Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 50 - n° 1Comptes rendusMarie-Christine Bureau, Elisabeth...

Comptes rendus

Marie-Christine Bureau, Elisabeth Dugué, Barbara Rist, François Rouard (dir.), Défaillances et inventions de l’action sociale

L’Harmattan, coll. « Logiques sociales, Cahier du Griot », Paris, 2006 (317 p.)
François Aballea
p. 98-100
Référence(s) :

Marie-Christine Bureau, Elisabeth Dugué, Barbara Rist et François Rouard (dir.), Défaillances et inventions de l’action sociale, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales, Cahier du Griot », Paris, 2006, 317 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue les actes d’un colloque réalisé conjointement par le Centre d’études de l’emploi et le laboratoire Griot-Lise du Conservatoire national des arts et métiers. La thèse qu’il soutient est que, par-delà le contexte socioéconomique et notamment la fragilisation du statut salarial, les difficultés que rencontrent les populations, les jeunes des quartiers défavorisés en particulier, tiennent à un déficit des institutions. C’est donc essentiellement sur la base d’analyse de cas ou de situations que sont ainsi examinées les déficiences des agences pour l’emploi, du système de soins, de l’école, des organismes de logement social, des institutions culturelles, etc., et bien évidemment, des institutions sociales censées les compenser (missions locales, éducation spécialisée, institutions de médiation...). Le livre ne reprend pas pour autant l’antienne sur le déclin de l’institution car ces déficiences sont également, pour les auteurs, génératrices d’innovations venant tant des institutions elles-mêmes que des professionnels ou des usagers. L’ouvrage en fournit de multiples exemples : d’un « SOS orientation » mis en place en partenariat entre une mission locale et un lycée, aux associations de médiation–logement ou aux actions initiées par les travailleurs sociaux pour lutter contre les violences conjugales, en passant par les initiatives de jeunes stigmatisés par leur origine ethnique pour s’inscrire sur le marché du travail ou le contourner... On est donc au cœur d’une dynamique sociale : déficit institutionnel–risques–innovations. C’est l’analyse de cette dynamique, non théorisée en tant que telle, qui unifie l’ouvrage, en fait la nouveauté et l’intérêt.

2Mais cette dynamique ne va cependant pas de soi. Pour trois raisons : elle est en effet en grande partie paradoxale dans la mesure où elle s’accompagne d’une méfiance constante à l’encontre de l’assistance et de ses institutions ; elle reste relativement inefficace ; elle est risquée dans la mesure où elle peut accoucher d’effets pervers. La méfiance s’enracine dans des tendances idéologiques lourdes qui depuis la Révolution française transcendent le clivage droite/gauche. Certes, l’argumentation change quelque peu selon les époques — elle met aujourd’hui l’accent sur l’atteinte potentielle à la dignité des personnes — mais la critique est récurrente. L’inefficacité tient à ce que les nouveaux dispositifs d’action laissent toujours échapper une partie de ceux auxquels ils sont censés venir en aide, créant en quelque sorte, et à chaque fois, de nouvelles catégories d’exclus, en même temps que de nouvelles catégories de professionnels ! Les effets pervers résultent du détournement des dispositifs au bénéfice de sa communauté, sa corporation ou pour soi-même.

3Or malgré cette méfiance, ces risques et cette critique récurrente, la puissance publique continue, paradoxalement, à apporter son soutien à ces institutions, et notamment aux associations qui œuvrent dans le champ de l’assistance. Cette offre à participer est sans doute d’ailleurs un puissant ferment d’innovations. Mais ce recours à la société civile n’est pas sans poser de problèmes, finement analysés dans l’ouvrage. Il révèle, rapidement dans certains cas, les divergences d’appréciations et d’objectifs entre un social administré par une puissance publique tutélaire sinon tutrice et des associations ou des institutions fortes de leurs assises locales et sociales, de leur engagement bénévole sinon militant et jalouses de leur autonomie. Le risque d’une instrumentalisation d’un côté, d’une concurrence entre partenaires de l’autre, peut ainsi alimenter les tensions.

4Mais ces tensions peuvent être surmontées par les acteurs eux-mêmes, estime une majorité des auteurs. C’est en elles que s’enracinent d’ailleurs aussi les innovations des professionnels de l’intervention sociale. Ceux-ci sont au cœur d’un double système de contraintes auquel ils essaient en effet d’échapper. Contraintes qui viennent de la puissance publique qui, si elle se veut moins prescriptive quant au contenu de l’action, l’est de plus en plus quant aux procédures à suivre et aux outils à utiliser (démarche par projet, démarche qualité, droit de l’usager, etc.). Contraintes qui proviennent de l’institution elle-même adoptant des logiques managériales de type privé qui viennent heurter de plein fouet les logiques professionnelles.

5Pour surmonter ces contraintes, contourner la règle inadaptée, tirer partie de cadres flous, les intervenants sociaux mettent en œuvre trois moyens selon les situations : la recherche de la participation des populations, la mobilisation des collectifs professionnels face à leurs institutions et le développement du partenariat. Mais là encore, nous montrent les auteurs, l’innovation se heurte à de nombreux obstacles et peut être génératrice de risques nouveaux. La participation des habitants porte en elle le risque d’un repliement communautaire. Le partenariat peut déboucher sur des détournements d’objectifs sinon de procédures du fait de désaccords sur les finalités de l’action. Le renforcement des logiques professionnelles peut favoriser le corporatisme ou provoquer un conflit paralysant avec les institutions.

6Face à ces effets pervers de l’innovation, les usagers ou les citoyens, n’auraient-ils d’autres ressources que de compter sur leurs propres capacités d’initiative pour s’inventer un nouvel avenir : faire la manche pour le jeune privé de RMI ou l’adulte qui ne peut s’en contenter, créer sa propre entreprise pour l’enfant d’immigré victime d’une discrimination pernicieuse à l’embauche que le service public ne peut contrecarrer, changer d’école pour le collégien ou le lycéen relégué dans un établissement stigmatisé, incapable de faire face à la violence latente et à la démotivation des élèves ? Mais, notent les auteurs, ces initiatives nécessaires, coûteuses et risquées, ne permettent pas toujours d’échapper à son destin.

7Signent-elles alors la faillite des politiques et des actions d’assistance aussi bien que de l’innovation des institutions et de leurs agents ? Certains citoyens seraient-ils condamnés à naviguer entre un en-deçà de l’assistance — la charité — à travers la sollicitation du don et un au-delà de la solidarité avec l’idée que l’on ne peut compter que sur soi-même ? C’est sans doute l’interrogation majeure et fondamentale que pose, in fine, l’ouvrage à travers un certain nombre de contributions — certes d’intérêt inégal — qui engagent les unes, les moins nombreuses, à répondre par l’affirmative, les autres à faire davantage confiance aux capacités d’invention des acteurs du social. Qui laissent en tout cas le débat ouvert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Aballea, « Marie-Christine Bureau, Elisabeth Dugué, Barbara Rist, François Rouard (dir.), Défaillances et inventions de l’action sociale », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 1 | 2008, 98-100.

Référence électronique

François Aballea, « Marie-Christine Bureau, Elisabeth Dugué, Barbara Rist, François Rouard (dir.), Défaillances et inventions de l’action sociale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 1 | Janvier-Mars 2008, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18685

Haut de page

Auteur

François Aballea

Groupe de recherche innovations et sociétés, université de Rouen, rue Lavoisier, 76821 Mont-Saint-Aignan, France
francois.aballea[at]univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search