Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gwenaële Rot et François Vatin, Au fil du flux. Le travail de surveillance-contrôle dans les industries chimique et nucléaire

Presses des Mines, Paris, 2017, 128 p.
Edwige Rémy
Référence(s) :

Gwenaële Rot et François Vatin, Au fil du flux. Le travail de surveillance-contrôle dans les industries chimique et nucléaire, Presses des Mines, Paris, 2017, 128 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1S’adressant à un public non exclusivement académique, l’ouvrage de Gwenaële Rot et François Vatin propose une réflexion sur les transformations contemporaines du travail. Il se fonde sur trois enquêtes réalisées dans des établissements pétrochimiques ainsi que dans une centrale nucléaire à la fin des années 2000. L’entrée sur les différents terrains a suivi une demande des entreprises qui portait sur le rôle de l’encadrement intermédiaire dans la chimie, et sur la coopération difficile entre équipes de quart et équipes de jour dans le nucléaire. Récolté par G. Rot, le matériau donne à voir le travail de surveillance-contrôle de ces installations industrielles et son encadrement proche. La démarche a consisté à saisir le travail ordinaire des opérateurs et des agents de maîtrise de ces installations à risques en situation de fonctionnement normal des unités. Trente ans après la parution de La fluidité industrielle de F. Vatin(1987), les résultats d’enquête sont mis en perspective dans l’ouvrage avec les observations que ce dernier avait réalisées dans une raffinerie de pétrole.

  • 1 On peut noter que la place du travail des femmes dans ces industries n’est pas thématisée dans l’ou (...)
  • 2 Le terme est celui des auteurs, qui l’ont préféré à celui de « chapitres ».

2Sans être comparés termes à termes, les trois secteurs d’activité (chimie, nucléaire, raffinage) font l’objet d’un rapprochement, qui est permis par la similarité de la nature du travail de surveillance-contrôle effectué. Le point de départ du propos est le constat selon lequel le sens du travail ouvrier a été mis à l’épreuve par l’automatisation de toutes les tâches répétitives dans chacune de ces organisations productives. La description des contrastes de l’activité de surveillance-contrôle, étoffée par de nombreux extraits d’entretiens, montre la place que peut encore avoir le travail des hommes dans ces environnements technicisés1. Dès l’introduction, les auteurs esquissent un premier portrait des univers de travail de ces « industries de flux » (p. 11), tout en soulignant la difficulté de l’exercice de description du travail des acteurs dans ces « configurations productives » singulières (p. 23). Les deux premiers mouvements2, sur les quatre qui composent en tout le développement, se centrent sur « l’espace-temps du quart » (p. 56). Le travail de régulation des installations à court terme qui s’opère dans cet espace est décrit en prenant pour pivot le poste de l’opérateur en salle de contrôle. Percevant l’usine sur écrans d’ordinateurs, celui-ci manipule les commandes des installations en lien avec un opérateur qui travaille à l’extérieur au plus près du circuit de production, c’est-à-dire près du réseau de tuyaux. Dans ces systèmes productifs, l’activité de chacun varie en fonction des changements de rythme de la production. Suivant l’état des installations à un instant donné, l’activité de l’opérateur à l’intérieur de la salle de contrôle est réalisée de façon autonome ou en coopération plus étroite avec le chef de quart.

3Le récit de la « relève » d’une équipe de quart par la suivante (p. 57), au début du troisième mouvement de l’ouvrage, amène les auteurs à décrire le travail de régulation du procès de production à moyen terme. Ce dernier est l’enjeu de conflits entre des agents qui appartiennent à une même catégorie professionnelle mais travaillent selon des temporalités différentes. En horaires décalés, les agents de maîtrise de quart travaillent avec les opérateurs. En journée, à la manière des ingénieurs de production, d’autres agents de maîtrise fixent les consignes de travail des quarts selon un calendrier de production. Les deux catégories d’agents de maîtrise, de quart et de jour, entretiennent des rapports ambivalents du fait que les uns se représentent difficilement en quoi consiste le travail des autres. Dans le dernier mouvement de l’ouvrage, cette question du sens du travail de l’autre est réinscrite dans le temps plus long des réorganisations de ces systèmes productifs sur les trente dernières années. Les politiques de recrutement et de gestion de carrière en interne dans les différents secteurs d’activité enquêtés se sont transformées dans le sens de ce que F. Vatin avait vu s’amorcer à la fin des années 1970. À la suite d’un travail de bureaucratisation de ces industries, qui s’est traduit par le développement d’une imposante réglementation, les contours de l’activité des personnels ont été redessinés et, avec eux, ceux des possibilités d’avancement de carrière en interne.

4En présentant les permanences de ces organisations au-delà de leurs reconfigurations, l’ouvrage fait œuvre de synthèse des connaissances sur ces industries. La question des risques industriels, qui oriente la plupart des travaux actuels sur ces environnements productifs, quadrille l’ensemble du propos. Les chercheurs reprennent à leur compte le discours des enquêtés, au sujet de l’étiquetage de ces établissements comme dangereux, pour montrer le rapport ordinaire des personnels aux risques d’accidents. Le parcours intellectuel qui a amené les auteurs à se positionner dans le champ de la sociologie du travail française est mis en perspective avec leurs analyses des mutations de la société industrielle, dans un état de la littérature qui clôt l’ouvrage. G. Rot et F. Vatin invitent à construire une « sociologie de la production » (p. 100) qui déplace l’énigme du travail vers la question du sens que les hommes donnent à leurs inactions autant qu’à leurs actions. Au fil de l’ouvrage, cette perspective révèle l’importance qui continue d’être attribuée par les salariés à la notion de travail. Elle laisse en suspens, en revanche, la question de la spécificité des représentations que les enquêtés de ces industries de flux développent de cette notion de travail : dans quelle mesure ces représentations sont-elles partagées avec des travailleurs d’autres secteurs comme, par exemple, des gestionnaires au sommet d’entreprises du secteur tertiaire (mentionnés à la fin du livre) ?

5On regrette que l’ouvrage n’accorde qu’une place liminaire à la description de la configuration matérielle des productions chimique et nucléaire. La lecture repose en grande partie sur les représentations propres au lecteur de ces espaces, alors que les auteurs soulignent justement le caractère étrange de ces endroits pour qui n’y a jamais mis les pieds. Lorsqu’ils précisent que savoir s’orienter dans les installations est un critère de jugement du professionnalisme d’un opérateur, G. Rot et F. Vatin indiquent en creux que la structuration des usines rend possible le fait de s’y perdre. Sans nuire à la concision de l’ensemble, la singularité de ces espaces aurait pu être décrite plus amplement pour éviter au lecteur qui n’aurait jamais étudié la physique-chimie de se représenter un travail « hors-sol ». Comment les vastes espaces de ces industries ont-ils été structurés pour que s’y loge le flux ? Sont-ils trop encombrés par endroits pour s’y mouvoir aisément ? Ou bien encore, des vides vertigineux contraignent-ils les déplacements pour procéder au travail de surveillance et de contrôle des installations ? Un prolongement de la recherche pourrait se concentrer sur le moment de la naissance de ces industries, pour observer comment des ingénieurs et des architectes ont conçu l’aménagement du flux, qui semble défier le rapport à l’espace ordinaire.

Haut de page

Bibliographie

Vatin, F., 1987, La fluidité industrielle. Essai sur la théorie de la production et le devenir du travail, Meridiens-Klincksieck, Paris.

Haut de page

Notes

1 On peut noter que la place du travail des femmes dans ces industries n’est pas thématisée dans l’ouvrage.

2 Le terme est celui des auteurs, qui l’ont préféré à celui de « chapitres ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edwige Rémy, « Gwenaële Rot et François Vatin, Au fil du flux. Le travail de surveillance-contrôle dans les industries chimique et nucléaire », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18351

Haut de page

Auteur

Edwige Rémy

Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO)
UMR CNRS, INRA et Université Paris-Dauphine, Paris Sciences et Lettres
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 Paris Cedex 16, France
edwige.remy[at]dauphine.psl.eu

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals