Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alexandra Bidet, Caroline Datchary et Gérald Gaglio (dir.), Quand travailler, c’est s’organiser. La multi-activité à l’ère numérique

Presses des Mines, Paris, 2017, 226 p.
Sophie Bernard
Référence(s) :

Alexandra Bidet, Caroline Datchary et Gérald Gaglio (dir.), Quand travailler, c’est s’organiser. La multi-activité à l’ère numérique, Presses des Mines, Paris, 2017, 226 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, coordonné par Alexandra Bidet, Caroline Datchary et Gérald Gaglio, est le résultat d’un programme de recherche consacré à l’expérience de la multi-activité. La thèse de l’ouvrage est double. D’une part, « travailler, c’est de plus en plus s’organiser et organiser ». La tertiarisation et la numérisation de l’économie seraient en effet à l’origine d’une pluralité croissante de sollicitations exigeant des travailleurs une forte réactivité. D’autre part, rendre compte de l’hétérogénéité croissante du contenu du travail supposerait d’adopter le point de vue de l’activité. Pour cela, cet ouvrage propose d’articuler les apports de la sociologie du travail et des organisations, de la linguistique, de l’anthropologie et de l’ergonomie pour privilégier une démarche ethnographique permettant, au travers de l’analyse de cas diversifiés, de dresser l’inventaire des sources et des appuis de la multi-activité. Le propos se structure en trois parties.

2La première partie se focalise sur les différents niveaux ou prismes d’analyse de la multi-activité au travail. Alexandra Bidet fait le constat d’une généralisation du travail d’organisation. Pour analyser comment les travailleurs y font face, elle propose ainsi d’aller au-delà du « prisme relationnel » pour étudier le travail d’organisation « en personne ». Elle aboutit de la sorte à une cartographie des formes sociales de gestion de la multi-activité qui permet de mettre au jour non seulement la diversité de celles-ci, mais également la diffusion et la banalisation de la multi-activité comme expérience partagée dans ces environnements de travail. Dans la continuité de ce propos, Caroline Datchary étudie le travail des ordonnanceurs d’une compagnie d’exploitation de l’eau qui se situe à l’interface du centre d’appel en charge de la relation client et des interventions sur le terrain. Elle y défend l’intérêt d’articuler trois échelles d’analyse (l’organisation, le collectif de travail, le salarié) pour étudier la multi-activité au travail. Cette démarche permettrait notamment des rapprochements féconds entre des situations de travail variées et, par là même, autoriserait une montée en généralité. Enfin, Frédérique Chave, au travers du cas des services d’urgences pédiatriques, identifie trois facettes de la multi-activité : organisationnelle, individuelle et situationnelle. Cette dernière, en mettant en présence des professionnels et des non-professionnels, révèle un rapport de coopération original. Bien qu’ils s’inscrivent dans des rythmes et temporalités différents, professionnels et entourage du patient s’accordent pourtant sur la situation pour se coordonner, sans que cela soit explicite, autour de la prise en charge du patient.

3La deuxième partie examine les manières dont les acteurs font face à la multi-activité. Olivia Foli et Gérald Gaglio analysent ainsi les ajustements et les aménagements pratiques mis en œuvre par les chargés de communication interne en entreprise dans un contexte de multi-activité. Pour ce faire, ils emploient la multi-activité comme un instrument d’exploration méthodologique, leur démarche consistant à questionner les enquêtés sur le terme de multi-activité, mais également à saisir leurs réactions en cas d’interruptions au cours de l’entretien. Ils mettent ainsi en évidence le caractère ambivalent de la multi-activité. Elle comprend à la fois une face heureuse et grisante et une autre subie et tragique. Pour éviter que la multi-activité ne se mue en débordement, les travailleurs développent alors des mesures pratiques décrites finement. Dans le chapitre suivant, Manuel Boutet se propose d’étudier les « moments pour soi » au travers des activités de jeu sur Internet de travailleurs et travailleuses disposant d’une forte autonomie dans l’organisation de leur temps de travail. Dans ce cadre, ces « rendez-vous avec soi-même » ne peuvent être appréhendés comme du temps perdu ou volé, mais relèvent au contraire d’une forme d’autodiscipline. Pour ces travailleurs autonomes, s’accorder un temps pour soi devient en effet une tâche parmi d’autres. La régulation des activités de travail repose sur des bricolages individuels qui font disparaître les pauses en tant que formes particulières de temporalités. Le temps personnel est préservé et n’interfère pas avec le travail. Christian Licoppe et Sylvaine Tuncer s’appuient quant à eux sur quatre corpus de données vidéo pour analyser la multi-activité en actes dans différents environnements. Il s’agit en particulier de rendre compte des ressources interactionnelles mobilisées, supposant des performances collaboratives permettant de s’engager dans deux projets simultanément. Dans cette perspective interactionnelle, la multi-activité implique une analyse fine de l’activité.

4La troisième partie de l’ouvrage aborde la multi-activité sous l’angle des dispositifs numériques. Pascal Salembier et Moustafa Zouinar ouvrent cette partie avec une synthèse des travaux consacrés aux interruptions induites par les TIC et dont ils font ressortir les points saillants. Ils insistent ainsi sur le fait que les interruptions ne peuvent seulement être considérées du point de vue de leurs conséquences négatives. Les utilisateurs des TIC sont amenés à développer des compétences pratiques pour faire face aux interruptions. En revanche, avec les TIC qui permettent la collecte et la diffusion de données personnelles, la question de la vie privée demeure un sujet sensible. Les auteurs invitent par ailleurs à documenter l’effet des interruptions sur l’attention des acteurs concernés. Myriam Lewkowicz et Julien Laflaquière questionnent quant à eux les usages de la messagerie électronique dans un contexte de multi-activité. Il s’agit en particulier d’interroger les liens entre les stratégies adoptées dans la rédaction des messages électroniques et les fonctionnalités existantes des messageries. Ils optent alors pour une perspective originale consistant à dégager des pistes de re-conception d’une interface de messagerie, non pas en partant de l’activité du récipiendaire de messages, mais en prêtant attention à l’activité de l’expéditeur. Les pistes évoquées découlent de l’enquête présentée dans le chapitre suivant par Hassan Atifi, Nadia Gauducheau et Michel Marcoccia, qui s’inscrivent dans une approche ergonomique et une analyse pragmatique des discours. S’appuyant sur une étude réalisée dans une grande entreprise de formation professionnelle, ils développent le concept de « compétences communicatives » pour désigner les stratégies développées par les professionnels pour rendre leurs messages « sollicitants » en anticipant la multi-activité de leurs subordonnés. Il s’agit de techniques de rédaction de messages ou d’utilisation des fonctionnalités de l’outil visant, dans une logique performative, à accroître la force d’interpellation des messages.

5Ayant pris le parti d’analyser la multi-activité en actes, cet ouvrage mobilise des méthodes plurielles, allant des entretiens aux observations, en passant par des corpus vidéos, pour offrir au lecteur des descriptions denses et précises des situations de multi-activité, des échelles à prendre en compte pour les analyser, des solutions pratiques mises en œuvre par les travailleurs pour y faire face. Si l’ouvrage démontre sans conteste l’intérêt d’une attention centrée sur l’activité pour appréhender la multi-activité, cette approche présente néanmoins l’inconvénient d’exclure certaines dimensions qui pourraient enrichir l’analyse. Ne serait-il ainsi pas pertinent de mettre en relation les propriétés sociales des acteurs avec les stratégies qu’ils mettent en œuvre pour faire face à la multi-activité ? Il n’est en effet jamais fait mention du genre, du niveau de diplôme, ni de la trajectoire socioprofessionnelle des travailleurs confrontés à la multi-activité, alors que ces caractéristiques jouent probablement un rôle dans la capacité des acteurs à élaborer (ou pas) des stratégies pour y faire face. Si ces enquêtes démontrent que les travailleurs sont exposés à une pluralité croissante de sollicitations, se traduisant par une généralisation du travail d’organisation, les femmes en font l’expérience depuis longtemps. En outre, l’attention est focalisée sur les sources et les appuis de la multi-activité, mais les tensions, voire les conflits, générés par la multi-activité, tendent à être négligés. Leur étude pourrait pourtant compléter et nourrir la réflexion. En dépit de ces remarques, cet ouvrage convainc pleinement le lecteur que la multi-activité constitue une des mutations contemporaines du monde du travail et il constitue un support indispensable pour l’appréhender. Les questionnements qu’il suscite sont une invitation à en prolonger les réflexions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Bernard, « Alexandra Bidet, Caroline Datchary et Gérald Gaglio (dir.), Quand travailler, c’est s’organiser. La multi-activité à l’ère numérique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18275

Haut de page

Auteur

Sophie Bernard

IRISSO, CNRS, Université Paris Dauphine, PSL University
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 Paris cedex 16, France
sophie.bernard[at]dauphine.psl.eu

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals