Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dominique Lorrain (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes

Presses de Sciences Po, Paris, 2017, 326 p.
Marie-Pierre Lefeuvre
Référence(s) :

Dominique Lorrain (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes, Presses de Sciences Po, Paris, 2017, 326 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage développe une réflexion sur le gouvernement de très grandes villes où l’action publique, durablement marquée par des dysfonctionnements, par la violence et par une « illégalité tolérée », repose sur des institutions formelles faibles ou « incomplètes ». Il débute par une introduction d’une soixantaine de pages dans laquelle Dominique Lorrain développe l’hypothèse selon laquelle des gouvernements « de fait » ou « ordinaires » peuvent se constituer grâce aux réseaux urbains, simplement parce que ceux-ci génèrent des problèmes qu’il s’agit de résoudre. L’hypothèse est ici appliquée à quatre métropoles méditerranéennes : Beyrouth, Le Caire, Alger et Istanbul. La construction et la gestion de ces infrastructures techniques et celles des autres équipements nécessaires au fonctionnement d’une ville constituent la « fabrique urbaine ». Le directeur de l’ouvrage, qui a consacré plusieurs publications à ce secteur d’activité en expansion, donne à l’expression un sens fort. Pour saisir la manière dont ces villes de pays méditerranéens émergents sont gouvernées, il est particulièrement important selon lui d’étudier le fonctionnement de ce secteur, parce qu’il occupe une place centrale dans leur base économique et parce qu’il est pourvoyeur de rentes que se partagent leurs élites. Autour de la répartition des profits fonciers et immobiliers mais aussi des rentes issues de l’exploitation des réseaux, monopolistiques par essence, le pouvoir se structure et des régulations se construisent. Mais, pour D. Lorrain et ses co-auteurs, l’étude du gouvernement « par les rentes » ne saurait se limiter à une analyse synchronique des alliances et des conflits stratégiques autour de ces enjeux. Ils défendent la nécessité d’une approche institutionnaliste attentive à la longue durée.

2Cette approche est mise à l’épreuve des quatre terrains, selon une méthode qui peut dérouter. Loin de les soumettre à une grille comparative unifiée, le procédé choisi consiste à « laisser respirer les terrains » (p. 45). Chaque auteur de monographie (Éric Verdeil sur Beyrouth, Pierre-Arnaud Barthel sur Le Caire, Taoufik Souami sur Alger, Jean-François Pérouse sur Istanbul) décrit longuement la ville dont il est spécialiste en s’appuyant sur ses travaux antérieurs et sur une vaste revue de la littérature (chaque chapitre se clôt par une longue liste de références). Il donne ainsi un éclairage particulier sur la gouvernance métropolitaine et sur son rapport à la fabrique urbaine, en se focalisant sur certains de ses sous-secteurs : la gestion des déchets, des infrastructures de transport, de l’eau potable, de l’assainissement, de l’électricité ; la production de logements ; la régulation du marché foncier. Le lien entre ces analyses et le cadre posé en introduction est plus ou moins explicite. Le prisme choisi varie. Le chapitre consacré à Beyrouth braque le projecteur sur la fracturation politique et sociale de la ville ; celui sur Le Caire se focalise davantage sur les décisions en matière de développement urbain ; une certaine primauté est accordée aux dynamiques démographiques et aux réformes du droit foncier à Alger ; l’analyse du cas stambouliote privilégie les mécanismes de la croissance urbaine. La description des spécificités de la géographie et de l’histoire locales tendent parfois à éclipser les hypothèses censées unifier l’ouvrage.

3Mais le chapitre conclusif que signent D. Lorrain et E. Verdeil, aussi volumineux que l’introduction, donne au livre toute sa cohérence en faisant ressortir ce que les quatre métropoles méditerranéennes « ont en commun ». La saillance de ces traits communs est accentuée par la mise en regard de ceux qui les opposent aux « métropoles XXL » (Shanghai, Mumbai, Le Cap, Santiago du Chili), auxquelles D. Lorrain a consacré un précédent ouvrage fondé sur les mêmes prémisses (Lorrain, 2011). Les métropoles méditerranéennes apparaissent particulièrement violentes ; la fabrique urbaine, notamment la construction, tient une place particulièrement importante dans leur économie (moindre à Istanbul car celle-ci est plus industrialisée). Les conflits virulents qui ont marqué l’histoire de ces villes et leur passé récent ne découlent pas seulement de leur contexte géopolitique. La violence est aussi « contenue dans la formation des rentes urbaines et leur partage » (p. 258). Dans la fabrique urbaine, la construction de logements prédomine. Or, si les « institutions de second rang » qui gèrent les réseaux assurent une forme de régulation de ces métropoles, en leur donnant une « ossature physique » et en se référant à des principes universels (égalité, justice et transparence), la production de logements, « sous-gouvernée », contribue à leur désorganisation (p. 305). Le fonctionnement de ce sous-secteur de la fabrique urbaine, fondé sur l’économie informelle et l’accaparement privatif des rentes, moyen d’accès au pouvoir, entretient un système politique fermé, « porteur de violence ». Celui-ci contrecarre les effets du « gouvernement par les réseaux ».

4Cet ouvrage montre combien il est essentiel de ne pas s’en tenir à l’action des « institutions formelles » pour comprendre comment les villes sont gouvernées, car « celles-ci ne gouvernent pas tout » (p. 307). Il faut s’intéresser aux « processus concrets de la production de la ville » (p. 308). Cette proposition rejoint le programme d’une sociologie urbaine marxiste qui, dans les années 1970, s’était attachée aux mécanismes, aux agents et aux capitaux engagés dans la production matérielle de la ville. Elle invite à esquiver de vains débats sur la gouvernance urbaine et à dépasser l’analyse stratégique des jeux d’acteurs en considérant la longue durée. Enfin, en se fondant sur l’étude empirique approfondie de villes particulières, elle met en évidence le poids de l’histoire locale des régimes d’action. Elle suggère ainsi une voie intéressante pour mettre en évidence la diversité des capitalismes urbains, à l’encontre du modèle de la « ville libérale », trop généralisant, et procéder à leur comparaison. Il s’agit là d’un moyen de se ressaisir d’un vieil objet de la sociologie urbaine, introduit par Max Weber : le rapport entre ville et capitalisme.

Haut de page

Bibliographie

Dominique Lorrain (dir.), Métropoles XXL en pays émergents, Presses de Sciences Po, Paris, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Lefeuvre, « Dominique Lorrain (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18254

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Lefeuvre

Laboratoire COST-UMR 7324 CITERES
MSH Villes et Territoires BP 60449, 37204 Tours cedex 03, France
marie-pierre.lefeuvre[at]univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals