Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 60 - n° 2Comptes rendusJulien Boelaert, Sébastien Michon...

Comptes rendus

Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France

Raisons d’agir, Paris, 2017, 152 p.
Rémy Le Saout
Référence(s) :

Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France, Raisons d’agir, Paris, 2017, 152 p.

Texte intégral

1S’inscrivant dans le prolongement de travaux sur la professionnalisation des élus (Garraud, 1989 ; Offerlé, 1999 ; Demazière et Le Lidec, 2014), cet ouvrage cherche à déplacer le regard. Il s’intéresse moins aux conditions de socialisation des députés, à leur « métier » ou bien aux contours de ce qui pourrait constituer ce groupe professionnel, qu’aux transformations structurelles du champ politique qui contribuent à favoriser un processus de professionnalisation des élus. Dès lors, les auteurs ne se satisfont pas de la définition canonique proposée par Max Weber selon laquelle les hommes et les femmes politiques sont des professionnels au sens d’acteurs rémunérés pour exercer un mandat (Vivre de la politique). Ils soulignent d’ailleurs que, de ce point de vue, les députés sont des professionnels depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Pour eux, une autre dimension est à prendre en compte : le temps consacré à l’activité politique. Ils rappellent en conclusion de leur ouvrage que « C’est là que se trouve le changement le plus marquant : la durée passée à graviter dans le champ politique, qu’on en tire son revenu principal ou pas, s’est fortement accrue au cours des dernières décennies » (p. 130). Tout autant que l’argent, le temps en politique — « Vivre en politique » selon leur expression — est à saisir comme un indicateur particulièrement saillant de la professionnalisation des élus.

2Pour développer cette thèse, Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion prennent comme terrain d’étude l’Assemblée Nationale puisque, selon eux, cette institution joue un rôle central dans le champ politique français car « elle est un point de passage quasi-obligatoire pour qui souhaite faire carrière en politique » (p. 10). Pour étudier ce « site d’observation stratégique » (p. 10), ils mobilisent un double corpus de données : des données statistiques construites à partir des biographies des députés de quatre législatures (1978, 1997, 2007, 2012) et des informations recueillies en 2015 par observation directe, complétées par une cinquantaine d’entretiens.

3Le premier chapitre replace dans une perspective historique les critiques qu’entoure la qualification de professionnels de la politique et toutes les difficultés que rencontrent les députés à se qualifier comme tels. Le deuxième chapitre présente l’activité quotidienne des députés, dont les multiples tâches qui les accaparent et la gestion de leur mandat peut plus ou moins les assimiler à des petits chefs d’entreprise. Le chapitre 3, intitulé « Le temps long de la politique », est assurément le passage central de l’ouvrage, puisque c’est ici que les auteurs livrent leurs analyses sur ce qui caractérise la tendance la plus significative qu’ils ont repérée : « Le temps moyen passé en politique avant d’accéder à des responsabilités nationales a fortement augmenté » (p. 68). Ils relèvent que les élus de 1978 ont en moyenne passé un peu plus de dix ans en politique avant d’obtenir un mandat de député, alors que ceux de 2012 y ont passé presque vingt ans (p. 81). Cette inscription longue dans les activités politiques avant d’accéder à des mandats nationaux s’explique par le fait que le marché de la députation est devenu plus concurrentiel. Cette concurrence accrue trouve son origine ou plutôt sa dynamique dans des modifications morphologiques du champ politique. En une quarantaine d’années, le nombre de fonctions politiques rémunérées a fortement augmenté. Cet accroissement est dû aux possibilités qu’offrent, avec la décentralisation, les collectivités territoriales de financer des effectifs d’élus plus importants mais surtout, insistent les auteurs, au développement de postes de collaborateurs politiques (assistants parlementaires, membres de cabinet, permanents politiques, cadres territoriaux...). Ainsi, le nombre d’assistants à l’Assemblée Nationale a été multiplié par huit entre 1989 et 2013 (250 en 1989, 2090 en 2013). Le Sénat connaît la même tendance avec 96 collaborateurs en 1989 et 953 en 2013. De même, les auteurs indiquent que le nombre de collaborateurs de cabinet ou de groupe politique rémunérés sur les fonds des collectivités territoriales passe de quelques milliers à la fin des années 1990 à 7 500 à fin des années 2000 (p. 92). En outre, les changements dans les modes de gestion de l’action publique, plus orientés vers la rationalisation budgétaire, participent à l’accroissement du nombre de structures privées de conseil dont les salariés sont en contact permanent avec les institutions politiques. S’est ainsi constituée une population plus large d’acteurs qui ont accumulé un ensemble de ressources (connaissance des institutions, savoir-faire technique, capacité d’expression en public...) susceptibles d’être reconverties dans une campagne législative. Ces auxiliaires du politique forment autant de concurrents dans la lutte pour la conquête des mandats nationaux dont le nombre est, quant à lui, resté relativement stable. Cette augmentation du « stock » d’acteurs socialisés à la vie politique et bons connaisseurs du jeu politique a un double effet. Les députés de 2012 ont connu, avant d’être élus à l’Assemblée, une carrière politique plus longue que leurs prédécesseurs. Par ailleurs, ils se distinguent, comme le précisent les auteurs dans le chapitre 4, par des pratiques plus individualisées (dissidence lors des votes, indiscipline partisane, exposition médiatique...) dans la mesure où ils cherchent à se singulariser et à se rendre plus visibles sur le marché concurrentiel de la députation. « Métier : député » se conclut par une orientation plus normative qui pose les bases d’un débat sur des pistes possibles de réorganisation du pouvoir politique et des pratiques politiques susceptibles de réduire l’installation durable des élus en politique.

4Ecrit dans un style fluide, bien étayé par des données de première main, cet ouvrage invite à s’interroger sur le renouvellement des députés suite aux élections législatives de 2017, communément présenté comme un changement sans précédent de l’Assemblée Nationale. Il conviendrait de voir si la fin du cumul des mandats prévue par la loi du 14 février 2014 et appliquée pour la première fois en 2017 ne participe pas à démonétiser les mandats nationaux et ainsi à réduire leur attractivité chez les élus les plus engagés dans le champ politique, tout en rendant ce marché électoral plus ouvert aux auxiliaires du politique. Il serait alors utile de poursuivre l’analyse proposée par J. Boelaert, S. Michon et É. Ollion pour identifier ces « nouveaux élus ». Suite à la lecture de « Métier : député », il semble que l’hypothèse selon laquelle ces derniers ont « gravité de longue date dans le champ politique » est très probable. Dès lors, moins que de présenter un état antérieur de la structuration du champ politique, puisque la période d’analyse de l’ouvrage va de 1978 à 2012, ce livre permet de poser les bases d’une nouvelle analyse sur les transformations incrémentales de l’univers politique.

Haut de page

Bibliographie

Garraud, P., 1989, Profession : homme politique. La carrière politique des maires urbains, L’Harmattan, Paris.

Offerlé, M., 1999, La profession politique. XIXe-XXe siècles, Belin, Paris.

Demazière, D., Le Lidec, P., 2014, Les mondes du travail politique, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Le Saout, « Julien Boelaert, Sébastien Michon et Étienne Ollion, Métier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1897 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1897

Haut de page

Auteur

Rémy Le Saout

Centre nantais de sociologie (CENS), UMR 6025 CNRS et Université de Nantes
23, rue du Recteur Schmitt, BP 81 227, 44312 Nantes Cedex 3, France
remy.le-saout[at]univ-nantes.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search