Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lauren Edelman, Working Law: Courts, Corporations, and Symbolic Civil Rights

University of Chicago Press, Chicago and London, 2016, 312 p.
Jérôme Pélisse
Référence(s) :

Lauren Edelman, Working Law: Courts, Corporations, and Symbolic Civil Rights, University of Chicago Press, Chicago and London, 2016, 312 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Working Law est un ouvrage essentiel pour tous ceux qui s’intéressent aux questions de discriminations, de justice, de travail et d’entreprises, mais aussi pour tous les chercheurs et praticiens en recherche de problématisations, de concepts et de raisonnements susceptibles d’expliquer des mécanismes pour une part énigmatiques qui impliquent le droit, la politique et les organisations. Les analyses que cet ouvrage de Lauren Edelman synthétise portent empiriquement sur la question de la discrimination au travail aux États-Unis. Alors que des lois bannissent ces pratiques discriminatoires depuis plus de cinquante ans (avec le Civil Rights Act adopté en 1964), que des décisions de justice s’empilent en la matière, et que des politiques explicites de luttes contre les discriminations se déploient au point que la diversité et l’inclusion sont devenues des arguments de recrutement, comment expliquer cette persistance des inégalités, sinon leur accroissement, entre hommes et femmes, salariés qualifiés et non qualifiés ou blancs et non blancs, en matière d’emploi comme de salaires, ainsi que le soulignent de nombreuses données statistiques ? Ce processus n’est pas propre aux États-Unis ni aux questions de discrimination ; il concerne aussi l’Europe, la France et de nombreux pays, comme l’ont montré la multitude de travaux qui soulignent le maintien et parfois l’accroissement spectaculaire des inégalités au sein des pays développés depuis au moins une trentaine d’années. C’est donc aussi pour cela que Working Law constitue une pièce maîtresse pour qui veut comprendre les limites du droit et de l’action publique en la matière, dans nos sociétés qu’on qualifie de « post-civil rights », qu’on accuse d’être « sur-judiciarisées » et qui sont marquées par des environnements juridiques denses et complexes pesant sur les pratiques économiques et encadrant statuts d’emploi et conditions de travail.

2En se fondant sur un ensemble d’éléments empiriques aussi foisonnants que rigoureux, Lauren Edelman propose de répondre à cette énigme en insistant sur le fait que « nous ne vivons pas dans une société post-droits civils, mais plutôt une société de droit civils symboliques » (p. 216, je traduis). Loin de développer une analyse juridique (même si des décisions de justice sont étudiées et mises en série et des arrêts commentés), il s’agit en effet d’étudier le droit au travail — ou encore, comment le droit travaille les pratiques — en s’attachant à ses usages dans les entreprises autant que devant les tribunaux. La conclusion de L. Edelman est, de ce point de vue, que si les droits informent les pratiques, c’est avant tout de manière symbolique, en impliquant des acteurs et des ressources et en suscitant des dispositifs qui visent surtout à montrer une conformité procédurale et apparente au droit, plus qu’à en faire un véhicule prévenant les pratiques qu’il prohibe (ici, le fait de discriminer dans l’emploi et au travail).

3Les matériaux empiriques analysés sont très variés : enquête par questionnaires auprès de 350 entreprises, exploitation de sources statistiques administratives secondaires sur les 25 années qui suivent l’adoption du Civil Rights Act en 1964, nombreux entretiens avec des responsables des ressources humaines, analyses de contenu de la presse professionnelle managériale, de sites internet, de formation, de guides de l’agence fédérale responsable des questions de discrimination, mais aussi de plus de 1180 décisions de justice, entre les années 1960 et 2014. Ces données, récoltées et produites par 25 années de recherche, alimentent une perspective théorique originale visant à analyser ce que l’autrice nomme un processus d’endogénéisation du droit par les organisations (« legal endogeneization process »).

  • 1 Cette expression s’ancre dans les travaux de Philip Selznick qui entendait décrire la référence de (...)

4Présentée au chapitre 2, cette théorie entend rendre compte des manières dont droit et organisation interagissent, présentant les principaux mécanismes « par lesquels le droit pénètre la vie des organisations et est transformé par ces dernières » (p. 19). L. Edelman y représente ce processus dans un schéma éclairant (p. 28), mais déplie aussi son arsenal conceptuel, insistant sur les processus de « managerialisation du droit » et de « légalisation des organisations »1. Elle étudie les cadrages professionnels de l’environnement légal que déploient les intermédiaires du droit et les processus de diffusion de structures symboliques (grievance procedures, diversity offices…), qui sont censées rendre visible la mise en conformité au droit, mais qui contribuent surtout à sa mise au service des objectifs du management. Elle analyse enfin la « déférence juridique des tribunaux envers ces modes de mise en conformité symbolique » qui attestent du succès de ce processus d’endogénéisation du droit par et en faveur des organisations et de leurs valeurs managériales. Ce chapitre est ainsi l’occasion pour elle de réagir à des critiques qui avaient pu être formulées à l’égard de son approche. La figure décrivant plus finement le processus de managerialisation du droit (p. 36), nouvelle par rapport à ses travaux antérieurs, est ainsi l’occasion d’introduire davantage de complexité dans l’analyse. Lauren Edelman y présente un raisonnement plus nuancé, en soulignant la capacité plus ou moins importante des structures symboliques qu’elle décrit à initier des changements qui peuvent être localement substantiels et pas uniquement symboliques.

5Il reste, comme le montrent les chapitres suivants, que le constat empirique est clair : la force des mécanismes en jeu pèse lourdement sur la mise en œuvre d’une loi particulièrement ambiguë, le titre 7 du Civil Rights Act qui prohibe les pratiques discriminatoires ne définissant pas ce qu’est la discrimination, comme l’analyse le chapitre 3. La loi a donc été l’objet d’une appropriation managériale dans les entreprises (chapitres 4 à 6), de mobilisations juridiques (chapitre 7) et même de décisions de justice — lorsque des salariés persistent à aller devant le tribunal car ils s’estiment discriminés (chapitre 8). Ces politiques, ces dispositifs et ces règles juridiques prennent toutefois une nature avant tout symbolique, qui n’ont pas fait reculer fondamentalement la discrimination envers les femmes et les minorités sur le marché du travail et dans l’emploi. Étudiant ainsi successivement le droit dans le travail (« Law in the Workplace », chapitres 4 à 6) puis le travail dans le droit (« The Workplace in Law », chapitres 7 à 9), Lauren Edelman démontre brillamment une thèse certes peu réjouissante, même si elle laisse plus de place que dans ses travaux précédents à la possibilité de changements locaux, selon l’implication des acteurs et la mise en œuvre concrète des dispositifs de mise en conformité.

6Au-delà de ces constats et des mécanismes que Lauren Edelman met au jour, on peut insister sur les dimensions à la fois suggestive et démonstrative de l’ouvrage. La puissance de l’analyse et la rigueur de la démonstration, appuyées sur une multiplicité de données, rendent ainsi très convaincante la thèse de l’autrice, qui a été largement saluée dans l’espace américain des sciences sociales, et pas uniquement dans le courant Law and Society : l’American Sociological Association lui a ainsi décerné le prix du meilleur ouvrage de l’année 2017. Au-delà du contexte états-unien, le travail de Lauren Edelman a été mobilisé depuis une quinzaine d’années sur divers terrains, y compris français, et pas uniquement pour étudier l’évolution des politiques anti-discriminatoires.

7Il reste que certaines limites peuvent être pointées. Les syndicats sont quasiment absents. Ceci peut pour une part s’expliquer par le contexte américain — mais pour une part seulement, le syndicalisme américain étant encore vivace dans le secteur public, voire s’étant renouvelé dans certains secteurs depuis les années 2000, en lien notamment avec des organisations communautaires de travailleurs. Les travailleurs apparaissent largement passifs dans cette analyse, en dehors d’une éventuelle (et rare) mobilisation de la justice où ils sont systématiquement perdants, alors même que des combats collectifs et des changements substantiels, certes toujours locaux, se produisent aussi dans les entreprises, aux États-Unis ou ailleurs. Cette limite tient sans doute pour une part à l’absence d’enquête, en situation et dans les entreprises, sur les usages du droit qui sont principalement étudiés de manière détournée, à partir de données statistiques, de l’analyse de la littérature managériale ou de décisions judiciaires. Il reste qu’on a là des points de discussion plus que des remises en cause. Par ailleurs, au vu du démantèlement accentué du droit du travail aux États-Unis comme en France, les employeurs n’ont peut-être même plus à se donner la peine de développer des dispositifs symboliques sophistiqués face à des droits de moins en moins protecteurs et auxquels il devient de plus en plus difficile de croire pour lutter pour plus de justice ou d’égalité dans le monde du travail.

Haut de page

Notes

1 Cette expression s’ancre dans les travaux de Philip Selznick qui entendait décrire la référence de plus en plus prégnante au droit dans le fonctionnement des organisations, au détriment d’autres sources de légitimité de l’autorité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Pélisse, « Lauren Edelman, Working Law: Courts, Corporations, and Symbolic Civil Rights », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18391

Haut de page

Auteur

Jérôme Pélisse

Centre de sociologie des organisations (CSO), UMR 7116 CNRS et Sciences Po
19 rue Amélie, 75007 Paris, France
jerome.pelisse[at]sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals