Navigation – Plan du site
In Memoriam

Jean-Daniel Reynaud (1926-2019). Un itinéraire scientifique

Denis Segrestin

Résumés

Figure du développement de la sociologie du travail en France, Jean-Daniel Reynaud fut l’un des quatre fondateurs, en 1959, de la revue Sociologie du travail — avec Michel Crozier, Alain Touraine et Jean-René Tréanton. La rédaction de la revue a souhaité lui rendre hommage suite à sa disparition le 27 janvier dernier. À notre demande, Denis Segrestin a préparé le texte qu’on lira ci-après, dans lequel il retrace en détail l’itinéraire scientifique de Jean-Daniel Reynaud. Denis Segrestin fut enseignant au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de 1971 à 1990 et l’un des collaborateurs de J.-D. Reynaud dans le Laboratoire de sociologie du travail et des relations professionnelles, créé par celui-ci en 1969. Il l’a relayé à la direction du Laboratoire de 1986 à 1989. Devenu, en 1990, professeur à l’Université Pierre Mendès France de Grenoble, il y a créé et codirigé le Centre de recherche Innovation sociotechnique et organisations industrielles (CRISTO), rapidement agréé par le CNRS. De retour à Paris en 2003, il a été nommé professeur à Sciences Po et a rejoint le Centre de sociologie des organisations ; il y est aujourd’hui professeur émérite. Au fil de son texte, nos lecteurs pourront découvrir les conceptions de la recherche sociologique que Jean-Daniel Reynaud a mises en œuvre et défendues, ainsi que le rôle éminent qu’il a joué dans le développement de la discipline.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon le titre du premier ouvrage que Georges Friedmann consacre aux effets du développement indust (...)
  • 2 G. Friedmann est alors titulaire de la chaire d’histoire du travail du Conservatoire national des a (...)

1Il est impossible de comprendre le parcours de Jean-Daniel Reynaud sans revenir aux circonstances dans lesquelles il est venu à la sociologie. Brillant élève boursier passé par la khâgne du lycée Henry IV (à la fin de la Seconde Guerre mondiale) puis par l’École normale supérieure, il est agrégé de philosophie en 1946 et devient professeur au Lycée du Mans en 1949. Mais en dépit de la vigueur des controverses de l’époque (alimentées par l’existentialisme et le marxisme), il est réfractaire à la pure spéculation intellectuelle ; il se désole de surcroît des affrontements politiques de l’après-guerre, avide de prendre ses marques dans le « monde réel ». L’occasion lui en est fournie par deux rencontres successives : celle de Jean Stoetzel, directeur de l’Institut français d’opinion publique (IFOP), rompu à la psychosociologie américaine, et celle de Georges Friedmann, figure politique et morale de l’après-guerre, fasciné par « l’aventure technique » et qu’un goût exacerbé pour l’observation de première main (qu’il assouvit en France, mais aussi en URSS et aux États-Unis) a rapidement averti des « problèmes humains du machinisme industriel »1. Entré au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1950 grâce à Jean Stoetzel, Jean-Daniel Reynaud bénéficie bientôt de l’émulation que suscite la présence de Georges Friedmann à la tête du Centre d’études sociologiques (CES), créé quatre ans plus tôt par le CNRS2. Ayant rejoint le « groupe de sociologie industrielle » formé en son sein, Jean-Daniel Reynaud y côtoie Alain Touraine, Michel Crozier et la plupart des chercheurs que Georges Friedmann et Pierre Naville vont associer au célèbre Traité de sociologie du travail, qui paraîtra en 1961-1962 (Friedmann et Naville, 1961, 1962).

  • 3 Sur le rôle de l’ISST, voir Tanguy, 2008.
  • 4 Les ouvrages clôturant ces enquêtes paraîtront tardivement. Voir, pour l’enquête menée au Chili, Di (...)

2L’équipe du CES est elle-même née sous de bons auspices. Les pouvoirs publics, occupés à la modernisation économique et sociale du pays, lui ouvrent des moyens et l’associent à toutes sortes d’initiatives. Les chercheurs se rendent aux États-Unis à l’occasion des missions de productivité organisées par le ministère du Travail, à l’aide des subsides du Plan Marshall. Des programmes sont lancés, en France et hors de France, pour comprendre les changements dans les organisations industrielles. G. Friedmann, sollicité pour contribuer à la promotion des sciences sociales du travail au Chili, y envoie à tour de rôle ses jeunes équipiers ; ceux-ci y nouent des liens qui vont leur permettre de conduire sur place des enquêtes dans les secteurs du charbon et de la sidérurgie. Parmi les actions menées en France, la plus emblématique est celle que J.-D. Reynaud et A. Touraine coordonnent, entre 1954 et 1957, sur la transformation des laminoirs de Mont-Saint-Martin, en Lorraine. Menée avec l’appui de l’Institut des sciences sociales du travail (l’ISST, organisme pionnier créé en 1954, bénéficiant d’un double rattachement à l’Université de Paris et au ministère du Travail3), cette vaste enquête couvre à la fois l’évolution technique, l’organisation du travail, la qualification de la main-d’œuvre, la hiérarchie des salaires et les attitudes des ouvriers face au changement : un éventail de questions qui va contribuer à définir, de fait, le champ de la sociologie du travail naissante4.

  • 5 Les conditions de la création de la revue Sociologie du travail ont été finement restituées dans l’ (...)

3De ce compagnonnage initial et de cette accumulation d’expériences vont du reste résulter deux événements témoignant de leur portée fondatrice. C’est, d’une part, la publication du Traité de sociologie du travail, déjà mentionnée et dont la cheville ouvrière est bien, pour l’essentiel, la cellule de sociologie industrielle constituée sous la houlette de Georges Friedmann dix ans plus tôt. Mais cette période est aussi, dès 1959, celle de la création de la revue Sociologie du travail, à l’initiative de quatre des jeunes « compagnons » que cette prime histoire a rapprochés : Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine et Jean-René Tréanton5.

4Les parcours des uns et des autres ont ensuite peu à peu divergé. Mais il faut garder en tête ce que la communauté des sociologues francophones doit, encore à ce jour, à cette séquence inédite de création scientifique. Cette dette est d’autant plus importante que le mouvement impulsé par Georges Friedmann ne s’est nullement cantonné à l’analyse du changement technique et de ses effets sur l’organisation du travail. Jean-Michel Chapoulie a montré que ce mouvement fut l’un des creusets de « la seconde fondation de la sociologie française », dont a résulté, pour tous les champs de la vie sociale, la définition contemporaine du métier de sociologue (Chapoulie, 1991). Selon cette approche, il est alors devenu impossible de dissocier l’analyse sociologique de l’enquête ou de l’observation in situ, menées à l’aide de méthodes éprouvées et propres à mener à des propositions vérifiées. Dans les années 1950, la faveur dont le travail empirique fait l’objet va presque naturellement de pair avec l’attention que suscitent la pratique de la sociologie aux États-Unis et la diffusion en France des travaux qui en sont issus. Cette attention est particulièrement manifeste dans le champ du travail en raison de l’ampleur des transformations que connaît alors l’économie d’outre-Atlantique, mais aussi du fait de la faculté qui a été donnée aux jeunes équipiers de G. Friedmann de séjourner sur place.

  • 6 Le directeur de l’ISST est alors Yves Delamotte, administrateur civil en détachement, très proche d (...)

5Les chercheurs que Georges Friedmann avait parrainés ont à leur tour formé des équipes, ouvrant la voie à la génération suivante. S’agissant de Jean-Daniel Reynaud, il creuse son sillon dès 1959 au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), où il succède à Georges Friedmann au terme d’une étonnante bataille interne dans laquelle son profil peu conventionnel et son jeune âge (il n’a pas 35 ans) ne sont pas pour rien. Bien que fermement soutenu par les directeurs successifs du CNAM et par un nombre croissant « d’alliés » dans le corps professoral, J.-D. Reynaud s’installe plutôt discrètement dans ses nouvelles fonctions : l’enseignant se met dans les pas de G. Friedmann, qu’il avait d’ailleurs précédemment suppléé ; le chercheur continue à s’adosser à des institutions extérieures, au premier rang desquelles se trouve encore l’Institut des sciences sociales du travail, cette structure atypique à laquelle le ministère du Travail va persister à affecter, jusqu’à la fin des années 1960, l’essentiel des moyens dont il dispose pour promouvoir les enquêtes collectives sur les évolutions du travail et des relations sociales6. J.-D. Reynaud coordonne donc de nouvelles enquêtes dans ce cadre. Simultanément, il publie ; il prend pied à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris, avec un cours de sociologie industrielle et un séminaire. Il conforte ses relations à l’étranger. Ainsi séjourne-t-il à l’Université Columbia de New York à l’occasion d’un semestre sabbatique en 1963-1964.

6Cette situation évolue assez brusquement à la suite des événements de 1968. Au sein du CNAM, ceux-ci suscitent des perturbations assez analogues à celles que connaissent les universités. Cette fois, J.-D. Reynaud s’implique vraiment dans l’institution : il offre ses bons offices pour négocier les termes d’une évolution maîtrisée de la vénérable Maison. À la rentrée qui suit, il obtient d’une trentaine de ses étudiants salariés qu’ils rédigent, selon ses consignes, des monographies sur le déroulement des grèves dans leurs entreprises. Sans que le matériau réuni à cette occasion ait de lui-même une prétention scientifique, il sera pris en compte dans plusieurs articles ultérieurs relatifs au bilan du mouvement quant à l’évolution des relations professionnelles en France (voir Reynaud et al., 1971, parties I et II). Surtout, le Conservatoire s’est mis en mouvement et le professeur y a très nettement renforcé sa position : il peut maintenant marquer vraiment la chaire de son empreinte. Deux faits conjoints en attestent coup sur coup.

  • 7 Selon l’intitulé du Département créé en 1968. À cette époque, le CNAM est aussi le lieu où se dével (...)
  • 8 Telles sont les conditions dans lesquelles l’auteur de ces lignes est lui-même invité, en 1971, à r (...)

7D’abord, la chaire s’affiche désormais comme une chaire de sociologie. Déjà rebaptisée « Histoire du travail et des relations industrielles » du temps de G. Friedmann, elle devient, en 1969, la chaire de « Sociologie du travail et des relations professionnelles ». Le second événement, simultané, confirme la portée de cet ajustement terminologique : à la chaire est associé un centre de recherche, de même intitulé. Le Laboratoire de sociologie du travail et des relations professionnelles (LSTRP) ne tardera pas à être reconnu par le CNRS. S’ensuivent des conséquences en cascade. J.-D. Reynaud peut désormais réunir une équipe autour de lui, tant pour les besoins de l’enseignement que de la recherche. Pour commencer, plusieurs des personnes avec lesquelles il avait collaboré à l’ISST le rejoignent au CNAM ; puis l’équipe se renforce peu à peu par les canaux du CNRS et de l’enseignement supérieur. Avec le temps, ce laboratoire va contribuer à faire du CNAM l’un des pôles français des « sciences de l’homme au travail »7. Parallèlement, les enseignements de la chaire sont redéfinis et étendus : ils comprennent maintenant une initiation générale à la sociologie et des cours spécialisés relatifs à l’analyse des organisations et des relations du travail. Aux cours magistraux s’ajoutent des travaux dirigés en petits groupes : ils visent notamment à permettre aux étudiants salariés du CNAM d’appliquer les connaissances acquises à leur expérience de la vie en entreprise. En échange, ceux-ci sont invités à rédiger des monographies de terrain susceptibles d’alimenter les travaux du laboratoire8.

  • 9 Ce livre, révisé une première fois en 1966, reparaîtra en 1975, amplement refondu, dans la collecti (...)

8C’est dès la fin des années 1950 que les travaux de J.-D. Reynaud s’orientent vers l’étude des relations collectives de travail et de leurs acteurs de premier rang : les organisations représentatives des salariés et des employeurs. D’ailleurs, les premiers cours donnés par J.-D. Reynaud à la chaire d’histoire du travail du CNAM portaient déjà sur l’histoire des syndicats. Une sorte de redistribution du travail s’opère alors entre Michel Crozier et lui : M. Crozier, qui avait consacré ses premières recherches au syndicalisme américain, délaisse la question et se tourne vers l’analyse des organisations ; J.-D. Reynaud, dont la contribution au Traité de sociologie du travail portait sur le « système social de l’entreprise », fait le chemin inverse. Sollicité au début des années 1960 par Alfred Grosser (pour la série Société politique de la collection U), il s’investit dans une synthèse sur Les Syndicats en France qui est publiée en 1963 (Reynaud, 1963)9. Cet ouvrage va toucher un vaste public, mais n’en exprime pas moins l’ambition du sociologue, dont le propos s’ouvre à des interrogations générales sur l’évolution des rapports de pouvoir dans les entreprises et dans la société. Il est hautement significatif que ce soit lors de la conception de cet ouvrage que Jean-Daniel Reynaud s’engage dans le débat public. C’est, entre autres, à ce moment qu’il se rapproche du Club Jean-Moulin (où il retrouve Michel Crozier) : ses compétences y tombent à point nommé car le rôle des corps intermédiaires est alors l’une des questions cruciales qui traversent la réflexion collective sur l’avenir de la démocratie. Ainsi est-il l’un des « grands témoins » qui suivent avec la plus grande attention la création de la CFDT (en 1964) et qui pèseront de leur influence en faveur de l’implantation de sections syndicales dans les entreprises (reconnue à la suite des événements de 1968). Ce sont aussi les circonstances dans lesquelles il coordonne un gros ouvrage sur les transformations de la société française, à la suite d’un colloque de la toute récente Société française de sociologie (Reynaud, 1966).

9Une fois la chaire établie dans son nouvel intitulé et le laboratoire en place, Jean-Daniel Reynaud s’empare de la question des relations professionnelles, à laquelle ses travaux vont durablement s’attacher. En France à cette époque, cette notion n’est pas encore d’acception courante, quoiqu’ait pu laisser croire, quelques années plus tôt, l’apparition des relations industrielles au fronton de la chaire : les « relations » en question ne se rapportaient encore qu’à l’organisation de rapports humains dans les entreprises. Or, le propos est désormais tout autre et bien plus large : étudier les relations professionnelles, c’est se pencher sur les voies multiples qu’empruntent, dans les pays industrialisés, les échanges entre les représentants respectifs des salariés, des employeurs et des autorités publiques, puis s’interroger sur la place qu’occupent leurs interactions dans l’élaboration des règles relatives au travail.

10À la fin des années 1960, la situation française apparaît, justement, propice à une réflexion générale sur l’évolution des relations professionnelles : les « Trente Glorieuses » s’achèvent ; le plein emploi s’effrite ; la nécessité d’un renouvellement du contrat social s’élève dans l’agenda politique du pays. Or, la production francophone sur le sujet est encore modeste, mises à part les chroniques juridiques qui retracent les changements sous-jacents à la négociation des conventions collectives (résultant de la loi n° 50-205 du 11 février 1950 relative aux conventions collectives et aux procédures de règlement des conflits collectifs de travail) et des accords d’entreprise.

  • 10 Outre ses qualités académiques, l’autorité qui est dès ce temps-là accordée à John T. Dunlop en mat (...)
  • 11 Parallèlement à la publication précoce, en 1962, d’un manuel d’économie du travail rédigé avec Andr (...)

11Jean-Daniel Reynaud est cependant de ceux qui observent la montée, aux États-Unis et au Royaume-Uni, d’un courant dédié aux relations industrielles (selon la terminologie propre à la langue anglaise) et qui tentent d’en déchiffrer l’économie à l’aide d’un cadre analytique de portée générale. En Grande-Bretagne, la primeur en revient à des chercheurs de l’université d’Oxford tels que Hugh Clegg et Allan Flanders. Réévaluant l’héritage laissé par Beatrice et Sydney Webb, ceux-ci entendent analyser les relations industrielles de leur pays sous un angle politique plutôt qu’économique (Flanders et Clegg, 1954 ; Flanders, 1965). Aux États-Unis, le champ dispose précocement d’un mentor, John T. Dunlop (éminent professeur d’économie à Harvard) et d’un livre fondateur, Industrial Relations Systems (Dunlop, 1958)10. J.-D. Reynaud est introduit à ces travaux par des canaux divers, dont la revue Sociologie du travail, attentive aux travaux anglophones marquants, qu’elle fait connaître à ses lecteurs à l’aide des recensions d’ouvrages et de la traduction d’articles inédits ; l’École d’Oxford en bénéficie amplement. La diffusion en France des thèses de John Dunlop est plus lente, en partie du fait des soupçons que suscite alors une « théorie générale » conçue sous l’influence de Talcott Parsons et alors que celle-ci atteignait son zénith. Mais Jean-Daniel Reynaud ne tarde pas à en percevoir la portée car il est en relation avec de bons auteurs qui, ancrés dans d’autres disciplines, s’autorisent à en user librement. Au premier rang de ceux-ci : François Sellier, économiste11, et Yves Delamotte, déjà rencontré, qui aborde les relations professionnelles sous l’angle du droit.

12Parallèlement à la création du laboratoire du CNAM, J.-D. Reynaud se retrouve en quelque sorte à pied d’œuvre pour impulser une action d’ampleur dans ce domaine, et pour nouer à ce propos des alliances diversifiées : avec des équipes d’autres disciplines, telles que les sciences économiques et le droit du travail ; avec des « praticiens » œuvrant sur le terrain au titre des organisations représentatives ou des pouvoirs publics ; avec des représentants d’instances extérieures telles que la direction de l’Emploi et des affaires sociales de la Communauté européenne et le Bureau international du travail. Bientôt se dessine autour de lui ce qui va rapidement apparaître comme « l’école française des relations professionnelles ».

  • 12 L’International Industrial Relations Association (IIRA) est devenue en 2010 l’ILERA (International (...)
  • 13 La dénomination complète du Groupement de recherche est : GdR Relations professionnelles — négociat (...)
  • 14 GLYSI : Groupe lyonnais de sociologie industrielle ; CEJEE : Centre d’études juridiques et économiq (...)

13Le rôle joué par Jean-Daniel Reynaud dans la constitution et le développement de cette « école » contribue à asseoir sa notoriété, tant dans la communauté scientifique que parmi les grands acteurs de la vie économique et sociale du pays. Il est l’un des premiers responsables de l’Association française d’étude des relations professionnelles (l’AFERP, créée en 1968) ; il deviendra, en 1976, le président de l’association internationale du même nom12. C’est surtout l’époque durant laquelle il prend la tête d’un réseau scientifique interdisciplinaire sur le sujet, avec à ses côtés François Sellier et Jean-Maurice Verdier, professeur de droit social à Paris 10 Nanterre, auxquels s’adjoint un temps Jacques Delors, en qualité de professeur associé à Paris 9 Dauphine. La pertinence scientifique de cette alliance est formellement reconnue dans les années 1980, d’abord par la DGRST, puis par le CNRS : un Groupement de recherche « Relations professionnelles » est créé, dont l’activité va se poursuivre jusque dans les années 199013. Ce « GdR » sera, pour une génération entière de chercheuses et chercheurs occupés par les relations du travail, un espace essentiel de rencontre et de coopération. Parmi ses équipes-pivots figurent, outre le laboratoire du CNAM, celles du Centre d’études de l’emploi, des Universités de Paris 9 (Dauphine) et Paris 10 (Nanterre), du LEST (à Aix-en-Provence), du GLYSI (à Lyon), du CEJEE (à Toulouse), du CLERSE (à Lille)14. Le réseau s’ouvre fréquemment à des collègues des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Allemagne, d’Italie…

14Encore faut-il ne pas se méprendre sur la place que J.-D. Reynaud a jamais accordée aux relations professionnelles dans sa réflexion personnelle et, par conséquent, sur la nature de l’influence qu’il a exercée à ce sujet autour de lui. Durant cette longue période, la sagacité du sociologue se mesure notamment à la façon dont il surmonte la discussion récurrente sur l’autonomie qu’il convient ou non d’accorder au « champ » des relations professionnelles, et par là-même sur la portée des travaux qui s’y rapportent.

15Cette question est sensible car elle ramène au coup de force analytique opéré par J. T. Dunlop en 1958 : la notion de système suggère que dans les pays industrialisés, les échanges entre les acteurs de l’économie et ce qui en résulte (les conflits, les négociations, les accords, les règles de droit) répondent à une logique propre, dotée d’une cohérence et d’une stabilité au moins relatives. De ces propriétés dépendrait finalement l’aptitude des États à maîtriser les antagonismes inhérents à la relation salariale en régime capitaliste. Une objection se présente : comment une telle représentation des relations industrielles peut-elle se diffuser en France alors que ne cesse de s’accentuer la disgrâce qui affecte le courant fonctionnaliste ? J.-D. Reynaud n’ignore rien de ce problème, mais il estime que la plasticité du modèle de J. T. Dunlop autorise à passer outre. Une chose est en effet de présupposer que les relations industrielles auraient les attributs d’un « vrai » système social ; une autre est de voir dans ce modèle une heuristique féconde : c’est à ce titre-là que J.-D. Reynaud en fait usage. Assimiler les relations professionnelles à un système autonome, c’est se donner le moyen de les observer pour elles-mêmes, et de les apercevoir globalement, dans leur complexité. C’est de plus — à l’encontre de T. Parsons ? — se permettre d’y voir un champ d’action irréductible aux forces exogènes qui s’exercent sur lui : nous sommes devant une scène d’action collective traversée de conflits, mais où les acteurs négocient et assument la responsabilité de leurs décisions. Le système est autonome car les règles d’échange dont il est équipé sont, au moins en partie, le produit de l’action commune.

  • 15 Voir les actes de ce colloque, publiés en 1990 : Reynaud et al., 1990. Ce volume, imposant, témoign (...)

16C’est de nouveau cette discussion qui affleure lors du grand colloque qu’organise, en 1989, le GdR Relations professionnelles. Parvenu à son point d’orgue, celui-ci se saisit du prétexte que lui offre le trentième anniversaire de la parution d’Industrial Relations Systems pour réexaminer l’endurance du concept éponyme, à la lumière des transformations qui ont affecté la France (par extension, les sociétés occidentales) et des travaux scientifiques qui en ont rendu compte15. À la lecture des interventions présentées par Jean-Daniel Reynaud durant ces journées, et des « thèmes de réflexion » qu’il avait soumis par avance aux participants, on est frappé qu’y soit réitérée une approche ouverte des relations professionnelles. Une fois encore, le modèle de J. T. Dunlop est présenté comme une base précieuse et comme un excellent creuset de confrontation interdisciplinaire. Mais à force de ramener le concept de système à un « ensemble d’interactions réglées », l’auteur semble plus impatient que jamais d’en revenir aux processus d’interaction eux-mêmes et à la part que prennent les acteurs, à raison de leurs échanges, à la production des règles et à leur évolution. Au fond, derrière cette discussion sur les relations professionnelles ne cesse de réapparaître l’inclination qui porte J.-D. Reynaud à la sociologie de l’action et aux objets concrets qui, sous ce rapport, n’ont cessé de l’occuper : les conflits du travail, la dynamique de la négociation collective. Ces objets-là étaient déjà omniprésents dans ses travaux sur les syndicats ; il était improbable que la thématique des relations professionnelles les ôte de son horizon. Il n’a cessé d’y œuvrer et d’encourager les études empiriques à leur sujet. A fortiori les questions relatives aux conflits et à la négociation sont-elles restées cruciales dans l’élaboration de ses thèses générales sur la régulation sociale.

  • 16 Voir à ce sujet l’article très éclairant d’Allan Flanders publié par Sociologie du travail en 1968  (...)

17S’agissant de la négociation collective, notons les croisements remarquables, explicites ou implicites, entre la démarche de J.-D. Reynaud et celle de ses collègues d’Oxford. De concert avec Allan Flanders, Jean-Daniel Reynaud plaide, dès les années 1960, pour une approche extensive de la négociation, débordant du cadre des problèmes susceptibles d’être traités par le droit16. L’un et l’autre s’accordent à voir dans la négociation un processus majeur de la vie sociale : c’est par son entremise que des acteurs aux intérêts adverses peuvent s’entendre sur la nature des problèmes qu’ils affrontent et sur les procédures qui leur permettront, chemin faisant, de les réduire, au point que celles-ci puissent finalement prendre « force de loi ». Dans tel cas, un conflit salarial trouvera son issue dans la révision de la classification des emplois ; dans tel autre, il se soldera par la refonte des règles d’avancement, voire par l’aménagement local des postes de travail... C’est pourquoi le sociologue aurait bien tort de s’arrêter aux principes au nom desquels chacune des parties en présence défend sa cause, car le propre de la négociation est justement de déplacer les enjeux initiaux ou d’en susciter de nouveaux. On attendra plutôt du chercheur qu’il discerne les voies qui, en pratique (le cas échéant avec le concours d’une tierce partie telle que l’autorité publique), conduisent à l’élaboration de normes communes.

  • 17 J.-D. Reynaud est directement mêlé à cette négociation en tant qu’expert sollicité par le gouvernem (...)

18Dans un entretien rétrospectif, J.-D. Reynaud a illustré la portée de ces déplacements à propos de la négociation nationale qui s’était tenue en 1970 en vue de la mensualisation des salariés payés à l’heure (Reynaud, 2003)17. Les syndicats n’étaient pas à l’origine de cette transformation : l’idée venait de Georges Pompidou, candidat à l’élection présidentielle et qui avait œuvré, deux ans plus tôt, à l’issue de la crise de mai 1968. Toutes les parties allaient pourtant s’y rallier : la mensualisation fut pour le patronat une occasion d’assimiler enfin les ouvriers aux « collaborateurs » de l’entreprise ; pour les syndicats, elle fut un symbole d’unification de la main-d’œuvre. Cet accord n’annonçait certes pas la fin de la confrontation sociale. Du moins cette mise à jour de la condition salariale lui donnait-elle un tour nouveau et plus réaliste.

  • 18 La Commission Donovan remettra son rapport final en 1968. Hugh Clegg, très proche d’Allan Flanders, (...)

19Le dialogue à distance entre Allan Flanders et Jean-Daniel Reynaud sur la dynamique de la négociation va se perpétuer durant toute cette période, dans des circonstances économiques et sociales qui, justement, vont provoquer le retour de la question à l’agenda public, incitant à la fois les gouvernements à se retourner vers les experts et les spécialistes de sciences sociales à se faire entendre au-delà des cercles académiques. Il est commode de situer la première alerte à l’année 1965 : c’est en effet à ce moment qu’est créée à Londres une Commission Royale dite Donovan (du nom de son président). Sa mission est d’étudier les conditions de nature à venir à bout des surenchères revendicatives, dans une conjoncture où prévaut encore le plein emploi18. A. Flanders, appelé à s’exprimer devant cet aréopage, est de ceux qui lui enjoignent de se concentrer sur les mécanismes de la négociation : face au désordre qui règne alors dans le règlement des conflits, l’urgence est, selon lui, de bâtir un cadre normatif qui pousserait à l’articulation de tous les niveaux de la « régulation paritaire », depuis l’entreprise jusqu’à la coordination entre les professions.

  • 19 Peu après la publication de ce livre, J.-D. Reynaud profite de l’opportunité que lui offre la prépa (...)

20J.-D. Reynaud s’inscrit tout à fait dans cette filiation quand, au début des années 1970, la France assiste à son tour à une montée des actions spontanées, que les syndicats peinent à contrôler et qu’aucune instance n’est en état d’appréhender. Exemple typique de la période : le mouvement déclenché en 1971 à l’usine Renault du Mans par une soixantaine d’ouvriers spécialisés mécontents de leur classification, et qui met à l’arrêt une très grande entreprise durant des semaines. Dans le petit ouvrage qu’il publie en 1972 avec G. Adam et J.-M. Verdier sur la négociation en France, J.-D. Reynaud met ses pas dans ceux d’A. Flanders à propos des méthodes qui permettraient de prévenir ou de traiter sans drame ce genre de crise (Adam et al., 1972)19. Non content de plaider pour une extension résolue de la négociation en entreprise, il imagine un dispositif de « négociation permanente » qui, au lieu de précipiter la quête de solutions substantielles, se fixerait plutôt pour objectif « de prévoir où et comment on pourra discuter et négocier en cas de difficulté » (Adam et al., 1972, p. 91).

  • 20 Pour reprendre librement les termes employés à l’époque par Alain Touraine, sans oublier que celui- (...)

21Hélas, cette communauté d’inspiration n’est pas une garantie de succès ; parmi les experts en question, aucun ne se berce d’illusion. En Angleterre, A. Flanders et ses confrères déchantent rapidement : lorsque le travail de la commission Donovan arrive à son terme, les recommandations qu’elle énonce en faveur de l’édification d’un système unifié de résolution des conflits se heurtent à des résistances si fortes et contradictoires qu’elles resteront à peu près lettre morte (Fox et Flanders, 1969). En France, avec quelques années de décalage, J.-D. Reynaud va lui aussi dresser un bilan assez sombre de la situation au regard de ses espoirs initiaux. Décrivant l’état de la négociation collective à la fin de la décennie, il constate la lenteur du changement (Reynaud, 1978). En dépit de la multiplication des grèves atypiques (déclenchées par des collectifs de femmes, ou d’immigrés) sur des enjeux inhabituels (tels que la qualité de la vie au travail), la pratique des accords d’entreprise ne s’est pas répandue. Plus généralement, J.-D. Reynaud observe à quel point les normes françaises de relations du travail restent rétives à tout engagement contractuel. Il est vrai qu’entre-temps, les effets de la crise pétrolière de 1974-1975 ont commencé à poindre. Toutes les parties prenantes des relations sociales — et les experts eux-mêmes — se retrouvent bientôt sous le coup d’une seconde alerte : les économies occidentales se rétractent, et avec elles le niveau de l’emploi. Pour la première fois depuis la Libération, la France assiste à l’installation d’un volant élevé de chômage structurel. J.-D. Reynaud impute à ces vicissitudes un empiétement équivoque des pouvoirs publics sur le champ de la concertation paritaire. Il n’est pas surpris que l’idée de la négociation permanente en fasse les frais. Il reste néanmoins optimiste : il trouve un motif d’espoir dans le fait que la crise n’a pas foncièrement mis à mal les normes émergentes de relations sociales héritées des événements de mai 1968 et des « nouveaux conflits sociaux »20 qui ont suivi.

  • 21 Au plan institutionnel, la situation est inédite : l’Union européenne s’est ouverte en janvier 1973 (...)
  • 22 Pour sa part, la communauté des sociologues travaillant sur la négociation vient d’être affectée pa (...)

22Durant ces années de transition, il se trouve par ailleurs que Jean-Daniel Reynaud est appelé à observer les tendances de la négociation collective sous un autre angle et à un autre niveau. En 1974, il est en effet sollicité par la Commission des Communautés européennes pour contribuer à un diagnostic général sur les « problèmes et perspectives de la négociation collective dans les pays membres de la Communauté ». Siégeant dans le Comité formé à cette occasion pour rendre compte de la situation française, son autorité personnelle lui vaut d’être également désigné comme le rapporteur final de l’étude. Le rapport, déposé en 1979, sera publié en 1980 (Commission des Communautés européennes, 1980)21. Ce document fait écho à la situation présentée peu avant par J.-D. Reynaud pour la France : on y perçoit l’intensité de la dépression qui a résulté du choc pétrolier dans toute l’Europe occidentale. Mais cette fois, Jean-Daniel Reynaud est à la manœuvre dans l’arène européenne pour que la crise ne mette pas en péril les efforts antérieurs en faveur d’un progrès raisonné de la régulation paritaire22.

  • 23 En France, cette pratique trouvera bientôt son prolongement dans les négociations sur le temps de t (...)

23Du point de vue des relations sociales, le rapport confirme que la crise a plongé les pays de la Communauté dans une situation très paradoxale. Certes, la montée du chômage a renforcé les attentes à l’égard de la négociation ; mais encore faudra-t-il que les pratiques s’adaptent aux conditions propres à chaque pays. Surtout, le mouvement inverse est encore plus net : la crise a restauré partout la verticalité de l’action publique. Les gouvernements, garants des règles relatives à l’emploi et aux conditions du licenciement, ont réaffirmé leurs prérogatives. Ils ont mis les partenaires sociaux en demeure de renouer avec les normes traditionnelles de la concertation nationale et interprofessionnelle, ne serait-ce que pour contribuer aux obligations publiques inhérentes à l’indemnisation du chômage23. Comme on s’y attendait, le rapporteur s’attache néanmoins à réaffirmer la ressource politique éminente que constitue la négociation dans les entreprises. Sous couvert des délibérations du Comité, il s’interroge également sur les nouvelles « façons de discuter » que la crise de l’emploi pourrait engendrer.

24L’un des déplacements que l’on voit poindre à ce sujet mérite l’attention. La crise économique, nous est-il dit, annonce « le renforcement des contraintes de l’efficacité » (Commission des Communautés européennes, 1980, p. 198). La formule est chargée : elle est explicitement rapprochée des « accords de productivité » déjà pratiqués dans les firmes britanniques ; elle est énoncée au moment même où le dogme de la concurrence s’installe dans la Communauté. Elle sous-entend que pour les représentants des salariés, la contrainte d’efficacité pourrait s’imposer dans les « échanges sur les règles de l’échange ». Cependant, affirme en substance le rédacteur, il s’agira aussi de tracer la voie à un type de compromis permettant d’éviter un pur et simple retour au « compromis fordien » entre productivité, emploi et salaire. Hypothèse est faite que, grâce à des concertations au plus près des lieux de travail, il restera possible de préserver les attributs de reconnaissance auxquels les salariés ont accédé durant les décennies antérieures, en particulier à propos de la qualité de la vie de travail.

25Tandis que Jean-Daniel Reynaud prépare, à la demande de la Communauté, son rapport sur les perspectives de la négociation collective, il est occupé à une autre tâche d’importance : il parachève, avec le concours de Gérard Adam, un projet d’ouvrage sur les conflits du travail (Adam et Reynaud, 1978). La conjugaison des deux chantiers n’est pas fortuite, car, comme on l’a déjà laissé entendre, J.-D. Reynaud n’est pas loin de postuler que dans le champ des relations du travail, la négociation et le conflit sont en fait un seul et même sujet — bien qu’en France, le lancement d’une grève ne soit qu’exceptionnellement lié à l’échéance d’un accord d’entreprise, à la différence de pays tels que les États-Unis. A minima, son argument est le suivant : si l’on veut bien admettre que presque toutes les grèves, même les plus sévères, finissent par trouver une issue au moins provisoire dans un compromis, force est d’admettre qu’elles participent de ces processus d’interaction réglée qui, à l’instar de la négociation, composent la trame de la vie en société. Mais J.-D. Reynaud ne dédaigne pas d’aller plus loin, suggérant qu’à y bien voir, les grèves ne seraient jamais qu’une forme exacerbée de négociation.

  • 24 C’est cette formule, fréquente dans la bouche de J.-D. Reynaud, qui clôt le chapitre 3 de Conflits (...)

26C’est du moins l’hypothèse qui l’amène, en semi-boutade, à détourner la célèbre assertion de Carl Von Clausewitz sur la guerre et la paix : « le conflit est la poursuite de la négociation par d’autres moyens »24. Au regard de la portée du phénomène de la grève, en France à cette époque, une telle affirmation n’est pas exempte d’une part de provocation intellectuelle ; elle suscite d’ailleurs des réactions dans sa propre équipe. Ainsi, un article de Sami Dassa, publié en 1983, renverse l’audacieuse formule à l’aide d’une analyse statistique qui tend à montrer la prééminence du conflit sur la négociation : selon l’auteur, le rapport de forces qui s’exprime dans les grèves exerce une influence directe sur la nature et l’importance des résultats obtenus lors des négociations (Dassa, 1983). À défaut de tout souvenir personnel sur ce point, nous imaginons néanmoins J.-D. Reynaud reprenant l’argument à son compte : ce n’est pas sous-estimer la portée des arrêts de travail que d’y voir un levier dans un processus d’interaction continu...

27Mais le livre publié en 1978 suggère de ne pas en rester là. S’il est vrai que les thèmes du conflit et de la négociation s’y trouvent intimement conjugués, l’étude des conflits change néanmoins la perspective : elle éclaire sous un autre jour les « scènes d’action » sur lesquelles les acteurs économiques et sociaux se rencontrent. Un conflit du travail est une crise ; dans le cas qui nous occupe, il s’agit d’une crise locale (le plus souvent consécutive à un arrêt collectif de travail), circonscrite à une entreprise. Elle survient à l’initiative d’une organisation ou d’un collectif qui est conduit à s’exprimer publiquement pour faire connaître ses exigences. Elle se déroule dans l’urgence : elle rompt le cours de la relation de production et requiert une concertation rapide pour la recherche d’une solution. Sans invalider la thèse selon laquelle le conflit ne serait qu’une modalité particulière de négociation, ces propriétés indiquent déjà d’elles-mêmes le bénéfice particulier qu’un sociologue tel que J.-D. Reynaud peut tirer de l’analyse de ce type de micro-événement : après lui, bien d’autres s’en empareront pour saisir l’action collective « par le bas » et dans ces instants d’extrême exacerbation, gage d’une observation plus fine des interactions sociales et de leurs effets. Mais à revenir au contexte des années 1970, il est intéressant de qualifier plus précisément la portée du travail entrepris à ce sujet par Jean-Daniel Reynaud, en distinguant trois perspectives.

28Tout d’abord, à quarante ans de distance, il faut garder en tête le type d’événement que constitue alors, en France, le déclenchement d’une grève au niveau d’une entreprise. On l’a déjà dit : dans les années charnières qui mènent des Trente Glorieuses à la première crise pétrolière, beaucoup d’entreprises connaissent de gros accès de fièvre. Dans un article légèrement postérieur, J.-D. Reynaud ira jusqu’à écrire que les conflits de cette époque sont l’expression de luttes des classes d’un genre nouveau, mettant simultanément en cause les règles sociales relatives aux rémunérations, aux conditions de travail et à l’emploi (Reynaud, 1980). Cette effervescence doit de plus être rapportée à l’état où se trouvent alors les rapports entre les employeurs et les représentants des salariés : les syndicats viennent tout juste de conquérir le droit de s’exprimer dans l’enceinte de la firme ; l’armature institutionnelle des échanges entre les parties est clairsemée ; les conventions collectives de branche s’apparentent à un lointain filet de sécurité. De ce fait, les grèves sur lesquelles J.-D. Reynaud et G. Adam s’arrêtent sont des événements ouverts, au déroulement aléatoire. Souvent, elles sont aussi des épreuves aux multiples facettes : les interrogations qu’elles soulèvent touchent à la fois à l’identité des personnes qui portent le mouvement, à la nature de leurs requêtes et aux dispositions qui, pour finir, concluront le différend. Il n’est pas rare que le terme de l’action n’ait en définitive qu’un lointain rapport avec les enjeux sur lesquels elle s’était d’abord engagée.

  • 25 Les conflits d’installation font l’objet du chapitre 6 de Conflits du travail et changement social (...)

29Cette situation passablement anomique permet de comprendre pourquoi, parmi les conflits typiques de l’époque, les auteurs isolent ce qu’ils appellent les « conflits d’installation »25. Dans l’un des cas examinés, une revendication banale de salaire dégénère. Plusieurs ateliers arrêtent le travail. La direction, habituée à régler les problèmes par le canal des contremaîtres, impute le mouvement à deux délégués syndicaux nouvellement désignés et dont elle déplore l’activisme ; elle les met à pied. La grève s’amplifie, de sorte que tout le monde finit par se retrouver autour d’une table. Au-delà du litige salarial, le conflit se solde finalement par une reconnaissance effective du fait syndical. L’enjeu sous-jacent est la reconnaissance de l’entreprise elle-même comme espace normal d’échange entre les représentants respectifs de la direction et de la main-d’œuvre.

  • 26 Il s’empresse aussi d’observer que dans une telle discussion, l’emploi du mot « jeux » ne met nulle (...)
  • 27 Après la publication de Conflits du travail et changement social, Jean-Daniel Reynaud va saisir l’o (...)

30Deuxièmement, il est frappant que l’immersion de Jean-Daniel Reynaud dans les conflits du travail le porte vers des sources d’inspiration que nous n’avions jusqu’alors pas encore aperçues. Ainsi en est-il lorsqu’il assimile les conflits du travail à des « jeux ». Rien n’est plus semblable, en effet, à une grève localisée qu’un « jeu » mettant aux prises des acteurs qui évoluent dans une même unité de temps et de lieu et qui devront, in fine, coopérer. Étudier un conflit, ce n’est rien d’autre, après tout, qu’examiner la structure d’un jeu, observer la façon dont les acteurs s’y engagent, décrire leurs stratégies et rendre compte de l’issue de la partie. Dans les années 1970 justement, les chercheurs de sciences sociales sont déjà informés des discussions que suscite la « théorie des jeux », bien que les modèles qui s’y rapportent soient surtout le fait d’économistes et de mathématiciens. J.-D. Reynaud y fait des incursions, mais il en pressent rapidement les limites26 : les grévistes ne forment jamais un bloc stable et unanime ; jamais l’information dont disposent les parties prenantes n’est complète. Surtout, explique-t-il, l’analyse des grèves nécessite de passer d’un paradigme de « jeux fixes » à une théorie des « jeux glissants », car les enjeux des conflits se déplacent, les règles changent, les acteurs eux-mêmes évoluent. Ces observations expliquent l’appétit avec lequel J.-D. Reynaud se tourne alors vers d’autres théories de l’action collective qui, sans renier la métaphore du jeu, éloignent l’analyse des conflits d’une arithmétique trop sommaire27. C’est notamment à ce stade que réapparaît la proximité entre J.-D. Reynaud et M. Crozier, alliés originels. À ce moment arrive en effet à maturité « l’analyse stratégique des organisations » développée au Centre de sociologie des organisations. Comme en écho aux problèmes que soulèvent les conflits du travail, le livre co-signé en 1977 par Michel Crozier et Erhard Friedberg annonce d’entrée, en sous-titre, qu’il traitera des « contraintes de l’action collective » (Crozier et Friedberg, 1977). Mais les retrouvailles de J.-D. Reynaud et M. Crozier iront plus loin : l’énigme des « jeux sous contrainte » les rapprochera l’un et l’autre d’auteurs anglophones dont la renommée est parfois déjà bien établie, mais dont ils vont puissamment contribuer à acclimater les travaux dans les pays francophones.

  • 28 Jean-Daniel Reynaud rapproche souvent ces propositions, sous un jour plus critique, de la théorie d (...)

31Parmi ces auteurs, quelques noms se détachent, dont ceux d’Herbert Simon et de Thomas Schelling. Des travaux du premier, une thèse a fait florès : dans les organisations, les jeux sont par essence grevés d’incertitudes, de sorte que les individus ou les collectifs qui cherchent à y promouvoir leurs intérêts ne sauraient prétendre à y exercer une rationalité complète ; mieux leur vaudra d’interagir sous un régime de « rationalité limitée » (Simon, 1947 ; March et Simon, 1958). C’est par exemple à l’appui de cette proposition que J.-D. Reynaud expliquera qu’à l’issue d’une grève, l’intérêt bien compris de l’employeur n’est pas forcément de pousser son avantage jusqu’au bout, même si le rapport des forces lui est favorable. Dès lors que celui-ci estime avoir suffisamment endigué les revendications de l’autre partie, la raison lui commandera plutôt d’en rester à un bon compromis et de faire en sorte que l’autre puisse « garder la face ». Quant à Thomas Schelling, sa Stratégie du conflit compte rapidement parmi les références favorites de J.-D. Reynaud, bien qu’elle n’ait a priori qu’un lointain rapport avec les conflits du travail — il y est surtout question des relations internationales (Schelling, 1960). J.-D. Reynaud y renvoie notamment pour expliquer que dans les entreprises, même les conflits les plus durs s’apparentent en réalité à des « jeux mixtes », où l’hostilité se mêle à un certain degré de coopération. L’apanage d’un jeu mixte est que face à un coup joué par l’un des acteurs, l’autre pourra faire le tri entre le « bluff » et l’engagement qu’il faut prendre au sérieux. De même, au départ, les joueurs sont presque inéluctablement conduits à se ménager des terrains d’entente : ce n’est qu’à ce prix qu’ils pourront parvenir au troc final de la négociation28.

  • 29 Comme il en est d’ailleurs, au même moment, pour Michel Crozier à propos de l’analyse des organisat (...)
  • 30 Ces séminaires sont initialement co-animés par Gérard Adam, Yves Delamotte et Jean-Daniel Reynaud. (...)
  • 31 L’Association pour le développement des sciences sociales appliquées (ADSSA), créée en 1972 dans l’ (...)
  • 32 J.-D. Reynaud anime également des sessions de formation consacrées aux conflits pour le compte de l (...)

32Pour Jean-Daniel Reynaud, l’attrait de thèses telles que celles d’Herbert Simon et de Thomas Schelling tient à coup sûr à leur caractère paradoxal et à leur élégance spéculative. Mais à propos de l’analyse des conflits du travail, l’un de leurs atouts singuliers est aussi de stimuler l’interprétation des données recueillies sur le terrain29. Ceci nous amène au troisième et dernier constat qui s’impose à propos des conditions dans lesquelles J.-D. Reynaud s’investit, dès le début des années 1970, dans la sociologie des conflits. Les crises localisées telles que les grèves qui surviennent en entreprise fournissent au sociologue l’opportunité de procéder à des investigations empiriques « compactes » et approfondies. En retour, elles donnent matière à un travail d’interprétation à forte teneur pédagogique et susceptible d’éclairer la machinerie adjacente des relations professionnelles. C’est là une autre clé, et non la moindre, du livre de 1978 : celui-ci doit une bonne partie de sa substance à des études de cas détaillées, réalisées entre 1973 et 1975 par des étudiants œuvrant sous la gouverne de J.-D. Reynaud dans des séminaires de l’Institut d’études politiques de Paris30 ou de l’ADSSA31. En parallèle, J.-D. Reynaud anime des formations sur les conflits devant des dirigeants et cadres de la fonction Personnel (bientôt rebaptisés responsables des Ressources humaines), voire à l’attention d’états-majors de grandes sociétés (telles que BSN, l’entreprise verrière qui deviendra ensuite Danone)32. Ainsi façonne-t-il peu à peu une méthodologie d’analyse des conflits qui rapproche les études de cas réalisées sur le terrain (ou à partir du témoignage de cadres et dirigeants) de ses propres interprétations. À la longue, la formule fait ses preuves. Jean-Daniel Reynaud la reprend un temps à l’Université Paris-Dauphine, avant qu’elle ne s’installe durablement à Sciences Po, avec la complicité de Michel Crozier : le « séminaire conflits » y sera en effet, jusque dans les années 1990, l’une des composantes majeures du DEA (le cycle introductif aux études doctorales) adossé au Centre de sociologie des organisations.

  • 33 C’est du moins ce qui ressort de l’intitulé retenu pour l’important colloque organisé en 2002, ains (...)

33C’est en 1989 que Jean-Daniel Reynaud publie Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale. Ces Règles du jeu s’imposent d’entrée comme le maître-ouvrage de l’auteur, pour des raisons multiples mais dont le titre, et plus encore le sous-titre, permettent déjà d’entrevoir l’essentiel : parvenu à une étape conclusive de son parcours, le sociologue « monte en généralité ». Il s’agit cette fois, par-delà l’analyse des interactions dont procèdent les relations du travail, des transactions qu’elles impliquent et des crises ouvertes qu’elles suscitent, d’une réflexion générale sur la place qui revient, dans l’action collective, à l’élaboration et à l’évolution des règles nécessaires à la coopération. L’ambition de l’ouvrage est telle que dans la communauté scientifique, un consensus va bientôt s’établir pour estimer qu’à ce stade de son œuvre, le dessein de J.-D. Reynaud est de dresser une « théorie de la régulation sociale » détachée du champ qui l’avait jusqu’alors occupé33. Avec le recul, il est néanmoins nécessaire d’insister sur le fait que cette théorie requiert une juste appréciation. De même que J.-D. Reynaud gardait ses distances face aux approches exagérément globalisantes des systèmes de relations professionnelles, de même sa théorie de la régulation sociale s’écarte-t-elle de toute prétention à traiter du système social dans sa généralité. On le vérifie aisément en remontant sinon aux sources de cette théorie, du moins aux publications antérieures qui l’avaient explicitement annoncée. Celles-ci nous ramènent dix ans plus tôt — au moment même où le travail empirique de J.-D. Reynaud sur les conflits et la négociation atteint son point culminant —, laissant entendre l’absence de toute rupture entre sa « théorie générale » et les mécanismes d’interaction qu’il s’efforçait alors de mettre au jour à leur sujet.

  • 34 Le rapport présenté en 1977, non publié, comprenait 821 pages et portait pour titre Production de l (...)

34En 1978, Jean-Daniel Reynaud participe, à Aix-en-Provence, à une table ronde organisée par le Laboratoire d’économie et sociologie du travail. La rencontre porte sur les résultats de la grande enquête menée au LEST, plusieurs années durant, sur la comparaison des formes française et allemande de l’organisation industrielle34. Ce travail connaîtra vite un grand retentissement du fait de la thèse audacieuse défendue par les auteurs, Marc Maurice, François Sellier et Jean-Jacques Silvestre. Ceux-ci imputent en effet les différences entre les modèles productifs des deux pays à un « effet sociétal ». En bref, leur hypothèse centrale est que dans chaque pays, l’organisation des firmes répond à une logique transversale, affectée par une série de facteurs a priori distincts, mais qui se révèlent en fait interdépendants. Parmi ces facteurs : le système éducatif (dominé en Allemagne par l’apprentissage, en France par l’enseignement général) ; la conception de la hiérarchie (marquée en France, à la différence de l’Allemagne, par une forte séparation entre les salariés d’exécution et l’encadrement) ; les normes de relations sociales et le rôle des syndicats (bien mieux insérés dans l’entreprise en Allemagne qu’en France). La discussion de 1978 réunit des collègues proches, mais elle n’en révèle pas moins de fortes dissonances dont la trace nous est restée du fait de la confrontation accueillie ensuite, en accord avec les protagonistes, par la Revue française de sociologie (Maurice et al., 1979 ; Reynaud, 1979). Or c’est à l’occasion de cette controverse que J.-D. Reynaud en vient à présenter, de façon aussi prémonitoire qu’inattendue, ce qu’il désigne tout net comme « l’esquisse d’une théorie de la régulation conjointe ».

35Il reproche à ses collègues de privilégier une interprétation néo-durkheimienne de leurs résultats : celle-ci les porte à présupposer l’unité du système social et l’existence d’un corps de normes et valeurs assez puissantes pour contraindre les comportements des individus. Il plaide au contraire en faveur d’un réexamen délibérément pluraliste du contraste observé par les chercheurs du LEST entre les deux pays. À l’aide de ce concept inédit de régulation conjointe, il imagine de reconsidérer « l’effet sociétal » en s’interrogeant sur les conditions dans lesquelles les acteurs se prêtent à des compromis. À propos de l’Allemagne, l’enjeu serait par exemple de ne plus voir dans les valeurs professionnelles une donnée surplombant toute action, mais plutôt l’effet d’une régulation dont chacun des acteurs du système industriel aurait tiré parti à un moment donné de l’histoire des relations sociales. Les circonstances se seraient alors prêtées à un échange entre la valeur accordée au travail et la renonciation aux conflits dans l’enceinte de la firme (la confrontation étant reportée au niveau des branches). Pour J.-D. Reynaud, seule une telle perspective permet de restituer leur dynamique aux systèmes d’action, de prendre en compte les tensions et contradictions qu’ils subissent de façon presque inéluctable, en mettant par la même occasion en évidence l’intérêt de l’analyse des conflits — ces micro-événements qui permettent d’apercevoir le terrain potentiel de futurs arrangements.

  • 35 Un an plus tard, l’ouvrage de Christian Morel sur « la grève froide » fera écho à ces thèses (Morel (...)

36Deux ans plus tard, celui qui a contribué à la création de Sociologie du travail est invité à rédiger une contribution à l’occasion du vingtième anniversaire de la revue. Il satisfait à cette invitation par un texte d’une tonalité très libre sur les changements qui ont affecté les conflits du travail durant les vingt années passées (Reynaud, 1980). Pour commencer, il revient sur le tumulte dont les entreprises furent le théâtre au début des années 1970. Selon lui, celui-ci est venu démentir l’illusion antérieure selon laquelle les travailleurs allaient se ranger à une sorte de « satisfaction querelleuse » à l’égard des principes généraux de l’organisation sociale. Au contraire, nous est-il dit, l’agitation qui a suivi a révélé que par-delà les litiges récurrents sur le partage de la prospérité, la querelle centrale tenait toujours aux règles de la vie commune. Les conflits de classes auraient ainsi resurgi, si l’on s’accorde à user de ce concept dès lors que des sujets dominés ne se reconnaissent pas dans la rationalité de ceux qui disposent de l’autorité35. Pourtant, à suivre J.-D. Reynaud, il faut concéder à cette résurgence contemporaine des conflits sur les « règles du jeu » un attribut totalement inédit : ils sont dotés d’une irréductible diversité, que les acteurs dominants eux-mêmes sont hors d’état d’enrayer. Dans ces années-ci, c’est en vain qu’on chercherait un principe unificateur entre les grèves déclenchées par les ouvriers spécialisés (OS) sur les chaînes de montage et les mouvements (non moins emblématiques) des employés de banque, même si des slogans simplificateurs ont pu les identifier à des « OS du tertiaire ». Quant à l’intervention de l’État dans les relations du travail, on n’y a pas davantage aperçu de rationalité surplombante, aussi attaché qu’on soit au modèle wébérien de la bureaucratie : qui prétendrait que l’action publique relative à l’emploi, à la durée du travail et aux salaires ait alors brillé par sa cohérence ? J.-D. Reynaud en infère une première conclusion : en dépit de l’ampleur des désaccords dont ils ont témoigné, tout concourt pour décliner ces antagonismes au pluriel, et pour approcher chacun des conflits qu’ils ont suscités dans sa singularité.

37La seconde conclusion concerne les enseignements généraux qu’il est possible de tirer de l’observation de ces conflits de classes d’un genre nouveau. Pour ce faire, l’auteur renoue ici avec la problématique de la régulation conjointe entrevue deux ans plus tôt, en se concentrant cette fois sur les mécanismes de régulation à l’œuvre dans les organisations. J.-D. Reynaud observe d’abord que, nonobstant l’extrême diversité des crises dont les relations sociales font l’objet dans les entreprises, les organisations de travail ont pour particularité commune d’être des institutions où s’exerce une forte contrainte sociale. Comme chacun sait, les salariés sont contraints par le lien de subordination qui les attache à leur employeur ; leur activité est enserrée dans une multitude de règles, y compris celles que requiert la coopération entre pairs. Cependant — c’est l’autre face de la question —, sauf dans des cas extrêmes, la contrainte ne s’exerce jamais de façon totalement unilatérale. Déjà, il est dans la nature même du droit (et spécialement du droit du travail) d’énoncer à la fois ce qui fonde la règle et ce qui la limite. Allant plus avant, J.-D. Reynaud suggère de voir dans les « conflits sur les règles » une illustration exemplaire du phénomène de la régulation conjointe, car l’action revendicative s’y affiche comme l’une des voies de l’élaboration et de la transformation des règles de l’entreprise. Sous cet angle réapparaît aussi l’imbrication entre l’analyse des conflits du travail (fussent-ils l’expression de conflits de classes) et la sociologie des organisations proprement dite.

  • 36 La préparation de cet ouvrage explique en bonne part qu’entre 1982 et 1988, l’activité de publicati (...)
  • 37 Ce texte est d’abord présenté aux Journées nationales de Sociologie du travail qui se tiennent à Li (...)

38Cet article de Sociologie du travail contient, pour finir, une annonce intéressante : J.-D. Reynaud indique à ses lecteurs [qu’il] « resterait aux sociologues à faire plus explicitement la théorie de cette régulation conjointe qui fait une place aux différents intéressés » (Reynaud, 1980, p. 113). On ne saurait laisser plus clairement entendre que les « esquisses » du moment précèdent un travail de longue haleine, dont le déploiement épistémologique ne sera, de fait, livré que sensiblement plus tard, dans les Règles du jeu (Reynaud, 1989)36. Quelque temps avant la parution du livre, l’auteur offre quand même à la discussion un texte dans lequel il est permis de voir une première exécution de la promesse de 1980 (Reynaud, 1988)37. En moins de 15 pages, on y trouve la mise à jour de sa théorie de la régulation conjointe, déclinée de nouveau sous l’angle des « régulations dans les organisations » (un objet transversal du livre, mais traité plus spécialement au chapitre 4). Le point fort de cet écrit est qu’y figurent pour la première fois les concepts qui, pour l’auteur, caractériseront dès lors les deux sources de régulation qui « se font concurrence » dans les organisations (singulièrement : les entreprises) : la régulation de contrôle, exercée par les acteurs dotés d’un pouvoir contraignant de prescription, et la régulation autonome, par laquelle s’exprime la capacité d’initiative des collectifs de travail.

  • 38 Selon la terminologie proposée ensuite par Gilbert de Terssac pour « traduire » et prolonger, dans (...)

39L’une des intentions sous-jacentes à cette formulation est, de toute évidence, d’écarter les analyses de l’auteur d’une perspective purement interactionniste. Certes, J.-D. Reynaud exprime une nouvelle fois sa dette à l’égard des travaux M. Crozier et E. Friedberg. Mais il se démarque de leur inclination à s’en remettre à une analyse très ouverte des jeux de pouvoir, selon laquelle les ressources réelles dont disposent les acteurs sont bien plus significatives que l’autorité octroyée d’en haut. J.-D. Reynaud confirme l’importance de la relation de subordination consécutive au contrat de travail : le principe de subordination tire sa force du fait que, dans les entreprises, ceux qui endossent les tâches de contrôle agissent au nom de contraintes externes telles que les sujétions du marché et la requête d’efficacité. C’est seulement sur ces bases, selon lui, que la dynamique de l’organisation reprend ses droits. Elle réapparait d’abord (et selon le propos antérieur sur les conflits de classes) parce que l’asymétrie entre ceux qui exercent l’autorité et ceux qui la subissent n’a nullement pour effet que les seconds n’auraient aucune part au « travail d’organisation »38 : les salariés aspirent à l’autonomie ; le travail la requiert et fait donc des salariés des acteurs de premier rang. Ensuite, l’activité de contrôle ne s’identifie pas automatiquement à la hiérarchie : on sait depuis longtemps que la logique de l’efficacité est partagée entre toutes les strates de l’organisation, comme l’a d’ailleurs progressivement reconnu le management (à l’exemple du crédit accordé aux cercles de qualité). Enfin, la distribution de la régulation varie selon l’identité des acteurs en présence et les buts qu’ils poursuivent, sans exclure que des valeurs extérieures à l’organisation alimentent à leur tour la régulation autonome — ce dont a témoigné, durant toute l’histoire du capitalisme, la propension des travailleurs à s’identifier à des communautés professionnelles. Pour finir, aucun de ces constats ne ferait sens s’il n’était rappelé que pour J.-D. Reynaud, la production des règles dans les organisations procède, toujours et encore, de la négociation — parfois de façon explicite, et presque constamment de façon implicite.

  • 39 Peu après, J.-D. Reynaud collabore d’ailleurs encore à un autre ouvrage sur l’identité des Français (...)

40Ce sont toutes ces analyses qui sont reprises et mises en perspective dans les Règles du jeu. Le livre va évidemment plus loin : il réinscrit tous les concepts que nous venons de rencontrer dans les paradigmes de la sociologie contemporaine. C’est l’occasion d’un retour approfondi sur les théories de l’action collective, des mouvements sociaux, des classes sociales, des rapports de classes, du pouvoir. De même ses analyses sur les conditions de la création, du maintien et de la transformation des règles sont-elles abondamment réexaminées à l’aune des approches classiques de la construction de l’ordre social ; à ce propos, la tradition wébérienne est, de loin, la plus sollicitée. Cela conduit aussi J.-D. Reynaud à confronter ses thèses à la question de l’État, à la fonction du droit, aux rôles respectifs des valeurs et des intérêts. L’auteur mobilise de plus sa connaissance intime de la société française, alimentée par la part qu’il a prise, vingt ans durant, à sa transformation et aux analyses susceptibles d’y contribuer, depuis les Tendances et volontés de la société française (Reynaud, 1966) jusqu’au livre dirigé par Henri Mendras sur l’état de la France en 1980 (Mendras, 1980) — un ouvrage que H. Mendras lui-même présente alors comme un bilan du chemin parcouru depuis les Tendances et dont J.-D. Reynaud rédige l’un des chapitres conclusifs39. Dans les contributions qu’il fournit à ces occasions, son propos est justement d’insérer ses analyses sur les relations du travail dans un questionnement plus général sur le changement social, ou d’examiner en quoi les problèmes du travail ouvrent par eux-mêmes à des paradigmes plus généraux.

41Jean-Daniel Reynaud a-t-il pour autant voulu présenter dans les Règles du jeu une théorie générale de la régulation sociale ? À notre connaissance, il ne l’a lui-même jamais fermement revendiqué, pour au moins deux raisons. D’abord parce que le livre ne dissimule jamais que les principaux territoires empiriques de l’auteur sont ceux qu’il n’a cessé d’observer, avec le concours des chercheurs qui l’ont entouré : les relations du travail ; l’action collective dans les organisations de production. Ensuite et surtout parce que les Règles du jeu ne s’écartent en rien de la problématique qui se dessinait, dix années plus tôt, dans sa première « esquisse de la régulation conjointe » — celle où s’est affirmée la défiance de l’auteur à l’égard des analyses qui tendent à présupposer la cohérence du système social et l’encastrement de l’action dans des déterminismes extérieurs aux situations d’échange.

  • 40 La constance de ce point de vue est illustrée par la controverse qui avait opposé, presque vingt an (...)

42L’ouvrage fournit à Jean-Daniel Reynaud l’occasion de réaffirmer l’attention qu’il accorde aux acteurs collectifs. Il n’hésite pas à reconnaître le poids de l’histoire dans la cristallisation de certaines communautés d’action qui parviennent à se maintenir bien qu’elles aient cessé de s’accorder à l’état des techniques et du fonctionnement des marchés. De même, J.-D. Reynaud ne dément nullement que les désaccords sur les règles de la vie commune puissent se muer en antagonismes de classes. Allant plus loin, il affirme (comme nous l’avons vu) que les conflits de classes peuvent tout à fait reprendre de la vigueur dans la société contemporaine, quand bien même semble s’accentuer le déclin des idéologies. À supposer que nous nous retrouvions un jour dans une société totalement affranchie des mythes qui, par le passé, ont forgé la conscience collective, rien n’oblige à croire, selon lui, que les relations sociales en reviendraient à un état premier où n’aurait cours que la confrontation des intérêts. Toutefois, il s’agit là de paradoxes qui ne s’éclairent que si l’on retourne à sa conviction constante : « ce qui est donné, ce n’est pas une classe sociale, mais une situation de classe ». Dans cette situation, l’acteur collectif ne prend forme que si des individus « en prennent conscience et agissent en commun » (Reynaud, 1989, p. 87). Dès lors, la recommandation invariable de l’auteur est de n’appréhender les collectifs que dans l’action, c’est-à-dire dans l’œuvre de régulation sociale à laquelle ils sont, de fait, associés. Par la même occasion disparaît toute intention d’accorder un sens univoque aux mouvements sociaux, qu’il s’agisse de dresser l’état des conflits dans une société ou de décrire les tendances du changement. Parvenu à son interrogation sur la « société comme un tout » (au chapitre 5 du livre), J.-D. Reynaud redira son opposition aux récits qui postulent l’unité du système social, pour y préférer une « histoire réelle », faite d’une irréductible complexité : « aucune nécessité logique n’impose qu’il y ait un conflit et un seul au centre de la société » (Reynaud, 1989, p. 161)40.

43C’est exactement dans les mêmes dispositions que les Règles du jeu abordent la question des conventions et des valeurs qui permettent l’action commune, ou plus simplement encore la coordination entre les agents économiques dans une société complexe. Une fois encore, on voit J.-D. Reynaud « désarmer » les théories générales qui se rapportent aux idéologies, ou à des conceptions transcendantes du bien commun : même s’il est bien de la nature des valeurs de s’imposer aux individus, elles « ne sont rien d’autre que ce sur quoi une action collective peut se mettre d’accord et se fonder. Elles en sont le produit » (Reynaud, 1989, p. 234).

  • 41 En 1991 paraîtra le livre de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, Les Économies de la grandeur, assoc (...)
  • 42 Durant les années 1990, Jean-Daniel Reynaud et Olivier Favereau, professeur de sciences économiques (...)

44Sur ce point, la discussion va d’ailleurs rebondir après la publication de la première édition du livre. J.-D. Reynaud trouve en effet des alliés inattendus parmi les tenants de l’économie des conventions, dont le projet d’ensemble est présenté au même moment (Dupuy et. al., 1989)41. Il profitera des Variations ajoutées à la troisième édition du livre pour dire ses affinités avec les termes dans lesquels ce courant d’économie hétérodoxe aborde le concept de convention : ce collectif y voit en effet des normes d’échange « qui naissent des contraintes de la coordination ». Les conventions ne sont donc pas un ensemble surplombant : elles peuvent être « locales ou spécifiques » (3e édition, 1997, p. 64). Cette proximité ne sera pas sans répercussions pour J.-D. Reynaud. Elle lui vaudra notamment de se rapprocher d’Olivier Favereau, « conventionnaliste » éminent42. Ultérieurement, elle sera aussi un motif de controverse, J.-D. Reynaud déplorant que de nouveaux développements de l’économie des conventions (datant de 2006) en soient venus à reconsidérer l’immanence des conventions au profit de la présentation de « principes de justice » indépendants de l’expérience collective. Consacrant un article entier aux regrets que lui inspire ce tournant, il réaffirmera son point de vue dans les termes d’un « plaidoyer pour la normativité ordinaire », à l’opposé de toute théorie générale des valeurs : « ce ne sont pas les valeurs qui permettent la coordination ; les valeurs, au contraire, émergent de l’interaction » (Reynaud et Richebé, 2007, p. 13).

45Derrière cette « normativité ordinaire » réapparaît, par extension, la réticence qu’oppose Jean-Daniel Reynaud aux représentations néo-durkheimiennes de la vie sociale, qui tendraient à encastrer les transactions de la vie quotidienne dans des contraintes institutionnelles de rang supérieur. Sa préférence consiste, inlassablement, à affirmer la singularité des ordres locaux, y compris lorsque les contraintes de coordination sont élevées. La tâche du sociologue est alors non seulement de saisir la façon dont les acteurs négocient entre eux, mais aussi d’apprécier, justement, comment ils composent avec les sujétions (matérielles, financières, juridiques, morales…) qui leur sont imposées de l’extérieur. C’est seulement sous cet angle, nous est-il dit, que se dévoilent les conditions effectives de la construction des ordres locaux. De surcroît, seule cette approche permet de percevoir les ensembles sociaux « tels qu’ils sont », c’est-à-dire divers, instables, vulnérables. Selon J.-D. Reynaud, il faut exclure que la pression exercée par les autorités publiques dans les États modernes y change quoi que ce soit, pour au moins deux raisons : d’abord parce que même dans les États centralisés et dotés d’une forte armature juridique (tels que l’État français), ni l’autorité publique, ni la loi ne s’imposent jamais de façon impérieuse ; elles en appellent sans cesse à la contestation et à la négociation. Ensuite parce que, en dépit de l’installation supposée de l’ordre bureaucratique, la sphère de l’État est elle-même un lieu de confrontation entre des ordres multiples et plus ou moins contradictoires ; cela amplifie d’autant la capacité de résistance des systèmes locaux.

  • 43 Nous tirons cette interprétation d’un entretien accordé par J.-D. Reynaud à la revue Négociations e (...)

46Cette prédilection pour l’analyse des ensembles locaux rappelle, bien entendu, la notion « d’ordre négocié » introduite dans les années 1960 par Anselm Strauss, à l’occasion d’une célèbre recherche, menée dans la mouvance de l’École de Chicago, sur le fonctionnement du système hospitalier (Strauss et al., 1963). J.-D. Reynaud avait ce travail en grande estime — ayant de surcroît suivi son déroulement, pour avoir noué une relation d’amitié avec A. Strauss dès les années 1950 à l’occasion d’un séjour à Chicago. On s’étonne de ce fait que J.-D. Reynaud (resté en rapport direct avec lui) ne s’arrête pas sur son œuvre dans les Règles du jeu. L’une des explications semble tenir aux réserves que lui a inspiré la lecture de travaux ultérieurs d’A. Strauss, tels que son ambitieux ouvrage sur les variétés de négociations (Strauss, 1978). Ce sont des réserves d’importance au regard de ce qui précède : J.-D. Reynaud a manifestement regretté que dans ce livre, la belle trouvaille analytique de « l’ordre négocié » ait été détachée des ordres locaux pour être appliquée à des analyses plus générales de l’ordre social43.

47À la lumière de tous ces arguments, on comprend aisément pourquoi Jean-Daniel Reynaud n’a jamais acquiescé au projet qu’on lui a si souvent prêté d’élaborer une théorie générale de la régulation sociale, si tant est que l’idée d’une théorie générale s’applique nécessairement au système social considéré comme un tout. À ce sujet d’ailleurs, il s’était très tôt compromis dans des propositions quasiment irréversibles. L’article qu’il publie dans Sociologie du travail en 1980 s’achève — comment l’oublier ? — de la façon suivante : « Il y a une science des faits sociaux. Il n’y a pas de science de la société » (Reynaud, 1980, p. 115). Il récidive dans les Règles du jeu, à la fin du chapitre 4 : « Il n’y a aucune raison de postuler l’existence d’un système social » (Reynaud, 1989, p. 172), jusqu’à comparer, à la page suivante, le système social à une « machine de Tinguely », à ceci près que « personne n’a construit [cette machine-là] et qu’elle produit une grande quantité de choses hétérogènes » (Reynaud, 1989, p. 173).

48Cette approche des faits sociaux a, de plus, pour effet de prédisposer celui qui l’énonce à une pratique particulière du métier de sociologue. Celui-ci devient par définition un métier modeste — mal outillé en tout cas pour décrire l’état de la société, a fortiori pour dessiner les grandes lignes de son évolution. Se prononçant sur ce point à la fin des Règles du jeu, Jean-Daniel Reynaud se retranche, de fait, dans une mission sans éclat apparent : au regard de la complexité des situations dans lesquelles s’exerce la régulation sociale et des transactions nécessaires à la décision (par exemple dans les entreprises), les sciences sociales devront consentir à n’être, ni plus ni moins, que de simples sciences d’aide à la décision. Plus précisément encore, elles s’emploieront à « une aide à la décision conjointe » (Reynaud, 1989, p. 272). À y regarder à deux fois, cette mission n’est pourtant pas aussi subalterne qu’il y paraît, puisque derrière ce métier de conseil se profile l’élucidation de configurations d’action extrêmement complexes. Autrement dit, ce travail est d’abord — est surtout ? — un travail d’analyse, dont il est encore possible de tirer profit hors des contextes d’action. Les étudiants de Jean-Daniel Reynaud ont appris de quoi il retourne — à commencer par ceux qui, au Cycle supérieur de sociologie de Sciences Po, ont participé des années durant à ses séminaires sur les conflits du travail. Avec lui, qu’ont-ils fait sinon apprendre à élucider les configurations d’action complexes ?

49Quiconque a travaillé avec Jean-Daniel Reynaud, a participé à ses enseignements, a profité de sa présence dans les séances de séminaire qu’il a animées, ou dans les innombrables jurys où il était entendu, pourrait témoigner du degré de raffinement auquel il était parvenu dans la tâche qu’il s’assignait en quelque sorte de lui-même, si l’on veut bien la transférer de l’aide à la décision au travail d’analyse. J.-D. Reynaud exerçait d’abord sa compétence de sociologue en usant de son aptitude peu commune à débrouiller l’écheveau de données complexes ou d’interprétations encore inabouties, et a contrario, à déceler l’excès de simplicité de « montées en généralité » précipitées au regard de l’écheveau que constitue, irrémédiablement, la réalité.

50On laissera ouverte, pour finir, la question de savoir selon quels mobiles profonds Jean-Daniel Reynaud s’attacha avec tant de constance et de véhémence à cette épistémologie de la pluralité, de l’immanence et de la complexité des ordres sociaux. Deux explications, sur lesquelles nous nous arrêterons, nous ramènent à deux éléments cardinaux de son parcours. D’abord — nous l’avons suffisamment souligné —, il avait embrassé le métier de sociologue pour observer le « monde réel », au moyen de méthodes visant systématiquement l’examen empirique de la réalité ; il n’y a jamais dérogé. De même refusa-t-il sans cesse de s’exposer aux vicissitudes de sciences sociales exagérément générales, trop souvent impatientes à son goût de passer des observations contingentes à des déductions sur les tendances du temps, si ce n’est sur le sens de l’histoire. Bien qu’il eût parmi ses compagnons de route, et très bons amis, d’illustres collègues qui ne répugnaient pas à s’emparer des mouvements du monde, il se garda obstinément de leur faire concurrence sur ce registre-là. Vis-à-vis de certains, dont il était plus éloigné, il arrivait que son extrême courtoisie soit mise à l’épreuve. Nous lui connaissions des colères rentrées vis-à-vis des discours dans lesquels il voyait poindre la confusion de la connaissance et des croyances. A fortiori peinait-il à supporter les errements idéologiques, dans lesquels il craignait sans doute de voir resurgir ceux dont il eut tout le loisir, durant cette seconde moitié du XXe siècle, de vérifier les effets dévastateurs.

Haut de page

Bibliographie

Adam, G., Reynaud, J.-D., 1978, Conflits du travail et changement social, Presses universitaires de France, Paris.

Adam, G., Reynaud, J.-D., Verdier, J.-M., 1972, La négociation collective en France, Les Éditions Ouvrières, Paris.

Boltanski, L., Thévenot, L., 1991, Les économies de la grandeur, Presses universitaires de France, Paris.

Borzeix, A., Rot, G., 2010, Genèse d’une discipline, naissance d’une revue. Sociologie du travail, Presses universitaires de Paris Ouest, Paris.

Chapoulie, J.-M., 1991, « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis et la classe ouvrière », Revue française de sociologie, vol. 32, n° 3, p. 321-364.

Commission des Communautés européennes, 1980, « Problèmes et perspectives de la négociation collective dans les pays membres de la Communauté » (Rapporteur final : Jean-Daniel Reynaud), Office des publications officielles des Communautés Européennes, Collection Études, Série Politique sociale, n° 40.

Crozier, M., Friedberg, E., 1977, L’acteur et le système. Les contraintes de l’action collective, Le Seuil, Paris.

Dassa, S., 1983, « Conflits ou négociation ? Les grèves, leur résultat et la taille des entreprises », Sociologie du travail, vol. 25, n° 1, p. 32-44.

Di Tella, T., Brams, L., Reynaud, J.-D., Touraine, A., 1966, Huachipato et Lota. Étude sur la conscience ouvrière dans deux entreprises chiliennes, Éditions du CNRS, Paris.

Dofny, J., Durand, C., Reynaud, J.-D., Touraine, A., 1966, Les ouvriers et le progrès technique, Armand Colin, Paris.

Dunlop, J.T., 1958, Industrial Relations Systems, Southern Illinois University Press, Carbondale.

Dupuy, J.-P., Eymard-Duvernay, F., Favereau, O., Orléan, A., Salais, R., Thévenot, L. (dir.), 1989, numéro spécial « Économie des conventions », Revue économique, vol. 40, n° 2, p. 141-403.

Flanders, A., 1965, Industrial Relations: What is Wrong with the System? An Essay on Its Theory and Future, Faber & Faber, London.

Flanders, A., 1968, « Éléments pour une théorie de la négociation collective », Sociologie du travail, vol. 10, n° 1, p. 13-35.

Flanders, A., Clegg, H., 1954, The System of Industrial Relations in Great Britain, Basic Blackwell and Mott, Oxford.

Fox, A., Flanders, A., 1969, « La réforme de la négociation collective : de Donovan à Durkheim », Sociologie du travail, vol. 11, n° 3, p. 225-240.

Friedmann, G., 1946, Problèmes humains du machinisme industriel, Gallimard, Paris.

Friedmann, G., Naville, P. (dir.), 1961, Traité de sociologie du travail. Tome 1, Armand Colin, Paris.

Friedmann, G., Naville, P. (dir.), 1962, Traité de sociologie du travail. Tome 2, Armand Colin, Paris.

Lalande, K., Terssac, G. de, 2002, Du train à vapeur au TGV. Sociologie du travail d’organisation, Presses universitaires de France, Paris.

March, J.G., Simon, H.A., 1958, Organizations, Wiley, New York. [traduction française : March, J.G., Simon, H.A., 1965, Les organisations, Dunod, Paris, préface de Michel Crozier].

Maurice, M., Sellier, F., Silvestre, J.-J., 1979, « La production de la hiérarchie dans entreprise. Recherche d’un effet sociétal. Comparaison France-Allemagne », Revue française de sociologie, vol. 20, n° 2, p. 331-365.

Maurice, M., Sellier, F., Silvestre, J.-J., 1982, Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne. Essai d’analyse sociétale, Presses universitaires de France, Paris.

Mendras, H. (dir.), 1980, La sagesse et le désordre. France 1980, Gallimard, Paris.

Morel, C., 1981, La grève froide. Stratégies syndicales et pouvoir patronal, Les Éditions d’organisation, Paris.

Reynaud, J.-D., 1963, Les syndicats en France, Armand Colin, Paris.

Reynaud, J.-D. (dir.), 1966, Tendances et volontés de la société française, Sedeis, Paris.

Reynaud, J.-D., 1972, « La nouvelle classe ouvrière, la technologie et l’histoire », Revue française de science politique, vol. 22, n° 3, p. 529-542.

Reynaud, J.-D., 1973, « Tout le pouvoir au peuple, ou De la polyarchie à la pléistocratie », in Collectif, Une nouvelle civilisation ? Hommage à Georges Friedmann, Gallimard, Paris, p. 76-92.

Reynaud, J.-D., 1978, Les syndicats, les patrons et l’État. Tendances de la négociation collective en France, Éditions Économie et humanisme et Les Éditions Ouvrières, Paris.

Reynaud, J.-D., 1979, « Conflit et régulation sociale. Esquisse d’une théorie de la régulation conjointe », Revue française de sociologie, vol. 20, n° 2, p. 367-376.

Reynaud, J.-D., 1980, « Conflits du travail, classes sociales et contrôle social », Sociologie du travail, vol. 22, n° 1, p. 97-115.

Reynaud, J.-D., 1982, Sociologie des conflits du travail, Presses universitaires de France, Paris.

Reynaud, J.-D., 1987, « Les régulations dans l’entreprise : régulation de contrôle et régulation autonome », in IIe Journées nationales de sociologie du travail : « L’entreprise, catégorie pertinente de la sociologie ? », Lille, Cahiers du LASTREE, n° 2, p. 137-149.

Reynaud, J.-D., 1988, « Les régulations dans les organisations : régulation de contrôle et régulation autonome », Revue française de sociologie, vol. 29, n° 1, p. 5-18.

Reynaud, J.-D., 1989, Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Armand Colin, Paris. [Deuxième édition augmentée d’une préface en 1993 ; troisième édition augmentée de cinq « variations » en 1997].

Reynaud, J.-D., 2003, « De l’analyse des relations professionnelles à la théorie de la régulation sociale » (entretien avec Éric Pezet et Pierre Loaurt), Gérer et Comprendre, n° 73, p. 4-13.

Reynaud, J.-D., 2005, « Ce que produit une négociation collective, ce sont des règles » (entretien avec Christian Thuderoz), Négociations, n° 4, p. 139-159.

Reynaud, J.-D., Grafmeyer, Y. (dir.), 1981, Français, qui êtes-vous ?, La Documentation française, Paris.

Reynaud, J.-D., Richebé, N., 2007, « Règles, conventions et valeurs : plaidoyer pour la normativité ordinaire », Revue française de sociologie, vol. 48, n° 1, p. 3-36.

Reynaud, J.-D., Dassa, S., Dassa, J., Maclouf, P., 1971, « Les événements de mai et juin 1968 et le système français de relations professionnelles (I) », Sociologie du travail, vol. 13, n° 1, p. 73-97.

Reynaud, J.-D., Dassa, S., Dassa, J., Maclouf, P., 1971, « Les événements de mai et juin 1968 et le système français de relations professionnelles. II – Les stratégies en présence », Sociologie du travail, vol. 13, n° 2, p. 191-209.

Reynaud, J.-D., Eyraud, F., Paradeise, C., Saglio, J. (dir.), 1990, Les systèmes de relations professionnelles. Examen critique d’une théorie, Éditions du CNRS, Paris.

Schelling, T. C., 1960, The Strategy of Conflict, Harvard University Press, Cambridge.

Sellier, F., 1961, Stratégies de la lutte sociale, Les Éditions ouvrières, Paris.

Simon, H.A., 1947, Administrative Behavior, MacMillan, New York.

Strauss, A., 1978, Negotiations: Varieties, Contexts, Processes and Social Order, Jossey-Bass, San Francisco.

Strauss, A., Bucher, R., Ehrlich, D., Sabshin, M., Schatzman, L., 1963, « The Hospital and its Negociated Order », in Freidson, E. (dir.), The Hospital in Modern Society, Free Press, New York, p. 147-169.

Sudreau, P. (Rapport présidé par), 1975, La réforme de l’entreprise, 10-18, Paris.

Tanguy, L., 2008, « Retour sur l’histoire de la sociologie du travail en France : place et rôle de l’Institut des sciences sociales du travail », Revue française de sociologie, vol. 49, n° 4, p. 723-761.

Terssac, G. de (dir.), 2003, La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, La Découverte, Paris.

Touraine, A., 1975, « Les nouveaux conflits sociaux », Sociologie du travail, vol. 17, n° 1, p. 1-17.

Walton, R.E., McKersie, R.B., 1965, A Bevioral Theory of Labor Negociations, McGraw-Hill, New York.

Haut de page

Notes

1 Selon le titre du premier ouvrage que Georges Friedmann consacre aux effets du développement industriel (Friedmann, 1946). Cet ouvrage constitue la thèse principale de son doctorat d’État ès lettres.

2 G. Friedmann est alors titulaire de la chaire d’histoire du travail du Conservatoire national des arts et métiers, où il a été nommé en 1946. Il est de plus devenu, en 1948, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, juste après la création de sa Section des Sciences économiques et sociales. Bien qu’il n’ait dirigé le Centre d’études sociologiques que de 1949 à 1951, il y est resté très actif durant les années qui ont suivi.

3 Sur le rôle de l’ISST, voir Tanguy, 2008.

4 Les ouvrages clôturant ces enquêtes paraîtront tardivement. Voir, pour l’enquête menée au Chili, Di Tella et al., 1966 ; pour l’enquête menée en Lorraine, Dofny et al., 1966.

5 Les conditions de la création de la revue Sociologie du travail ont été finement restituées dans l’ouvrage d’Anni Borzeix et Gwenaële Rot (2010).

6 Le directeur de l’ISST est alors Yves Delamotte, administrateur civil en détachement, très proche de Jean-Daniel Reynaud. Après avoir survécu à l’asséchement des crédits américains, l’ISST cédera ensuite la place aux dispositifs de soutien à la recherche créés par le CNRS, le Commissariat général du Plan, la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST)…

7 Selon l’intitulé du Département créé en 1968. À cette époque, le CNAM est aussi le lieu où se développe une activité particulièrement féconde en physiologie du travail (ou ergonomie), sous la direction d’Alain Wisner.

8 Telles sont les conditions dans lesquelles l’auteur de ces lignes est lui-même invité, en 1971, à rejoindre Jean-Daniel Reynaud sur un poste d’assistant. Je resterai à ses côtés jusqu’en 1990.

9 Ce livre, révisé une première fois en 1966, reparaîtra en 1975, amplement refondu, dans la collection Politique du Seuil, en deux volumes, le second étant consacré à un vaste corpus de « textes et documents ».

10 Outre ses qualités académiques, l’autorité qui est dès ce temps-là accordée à John T. Dunlop en matière de relations du travail tient aux missions de médiation ou d’arbitrage qu’il a effectuées à l’occasion de très nombreux conflits.

11 Parallèlement à la publication précoce, en 1962, d’un manuel d’économie du travail rédigé avec André Tiano, François Sellier se fait connaître par un ouvrage qui retrace l’histoire des relations professionnelles en France de 1936 à 1960 (Sellier, 1961). Attentif dès cette époque aux travaux de J. T. Dunlop, il en tire notamment des enseignements pour l’analyse des négociations salariales en France. F. Sellier est aussi le fondateur du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail d’Aix-en-Provence (LEST), créé en 1969, en même temps que le LSTRP du CNAM.

12 L’International Industrial Relations Association (IIRA) est devenue en 2010 l’ILERA (International Labor and Employment Relations Association). En 1976, Jean-Daniel Reynaud en prend la présidence après… John Dunlop.

13 La dénomination complète du Groupement de recherche est : GdR Relations professionnelles — négociations et conflits.

14 GLYSI : Groupe lyonnais de sociologie industrielle ; CEJEE : Centre d’études juridiques et économiques de l’emploi ; CLERSE : Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques.

15 Voir les actes de ce colloque, publiés en 1990 : Reynaud et al., 1990. Ce volume, imposant, témoigne de la grande portée des contributions et des échanges dont ces journées ont fait l’objet.

16 Voir à ce sujet l’article très éclairant d’Allan Flanders publié par Sociologie du travail en 1968 : Flanders, 1968.

17 J.-D. Reynaud est directement mêlé à cette négociation en tant qu’expert sollicité par le gouvernement. Au cours des années suivantes, il s’acquittera de plusieurs missions comparables. Ainsi participe-t-il, en 1975, au Comité d’étude pour la Réforme de l’entreprise créé à l’initiative du Président Giscard d’Estaing et présidé par Pierre Sudreau (voir Sudreau, 1975). Comme on le verra ci-après, il accepte simultanément des responsabilités de premier plan pour le compte de la Commission des Communautés européennes.

18 La Commission Donovan remettra son rapport final en 1968. Hugh Clegg, très proche d’Allan Flanders, en est membre.

19 Peu après la publication de ce livre, J.-D. Reynaud profite de l’opportunité que lui offre la préparation de Mélanges en hommage à Georges Friedmann pour réitérer, dans un texte dépourvu de toute réserve académique, l’inquiétude que lui inspire la multiplication des mouvements sociaux « autonomes » et la nécessité politique d’œuvrer à leur maîtrise (Reynaud, 1973).

20 Pour reprendre librement les termes employés à l’époque par Alain Touraine, sans oublier que celui-ci les appliquait à un champ bien plus ouvert que les problèmes du travail (Touraine, 1975).

21 Au plan institutionnel, la situation est inédite : l’Union européenne s’est ouverte en janvier 1973 au Royaume-Uni, à l’Irlande et au Danemark. De ce fait, le comité d’experts réuni pour l’étude comprend neuf membres, issus de chacun des neuf pays de la Communauté.

22 Pour sa part, la communauté des sociologues travaillant sur la négociation vient d’être affectée par un événement douloureux : Allan Flanders a disparu prématurément en 1973. J.-D. Reynaud a perdu un allié.

23 En France, cette pratique trouvera bientôt son prolongement dans les négociations sur le temps de travail.

24 C’est cette formule, fréquente dans la bouche de J.-D. Reynaud, qui clôt le chapitre 3 de Conflits du travail et changement social, portant pour titre « Conflit et société » (Adam et Reynaud, 1978, p. 127).

25 Les conflits d’installation font l’objet du chapitre 6 de Conflits du travail et changement social (Adam et Reynaud, 1978, p. 241-293).

26 Il s’empresse aussi d’observer que dans une telle discussion, l’emploi du mot « jeux » ne met nullement en doute le sérieux des conflits sociaux : Adam et Reynaud, 1978, p. 129.

27 Après la publication de Conflits du travail et changement social, Jean-Daniel Reynaud va saisir l’opportunité de la préparation d’un Que sais-je ? explicitement consacré à la Sociologie des conflits du travail pour donner un tour à la fois plus concis et plus systématique à la présentation de ces théories : Reynaud, 1982.

28 Jean-Daniel Reynaud rapproche souvent ces propositions, sous un jour plus critique, de la théorie développée par Richard E. Walton et Robert B. McKersie à propos des négociations au travail : Walton et McKersie, 1965. Le trait saillant des thèses de ces auteurs réside dans la distinction entre les processus « distributifs » et les processus « intégratifs » de négociation. Les seconds caractérisent les jeux dans lesquels les acteurs partagent des intérêts communs.

29 Comme il en est d’ailleurs, au même moment, pour Michel Crozier à propos de l’analyse des organisations.

30 Ces séminaires sont initialement co-animés par Gérard Adam, Yves Delamotte et Jean-Daniel Reynaud. En 1973, Jean-Daniel Reynaud donne aussi un séminaire « Conflits » à l’École nationale d’administration, en compagnie de Jean-Maurice Verdier et d’Eugène Descamps, ancien secrétaire général de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) puis de la Confédération française démocratique du travail (CFDT).

31 L’Association pour le développement des sciences sociales appliquées (ADSSA), créée en 1972 dans l’orbite de l’IEP de Paris par Michel Crozier, Henri Mendras et Jean-Daniel Reynaud, accueille d’abord des sessions de formation continue financées dans le cadre de la loi n° 71-575 du 16 juillet 1971 portant organisation de la formation professionnelle continue dans le cadre de l’éducation permanente. Elle sert ensuite de base, au sein de l’IEP, pour la création du Cycle supérieur de sociologie, porte d’accès à la préparation des thèses.

32 J.-D. Reynaud anime également des sessions de formation consacrées aux conflits pour le compte de l’Institut Entreprise et Personnel, créé en 1969 par l’Association nationale des directeurs et cadres de la fonction Personnel (ANDCP) et par un groupe de grandes entreprises du secteur privé.

33 C’est du moins ce qui ressort de l’intitulé retenu pour l’important colloque organisé en 2002, ainsi que pour la publication qui en a résulté : Terssac (dir.), 2003, La Théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud. Invité d’honneur de ce colloque, J.-D. Reynaud, désormais professeur honoraire, prendra part à l’ouvrage sous la forme d’une série de réflexions concluant chacune de ses parties.

34 Le rapport présenté en 1977, non publié, comprenait 821 pages et portait pour titre Production de la hiérarchie dans l’entreprise. Recherche d’un effet sociétal, Allemagne-France. L’ouvrage qui en est issu a été publié en 1982 : Maurice et al., 1982.

35 Un an plus tard, l’ouvrage de Christian Morel sur « la grève froide » fera écho à ces thèses (Morel, 1981). Sociologue et cadre de direction dans une grande entreprise, C. Morel décrit les pratiques de harcèlement que la « base » oppose alors aux dirigeants. J.-D. Reynaud a dirigé la thèse de C. Morel ; il est resté en contact avec lui.

36 La préparation de cet ouvrage explique en bonne part qu’entre 1982 et 1988, l’activité de publication de J.-D. Reynaud soit plus espacée. D’autres causes sont à prendre en compte. Parmi elles, les problèmes de santé qu’il affronte et les responsabilités institutionnelles qu’il assume (alors que son activité d’enseignement ne faiblit pas). En 1985, J.-D. Reynaud devient le directeur de la Revue française de sociologie ; il le restera jusqu’en 1993.

37 Ce texte est d’abord présenté aux Journées nationales de Sociologie du travail qui se tiennent à Lille en 1987 (Reynaud, 1987). C’est une version remaniée qui est ensuite publiée dans la Revue française de sociologie.

38 Selon la terminologie proposée ensuite par Gilbert de Terssac pour « traduire » et prolonger, dans le champ de la sociologie des organisations, la théorie de la régulation de J.-D. Reynaud. Voir Lalande et Terssac, 2002.

39 Peu après, J.-D. Reynaud collabore d’ailleurs encore à un autre ouvrage sur l’identité des Français : Reynaud et Grafmeyer, 1981.

40 La constance de ce point de vue est illustrée par la controverse qui avait opposé, presque vingt ans plus tôt, Jean-Daniel Reynaud et Serge Mallet à propos des thèses de ce dernier sur l’émergence d’une « nouvelle classe ouvrière » engendrée par le développement technologique et portée à formuler des revendications gestionnaires. Jean-Daniel Reynaud avait âprement contesté le réalisme d’une analyse qui, selon lui, procédait d’un postulat infondé de cohérence (Reynaud, 1972).

41 En 1991 paraîtra le livre de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, Les Économies de la grandeur, associé à ce courant (Boltanski et Thévenot, 1991). Mais le statut de ce livre est particulier et J.-D. Reynaud le néglige ostensiblement.

42 Durant les années 1990, Jean-Daniel Reynaud et Olivier Favereau, professeur de sciences économiques à Paris 10 Nanterre, vont animer ensemble un cycle de séminaires sur le thème Travail, Marché et Organisation.

43 Nous tirons cette interprétation d’un entretien accordé par J.-D. Reynaud à la revue Négociations en 2005 (Reynaud, 2005, p. 150-151).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Segrestin, « Jean-Daniel Reynaud (1926-2019). Un itinéraire scientifique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18092 ; DOI : 10.4000/sdt.18092

Haut de page

Auteur

Denis Segrestin

Centre de sociologie des organisations (CSO)
UMR 7116 CNRS et Sciences Po
19, rue Amélie, 75007 Paris, France
denis.segrestin[at]sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals