Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Trade Unions in Western Europe. Hard Times, Hard Choices, R. Gumbrell-McCormick, R. Hyman

Oxford University Press, Oxford (2013). 264 p.
Antoine Bevort
p. 127-130
Référence(s) :

Rebecca Gumbrell-McCormick et Richard Hyman, Trade Unions in Western Europe. Hard Times, Hard Choices, Oxford University Press, Oxford, 2013, 264 p.

Texte intégral

1Comme le souligne le titre de cet ouvrage, les temps sont durs pour le syndicalisme en Europe de l’Ouest. À partir de l’étude de dix pays européens, Rebecca Gumbrell-McCormick et Richard Hyman livrent une analyse très documentée des problèmes qu’affrontent les syndicats européens. En huit chapitres, mêlant aussi bien des vues d’ensemble que des études plus fines, les auteurs en brossent un panorama très riche. Quatre configurations politiques et syndicales, présentées dans le premier chapitre, constituent le fond de carte de leurs analyses. La Suède et le Danemark illustrent l’expérience sociale-démocrate des pays nordiques, caractérisés par des taux de syndicalisation élevés et des États-providence égalitaires. L’Allemagne, l’Autriche, la Belgique et les Pays-Bas constituent un deuxième groupe central reposant sur un partenariat institutionnalisé. La France et l’Italie, pour l’Europe du Sud, sont marquées par l’influence communiste et par des relations industrielles « adversariales » et faiblement institutionnalisées. Enfin, les économies libérales de marché de Grande Bretagne et d’Irlande forment un quatrième contexte institutionnel et idéologique spécifique.

2Cette typologie est mobilisée tout au long de l’ouvrage de façon assez cohérente pour analyser les défis que doivent relever les syndicats. L’érosion du modèle du syndicat industriel, national, pour des salariés en CDI, la dérive politique vers la droite, la montée de l’individualisme et le processus de globalisation mettent en cause les bases traditionnelles du syndicalisme. Le pouvoir structurel, associatif, organisationnel et institutionnel du syndicalisme est questionné ; la double mission syndicale de justice sociale et de défense des droits acquis est de plus en plus délicate.

  • 1 Le « modèle de Gand » désigne les caisses d’assurance chômage gérées par un syndicat, dont les ress (...)

3À l’aide de nombreux exemples concrets, les auteurs montrent que les syndicats ont bien pris la mesure des difficultés. Loin d’être immobiles, ils innovent, même si la sortie de crise ne se dessine pas encore. Les difficultés n’épargnent aucun pays, même si la nature des problèmes, les ressources et les réponses varient grandement. Dans un contexte de tendance générale au déclin des effectifs, accentué par le vieillissement des adhérents et la proportion croissante de retraités, la question du recrutement devient partout centrale. Dans chaque pays, les choix s’inscrivent dans des traditions spécifiques bien mises en évidence par les auteurs. Si la France apparaît comme « the most complex picture », les pays aux syndicalismes plus puissants n’échappent pas à la crise. Entre ceux contraints, faute de soutiens institutionnels, à trouver de nouvelles ressources — comme le Royaume-Uni et l’Irlande — et ceux affrontés à la mise en cause du modèle de Gand1 et du quasi automatisme de l’adhésion — comme la Suède —, aucun type de syndicalisme n’est épargné.

  • 2 La jurisprudence introduite entre décembre 2007 et avril 2008 par les arrêts dits Viking, Laval et (...)

4D’après les auteurs, en l’absence de résultats (c’est-à-dire de services à offrir), la voie du syndicalisme de services est délaissée au profit de nouvelles approches organisationnelles. Une meilleure prise en compte des catégories mal représentées — comme les travailleurs précaires, les jeunes, les femmes, les migrants, les salariés hautement qualifiés — ou de secteurs peu syndiqués — comme le commerce ou les centres d’appels — figure parmi les pistes les plus communément explorées. Malgré certaines avancées, les effets se font toutefois attendre parce que les catégories qui ont le plus besoin de syndicats sont les moins faciles à organiser ou parce que les démarches ne sont pas toujours très sûres. Elles peuvent être par exemple contrariées par la peur, pour l’IG Metall, de légitimer le temps partiel. Peu ou prou, dans tous les pays les syndicats mettent en place des politiques de recrutement, souvent sous des formes nouvelles car la syndicalisation sur les lieux de travail n’est plus toujours la voie naturelle. Tous les syndicats réexaminent leur organisation interne, recherchent une meilleure coordination verticale entre les lieux de travail et les syndicats nationaux, explorent de nouveaux partenariats avec les ONG, évoluent vers un « managerial unionism » et expérimentent le syndicalisme « online », pratique que les auteurs n’approfondissent toutefois pas. Les transformations à l’échelle supranationale aux niveaux global, européen, sectoriel et d’entreprise ne sont pas négligées. Les auteurs soulignent l’importance de la dimension européenne et notamment la difficulté pour les syndicats de faire face à un traité européen qui favorise davantage le droit des affaires que la protection des salariés, comme l’illustrent les décisions Viking et Laval2. Selon les auteurs, la dimension internationale est toutefois inégalement présente, forte dans les pays nordiques ou en Belgique et aux Pays-Bas, plus faible ailleurs.

5Au-delà des aspects organisationnels, le syndicalisme est percuté dans ses capacités de mobilisation et de négociation. Le déclin de la grève qui s’observe partout représente une perte de pouvoir dans la négociation collective. Les actions de grève sont inefficaces pour empêcher des fermetures dans la mesure où l’employeur n’a plus besoin de la force de travail. Les traditions partenariales et radicales sont également questionnées par cette évolution. Les auteurs s’interrogent sur le contenu des accords sociaux conclus dans ce contexte dans les pays à tradition partenariale. Rejoignant les analyses de Traxler, les auteurs se demandent si on n’assiste pas à l’émergence d’un « lean corporatism », un corporatisme de vaches maigres dans lequel l’agenda passe du « gain sharing » au « pain sharing », du gagnant-gagnant aux options les moins mauvaises. Modération salariale et baisse des prestations sociales sont partout à l’ordre du jour, mais les auteurs soulignent également la diffusion de nouveaux thèmes de négociation comme la formation professionnelle, l’humanisation du travail, le stress, la conciliation entre vie familiale et travail. Mais les réponses à la crise économique et à l’austérité montrent également les limites du radicalisme. Le slogan « We don’t pay for the crisis » n’élimine pas les contradictions entres salariés stables et salariés précaires, n’empêche pas la modération salariale, le « crisis corporatism ». La défense des intérêts acquis et la prise en compte d’une plus grande justice sociale pour les plus défavorisés ne vont pas sans dilemmes. Aux yeux des auteurs, les difficultés syndicales sont accentuées par la contradiction entre une crise globale et une action syndicale qui reste surtout nationale.

6Les relations au politique sont une autre dimension du problème syndical. Alors que l’État, notamment à l’occasion de la crise économique de 2007-2009, fait un retour sur la scène sociale, nombre de syndicats, habituellement considérés en Europe comme des acteurs politiques, s’interrogent sur leurs relations au politique. La conversion des syndicats allemands au principe du salaire minimum en est une illustration. Quels que soient les types de relations au politique — léniniste, trade-unioniste, social démocrate, chrétien démocrate —, les liens se sont distendus. Les syndicats privilégient la recherche d’alliances nouvelles avec des ONG ou d’autres organisations progressistes.

7Dans le dernier chapitre, les auteurs interrogent la capacité stratégique des syndicats à faire face aux temps difficiles. Ils plaident pour une démocratie représentative, mais reconnaissent la nécessité d’une démocratie syndicale plus participative. Ils s’interrogent sur le rapport entre l’efficience et la démocratie. Ils pensent que le leadership est un prérequis pour une démocratie participative efficiente et citent le haut niveau de syndicalisation de la Suède comme une illustration de la qualité du leadership et de la démocratie interne. Les auteurs sous-estiment probablement la crise de légitimité qu’affrontent les organisations représentatives et leurs leaders. Ils soulignent également l’intérêt du capital social, l’atout que représentent les réseaux de relations sociales parmi les adhérents dans la capacité d’action syndicale. Les auteurs plaident pour un social capital unionism reposant sur les multiples identités et aspirations des syndiqués. Ils se différencient toutefois de façon caricaturale et inutile des écrits de Robert Putnam en estimant de façon erronée que Putnam et ses épigones n’envisagent pas que le capital social puisse représenter une ressource potentielle pour les dominés.

8En définitive cet ouvrage est bien documenté, pose un constat lucide sur les difficultés syndicales et apporte des observations généralement justes, résumées par des formules souvent percutantes. Malgré certaines erreurs — comme la CFDT créée en 1968 (p. 21) ou le poldermodel considéré comme une référence ancienne (p. 17) — et les désaccords concernant la conclusion, l’ouvrage est une réussite.

Haut de page

Notes

1 Le « modèle de Gand » désigne les caisses d’assurance chômage gérées par un syndicat, dont les ressources proviennent des cotisations volontaires et de fonds publics. Il renvoie au fonds d’indemnisation créé par la commune de Gand en Belgique en 1900. Outre la Belgique, le système est présent au Danemark, en Finlande et en Suède.

2 La jurisprudence introduite entre décembre 2007 et avril 2008 par les arrêts dits Viking, Laval et Rüffert de la Cour de Justice des Communautés européennes subordonne le droit à l’action collective des syndicats au respect de la libre prestation de service et de la liberté d’établissement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Bevort, « Trade Unions in Western Europe. Hard Times, Hard Choices, R. Gumbrell-McCormick, R. Hyman », Sociologie du travail, Vol. 57 - n° 1 | 2015, 127-130.

Référence électronique

Antoine Bevort, « Trade Unions in Western Europe. Hard Times, Hard Choices, R. Gumbrell-McCormick, R. Hyman », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 57 - n° 1 | Janvier-Mars 2015, mis en ligne le 13 janvier 2015, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1842

Haut de page

Auteur

Antoine Bevort

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise), UMR CNAM et CNRS, 1LAB40, 2 rue de Conté, 75003 Paris, France
antoine.bevort[at]cnam.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals