Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations, F. Dubet, O. Cousin, E. Macé, S. Rui

Le Seuil, Paris (2013). 384 p.
Cécile Guillaume
p. 144-146
Référence(s) :

François Dubet, Olivier Cousin, Éric Macé et Sandrine Rui, Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations, Le Seuil, Paris, 2013, 384 p.

Texte intégral

1En France, le cadre juridique et politique de la non-discrimination a été considérablement renforcé ces dernières années. Des travaux récents analysent la genèse, les usages et les effets de ces dispositifs anti-discriminatoires, mais les recherches portant sur l’expérience des discriminations par ceux qui les subissent restent encore rares. En se centrant sur trois groupes sociaux particulièrement exposés aux discriminations — les migrants et descendants de migrants, les femmes, les minorités sexuelles —, cet ouvrage collectif met précisément l’accent sur le vécu subjectif des individus « ordinaires », entre pluralité des situations et mise en évidence « des éléments relativement stables de l’expérience des discriminations » (p. 12).

2Si les auteurs, François Dubet, Olivier Cousin, Éric Macé et Sandrine Rui, décrivent d’emblée les « expériences totales » où la discrimination devient le prisme principal d’interprétation du monde et écrase la subjectivité individuelle (chapitre 1), le chapitre suivant propose une analyse plus nuancée des liens entre discrimination et stigmatisation. Quand les « expériences totales » entrent dans la catégorie « stigmatisé donc discriminé », d’autres situations révèlent que la stigmatisation d’un groupe social ne constitue pas nécessairement un obstacle à l’accès aux positions souhaitées, notamment quand les compétences professionnelles font l’objet d’une « ethnicisation » facilitant le recrutement de groupes minoritaires. Une autre situation décrit le cas d’individus a priori peu stigmatisés, comme les femmes, mais qui sont fréquemment discriminés dans la sphère politique et économique. Enfin, dans la veine des travaux d’Erving Goffman, les auteurs rappellent que l’absence de discrimination avérée n’exclut pas le risque de stigmatisation, soulignant à raison le fait que la discrimination ne peut être définie comme un fait social objectif et « stabilisé » (chapitre 2). Cette crainte diffuse d’une discrimination possible n’enlève cependant rien au caractère violent de cette expérience quand elle advient (chapitre 3). Après le « choc » de la prise de conscience d’être traité différemment alors que l’on se pensait égal, les individus recourent à des tactiques pour conserver une emprise sur la définition de soi en cherchant, par exemple, à contrôler l’information (par la dissimulation, l’explication, etc.), mais avec le risque de conforter les stéréotypes et de « crisper » les relations avec autrui (chapitre 4).

3Les auteurs proposent ensuite une double mise en contexte, du point de vue des positions sociales et du point de vue des configurations professionnelles, nuançant l’analyse des effets de la mobilité sociale sur l’expérience des discriminations. Si les immigrés et les femmes peu qualifiées ont ainsi objectivement plus de risques d’être discriminés, ils ne se représentent pas forcément les choses sous cet angle, ni avec cette qualification, parce que l’expérience de la discrimination s’inscrit dans un socle d’inégalités sociales et économiques préexistant. Inversement, le fait d’occuper une position sociale relativement élevée exacerbe parfois le sentiment de discrimination (chapitre 5). Selon les contextes, les formes de régulation des marchés du travail influent également sur le vécu des individus, offrant parfois des opportunités d’accès à une carrière ou à un emploi stable, comme dans le monde ouvert des arts et des spectacles ou dans le marché très ségrégué de l’ethnic business, mais avec des risques d’enfermement dans certains rôles ou certaines places (chapitre 6). Au-delà du marché de l’emploi, la discrimination est ressentie différemment selon les cadrages institutionnels. À l’hôpital, le vécu des discriminations est atténué par le caractère rationnel et objectivant de la logique médicale qui reconnaît les malades dans leur individualité. Inversement, à l’école, la reconnaissance des différences individuelles est marginalisée dans les pratiques pédagogiques au profit de la construction d’inégalités « justes », définies à partir des performances scolaires, mais qui restent encastrées dans un système de ségrégation sociale et raciale qui renforce les sentiments de discrimination (chapitre 7).

4La dernière partie du livre s’intéresse aux dispositifs de lutte contre les discriminations. Le chapitre 8 revient sur les limites du processus de diversification des élites politiques et la difficulté des élus issus de la diversité à être reconnus comme légitimes pour représenter l’ensemble de l’électorat. Inversement, dans le monde des médias, les professionnels minoritaires sont sommés de se conformer à un principe de représentation universelle et neutre qui empêche toute possibilité de faire exister des ethnicités minoritaires. Dans les deux cas, la réduction des discriminations « n’entraîne pas automatiquement une transformation des représentations sociales, des catégories et des identités qui les fondent » (p. 270). Ces deux exemples questionnent en retour la logique de promotion de droits visant l’égalité réelle des chances qui prévaut en France (chapitre 9). Selon les auteurs, une approche qui mettrait l’accent sur la reconnaissance de l’égale dignité des identités et la critique des catégories culturelles aurait un potentiel critique plus fort, mais cette perspective se heurte à la logique républicaine de l’intégration pourtant aujourd’hui fragilisée par la difficulté à définir ce qui nous fait « semblables ». Le questionnement glisse alors subtilement des mécanismes de promotion de l’égalité aux conditions d’une possible fraternité.

5Cet ouvrage, très bien écrit et souvent saisissant par l’intensité et la richesse des expériences subjectives décrites, permet de prendre la mesure des effets des discriminations sur la capacité des individus à se construire comme sujets et à « faire société » avec les autres. Certains chapitres apportent un éclairage particulièrement intéressant sur les processus de (re)production des inégalités, selon les contextes professionnels ou institutionnels, et sur la façon dont l’imbrication des rapports de pouvoir (de classe, de race et de sexe) joue de multiples manières sur la conscience des discriminations. Si les auteurs avancent plutôt l’idée d’un changement de paradigme — la discrimination venant remplacer ou concurrencer la domination —, ils apportent de nombreux exemples du caractère transversal et systémique des discriminations. Pourtant, et cela reste une énigme pour le lecteur, on ne comprend pas bien ce qui conduit les individus interviewés à mobiliser la « discrimination » comme cadre d’interprétation de leur vécu. Quasiment aucune référence n’est faite aux travaux sur la généalogie du droit et de l’action publique anti-discriminatoires en France, ce qui aurait permis d’éclairer davantage les conditions d’appropriation de cette catégorie juridique. Tout au long du livre, le lecteur ne cesse de s’interroger : comment et pour quelles raisons les acteurs se saisissent-ils (ou non) de ce cadre d’interprétation ? Avec quels points d’appui et/ou par quels intermédiaires ? Pourquoi n’en font-ils pas (ou peu) usage pour contester les inégalités perçues ? Et ces questions sont d’autant plus prégnantes que l’ouvrage offre une vision assez pessimiste des potentialités du droit et des dispositifs anti-discriminatoires en place, n’identifiant quasiment aucune capacité des individus à se saisir du droit comme un répertoire pratique ou symbolique de contestation des inégalités vécues. Ce constat mériterait d’être discuté au regard de certains travaux anglo-saxons qui soulignent les potentialités du droit dans la lutte contre les discriminations dans l’emploi (Nielsen et Nelson, 2008 ; McCann, 1994).

Haut de page

Bibliographie

Nielsen, L.B., Nelson, R.L. (2008). Handbook of Employment Discrimination Research. Rights and Realities. Springer, New York.

McCann, M. (1994). Rights at Work: Pay Equity Reform and the Politics of Legal Mobilization. University of Chicago Press, Chicago.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Guillaume, « Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations, F. Dubet, O. Cousin, E. Macé, S. Rui », Sociologie du travail, Vol. 57 - n° 1 | 2015, 144-146.

Référence électronique

Cécile Guillaume, « Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations, F. Dubet, O. Cousin, E. Macé, S. Rui », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 57 - n° 1 | Janvier-Mars 2015, mis en ligne le 22 janvier 2015, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1873

Haut de page

Auteur

Cécile Guillaume

Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE), Université des Sciences et Technologies de Lille - Bâtiment SH2, 59655 Villeneuve d’Ascq Cedex, France
cecile.guillaume[at]univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals