Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Yannick Barthe, Les retombées du passé. Le paradoxe de la victime

Le Seuil, Paris, 2017, 256 p.
Nicolas Dodier
Bibliographical reference

Yannick Barthe, Les retombées du passé. Le paradoxe de la victime, Le Seuil, Paris, 2017, 256 p.

Index terms

Mots-clés :

Victimes, Nucléaire
Top of page

Full text

1De nombreuses publications se sont attachées à mettre en évidence un phénomène global : la référence croissante, dans nos sociétés, à un statut de « victime » pour faire valoir des droits. Elles ont proposé différentes explications de cette tendance, et ont cherché à en montrer les implications. Yannick Barthe a l’intelligence de déplacer la question. Partant de l’idée selon laquelle ce statut de victime n’a rien d’évident à porter, il propose de revenir, en amont, sur l’étude du processus de « victimisation », entendu comme « le processus par lequel un individu se définit et est défini par d’autres comme victime » (p. 10). L’enquête concerne les vétérans des essais nucléaires menés par la France à partir des années 1960. Elle est conduite à partir d’entretiens auprès de vétérans, mais également auprès d’acteurs qui ont agi à leurs côtés (militants, experts, avocat). Elle s’appuie également sur la participation à des réunions de l’Association des vétérans des essais nucléaires (AVEN), ainsi que sur des documents d’archives. L’ouvrage ménage des allers et retours réguliers entre cette étude de cas et d’autres exemples de « victimisation » fournis par la littérature.

2Yannick Barthe montre tout d’abord comment « victimisation » et « mise en cause » se nourrissent réciproquement. Il trouve dans la notion judicieuse de « causalisation » une manière de penser globalement le mouvement « qui consiste à remonter des effets aux causes ou à déduire les effets des causes » (p. 26-27). Il décrit ainsi des situations très parlantes où se conjuguent deux processus : partant des victimes, des acteurs s’attachent à identifier des responsables en remontant vers les causes ; partant de certaines causes, ces mêmes acteurs (ou d’autres) « redescendent » vers leurs effets pour repérer de nouvelles catégories de victimes. L’ouvrage met en évidence les désajustements possibles entre ces deux processus. Il montre la variété des histoires causales ainsi établies, ainsi que le rôle central qu’occupent les « victimisateurs », ces acteurs-tiers qui amènent des individus à réaliser qu’ils sont les victimes de quelque chose.

3L’ouvrage se déplace ensuite vers les différentes arènes dans lesquelles s’engagent les acteurs lorsque, convaincus d’être des victimes, ils cherchent à convaincre des tiers de leur reconnaître ce statut et à bénéficier des formes de réparation qui lui sont associées. L’arène juridique fait l’objet d’une enquête particulière, compte tenu de son rôle central dans le processus. Les recours au procès, mais également l’élaboration d’une loi d’indemnisation, sont ainsi examinés. Le cas étudié éclaire notamment le travail des acteurs autour de la notion de « présomption », compte tenu des incertitudes qui entourent les liens de causalité. Une originalité de l’ouvrage est de montrer le jeu complexe, mais décisif en termes de victimisation, entre différentes conceptions de la présomption. Les tableaux d’indemnisation de maladie professionnelle (pour les civils), ou le code des pensions militaires, véhiculent une première présomption d’imputabilité entre une liste de pathologies et une liste d’expositions à des risques. La stratégie judiciaire de l’avocat de l’AVEN vise à faire admettre devant les juridictions civiles une preuve « par présomption », en s’appuyant sur l’idée que le juge au civil peut s’appuyer, pour chaque cas, sur un « faisceau de présomptions » qui peut déborder le tableau des maladies professionnelles. La loi d’indemnisation votée en 2010 retient enfin un principe de « présomption légale » plus large que celle proposée par les tableaux. L’article 4 de cette loi laisse néanmoins une forte marge d’appréciation à un comité d’experts. Le livre montre comment celui-ci travaille avec ses propres outils (de fait très restrictifs), basés sur le calcul, pour chaque demande d’indemnisation, de la probabilité d’imputation de la pathologie à une exposition compte tenu d’autres variables (âge, sexe, tabagisme, risques professionnels, etc.). Si l’émergence de la notion de « présomption de causalité » avait déjà retenu l’attention de nombreux auteurs travaillant sur l’histoire de la réparation des risques, l’intérêt de l’ouvrage est de mettre en lumière le champ de batailles créé dans les sociétés contemporaines par l’affrontement des différentes conceptions de la présomption.

4De nombreux facteurs sont susceptibles de différencier les victimes d’une même cause. Yannick Barthe insiste sur trois de ces facteurs. Le premier est le travail « d’exculpation » (une notion empruntée à Max Gluckman) par lequel une victime tente de se distancer des mises en responsabilité qui la visent. Une manière de « s’exculper » consistant à mettre en avant la responsabilité accrue d’autres victimes, on conçoit qu’un tel travail puisse engendrer de fortes dissensions. C’est par exemple le cas lorsque des appelés mettent l’accent sur la responsabilité « accrue » selon eux des militaires de carrière dans les pathologies qui les accablent — car ayant davantage choisi, en quelque sorte, de participer aux essais. Un deuxième facteur de différenciations (et de frictions) est la relativisation de la situation de certaines victimes par rapport à d’autres, processus dont l’ouvrage montre également un certain nombre d’exemples. Le troisième facteur de différenciation est la re-spécification de la cause qui rassemble les victimes. Les controverses autour des alliances à établir entre vétérans des essais nucléaires et autres victimes (travailleurs du nucléaire civil notamment) sont au cœur de ces tensions parmi les vétérans, opposant ceux qui souhaitent élargir le mouvement, et ceux qui craignent les risques de dilution de la cause.

5Le livre consacre un chapitre important à la tension entre fierté et victimisation. Yannick Barthe observe que la fierté d’avoir participé aux essais nucléaires s’avère très forte au sein même de l’AVEN, et que les vétérans voudraient qu’elle rencontre plus d’échos. Cette revendication rencontre progressivement la volonté d’autres acteurs (notamment parmi le personnel politique) qui souhaitent de leur côté rappeler et maintenir la grandeur de la France, comme l’une des nations-clefs de la dissuasion nucléaire. Ainsi s’explique, selon l’auteur, l’établissement d’un consensus autour de la loi d’indemnisation de 2010. Pour les vétérans, comme pour les artisans de la loi, indemniser les victimes ce n’est pas seulement reconnaître des dommages, mais c’est également marquer l’estime de la nation pour un sacrifice dédié à la construction de cette grandeur nationale. Pour Yannick Barthe, cet exemple permet de pointer la tension cruciale au cœur de tout processus de victimisation : être reconnu comme « victime » suppose d’assumer une forme de passivité alors même que l’on vit dans des sociétés qui valorisent l’agentivité. L’interprétation donnée par les acteurs à la loi d’indemnisation de 2010 peut être vue comme une manière de résoudre cette tension fondamentale.

6Yannick Barthe formule en fin d’ouvrage les conclusions principales de son enquête. Tout d’abord, la victimisation est un processus collectif qui met en jeu, au-delà de la personne directement concernée, plusieurs catégories d’acteurs : les autres victimes potentielles, les « victimisateurs », les « relativisateurs ». C’est ensuite un processus qui engage deux niveaux de réflexivité : la problématisation de l’histoire passée, et le retour des acteurs sur le processus de victimisation lui-même, avec notamment une attention à la victimisation « secondaire », engendrée par les coûts de la victimisation. Enfin, et cette conclusion explique le sous-titre de l’ouvrage : Yannick Barthe revient sur la tension entre les formes de passivité associées à la victimisation et l’effort des individus pour se construire comme actifs. Cette conclusion constitue pour lui une clef pour fonder un nouveau regard sur les victimes : plutôt que de voir celles-ci selon l’alternative « actives » / « passives » (un risque pour les sciences sociales), penser des personnes qui, engagées dans un processus de victimisation, doivent gérer la tension autour de l’agentivité que leur impose la situation.

7En étudiant les processus de victimisation, Yannick Barthe élargit vers de nouveaux horizons les recherches qu’il a conduites sur les risques. L’ouvrage s’appuie sur une conceptualisation élégante. Il est clair et écrit dans un style pédagogique. L’auteur circule d’une manière fluide entre l’étude de cas et les considérations générales. Il présente le mérite, dans le champ des études sur les mobilisations de victimes, de proposer une démarche transversale pour cerner les tensions principales attachées au processus de victimisation. Au-delà de ce champ, l’ouvrage apporte des éléments intéressants pour renouveler l’étude des problèmes publics ou l’histoire des luttes sociales. En mettant au cœur de son analyse la tension existante entre la demande d’un statut de victime et la valorisation de l’autonomie dans les sociétés modernes, il fournit un bon exemple des éclairages que peut nous livrer la sociologie pragmatique lorsqu’elle cherche à rendre compte des tensions centrales des sociétés modernes.

Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Dodier, « Yannick Barthe, Les retombées du passé. Le paradoxe de la victime », Sociologie du travail [Online], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, Online since 05 June 2019, connection on 14 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18359

Top of page

About the author

Nicolas Dodier

INSERM-EHESS
Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS)
54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
dodier[at]ehess.fr

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals