Navigation – Plan du site
Participer. Pour quoi faire ?

Participer pour dépasser la condition salariale : les journalistes en quête d’indépendance

Participating to Go beyond Employee Status: Journalists Seeking Independence
Camille Dupuy
p. 61-80

Résumés

Les journalistes constituent un groupe professionnel salarié tout en revendiquant, au nom de leur contribution à la démocratie, une autonomie d’exercice dans leur activité de travail. Pour résoudre cette ambivalence, les journalistes ont demandé à participer à la définition de la ligne éditoriale et des orientations stratégiques de leurs entreprises. L’objectif de cet article est de montrer comment des dispositifs de participation peuvent être utilisés par ces salariés pour dépasser leur condition même de salariés, en leur donnant une prise sur leur travail et sur leurs entreprises de manière à garantir leur indépendance. Le relatif échec de ces dispositifs dans les entreprises productrices d’information souligne les contradictions du salariat indépendant.

Haut de page

Texte intégral

1Les 37 000 journalistes français constituent un groupe professionnel singulier en démocratie : le journaliste « exerce un rôle de critique des idées et des actes, qui constitue un contre-pouvoir, au service du public, en l’occurrence, dans une démocratie, au service du citoyen », explique ainsi Jean-Marie Charon (2007, p. 21). Au départ activité indépendante, cette profession s’est progressivement salariée, jusqu’à voir l’institutionnalisation du statut de journaliste dans le Code du travail en 1935. Les journalistes sont alors devenus des salariés comme les autres, exerçant leur activité professionnelle dans des entreprises soumises aux mêmes logiques capitalistes de gestion et de rentabilité que celles des autres secteurs. Cette ambivalence entre indépendance et salariat a été soulignée par Max Weber dès 1910. Dans ses réflexions sur la presse, il considérait que le journalisme constituait avant tout une activité économique capitaliste (Bastin, 2001). Pour résoudre cette tension, ces salariés indépendants ont mis en place des dispositifs de participation spécifiques dans leurs entreprises, qui ont pour objectif de les extraire de la subordination salariale en consacrant leur indépendance. Dans un contexte de crise économique de la presse et de crise de confiance du public à l’égard de l’information, ces dispositifs de participation au travail parviennent-ils à garantir l’indépendance des journalistes ?

2La participation des salariés aux décisions engageant leurs entreprises s’exerce traditionnellement par l’intermédiaire des syndicats et des institutions représentatives du personnel. Syndicats de journalistes (voir l’encadré 1), délégations du personnel et comités d’entreprises assurent ainsi une participation « démocratique » — liée au droit du travail (Bevort, 2013) — des journalistes dans leurs entreprises. L’analyse des dispositifs de participation s’est souvent centrée sur ces structures collectives légalement instituées qui représentent les travailleurs et leur permettent d’être informés — voire consultés — et de négocier dans leurs entreprises. Cette focale a mené à sous-évaluer le rôle d’autres dispositifs non légalement institués. Guy Groux montre ainsi que le cadre historique et général de la négociation collective en France s’est fondé sur les représentants institués du collectif de travail et questionne « l’identification d’une discipline [la sociologie des relations professionnelles] aux institutions [ces acteurs institués] » (Groux, 2012, p. 57). Sans négliger le type de participation instituée, on propose d’élargir le cadre d’analyse pour prendre en considération des dispositifs moins formalisés de participation au travail. En effet, les dispositifs de participation ne se limitent pas à ces pouvoirs de « gestion démocratique » conférés aux salariés par le droit du travail. Antoine Bevort (2013) identifie plusieurs autres formes de participation : « industrielle », « financière » et « managériale ». De manière plus générale, les synthèses sur les dispositifs de participation montrent la multiplicité des processus (Blondiaux et Fourniau, 2011 ; Béroud, 2013). On entend alors par « participation au travail des journalistes » l’ensemble des dispositifs qui leur permettent de faire entendre leurs voix et d’influer sur le contenu de leur activité. Les journalistes considèrent que l’information est le produit de leur collectif de travail, dans une conception du travail comme « liberté collective de réaliser une œuvre » (Salais, 1998, p. 45). Ils demandent donc à avoir une prise sur celui-ci, en participant à sa production mais aussi à sa définition.

3À côté des sections syndicales et des institutions représentatives du personnel, se créent dans les entreprises d’information des structures qui regroupent les membres de la rédaction et défendent leurs intérêts. Aujourd’hui, ces formes de participation alternatives prennent trois formes différentes qui renvoient à trois conceptions du rôle et des prérogatives des journalistes en entreprise (tableau 1). La première forme de participation est l’actionnariat salarié : les journalistes sont actionnaires de leurs entreprises. C’est le cas par exemple au Monde, où la rédaction est demeurée l’actionnaire de référence de 1951 à 2010. La deuxième forme est une participation « démocratique » ou « négociée » étendue (Bevort, 2013, p. 40) : elle ne passe pas par l’acquisition de titres de propriété mais par la reconnaissance de droits spécifiques — de salariés et non d’actionnaires — au sein de l’entreprise. Les équipes de journalistes qui n’ont pas réussi à accéder à des parts du capital ou à des droits spécifiques en interne peuvent accéder à une troisième forme de participation, de type managérial, dans laquelle les salariés sont ponctuellement appelés à discuter avec les employeurs sur des sujets spécifiques choisis par ces derniers (Bevort, 2013, p. 38). Dans les trois cas, l’enjeu est de garantir aux journalistes une plus grande autonomie, en leur permettant d’accéder à des prérogatives spécifiques qui consacrent leur état de salariés singuliers. Tout en prenant en considération la grande hétérogénéité du groupe professionnel des journalistes, ces structures ont pour objet d’en rassembler tous les membres. On parle ainsi des « journalistes » dans leur ensemble dans la mesure où ces dispositifs sont censés s’appliquer à tous, sans pour autant postuler leur homogénéité.

4L’analyse de ces structures collectives pose la question du pouvoir effectif qu’elles confèrent aux salariés. En effet, les dispositifs de participation ne donnent pas nécessairement de réelles « capacités », entendues comme « une latitude de choix individuel, des opportunités réelles, leur conversion en réalisations effectives, un pouvoir d’agir soutenu par des supports collectifs, et enfin la possibilité pour les salariés d’exprimer leurs préférences et de les faire valoir » (Corteel et Zimmermann, 2007, p. 26). Les dispositifs de participation peuvent conduire à plusieurs modalités d’interaction avec la direction, qui confèrent aux salariés une place différente dans les processus de prise de décision. En somme, il s’agit non seulement d’analyser la constitution sociohistorique de ces dispositifs — classiques et spécifiques à la profession —, mais aussi d’évaluer les capacités concrètes qu’ils confèrent aux salariés pour une participation dans leurs entreprises, et d’examiner sur quoi porte cette dernière.

Tableau 1. Les trois formes alternatives de participation

Actionnaire

Pas actionnaire

Structure instituée

Actionnariat salarié

Participation financière

« Super salarié »

Participation négociée étendue

Structure informelle

Délibération informelle

Participation managériale

  • 1 Jean Schwoebel commence sa carrière de journaliste au groupe Ouest-Éclair en 1933 (dans les hebdoma (...)
  • 2 Elles ont été confiées à Jérôme Bouvier, journaliste à Radio France, et classées par Denis Ruellan (...)

5L’analyse de ces dispositifs de participation s’appuie sur des matériaux divers, recueillis entre 2009 et 2013 et issus d’un travail de doctorat (Dupuy, 2013a). Les aspects historiques sont éclairés par les témoignages écrits qu’ont laissés les fondateurs (Schwoebel, 1968 ; Perier Daville, 1978), les héritiers (Schwarz, 1991 ; Simon, 2005) ou les détracteurs de ces instances (Boegner, 1969), ainsi que par les archives personnelles de deux d’entre eux : Jean Schwoebel et Denis Perier Daville1. Ces archives privées2 regroupent une pluralité de documents — correspondance personnelle, statuts juridiques, comptes rendus de réunions, coupures de presse, etc. — sur les syndicats, les sociétés de journalistes et le statut de l’entreprise de presse entre les années 1960 et 1996. Elles permettent de reconstituer l’histoire des instances de participation des journalistes jusqu’au milieu des années 1990. Par ailleurs, on a conduit environ soixante entretiens semi-directifs avec des journalistes impliqués dans différentes structures de participation et avec des employeurs. On les a interrogés sur le fonctionnement et les actions de ces collectifs, afin d’analyser la manière dont ils pèsent — ou tentent de peser — sur les orientations stratégiques et rédactionnelles dans les entreprises. Du côté des salariés, on a rencontré des représentants du Syndicat national des journalistes (SNJ) autonome et des syndicats des différentes confédérations — Confédération générale du travail (CGT), Confédération française démocratique du travail (CFDT), Force ouvrière (FO), Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) — et des sections Solidaires, démocratiques, unitaires (SUD). Du côté des employeurs, on a rencontré des représentants du Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR) et du Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN). On a enfin rencontré des représentants des collectifs non institués (Fédération des sociétés de journalistes et Forum des sociétés de journalistes). Ces entretiens ont été conduits au niveau de la branche mais aussi dans des entreprises en restructuration (Libération, Le Monde, Radio France, Mediapart, l’Agence France Presse, etc.).

  • 3 La liste des sociétés de journalistes a été publiée dans l’annexe de Dupuy, 2014, pp. 62-64.

6À partir de ce travail de terrain, on a dénombré une centaine d’entreprises des médias dans lesquelles une instance collective regroupant les journalistes a été créée afin d’instituer une participation au travail spécifique3. Cependant, on ne connaît pas toujours la forme de participation qui a été privilégiée, et il n’existe pas de recensement exhaustif de ces structures. On ne peut donc déterminer quantitativement dans quelle proportion chaque forme de participation a été utilisée. En revanche, à partir de cas spécifiques d’entreprises, on peut interroger qualitativement ces formes de participation et analyser la manière dont elles permettent de résoudre les contradictions entre les statuts de salarié et d’indépendant dans ces entreprises. Pour ces trois formes de participation au travail — participation financière (section 1), droits spécifiques (section 2) et participation managériale (section 3) —, on étudiera les contextes dans lesquels elles ont vu le jour, les principes sur lesquels elles reposent et les capacités qu’elles confèrent aux journalistes qui les ont utilisées.

Encadré 1. Les organisations syndicales de journalistes en France
Le paysage syndical des journalistes français comprend sept organisations syndicales qui se sont créées sur un siècle. La première organisation syndicale, un syndicat de journalistes parisiens chrétiens, est un syndicat mixte (salariés et employeurs) créé en 1886 pour rapprocher travail et capital. Le Syndicat national de journalistes (SNJ) est le premier qui regroupe uniquement des salariés. Celui-ci se constitue en 1918, en parallèle de la dynamique de professionnalisation du journalisme, et se présente comme une « association de défense et de discipline professionnelle ». Il est autonome (non confédéré). Les syndicats qui se créent après le SNJ sont des syndicats affiliés à des organisations ou à des confédérations. Du côté du syndicalisme contestataire, un syndicat de journalistes s’est tout d’abord créé au sein de la Confédération générale du travail (CGT). Le SNJ-CGT est fondé en 1938 suite au refus du SNJ autonome de se rallier à la CGT. Après un rapprochement de courte durée entre le SNJ et le SNJ-CGT à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, ces deux structures se séparent rapidement. La CGT éclate en 1948 et donne naissance à la confédération Force ouvrière (FO) en 1948. Certains journalistes de la CGT rejoignent alors FO et créent le Syndicat général des journalistes FO (SGJ-FO). Du côté du syndicalisme réformiste d’origine chrétienne, le premier syndicat mixte de journalistes chrétiens rejoint la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) qui est fondée en 1919. La CFTC éclate en 1964 et donne naissance à la Confédération française démocratique du travail (CFDT) qui se déconfessionnalise. Les journalistes de la CFTC rejoignent alors majoritairement la CFDT et créent l’Union syndicale des journalistes CFDT (USJ-CFDT). Un Syndicat des journalistes CFTC (SJ-CFTC) est recomposé en 1971. Du côté du syndicalisme cadre, des cadres du SNJ rejoignent la Confédération générale de l’encadrement–Confédération générale des cadres (CFE-CGC) en 1972. Enfin, plus récemment, avec le développement d’un syndicalisme « solidaire, unitaire et démocratique » (SUD), des sections SUD-Média, regroupant entre autres des journalistes, se sont créées à la fin des années 1980.

1. Pour une participation financière des journalistes : des sociétés de journalistes actionnaires

7Une première forme de participation mise en place par les journalistes est celle de l’actionnariat salarié. Au Monde par exemple, les journalistes étaient jusqu’en 2010 le premier actionnaire de leur groupe. Dans d’autres titres les journalistes détiennent collectivement et de manière symbolique quelques actions de leur entreprise. C’est notamment le cas au Figaro dont les journalistes détiennent trois actions. Cela répond à la volonté de consacrer leur indépendance en leur confiant un droit de regard sur la marche de leur entreprise.

1.1. Consacrer l’indépendance des journalistes salariés : la constitution d’une revendication

  • 4 Extraits du Rapport parlementaire d’Émile Brachard, 1935.
  • 5 Article L. 7111-3 du Code du travail.
  • 6 Avec les scandales de Panama ou des emprunts russes, mais aussi en raison de la vénalité de la pres (...)

8Pour comprendre cette participation de type « financier » (Rebérioux, 2003), il faut revenir sur la constitution du salariat journalistique. La profession de journaliste, au départ conçue comme une activité indépendante, est progressivement devenue une profession salariée. Le basculement s’opère à la fin du XIXe siècle, dans le contexte d’un mouvement plus général de salarisation des travailleurs français dont témoigne notamment la création d’un Code du travail (salarié) en 1910. À la sortie de la Première Guerre mondiale, le salariat est majoritaire chez les journalistes, sans qu’il soit institué (Neveu, 2004). Fort de cette salarisation, le premier syndicat de journalistes est créé en 1918 : le Syndicat des journalistes — qui deviendra le Syndicat national des journalistes (SNJ). Ce premier syndicat, catégoriel et autonome, porte les intérêts des journalistes et entend participer à la régulation de cette profession — normes professionnelles — et à son encadrement — conditions de travail (Delporte, 1995). Pour cela, les responsables syndicaux entament des négociations avec les représentants des employeurs et de l’État, mettant ainsi au jour une première forme de participation des journalistes. Ces négociations conduisent notamment à l’institutionnalisation du salariat pour les journalistes en 1935, par l’inscription de leur statut dans le Code du travail qui reconnaît de fait son caractère salarial. Cela permet de protéger cette profession « petite par le nombre, importante par le service social » : « Nous considérons [que le rôle de la presse] est capital dans un ordre démocratique, qu’elle n’est à même de le remplir que dans la liberté, et que le Statut professionnel des journalistes est une des garanties de cette indispensable liberté »4. Dans le Code du travail, le journaliste est aujourd’hui défini comme une personne « qui a pour activité principale, régulière et rétribuée, l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques ou agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources »5. Si cette reconnaissance du statut de salarié s’avère protectrice pour les journalistes, elle ne consacre pas l’autonomie d’exercice de ces salariés dans leurs entreprises. Face aux multiples pressions économiques et politiques que subissent ces salariés sous la Troisième République6, les journalistes demandent que leur indépendance soit consacrée, constituant ainsi une rhétorique en faveur de leur protection (Lemieux, 2000).

1.2. Du statut de l’entreprise aux sociétés de journalistes actionnaires

9Ces réflexions, qui se développent parallèlement à la salarisation des journalistes, sont reprises après la Seconde Guerre mondiale qui voit à nouveau la presse être largement corrompue. Les journalistes comme les employeurs sont favorables à l’adoption d’un statut pour l’entreprise de presse, qui consacre leur indépendance, à côté de leur statut de salarié. Pour cela, ils proposent que soit instaurée une participation des journalistes au capital de leurs entreprises. C’est ici que naît l’idée sur laquelle repose le premier modèle de participation. Plusieurs projets de statut de l’entreprise de presse se succèdent à cette époque. Par exemple, le projet Defferre (1946) propose que les sociétés de presse se constituent sous forme de sociétés à participation ouvrière (SAPO) dans lesquelles les travailleurs détiendraient au minimum le cinquième du capital. Le projet Bichet (1949) propose pour sa part que la société civile de presse — fondateurs, animateurs et propriétaires du titre — possède nécessairement au moins 51 % des parts du capital. Mais aucune de ces propositions n’est votée. Les éditeurs reculent finalement devant la perspective de porter atteinte à leur droit de propriété. Ces échecs à légiférer sur un statut de l’entreprise de presse instituant la participation financière des journalistes donne naissance au mouvement des « sociétés de journalistes ». Dans un contexte post-conflit de défiance des journalistes par rapport aux capitalistes propriétaires des entreprises de presse, des sociétés de type commercial sont créées dans les entreprises de presse afin de réunir les journalistes et de recueillir des parts de leur capital. La première société de journalistes est créée au Monde en 1951. Suite à une ingérence des actionnaires dans la ligne éditoriale conduite par le directeur de la publication, Hubert Beuve-Méry, les journalistes se regroupent et créent la Société des rédacteurs du Monde (SRM). 28 % des parts du journal lui sont cédées, et cette part sera portée à 40 % en 1968.

  • 7 Ordonnance n° 67-693 du 17 août 1967.
  • 8 En font partie les sociétés de journalistes des entreprises suivantes : L’Alsace, Les Échos, L’Écho (...)

10À partir du milieu des années 1960, le modèle du Monde est repris dans plusieurs titres, et notamment au Figaro. Ce développement se réalise dans un contexte favorable aux idéaux participatifs, dont attestent la parution du rapport Bloch-Lainé de 1963, Pour une réforme de l’entreprise, et la promulgation en 1967 d’une ordonnance sur la « participation des salariés aux fruits de l’expansion des entreprises »7 (Sauviat, 2009, p. 28). La même année, les structures se regroupent dans une Fédération des sociétés de journalistes8. Cependant, les employeurs y restent très majoritairement opposés. Pour eux, « les sociétés de rédacteurs risquent de constituer, au sein du journal, un élément fondamentalement conservateur » (Boegner, 1969, p. 100) et « risquent d’être amenées à jouer un rôle de frein permanent, nuisible » (Boegner, 1969, p. 101). Par ailleurs, le pouvoir politique favorable à la participation des salariés revient sur ses engagements dès 1970 en pointant « les inconvénients trop nombreux et les garanties trop incertaines » de ces structures. Ainsi, malgré les espoirs suscités par les projets portés après la guerre, ce modèle d’une participation financière des journalistes au capital de leurs entreprises est abandonné dès le début des années 1970. Mais bien que peu développé, il a été largement théorisé.

1.3. Le principe de l’actionnariat salarié

11La volonté qui sous-tend ces projets est de consacrer l’indépendance des journalistes en instituant l’actionnariat salarié. L’un des fondateurs de la première société de journalistes actionnaires, J. Schwoebel, théorise cette participation financière des journalistes au capital de leurs entreprises dans un manifeste publié en 1968 : La Presse, le pouvoir et l’argent. Revenant sur son expérience au Monde, il propose que l’équipe de rédaction participe dans chaque entité à la marche de l’entreprise via une société des journalistes qui disposerait de « garanties institutionnelles d’indépendance » (Schwoebel, 1968, p. 142). Pour lui, l’enjeu est de « garantir l’indépendance de la plume » (Schwoebel, 1968, p. 149). La participation des salariés n’est pas revendiquée en vertu de l’appartenance à une entreprise mais en vertu de la participation des journalistes à une mission jugée essentielle à la démocratie qui est la fabrique de l’information : « Ce n’est pas en tant que travailleurs d’une entreprise que [les journalistes] réclament une participation, c’est en tant que membres d’une profession […] chargée d’une mission d’intérêt public […] dont l’exercice réclame […] une parfaite indépendance et de sérieuses compétences » (Schwoebel, 1968, p. 136 ; voir aussi Ruellan, 2014). Ils seraient en effet les producteurs d’un bien tout à fait spécifique qui devrait être protégé des influences extérieures : « Moi je crois que l’info, oui, est une marchandise, mais n’est pas une marchandise comme les autres », explique encore aujourd’hui un journaliste de Radio France (entretien).

12Cette participation s’inscrit dans une dynamique capitaliste qui ne reconnaît de droits qu’aux actionnaires, contrairement aux comités d’entreprise qui, depuis 1945, confèrent des prérogatives aux apporteurs de travail (les salariés) à côté de celles des apporteurs de capitaux. Cela renvoie à la « valeur actionnariale » que Neil Fligstein (2001, p. 5) fait correspondre à une « conception financière du contrôle ». Dans cette conception, les acteurs qui peuvent agir sur l’entreprise sont les propriétaires de son capital. Les sociétés de journalistes actionnaires, en essayant de s’extraire des logiques capitalistes des entreprises de presse (et des menaces sur l’indépendance), vont en fait dans leur sens en consacrant cette valeur actionnariale. Cela explique que les ouvriers du livre se soient toujours opposés à cette forme de participation : « Les ouvriers de l’imprimerie n’ont pas voulu, en disant : “nous, ce n’est pas notre truc, c’est un truc de capitalistes. On va se faire enfermer !” », explique un journaliste au Monde (entretien).

13Quelles capacités concrètes d’action ces dispositifs de participation au capital confèrent-ils aux journalistes ? D’après leurs défenseurs, ils assureraient aux journalistes un pouvoir de décision sur les affaires engageant leur entreprise. Au Figaro par exemple, la société des journalistes dispose aujourd’hui de quatre représentants élus au conseil de surveillance de l’entreprise. L’enjeu est ainsi « que l’idée de service l’emporte […] sur la préoccupation de profit » (Schwoebel, 1968, p. 149). Cela doit permettre aux journalistes de faire entendre leurs voix lors de la désignation des dirigeants de l’entreprise et des grandes décisions qui sont « de nature à modifier le destin de l’entreprise ». Cette participation de type financier s’inscrit alors à côté de la participation de type démocratique, liée aux structures représentatives des salariés.

1.4. Salariat et actionnariat salarié

14La création des premières sociétés de journalistes actionnaires s’est faite parallèlement à la multiplication des organisations syndicales de journalistes (voir l’encadré 1).

15Dans certains titres, des représentants du personnel sont à l’origine de la création de la société de journalistes : « Les animateurs des sociétés de rédacteurs étaient tous des responsables syndicaux et les membres de sociétés, des syndicalistes », explique D. Perier Daville, lui-même militant du SNJ et fondateur de la société de journalistes du Figaro (1978, p. 185). Cette forme de participation s’inscrit en complément de celle portée par les syndicats de journalistes, qui les représentent en tant que salariés et non en tant que professionnels singuliers. Alors que les syndicats sont, selon J. Schwoebel (1968, p. 140), « le plus souvent semblables [à ceux des] autres branches professionnelles », les sociétés de journalistes affichent leur singularité. Par ailleurs, ces structures s’inscrivent à côté des attributions des élus du personnel dans les comités d’entreprise, structures nouvellement créées suite à l’ordonnance du 22 février 1945, qui permettent une participation de l’ensemble des salariés aux décisions de gestion — en tant que partie prenante, et non pas en tant que profession protégée. Cependant, ce mode de participation est source de certaines ambiguïtés.

1.5. Les ambiguïtés de l’actionnariat salarié

16Peu de collectifs de journalistes ont finalement réussi à accéder à ce statut d’actionnaire. D’après notre recension, les entreprises de presse qui ont cédé des parts de capital sont assez rares : Le Monde, Le Figaro, Le Monde interactif, Libération, Le Canard enchaîné… On parle de « sociétés de participation » (Verfaillie, 2008). On peut expliquer cet échec par le caractère « boiteux » de ce principe qui « choisit l’entreprise privée comme cadre de l’exercice de l’activité de presse et qui en même temps entrave les règles de l’économie de marché », selon J.-M. Charon (1991, p. 55). Ces projets prévoient en effet que ces entreprises demeurent dans le système capitaliste tout en conférant des prérogatives d’actionnaires aux travailleurs.

  • 9 Ils ont choisi pour la première fois leur directeur, Jacques Fauvet, en 1980 (Simon, 2012). Ils ont (...)

17Pour évaluer plus avant les capacités qu’en tirent les journalistes, revenons sur l’exemple du Monde où la société des journalistes disposait d’une minorité de blocage sur les décisions extraordinaires jusqu’à la dernière recapitalisation du journal en novembre 2010. Au quotidien, les journalistes exercent leur activité en respectant les hiérarchies rédactionnelles classiques : définition des sujets en conférence de rédaction, coordination et relecture par les chefs de services, etc. Cependant, ils sont appelés à s’exprimer sur les décisions importantes qui engagent leurs entreprises : « C’est une forme de cogestion, pas au jour le jour mais sur les grandes lignes », expliquait alors l’un des représentants (entretien). Les journalistes bénéficiaient notamment du droit de veto sur la nomination de leur directeur9. Ce mode d’organisation cogestionnaire crée des ambiguïtés et entraîne un certain nombre de dysfonctionnements dans l’entreprise en cas de conflits ou de difficultés économiques (Quijoux, 2013). En effet, les journalistes actionnaires sont conduits à voter leurs propres licenciements de journalistes salariés. Par exemple, lors d’une importante restructuration en 2008, les salariés actionnaires ont été associés à la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Face à ces contradictions, les journalistes du Monde ont renoncé à leur place de premier actionnaire, la cédant à trois investisseurs extérieurs en novembre 2010 (Dupuy, 2013b). Cette évolution marque les limites de l’actionnariat salarié chez les journalistes, aux yeux des salariés eux-mêmes. Un journaliste du titre décrit « un système de cogestion où tout le monde était un peu empêtré » (entretien). L’arrivée d’actionnaires extérieurs non salariés règle les ambiguïtés que posait jusqu’alors l’exercice de prérogatives d’actionnaire par les salariés, en leur conférant de nouvelles « capacités politiques » (Didry, 2013).

18Ainsi, dans ce premier modèle, la participation est « financière ». Elle ne se limite pas à l’introduction d’une composante variable dans la rémunération du salarié — intéressement, stock-option, etc. (Rebérioux, 2003, p. 27). Une représentation des journalistes salariés, par l’intermédiaire de leurs sociétés, est instituée au sein des conseils d’administration ou de surveillance, sur un mode de « gouvernance financière » (Bevort, 2013, p. 43). Cette dynamique de cogestion s’est peu développée et n’a pas été probante pour offrir un réel pouvoir d’expression à ces salariés. Les revendications se sont déplacées vers une reconnaissance de pouvoirs de négociation étendus pour les journalistes salariés indépendants.

2. Les journalistes en super-salariés : pour une participation de l’équipe rédactionnelle à la ligne éditoriale

19Face aux difficultés à imposer la participation financière dans toutes leurs entreprises, les journalistes ont majoritairement renoncé à l’actionnariat salarié. Toutefois, ils mettent toujours en avant leur place particulière dans l’entreprise de presse — au centre de la production — et revendiquent ainsi l’accession à des droits de participation et d’expression plus larges que ceux dont disposent les autres salariés. Par exemple, à l’Agence France Presse (AFP), les journalistes disposent d’un siège (et d’une voix) au conseil d’administration de l’entreprise. De même, au Nouvel Obs, le président de la société des rédacteurs est membre du conseil d’administration auquel il participe de plein droit. Dans ce titre, la désignation du directeur de la rédaction doit, depuis 2004, être avalisée par les rédacteurs. Cette reconnaissance légale de droits spécifiques aux journalistes constitue un second modèle possible de participation au travail pour les journalistes.

2.1. De la « société de journalistes » à l’« équipe rédactionnelle » : un glissement sémantique remettant en cause la participation financière

  • 10 La Tribune (1992), La Tribune Desfossés (1993), Liaisons sociales (1993), Stratégies (1993), Témoig (...)

20Le modèle des sociétés de journalistes actionnaires périclite rapidement dans les années 1970. Au Figaro par exemple, le groupe Hersant vide cette structure de ses capacités d’action : « Hersant liquide les meneurs de la SDR, la plupart partent, la société est décapitée », se rappelle un ancien journaliste au Figaro (entretien). Le contexte idéologique voit également un recul des orientations autogestionnaires face à l’ampleur de la crise économique. Parallèlement, et dans ce nouveau contexte, on note une évolution dans les discours des journalistes dès 1973. Le terme « société de journalistes » est remplacé par celui d’« équipe rédactionnelle ». Paradoxalement, on ne trouve pas de mention de ce glissement dans les archives. Au contraire, J. Schwoebel affirme que la Fédération des sociétés de journalistes « poursuit obstinément les objectifs qu’elle s’est assignés dès l’origine » (lettre du 24 décembre 1975 aux présidents des sociétés de journalistes membres de la Fédération). Cette évolution terminologique mais aussi concrète atteste d’un renoncement à la participation financière dont l’institutionnalisation a échoué. Tout en conservant la dénomination « société », ce sont désormais des structures de type associatif qui sont privilégiées (Ruellan, 2011). Sur les vingt-trois sociétés de journalistes créées depuis le début des années 1990 que nous avons recensées et dont nous connaissons le statut, vingt ont été fondées sous la forme d’associations10. La création en 2005 d’un « Forum » des sociétés de journalistes à la place de l’ancienne « Fédération » va dans le même sens. Ces sociétés sont créées en situation de crise et ne répondent plus au désir premier de participer au capital de l’entreprise. Cependant, elles cherchent toujours à faire reconnaître les droits des journalistes.

2.2. Des tentatives d’institutionnalisation

21Depuis les années 1970, le programme est donc celui d’une participation « démocratique étendue » des journalistes dans leurs entreprises. L’histoire de leurs revendications montre une certaine constance dans ce projet. Depuis cette époque, les journalistes ont régulièrement demandé que ces droits spécifiques leur soient reconnus. C’est par exemple le cas en 1981 avec l’arrivée de la gauche au pouvoir, qui est considérée comme l’ouverture d’une « fenêtre d’opportunité ». Ils se mobilisent « en prévision d’une réforme législative désormais probable » (lettre de J. Schwoebel aux présidents de sociétés de journalistes membres de la Fédération, 12 juin 1981). Cette première tentative est un échec, comme en atteste la loi n°84-937 du 23 octobre 1984 visant à limiter la concentration et à assurer la transparence financière et le pluralisme des entreprises de presse, qui fait mention de l’équipe rédactionnelle dans son article 13 tout en restant évasive : « Toute publication quotidienne est tenue de comporter une équipe rédactionnelle permanente, composée de journalistes professionnels […] et doit être suffisante pour garantir l’autonomie de conception de cette publication ».

  • 11 J. Schwoebel, « Démocratiser les médias », Le Monde, 13 juin 1992.
  • 12 J. Schwoebel, « Confier aux journalistes une chaîne d’information », Le Monde, 13 novembre 1992.

22Cette initiative est reprise dans les années 1990. J. Schwoebel publie dans ce sens deux tribunes dans la rubrique « Débats » du Monde en juin et novembre 1992, dans le contexte d’une multiplication des dérives au début des années 1990 qui crée une défiance envers une certaine partie de la profession : « Lourde est la responsabilité de la plupart des médias, dont les structures comme la vision du monde sont largement archaïques et paternalistes, et qui par connivence ou soumission, continuent trop souvent à s’exprimer dans une langue de bois », dénonce-t-il11. Dans sa conception, l’indépendance des journalistes n’est pas seulement envisagée à leur égard, mais en tant que vecteur d’une information de qualité : « Le respect de ces droits [d’information et d’expression] aurait exigé des pouvoirs publics une défense beaucoup plus rigoureuse du pluralisme des médias, cette défense exigeant elle-même l’adoption d’un statut des journalistes assurant leur indépendance et leur participation collective aux décisions importantes dans les entreprises d’information »12. Ces initiatives en faveur de droits spécifiques pour les journalistes reposent sur certains principes.

2.3. Pour une participation des journalistes salariés aux décisions essentielles

23Cette forme de participation au travail repose sur l’idée que la participation au capital n’est pas le seul moyen d’accéder à des droits spécifiques dans les entreprises. Si les journalistes sont toujours considérés comme l’âme de l’entreprise à protéger, les modalités de la participation évoluent et permettent de sortir d’une vision de l’entreprise dans laquelle la responsabilité est uniquement attachée aux droits de propriété. Elle est alors envisagée comme un espace de coopération au sein duquel les salariés disposent également de droits de regard, passant ainsi d’un contrôle par la propriété à un contrôle par la responsabilité (Baudoin, 2012). L’enjeu est alors de faire participer les journalistes non pas en tant qu’actionnaires de la société mais en tant que partie prenante de l’entreprise collective qu’ils conduisent, comme c’est le cas dans les comités d’entreprise. Mais ce mode de participation ne permet pas aux journalistes de peser sur la ligne éditoriale et la conception de l’information. Les responsables des sociétés de journalistes demandent donc l’instauration de droits spécifiques pour les journalistes professionnels réunis dans l’équipe rédactionnelle, afin d’en faire des super-salariés disposant de capacités de participation étendues par rapport aux autres salariés. Ils demandent à avoir une prise sur leur produit, entendu « comme le résultat de l’activité coordonnée des personnes » (Salais, 1998, p. 55).

24Ces droits sont la responsabilité exclusive de la gestion de l’information et l’accord préalable sur la désignation du directeur et du principal responsable de la rédaction. La Fédération française des sociétés de journalistes demande ainsi « [la reconnaissance de] la responsabilité des équipes rédactionnelles et de leur nécessaire participation aux décisions essentielles concernant l’orientation de la publication ou conditionnant l’avenir de l’entreprise » (appel au politique lors de l’assemblée générale annuelle de la FFSJ de 1983). Concrètement, la Fédération souhaite que soit inscrit dans la loi le fait que « l’équipe rédactionnelle devra être associée à toutes les décisions concernant l’indépendance et l’avenir de la publication. La nomination du responsable de la rédaction ne pourra se faire sans l’accord de l’équipe rédactionnelle » (proposition soumise par la FFSJ lors de la préparation de la loi de 1984).

25Les revendications restent les mêmes durant toute la période : faire reconnaître un statut à l’entreprise de presse dans laquelle l’équipe rédactionnelle disposerait de la personnalité juridique et de certains droits spécifiques. « On veut que la loi reconnaisse que les équipes rédactionnelles ont une existence légale et que leur rôle est de faire respecter les chartes de déontologie », expliquait encore récemment le président du Forum des SDJ (entretien). C’est donc un droit de regard sur la ligne éditoriale qui est demandé. Celle-ci s’entend comme « quelque chose d’extrêmement compliqué, de flou […] ; c’est un bien immatériel qui fait que, quand on achète Le Figaro ou Le Monde, on sait qu’on n’achète pas la même chose […] ; c’est un mélange d’histoire, de traditions… » (entretien, journaliste de Radio France). Cette forme de participation s’articule alors avec la participation démocratique des institutions représentatives du personnel.

2.4. Une cause commune avec les syndicats

26Les syndicats de journalistes s’associent aux sociétés de journalistes afin de favoriser la reconnaissance de l’équipe rédactionnelle. Dès 1975, les représentants des syndicats de journalistes et de la Fédération des sociétés de journalistes rédigent un nouveau projet de statut de l’entreprise de presse. Dans ce projet, les missions des élus du personnel (contrôle de gestion, pouvoir de décision sur la nomination du directeur général, sur la modification du capital, en cas de fusion, etc.) s’inscrivent à côté de celles de l’équipe rédactionnelle (gestion de l’information).

  • 13 Proposition de loi n°179 relative à l’indépendance des rédactions, enregistrée au Sénat le 15 décem (...)

27Cette ambition a été reprise récemment. Les syndicats ont soutenu une proposition de loi relative à l’indépendance des rédactions, présentée par des parlementaires socialistes et débattue à l’Assemblée nationale et au Sénat en 201013. Il y est proposé que les journalistes soient collectivement associés aux décisions portant sur la nomination des dirigeants et sur le contenu éditorial. C’est dans un nouveau contexte que cette récente proposition a été formulée, celui de la privatisation et de la rationalisation croissante des entreprises de presse : « Aujourd’hui, avec le jeu des rachats et des fusions, les entreprises de presse passent sous le contrôle d’actionnaires, de groupes industriels ou financiers, qui vivent des marchés publics et dont les intérêts économiques et politiques peuvent entrer en contradiction avec le souci d’informer librement et honnêtement. […] Les atteintes à l’indépendance des rédactions se sont multipliées. Pressions, censures, conséquences le plus souvent d’une concentration excessive mais aussi perquisitions au droit européen » (exposé des motifs de la proposition de loi). Les rapides mutations économiques et technologiques du secteur qui bouleversent cadences et repères sont également mises en avant : « Il semble indispensable, dans une période où la presse vit une mutation économique et technique difficile, que le législateur propose des mesures permettant de garantir l’indépendance des rédactions […] » (exposé des motifs de la proposition de loi).

28Cette proposition a été rejetée par les deux assemblées en 2010. Si cette proposition de loi avait été votée, l’équipe rédactionnelle participerait à la rédaction de textes déontologiques propres à l’entreprise, veillerait au respect de la déontologie professionnelle et serait consultée sur la nomination du directeur de la publication et en cas de changement de politique éditoriale ou rédactionnelle. Par ailleurs, sa reconnaissance juridique aurait des conséquences sur ses moyens d’action : protection de ses responsables et possibilité de déclencher le droit d’alerte en accord avec le comité d’entreprise. En cas de non-respect de ces obligations, l’entreprise verrait ses aides à la presse suspendues. Le rapporteur de la proposition de loi considère que les journalistes doivent avoir un droit de regard sur les biens immatériels, mais pas sur les biens matériels dont s’occupent les propriétaires. L’objet de la proposition de loi n’est pas de conférer le statut d’actionnaire aux journalistes, mais bien d’équilibrer le rapport entre les journalistes et les actionnaires afin de garantir leur indépendance.

29Malgré cet échec, le SNJ — majoritaire dans la profession — continue à tenter d’obtenir la reconnaissance de l’équipe rédactionnelle : « On milite depuis un certain nombre d’années pour la reconnaissance juridique de chaque équipe rédactionnelle. […] On s’est rendu compte que devant les attaques beaucoup plus massives contre les journaux, contre les médias en général, […] il faut des garanties collectives, dont la reconnaissance juridique de chaque équipe rédactionnelle [fait partie] » (entretien, syndicaliste SNJ). Cette reconnaissance d’une participation via l’équipe rédactionnelle s’inscrit dans une volonté de rééquilibrer les pouvoirs au sein de l’entreprise : « Parce que le déséquilibre, maintenant, dans chaque entreprise, est tel entre les employeurs, les actionnaires, les hiérarchies complaisantes et mercenaires, le marketing, la pub, et ce qui reste de rédaction de plus en plus saignée à blanc, que si on ne peut pas rééquilibrer les pouvoirs dans chaque entreprise, il n’y a plus du tout de journalisme » (entretien, syndicaliste SNJ). L’analyse de ces dispositifs de participation interroge ainsi les capacités concrètes qu’ils confèrent aux collectifs de journalistes.

2.5. Une participation limitée mais réussie

  • 14 Art. 2-1° de la loi n° 57-32 du 10 janvier 1957 portant statut de l’Agence France-Presse.

30Pour envisager ces capacités, on analyse des entreprises dans lesquelles ces structures existent, afin de mesurer si les journalistes participent effectivement aux prises de décisions. C’est par exemple le cas à l’AFP, où la société des journalistes et l’association de défense de l’AFP (ADI-AFP) sont consultées parallèlement aux syndicats lors des projets de modification des statuts de l’agence. Ces statuts ad hoc, qui datent de 1957, instituent notamment un conseil supérieur, composé des différentes parties prenantes de l’entreprise : salariés, utilisateurs, représentants de l’État. Celui-ci veille au fait que « l’Agence France-Presse ne peut en aucune circonstance tenir compte d’influences ou de considérations de nature à compromettre l’exactitude ou l’objectivité de l’information ; elle ne doit, en aucune circonstance, passer sous le contrôle de droit ou de fait d’un groupement idéologique, politique ou économique »14. C’est donc l’indépendance de la rédaction — et du journaliste dans son travail — qui y est consacrée.

31Lors des dernières tentatives de réforme des statuts (entre 2009 et 2013), le représentant de la société des journalistes est entendu par la direction : « On est sur un pied d’égalité dans la concertation menée à l’heure actuelle. On est intervenu dans le débat exactement comme les autres », explique son président (entretien). La société des journalistes de l’AFP est également reconnue par les représentants de l’État. Elle est notamment auditionnée par les parlementaires. De même, les membres de l’ADI-AFP engagent des discussions avec la direction — audition au moment de la procédure de concertation —, avec des représentants de l’État — lettre ouverte aux parlementaires —, mais aussi auprès de l’intersyndicale. Ils sont à l’origine de contre-propositions de réformes. Ils participent notamment à la rédaction de la modification de l’article 13 du statut, entrée en vigueur en février 2013. Cette reconnaissance leur permet ainsi de peser sur l’avenir de leur entreprise en se posant comme les « gardiens du temple » vis-à-vis de cette indépendance.

  • 15 Les verbatim de ce débat ont été publiés dans un article de The Media Trend, « Débat : une société (...)

32De même aux Échos, la collectivité des journalistes bénéficie d’une reconnaissance singulière de la part de la direction. Dans ce titre, une société de journalistes a été créée fin 2006 lors de la mise en vente du journal. Au départ, elle ne dispose d’aucun pouvoir juridique. Lors du rachat du titre par le groupe LVMH en novembre 2007, l’équipe rédactionnelle a demandé que certains droits lui soient reconnus afin de consacrer son indépendance : « En raison des conflits d’intérêts, il ne faut pas qu’un groupe industriel détienne un média. […] Un journal comme Les Échos est un outil de travail qui doit diffuser une information pure et parfaite », explique ainsi le président de la société de journalistes (débat public organisé par l’association Ça presse ! en 200715). La société de journalistes a réussi à obtenir que soit instaurée une « charte éthique des Échos », qu’elle a signée avec le groupe LVMH et les directeurs de la rédaction, attestant par ce droit à la signature de sa légitimité. Cette charte régit notamment les pratiques rédactionnelles qui structurent le travail quotidien du journaliste. Il lui est permis par exemple de refuser de signer un article. Les voyages de presse et les cadeaux sont également réglementés. Il est précisé que cette charte « est force obligatoire entre les parties », c’est-à-dire qu’elle est opposable devant une instance, constituée expressément : le Comité d’indépendance des Échos. Ce comité rassemble deux représentants de l’actionnaire, deux représentants de la société de journalistes et deux administrateurs indépendants. Ici encore, il s’agit de s’interroger sur les capacités réelles que cela confère aux travailleurs. Les journalistes participent effectivement aux orientations rédactionnelles de leur titre. Par exemple, ils ont saisi le comité suite à la nomination par l’actionnaire d’un proche de Nicolas Sarkozy comme grand éditorialiste en septembre 2011, mettant en avant le principe selon lequel le titre Les Échos s’inscrit dans « une tradition libérale et non partisane ». La société des journalistes a eu gain de cause et l’actionnaire s’est séparé de son éditorialiste, suivant l’avis du comité. Dans ce cas, la reconnaissance de droits de participation démocratique étendus donne effectivement aux journalistes salariés les capacités d’assurer leur indépendance dans l’exercice de leur travail.

  • 16 Extrait des débats autour de la proposition de loi.

33Ainsi, dans ce second modèle, l’ensemble des journalistes, en tant qu’ils composent l’équipe rédactionnelle, bénéficient de droits spécifiques liés à l’exercice de leur profession, qui leur garantissent une certaine autonomie au travail : consultation sur le directeur de la publication, droit de regard sur le contenu et sur la ligne éditoriale, etc. Cela concourt à une extension — pour les seuls journalistes — de la participation « démocratique » constitutive d’une « citoyenneté dans l’entreprise », qui leur confère le droit de participer à la gouvernance de l’entreprise « où l’intérêt des actionnaires n’est pas le seul pris en compte » (Rebérioux, 2003, p. 27). Cependant, l’institutionnalisation de ces droits ne s’est pas faite dans tous les titres. Une partie des employeurs refuse de céder des prérogatives spécifiques aux journalistes et se cantonne aux obligations liées au droit du travail et à leur condition de salariés. En effet, ils considèrent que cela constituerait « une grave limitation de leur pouvoir […] et de leur liberté d’action »16. La participation des journalistes au travail n’est ainsi pas instituée partout. Cela n’empêche pas certains collectifs de s’imposer malgré tout.

3. Une participation incertaine et occasionnelle des journalistes dans leurs entreprises

34Aujourd’hui, aucun dispositif particulier de participation au travail pour les journalistes n’est inscrit dans la loi, en dehors de ceux liés au caractère salarié de l’activité (syndicats et élus du personnel). Malgré cette absence de reconnaissance institutionnelle, les journalistes continuent à se regrouper dans des sociétés ou des associations et tentent, au coup par coup, de participer aux décisions engageant leurs entreprises. À La Tribune par exemple, une société de journalistes a été créée en 1993, au moment du rachat du titre par LVMH, mais ne bénéficie d’aucune reconnaissance formelle. Ce troisième modèle s’inscrit dans une participation de type managérial qui s’institue à la discrétion de l’employeur.

3.1. Les journalistes, des salariés comme les autres

  • 17 Le changement. Projet socialiste 2012, l’intégrale, p. 54. Consultable en ligne : http://www.parti- (...)
  • 18 Baromètre annuel réalisé par TNS Sofres pour La Croix depuis 1987. Enquête auprès d’un échantillon (...)
  • 19 Le changement. Projet socialiste 2012, l’intégrale, p. 54.
  • 20 Proposition de loi n°813 relative à la reconnaissance juridique du Conseil de rédaction, enregistré (...)

35Malgré les échecs récurrents — depuis 1945 — à institutionnaliser des dispositifs de participation au travail spécifiques aux journalistes, cette revendication se poursuit. Le changement récent de majorité politique constitue, comme en 1981, une « fenêtre d’opportunité » dont se saisissent les journalistes. Cette reconnaissance pourrait avoir lieu au cours du mandat présidentiel actuel. En effet, cela figure dans le programme du Parti socialiste aux élections présidentielles de 2012, qui stipule que « chaque entreprise de presse se dotera d’une société de journalistes, disposant de pouvoirs réels »17. Cette proposition s’inscrit dans un contexte difficile où la défiance des citoyens envers les médias est croissante, comme en attestent les résultats du baromètre annuel de confiance dans les médias18. En 2014, une nette majorité des Français considèrent que les journalistes ne sont pas indépendants des partis politiques et du pouvoir (66 %) et des pressions de l’argent (60 %) : « Les difficultés des médias ont deux causes principales : une crise économique — qui touche particulièrement la presse écrite — et une crise de défiance politique […]. Une majorité [des Français] estime que les journalistes subissent la pression des pouvoirs politiques et financiers »19. Dans ce sens, une proposition de loi relative à la reconnaissance juridique du Conseil de rédaction a été déposée au Sénat en septembre 2014. Dénonçant une situation dans laquelle « l’éthique journalistique [serait] piégée par la réalité capitalistique », la proposition porte sur la création d’un conseil de rédaction, composé de tous les journalistes professionnels du titre, chargé de veiller à ce que leur activité de travail s’exerce « en toute indépendance des pouvoirs publics et des pouvoirs économiques » et « à l’abri des pressions »20.

  • 21 La loi n°86-897 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse, complétée par la (...)
  • 22 Loi n°2009-669 du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet

36Pour l’heure, les entreprises de presse répondent à une définition datant de 1986, celle des « entreprises éditrices » ou des « entreprises de communication audiovisuelle »21, complétée en 2009 pour la presse en ligne22. Ces entreprises « ont un statut très particulier » selon certains syndicalistes (entretiens). Elles sont en fait des entreprises — publiques ou privées — classiques. Elles sont soumises aux impératifs de gestion et de rentabilité et aux décisions de leurs propriétaires. Dans ces textes, aucune mention n’est faite d’une participation particulière des journalistes. En l’absence de cette reconnaissance institutionnelle, la plupart des équipes rédactionnelles ne disposent pas d’un statut reconnu — que ce soit sous la forme d’une participation au capital ou de droits spécifiques.

3.2. Une participation managériale

37Malgré l’absence de droits formels dans la plupart des entreprises, les collectifs de journalistes y mènent tout de même des actions et revendications collectives. Ainsi, ils utilisent différents canaux d’expression pour se faire entendre et participer aux choix engageant les pratiques rédactionnelles. C’est une participation de type « managérial » (Bevort, 2013, p. 38), dans laquelle les travailleurs sont appelés à délibérer ponctuellement sur des sujets les concernant.

38Tout d’abord, les journalistes entendent participer aux choix rédactionnels et mènent des actions prioritairement sur des questions d’éthique et de déontologie de l’information. Ils instituent un débat dans l’entreprise sur le traitement de l’information en se posant comme les garants de la qualité éditoriale. C’est notamment le cas de la société des journalistes de Mediapart, créée en 2010. Bien qu’elle ne bénéficie pas de pouvoirs de participation reconnus, ses représentants entendent s’exprimer sur le contenu de l’activité de travail : « l’activité journalistique principalement, la politique éditoriale, les principes déontologiques », détaille un journaliste (entretien).

39Ces structures veillent plus généralement aux orientations stratégiques de l’entreprise, qui peuvent avoir une influence sur les contenus éditoriaux, en étant notamment attentifs aux possibilités d’influences émanant des actionnaires ou des publicitaires. Dans un contexte de difficultés économiques et de concurrence accrue, 225 journalistes de France 24 se sont ainsi réunis dans une société de journalistes en 2008, afin de « promouvoir le respect des normes professionnelles et l’indépendance de la rédaction, dans un contexte de restructuration des médias publics français à vocation internationale ». Ailleurs, à La Tribune, les journalistes ont dénoncé les manipulations dont ils sont victimes de la part des annonceurs. Suite à la publication d’un article dans lequel un journaliste faisait état des difficultés des programmes nucléaires d’EDF (réacteurs EPR), cette entreprise a annulé ses achats d’espaces publicitaires, occasionnant, d’après une déclaration du Forum des SDJ, une perte de 80 000 euros de revenus publicitaires pour le titre. Le rôle de ces collectifs est ainsi de dénoncer les pratiques abusives : « Nous travaillons tous dans des journaux très différents, avec des structures très différentes. Mais c’est toujours la publicité qui fait les journaux. Et si nous ne faisons pas de sociétés de rédacteurs, les publicitaires finiront par diriger les rédactions. Nous les ennuyons ! » (déclaration publique du président du Forum des SDJ lors d’un débat organisé par l’association Ça presse ! en 2007).

40Enfin, ces collectifs participent à la définition des missions du journaliste et veillent à sa charge de travail. Les journalistes sont notamment attentifs à l’évolution du contenu de leur métier, dans un contexte où l’hybridation entre les fonctions journalistiques et les autres fonctions (documentaliste, informaticien, designer, etc.) va croissant, comme dans le cas du site « Youmag » (Candel et al., 2014). Ces questions sont largement discutées au sein des rédactions. Dans les entreprises que l’on a étudiées, les collectifs de journalistes apparaissent effectivement sensibles à ces questions. Par exemple, les journalistes du Quotidien du médecin et du pharmacien se sont opposés au transfert de certaines compétences — comme l’indexation des articles ou la mise en ligne des photos — des services techniques vers la rédaction. De même, au Point les journalistes ont été attentifs aux évolutions du métier liées à la numérisation des contenus et au « bi-média ». Sans reconnaissance, les journalistes impliqués dans ces collectifs ne sont pas protégés, contrairement aux élus des syndicats et des institutions représentatives du personnel.

3.3. Une division du travail de participation entre syndicats et équipes rédactionnelles

41Les relations qu’entretiennent les syndicats de journalistes (voir l’encadré 2) et ces associations de journalistes non reconnues aujourd’hui varient, selon les entreprises, entre indépendance, coopération, subordination et rivalité (Georgi et Mouriaux, 2004, p. 231).

42Dans ces entreprises, il apparaît une forme de division des domaines de participation. La typologie développée dès 1897 par Béatrice et Sidney Webb (2008, pp. 12-13) permet de penser la répartition des tâches. Selon eux, les négociations portent sur trois grands domaines : la définition du produit, la manière dont la production est organisée et les conditions de travail. Dans leur conception, les syndicats s’attachent seulement aux conditions d’emploi et aux salaires. Les associations de journalistes complètent alors l’action syndicale en intervenant, dans des registres de négociation plus qualitatifs, sur les principes rédactionnels et les valeurs déontologiques. Ce partage des tâches a été précisé dans la proposition de loi de 2010 relative à l’indépendance des rédactions (voir supra), qui a bénéficié du soutien des syndicats de journalistes. Il y est mentionné explicitement que les représentants de l’équipe rédactionnelle agissent « sans préjudice des dispositions relatives aux représentants du personnel ».

43Par ailleurs, la distinction entre syndicats et sociétés de journalistes s’opère sur le périmètre d’action de ces structures. L’équipe rédactionnelle est unique et rassemble tous les journalistes au niveau de l’entreprise. Au Quotidien du médecin et du pharmacien par exemple, le taux d’adhésion des journalistes est de 100 %. Ces structures traduisent à un niveau collectif la logique de la clause de conscience qui stipule que les entreprises d’information ne constituent pas des employeurs interchangeables. Quelle est alors la portée des actions de ces collectifs informels, sachant que, contrairement aux institutions représentatives du personnel, les employeurs ne sont pas tenus de consulter ces structures ?

Encadré 2. Le paysage syndical des journalistes
Le Syndicat national des journalistes (SNJ) demeure le premier syndicat de journalistes aujourd’hui. La représentativité des syndicats de journalistes peut être évaluée à partir des résultats à l’élection triennale des représentants des journalistes professionnels à la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels. C’est une élection nationale dont les résultats sont assez significatifs et qui est prise comme référence par les syndicats. Entre 2000 et 2003, les sièges de titulaires se distribuent entre quatre syndicats : le SNJ (quatre), la CFDT (deux), la CGT (un) et la CFTC (un). L’élection de 2003 voit l’inversion de la tendance entre la CGT, qui passe second syndicat et obtient un nouveau siège, et la CFDT, qui devient troisième. Les positions de la CFDT et de la CGT restent stables dans les élections suivantes. L’élection de 2009, confirmée par l’élection de 2012, voit le recul de la CFTC (5 % en 2009 contre 9,7 % en 2006) qui perd son siège, tandis que le SNJ en gagne un. En 2012, le SNJ franchit la barre symbolique des 50 % (il obtient 51,3 % des voix) tandis que le SNJ-CGT arrive deuxième et réalise son objectif : dépasser la barre des 20 % (avec 20,9 % contre 19,1 % en 2009). L’USJ-CFDT obtient le dernier siège à la commission avec 13,2 % des suffrages et demeure troisième, devant la CFTC (5,7 %), la CFE-CGC (4,6 %) et FO (4,4 %).

3.4. Se faire entendre sans être toujours écouté

44L’absence d’un statut formel pour une société de journalistes ne signifie pas qu’elle ne dispose d’aucune « influence » à même de « faire entendre ses préférences, sans qu’elles ne soient nécessairement écoutées » (Conchon, 2013, p. 131). Pour se faire entendre, ces collectifs doivent instaurer des espaces de dialogue et des moyens de communication innovants. Ils mettent en œuvre des stratégies spécifiques pour peser malgré tout sur les décisions prises dans l’entreprise.

45Par exemple, la société des journalistes de Radio France édite un bulletin trimestriel dans lequel ses journalistes peuvent remettre en cause les choix éditoriaux faits par la direction. Les journalistes radio choisissent leurs invités, qui doivent être validés par le directeur de la rédaction. Le 1er janvier 2014, une journaliste interroge un astrologue pendant six minutes au cours de la matinale de France Inter. Dans le bulletin de janvier 2014, la société des journalistes dénonce ce choix : « Le choix d’un astrologue n’est pas acceptable dans une tranche d’antenne destinée à accueillir des invités en lien direct avec l’actualité ». Quel est l’effet d’une telle dénonciation, faite qui plus est a posteriori ? Comme dans les instances de représentation du personnel, la déconstruction des projets éditoriaux mène à un impératif de justification de la part de la direction (Boyer, 2005). Le directeur de la rédaction de France Inter, face à ces critiques, a ainsi accordé un entretien aux responsables de la société des journalistes, dans lequel il explique son choix : « ça ne m’a pas semblé poser un énorme problème, il s’agissait de s’amuser avec l’astrologie de façon distanciée » (entretien publié dans le bulletin de janvier 2014). Cet entretien est également l’occasion de revenir sur le traitement par la rédaction de plusieurs sujets comme l’« affaire Léonarda », les spéciales Europe, ou encore l’utilisation des sondages. Il apparaît ainsi que cette mobilisation donne naissance à une discussion collective sur la ligne rédactionnelle de cette émission, et plus précisément sur les règles rédactionnelles. Par exemple, c’est l’occasion de rappeler la règle d’utilisation des sondages : « On utilise d’abord les nôtres, les autres éventuellement ». La direction répond et participe sans y être formellement obligée.

46Il s’instaure ainsi une forme d’obligation morale, que met en avant l’équipe rédactionnelle de France 3. Dans une « profession de foi » d’avril 2012, ce collectif dénonce les orientations de la chaîne sur fond d’une fusion entre les différentes rédactions et d’une diminution des moyens mis à la disposition des journalistes pour enquêter. Les journalistes estiment que « la ligne éditoriale actuelle se limite à une vision comptable et matérielle de l’information […]. Le travail de la direction se résume finalement à celui d’un cost-killer ». Selon eux, bien qu’ils ne bénéficient pas d’un droit formel de participer aux décisions rédactionnelles, la direction a un devoir moral de s’expliquer, comme en témoigne cet usage de l’impératif : « Pour rétablir la confiance rompue, la direction va devoir répondre à des demandes précises [de la société de journalistes] ». Cependant, dans d’autres cas, la direction est moins encline à collaborer à ces discussions informelles. À La Tribune par exemple, une journaliste explique que « les journalistes s’élèvent contre les ingérences [de l’actionnaire], mais ces avertissements restent souvent insuffisants pour changer l’attitude d’une direction de la rédaction » (débat public organisé par l’association Ça presse !, 2007). L’importante restructuration qu’a connue ce titre (rachat et arrêt de la diffusion papier) témoigne effectivement de ces limites. Les journalistes du Point soulèvent la même limite. Le journaliste est tenu de présenter les avis contradictoires dans ses articles. Le traitement par le journal de l’affaire Clearstream a donné lieu à des prises de position des journalistes, dénonçant le manque d’impartialité. Quelles en sont les conséquences ? « Vous allez voir le directeur de la rédaction, vous lui dites “telle et telle choses ne vont pas”, et il peut vous dire “oui, ok, so what ?!” », explique un journaliste de ce titre (entretien).

47Ainsi, avec l’échec de la reconnaissance de droits spécifiques au collectif des journalistes, les associations de journalistes en entreprise participent de manière occasionnelle et variable à la régulation du travail, à la discrétion des employeurs, à travers des moyens d’expression informels mais privilégiés. Leur participation se rapproche d’une forme de participation « managériale » dans laquelle les salariés sont ponctuellement appelés à discuter avec les employeurs sur des sujets spécifiques choisis par ces derniers (Bevort, 2013, p. 38). Cette délibération au niveau de l’entreprise préfigure notamment la « responsabilité sociale des entreprises » qui se met en place progressivement dans les médias (à TF1, à France Télévisions, au Groupe Bayard ou à L’Équipe notamment), qui délivre des recommandations sans créer de règles contraignantes.

4. Conclusion

48La participation au travail des journalistes s’exerce de manière plurielle, en fonction des époques et des entreprises. Des dispositifs spécifiques cherchent à protéger le journaliste salarié en consacrant son indépendance dans son activité de travail. Après un siècle de revendications, et malgré la récurrence des demandes, le statut de journaliste professionnel n’a pas été complété par des dispositions spécifiques. Ces échecs apparents témoignent de la tension entre un modèle de profession libérale fermée et la subordination salariale des journalistes. La répétition des revendications et de leurs échecs atteste du caractère « classique » du travailleur journaliste, qui demeure un salarié dans une entreprise comme les autres. Cette réflexion fait écho à d’autres professions dans lesquelles la participation au travail engage l’indépendance du travailleur. Comme dans le cas de la médecine (Chaumette, 2000), l’enjeu est de mettre en place des mécanismes juridiques spécifiques pour concilier l’indépendance professionnelle (indépendance technique) et l’activité salariée (contrôle administratif et subordination juridique) qui témoigneraient du caractère singulier de cette profession et en permettrait la distinction.

49Ce cas spécifique des journalistes permet de contribuer plus généralement aux questionnements sur les dispositifs de participation au travail. Tout d’abord, il montre que l’analyse de ces dispositifs doit aller au-delà des structures instituées (de type syndical), afin de prendre en compte des types de collectifs originaux. Ensuite, si cette analyse large des dispositifs est intéressante en elle-même, elle interroge les capacités concrètes qu’elles confèrent aux travailleurs. En envisageant des entreprises de médias où ces dispositifs ont été mis en place, on rend compte, dans le cas des journalistes, de leur fragilité. Cela montre l’intérêt de dépasser un niveau d’analyse centré sur le dispositif pour prendre en compte le pouvoir effectif qu’il donne aux travailleurs. Le cas des journalistes rejoint ainsi les multiples analyses des dispositifs de participation dans lesquels, pour la plupart, « peu de ce qui est attendu se produit » (Blondiaux et Fourniau, 2011, p. 22).

Haut de page

Bibliographie

Bastin, G., 2001. La presse au miroir du capitalisme moderne. Un projet d’enquête de Max Weber sur les journaux et le journalisme. Réseaux 109, 172–208.

Baudoin, R. (Ed.), 2012. L’entreprise : formes de la propriété et responsabilité sociale. Éditions Lethilleux, Paris.

Béroud, S., 2013. Perspectives critiques sur la participation dans le travail : éléments de repérage et de discussion. Participations 5, 5–32.

Bevort, A., 2013. De Taylor au néo-management : quelle participation des salariés ? Participations 5, 33–51.

Blondiaux, L., Fourniau, J.-M., 2011. Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? Participations 1, 8–35.

Boegner, P., 1969. Presse, argent, liberté. Fayard, Paris.

Boyer, T., 2005. Déconstruction du projet de licenciement. Revue de l’Ires 47, 175–192.

Candel, E., Jeanne-Perrier, V., Royné, V., 2014. L’invisible d’une dextérité technique. Youmag, ou le façonnage discret d’un outil de production. Sur le journalisme 3 (1), 84–99.

Charon, J.-M., 1991. La presse en France de 1945 à nos jours. Le Seuil, Paris.

Charon, J.-M., 2007. Le journalisme. Éditions Milan, Toulouse.

Chaumette, P., 2000. Salariat, déontologie et intérêt général à propos du statut des médecins. In: Bodiguel, J.-L., Garbar, C.-A., Supiot, A. (Eds), Servir l’intérêt général. Presses universitaires de France, Paris, pp. 252–269.

Conchon, A., 2013. La participation aux décisions stratégiques de l’entreprise : influence ou pouvoir des administrateurs salariés ? Participations 5, 127–149.

Corteel, D., Zimmermann, B., 2007. Pour une approche par les capacités. Formation emploi 98, 25–39.

Delporte, C., 1995. Les journalistes dans l’entre-deux-guerres : une identité en crise. Vingtième siècle. Revue d’histoire 47, 158–175.

Didry, C., 2013. L’approche par les capacités comme registre des restructurations : un nouveau regard sur l’entreprise et le contrat de travail ? Revue française de sociologie 54 (2), 335–367.

Dupuy, C., 2013a. Dynamiques professionnelles et salariales des journalistes. Thèse de l’École Normale Supérieure de Cachan, Paris.

Dupuy, C., 2013b. Du journaliste actionnaire au journaliste salarié. Sociétés de personnels actionnaires et comités d’entreprise dans la procédure de rachat du groupe La Vie-Le Monde. L’Homme et la société 189-190, 269–303.

Dupuy, C., 2014. Repenser les acteurs et la négociation collective au travail. Le cas des sociétés de journalistes dans les entreprises de presse. Négociations 21, 51–64.

Eveno, P., 2003. L’argent de la presse française des années 1820 à nos jours. Éditions du CTHS, Paris.

Fligstein, N., 2001. Le mythe du marché. Actes de la recherche en sciences sociales 139, 3–12.

Georgi, F., Mouriaux, R., 2004. Ecosystèmes syndicaux et complémentarité. In: Tartakowsky, D., Tétard, F. (Eds), Syndicats et associations : concurrence ou complémentarité ? Presses universitaires de Rennes, Rennes, pp. 223–232.

Groux, G., 2012. La notion de multitude dans les relations professionnelles. Une notion heuristique mais insaisissable ? Négociations 17, 51–62.

Lemieux, C., 2000. Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques. Métailié, Paris.

Martin, M., 2006. Retour sur l’abominable vénalité de la presse française. Le Temps des médias 6, 22–33.

Neveu, E., 2004 [2001]. Sociologie du journalisme. La Découverte, Paris.

Perier Daville, D., 1978. La liberté de la presse n’est pas à vendre. Le Seuil, Paris.

Quijoux, M., 2013. Convaincre ou produire ? Genèse et formes de participation ouvrière dans une usine « récupérée d’Argentine ». Participations 5, 103–126.

Rebérioux, A., 2003. Les marchés financiers et la participation des salariés aux décisions. Travail et emploi 93, 25–43.

Ruellan, D., 2014. Le journalisme défendu. Modèles de l’action syndicale. Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Ruellan, D., 2011 Nous, journalistes. Déontologie et identité. Presses universitaires de Grenoble, Grenoble.

Salais, R., 1998. Le travail à l’épreuve de ses produits. In: Supiot, A. (Ed.), Le travail en perspectives. LGDJ, Paris, pp. 45–68.

Sauviat, C., 2009. Le rôle des salariés dans la gouvernance des entreprises en France. In: Conchon, A., Auberger, M.-N. (Eds), Les administrateurs salariés et la gouvernance d’entreprise. La Documentation française, Paris, pp. 25–33.

Schwarz, F., 1991. Les sociétés de rédacteurs en France. Actions et pensées d’un mouvement démocratique pour la presse quotidienne (des origines à nos jours). Thèse de doctorat de l’Université Michel Montaigne, Bordeaux.

Schwoebel, J., 1968. La presse, le pouvoir et l’argent. Le Seuil, Paris.

Simon, F., 2005. Le journaliste. Dans les pas d’Hubert Beuve-Méry. Arléa, Paris.

Simon, F., 2012. Témoin. In: Béziers, P., Eveno, P., Goetschel, P. (Eds), La protection sociale du spectacle et des médias. Des institutions et des hommes. Éditions Jacob-Duvernet, Paris, pp. 120–124.

Verfaillie, B., 2008. Sociétés de rédacteurs, sociétés de journalistes : les rédactions ont-elles une âme ? Journalisme responsable, Paris.

Webb, B., Webb, S., 2008 [1897]. Syndicalisme et démocratie [Traduit par É. Béthoux, I. da Costa, C. Didry, M. Meixner et A. Mias]. Terrains et travaux 4, 9–47.

Haut de page

Notes

1 Jean Schwoebel commence sa carrière de journaliste au groupe Ouest-Éclair en 1933 (dans les hebdomadaires puis au quotidien), puis rejoint l’équipe du Monde en novembre 1945. Il milite activement pour l’instauration d’un statut de l’entreprise de presse et pour la participation financière des journalistes à leurs titres. Denis Perrier Daville le seconde dans cette affaire. Journaliste au Figaro et syndiqué au Syndicat national des journalistes, il poursuit l’action de J. Schwoebel au sein de la Fédération française des sociétés de journalistes, créée en 1967.

2 Elles ont été confiées à Jérôme Bouvier, journaliste à Radio France, et classées par Denis Ruellan et Joël Langonnée du Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE, UMR CNRS et Université de Rennes 1).

3 La liste des sociétés de journalistes a été publiée dans l’annexe de Dupuy, 2014, pp. 62-64.

4 Extraits du Rapport parlementaire d’Émile Brachard, 1935.

5 Article L. 7111-3 du Code du travail.

6 Avec les scandales de Panama ou des emprunts russes, mais aussi en raison de la vénalité de la presse en général (voir Eveno, 2003 ; Martin, 2006).

7 Ordonnance n° 67-693 du 17 août 1967.

8 En font partie les sociétés de journalistes des entreprises suivantes : L’Alsace, Les Échos, L’Écho de la Mode, L’Équipe, Le Figaro, Le Monde, Le Parisien libéré, Europe 1, Le Courrier de l’Ouest, L’Est Républicain, Paris-Normandie, Presse-Océan, Le Télégramme de Brest, L’Union, Nord-Eclair, La Voix du Nord, Ouest France et, à titre d’observateurs, La Montagne, France-Soir, La Nouvelle République du Centre-Ouest, La Montagne et RMC.

9 Ils ont choisi pour la première fois leur directeur, Jacques Fauvet, en 1980 (Simon, 2012). Ils ont utilisé leur droit de veto contre la reconduction de Jean-Marie Colombani en 2007, suscitant une grave crise interne.

10 La Tribune (1992), La Tribune Desfossés (1993), Liaisons sociales (1993), Stratégies (1993), Témoignage chrétien (1993), Euronews (1994), Info Matin (1994), Vendredi (1994), L’Express (1997), Télérama (1998), I-télé (1999), RFI (2002), Courrier Cadres (2003), Marianne (2004), L’Étudiant (2005), Sciences et Avenir (2005), 20 Minutes (2007), L’Humanité (2007), France 24 (2008), Le Quotidien du médecin et du pharmacien (2008), Mediapart (2010).

11 J. Schwoebel, « Démocratiser les médias », Le Monde, 13 juin 1992.

12 J. Schwoebel, « Confier aux journalistes une chaîne d’information », Le Monde, 13 novembre 1992.

13 Proposition de loi n°179 relative à l’indépendance des rédactions, enregistrée au Sénat le 15 décembre 2010. Consultable en ligne : http://www.senat.fr/leg/ppl10-179.pdf.

14 Art. 2-1° de la loi n° 57-32 du 10 janvier 1957 portant statut de l’Agence France-Presse.

15 Les verbatim de ce débat ont été publiés dans un article de The Media Trend, « Débat : une société des journalistes, ça sert à quoi », le 19 octobre 2010.

16 Extrait des débats autour de la proposition de loi.

17 Le changement. Projet socialiste 2012, l’intégrale, p. 54. Consultable en ligne : http://www.parti-socialiste.fr/static/projet2012_integrale.pdf.

18 Baromètre annuel réalisé par TNS Sofres pour La Croix depuis 1987. Enquête auprès d’un échantillon national de 1 023 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile.

19 Le changement. Projet socialiste 2012, l’intégrale, p. 54.

20 Proposition de loi n°813 relative à la reconnaissance juridique du Conseil de rédaction, enregistrée au Sénat le 27 septembre 2014. Consultable en ligne : http://www.senat.fr/leg/ppl13-813.pdf

21 La loi n°86-897 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse, complétée par la loi n°86-1210 du 27 novembre 1986, règle le statut des entreprises de presse écrite en France.

22 Loi n°2009-669 du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Dupuy, « Participer pour dépasser la condition salariale : les journalistes en quête d’indépendance », Sociologie du travail, Vol. 57 - n° 1 | 2015, 61-80.

Référence électronique

Camille Dupuy, « Participer pour dépasser la condition salariale : les journalistes en quête d’indépendance », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 57 - n° 1 | Janvier-Mars 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1809 ; DOI : 10.4000/sdt.1809

Haut de page

Auteur

Camille Dupuy

Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES), 61 avenue du Président Wilson, 94235 Cachan cedex, France
camille.dupuy[at]ens-cachan.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals