Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Danièle Hervieu-Léger, Le temps des moines. Clôture et hospitalité

Presses universitaires de France, Paris, 2017, 736 p.
Christophe Monnot
Référence(s) :

Danièle Hervieu-Léger, Le temps des moines. Clôture et hospitalité, Presses universitaires de France, Paris, 2017, 736 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Religion, Communauté
Haut de page

Texte intégral

1Danièle Hervieu-Léger est en France une des figures marquantes de la sociologie des religions qui s’attache principalement à comprendre les tenants et effets de la sécularisation. Au travers de cet imposant ouvrage de plus de 700 pages, elle poursuit une réflexion initiée dans les années 1977-1981 sur les communautés d’inspiration utopique et de retour à la nature. Elle enrichit également sa réflexion sur la « religion en mouvement » d’une part, et une sociologie du catholicisme d’autre part. Ce développement mériterait à lui seul que l’on s’arrête sur cet ouvrage, mais c’est sans compter sur l’importante contribution que l’autrice fournit sur le champ du monachisme très peu balisé jusqu’ici, au moins dans la perspective sociologique.

2Ce volume, très fouillé, qui se lit comme une passionnante enquête, repose sur une intrigue assez simple : dans l’imaginaire collectif, le monachisme semble perdurer invariablement dans un monde en pleine transformation. Pourtant, la réalité est bien différente. Le monachisme est en constante mutation et c’est ce que D. Hervieu-Léger va thématiser en onze chapitres (plus un épilogue). Les reconfigurations du monachisme seront décrites dans ses rapports au monde depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours. Le pivot de ces reconfigurations tient dans l’idée poursuivie par les moines du Royaume de Dieu comme réalité déjà actuelle et encore attendue. C’est dans cette idée que se condensent, selon l’autrice, les tensions et contradictions des rapports du christianisme au monde social (p. 12).

3L’enquête a été menée de 2010 à 2015, auprès de 27 communautés masculines cisterciennes et bénédictines. Les données émanent d’observations participantes, d’entretiens, de littérature, d’écrits, de récits édités ou non de moines, d’archives et de témoignages, ce qui en fait une étude à mi-chemin entre une sociologie historique et une enquête de terrain.

4Dans le premier chapitre, D. Hervieu-Léger entend rompre d’emblée avec l’idée d’un ordre immuable que représente le monachisme en soulignant qu’après la suppression révolutionnaire des monastères en France, la renaissance du monachisme, caractérisée par l’utopie, n’est pas le fait de moines qui auraient vécu clandestinement, mais de prêtres séculiers, « porteurs du rêve d’une reconquête chrétienne et catholique » (p. 32). Trois cas de renaissance monastique offrent des versions différenciées de cette optique de reconquête. Cependant, comme le souligne l’autrice dans le deuxième chapitre, ces trois versions sont issues de fondateurs qui, par leur charisme personnel, parviennent à faire renaître une communauté tout en devant se légitimer par une longue tradition (bénédictine ou cistercienne) pour assurer le succès de l’entreprise dans la durée. Dans la reconquête, le monastère est une préfiguration du Royaume, avec comme conséquence une organisation hiérarchique, autour de l’abbé, comme l’Église est ordrée autour de Dieu et de ses représentants, mais surtout comme l’anticipation d’une société qui revivrait dans l’ordre de la volonté divine.

5Dans l’après-guerre, l’utopie de la reconquête laisse peu à peu place à une grande mutation, celle de la poursuite d’une visée œcuménique du monachisme. Ce tournant s’inscrit tout d’abord dans un renouvellement de l’idée de communauté des frères, dans une vision horizontale, déplaçant la position de l’abbé de l’autorité hiérarchique à celle du « frère en charge » (chapitre 3). Puis ce tournant s’inscrit dans la remise en question de la mortification individuelle pour endosser une ascèse plus communautaire privilégiant alors le rituel collectif (chapitre 4). Cette reconfiguration offrait une place centrale à la liturgie qui dans certaines communautés anticipait les réflexions du concile Vatican II et dans d’autres en constituait des lieux de résistance (chapitre 5).

6Cette visée œcuménique est particulièrement traitée au travers de plusieurs études de cas dans le chapitre 6. Le point fort intéressant souligné par l’autrice est que, pour s’orienter vers l’œcuménisme, la seule justification possible pour les communautés reste la tradition. Cette tradition a été alors justifiée par la « source » monastique, à l’époque des Pères, car elle remonte en amont des grandes divisions de l’Église. La communauté de Taizé s’inscrit parfaitement dans cette référence. Tout en s’appuyant sur la tradition patristique, elle propose également une utopie œcuménique pratiquée au travers d’une liturgie qui anticipe déjà l’avènement de cette unité des Églises chrétiennes.

7Au tournant des années 1960, deux lignes de faille étaient visibles pour les observateurs attentifs du monachisme en France. La posture œcuménique posait la question de la vérité du dogme catholique à porter et, découlant de celle-ci, la question du sens à donner au retrait du monde (chapitre 7). Dans les mutations culturelles de cette époque, le retrait du monde est remis en question pour mieux rendre témoignage du Royaume avec des expériences plus ou moins réussies, intellectuelle à l’abbaye de Maredsous, ou d’ouverture sociale à l’abbaye de Boquen (chapitre 8). S’impose alors l’idée du retrait du monde comme une prise de distance avec la société, comme un idéal de la sobriété, dans un art de vivre plus écologique.

8Cependant on ne doit pas occulter une tendance lourde, celle de l’effondrement démographique (chapitre 9). Entre départs et crises de vocations, la population des communautés s’amenuise. Une exception est constituée par les communautés traditionalistes, plus résistantes à l’assèchement. Ce catholicisme « ostensible » et « identitaire » puise néanmoins dans « une mouvance idéologique étroite » (p. 614) qui, pour l’autrice, ne doit pas faire illusion. La « vie monastique tout entière est menacée de périr » (p. 614).

9Ce diagnostic est contrecarré par un relatif succès des monastères de nos jours : les médias les présentent comme de hauts lieux religieux et les retraites et pèlerinages dans les lieux d’accueil des monastères ne désemplissent pas (chapitre 11). D. Hervieu-Léger voit dans ce monachisme hospitalier la possibilité d’un nouvel horizon utopique. L’éthos de la frugalité, l’écologie spirituelle sont des styles de vie alternatifs à notre société et qui suscitent un intérêt. L’hospitalité inconditionnelle des communautés devient alors, au-delà de la prise de risque qu’elle comporte, une des dimensions les plus socialement protestataires du monachisme actuel. Pour l’autrice, « c’est dans l’espace hospitalier du monastère que l’expérience alternative du temps, mise en œuvre concrètement par les communautés à travers l’écologie de la lenteur et de la vie frugale, déploie aujourd’hui le plus visiblement l’ensemble des significations ecclésiologique, eschatologique et politique » (p. 678). Poursuivant ses réflexions précédentes sur les reconfigurations du religieux, elle perçoit dans le monachisme l’un des lieux où se lit de manière la plus visible un christianisme comme « style » plutôt que comme système de vérité.

10Dans l’ensemble, cet ouvrage est remarquable, fondé sur des données historiques et empiriques originales et abondantes. Il comble un important manque sur un pan entier de la vie religieuse, magnifié par les médias, mais étrangement ignoré par les enquêtes sociales. De plus, le style de l’autrice est agréable et sa réflexion déployée dans une perspective wébérienne est très bien structurée. Cette perspective pourrait être néanmoins plus développée et explicitée. En effet, quelques allusions théoriques à la « routinisation du charisme » et aux types « Église » et « secte » constituent les rares jalons théoriques explicites de l’ouvrage. Pourtant D. Hervieu-Léger a posé ici et là plusieurs éléments pour un embryon théorique autour des « régimes des temps » qui permet d’ailleurs de fournir des éclairages innovants dans son enquête. Le choix de présenter l’imposant matériel ethnographique ne permettait peut-être pas de développer plus avant, mais osons espérer que ces éléments seront développés plus tard. Une autre limite tient également à ce matériel. L’autrice a sélectionné pour son observation des monastères ouverts, progressistes ou œcuméniques. Les communautés traditionalistes, qui pourtant font preuve d’un certain dynamisme actuellement, ne sont qu’évoquées succinctement dans l’ouvrage. Cela pose la difficile question de la position de l’observateur sur son terrain. Cette question resurgit dans les réflexions conclusives de cet ouvrage qui laissent transparaître une posture particulière de la chercheuse qui s’intéresse à un certain catholicisme, celui de l’ouverture. Elle délaisse alors d’autres formes de monastères, plus traditionnels, mais aussi plus prospères. Très vite évacuées de l’analyse, ces communautés pourraient peut-être constituer des germes d’un renouveau comme celui que l’autrice a décrit dans cette étude, mais cette question est rapidement éludée. Il n’en reste pas moins que ce remarquable volume constitue une contribution indispensable à la connaissance du monachisme et, en toile de fond, à l’évolution sociale de la religion dans une société toujours plus laïque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Monnot, « Danièle Hervieu-Léger, Le temps des moines. Clôture et hospitalité », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 2 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 05 juin 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18523

Haut de page

Auteur

Christophe Monnot

Université de Strasbourg, Faculté de théologie protestante
Palais universitaire 9, place de l’Université, 67084 Strasbourg Cedex, France
cmonnot[at]unistra.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals