Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Righteous Dopefiend, P. Bourgois, J. Schonberg

University of California Press, Berkeley, 2009, 360 p.
Gaëlle Chartier
p. 141-142
Référence(s) :

Philippe Bourgois et Jeff Schonberg, Righteous Dopefiend, University of California Press, Berkeley, 2009, 360 p.

Texte intégral

1De novembre 1994 à décembre 2006, Philippe Bourgois, anthropologue à l’Université de Pennsylvanie, et Jeff Schonberg, photographe et diplômé d’anthropologie médicale, ont partagé le quotidien d’un campement de sans-abri de San Francisco, héroïnomanes et fumeurs de crack. Righteous Dopefiend est le résultat de cette enquête financée par une agence gouvernementale, les National Institutes of Health, pour la prévention contre le VIH.

2Le travail est original à plus d’un titre. Tout d’abord, sa durée — 12 ans — a permis aux deux anthropologues de suivre les trajectoires biographiques de dix hommes et de deux femmes. Leurs analyses éclairent les dynamiques longues qui conduisent et maintiennent dans la rue. L’observation fine des pratiques intimes révèle aussi la cadence quotidienne dans laquelle les toxicomanes sont enfermés : chaque jour, ils doivent se procurer assez d’argent pour satisfaire leur addiction. Sur plusieurs mois, incarcérations, hospitalisations, cures et rechutes alternent.

3La seconde originalité de cette enquête est son caractère collaboratif : en tout, neuf personnes de disciplines différentes ont collaboré aux cotés de P. Bourgois et J. Schonberg, constituant une « équipe ethnographique ». Les multiples affinités qui ont émergé au cours des douze années d’observation ont permis de collecter plus de matériaux et de les analyser avec des regards complémentaires. La présence d’un médecin dans l’équipe a, par exemple, aidé à comprendre les situations sanitaires des sans-abri toxicomanes et les relations chaotiques qu’ils entretiennent avec les institutions de santé.

4Righteous Dopefiend rassemble toutefois essentiellement les notes de terrain des deux anthropologues, des extraits des transcriptions de leurs entretiens, et soixante-treize photographies prises par J. Schonberg. Aussi les auteurs présentent-ils leur démarche comme une enquête photo-ethnographique, troisième originalité de ce travail.

5Le livre se compose de neuf chapitres qui abordent différents aspects de la vie au campement : les hiérarchies sociales, les relations d’amour et d’amitié, les liens familiaux, l’argent, l’addiction et les soins, entre autres. Ce cheminement thématique éclaire la manière dont la violence se déploie à travers les institutions, les relations individuelles, jusque dans les traitements que les individus infligent à leurs corps. Trois notions sont mobilisées pour comprendre cette propagation fractale de la violence, question au cœur des recherches de P. Bourgois.

6La notion de biopouvoir est utilisée pour expliquer la manière dont la police, la justice et les institutions de protection sociale exercent une action de contrôle des corps particulièrement punitive envers les populations marginalisées par le système de production capitaliste. Dans le chapitre 3 (A Community of Addicted Bodies), la description des soins prodigués aux sans-abri par les institutions de santé illustre bien le principe du biopouvoir énoncé par Michel Foucault : « faire vivre, laisser mourir ». Les sans-abri doivent d’abord s’assurer qu’ils seront bien hospitalisés et que la longue attente aux urgences ne les laissera pas sans ressources à la fin de la journée ; ils attendent donc pour s’y rendre que leur état de santé soit extrêmement grave. Une fois hospitalisés et remis sur pieds, ils reçoivent des bons (vouchers) pour quelques nuits d’hôtel. Les institutions de santé offrent finalement juste assez de soins à l’individu pour qu’il puisse recommencer à vivre au campement.

7Appliquée à l’échelle du campement, la notion de zone grise permet de comprendre l’organisation sociale et les trahisons mutuelles qui y prennent place entre les sans-abri. À l’instar de Primo Levi qui désignait ainsi les espaces des camps de concentration regroupant les prisonniers qui collaboraient, les auteurs tentent de comprendre les logiques qui amènent des individus à être les bourreaux de leurs semblables. Ils mobilisent en particulier cette notion pour expliquer les hiérarchies ethniques qui structurent l’univers du campement. Le chapitre 1 (Intimate Apartheid) décrit comment les hiérarchies ethniques de la société américaine sont translatées et inversées dans la communauté plus restreinte de la rue : les Blancs et les Noirs forment deux groupes distincts, qui se méprisent mutuellement et ne se fréquentent qu’à l’occasion des transactions liées à la drogue. Dans cette zone grise qu’est le campement, les opprimés à l’échelle de la société américaine deviennent les relais de la violence de cette même société auprès des plus marginalisés.

8Enfin, à une échelle plus intime, la notion d’apartheid intime met en lumière la manière dont la violence des hiérarchies ethniques se diffuse jusque dans les techniques du corps. Righteous Dopefiend s’inscrit alors explicitement dans la lignée de l’anthropologie biologique de Marcel Mauss. Dans le troisième chapitre, les auteurs étudient les techniques de consommation de drogue. Les observations répétées des injections leur permettent de mettre au jour les différentes techniques d’injection des deux communautés. L’héroïne, par exemple, s’administre différemment : les Noirs se l’injectent dans les veines, les Blancs dans les muscles, à travers les vêtements. Or, le mode d’injection influence les risques sanitaires encourus : l’injection par voie intraveineuse augmente les risques d’overdose, de contamination à l’hépatite C et au VIH, tandis que l’injection dans les tissus musculaires augmente les risques d’abcès. Le regard anthropologique se propose donc de comprendre le phénomène physiologique et social de l’addiction pour ensuite proposer des réorientations des dispositifs de traitement.

9L’ouvrage se conclut par une série de recommandations à destination des pouvoirs publics. Ces prescriptions amènent les auteurs à questionner le rôle de l’anthropologie dans l’élaboration des politiques : faire des observations puis des recommandations, est-ce se rendre complice du contrôle de ces populations ? Que faire de cette publicisation de la vie intime ? Ils plaident alors pour une anthropologie appliquée critique (critically applied anthropology), inscrivant ainsi leur réflexion dans le cadre des débats sur la « public anthropology » de Robert Borofsky (2011) et, plus généralement, sur la place des sciences sociales dans la société, qui ont animé le monde universitaire américain au début des années 2000.

Haut de page

Bibliographie

Borofsky, R., 2011. Why a Public Anthropology ? Center for a Public Anthropology, Honolulu, HI. En ligne : http://www.publicanthropology.org/books-book-series/why-a-public-anthropology/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Chartier, « Righteous Dopefiend, P. Bourgois, J. Schonberg », Sociologie du travail, Vol. 57 - n° 1 | 2015, 141-142.

Référence électronique

Gaëlle Chartier, « Righteous Dopefiend, P. Bourgois, J. Schonberg », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 57 - n° 1 | Janvier-Mars 2015, mis en ligne le 17 janvier 2015, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1867

Haut de page

Auteur

Gaëlle Chartier

UFR santé, médecine, biologie humaine (SMBH), Université de Paris-XIII, 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex, France
gaelle.chart[at]hotmail.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals