre part on suppose qu’il est le seul dépositaire de ses goûts. Le fait que nous soyons les seuls à connaître ce que nous aimons, et ce que nous n’aimons pas, justifie alors le recours à la décentralisation, soit par l’entremise du marché en matière de décision privée, soit par le suffrage universel en matière de décision publique. Se pose alors la question de la coordination des individus dans un système économique fondé sur la division du travail.

2En se penchant sur une fabrique d’épingles, Adam Smith (1776) a été le premier à montrer que la division du travail était source de substantiels gains de productivité. David Ricardo (1817), en prenant l’exemple du drap en Angleterre et du vin au Portugal, va transposer cette idée à l’échelle des nations, en montrant qu’elles ont, elles aussi, intérêt à se spécialiser selon leurs avantages comparatifs. En ce qui concerne les entreprises, cette idée va donner lieu au XXe siècle au taylorisme et au fordisme (Taylor, 1911). Dans sa version la plus extrême, qui est le travail à la chaîne, la production ne dépend plus ni de l’habilité, ni de l’expérience des travailleurs, qui sont tous interchangeables, mais de la chaîne et de son bon fonctionnement. Ainsi l’ouvrier « spécialisé » des temps modernes se trouve-t-il dispensé de qualification, d’initiative et de responsabilité. Même si peu de gens travaillent encore à la chaîne aujourd’hui (Alvaga et al., 2014), il n’en demeure pas moins qu’un système économique moderne met en relation des milliards d’individus qui sont tous spécialisés et qui prennent des décisions indépendamment les uns des autres. Comment un système aussi complexe peut-il fonctionner de manière responsable en l’absence d’un planificateur central ? Dans ce texte, nous montrons que dans certains cas la concurrence est très efficace pour canaliser les individus, que le contrôle est nécessaire dans d’autres cas, et que l’information et la transparence sont indispensables à chaque fois. Nous commençons pour cela par examiner les apports des économistes classiques à la problématique de la responsabilité au travail, avant de présenter les avancées proposées par l’économie comportementale et enfin de lier, en réponse à la globalisation, information et responsabilité.

1. L’homo œconomicus face au travail

3Pour les économistes néo-classiques, la solution au problème de coordination de milliards de consommateurs et de producteurs est à chercher dans les mécanismes de concurrence inhérents au fonctionnement des marchés. C’est la célèbre métaphore de la « main invisible » d’Adam Smith (1776). La question qui le préoccupait, face aux bouleversements induits par la révolution industrielle, était un paradoxe : comment des actions individuelles, toutes guidées par l’intérêt personnel, peuvent-elles contribuer au bien commun ? Il théorise que si les ouvriers gagnent mieux leur vie et voient une amélioration de leur condition, en dépit de l’appétence pour le profit de leurs patrons, c’est grâce à la concurrence que se mènent ces derniers. En plein emploi, s’ils les traitent mal, ils les perdent au profit de concurrents. La même logique s’applique à la commercialisation de biens ou de services. Quand il y a de très nombreux offreurs, chacun d’entre eux est obligé de s’aligner sur le prix et la qualité du marché, ou bien de se résigner à faire faillite. Ainsi, lorsqu’un marché est concurrentiel, le prix s’établit à un niveau qui est socialement optimal, ce qui signifie qu’aucun planificateur bienveillant et omniscient ne pourrait, en changeant l’équilibre atteint par le marché, améliorer le sort d’un individu sans dégrader celui d’un autre individu au moins (Lerner, 1934, 1944 ; Arrow, 1951). Ce résultat explique pourquoi les économistes préfèrent, chaque fois que la concurrence y est suffisante, s’en remettre au marché plutôt qu’à l’action publique. Dans la pratique, les planificateurs sont rarement bienveillants (ils sont souvent l’otage de groupes d’influences) et en aucun cas omniscients. Leurs décisions sont donc généralement biaisées. En d’autres termes, pour les néo-classiques, un système économique moderne n’a pas besoin que les individus soient vertueux, ni responsables. Le marché se charge, par son implacable mécanique, de les maintenir dans le droit chemin. Les individus n’ont pas de marge de manœuvre et donc la question de leur responsabilité ne se pose pas.

4Même si les économistes ont depuis lors enrichi leur analyse des marchés pour tenir compte de leurs imperfections, l’idée selon laquelle le système doit, par ses caractéristiques, contribuer au bien-être collectif, indépendamment des qualités ou des défauts des individus, reste au cœur de cette discipline. Ce sont avant tout les institutions qui doivent conduire à des choix individuels et collectifs responsables. Pour ce faire, les néo-classiques insistent sur les vertus de la concurrence ; les économistes qui étudient les imperfections de marchés insistent quant à eux sur le rôle de l’État. Ainsi Léon Walras (1875), qui s’est intéressé au transport ferroviaire, a-t-il développé le concept de « monopole naturel » à propos du réseau ferré et invoqué le caractère de bien public du transport pour conclure en faveur d’une réglementation publique. Ces arguments ont trouvé un très large écho auprès de la communauté internationale traumatisée par la crise de 1929.

5De fait, les transformations qui marquent l’Occident au XIXe siècle s’accompagnent d’un renforcement de l’État au fur et à mesure que se succèdent les crises. Son action ne devient cependant prépondérante en matière économique qu’à partir des années 1930. Ébranlées par la grande dépression et par la Seconde Guerre mondiale, les nations se montrent extrêmement méfiantes vis-à-vis du marché et de ses « vertus ». En l’absence de garde-fou la machine capitaliste a tendance à s’emballer et, en fait d’opulence et de paix, engendre destruction et barbarie. Pour éviter les dérapages et stabiliser l’économie, un consensus s’établit autour de la nécessité de réguler les marchés. Ainsi, les années d’après-guerre vont connaître un très fort encadrement de l’économie par l’État. En Europe, et singulièrement en France, la nécessité de reconstruire va se traduire par la nationalisation de secteurs clefs et l’orientation de l’économie dans le cadre d’une planification indicative. Par ailleurs, le nazisme a révélé que la division du travail et l’approche prétendument « scientifique » de son organisation pouvaient être mises au service d’un génocide. Il a aussi démontré que l’approche néo-classique devait être enrichie pour tenir compte des motivations complexes qui animent les êtres humains et se prémunir de leurs comportements destructeurs ou déviants.

2. Les apports de l’économie comportementale

  • 2 Amos Tversky étant décédé, il n’a pu y être associé.

6En digne héritier d’Adam Smith, l’homo œconomicus optimise utilité et profit, généralement assimilable à une somme d’argent, et est étanche aux préjugés et à la xénophobie. Il n’a ni affect, ni empathie. De ce fait, il ne se montre responsable face au travail que lorsque les institutions dans lesquelles il évolue l’y contraignent. Selon la nature des échanges, c’est soit le marché et les mécanismes de concurrence, soit, lorsque le marché est déficient, l’intervention de la force publique, qui l’obligent à traiter décemment ses salariés et à produire des biens ou des services de qualité dans le respect de normes sanitaires, environnementales, sociales, éthiques… Cette approche a l’énorme avantage de promouvoir des institutions qui sont robustes face à des comportements opportunistes. Il n’en demeure pas moins que l’être humain est un être social dont les motivations sont infiniment plus complexes que le simple appât du gain. Certains d’entre nous ne sont pas prêts à faire n’importe quoi pour gagner de l’argent. D’autres sont même prêts à renoncer à des bénéfices matériels pour pouvoir embrasser une cause qui leur tient à cœur. La partie de l’économie qui s’intéresse à cette complexité de nos motivations s’appelle l’économie comportementale. Maurice Allais, prix Nobel d’économie en 1988, est le premier à remettre en cause l’approche néo-classique des choix rationnels. Par une série d’expériences en laboratoire, il démontre que le système d’axiomes de l’utilité espérée décrit mal les comportements humains (Allais, 1953). Ces résultats, connus sous le nom de « paradoxe d’Allais », ont ouvert la voie aux travaux de Daniel Kahneman et d’Amos Tversky. Leurs principales découvertes, qui s’appuient également sur l’expérimentation en laboratoire, portent sur les anomalies boursières et les biais cognitifs et émotionnels qui les causent (Kahneman et Tversky, 1979, 2000). Elles vaudront à Daniel Kahneman le Prix Nobel d’économie en 20022. Ainsi l’économie comportementale s’intéresse-t-elle à la manière dont les humains gèrent le risque, à la façon dont ils escomptent sur le futur ainsi qu’à leurs motivations en matière de consommation, d’investissement ou d’épargne. Elle nous éclaire, notamment, sur les motivations des gens au travail et sur l’usage que les organisations font de cette connaissance pour en tirer le meilleur profit.

  • 3 Selon la pyramide de Maslow (1954), les différentes incitations seraient hiérarchisées, allant des (...)

7De fait, toute organisation est confrontée à un problème de gestion des ressources humaines ou, plus prosaïquement, d’incitation au travail de ses agents. Un des apports de l’économie comportementale est de montrer que les êtres humains sont sensibles, non seulement aux incitations monétaires, mais aussi à des incitations symboliques. On distingue ainsi deux grandes catégories d’incitations non monétaires : la reconnaissance sociale (statut social, réputation) et la motivation intrinsèque (convictions morales, politiques ou religieuses)3. Du fait de la diversité de nos motivations, la nature des contrats de travail varie d’un type d’organisation à l’autre, en particulier entre entreprise privée tournée vers le profit et organisme à but non lucratif centré sur une mission.

2.1. Sécurité de l’emploi, statut social et incitation au travail

8Dans le modèle néo-classique, la seule chose qui motive les individus c’est l’argent. Un système de paiement à la pièce, tel qu’il existait au XIXe siècle, est donc optimal. Pourtant, cette solution a été progressivement abandonnée au profit d’un contrat de travail plus sophistiqué impliquant un engagement de plus longue durée vis-à-vis du salarié, avec un paiement fixe au mois, et tout un ensemble de punitions et de récompenses. La branche de l’économie qui étudie, entre autres, ces contrats, est la théorie des incitations (Laffont, 2006).

9Les économistes sont unanimes : la capacité à s’engager à long terme auprès des employés est un atout. Cet engagement favorise la coopération. Ainsi c’est au moment de l’introduction du travail à la chaîne que la rémunération à la pièce a été abandonnée. Un paiement à la pièce, couplé à des conditions de travail difficiles sur la chaîne de montage, entraînait une rotation permanente des ouvriers, de l’absentéisme et du sabotage. Pour favoriser la coopération, et donc le bon fonctionnement de l’unité de production, Ford va instaurer un salaire fixe de 5 dollars par jour, soit plus du double de ce que les ouvriers gagnaient à l’époque, pour 8 heures de travail au lieu des 9 alors réglementaires (Lisciandra, 2008). Cette politique mettra un terme aux problèmes d’incitation au travail sur la chaîne de montage. Par ailleurs, étant dans une situation financière plus stable, les salariés vont pouvoir contracter des emprunts et acheter des biens durables, à commencer par des voitures. Grâce à ce nouveau type de contrat, la productivité et les ventes de ces entreprises décollent et ce qui initialement était vu comme une hérésie devient la norme. A contrario, des salariés craignant d’être licenciés répugnent à s’entraider. Ils cherchent avant tout à paraître plus performants que leurs collègues, ce qui peut les conduire à saboter le travail en équipe (Auriol et al., 2002). L’engagement à long terme est aussi un atout en termes de coût parce que, selon la théorie néo-classique, les gens qui ont de l’aversion pour le risque sont prêts à accepter des rémunérations plus modestes pour éviter d’être confrontés aux fluctuations du marché du travail.

10Si la sécurité de l’emploi est un tel atout pour une organisation, pourquoi les performances des fonctionnaires sont-elles souvent perçues comme médiocres ? Cela tient essentiellement à la gestion des carrières dans les administrations. Qu’ils aient intégré la fonction publique par vocation ou par nécessité, des salaires rigides et déprimés, des carrières qui se jouent à coups de concours et de points d’ancienneté, ont raison à long terme des plus motivés. Une structure qui a la capacité de s’engager vis-à-vis de ses employés doit, pour être efficace, organiser un marché interne du travail (Osterman, 1984). Dans un tel système, les salariés reçoivent au départ un salaire assez faible et sont placés au bas de l’échelle hiérarchique. Leurs performances, qui sont évaluées à intervalles réguliers, leur permettent de grimper peu à peu les échelons et d’obtenir des augmentations. Un tel système de promotion est plus efficace que de simples bonus monétaires, car il tient compte du fait que les gens ne travaillent pas uniquement pour de l’argent mais qu’ils ont aussi besoin de reconnaissance sociale. Une promotion est un signal fort, car visible par tous, que le travail d’une personne est reconnu et apprécié. Cette prise en compte du besoin de reconnaissance des salariés est un apport majeur de l’économie comportementale à la théorie des incitations (Auriol et Renault, 2001, 2008).

11Ainsi, la solution la plus communément employée par les entreprises consiste à combiner récompenses matérielles (primes, promotions, avantages) et symboliques (titre, plaque, prix, etc.) en cas de succès, et punitions (blâme, renvoi) en cas d’échec. La mise en place de ces incitations est très coûteuse car, en plus des primes et des bonus, elle nécessite une surveillance continue des agents et de leurs performances. Or, évaluer et surveiller sont des activités qui mobilisent des individus qualifiés et qui, de ce fait, coûtent cher. Aussi les entreprises privées y consacrent-elles un budget conséquent (Dickens et al., 1989). Il est frappant en revanche que le plus gros employeur de France, en l’occurrence l’État, ne juge pas utile de mettre en place de telles incitations, ni même de mettre en place une direction des ressources humaines. De manière assez intéressante, il en va de même dans la plupart des organisations non gouvernementales (ONG). La question qui se pose alors est : comment ces organisations arrivent-elles, en l’absence d’incitants monétaires, à motiver leurs agents ?

2.2. Motivation intrinsèque et incitation au travail

12Un organisme à but non lucratif a un fonctionnement différent de celui d’une entreprise privée dans la mesure où il motive avant tout ses agents par une mission. La perspective d’exercer une activité en accord avec des valeurs morales, sociales, religieuses ou culturelles permet d’attirer des individus motivés par ces missions et de les embaucher à bas coût. Dans le langage des économistes, on parle de motivation intrinsèque, par opposition à une motivation extrinsèque qui, elle, est générée par des incitations monétaires et symboliques. Pour pouvoir s’appuyer sur la motivation intrinsèque de ses membres, un organisme à but non lucratif doit se structurer autour d’une mission et proposer des salaires relativement bas. Il attire ainsi des individus qui se sentent concernés par cette mission, et le fait que les salaires soient bas permet de décourager des individus opportunistes de rejoindre ces organisations (Besley et Ghatak, 2005). Ainsi, une étude des hôpitaux anglais a révélé que le personnel travaillant dans les structures publiques effectuait plus d’heures supplémentaires non rémunérées que celui travaillant dans le secteur privé (Gregg et al., 2011). Quand on effectue un soin en sus de son temps de travail dans un hôpital public, c’est au bénéfice des contribuables et des patients, alors que ce travail gratuit bénéficie aux actionnaires dans la structure privée. Cette différence est de taille et conduit naturellement les soignants à être moins généreux de leur temps dans le second cas, et ce d’autant plus que ceux qui sont les moins altruistes ont tendance à sélectionner des structures classiques privées.

13De manière plus surprenante, essayer de bénéficier des deux types d’incitations, extrinsèque et intrinsèque, en les combinant, conduit à un affaiblissement de leur impact (Benabou et Tirole, 2006). Au lieu de se renforcer, ils se cannibalisent. Par exemple, dans une étude célèbre, Richard M. Titmuss (1970) a montré qu’aux États-Unis le sang donné est de meilleure qualité que le sang vendu. Ceux qui vendent leur sang sont souvent des toxicomanes, des sans-abris ou des gens désespérés. Ils ne sont pas en bonne santé et le font uniquement parce qu’ils ont besoin d’argent. A contrario, ceux qui donnent leur sang sont des gens bien insérés et celui-ci est de meilleure qualité (moins d’infection par le virus du sida, de l’hépatite, etc.). En payant pour le sang, on décourage ceux qui le font pour des raisons sociales ou éthiques. On ternit l’idée du don en attachant un prix à cet acte altruiste et, du coup, on le décourage.

14De là à conclure que les structures à but non lucratif sont la panacée pour faire travailler les gens à peu de frais, il y a un pas. D’une part, toutes les tâches ne suscitent pas une forte motivation intrinsèque, auquel cas il faut revenir aux incitations extrinsèques. D’autre part, les ONG qui s’appuient trop fortement sur la motivation intrinsèque de leurs agents se heurtent à des problèmes.

15Rejoindre une ONG qui offre des salaires bas, voire pas de salaire du tout, est relativement aisé car ce type d’organisme n’est pas trop regardant quant à ses recrutements, et ce d’autant moins qu’il n’a généralement pas de direction des ressources humaines. Une fois au sein de l’organisation, les membres y jouissent d’une liberté d’action supérieure à celles qu’ils pourraient connaître dans des structures classiques privées. En effet, ces ONG s’appuient sur la motivation intrinsèque de leurs membres pour minimiser, voire se passer entièrement d’incitations extrinsèques tels les bonus, les promotions et les punitions, et donc du système coûteux et complexe d’évaluation et de surveillance du personnel qui va avec.

16De ce fait, les organismes à but non lucratif placent fréquemment leurs agents dans des situations susceptibles de conduire à des abus. Ces « occasions » sont parfois saisies par des individus opportunistes. Mais le fait qu’elles se présentent de manière systématique pousse également des personnes déviantes à rejoindre ces organisations dans le but précis de perpétrer des abus (Auriol et Brilon, 2014). Des études montrent ainsi que les pédophiles tendent à se diriger vers des professions leur permettant un contact non supervisé avec les enfants. Les camps de réfugiés sont, de ce point de vue, des endroits particulièrement attractifs comme l’illustre le scandale « sexe contre nourriture » ayant frappé l’ONU au Liberia, au Soudan, au Burundi, en Côte d’Ivoire, au Congo, au Cambodge ou en Bosnie (Save the Children, 2008). Ces scandales font écho à ceux qui éclaboussent de manière répétée l’église catholique pour des affaires de pédophilie (Terry, 2008). Toutes ces affaires, le plus souvent d’abus sexuels, choquent et ternissent l’image altruiste du secteur.

  • 4 Cette méthode est par exemple utilisée dans les aéroports américains, par la police et par certaine (...)

17Une sélection et un suivi plus rigoureux des personnels réduiraient la possibilité que des personnes déviantes sévissent au sein des ONG. Mais recourir aux mêmes systèmes de surveillance que les entreprises privées est difficile pour ces organisations du fait des coûts que cela représente. Cela ne les dispense pas de mettre en place des solutions alternatives. L’une d’entre elles, particulièrement adaptée au travail sur le terrain, est la surveillance par les pairs (Auriol et Brilon, 2018). Il faut pour cela systématiser le travail en équipe et former le personnel à la vigilance4. Il faut par ailleurs interdire les pratiques à l’origine des abus (comme par exemple s’isoler avec un enfant). Finalement, il est indispensable de mettre en place une ligne d’urgence garantissant l’anonymat des lanceurs d’alerte. En cas de problème, l’organisation doit avoir recours à des mesures classiques d’audit et de sanctions. Tout cela représente un certain coût mais celui-ci paraît modeste au regard du coût tant humain que financier des scandales qui nuisent gravement à l’image et donc au modèle économique de ces structures, basé sur le don.

18L’économie comportementale nous révèle les limites du modèle néo-classique. L’homme est doté d’une rationalité limitée et est mu par des motivations complexes allant de l’altruisme à la perversité. Le nazisme a montré que la division du travail pouvait conduire des gens ordinaires à participer à un génocide (par exemple en enregistrant une famille sur un registre, en tamponnant un passeport ou en conduisant un train) sans qu’ils aient forcément conscience de ce à quoi ils participaient réellement. Ces constatations nous obligent à repenser la question de la responsabilité face au travail. Comment bénéficier de la division mondiale du travail et des gains de productivité qu’elle engendre, sans prendre le risque de participer à des monstruosités ? Comment être responsable en tant que consommateur, en tant que travailleur ou en tant que producteur dans un système économique globalisé ?

3. La responsabilité à l’épreuve de la globalisation

  • 5 On s’appuie sur le fait que les acheteurs vont découvrir la qualité du produit à l’usage pour leur (...)

19Dans une économie globalisée soumise à une division mondiale du travail, consommateurs, travailleurs et entreprises se trouvent confrontés à un problème croissant de traçabilité et de maîtrise de leurs consommations. Ces difficultés sont renforcées par l’apparition constante d’innovations. Par exemple, il est difficile de savoir si les textiles en provenance de pays à bas coût sont produits dans des conditions respectueuses de l’environnement, de la dignité humaine ou des conventions internationales sur le travail des enfants. La question se pose alors de la confiance dans le marché. On assiste régulièrement à des crises de confiance dont l’intensité varie en fonction des caractéristiques des biens ou des services considérés. On distingue les caractéristiques dites « de quête », faciles à apprécier avant l’achat, comme par exemple la couleur ou le design d’une voiture, celles dites « d’expérience », que l’on découvre à l’usage, après l’achat, comme par exemple la durabilité de la voiture, et dont on signale la qualité grâce à un système de garantie5 et, finalement, celles dites « de confiance » que l’on ne découvre jamais, comme par exemple l’impact écologique du processus de production de la voiture (Darby et Karni, 1973).

20Lorsque les acheteurs n’ont aucun moyen de découvrir la qualité des biens, ni avant l’achat, ni après usage, ils refusent de payer pour cette dernière. En l’absence d’intervention extérieure, la qualité des caractéristiques de « confiance » est alors minimale. C’est particulièrement vrai pour les processus de production ou les origines géographiques des produits, notamment ceux qui viennent de loin. S’il est moins cher de ne pas respecter un cahier des charges concernant les matières premières utilisées, les normes environnementales ou celles du droit du travail, et que les acheteurs n’ont aucun moyen de s’en apercevoir, des entreprises qui rogneront sur ces coûts pourront pratiquer des prix inférieurs à celles qui seraient plus vertueuses et ainsi les éliminer du marché. Une organisation mondiale du commerce qui ne règle pas ce problème de signalement de la qualité ne peut être ni efficace, ni a fortiori responsable.

21La solution à ce problème de signalement est la certification : une autorité, par le biais d’analyses et/ou de contrôles, certifie la qualité du bien (Auriol et Schilizzi, 2015). Cela se traduit généralement par une étiquette qui décrit les caractéristiques cachées du produit. On transforme ainsi une caractéristique de type « confiance » en une caractéristique de type « quête ». Il suffit de lire l’étiquette pour savoir comment le produit a été fait ou ce qu’il contient. Ce processus de certification ne va pas sans poser de problèmes. Le premier est qu’il est très coûteux. En effet, pour être crédible un tel processus met en œuvre des coûts fixes très importants. Par exemple, s’il s’agit de la composition chimique d’un produit, il faut prélever des échantillons régulièrement et les analyser. Cela veut dire mobiliser au long cours du matériel de pointe et du personnel hautement qualifié. En ce qui concerne les processus de production, il faut dépêcher des inspecteurs sur place. En la matière, il n’y a pas de confiance possible sans contrôle, et contrôler coûte cher.

22De par les coûts fixes qu’elle implique, l’activité de certification n’est pas concurrentielle. Les agences de certification sont de fait peu nombreuses. Les problèmes posés par ce manque de concurrence sont bien connus. En l’absence de régulation, le marché de la certification pratique des prix élevés, qui se répercutent sur le prix final du bien, entraînant une diminution des échanges (Lerner, 1934). De manière plus préoccupante, il risque de mettre en œuvre de la corruption, comme en témoigne la crise des subprimes de 2008 : ceux qui avaient la charge d’évaluer les actifs contenant des prêts douteux étaient en affaire avec ceux qui les titrisaient. Jean Tirole (2008), prix Nobel 2014, montre que, du fait de ce conflit d’intérêt, ils ont accordé une note maximale (AAA) à des actifs qui en réalité étaient toxiques. Quand le scandale a éclaté, les marchés financiers ont dévissé, manquant de tous nous entraîner dans leur chute. Si de telles crises de confiance se multiplient, chacun ne consommera et n’investira que dans ce qu’il peut contrôler directement, provoquant un arrêt des échanges internationaux et un effondrement de la croissance.

  • 6 D’après Amnesty International, le commerce illicite des diamants bruts, en attisant les conflits en (...)

23Garantir la traçabilité de nos consommations et l’intégrité du système mondial de certification fait partie des nouvelles missions de l’État. Ce problème dépasse l’échelle nationale. Il nécessite la coopération des pays et la supervision des entreprises de certification qui opèrent au niveau international. Cette chaîne de certification et de traçabilité doit être robuste à la corruption du début à la fin. Elle n’a pas de valeur sinon. Or, les pays pauvres ont des problèmes budgétaires gigantesques (Auriol et Warlters, 2005, 2012). Cela se traduit par des fonctionnaires sous-payés et vulnérables à la corruption. Par exemple, les réseaux criminels exploitant du bois en provenance de forêts ou d’espèces protégées ne produisent pas de faux certificats pour leur exportation : ils corrompent des fonctionnaires pour qu’ils leurs en fournissent des vrais (UNDOC, 2010 ; Auriol, 2016). Le trafic de ressources naturelles inclut également la contrebande de matières premières telles que les diamants et les métaux rares, provenant de zones de conflit6. Si un pays est incapable de financer les coûts liés à la certification, il doit encourager les initiatives privées, en ayant recours aux entreprises de certification, ou encore à des ONG ayant établi leur crédibilité, comme par exemple l’organisation FLO-CERT qui certifie que les coopératives de pays en voie de développement respectent les standards du commerce équitable (Balineau et Dufeu, 2012). Les agences de développement devraient aider les pays en développement dans cette tâche, car il en va de l’intégrité des échanges internationaux et du bien-être de tous.

4. Conclusion

24Pour les économistes, ce sont les institutions, les règles de droit et les contrats qui doivent inciter, voire contraindre, les individus à se comporter de manière responsable. Ils étudient donc les marchés et leur fonctionnement dans le but de trouver les règles qui permettent de se prémunir des comportements opportunistes et déviants. Que l’on considère les apports des néo-classiques ou ceux, plus récents, de l’économie comportementale, la responsabilité au travail ne va pas sans contrôle. Dans le premier cas, le contrôle a pour but de mesurer la performance du travailleur pour le rémunérer, et donc l’inciter à travailler. Dans le deuxième cas, il a pour but de se prémunir de comportements déviants, générés par des motivations intrinsèques négatives. Pour assurer une production responsable, les organisations doivent ensuite vérifier l’origine et la qualité des autres intrants. Le concept de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) désigne la prise en compte par ces dernières des enjeux environnementaux, sociaux et éthiques dans leurs activités, qu’elles soient internes (salariés, dirigeants, actionnaires) ou externes (fournisseurs, clients, autres). Certaines entreprises adoptent des chartes de RSE à des fins commerciales ou sous la pression d’ONG et de lobbies ; d’autres le font par conviction. Dans tous les cas, et à moins de les produire directement, il est généralement impossible à une organisation de faire le travail de vérification de ses intrants. Elle s’en remet alors aux institutions publiques et privées dont la mission est d’en vérifier l’origine et la composition. Or, en économie ouverte, l’autorité de l’État s’arrête aux portes de la nation, rendant difficile la maîtrise de ce processus. Au-delà des régulations nationales et internationales, l’un des leviers majeurs pour éviter les dérapages est l’accès à l’information. La transparence sur l’ensemble du processus de production permet de savoir ce à quoi nous contribuons. Or, obtenir une information fiable sur l’impact de nos productions et de nos consommations est une gageure. Si une presse libre y contribue — elle est même indispensable —, elle est loin d’être suffisante. Certaines instances internationales ont été créées pour tenter de nous apporter une information de qualité relative aux conséquences de nos façons de produire et de consommer, mais elles ne sont, à ce jour, ni assez nombreuses, ni suffisamment régulées pour garantir au monde des échanges sûrs et responsables.

Haut de page

Bibliographie

Allais, M., 1953, « Le comportement de l’Homme rationnel devant le risque, critique des postulats et axiomes de l’École Américaine », Econometrica, vol. 21, n° 4, p. 503-546.

Alvaga, E., Davie, E., Loquet, J., Vinck, L., 2014, « Conditions de travail. Reprise de l’intensification du travail chez les salariés », Dares Analyses, n° 49, p. 1-11.

Arrow, K., 1951, « An Extension of the Basic Theorems of Welfare Economics », in Neyman, J. (dir.), Second Berkeley Symposium of Mathematical Statistics and probability, University of California Press, Berkeley, p.507-532.

Auriol, E., 2016, Pour en finir avec les mafias. Sexe, drogues, clandestins et si on légalisait ?, Armand Colin, Paris.

Auriol, E., Brilon, S., 2014, « Anti-Social Behavior in Profit and Non-Profit Organizations », Journal of Public Economics, vol. 117, p. 149-161.

Auriol, E., Brilon, S., 2018, « Nonprofits in the field: An economic analysis of peer monitoring and sabotage », celebrative issue for the 110 years of Annals of Public and Cooperative Economics, vol. 89, n° 1, p. 157-174.

Auriol, E., Renault, R., 2001, « Incentive Hierarchies », in Auriol, E., Renault, R. (dir.), Annals of Economics and Statistics, vol. 63-64, p. 261-282.

Auriol, E., Renault, R., 2008, « Status and Incentives », Rand Journal of Economics, vol. 39, n° 1, p. 305-326.

Auriol, E., Schilizzi, S., 2015, « Quality Signaling through Certification in developing Countries », Journal of Development Economics, vol. 116, p. 105-121.

Auriol, E., Warlters, M., 2005, « Taxation Base in Developing Countries », Journal of Public Economics, vol. 89, n° 4, p. 625-646.

Auriol, E., Warlters, M., 2012, « The Marginal Cost of Public Fund in Developing Countries: An application to 38 African countries », Journal of Development Economics, vol. 97, n° 1, p. 58-72.

Auriol, E., Friebel, G., Pechlivanos, L., 2002, « Career Concern in Teams », Journal of Labor Economics, vol. 20, n° 2, p. 289-307.

Balineau, G., Dufeu, I., 2012, « Le système Fairtrade : une garantie pour les consommateurs ? », Mondes en développement, n° 160, p. 11-26.

Benabou, R., Tirole, J., 2006, « Incentives and Prosocial Behavior », American Economic Review, vol. 96, n° 5, p. 1652-1678.

Besley, T., Ghatak, M., 2005, « Competition and incentives with motivated agents », American Economic Review, vol. 95, n° 3, p. 616-636.

Darby, M., Karni, E., 1973, « Free competition and the optimal amount of fraud », Journal of Law and Economics, vol. 16, n° 1, p. 67-88.

Dickens, W.T., Katz, L.F., Lang, K., Summers, L.H., 1989, « Employee crime and the monitoring puzzle », Journal of Labor Economics , vol. 7, n° 3, p. 331-347.

Gregg P., Grout, P., Ratcliffe, A., Smith, S., Windmeijer, F., 2011, « How important is pro-social behaviour in the delivery of public services? », Journal of Public Economics, vol. 95, n° 7/8, p. 758-766.

Kahneman, D., Tversky, A., 1979, « Prospect Theory: An Analysis of Decision under Risk », Econometrica, vol. 47, n° 2,‎ p. 263-291.

Kahneman, D., Tversky, A., 2000, Choices, Values and Frames, Cambridge University Press, Cambridge.

Laffont, J.-J., 2006, « À propos de l’émergence de la théorie des incitations », Revue française de gestion, n° 160, p. 177-189.

Lerner, A., 1934, « The Concept of Monopoly and the Measurement of Monopoly Power », Review of Economic Studies , vol. 1, p. 157-175.

Lerner, A., 1944, The Economics of Control. Principles of Welfare Economics, Palgrave Macmillan, New York.

Lisciandra, M., 2008, « A Comparative Analysis of the Incentive Systems under Taylorism and Fordism », Storia del Pensiero Economico, n° 2, p. 65-89.

Mas-Colell, A., Whinston M.D., Green J.R., 1995, Microeconomic theory, Oxford University Press, Oxford.

Maslow, A.H., 1970 [1954], Motivation and Personality, Harper & Row, New York.

Osterman, P. (dir), 1984, Internal Labor Markets, The MIT Press, Cambridge.

Pareto, V., 1906, Manuale di Economic Politica, Società Editrice Libraria, Milano.

Ricardo, D., 1817, On the Principles of Political Economy and Taxation, John Murray, London.

Save the Children, 2008, « No one to turn to: the under-reporting of child sexual exploitation and abuse by aid workers and peacekeepers », Discussion Paper, Save the Children, UK.

Smith, A., 1776, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, W. Strahan and T. Cadell, London.

Taylor, F.W., 1911, Principles of Scientific Management, Harper & Brothers, New York.

Terry, K.J., 2008, « Stained glass: the nature and scope of child sexual abuse in the Catholic Church », Criminal Justice Behavior, vol. 35, n° 5, p. 549-569.

Titmuss, R.M., 1997 [1970], The Gift Relationship: From Human Blood to Social Policy, reissued with new chapters, John Ashton & Ann Oakley, LSE Books.

Tirole, J., 2008, « Leçons d’une crise », TSE notes n° 1 [en ligne : http://idei.fr/sites/default/files/medias/doc/wp/2008/notes-j.tirole-1-12-08.pdf].

UNDOC, 2010 « The Globalization of Crime, A transnational Organized Crime Threat Assessment », United Nations Office on Drugs and Crime ISBN: 978-92-1-130295-0, United Nations publication, Sales No. E.10.IV.6

Walras, L., 1875, « L’État et le chemin de fer », Mémoire composé en 1875 [en ligne : https://socialsciences.mcmaster.ca/~econ/ugcm/3ll3/walras/walras.htm].

Haut de page

Notes

1 L’utilité est une mesure ordinale de la satisfaction qu’un individu tire de ses consommations. Elle permet de représenter ses préférences. La rationalité implique que ses préférences doivent être complètes, transitives et continues sur l’ensemble des choix (Mas-Colell et al., 1995).

2 Amos Tversky étant décédé, il n’a pu y être associé.

3 Selon la pyramide de Maslow (1954), les différentes incitations seraient hiérarchisées, allant des plus matérielles à la base (besoins physiologiques et de sécurité comblés par l’argent) jusqu’au sommet avec des motivations plus intimes (l’estime et la réalisation de soi), en passant par celles plus sociales.

4 Cette méthode est par exemple utilisée dans les aéroports américains, par la police et par certaines ONG. Embaucher en priorité des couples est une autre technique, utilisée cette fois par l’Éducation nationale pour ses enseignants expatriés.

5 On s’appuie sur le fait que les acheteurs vont découvrir la qualité du produit à l’usage pour leur garantir un remboursement ou un remplacement à l’identique en cas de panne, de dysfonctionnement ou, de manière générale, de mauvaise qualité. Ce système, qui est très astucieux car peu onéreux lorsque le produit est conforme à la qualité annoncée, nous permet d’acheter en toute confiance des biens durables, comme par exemple des voitures.

6 D’après Amnesty International, le commerce illicite des diamants bruts, en attisant les conflits en Angola, Sierra Leone et République démocratique du Congo, aurait coûté la vie à au moins 3,7 millions de personnes. Pour mettre un terme à ces atrocités, le processus de Kimberley, mis en place en 2003, vise, en garantissant leur traçabilité, à bloquer l’exportation de diamants de guerre. En dépit de ce processus, depuis 2013 le trafic aurait coûté la vie à 5 000 personnes en République centrafricaine. http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Entreprises-et-droits-humains/Presentation/Les-diamants-de-la-guerre-et-le-processus-de-Kimberley

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Auriol, « La responsabilité à l’épreuve de la division mondiale du travail : les apports de l’économie comportementale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18027 ; DOI : 10.4000/sdt.18027

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Auriol

Toulouse School of Economics
Manufacture des Tabacs, 21, Allée de Brienne, 31015 Toulouse Cedex 6, France
emmanuelle.auriol[at]tse-fr.eu

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals