Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dominique Memmi, Gilles Raveneau et Emmanuel Taïeb (dir.), Le social à l’épreuve du dégoût

Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2016, 216 p.
Édouard Gardella
Référence(s) :

Dominique Memmi, Gilles Raveneau et Emmanuel Taïeb (dir.), Le social à l’épreuve du dégoût, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2016, 216 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Corps, Souffrance
Haut de page

Texte intégral

1Le dégoût est une émotion et, à ce titre, il a tendance à être analysé à partir des traumatismes psychologiques d’un individu, ou des besoins biologiques conduisant l’espèce humaine à éviter certaines substances pour sa survie. Dominique Memmi, Gilles Raveneau et Emmanuel Taïeb coordonnent un ouvrage collectif, Le social à l’épreuve du dégoût, qui éclaire cette émotion d’une autre lumière : celle des sciences sociales. Ainsi le dégoût reçoit-il une définition sociologique, en étant caractérisé comme une réaction observable de mise à distance : « Le dégoût constitue une réaction de violent rejet — moral ou physique — face à une substance, une situation, un être, une classe d’êtres, se traduisant avant tout par une mise à distance de l’objet pouvant aller jusqu’à la nausée » (p. 11).

2Cet éclairage sociologique provient d’une série d’enquêtes de terrain, deux d’entre elles ayant été réalisées à l’étranger (en Belgique et en Inde), les autres en France. Elles portent toutes, sauf une, sur des situations où des professionnels doivent travailler (sur) des corps humains. Les quatre parties de l’ouvrage nous semblent aborder chacune un aspect différent du corps travaillé : le corps mort, le corps pauvre, le corps dégradé, le corps organique.

3Dans la première partie, « L’invisibilité des morts », on suit des professionnels en charge du traitement de corps morts. Avec François Michaud-Nérard, puis Thomas Bonnet, on découvre l’épreuve que constitue pour les employés de pompes funèbres le traitement des réquisitions de police, déclenchées quand un officier de police judiciaire leur délègue le transport de corps trouvés sur la voie publique ou de cadavres découverts à domicile (si pèse sur eux un soupçon). Les deux contributions insistent sur les tensions très vives provoquées par certaines situations, comme « les trains » (rassembler les morceaux de corps éparpillés par le passage sous un train), le ramassage des pendus, ou le transport d’enfants décédés. Marine-Jeanne Boisson explore quant à elle l’administration des morts à distance, depuis les bureaux municipaux où sont gérées les déclarations de décès, les autorisations de transport de corps ou l’organisation des inhumations ou crémations. La banalisation d’opérations choquantes dans le reste de la société, nécessaire à ces professionnels, implique pour eux de savoir changer de registre et de faire preuve de tact lorsque des profanes entrent dans leurs bureaux.

4Les trois contributions de la deuxième partie, intitulée « Intolérables sociaux », s’efforcent de montrer que le dégoût ne provient pas (uniquement) des aspects matériels du corps, mais qu’il s’enracine dans des rapports sociaux structurellement inégaux. Pour Romain Pudal, certains pompiers ressentent un dégoût pour les membres des classes populaires auprès de qui ils interviennent parfois (qu’ils qualifient alors de « cas soc’ »), parce qu’ils aspirent à sortir de ces groupes dont ils sont originaires. Clémence Jullien explore, par une enquête dans un hôpital en Inde (à Jaipur, au Rajasthan), les humiliations imposées par des obstétriciens, issus de milieux favorisés, à des parturientes issues de milieux défavorisés à qui ils adressent explicitement des jugements visant leur sexualité supposément débridée. Enfin, Jean Constance aborde ce dégoût chez des travailleurs sociaux aux prises avec des personnes sans domicile.

5Les enquêtes de la troisième partie, intitulée « De nouveaux “intouchables” ? Petits arrangements personnels avec les affects », insistent sur les épreuves du soin quand il s’exerce sur des corps dégradés. Avec Fanny Dubois et Guy Lebeer, ce sont des aides-soignantes en gériatrie que le lecteur suit, dans un hôpital bruxellois, au gré des contradictions qu’elles éprouvent entre la manipulation de matières fécales humaines et la nécessité professionnelle de contrôler leurs réactions de rejet, au nom de la bientraitance des patients. La contribution d’Annick Anchisi rapporte le même type de tensions, mais du point de vue des proches, analysant la fragilisation du lien familial induite par le soin. Corinne Schaub met en valeur l’alternance entre distance (le port de gants) et proximité (faire un « bisou ») pratiquée par des aides-soignantes et des infirmières dans un service d’hôpital accueillant des personnes âgées souffrant de démence. Enfin, Sylvie Morel raconte comment, au cours de son observation participante réalisée dans une entreprise d’ambulanciers privés, elle a traversé, avec plus ou moins de succès, l’épreuve du contrôle de son dégoût au cours du transport de corps éructant ou pourrissant.

6La quatrième et dernière partie, « Ambivalence et dénégation du dégoût », nous semble aborder le traitement du corps comme composé d’organes. Michel Castra s’attarde sur les opérations de décomposition-recomposition des corps à partir du prélèvement d’organes. Il explicite les dilemmes moraux qu’elles soulèvent, comme la neutralisation du dégoût, qui est réussie grâce au prestige collectivement attribué à la pratique de la greffe. Le rapport au caractère organique du corps est également abordé par Jean-François Boullier, dans son processus de composition, à partir des représentations du fœtus in utero depuis le XIXe siècle. L’anthropologue montre que ce rapport est passé de la répugnance à une sublimation qui a été rendue possible par les techniques d’imagerie échographique.

7Le travail sur le corps humain dans tous ses états apparaît donc comme le fil rouge thématique du livre. Il soulève aussi un problème théorique transversal, que soulignent les coordinateurs de l’ouvrage en énonçant le paradoxe au cœur duquel ils placent le dégoût suscité par un corps humain dans les sociétés contemporaines. Ils appliquent à cette émotion le raisonnement que le sociologue néerlandais Cas Wouters suit, dans le sillage des travaux de Norbert Elias, à propos de l’émotion de la honte : si la honte vis-à-vis des expressions les plus sensorielles du corps (éructations, flatulences, crachats, etc.) est devenue régulatrice dans les sociétés civilisées, elle s’est pour ainsi dire retournée contre elle-même ; il est devenu honteux de (trop) manifester sa honte vis-à-vis d’humains. Autrement dit, dans cette analyse, l’un des traits caractéristiques des sociétés égalitaires est le suivant : considérer des humains comme inférieurs, voire les rejeter, sont des attitudes susceptibles d’être sanctionnées sitôt qu’elles sont adoptées de façon trop ostentatoire.

8L’analyse du dégoût comme émotion sociale reprend dans ce livre cette interprétation : à mesure que les sociétés repoussent à leurs marges certains aspects du corps humain (dimension historique esquissée par la contribution de Christian Chevandier), les individus exposés à ces aspects sont de plus en plus susceptibles d’en être dégoûtés, tout en se voyant obligés de fortement réprimer cette expression, au nom de la norme de tolérance. La caractéristique commune aux divers professionnels rassemblés dans cet ouvrage apparaît alors nettement. Ils se retrouvent dans les situations où cette tension est particulièrement intense, et donc s’observe de façon privilégiée. Ils sont au contact des manifestations du corps humain que nos sociétés marginalisent le plus, tout en devant plus fortement qu’ailleurs, par professionnalisme, contrôler l’expression de leur rejet. Dans chacun de ces univers s’observent ainsi des pratiques d’euphémisation du dégoût, qui s’appuient sur des dispositifs de médiation. Une sociologie du gant transparaît notamment dans l’ouvrage. La massification de l’usage de gants depuis plusieurs décennies est ainsi lue comme la réponse à l’accroissement de la tension structurelle entre hausse de la sensibilité et contraintes sur l’expression du rejet par égard et respect pour les personnes sources de dégoût.

9L’ouvrage collectif, en rapprochant divers mondes professionnels qui ne se considèrent pas tous comme proches, objective selon nous une expérience commune : celle du dégoût contrôlé. On pourrait ainsi prolonger la comparaison en direction des métiers du traitement des déchets ou des nuisibles (comme les cafards). Des pistes stimulantes, externes au projet des coordinateurs, s’ouvrent alors pour appréhender la structure de nos sociétés selon de nouveaux critères de mise en équivalence. Après que la sociologie a identifié, entre autres, des « métiers du public » (Isaac Joseph et Gilles Jeannot), des « métiers du proche » (Laurent Thévenot), ou encore une caring class (David Graeber), peut-on identifier des métiers du dégoût ? Les caractéristiques partagées par les professions ainsi rassemblées le suggèrent, avec l’exposition aux matières marginalisées par nos sociétés, l’occupation de positions subalternes dans leurs organisations, ainsi que l’importance accordée aux collectifs de travail pour surmonter une épreuve constitutive de leur ethos professionnel : le contrôle du dégoût. On pourrait même se risquer, à en croire les tendances civilisatrices de nos sociétés modernes, à prédire que ces métiers ont de l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Gardella, « Dominique Memmi, Gilles Raveneau et Emmanuel Taïeb (dir.), Le social à l’épreuve du dégoût », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18443

Haut de page

Auteur

Édouard Gardella

LIER-Fonds Yan Thomas (EHESS, FRE 2024)
10, rue Monsieur le Prince, 75006 Paris, France
edouard.gardella[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals