Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise

Gallimard, Paris, 2017, 672 p.
Marlène Benquet
Référence(s) :

Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Gallimard, Paris, 2017, 672 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Luc Boltanski et Arnaud Esquerre se proposent de mettre au jour une mutation du capitalisme passée jusqu’ici inaperçue : sa réorientation vers une économie de l’enrichissement fondée sur l’exploitation du passé (p. 11). L’ouvrage aborde le capitalisme non pas sous le rapport de la production et des liens renouvelés du capital et du travail ou de la consommation et des goûts et besoins des individus, mais sous celui du commerce des marchandises définies comme « toute chose à laquelle échoit un prix quand elle change de propriétaire » (p. 12). À partir d’une « sorte d’artisanat » méthodologique (p. 16), croisant des données statistiques, des entretiens, l’analyse de manuels de marketing et une ethnographie de la patrimonialisation d’Arles et de la coutellerie de Laguiole, les auteurs poursuivent deux objectifs. Le premier, analytique, consiste à dessiner les contours d’une théorie critique de la valeur des marchandises à partir d’une perspective dite « structuraliste pragmatique ». Le second, historique, vise à qualifier un nouvel état du capitalisme. L’ouvrage est organisé en quatre parties. Les auteurs présentent d’abord les conditions historiques de l’avènement de ce nouveau moment capitaliste (partie 1). Ils proposent ensuite de redéfinir les notions de marchandises, de prix et de valeur (partie 2). Ils déduisent de cet appareil théorique différentes structures de la marchandise et des formes de leur mise en valeur (partie 3) et ils s’interrogent enfin sur les groupes sociaux bénéficiaires ou non de cette nouvelle économie de l’enrichissement (partie 4).

2L’un des points saillants de la critique de la marchandise proposée dans l’ouvrage réside dans l’élaboration du concept de « mise en valeur ». Celui-ci désigne des types de marchandisation des biens dont les auteurs distinguent quatre formes principales. La première, appelée la « forme standard », repose sur « la reproduction d’un prototype en un nombre a priori illimité de spécimens » (p. 201). Les objets y sont définis principalement par leur utilité, tels des stylo-billes, des voitures de série ou de luxe ou des ordinateurs portables (p. 203). La seconde, dite « forme collection », opère, à l’inverse, sur des choses qui étaient auparavant des déchets (p. 256) et qu’elle « réunit […] sous un certain rapport, et distribue selon des différences reconnues comme pertinentes qui sont organisées en système » (p. 244). Elle peut aussi bien concerner un morceau du mur de Berlin, une collection de boîtes d’allumettes ou des tableaux d’Yves Klein (p. 281). La troisième est la « forme tendance », qui concerne « des choses dont la mise en valeur recourt à la narrativité » (p. 328) et comble des manques « qui ne sont ni justifiés par le besoin — comme dans la forme standard —, ni tirés par une exigence de totalisation — comme dans la forme collection » (p. 329). C’est par exemple le cas d’une montre rendue populaire après avoir été portée par une star (p. 336). La dernière forme, dite « forme actif », décrit le traitement des choses comme des objets financiers, achetées « uniquement dans le but d’être revendues, c’est-à-dire transformées à nouveau en monnaie » (p. 355), tels des timbres rares, des œuvres d’art contemporain ou des objets classés « trésor national » (p. 372).

3Ces types de marchandisation ne sont pas seulement des modes de production ou de consommation des biens, mais des « structures de la marchandise » (p. 12). Les auteurs proposent de les aborder en dépassant, au profit d’un « structuralisme pragmatique », l’opposition entre une approche structuraliste focalisée sur les structures d’un monde déjà là et une approche pragmatique centrée sur les actions en cours dans un monde en train de se faire. Ce paradigme théorique, qui définit les structures comme les conséquences et non les conditions de l’expérience (p. 498), est mis au service d’une nouvelle théorie de la valeur des choses.

4Celle-ci est organisée autour de l’idée selon laquelle les individus se référeraient à des « structures des marchandises » pour en évaluer le prix. La valeur est redéfinie en dehors de toute approche substantielle et notamment marxiste de la valeur qui « place la référence à la valeur en amont des choses et de l’échange, au lieu de la situer en aval » (p. 383). Les auteurs soutiennent à l’inverse que « la valeur ne possède pas de métrique qui lui soit propre et qui puisse par conséquent permettre de l’objectiver indépendamment du prix » (p. 141). Ils proposent ainsi de renoncer à la question de son origine — située dans le travail, l’utilité, les croyances, les conventions, etc. — et de la définir comme un dispositif de justification ou de critique du prix (p. 138). Elle serait une référence utilisée comme étalon pour juger de la justesse des prix. Contre « la moralisation de l’économie et de sa critique » (p. 139), le texte plaide en outre pour un usage restrictif de la notion de valeur limitée aux seuls échanges économiques. La valeur est enfin définie comme plurielle. Elle est pensée comme une interprétation possible d’un bien qui « dépend de la façon dont la chose est mise en valeur » (p. 140). La valeur d’une chose varie selon la forme au sein de laquelle cette chose est mise en valeur.

5Cet appareil conceptuel à visée générale est principalement utilisé pour décrire une forme particulière de mise en valeur des choses : la forme collection, reposant sur une économie de l’enrichissement. En réaction à la diminution des chances de profits tirés des biens industriels, les économies occidentales se seraient éloignées de la production de masse (p. 21) et réorientées vers une économie symbolique où la mise en valeur des marchandises opèrerait par l’adjonction de « dispositifs narratifs » (p. 71). Cette économie créerait des richesses non pas en fabriquant des choses nouvelles, mais en « enrichissant » les choses déjà là d’une « histoire » qui permettrait de faire croître leur prix avec le temps (p. 68). Ce mode de mise en valeur concernerait des secteurs en apparence hétérogènes tels « les arts, particulièrement les arts plastiques, le commerce d’objets anciens, la création de fondations et de musées, l’industrie du luxe, la patrimonialisation et le tourisme » (p. 11). Ces nouveaux gisements de profits génèreraient une « offre des biens susceptibles de satisfaire les demandes des riches ou des très riches du monde entier » (p. 63). L’économie de l’enrichissement est ainsi présentée comme l’un des fondements de « la reconstitution d’une classe patrimoniale » de rentiers mise en évidence par Thomas Piketty (p. 455).

6Cette approche stimulante du capitalisme centrée sur le commerce des choses présente toutefois certaines difficultés qui nécessiteraient pour être levées une explicitation plus systématique de son armature conceptuelle et la réalisation d’enquêtes complémentaires. La caractérisation de l’économie de l’enrichissement par l’association d’un récit aux choses échangées semble en effet présupposer une compréhension réductrice des marchandises dites standard comme des biens strictement matériels destinés à satisfaire des besoins qui leur préexisteraient. Or, au sein même de l’économie industrielle, les biens et les récits apparaissent indissociables les uns des autres (Klein, 2002). Les besoins que la consommation satisfait sont façonnés par les définitions du désirable incorporées au sein des marchandises que Jean Baudrillard (1970) qualifiait déjà de « production industrielle de différences ». Une définition plus extensive des marchandises et des usages auxquels elles donnent lieu permettrait de mieux préciser la spécificité de l’économie de l’enrichissement parmi les autres formes de mise en valeur qui n’apparaissent pas toujours comparables les unes avec les autres.

7Par ailleurs, la notion d’économie de l’enrichissement ouvre une possibilité intéressante de redescription du processus de recyclage d’objets et d’espaces industriels par le capitalisme occidental contemporain. Mais la requalification de ces « déchets » en marchandises, et partant en gisements de profit potentiels, n’est qu’un aspect d’un processus plus large d’extension de la marchandisation à de nouveaux objets, mais aussi à de nouveaux services et à des ressources jusqu’ici soustraites aux échanges marchands (des lieux de vie, des transports partagés, des ressources naturelles, des choses ou des parties de choses vivantes, des services publics, etc.). En limitant l’analyse aux biens matériels, cette description masque partiellement ce mouvement de marchandisation des échanges qui parvient notamment à requalifier des pratiques initialement critiques du capitalisme (le troc de services, certaines formes d’art, l’appropriation d’espaces de vie, etc.) en sources de profits capitalistiques.

8En outre, l’ouvrage passe sous silence les conflits et résistances auxquels ces requalifications donnent lieu. Cela tient à ce que, se donnant les marchandises comme déjà-là, il laisse dans l’ombre les conditions sociales et politiques qui permettent la transformation des choses en biens marchands. En effet, si les auteurs proposent à juste titre de renoncer à l’idée d’une valeur intrinsèque aux choses pour la redéfinir comme une justification de leur prix, ils situent ces justifications exclusivement en aval de leur échange. Ce faisant, ils négligent les disputes et conflits qui autorisent, ou au contraire interdisent, en amont de leur échange, la transformation des choses en marchandises. Cette analyse impliquerait par ailleurs de faire une place aux dimensions morales et politiques de l’évaluation des choses qui sont au cœur des justifications, ou à l’inverse des résistances, opposées au mouvement de marchandisation du monde.

Haut de page

Bibliographie

Baudrillard, J., 1970, La Société de consommation, ses mythes, ses structures, Gallimard, Paris.

Klein, N., 2002, No Logo. La tyrannie des marques, Actes Sud, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Benquet, « Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement. Une critique de la marchandise », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18231

Haut de page

Auteur

Marlène Benquet

CNRS, Paris Dauphine, PSL
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris, France
marlene.benquet[at]dauphine.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals