Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 50 - n° 1Comptes rendusEmiliano Grossman et Sabine Sauru...

Comptes rendus

Emiliano Grossman et Sabine Saurugger, Les groupes d’intérêt. Action collective et stratégies de représentation

Armand Colin, coll. « U Sociologie », Paris, 2006 (252 p.)
Arnaud Mias
p. 91-92
Bibliographical reference

Emiliano Grossman et Sabine Saurugger, Les groupes d’intérêt. Action collective et stratégies de représentation, Armand Colin, coll, « U Sociologie », Paris, 2006, 252 p.

Full text

1Cet ouvrage se présente comme un manuel ayant la double ambition de rendre compte d’une tradition de recherche somme toute de moins en moins méconnue en France et de prendre la mesure des transformations contemporaines des formes de « gouvernance » et de l’influence qu’exercent les groupes d’intérêt en leur sein. À l’égard des manuels existants, son apport principal tient à ce qu’il manifeste la manière dont les European Studies (ré)alimentent aujourd’hui une réflexion plus générale sur les groupes d’intérêt. Les intérêts de recherche des deux auteurs les conduisent en effet à porter la focale sur les développements hors des cadres nationaux traditionnels.

2La présentation articule six développements : le noyau théorique de base autour de l’émergence des groupes d’intérêt (Mancur Olson et les débats autour de l’action collective) ; l’histoire de la pensée sur les groupes d’intérêt (modèles étatiste, pluraliste, néocorporatiste, des réseaux) ; les relations entre États et groupes d’intérêt (théories de l’échange politique principalement) ; une accumulation de cas nationaux très (trop) brièvement présentés dans une perspective de politique comparée ; les activités internationales des groupes d’intérêt ; les groupes d’intérêt dans l’Union européenne. Les deux derniers chapitres forment une première synthèse conséquente des travaux sur les groupes d’intérêts dans les arènes européennes et internationales.

3Cet ouvrage entend consacrer un champ d’étude et représente le premier « gros » manuel en français sur la question. Mais dans cette volonté d’autonomiser ce champ, on peut regretter la manière dont est tracée la frontière avec des sociologies qui ont des objets communs, notamment la sociologie des mouvements sociaux et surtout celle des relations professionnelles, complètement négligée et méconnue par les auteurs.

4Plus généralement, les auteurs sont confrontés à une tension, pas toujours bien résolue, issue de la polarisation des études entre de grandes théories générales et un grand nombre d’études empiriques localisées. Dans le texte, on passe ainsi fréquemment de la description de modèles abstraits à la reconnaissance de la complexité des faits observés, qu’il paraît effectivement difficile de ranger sous les types décrits dans les modèles. Cette tension apparaît également à l’échelle de l’ouvrage tout entier, avec le découpage entre les trois premiers chapitres qui présentent le noyau théorique fondamental et les trois derniers chapitres qui s’annoncent comme plus empiriques.

5De cette synthèse ressort également le peu d’intérêt porté à l’activité réelle, au travail quotidien et aux pratiques des groupes d’intérêt, à la manière dont ils participent à la production de l’action publique. Le biais décisionniste conduit plutôt à porter la focale sur le choix d’une forme de représentation ou d’action, plutôt qu’une autre, choix saisi dans un univers limité de ressources et de contraintes.

6Il est regrettable, enfin, d’avoir à mentionner les nombreuses coquilles et l’absence fréquente des références bibliographiques pour les études mentionnées dans le texte. Le corps du texte s’avère au final mal articulé, voire sans lien, avec la bibliographie de fin d’ouvrage. De tels problèmes d’édition sont particulièrement problématiques dans le cas d’un manuel universitaire.

Top of page

References

Bibliographical reference

Arnaud Mias, Emiliano Grossman et Sabine Saurugger, Les groupes d’intérêt. Action collective et stratégies de représentationSociologie du travail, Vol. 50 - n° 1 | 2008, 91-92.

Electronic reference

Arnaud Mias, Emiliano Grossman et Sabine Saurugger, Les groupes d’intérêt. Action collective et stratégies de représentationSociologie du travail [Online], Vol. 50 - n° 1 | Janvier-Mars 2008, Online since 21 March 2008, connection on 27 September 2022. URL: http://journals.openedition.org/sdt/18611; DOI: https://doi.org/10.4000/sdt.18611

Top of page

About the author

Arnaud Mias

By this author

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Journal supported by the Institut des Sciences Humaines et Sociales (CNRS)
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search