Navigation – Plan du site
Dossier : La politique, un objet pour la sociologie du travail

Assistant parlementaire au Parlement européen : un tremplin pour une carrière européenne

Assistants in the European Parliament, a springboard for a European career
Sébastien Michon
p. 169-183

Résumés

Cet article vise à mieux connaître les entourages politiques et les auxiliaires de l’Europe politique en s’intéressant aux assistants parlementaires au Parlement européen, plus précisément aux voies d’accès à cette fonction, aux tâches qu’elle implique et aux poursuites de carrière qu’elle favorise. Diplômés à bac + 5, fortement sélectionnés et parfois bien rémunérés, ce sont tout à la fois des travailleurs de l’ombre en position précaire et subordonnée, des conseillers politiques, des acteurs de la construction européenne et de futurs agents des institutions et des groupes d’intérêt au niveau européen. Ce type de poste constitue en fait une étape d’un rite d’institution à une carrière dans l’action publique européenne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Outre les assistants au PE, les eurodéputés recrutent, grâce à ce budget, des secrétaires et/ou des (...)
  • 2 Voir néanmoins Pierre Mathiot et Frédéric Sawicki (Mathiot et Sawicki, 1999) et Guillaune Courty (C (...)

1Corrélativement à l’accroissement des domaines d’action des eurodéputés au sein du processus de décision européen (Costa, 2001), la fonction d’assistant parlementaire au Parlement européen (PE) s’est peu à peu développée et normalisée. Depuis la fin des années 1980, pour surmonter l’investissement impliqué par leur mandat et continuer à exister sur le plan national, les députés européens se sont progressivement entourés d’un personnel plus qualifié et plus conséquent — ce qu’a facilité l’augmentation progressive du budget « Frais d’assistance parlementaire » (9765 euros par mois en 2000, 12 200 en 2003, 15 222 en 2007)1. Ce sont les députés eux-mêmes qui choisissent leurs collaborateurs, fixent les tâches qu’ils effectuent, et mettent un terme à la collaboration s’il y a « rupture de confiance », pour reprendre les termes utilisés dans les contrats de travail. La sociologie des professions, qui s’est surtout attachée à étudier des professions et des carrières établies et institutionnalisées (Dubar et Tripier, 1998), a peu investi les métiers liés à l’action publique, à commencer par ceux de collaborateurs politiques2, plus encore au niveau européen. La sociologie des arènes parlementaires, désertée en France (Nay, 2003), n’est pas de ce point de vue d’un plus grand apport. Les travaux sur les pratiques d’assemblée, qui renouvellent et approfondissent la connaissance des logiques de fonctionnement et d’institutionnalisation du PE (Hix et Lord, 1997 ; Bell et Lord, 1998 ; Costa, 2001), évoquent effectivement peu les collaborateurs. Méconnus des chercheurs, les postes d’assistants au PE sont pourtant parmi les plus courus par les diplômés en études européennes, toujours plus nombreux à s’orienter vers le marché du travail fortement concurrentiel des métiers de l’Europe (Georgakakis, 2002), et à souhaiter devenir agent des institutions ou des groupes d’intérêt qui interviennent auprès de celles-ci. Une approche par les processus et les parcours qui y mènent et qu’ils offrent permet de rendre compte de certaines caractéristiques non seulement des entourages politiques, mais aussi plus largement des emplois dans l’action publique européenne et des futures élites européennes. On souhaite ainsi montrer que, auxiliaires politiques, les assistants au PE sont aussi et surtout des auxiliaires de l’Europe politique.

  • 3 Pour quelques éléments sur « les hommes de confiance » et les « fonctionnaires de parti » comme « d (...)

2« Petites mains » et « courroies de transmission » devenues essentielles et indispensables à l’activité des élus, les assistants sont en même temps dans une situation de subordination et de relative précarité. D’un côté, dans les coulisses d’une institution prestigieuse, ces jeunes diplômés prennent part au jeu politique, concourent à l’élaboration de décisions et d’un espace de pratiques spécifiques. Ils sont les acteurs de « l’entreprise politique » que l’eurodéputé forme avec l’ensemble de son équipe, au sens de « tentative rationnelle de conquête et d’exercice du pouvoir politique » (Gaxie, 1973, p. 27). D’un autre côté, ils n’existent qu’à travers leur « chef ». N’étant jamais complètement à la place des élus, ils sont astreints à rester dans leur ombre3 d’où une perte ou, au moins, un transfert d’identité. Susceptibles d’être licenciés à tout moment, ils sont également confrontés à une incertitude due aux résultats des élections et à l’absence d’un statut qui crée tout à la fois une disparité des salaires pour des tâches sensiblement équivalentes (entre 1200 et 4000 euros avec une moyenne proche de 2000 euros), des situations d’illégalité pour ceux qui détiennent un contrat dans le droit de leur pays d’origine alors qu’ils résident en Belgique et des difficultés concernant la protection sociale. L’association des assistants du PE se mobilise depuis la fin des années 1990 pour informer les responsables de l’institution et de la Commission européenne sur les problèmes des assistants, et dénoncer l’absence d’un statut et les résistances des eurodéputés quant à leurs revendications. La mobilisation des assistants demeure cependant très limitée. Il est vrai que la relation particulière avec leur chef, les horaires conséquents, et le turn-over important –– les assistants restant en fonction, le plus fréquemment, entre une législature complète et une demie –– ne semblent pas propices. Mais là ne sont pas les seuls éléments explicatifs. En fait, pour des jeunes gens dotés de propriétés favorables qui ont été soumis à plusieurs sélections scolaires et professionnelles, la fonction d’assistant au PE représente une étape d’un « rite d’institution » (Bourdieu, 1982) à une carrière dans l’action publique européenne.

  • 4 Sur l’expérience européenne difficile à convertir au niveau national pour les membres des cabinets (...)

3Comme d’autres auxiliaires politiques, les assistants épousent certains traits d’une « misère de position », à l’image du contrebassiste au sein de l’orchestre, décrit par Patrick Süskind, dans « une position inférieure et obscure à l’intérieur d’un univers prestigieux et privilégié » (Bourdieu, 1993, p. 11). Cette position qui implique une « remise de soi » (Courty, 2005, p. 17) est en fait d’autant plus acceptée que, outre un salaire, elle offre la possibilité d’entrer dans l’espace politique européen, de compléter ses connaissances, ses compétences et son capital social, puis de postuler à des positions plus intéressantes au niveau européen que celles auxquelles ils pouvaient accéder précédemment ; la spécialisation des profils et des pratiques rend effectivement moins évidente une rentabilisation de cette expérience au niveau national4. Une hypothèse ici étayée par l’étude des propriétés pertinentes pour accéder à cette fonction (1), ainsi que des pratiques, des apprentissages et des poursuites de carrière des assistants (2).

Depuis 2002, une centaine d’entretiens ont été menés auprès de collaborateurs d’eurodéputés actuellement ou précédemment en poste au PE. Outre les pratiques, les apprentissages et les représentations relatives à leur fonction, les entretiens abordaient systématiquement leurs parcours scolaire et professionnel, ce qui a permis de quantifier plusieurs indicateurs (niveau de diplôme, type de diplôme, année d’étude à l’étranger, stages, etc.). L’interrogation d’anciens assistants, la présence régulière sur le terrain pendant cinq ans et l’entretien de contacts avec plusieurs enquêtés, a permis d’obtenir des informations sur les poursuites de carrière. Au cours de l’enquête, le souci a été de disposer d’un échantillon aussi varié que possible au niveau des groupes politiques d’origine et de l’ancienneté dans l’assemblée. Si la méthode de proche en proche a été privilégiée avec l’usage de recommandations d’assistants précédemment interrogés, plusieurs enquêtés ont été approchés spontanément (par téléphone, courriel ou directement au PE). Certains ont été vus plusieurs fois. Parmi les enquêtés (90 individus), on compte 53 % d’hommes et 47 % de femmes. Leur moyenne d’âge se situe entre 29 et 30 ans ; seul un assistant sur sept a plus de 35 ans. De nationalités française (61), allemande (8), belge (3), bulgare (1), espagnole (2), finlandaise (4), italienne (3), hongroise (1), luxembourgeoise (1) polonaise (1), portugaise (1), roumaine (1), slovène (1) et suédoise (2), ils sont (ou ont été) en poste auprès de députés des groupes Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE) (4), Europe des démocraties et des différences (EDD) devenu Indépendance et démocratie (ID) (3), Gauche unitaire européenne/gauche verte nordique (GUE-NGL) (4), Parti populaire européen (PPE) (26), Parti socialiste européen (PSE) (44) et verts/Alliance libre européenne (Verts-ALE) (9). Aucun assistant des parlementaires inscrits dans les groupes Union pour l’Europe des nations (UEN), Identité, Tradition, Souveraineté (ITS) et des non inscrits n’a pu être rencontré. Au niveau français, alors que tous les assistants ont été contactés, une partie n’a pas donné suite aux demandes d’entretiens. Au final, sur la cinquième législature (1999–2004) plus de la moitié des assistants européens des députés de la LCR (GUE), du PS (PSE), de l’UDF (PPE, puis ADLE), de l’UMP (PPE) et des verts (Verts-ALE) a été interrogée. Obtenir des informations sur ceux en poste auprès de parlementaires des autres formations (CPNT [EDD], LO [GUE] et surtout FN [ITS], MPF (EDD), PCF [GUE] et RPF [UEN]) a été plus difficile. L’échantillon constitué comporte donc certains biais, à commencer par la présence majoritaire de membres du Parti socialiste européen et de Français, ce qui s’explique par le déroulement de l’enquête et la méthode adoptée de constitution de l’échantillon : principalement par « effet boule de neige ». En conséquence, les résultats présentés doivent être appréhendés au prisme de cette composition. La forte présence de Français permet néanmoins de situer, sur l’un ou l’autre point, les assistants du PE par rapport à ceux de l’Assemblée nationale.

1. Des spécialistes de l’Europe plusieurs fois sélectionnés

4Si la quasi-totalité des assistants parlementaires au PE partagent les idées politiques de leur chef, si une partie d’entre eux adhèrent au parti du député, et si quelques-uns sont venus au PE suite à une précédente activité partisane, il n’empêche que pratiquement tous présentent un cursus en études européennes, des compétences linguistiques et une expérience professionnelle en lien avec l’espace politique européen. Devenir assistant d’un eurodéputé implique généralement une spécialisation sur les questions européennes.

1.1. Des ressources scolaires européanisées

  • 5 C’est-à-dire dans des proportions sensiblement équivalentes à celles observées à l’Assemblée nation (...)

5En commençant l’enquête, on pouvait s’attendre à rencontrer des militants de partis politiques pour lesquels la collaboration rémunérée avec un élu est une voie d’entrée en politique et une forme de rétribution du militantisme accompli au sein du parti du député (Gaxie, 2005). C’est effectivement le cas pour certains. Au moment de leur recrutement, 48 % des assistants interrogés étaient membres du parti de leur chef5. Toutefois, tous n’y ont pas une activité intense. D’après les informations recueillies, ce serait à peu près quatre assistants sur dix pour lesquels l’appartenance au parti politique de l’élu aurait été capitale, notamment pour ceux en poste auprès des eurodéputés les plus éloignés du centre du jeu parlementaire, membres des groupes GUE/NGL, EDD et a priori ITS. L’importance de la ressource partisane varie également selon les délégations, avec des assistants plus fréquemment militants, par exemple, auprès de députés du Parti socialiste espagnol, du Labour et de Forza Italia. Au niveau français, c’est généralement le cas avec les parlementaires FN, PCF — tout comme, avant 2004, de ceux de la LCR et LO —, et d’une partie de ceux du PS, UDF, UMP et verts. Les ressources politiques ne sont donc pas à négliger, et ce en dépit des discours, fréquents, qui présentent l’espace européen comme différent des espaces politiques nationaux, au-dessus des clivages partisans, ne serait-ce qu’au regard des compromis entre les groupes politiques, voire les coalitions (Kreppel, 2000). De nombreux assistants ont, comme d’autres acteurs de l’espace politique européen, appris à faire de la politique sans le dire et sans le savoir, c’est-à-dire qu’ils ont intégré, au cours de leur formation et de leur pratique professionnelle « une capacité à “taire” ou évacuer la dimension politique de leur action » (Baisnée et Smith, 2006, p. 342). Si la politisation des collaborateurs ne doit pas être occultée, les entretiens ont très rapidement montré que l’adhésion partisane n’était de loin pas la seule ressource favorable à l’entrée en fonction, mais une ressource parmi d’autres, susceptible de jouer. De facto, pour une large majorité de ces jeunes gens, les postes d’assistants au PE représentent une voie possible de faire carrière à Bruxelles au sein de l’action publique. Leur investissement européen concorde avec leurs ressources européennes efficientes ; l’européanisation est d’ailleurs l’élément qui les différencie le plus des assistants parlementaires à l’Assemblée nationale.

  • 6 On peut citer entre autres les masters d’études spécialisées en politique européenne ou métiers de (...)

6L’Europe est un thème développé au sein de diverses institutions scolaires comme le collège d’Europe à Bruges et Natolin, institution spécifique de socialisation européenne proposant des pratiques pédagogiques ad hoc (Schnabel, 1998), mais aussi les facultés de droit et de science politique — à commencer par celles qui proposent des masters qui forment aux métiers de l’Europe et mettent en avant la fonction d’assistant parlementaire parmi les débouchés possibles6. Cette catégorie de formations supérieures, spécifiquement consacrées aux questions européennes, permet à des étudiants d’exploiter pleinement de véritables dispositions à travers un cursus universitaire brillant, susceptible d’ouvrir la voie à une carrière dans laquelle ils pourront s’épanouir. Effectivement, pour les assistants du PE, une carrière européenne est généralement liée à la possibilité de rentabiliser leurs acquis scolaires et linguistiques. Si leur recrutement s’effectue principalement sur des diplômes d’un niveau bac + 5 (un peu plus de trois quarts des enquêtés) spécialisés sur les questions européennes en science politique ou en droit (respectivement la moitié et un quart de l’échantillon), c’est notamment en raison des compétences qu’ils mettent en avant : un bagage juridique en droit communautaire, la maîtrise du fonctionnement du triangle institutionnel européen et une connaissance des questions politiques européennes. Le caractère marginal des autres cursus (langues [10 %] ou économie [11 %]), la généralisation du recrutement à bac + 5 et la croissance des diplômés en science politique, confirment la spécialisation des recrutements.

  • 7 Source : agence Europe-Éducation-Formation France, 2006.
  • 8 Un indicateur de l’importance des ressources internationales et de l’européanisation des postes d’a (...)

7Outre les connaissances européennes, cette spécialisation des profils réside dans la maîtrise de langues étrangères, à commencer par celle de l’anglais, dont la maîtrise est jugée indispensable. Les compétences linguistiques ont certes pu être acquises au cours de l’enfance en raison de la binationalité de leurs parents (9 % de l’échantillon). Elles l’ont surtout été par des investissements scolaires avec des séjours à l’étranger dans le cadre des études. En ce sens, un peu plus de la moitié des enquêtés (54 %) présentent au moins une année d’études à l’étranger, essentiellement dans le cadre du programme d’échanges Erasmus (un sur trois). Ce programme constitue une ressource décisive pour entrer dans l’espace politique européen même si elle est extrêmement rare dans les espaces nationaux. Pour la France, un peu moins de 1 % de l’ensemble des inscrits de nationalité française dans l’enseignement supérieur au cours d’une année scolaire7 sont ainsi concernés. La scolarisation à l’étranger s’inscrit également pour un quart environ dans d’autres formations rares comme les masters au sein des institutions les plus reconnues en Europe, notamment l’institut des études européennes de l’université libre de Bruxelles (ULB) (11 %), le collège d’Europe (9 %) ou la London School of Economics (3 %), qui offrent un approfondissement de leurs connaissances sur les questions européennes. Toutes ces expériences permettent certes de maîtriser l’anglais –– voire l’allemand, l’espagnol ou le français ––, de découvrir un pays, son histoire et ses coutumes, mais surtout d’acquérir une proximité et une facilité de contact avec les nationaux, d’évoluer dans un milieu international en côtoyant des jeunes d’autres nationalités aux propriétés relativement proches. Les individus ainsi socialisés apprennent à franchir les limites mentales du territoire national et adoptent, tout en les forgeant, les principes structurants d’un habitus international (Wagner, 1998)8.

8Entre les assistants au PE, on ne saurait négliger les écarts de ressources scolaires. Les parcours au sein des institutions scolaires les plus reconnues et le nombre de langues parlées sont les propriétés les plus légitimes au sein du microcosme parlementaire, et de plus en plus clivantes. On note que, pour ceux qui détiennent des caractéristiques scolaires moins légitimes, des ressources politiques peuvent faciliter l’accès au PE, particulièrement auprès des députés les plus liés à leur organisation politique. Il est malgré tout de plus en plus rare que les assistants ne présentent pas un cursus européanisé, même lorsqu’ils sont militants. Les ressources scolaires européennes, essentielles, ne suffisent cependant pas à permettre de décrocher un emploi d’assistant, comme si les qualités requises ne pouvaient pas s’acquérir en dehors de situations professionnelles ou d’expériences préprofessionnalisalisantes. Le premier emploi ou le premier stage, qui fait figure de rite d’institution, s’avère décisif dans cette optique. En effet, la faiblesse ou l’inexistence d’expérience professionnelle au niveau européen empêche leur accès à la plupart des postes — à commencer par ceux d’assistants parlementaires. Une assistante ayant précédemment accompli un stage à la Commission et dans une confédération patronale commente ainsi son arrivée à Bruxelles sans expérience professionnelle :

« J’ai cherché du boulot, mais bon... Chercher du boulot c’était un petit peu ambitieux, parce que tout ce qu’on me proposait c’était des stages. [...] Quand j’ai commencé à chercher du boulot, je n’avais même pas 23 ans. Donc forcément, dans ce milieu là, tout le monde m’a bien ri au nez. Et tout ce qu’on me proposait, c’était des stages. » (Entretien, décembre 2002).

9Ses seuls diplômes ne lui permettant pas de trouver un emploi à Bruxelles : elle a multiplié les stages pour compléter ses ressources. Ce type d’expérience, relativement représentative, a été décisif quant à la poursuite de sa carrière professionnelle au niveau européen, et plus précisément de son entrée au PE. Un emploi d’assistant s’inscrit souvent après de précédentes expériences professionnalisantes dans l’espace politique européen.

1.2. De précédentes expériences professionnalisantes dans l’espace politique européen

10Les assistants parlementaires du PE sont souvent entrés dans l’espace politique européen (deux enquêtés sur trois) par des stages ou des missions à durée déterminée au sein d’une institution ou d’un groupe d’intérêt à Bruxelles (bureaux de représentation d’une collectivité locale, fédérations d’entreprises, cabinets de consulting ou ONG). Plus précisément, 37 % sont passés par le Parlement, 27 % par un groupe d’intérêt, 17 % par la Commission, 1 % par le Conseil, 2 % par une représentation de leur gouvernement à Bruxelles ; certains ont cumulé plusieurs expériences. Pour les candidats potentiels à un poste de collaborateur avec un eurodéputé, ce moment s’apparente à une position d’attente d’une place, soit libérée par le départ d’un assistant, soit créée par l’arrivée de nouveaux élus au PE à l’issue d’élections européennes ou nationales. Ces expériences qui ne sont pas d’égal accès sont décisives pour devenir assistant –– mais aussi plus largement pour embrasser une carrière européenne –– parce qu’elles permettent d’acquérir un capital technique européen et un capital social efficient au sein de l’espace politique européen.

1.2.1. Une hiérarchie entre les stages et les missions

11Il convient d’opérer avant tout une distinction entre les stages ou missions au sein d’une institution et ceux qui revêtent un caractère plus politique, auprès d’un député. Pour un jeune diplômé, la concurrence encore plus forte depuis l’arrivée de postulants issus des pays entrants avec l’élargissement, voire des pays candidats, rend de plus en plus difficile l’obtention d’un stage ou d’une vacation dans une institution européenne, particulièrement à la Commission et au sein des services administratifs du PE. En effet, la nationalité des prétendants intervient dans le recrutement des institutions européennes, y compris au niveau des stages. Les demandes étant de plus en plus importantes, le choix des stagiaires traduit bien souvent la valorisation de propriétés distinctives (par exemple, le nombre de langues parlées ou un précédent stage dans l’espace politique européen). Le recrutement, en tant que stagiaire dans une institution, nécessite également la connaissance de points d’entrée. Par conséquent, en fréquentant les personnes qui travaillent à Bruxelles au sein ou au contact des institutions européennes, il s’agit non seulement de détenir des informations sur les opportunités de recrutement, mais aussi de bien maîtriser le fonctionnement du « microcosme bruxellois », pour reprendre un terme d’acteur.

  • 9 Pour un traitement plus complet de cette question (Voir Michon, 2004).

12Les stages auprès des eurodéputés sont a priori un peu plus accessibles. Depuis le début de la sixième législature, il est rare que leur équipe ne comprenne pas un stagiaire à Bruxelles. De fait, pour les parlementaires, le recrutement de stagiaires offre l’avantage de disposer de collaborateurs relativement qualifiés, tout en ne dépassant pas le quota de trois personnes accréditées auprès du PE, ni le budget « frais d’assistance parlementaire », compte tenu de leur moindre rémunération (au plus 1000 euros par mois). Toutefois, ces stages sont, d’après les personnes interrogées, de plus en plus demandés par les étudiants en fin de parcours scolaires (dernière année de master)9 mais aussi par les jeunes diplômés –– toujours plus nombreux –– en recherche d’emploi dans les affaires européennes ; les assistants interrogés le plus récemment évoquent entre une demande hebdomadaire et deux quotidiennes. De plus, différemment des stages à la Commission ou dans l’administration du PE, le choix des stagiaires n’est pas uniquement déterminé par les seules propriétés scolaires et européennes mais aussi par les ressources politiques souvent relationnelles. L’appartenance au parti de l’élu, voire à son courant ou à sa tendance en son sein, favorise le recrutement d’une fraction d’entre eux. Le capital social représente une autre ressource décisive.

13Concernant les militants, la recommandation vient habituellement de soutiens issus du champ politique. Pour les autres, la connaissance de personnes évoluant au PE (d’autres stagiaires le plus souvent) permet d’accéder à des informations sur les places disponibles.

14Les postulants à l’espace politique européen qui ne sont pas bien introduits au niveau des institutions européennes et ne détiennent pas d’appuis politiques, ni des ressources financières leur permettant d’attendre une offre intéressante, se tournent vers les groupes d’intérêt (Michon, 2006). Avec des propriétés dites minimales, c’est-à-dire des compétences linguistiques (l’anglais de manière quasiment obligatoire à l’oral et à l’écrit) et des connaissances sur le mode de négociation au niveau européen certifiées par des propriétés scolaires européanisées — certes avec une rentabilité différente selon les diplômes —, l’obtention d’un stage y paraît plus aisée qu’au sein d’une institution, ne serait-ce qu’en raison du développement des représentations d’intérêt au niveau européen qui génèrent un véritable réservoir d’emplois. Constituant une première expérience professionnelle pour ceux qui n’en ont pas au niveau européen, il s’agit le plus souvent de missions aux postes les plus bas et les moins valorisés dans la hiérarchie des lobbyistes, au sein d’organisations peu prestigieuses, peu dotées en moyens financiers qui sont en train de s’installer à Bruxelles (ONG, associations diverses, fédérations d’industriels ou regroupements d’entreprises d’un même secteur d’activité). Ces fonctions d’auxiliaires sont souvent qualifiées de « prenantes en temps » et de « peu intéressantes ». Une assistante résume ainsi sa précédente expérience dans l’association professionnelle des producteurs européens de spiritueux : « On est un peu corvéable à merci dans tout ça, tu ne comptes pas tes heures. J’étais un peu la dernière roue du carrosse. » (Entretien, mars 2004). Ce type de contrat, moins légitime que les stages ou autres missions auprès d’une institution ou d’un député, demeure malgré tout une voie d’entrée dans l’espace européen pour de jeunes diplômés, prêts à s’investir dans le but d’y faire carrière.

1.2.2. L’acquisition d’un capital technique européen et d’un capital social efficient

15En dehors d’un accès à cet espace, ces expériences professionnalisantes de quelques mois, un an, voire deux ans, représentent un moyen pour les impétrants d’acquérir des ressources professionnelles pertinentes sur le marché bruxellois. Du fait de l’institutionnalisation des modes de recrutement, un capital technique européen et un capital social efficient dans le microcosme bruxellois sont, en effet, toujours plus nécessaires.

16Un stage à Bruxelles offre ainsi l’opportunité de développer un capital technique européen, la maîtrise du fonctionnement des institutions, du processus de décision et de négociation au niveau européen. Pour de jeunes diplômés qui n’ont que des connaissances théoriques sur le triangle institutionnel et une maîtrise tout aussi abstraite des procédures de codécision étudiées à l’université, il s’agit d’un moment de familiarisation avec l’espace politique européen. Plus précisément, ils acquièrent non seulement une connaissance pratique du PE et de certains dossiers, mais aussi des processus de négociation et de décision au niveau européen. Autant de propriétés recherchées par les députés qui souhaitent avant tout gagner du temps et s’entourer d’auxiliaires directement opérationnels.

  • 10 Quasiment tous les masters en études européennes présentent des associations d’anciens élèves plutô (...)
  • 11 Au sein des sections bruxelloises des partis politiques par exemple, des mouvements de jeunesse au (...)

17Par ailleurs, ces expériences donnent l’occasion de compléter les réseaux relationnels précédemment construits lors de la scolarité10 ou d’activités militantes11, et de développer ainsi un capital relationnel encore plus efficace au niveau européen, tant du point de vue d’un savoir-être que de personnes–ressources. L’insertion dans le milieu bruxellois permet tout d’abord à l’entrant de se conformer aux règles de vie en son sein, aux principes du multiculturalisme, de la négociation et du compromis, et donc de s’adapter à l’espace. Ensuite, compte tenu du turn-over relativement élevé des postes de l’action publique au niveau européen — à commencer par ceux d’assistants comme nous l’avons déjà souligné —, avoir des relations bien placées au moment de l’entrée dans l’espace européen et connaître certaines règles en son sein s’avèrent décisifs.

18« Il faut savoir où se trouvent les bureaux, les institutions, où postuler, à qui parler », ne cessent de répéter les personnes interrogées. Or un stage au sein d’un groupe d’intérêt œuvrant auprès des institutions européennes, à la Commission, ou mieux encore au Parlement que ce soit dans l’administration, un secrétariat d’une commission parlementaire ou auprès d’un eurodéputé facilite habituellement les contacts avec des acteurs du PE, qu’il s’agisse des assistants, des députés, des administrateurs, des agents temporaires ou des stagiaires. « Être dans les murs », ou en tout cas à proximité, constitue une position préférentielle pour obtenir des informations concernant des embauches éventuelles ou le départ d’untel. Une assistante travaillant précédemment pour une antenne bruxelloise d’une grande entreprise française évoque de la sorte son recrutement :

« Je viens du lobby, moi j’ai travaillé un an pour une société française qui avait une représentation à Bruxelles, et puis y a eu une fusion dans cette société, et comme j’avais un CDD je n’ai pas été reprise. Donc je cherchais à Bruxelles, et j’avais entendu parler, parce que le bouche-à-oreille marche énormément à Bruxelles, c’est assez sympa, c’est un microcosme Bruxelles. On m’avait dit que quelqu’un cherchait une assistante ou un assistant. J’ai envoyé ma candidature, j’ai été reçue et j’ai été prise. » (Entretien, juin 2003).

19Si l’information issue du microcosme bruxellois est réellement déterminante pour son entrée au PE, son témoignage donne à voir combien celle-ci n’avait rien d’évident. Dans les situations les plus favorables, le renseignement se double d’une recommandation d’un assistant du groupe politique, du précédent assistant en poste voire, mais de manière beaucoup plus ponctuelle, d’un député rencontré lors du stage soit directement en ayant travaillé pour lui, soit lors de consultations ou d’activités politiques communes.

20En conséquence, les postes d’assistant parlementaire ne sont pas facile d’accès. Ils concernent principalement de jeunes spécialistes des questions européennes qui ont surmonté plusieurs étapes de sélection plus ou moins formalisées. Le circuit privilégié étant de plus en plus d’être diplômé en études européennes d’une institution prestigieuse, de parler plusieurs langues, d’avoir fait un ou plusieurs stages au sein des institutions européennes ou à défaut de groupes d’intérêt, et d’avoir acquis un capital technique européen et un capital social pertinent à Bruxelles. Si le droit d’entrée dans cette fonction est élevé, le rite d’institution à une carrière dans l’action publique européenne se poursuit au cours de l’expérience parlementaire.

2. Se conformer au marché du travail de l’action publique européenne

21Assez fortement sélectionnés, spécialistes des questions européennes, les assistants au PE des eurodéputés sont aussi des travailleurs de l’ombre dans une position de subordination et de relative précarité. Une position qu’ils acceptent d’autant mieux qu’elle favorise un « accélérateur de carrière » européenne.

2.1. Rester dans l’ombre pour être initié à l’espace politique européen

22Évoluant sur deux sites à intervalles réguliers — une semaine sur quatre à Strasbourg et le reste du temps à Bruxelles — les assistants du PE s’occupent du bureau du député dans ces deux villes et, partant de nombreuses tâches administratives et de secrétariat considérées comme rébarbatives : téléphone, dactylographie, gestion de l’agenda, des visiteurs et du courrier, organisation de mailings, photocopies, classement de documents et du courrier, réservations de chauffeurs, restaurants et chambres d’hôtel, recherche de billets d’avions ou de trains du député au comptoir de l’agence de voyage du PE. Parmi celles-ci, les plus prenantes en temps et en énergie et les moins appréciées sont d’une part, la réception et le tri de l’information et des multiples sollicitations reçues quotidiennement par les eurodéputés (entre 50 et 400 courriers et courriels par jour de groupes d’intérêt, journalistes, citoyens ou électeurs potentiels, étudiants en recherche de stage ou d’interviews, etc.), et d’autre part, l’organisation des visites de groupes invités par les parlementaires à Bruxelles ou à Strasbourg (collégiens, lycéens, militants locaux ou collègues politiques). Beaucoup d’assistants préféreraient se consacrer à des activités « plus intéressantes », « moins basiques » et « moins chronophages », pour reprendre leurs termes.

23Ces tâches plaisent d’autant moins aux assistants que les députés leur demandent une flexibilité horaire et une disponibilité importante, sans pouvoir leur promettre une sécurité de l’emploi. Dépendants de l’actualité, les députés doivent réagir promptement à un événement ou à un communiqué de presse. Par extension, ils exigent cette même réactivité de leurs collaborateurs en les sollicitant pour certains à tout moment, même le week-end, voire les vacances, par exemple pour la rédaction d’une note importante ou d’un communiqué de presse. En général, leur temps de travail hebdomadaire dépasse nettement les 35 heures. La disponibilité demandée, les horaires lourds et malléables, la flexibilité, les déplacements à Strasbourg tous les mois, suscitent du stress, de la fatigue et ne leur laissent que peu de temps à consacrer à leur vie privée, rendant une vie de famille peu évidente. Ce que ne favorise pas non plus leur avenir incertain, qui dépend du calendrier politique, de la suite de la relation de travail avec le député et de son propre avenir (s’il est réélu, s’il démissionne). Cette précarité, source d’anxiété, ne permet pas aux collaborateurs d’élus de faire des projets à long terme. De facto, « c’est un travail sur lequel pèse toujours l’épée de Damoclès » commente une assistante.

24La faible codification des tâches, la nécessaire polyvalence, voire la servitude, ne sont pas toujours bien vécues par ces jeunes diplômés à bac + 5, polyglottes. Cette forme de misère de position est accentuée par le confinement dans les coulisses, « dans l’ombre du député » qui est seul sur le devant de la scène. Toute la difficulté pour les assistants est de rester à leur place et de ne pas se prendre pour l’élu. Car même s’ils peuvent se laisser griser par le travail dans une institution prestigieuse, aux côtés d’un personnage public, et finalement se dire qu’ils sont un peu des députés, ils restent des subordonnés. Des assistants expliquent en ce sens :

« On tire les ficelles, les politiques n’existeraient pas sans nous, seulement on n’existerait pas sans eux. Et donc, c’est très, très difficile de se dire : je dois rester à ma place. Être dans l’ombre de quelqu’un, ce n’est pas toujours simple. [...] Ça crée parfois des frustrations définitives, qui ne sont pas toujours simples à gérer. » (Entretien, avril 2003).

« Même dans des cas où on existe, vis-à-vis des autres députés on existe parce que notre député existe, faut pas se leurrer. » (Entretien, juin 2003).

25Placés dans l’ombre, ils existent à travers leur chef — « vous êtes l’assistant(e) de » pour reprendre une expression fréquemment recueillie — d’où une forme de perte ou de transfert d’identité. Cependant, si cette position est malgré tout fortement recherchée, c’est qu’elle permet de se familiariser avec l’espace institutionnel, d’acquérir toujours plus de ressources décisives pour poursuivre une carrière dans l’action publique européenne, et d’y être reconnu.

26Comme dans d’autres assemblées, les assistants parlementaires du PE peuvent participer aux opérations de communication (préparation de plans de communication, organisation d’événements, entretien des relations, gestion de son site Internet et rédaction d’articles pour sa lettre d’informations) et à la production parlementaire (rédaction de rapports, questions écrites, discours du député et autres amendements). Du fait notamment des spécificités de la délibération européenne (Costa, 2001), plus grande semble leur implication dans la réception des lobbyistes et les négociations avec d’autres députés, les fonctionnaires des groupes politiques ou des commissions parlementaires pour obtenir un rapport, un amendement ou un compromis, comme l’explique cette assistante :

« Quand ma députée est en charge d’un rapport, mon activité consiste à prendre des contacts et à conserver les contacts avec, à la fois, les responsables du dossier à la Commission, et les collègues socialistes à la commission parlementaire, pour être sûr que tout le monde est d’accord sur ce sujet, et aussi les contacts avec les autres députés socialistes d’autres nationalités, d’autres commissions, d’autres partis, pour coordonner tout ça, avec le PPE aussi parfois pour rédiger des amendements de compromis. Donc, il y a toute cette partie là au niveau des contacts, des négociations, qui est importante. » (Entretien, juillet 2003).

27Compte tenu de leurs compétences spécifiques, qu’elles soient techniques ou linguistiques et de leur position à l’interface de divers flux d’informations internes et externes au PE, nombreux sont ceux qui jouent le rôle non seulement de passeur d’informations — en réalisant pour leur chef diverses traductions (amendements, rapports parlementaires, discussions) et en le renseignant sur l’activité institutionnelle (ordre du jour, actualité, explications de vote, développement des dossiers) —, mais aussi de conseiller sur les décisions à prendre quant aux rapports à saisir, les amendements à déposer et les lieux à investir. L’activité auprès d’un eurodéputé permet donc d’observer le fonctionnement de l’espace politique européen de l’intérieur, d’entrer en contact avec ceux qui préparent, prennent ou appliquent les décisions au niveau européen (chef d’État, ministres, commissaires européens, eurodéputés, fonctionnaires européens), de prendre part au jeu institutionnel, de recevoir une forme de délégation de son chef, et parfois de parler en son nom, bref d’être initié au travail politique européen.

2.2. Un accélérateur de carrière européenne

  • 12 Sur les contours d’une culture européenne, faite d’expériences communes, d’un style de vie, d’un la (...)

28L’avenir des assistants dépend certes de leur background universitaire et de leurs précédentes expériences sous forme de stages ou d’activités militantes à leur arrivée au PE, mais aussi et surtout de leur expérience d’assistant. Centrale dans le processus de décision européen — en lien avec la place croissante que les traités successifs ont donné au PE — cette fonction permet de développer un ensemble de ressources pertinentes sur le marché des emplois dans l’action publique européenne : des connaissances théoriques des institutions européennes (les règles, les procédures, les possibilités d’action, la production parlementaire) mais aussi pratiques (les manières de faire et d’être, la culture du compromis, la méfiance à l’égard de toute posture ethnocentrique12, les routines, les interprétations des règles, les hiérarchies non écrites), et surtout un carnet d’adresses des personnes clés aux différents niveaux de la décision, notamment au PE. En outre, elle donne une légitimité sur les dossiers traités, et plus largement sur les questions institutionnelles. Le passage par le PE agit comme un signe de reconnaissance auprès de différents acteurs situés au centre ou à la périphérie de l’espace politique européen.

  • 13 Voir Pierre Mathiot et Frédéric Sawicki pour un parallèle avec les membres des cabinets ministériel (...)

29Si quelques assistants font fructifier leur expérience en restant auprès d’un ou plusieurs élus pendant plusieurs législatures, ce n’est là qu’une minorité (19 % des enquêtés présentent une ancienneté dans la fonction de plus de cinq ans, 7 % de plus de dix ans). Dans l’ensemble, ceux qui quittent un poste d’assistant ne sont quasiment jamais au chômage, bien au contraire. En fait, en postulant et en accédant, après l’expérience auprès d’un eurodéputé, à des positions supérieures à celles qu’ils occupaient avant, la fonction d’assistant au PE représente un accélérateur de carrière13 ; ce dont ont conscience les assistants en poste : « C’est un bon tremplin. Il y a beaucoup de monde qui peut frapper à la porte », résume tel enquêté (Entretien, mai 2003). Les ressources accumulées au PE, avant tout rentables au niveau européen, incitent les assistants à envisager la poursuite de leur carrière principalement à Bruxelles. Parmi les 45 assistants interrogés qui ne sont plus en poste auprès d’un eurodéputé, des informations sur la poursuite de la carrière de 35 ont pu être collectées : neuf ont réussi un concours pour entrer dans la fonction publique européenne, dix ont intégré un groupe politique au PE, neuf, un groupe d’intérêt auprès des institutions européennes, sept sont retournés au niveau national. Les orientations professionnelles à ce dernier niveau restent essentiellement celles des assistants les plus investis dans un parti, ils rejoignent des postes politiques (cabinet d’un maire d’une grande ville, d’un président de région ou d’un ministre) au sein desquels ils valorisent leurs compétences européennes en étant généralement en charge des dossiers européens et plus largement internationaux.

30Plus précisément, les concours de la Commission européenne forment la voie la plus prestigieuse. La maîtrise de plusieurs langues, la socialisation européenne et « l’ouverture sur le monde » que les postulants mettent en avant, en font effectivement des candidats de premier ordre aux plus hautes fonctions administratives européennes (Schnabel, 1998). En participant à l’activité législative, ils se spécialisent sur certains thèmes et témoignent d’un niveau de connaissances plus élevé que les profanes des institutions européennes et même supérieure à tout généraliste de l’action publique. Qui plus est, par rapport aux jeunes diplômés en études européennes, ils sont familiarisés avec les « allants de soi » de l’institution. Un assistant, récent lauréat d’un concours de la Commission, confie ainsi : « On a fait la preuve qu’on peut travailler dans une ambiance multiculturelle, et les gens savent ça » (Entretien, avril 2004). Par leurs connaissances techniques, leur habitude du processus institutionnel européen et leur socialisation européenne, beaucoup d’assistants semblent correspondre à l’image de l’eurofonctionnaire que se font les membres du jury. Régulièrement, des assistants réussissent donc un concours de la Commission et quittent leur député pour cette nouvelle affectation qui leur assure l’accès à la prestigieuse fonction publique européenne que la sécurité de l’emploi et le salaire rendent attractifs. Cependant, avec l’élargissement de l’Union européenne et la volonté de respecter un certain équilibre entre les nationalités parmi les fonctionnaires européens, cette offre paraît beaucoup plus favorable aux ressortissants des pays entrés récemment dans l’Union qu’à ceux des « Quinze ».

31Une autre poursuite de carrière un peu moins prestigieuse, mais tout de même matériellement et symboliquement recherchée par nombre d’assistants consiste dans l’accès à un poste de collaborateur du groupe politique de leur député au PE, pour être le plus souvent en charge de questions qu’ils ont précédemment traitées en tant qu’assistant. Ces agents temporaires exercent des activités plus intéressantes (management et négociations) tout en bénéficiant d’une plus grande indépendance et d’un salaire accru. Néanmoins, ces postes étant plutôt rares, très convoités et politisés, l’accès y est donc peu probable sans une expérience parlementaire de plusieurs années, et surtout sans appui politique et sans le soutien d’un ou plusieurs députés reconnus par l’assemblée.

32Les divers groupes d’intérêt présents dans l’espace politique européen demeurent pour les assistants le type de débouché le plus accessible. En rapport avec le système des intérêts pluralistes au sein de l’UE, l’accroissement des compétences du PE accordées par les traités successifs et l’instauration des procédures de coopération et de codécision qui ont accru les potentialités d’influence de l’assemblée de Strasbourg sur le système politique communautaire (Shackleton, 2000), le lobbying auprès des eurodéputés est devenu plus diversifié. Toujours plus de représentants de groupes d’intérêt aussi différents que des entreprises, des ONG, des associations, des syndicats, des cabinets de consultants mandatés par des groupes, des collectivités locales, contactent les eurodéputés afin de leur communiquer leurs positions et leurs argumentaires et tenter ainsi d’influencer leur décision ou encore d’accéder à des forums dans le but de publiciser leur cause, d’articuler les intérêts et de se coaliser avec d’autres groupes (Shephard, 1999). Dans cette configuration, nombreux sont les groupes d’intérêt à souhaiter recruter des assistants, en raison de leur maîtrise de l’espace parlementaire, leur expertise et leur capital social non négligeable au sein des institutions européennes, notamment sur leurs sujets de spécialisation au PE. En ce sens, tous les assistants reçoivent régulièrement des propositions d’emploi de groupes d’intérêt. S’il ne s’agit pas du débouché le plus recherché, le lobbyisme à Bruxelles permet néanmoins de poursuivre une carrière européenne et de convertir l’expérience du PE, pour des assistants peu dotés en propriétés politiques, et dont les chances d’entrer dans la fonction publique européenne se sont amoindries avec l’augmentation de la concurrence au niveau des concours communautaires. Ce sont le plus fréquemment des assistants au profil « techno » qui n’ont pas (encore) réussi les concours communautaires ou qui ne pensent pas les réussir. Mais cette voie concerne également des assistants au profil « techno militant » — c’est-à-dire, recrutés par la voie militante tout en étant détenteurs de propriétés européanisées — dont les ressources politiques ne sont pas assez élevées pour entamer ou poursuivre une carrière politique ou politico-administrative au niveau national, et qui, de ce fait, changent d’orientation. La fonction d’assistant a d’ailleurs pu amener certains à la prise de conscience de leurs chances objectives insuffisantes pour percer en politique. La poursuite de la carrière au niveau européen des militants technos s’effectue avec plus de chances auprès d’organisations proches de leurs députés et en concordance avec leur engagement militant : regroupements d’associations ou ONG. Elle permet ainsi la conversion de leurs propriétés politiques dans des emplois de l’action publique.

3. Conclusion

33L’étude des caractéristiques favorables à l’accès à des postes d’assistant parlementaire au PE ainsi que de leurs pratiques, apprentissages et poursuites de carrière participe d’une sociologie des auxiliaires de l’Europe politique. Le recrutement des assistants permet de mieux connaître le marché des emplois de l’action publique européenne. Spécialisation sur les questions européennes et ressources linguistiques forment des compétences indispensables. L’enquête souligne également l’importance des stages et des missions dans les institutions ou les groupes d’intérêt afin de s’inscrire plus durablement sur ce marché et pouvoir ambitionner d’avoir des positions plus intéressantes, tant du point de vue du travail que du salaire. Elle renseigne ensuite sur une spécificité des postes de collaborateurs politiques : conseillers politiques et acteurs du jeu politique — au sein d’un espace de pratiques parmi les plus prestigieux —, ils sont en même temps des travailleurs de l’ombre dans une position de subordination marquée. L’adoption d’une perspective relationnelle permet d’évoquer une misère de position, un concept qui ne doit pas seulement être appréhendé sous l’angle des facteurs économiques et culturels. Données incontournables dans la qualification des emplois, le salaire et le niveau de diplôme ne sont donc pas à eux seuls suffisants pour qualifier un emploi et l’identité au travail : à l’instar des assistants au PE, on peut être plutôt bien payé et diplômé tout en souffrant d’une misère de position. La plus ou moins grande acceptation de cette situation ne doit pas faire l’économie d’une analyse en termes de rétributions de la position professionnelle. L’enquête informe effectivement des effets de la socialisation professionnelle des assistants parlementaires du PE. Cet emploi, qui permet d’acquérir des ressources spécifiques et de se spécialiser sur divers sujets, constitue une étape du rite d’institution à une carrière dans l’action publique européenne. L’européanisation liée au temps passé dans l’espace est d’autant plus prégnante que le processus d’institutionnalisation du PE suscite une institutionnalisation de la fonction d’assistant et leur spécialisation sur les questions parlementaires. Sur un marché des métiers de l’Europe politique fortement concurrentiel, il s’agit véritablement d’une position préférentielle pour poursuivre une carrière européenne. Si l’accès aux métiers de l’Europe est, pour les assistants parlementaires au PE, une succession de sélections et de rites d’institution — au cours de la formation, puis lors de l’insertion professionnelle (stages et premiers emplois) —, il conviendrait de développer une sociologie des carrières européennes en train de se faire, en s’intéressant plus systématiquement à la formation à celles-ci, aux débuts de carrière, aux différents modes de socialisation scolaire et professionnelle, et à la circulation des savoirs et des acteurs dans un contexte d’internationalisation des élites. C’est là investir un terrain de recherche encore en friche, mais non sans intérêt d’un point de vue sociologique.

Haut de page

Bibliographie

Abélès, M., 1998. « Homo communautarius ». In: Kastoryano, R. (Ed.), Quelle identité pour l’Europe. Le multiculturalisme à l’épreuve. Presses de Sciences Po, Paris, pp. 27–45.

Baisnée, O., Smith, A., 2006. Pour une sociologie de l’« apolitique » : acteurs, interactions et représentations au cœur du gouvernement de l’Union européenne ? In: Cohen, A., Lacroix, B., Riutort, P. (Eds.), Les formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique xviiiexxe siècle. Puf, Paris, pp. 335–354.

Bell, D., Lord C., (Eds.) 1998. Transnational Parties in the European Union. Ashgate, Aldershot.

Bourdieu, P., 1982. Les rites comme actes d’institution. Actes de la recherche en sciences sociales 43 (1), 58–63.

Bourdieu, P., 1993. L’espace des points de vue. In: Bourdieu, P. (Ed.), La misère du monde. Seuil, Paris, 9–11.

Costa, O., 2001. Le Parlement européen, assemblée délibérante. Éditions de l’université de Bruxelles, Bruxelles.

Courty, G. (Ed.), 2005. Le travail de collaboration avec les élus. Michel Houdiard Éditeur, Paris.

Dubar, C., Tripier, P., 1998. Sociologie des professions. A. Colin, Paris.

Fretel, J., Meimon, J., 2005. La vie en coulisses. Les collaborateurs parlementaires à l’Assemblée nationale (2002–2007). In: Courty, G. (Ed.), Le travail de collaboration avec les élus. Michel Houdiard Éditeur, Paris, pp. 136–156.

Gaxie, D., 1973. Les professionnels de la politique. Puf, Paris.

Gaxie, D., 2005. Rétributions du militantisme et paradoxes de l’action collective. Revue suisse de science politique 11 (1), 157–188.

Georgakakis, D. (Ed.), 2002. Les métiers de l’Europe politique, acteurs et professionnalisation de l’Union européenne. Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg.

Hix, S., Lord, C., 1997. Political Parties in the European Union. Macmillan, Londres.

Joana, J., Smith, A., 2002. Cultures nationales et institutions communautaires : les cabinets des commissaires européens. Revue internationale de politique comparée 9 (3), 371–390.

Kreppel, A., 2000. Rules, ideology and coalition formation in the european parliament: past, present and future. European Union Politics 1, 340–362.

Mathiot, P., Sawicki, F., 1999. Les membres des cabinets ministériels socialistes en France (1981–1993). 1) Recrutement et reconversion 2) Passage en cabinet et trajectoires professionnelles. Revue française de science politique 49 (1), 3–30 et (2), 231–264.

Michon, S., 2004. Devenir stagiaire au Parlement européen : une entrée dans l’espace politique européen. Regards sociologiques 27–28, 85–95.

Michon, S., 2006. Passer par un groupe d’intérêt. Entre pis-aller d’une carrière européenne et rite d’institution. In: Michel, H. (Ed.), Lobbyistes et lobbying de l’Union européenne. Trajectoires, formations et pratiques des représentants d’intérêts. Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, pp. 89–111.

Nay, O., 2003. Le travail politique à l’Assemblée. Note sur un champ de recherche trop longtemps déserté. Sociologie du travail 45 (4), 537–554.

Shackleton, M., 2000. The politics of codecision. Journal of Common Market Studies 38 (2), 325–342.

Shephard, M.‑P., 1999. The European Parliament: Getting the House in Order. In: Norton, P. (Ed.), Parliaments and Pressure Groups in Western Europe. Portland Frank Cass, Londres, pp. 145–166.

Schnabel, V., 1998. Élites européennes en formation. Les étudiants du « Collège de Bruges » et les études. Politix 43, 33–52.

Schnabel, V., 2002. La « mafia de Bruges » : mythes et réalités du networking européen. In: Georgakakis, D. (Ed.), Les métiers de l’Europe politique, acteurs et professionnalisation de l’Union européenne. Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, pp. 243–270.

Wagner, A.‑C., 1998. Les nouvelles élites de la mondialisation, une immigration dorée en France. Puf, Paris.

Weber, M., 2003. Le savant et le politique. Une nouvelle traduction. La Profession et la vocation de savant. La Profession et la vocation de politique. La Découverte, Paris.

Haut de page

Notes

1 Outre les assistants au PE, les eurodéputés recrutent, grâce à ce budget, des secrétaires et/ou des assistants en charge des activités en circonscription du député. Politiquement « sûrs », pour reprendre des termes d’acteurs, ceux-ci appartiennent très souvent au parti du député. Précisons également que sur la cinquième législature (1999–2004), la configuration la plus classique des équipes était la suivante : une personne au PE et une en circonscription. Depuis 2004, il est fréquent que les équipes comprennent un collaborateur de plus à mi-temps ou à temps plein, auxquels s’ajoute le plus souvent un stagiaire à Bruxelles.

2 Voir néanmoins Pierre Mathiot et Frédéric Sawicki (Mathiot et Sawicki, 1999) et Guillaune Courty (Courty, 2005).

3 Pour quelques éléments sur « les hommes de confiance » et les « fonctionnaires de parti » comme « déclassés », voir Max Weber (Weber, 2003).

4 Sur l’expérience européenne difficile à convertir au niveau national pour les membres des cabinets de commissaires européens (Voir Joana et Smith, 2002).

5 C’est-à-dire dans des proportions sensiblement équivalentes à celles observées à l’Assemblée nationale (Fretel et Meimon, 2005).

6 On peut citer entre autres les masters d’études spécialisées en politique européenne ou métiers de l’Europe à l’université libre de Bruxelles, à l’institut supérieur de management public et politique de Bruxelles, à l’université catholique de Louvain, à l’université de Lille-2, dans les IEP de Paris et de Strasbourg.

7 Source : agence Europe-Éducation-Formation France, 2006.

8 Un indicateur de l’importance des ressources internationales et de l’européanisation des postes d’assistant réside dans la proportion non négligeable (15 % des enquêtés) et croissante de ceux qui postulent auprès d’un député d’une autre nationalité ; la maîtrise de la langue de l’élu est alors souvent nécessaire.

9 Pour un traitement plus complet de cette question (Voir Michon, 2004).

10 Quasiment tous les masters en études européennes présentent des associations d’anciens élèves plutôt dynamiques comme par exemple, celle du collège de Bruges (Schnabel, 2002) ou du master politiques européennes de l’IEP de Strasbourg dont l’annuaire de 2007 recense près de 400 anciens, pour la plupart dans les affaires européennes.

11 Au sein des sections bruxelloises des partis politiques par exemple, des mouvements de jeunesse au niveau européen du PPE (Young European People’s Party [YEPP]), du PSE (European Community Organisation of Socialist Youth [ECOSY]) ou d’autres associations paneuropéennes (mouvement européen, jeunes européens fédéralistes).

12 Sur les contours d’une culture européenne, faite d’expériences communes, d’un style de vie, d’un langage commun : voir les perspectives anthropologiques (Abélès, 1998).

13 Voir Pierre Mathiot et Frédéric Sawicki pour un parallèle avec les membres des cabinets ministériels (Mathiot et Sawicki, 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Michon, « Assistant parlementaire au Parlement européen : un tremplin pour une carrière européenne », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 169-183.

Référence électronique

Sébastien Michon, « Assistant parlementaire au Parlement européen : un tremplin pour une carrière européenne », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/18959 ; DOI : 10.4000/sdt.18959

Haut de page

Auteur

Sébastien Michon

Cultures et sociétés en Europe (CNRS UMR 7043), Prisme–GSPE (CNRS UMR 7012), Misha, 5, allée du Général-Rouvillois, 67083 Strasbourg cedex, France
sebmichon[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals