Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Henri Bergeron, Patrick Castel, Sophie Dubuisson-Quellier, Jeanne Lazarus, Étienne Nouguez et Olivier Pilmis, Le Biais comportementaliste

Presses de Sciences Po, Paris, 2018, 128 p.
Antonin Thyrard
Référence(s) :

Henri Bergeron, Patrick Castel, Sophie Dubuisson-Quellier, Jeanne Lazarus, Étienne Nouguez et Olivier Pilmis, Le Biais comportementaliste, Presses de Sciences Po, Paris, 2018, 128 p.

Texte intégral

1Les modes de gouvernement fondés sur l’encadrement et l’utilisation des conduites des individus font l’objet d’une abondante littérature, qui étudie les multiples avatars de cette forme spécifique de pouvoir. Près de quarante ans après la formulation du concept de gouvernementalité par Michel Foucault (2004), un collectif de chercheurs du Centre de sociologie des organisations (CSO) continue de s’inscrire dans cette tradition de recherche, après avoir abordé de nombreux cas contemporains de Gouvernement des conduites dans un précédent ouvrage dirigé par Sophie Dubuisson-Quellier (2016). Le Biais comportementaliste, texte collectif rédigé à douze mains, propose une explication et une critique du succès de l’un des avatars de ce gouvernement par les conduites individuelles, aujourd’hui populaire dans les facultés comme dans les cabinets ministériels : l’économie comportementale.

2L’économie comportementale s’appuie sur une critique de la présupposée rationalité calculatoire de l’homo œconomicus : selon ce courant de pensée, les décisions des acteurs seraient « entachées de biais cognitifs » (p. 6), soit autant d’obstacles à des choix optimaux tels que théorisés par les économistes néoclassiques. Les tenants du courant comportementaliste suggèrent que ces biais pourraient être corrigés ou mis à profit au travers de nudges (littéralement : des poussées du coude), terme qui désigne des incitations douces à l’action cherchant à tirer parti des biais cognitifs des individus. La présence croissante du nudge dans une variété de politiques publiques interroge les auteurs sur les origines, la portée et les conséquences d’un gouvernement assis sur de tels « coups de coude ».

3La première partie de l’ouvrage est consacrée à l’histoire du succès de l’économie comportementale, qui se fonde en premier lieu sur un succès académique. Les auteurs commencent par mesurer la popularité et la structuration de cet « espace académique » comportementaliste tant par sa scientométrie et celle de ses réseaux que grâce à la notoriété de ses figures de proue : les économistes Daniel Kahneman et Richard Thaler (tous deux « Nobels » d’économie), le juriste Cass Sunstein, le psychologue Amos Tversky mais aussi certains neuro-économistes et économistes du développement. Ces chercheurs partagent la critique de la rationalité linéaire telle que proposée par l’économie mainstream. Cependant, les comportementalistes considèrent que les biais peuvent être internalisés dans une théorie des choix « biaisés de manière prévisible ». Cette « nouvelle économie comportementale » se démarque ainsi de la tradition plus « radicale » de critique de l’économie mainstream par l’analyse en termes de rationalité limitée proposée par Herbert Simon, pour qui les bricolages dans la formation des choix ne sont pas des biais, mais des formes de rationalité à part entière nourries par l’expérience et le contexte de l’action. Tandis que l’économie comportementale tend à se rapprocher des neurosciences tout en éclipsant l’analyse du contexte socioculturel dans lequel les acteurs prennent leurs décisions, elle s’affirme dans le même temps comme « un segment légitime et très influent du champ académique de l’économie » (p. 44).

4Une deuxième partie permet d’expliquer comment l’économie comportementale est passée des laboratoires aux administrations, passage que les auteurs jugent indissociable des « carrières politiques » propres aux protagonistes de ce champ de recherche. Richard Thaler et Cass Sunstein ont en effet popularisé la notion de « paternalisme libertarien », selon laquelle il est possible d’orienter l’individu sans le contraindre directement. En identifiant les principaux biais de rationalité, ces figures de l’économie comportementale proposent un programme d’action publique fondé sur la modification de l’architecture des choix individuels selon les options privilégiées par les gouvernants. Le nudge serait moins cher et plus efficace que les interventions fondées uniquement sur la législation ou la technologie, en proposant une résolution des problèmes publics qui préserve virtuellement les individus de la contrainte associée à une action publique plus coercitive. L’ouvrage détaille quelques-uns des comportements les plus typiquement qualifiés de biais cognitifs, et les nudges qui leurs sont associés. Il peut s’agir par exemple de réduire la consommation énergétique des ménages en leur adressant un courrier comparant leur performance à celle de leurs voisins, afin de souligner le surcoût individuel entraîné par une « mauvaise gestion » énergétique. Ce nudge mis en place par des énergéticiens dans plusieurs pays utilise l’aversion des individus pour la perte, et le « biais de norme sociale » pour les pousser à consommer moins d’énergie.

5La variété des nudges et des problèmes qu’ils sont réputés pouvoir résoudre attire l’attention des gouvernants, qui se lient avec les économistes comportementalistes. Richard Thaler et Cass Sunstein ont assisté les gouvernements de David Cameron ou Barack Obama dans la mise en place de services dédiés au nudge, services qui exportent désormais des conseils à l’étranger, à l’image de la nudge unit britannique. En France, les instances de modernisation de l’État, régulièrement associées au cabinet Brulé, Ville et associés (BVA), sont au cœur de la diffusion des idées de l’économie comportementale dans la conduite des politiques publiques. Selon l’ouvrage, la pénétration du nudge dans les institutions de gouvernement serait donc le fait d’« entrepreneurs institutionnels » dont les concepts sont en phase avec un discours commun prônant la « rationalisation » des politiques publiques et un contrôle à distance « à peu de frais ». Pour les auteurs, si les sciences du comportement séduisent tant malgré des échecs (occultés) et un débat sur leur bien-fondé, c’est qu’elles tiennent lieu de « nouvelle langue de la modernité » (p. 65).

6Dans sa troisième partie, l’ouvrage interroge les conséquences d’une action publique fondée sur une intervention comportementale : si les politiques de nudge demeurent limitées par rapport aux autres types d’intervention publiques, la tendance actuelle de dissémination des outils comportementaux dans des politiques plus vastes et complexes pose des problèmes dépassant la seule efficacité parcellaire du nudge. Bien que l’économie comportementale traite de biais, elle ne s’interroge pas sur « les conditions sociales de l’activation sélective de ces biais » (p. 83). En effet, le respect de la liberté individuelle prôné par le paternalisme libertarien s’interdit de discuter les causes d’un problème, perçues comme « intimes et spécifiques », et cherche avant tout à en traiter les symptômes. Si ce traitement des symptômes peut permettre d’obtenir des résultats a priori intéressants à court terme, il ne permet pas (et ne vise pas) la transformation des « catégories élémentaires de la pensée » au fondement de la mobilisation publique. Les auteurs donnent l’exemple des mouvements féministes ou des « droits civiques » aux États-Unis qui ont porté une critique radicale des catégories de pensée d’un système politique plutôt que des symptômes discriminatoires qui en découlaient. Ces dynamiques sont fondamentales dans le développement des systèmes démocratiques contemporains.

7Or, le rapport de l’économie comportementale à la démocratie réside dans sa relation ambiguë à la réflexivité. « L’universalité des biais » (p. 81) requiert pour Richard Thaler que les gouvernants soient des « architectes du choix ». Ce choix est alors asymétrique (il repose sur une prescription unilatérale) et fondé sur le présupposé que le décideur possède une « vision claire du bien-être collectif » (p. 90), celui-ci étant entendu comme la maximisation de la somme des bien-être individuels (comme dans l’économie mainstream). Il n’est alors « nul besoin de recourir à la délibération » (p. 90). La convergence entre les sciences du comportement et une « vision individualiste de la société » est ici complète.

8En faisant reposer les problèmes publics sur les choix biaisés de l’individu et les politiques publiques sur l’internalisation de ces biais, l’économie comportementale est utilisée pour véhiculer des modèles politiques « d’individualisation des risques », au détriment de politiques publiques fondées sur la solidarité. Bien que la conclusion de l’ouvrage tempère la portée des transformations de systèmes sociaux complexes par le nudge, ses auteurs considèrent ce concept comme un potentiel « cheval de Troie » (p. 103) au service d’interventions visant à déconstruire ou empêcher les politiques de couverture solidaire des risques. Le « risque » posé par le nudge pourrait d’autant plus se manifester que certaines politiques sont aujourd’hui « bâties, presque ex nihilo », sur les concepts de l’économie comportementale. Les auteurs évoquent par exemple l’éducation financière, qui vise à inculquer aux ménages et individus modestes les fondements d’une « saine gestion » de leurs finances au travers de formations mais aussi de dispositifs de « contrôle doux » directement insérés dans les moyens de paiement ou les écritures bancaires dont disposent ces individus qu’il faudrait éduquer.

9Par une double critique épistémologique et sociologique, cet ouvrage synthétise les principaux problèmes posés par l’économie comportementale au moment où sa « success story » déteint sur la conduite des politiques publiques. Il est en revanche possible de regretter l’absence de descriptions plus poussées des « enceintes technocratiques fermées » (p. 103) au sein desquelles l’économie comportementale fait écho. Bien que les auteurs appellent en conclusion à la multiplication des points de vue sur l’économie comportementale, l’ouvrage lui-même manque de l’épaisseur empirique indispensable pour appréhender les conséquences effectives du nudge sur les politiques publiques et ses effets sur les institutions, conventions et individus qui sont à la fois les cibles et les ressorts de l’économie comportementale. Si cette contraction du propos traduit une certaine forme d’urgence à proposer une littérature critique et alternative dans un contexte de pénétration de l’économie comportementale dans le discours contemporain de transformation publique formulé par certains hauts fonctionnaires influents, le manque d’exhaustivité de l’ouvrage amoindrit, en partie, sa force démonstrative.

Haut de page

Bibliographie

Dubuisson-Quellier, S. (dir.), 2016, Gouverner les conduites, Presses de Sciences Po, Paris.

Foucault, M., 2004, Sécurité, territoire, population, Éditions du Seuil, de l’EHESS et Gallimard, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonin Thyrard, « Henri Bergeron, Patrick Castel, Sophie Dubuisson-Quellier, Jeanne Lazarus, Étienne Nouguez et Olivier Pilmis, Le Biais comportementaliste », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18195

Haut de page

Auteur

Antonin Thyrard

Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS)
École des hautes études en sciences sociales
54, Boulevard Raspail, 75006 Paris, France
antonin.thyrard[at]sciencespo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals