Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Juhem et Julie Sedel (dir.), Agir par la parole. Porte-paroles et asymétries de l’espace public

Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2016, 224 p.
Sandrine Lévêque
Référence(s) :

Philippe Juhem et Julie Sedel (dir.), Agir par la parole. Porte-paroles et asymétries de l’espace public, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2016, 224 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La politique est un des espaces sociaux où la fonction performative du langage est certainement l’une des plus fortes. Faire de la politique, c’est principalement diffuser la (bonne) parole dans des formes adéquates. Si les analystes du discours, ou les historiens et historiennes des idées, ont longtemps travaillé sur le contenu de la parole politique, les conditions sociales de la production de ces discours, mais aussi leur portée voire leur efficacité, ont été rarement étudiées par les sciences sociales. L’enjeu que représente l’étude de ces mécanismes est d’autant plus crucial que dans le processus de division du travail politique et sous l’emprise croissante des médias, la parole devient, des « petites phrases » à la déclaration de politique générale, un enjeu de première importance qui conditionne bien souvent le succès ou l’échec des causes portées par les organisations politiques quelles qu’elles soient. Les neuf enquêtes que rassemble le livre dirigé par Philippe Juhem et Julie Sedel sur les porte-paroles s’avèrent de précieux instruments pour mieux comprendre les conditions asymétriques d’« accès des différents groupes à l’espace d’énonciation », ainsi que « le caractère également asymétrique de l’établissement de la crédibilité des discours respectifs des différents groupes » (p. 14). Produit depuis des terrains variés qui couvrent tout à la fois les institutions gouvernementales, les groupes d’intérêts, les associations humanitaires, le livre se structure autour de deux axes qui permettent de mieux comprendre comment la parole s’impose, ou non, dans l’espace public. Deux hypothèses fortes relient des travaux qui semblent pourtant a priori éloignés les uns des autres. La légitimité des porte-paroles dépend des ressources dont ils disposent dans l’espace social mais, et c’est aussi peut-être un résultat plus original, des conditions pratiques dans lesquelles s’opère la prise de parole effective. Si les enquêtes présentées dans la première partie de l’ouvrage privilégient plutôt les effets de structure, et celles de la deuxième partie, les conditions d’efficacité d’énonciation des discours publics, toutes montrent comment s’articulent ressources organisationnelles et mises en scène de la parole publique à un moment donné.

2Ainsi, le « contrôle des arènes publiques » étudié dans la première partie du livre revient à ceux qui, comme les conseillers ministériels étudiés par Jérémie Nollet lors de la crise de la vache folle, disposent des ressources institutionnelles les plus fortes pour fonder leur crédibilité auprès des journalistes. C’est aussi sur les ressources dont ils disposent que se fonde l’excellence des porte-paroles consacrés par les journalistes politiques qu’étudie Nicolas Kaciaf, qui insiste par ailleurs sur l’idée que l’efficacité de ces ressources dépend aussi des configurations dans lesquelles elles sont déployées. Caroline Frau revient, à partir d’une enquête fouillée sur la mobilisation des buralistes, sur les conditions « paradoxales » de la professionnalisation des porte-paroles du mouvement. D’un côté cette professionnalisation permet au groupe de maîtriser sa communication et, de l’autre, cette standardisation de la prise de parole suscite la critique journalistique et rend finalement la stratégie moins « efficace ». Comme l’explique enfin Samir Hadj Belgacem à propos des élues et élus issus de la diversité d’une ville de banlieue parisienne, il ne suffit pas de « bien » représenter le groupe pour devenir un bon porte-parole ; il faut aussi réussir à se faire reconnaître comme représentant légitime de ce groupe, en particulier par les faiseurs de listes les mieux implantés sur le territoire que sont les dirigeants en place, en l’occurrence communistes.

3Ce sont donc les conditions sociales de possibilité d’émergence des porte-paroles dans la mobilisation qui sont au cœur de la première partie. Comme le montre Philippe Juhem dans le papier conclusif de cette partie, la légitimité des porte-paroles tient non seulement de leurs ressources structurellement acquises dont dépendent des savoir-faire et des savoir-être, mais aussi de la manière dont ces ressources vont être reconnues à la fois par celles et ceux qui leur délèguent la parole mais aussi par des tiers qui la relaient, comme les journalistes, des élus ou « l’opinion publique ».

4Les conditions d’accès aux arènes publiques étudiées dans la deuxième partie permettent de centrer l’attention sur les mécanismes concrets et les logiques d’efficacité de différentes prises de parole institutionnelles. Stéphane Latté, à partir de son travail sur les mobilisations des victimes de l’accident de l’usine chimique AZF qui a fait 31 morts et plus de 2500 blessés à Toulouse en 2001, montre ainsi comment certains formats de parole publique — comme le témoignage individuel — semblent privilégiés par les journalistes aux dépens de discours généralisants. Les positions des acteurs à l’égard de l’événement (leur proximité ou leur éloignement) se combinent alors avec d’autres éléments qui tiennent davantage à leur capacité à mettre en récit leur expérience qu’à celle de construire une cause commune. Cette part de « stratégie » est aussi au cœur de l’enquête que réalise Hélène Dufournet sur les campagnes de Handicap International qui n’hésite pas à mettre en scène la cause défendue pour plus toucher le public.

5Si la « stratégie » est un élément fondamental de la prise de parole, encore faut-il qu’elle soit reconnue par celles et ceux vers qui elle est dirigée. Julie Sedel analyse ainsi les difficultés des habitants des banlieues à se faire entendre, qui tiennent tout à la fois au manque de savoir-faire de leurs représentants et à une forme d’aveuglement social de ceux censés recevoir ces discours — ici les journalistes. C’est aussi cette idée de consécration par des tiers qui est au centre de l’article plus historique de Francis Sanseigne sur le couple Weill-Hallé dont les actions ont été portées par des journaux comme Libération ou France Observateur qui ont fait de ces deux médecins les porte-paroles historiquement reconnus de la cause contraceptive en France au milieu des années 1950.

6L’une des qualités majeures du livre est d’offrir une analyse des conditions structurelles de la reconnaissance de celles et ceux qui sont à un moment donné consacrés comme « porte-paroles » d’une organisation ou d’un mouvement sans négliger les dimensions plus stratégiques de la fonction. La légitimité d’un « bon » porte-parole et sa capacité à s’imposer dépendent non seulement de ses ressources individuelles et collectives (son capital social, scolaire, militant) mais s’inscrivent aussi dans un ensemble d’interactions concrètes qui les consacre (ou non).

7Le projet du livre est ambitieux. Il semble pourtant, dans chacune des enquêtes prises individuellement, inabouti. Les travaux présentés s’inscrivent en effet dans des enquêtes plus larges (et d’ailleurs pour nombre d’entre elles un peu anciennes et revisitées pour l’occasion) de spécialistes des groupes d’intérêt et des mouvements sociaux d’un côté et des médias et de la communication de l’autre, qui peinent parfois à dialoguer, privilégiant soit le point de vue des organisations, soit le point de vue des journalistes et des communicants. On regrette cependant, et bien que les articles introductifs et conclusifs s’y essayent, de ne pas trouver dans les différents cas présentés les éléments empiriques permettant de mieux appréhender les conditions sociales qui rendent possible la rencontre entre les porte-paroles et le public (souvent professionnel) auquel il s’adresse. Il s’agirait par exemple d’insister davantage sur les affinités sociales, les croyances partagées, produits d’une socialisation commune de celles et ceux qui interagissent à un moment donné dans l’espace public (journalistes, représentants d’organisation, professionnels de la communication). Il conviendrait à l’inverse d’interroger ce qui, socialement, interdit la rencontre entre les porte-paroles et leur public. Malgré cette réserve, le livre reste une contribution majeure au dialogue nécessaire entre sociologues des médias et sociologues des mobilisations, invitant les uns et les autres à articuler analyse en termes de capital médiatique et compréhension des dynamiques propres aux actions de communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Lévêque, « Philippe Juhem et Julie Sedel (dir.), Agir par la parole. Porte-paroles et asymétries de l’espace public », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18402

Haut de page

Auteur

Sandrine Lévêque

Université Lyon 2 Lumière, Laboratoire Triangle
sandrine.leveque[at]univ-lyon2.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals