Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Lisa McCormick, Performing Civility: International Competitions in Classical Music

Cambridge University Press, Cambridge, 2015, 306 p.
Thomas Collas
Bibliographical reference

Lisa McCormick, Performing Civility: International Competitions in Classical Music, Cambridge University Press, Cambridge, 2015, 306 p.

Index terms

Top of page

Full text

1Depuis plus d’un siècle, des interprètes de musique classique sont comparés dans le cadre de concours internationaux. Lisa McCormick rend compte de ces moments d’évaluation en analysant les significations que leur confèrent celles et ceux qui les ont initiés, y prennent part et les discutent. Assis sur un corpus varié de sources écrites et sur des entretiens avec des concurrentes et concurrents ainsi qu’avec des membres de jury, le propos prend racine dans la social performance theory formulée par Jeffrey Alexander, qui a supervisé la thèse dont l’ouvrage est issu. Dans cette perspective, l’interprétation musicale est appréhendée comme un moment de « communication symbolique » durant lequel des acteurs exposent à un public et avec plus ou moins de succès le sens de leur situation sociale (p. 21). L. McCormick inscrit les concours de musique à la jonction de deux « sphères sociales fondamentalement incommensurables » (p. 6) : l’art et la civilité (civility). La première serait notamment fondée sur l’individualisme et la recherche du sublime, la seconde sur la quête de transparence, d’équité et d’inclusion. L’ouvrage soutient que ces ordres normatifs sont en tension dans le cadre des concours internationaux et que les efforts de réalisation de la civilité minent l’interprétation musicale et son appréciation.

2Contribution à la sociologie de la musique et à celle des formes organisées d’évaluation, l’ouvrage présente ainsi un intérêt au-delà de ces domaines pour la mise au travail de la social performance theory qu’il propose.

3La première partie fait des concours internationaux des vecteurs de civilité dans le monde de la musique. Le chapitre 1 retrace la genèse des concours à éditions successives ouverts aux interprètes sans distinction de nationalité, un format introduit en 1890 à Saint-Pétersbourg avec le concours Anton Rubinstein et qui s’est ensuite diffusé durant la première moitié du XXe siècle. Analysant cinq cas de concours à partir de monographies et de biographies, L. McCormick retient pour chacun la figure du fondateur ou de la fondatrice et ses motivations, qu’il s’agisse de fournir un tremplin pour de jeunes interprètes, de critiquer l’évaluation de la musique dans les conservatoires ou encore de célébrer une gloire nationale. L’ouvrage montre en effet que les concours constituèrent une scène privilégiée de rivalités idéologiques (pour les nationalismes, en particulier) avant d’être saisis progressivement comme des lieux de mise en œuvre d’idéaux de civilité, avant tout au travers de la standardisation entreprise par la World Federation of International Music Competitions (WFIMC), créée en 1957 et qui rassemble 129 concours en 2011 (p. 54). Le chapitre 2 décrit les règles d’adhésion à la WFIMC des années 2000 comme un outil de perpétuation du système d’opposition entre « civilité » et « incivilité » théorisé par J. Alexander. À partir des matériaux publicitaires de plusieurs concours et des articles de presse à propos de l’un d’eux, le troisième chapitre identifie les régularités dans les discours portés sur les concours et les concurrents. Les épreuves sont tantôt décrites comme des jeux récompensant « l’excellence » — une description qui va de pair avec celle, associée à des stéréotypes de masculinité, des concurrents en athlètes — ou comme des rituels, c’est-à-dire des célébrations collectives de la musique et des « jeunes talents ». Les discours publics sur les concours incluent aussi des « contre-narrations », mobilisées notamment par des journalistes, qui leur prêtent une influence délétère sur le monde de la musique en raison de l’arbitraire qu’ils renferment et de leur incapacité à mettre au jour la valeur musicale.

4Une deuxième partie soutient que le format du concours engendre des manières singulières de jouer et d’écouter de la musique : la performance musicale serait grevée par l’exercice réglé d’une évaluation. À partir d’anecdotes puisées dans d’autres travaux, le chapitre 4 propose d’abord une distinction entre quatre représentations typiques de l’interprète de génie. C’est à l’appui de celles-ci qu’est ensuite restitué le travail de « présentation d’un soi musical » des concurrents (p. 122), appréhendé au travers d’entretiens. Le chapitre met en lumière les hésitations, les arbitrages et les contraintes dans ce travail qui repose tant sur des moyens dits « musicaux » — les choix de répertoires par exemple — que d’autres dits « visuels » — c’est-à-dire les manières dont la performance musicale est incarnée et matérialisée. Il souligne notamment combien ce travail est orienté par des conceptions de l’interprète de génie insistant sur sa masculinité. Le geste analytique du chapitre consiste à décrire des concurrents prenant plus ou moins de distance, selon le contexte, avec chacune des figures du génie construites en amont. Concernant les jurys (chapitre 5), noter implique une écoute elle aussi singulière. L. McCormick rend compte de l’importance accordée aux aspects visuels de l’interprétation et restitue les dilemmes auxquels font face les jurys dans la production d’un classement. Sans développer plus avant ce point, l’ouvrage souligne que, à la différence de l’évaluation en contexte universitaire, la délibération collective est communément rejetée et parfois proscrite par les règles du concours au profit de l’agrégation de jugements individuels. À partir des commentaires déposés sur le blog d’un concours, le chapitre 6 étudie, par contraste, les discussions au sein du public des concours à propos des mérites respectifs des interprètes et des critères les mieux à même de les mettre au jour. Ce dernier chapitre offre une riche discussion de la notion de public et une reformulation de la typologie des auditeurs chez Theodor Adorno.

5Autour de ce qui est tant une plongée captivante dans les concours internationaux de musique qu’un plaidoyer pour la performance theory, j’aimerais ouvrir la discussion sur deux points. Tenant à distance les approches des activités artistiques en termes de champ ou de monde, l’ouvrage aborde les concours comme une scène unifiée où sont perpétués des contenus normatifs. Il en dit peu sur les relations entre participants, sur ce que font ces derniers hors des concours — voire hors des seules épreuves —, ou encore sur l’inscription des concours dans leurs carrières. Au-delà des moments de fondation des premiers concours, l’organisation et le financement de ces événements sont aussi en marge de la focale. Ces silences limitent la portée de la démonstration en éludant en partie les contextes dans lesquels prend sens le travail symbolique à l’œuvre lors des épreuves autant que la diversité des concours et l’éventuelle singularité des cas étudiés.

6Un deuxième point tient aux conceptions univoques de la musique classique et de la civilité sur lesquelles repose l’ouvrage : la musique est présentée comme une activité tournée vers l’achèvement du beau, dépendante du talent des travailleurs qui la conduisent et par essence séparée des idéaux de la civilité. Les épreuves, moments de perpétuation de la civilité, sont en effet tenues pour étrangères aux situations « normales » d’interprétation. Ces conceptions, partagées par maints enquêtés, fondent l’argument d’une tension dont les concours seraient le site. Paradoxalement, en montrant combien les concours sont au cœur de la vie professionnelle de certains interprètes, le livre conduit plutôt à voir les participations à ces épreuves et leur préparation comme une manière ancienne et pérenne de jouer de la musique classique. L’approche de la musique comme activité extraordinaire par essence étrangère à l’évaluation réglée est d’autant plus dommageable qu’elle limite les possibilités d’adoption de la perspective promue pour l’analyse des formes organisées de mise en concurrence des travailleurs dans d’autres mondes.

Top of page

References

Electronic reference

Thomas Collas, « Lisa McCormick, Performing Civility: International Competitions in Classical Music », Sociologie du travail [Online], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, Online since 05 June 2019, connection on 19 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18511

Top of page

About the author

Thomas Collas

Institut d’analyse du changement dans l’histoire et les sociétés contemporaines (IACCHOS), UCLouvain, 1 place Montesquieu, 1348 Louvain-la-Neuve, Belgique
thomas.collas[at]uclouvain.be

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals