Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rethinking Social Distinction, J.-P. Daloz

Palgrave Macmillan, Basingstoke (2013). 252 p.
Olivier Vanhée
p. 135-137
Référence(s) :

Jean-Pascal Daloz, Rethinking Social Distinction, Palgrave Macmillan, Basingstoke, 2013, 252 p.

Texte intégral

1Dans son dernier ouvrage, Jean-Pascal Daloz poursuit l’analyse comparée des manifestations de la supériorité sociale entamée dans The Sociology of Elite Distinction, publié en 2010. Il ne présente pas les résultats d’une enquête inédite mais s’appuie sur ses travaux et sur « un large canevas comparatif » pour étudier « les formes hétérogènes » de la distinction sociale. Les références citées relèvent de la sociologie, des sciences politiques, de l’anthropologie et de l’histoire ; elles portent sur les élites dans l’Antiquité grecque ou la Chine de la dynastie Han, la noblesse et les élites européennes à l’époque moderne, les formes de consommation et de distinction dans des contextes variés du xixe au xxie siècle (les États-Unis, la France, la Chine, le Nigéria, Dubaï, la Norvège), etc. La distinction est abordée à travers l’histoire sociale des groupes dominants, et surtout par le prisme de certains marqueurs : l’architecture, l’aménagement intérieur, les vêtements, le rapport à l’art, les manières, le luxe, les voitures… J.-P. Daloz s’appuie en particulier sur les travaux de l’anthropologue Clifford Geertz et revendique une approche « interprétative », qu’illustre notamment le cinquième chapitre : l’auteur montre que les « signes » de la distinction peuvent être caractérisés par des formes de cohérence symbolique ou bien par des « stratégies synecdochiques » (qui reposent sur « l’exhibition de quelques signes prestigieux »).

2L’ouvrage traite plus largement des manières d’articuler raisonnement sociologique et enquête de terrain, soulignant en introduction les limites du « raisonnement déductif » et des formes d’extrapolation non contrôlée. L’auteur attire l’attention sur les liens entre les principaux modèles d’analyse de la distinction et le contexte au sein duquel ils ont été forgés, notamment à propos de la notion de « consommation ostentatoire ». Avec le souci d’éviter l’écueil « du réductionnisme et de l’ethnocentrisme », chacun des chapitres présente « un thème clé qui n’a pas été compris dans toute sa complexité par les modèles classiques d’interprétation », à savoir les analyses de Thorstein Veblen, d’Erving Goffman, de Norbert Elias, de Pierre Bourdieu et de divers auteurs « postmodernes ». À rebours des approches « unidimensionnelles », l’auteur invite à prendre en compte aussi bien les dimensions utilitaires que symboliques de la distinction (chapitre 6), les raisons inconscientes et stratégiques de la distinction (chapitre 7), les manières ostentatoires ou euphémisées d’exprimer la supériorité sociale (chapitre 2). Il nuance les analyses de la distinction selon qu’elle s’exprime par rapport à des subordonnés sociaux, à des pairs, à des élites établies ou à d’autres communautés, évoquant la « distinction communale » (« un sens collectif de l’importance de soi » qui concerne les communautés politiques, chapitre 3) ou encore les formes de distinction horizontale au sein des élites (chapitre 4).

3C’est dans le septième chapitre, intitulé « revisiter la distinction par le goût », que l’auteur revient sur les fondements théoriques de son approche. Il souligne que les formes d’appréciation et les canons de goût sont « encastrés dans des contextes locaux de signification » peu pris en compte par « les modèles abstraits d’interprétation ». Il met en avant la force explicative des significations culturelles, de la culture envisagée comme « un donné autonome », « un patrimoine partagé par l’ensemble de la population » — dimension qu’il tend à opposer au « raisonnement sociologique abstrait » et au « déterminisme de classe », tout en récusant le « culturalisme simpliste ». S’il ne conteste pas le bien-fondé d’une approche des goûts en termes de socialisation, il évoque parfois les « dimensions irréductiblement subjectives du goût » (mais également des « facteurs objectifs » permettant par exemple qu’un grand cru soit apprécié « instinctivement »), ou encore des sentiments « idiosyncratiques », « profonds » et « authentiques », sans détailler la manière d’en rendre compte sociologiquement. L’auteur souligne le « dogmatisme » de l’approche sociologique « déterministe », souvent réduite à une approche macrosociologique des « dimensions de classe » ou des « conventions », en sous-estimant sa capacité à rendre compte de la complexité de la construction des goûts, y compris au niveau individuel. Au-delà des « dimensions de classe » — dont l’appréhension pourrait être affinée —, les effets combinés d’autres variables comme le sexe, l’âge ou la génération sur les rapports à la culture et sur les formes de distinction sont peu étudiés. Il ne précise pas non plus comment articuler et étudier empiriquement les concepts de socialisation et d’« enculturation » et les différentes échelles d’analyse en jeu. L’approche comparée permet de rappeler utilement que le goût est perçu de manière variable comme « l’expression de prédilections individuelles », mais les différenciations sociales internes à une même « culture » et les rapports différenciés à la domination sont peu explorés empiriquement. L’auteur s’attache surtout à restituer l’émergence historique du goût comme marqueur de distinction, sans toutefois analyser en détail le rôle des intermédiaires culturels et artistiques ou commerciaux. L’ouvrage s’attarde peu sur les liens entre stratification sociale, goûts et pratiques culturelles (au-delà de la notion de consommation « omnivore ») ou sur les travaux qui, de manière assez cumulative, ont soumis les hypothèses de P. Bourdieu à l’analyse critique et les ont mises à l’épreuve de terrains très différents. Si l’auteur critique en bloc une « orthodoxie stagnante », il évoque peu les recherches qui portent, par exemple, sur les attributs distinctifs des classes supérieures dans la mondialisation. Les rapports de pouvoir et les inégalités de tous ordres au fondement de la domination symbolique sont rarement au centre de l’analyse, qui privilégie une interprétation des « signes » de la distinction.

4L’ouvrage ne remplit pas complètement son objectif revendiqué de « fournir une nouvelle forme de scientificité ». Le schéma argumentatif est fondé sur une accumulation d’exemples et de contre-exemples, tirés de contextes très dissemblables et brièvement commentés, et vise principalement à pointer les limites des « théories dominantes », sans expliciter le choix des unités de comparaison ou les modalités de l’analyse comparée. L’ouvrage revendique à la fois une démarche inductive et un éclectisme théorique, mais n’explicite pas la manière d’articuler les points de vue de connaissance et de construire, à partir de références multiples, un cadre d’analyse cohérent. S’adressant explicitement à des étudiants, il fournit d’utiles distinctions conceptuelles et thématiques, clairement résumées sous forme de tableaux, mais il néglige la question de la construction théorique et de la mise en œuvre des outils d’enquête et d’analyse, pourtant importante pour « repenser la distinction sociale ». Le parti pris d’une approche inductive peut conduire à laisser informulées les hypothèses théoriques qui guident pourtant l’enquête du chercheur expérimenté. Si l’auteur prône une démarche comparative, il insiste sur les difficultés de toute généralisation et n’indique pas précisément selon quelles modalités établir et analyser des régularités. L’ouvrage a toutefois l’avantage d’étudier la distinction en embrassant plusieurs domaines de pratiques, au-delà des seules pratiques culturelles et artistiques. Il fournit en outre de nombreuses pistes de réflexion et d’utiles mises en garde contre les prétentions théoriques « universalistes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Vanhée, « Rethinking Social Distinction, J.-P. Daloz », Sociologie du travail, Vol. 57 - n° 1 | 2015, 135-137.

Référence électronique

Olivier Vanhée, « Rethinking Social Distinction, J.-P. Daloz », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 57 - n° 1 | Janvier-Mars 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1857

Haut de page

Auteur

Olivier Vanhée

Centre Max Weber, École Normale Supérieure de Lyon, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon, France
olivier.vanhee[at]ens-lyon.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals