Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rémi Sinthon, Repenser la mobilité sociale

Éditions de l’EHESS, Paris, 2018, 320 p.
Joseph Cacciari
Référence(s) :

Rémi Sinthon, Repenser la mobilité sociale, Éditions de l’EHESS, Paris, 2018, 320 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage a un objectif clair et ambitieux : réexaminer les principales théories de la stratification et de la mobilité sociale développées jusqu’à ce jour en sociologie pour en interroger les impensés et présupposés en vue de contribuer à renouveler les enquêtes en la matière.

2L’auteur appuie ses arguments sur trois matériaux : un corpus d’articles scientifiques en anglais et en français portant sur la stratification et la mobilité sociale, afin de recenser les principaux modes d’analyse ; des lectures d’œuvres « d’auteurs influents » (p. 18), qui servent à préciser l’armature conceptuelle des théories les plus institutionnalisées ; enfin, plus ponctuellement, des extraits d’enquêtes réalisées par l’auteur lui-même.

3La première partie du livre passe en revue les différentes conceptions de la stratification et de la mobilité sociale entre la fin du XIXe siècle et les années 1970. Trois chapitres sont consacrés à une lecture contextualisée et problématisée des théories apparues durant cette période, et un quatrième enregistre les développements de celles-ci jusqu’à nos jours.

4L’auteur déduit principalement deux résultats de cette lecture. D’une part, les domaines de recherche de la stratification et de la mobilité sociale semblent dominés par l’hétéronomie de leur problématisation (les enjeux extra-scientifiques) et par une approche qualifiée de phénoménotechnique. Cette expression, empruntée à Gaston Bachelard, désigne la part de la production scientifique contenue dans la technique, et peut aussi renvoyer à une dépendance des résultats et visées des scientifiques à l’égard de leurs instruments de mesure. Il affirme d’autre part que les sociologies de la stratification et de la mobilité sociale n’ont pas connu d’avancée significative depuis la fin des années 1970, sinon dans les prolongements théoriques de l’œuvre de Pierre Bourdieu ou par l’affinage de l’appareil de mesure chez les auteurs du pôle phénoménotechnique. Les recherches du domaine seraient routinisées, à quelques exceptions près, plus réflexives et contextualisées.

5La seconde partie entend justement mettre en évidence les impensés et biais des théories de la stratification et de la mobilité sociale les plus institutionnalisées depuis les années 1970. Les principaux impensés résideraient dans l’essentialisation des catégories d’analyse et la routinisation des modes d’objectivation, mais aussi dans une pulsion de généralisation des chercheurs. Les biais des enquêtes portant sur la mobilité sociale résideraient, pour l’essentiel, en quatre tournures d’esprit identifiées et critiquées par l’auteur : l’homologie d’échelle entre les phénomènes et leur mesure ; la prise en compte d’un seul aspect ou d’un nombre réduit d’aspects pour mesurer la position sociale et son évolution dans le temps ; le traitement sur le même plan de phénomènes qualitativement distincts comme l’ascension sociale ou le déclassement ; enfin, l’absence d’interrogation sur le sujet de la mobilité, c’est-à-dire les propriétés ou l’expérience vécue du changement de position sociale.

6L’auteur tire plusieurs conséquences de tous ces points aveugles. D’abord, les recherches qu’il examine, au moins celles proches de ce qu’il nomme le pôle phénoménotechnique, omettraient d’interroger leurs outils de mesure, coincées dans une tension entre recherche et action leur imposant de produire des analyses causales accessibles, mais théoriquement rudimentaires. Ensuite, la routinisation des catégories d’analyse s’accompagnerait d’un présupposé quant à leur stabilité dans le temps. Enfin, ces biais conduiraient à l’idée qu’une société prise isolément puisse ressembler à une échelle dans laquelle des individus tout aussi isolés montent ou descendent. L’auteur affirme au contraire que les positions professionnelles et leurs significations ne sont pas séparables de l’histoire et des contextes sociaux où ces changements s’effectuent.

7Un huitième chapitre est consacré à la notion de frontières sociales (entre les classes et entre les positions sociales, par exemple), afin d’approfondir les critiques formulées dans les chapitres précédents. En se demandant « où sont les frontières sociales ? » et « comment les saisir ? », il s’agit surtout pour l’auteur de distinguer ici les approches discontinuistes et continuistes du social.

8Dans un dernier chapitre tirant les conséquences de cet examen de la littérature scientifique, Rémi Sinthon propose une refondation conceptuelle de la sociologie de la mobilité sociale à travers une perspective durkheimo-bourdieusienne. Il suggère ainsi de repenser les problèmes de stratification et de mobilité à partir des institutions qui structurent les hiérarchies sociales ainsi que les chances objectives et les expériences vécues de mobilité. Il plaide ensuite pour une observation des trajectoires sociales appuyée sur la notion de capital, dans un sens proche de celui défini par Pierre Bourdieu. Cette notion lui semble mieux à même d’éclairer l’articulation entre les mouvements objectifs et l’expérience vécue des individus dans l’espace social. Elle permettrait aussi de rendre compte de trajectoires qui sont toujours complexes. Enfin, il considère qu’un travail de clarification conceptuelle et de délimitation précise des domaines d’étude de la stratification s’avère nécessaire, surtout en ce qui concerne les réalités sociales recouvertes par les notions de champ, de classe sociale ou de groupe.

9Ce réexamen théorique devrait, finalement, permettre de « saisir les positions sociales par les capitaux qui leur sont associés » (p. 259) ainsi que « les mouvements des positions sociales en termes d’investissement et de reconversion des capitaux » (p. 262) — autrement dit, d’opérationnaliser la vision multidimensionnelle et contextuelle de la mobilité et de la stratification sociale défendue par l’auteur.

10Un des points forts de l’ouvrage est de présenter, avec un niveau de détails variable, une vue assez complète des principales théories de la stratification et de la mobilité sociale en usage. Ce tableau est dressé avec un soin constant apporté à la définition des notions, des contextes d’élaboration des théories discutées et des techniques de mesure. Les propositions théoriques sont justifiées et heuristiques au regard de l’argumentation et des développements les plus récents.

11Cependant, deux critiques, liées entre elles, peuvent être adressées à l’ouvrage. Premièrement, la lecture fait naître le sentiment que l’auteur adopte par avance le système pour lequel il plaide en conclusion, non sans examen certes, pour critiquer toutes les autres approches. Si le lecteur peut souvent être amené à penser qu’il procède de manière raisonnée pour aboutir à cette conclusion, quelques détails mettent néanmoins en doute l’absence de parti pris, par exemple l’utilisation non-argumentée d’une perspective en termes de champs sociaux à différents moments (p. 69 et 80).

12La seconde remarque est plus substantielle et s’adresse au dispositif critique. On peut par exemple s’étonner que l’œuvre de Karl Marx soit discutée en quelques paragraphes dispersés. Les critiques adressées par l’auteur apparaissent souvent superficielles au regard des discussions volumineuses et précises que l’œuvre de l’auteur du Capital a pu et peut encore soulever. Cette revisite de l’œuvre de Karl Marx semble parfois aussi partiale. Elle s’appuie en effet sur des sources secondaires plutôt que sur l’œuvre elle-même. Ainsi, sur les dix-neuf mentions de Karl Marx relevées dans l’index des noms, une seule (p. 184) semble entrer en confrontation directe avec le texte, les autres s’appuyant, explicitement ou non, sur des lectures secondaires parfois orientées. Pourquoi Karl Marx connaît-il un autre sort que, par exemple, Pierre Bourdieu, dont la théorie est toujours discutée dans le texte, avec force précisions et le plus souvent pour en démontrer les points forts ? Cette asymétrie bibliographique peut conduire à réinterroger l’ensemble du projet de l’ouvrage.

13On peut aussi être étonné que l’auteur passe sous silence ou ne mentionne qu’en passant des travaux récents portant sur le même genre de questions, dont un aperçu est offert par les contributions à un numéro récent de la revue Politix, précisément intitulé « Mobilités sociales » et étrangement absent de la bibliographie (Pagis et Pasquali, 2016). Cette sélectivité questionne les modalités d’échantillonnage de la littérature présentée, qui ne sont d’ailleurs pas toujours exposées de façon convaincante, mais aussi l’originalité de l’ouvrage.

14Il faut toutefois saluer le pari, largement tenu, que l’auteur a fait en s’engageant dans une discussion scientifique informée et directe, bien que sélective, de théories, de notions et d’auteurs parfois méconnus, et pourtant fort précieux pour l’ensemble des sociologues, au-delà du domaine de la stratification et de la mobilité sociale. C’est là une entreprise salutaire à l’heure où ce genre de réexamen critique tend à se faire rare dans un contexte de précarité où bien des jeunes chercheurs craindraient de froisser des personnes susceptibles de détenir des leviers d’ouverture des frontières académiques. Rémi Sinthon montre qu’il est possible, dans le cadre d’une thèse comme dans celui d’un premier livre, de maintenir l’exigence d’un débat exigeant avec des auteurs consacrés et les spécialistes d’un domaine de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Pagis, J., Pasquali, P. (dir.), 2016, numéro spécial « Mobilités sociales », Politix, n° 114, p. 7-204.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cacciari, « Rémi Sinthon, Repenser la mobilité sociale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18238

Haut de page

Auteur

Joseph Cacciari

Laboratoire ville, mobilité, transport
6, avenue Blaise Pascal, 77455 Marne-la-Vallée Cedex 2, France
joseph.cacciari[at]enpc.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals