Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laurent Godmer et Guillaume Marrel, La politique au quotidien. L’agenda et l’emploi du temps d’une femme politique

ENS éditions, Lyon, 2016, 252 p.
Maud Navarre
Référence(s) :

Laurent Godmer et Guillaume Marrel, La politique au quotidien. L’agenda et l’emploi du temps d’une femme politique, ENS éditions, Lyon, 2016, 252 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Que font ceux qui gouvernent ? L’ouvrage de Laurent Godmer et Guillaume Marrel répond à cette question à partir de l’étude de l’emploi du temps d’une jeune vice-présidente d’un conseil régional, depuis son élection en 2010 jusqu’à mai 2012. Cette élue « intermédiaire » n’est ni professionnelle, ni profane. C’est une « femme politique moyenne », selon les deux auteurs.

2L’originalité du livre repose sur l’approche du « métier » politique par l’agenda personnel de l’élue : la démarche fait clairement ressortir une rationalisation du travail politique impliquant une dynamique de professionnalisation et de notabilisation en vue d’obtenir un ancrage municipal.

3Le premier des six chapitres du livre expose les modalités de l’étude de l’agenda des politiques. Maîtriser l’agenda est nécessaire pour tout élu afin de rationaliser un emploi du temps rapidement saturé. Les auteurs ont combiné les approches quantitative et qualitative. Ils ont extrait des agendas électronique et papier de l’élue plus de 3000 événements politiques qu’ils ont classés en quatre types d’activités : techniques (travail des dossiers), de représentation (assemblées, commissions, réunions publiques), partisanes et de veille politique (réseautage, suivi informel). L’analyse statistique est complétée par des entretiens « d’approche » de l’élue (trajectoire biographique, familiarité avec le travail politique) et avec les personnes autorisées à gérer son agenda, ainsi que par une dizaine de jours d’observation, afin d’identifier les activités non mentionnées sur l’agenda officiel.

4Le deuxième chapitre analyse la fabrication de l’emploi du temps. Plusieurs objectifs se distinguent, comme la volonté de préserver l’équilibre entre la vie politique et la vie privée ou encore l’optimisation du temps, pour assurer la présence nécessaire au siège régional sans négliger pour autant le territoire d’élection. L’entreprise n’est pas toujours aisée pour cette élue dont le territoire d’élection se situe à plus d’une centaine de kilomètres de la capitale de région. Les auteurs décrivent minutieusement le travail de planification réalisé par les « agendeuses » : il se découpe en une vingtaine de « micro-activités » allant de la sollicitation des participants à la définition d’un lieu, par exemple. Rares sont les annulations ou, du moins, on en garde peu de traces afin de montrer que l’élue, en « bonne professionnelle », sait gérer le temps. La maîtrise du temps par l’agenda semble être un indicateur de la professionnalisation politique.

5Dans le troisième chapitre, les auteurs présentent la structure du travail politique. Ils analysent la répartition des rythmes : temps de repos, personnel, professionnel, politique, de transport... Les deux premières années d’exercice du mandat sont marquées par l’irrégularité de l’emploi du temps mais, vers la fin de l’étude, une stabilisation se profile, confirmée par l’analyse ethnographique d’une semaine ordinaire. Cette approche du travail politique permet de constater le caractère chronophage des rendez-vous « institutionnels ». Le hors-agenda, qui s’ajoute à l’agenda officiel, représente d’après les estimations des auteurs jusqu’à un tiers des activités politiques.

6Le quatrième chapitre révèle l’omniprésence de la vie politique. L’enquête ethnographique montre le travail « invisible » qui s’ajoute aux rendez-vous officiels. Une activité politique dure rarement plus d’une heure. Durant ce temps, l’élue enchaîne plus d’une dizaine de micro-interactions. L’analyse confirme la saturation du temps, le caractère localisé des interactions, et permet de saisir la régularité des activités politiques. Les micro-interactions révèlent les qualités nécessaires pour exercer le « métier » d’élu, notamment l’expertise des dossiers et les qualités managériales utiles pour impulser les projets politiques auprès des équipes administratives. Les nouvelles technologies de la communication (les smartphones par exemple) sont aussi des outils favorisant la pluriactivité qui caractérise le travail des élus. Ils permettent de consulter des messages électroniques ou vocaux, les réseaux sociaux, les journaux en ligne, tout en participant à une réunion.

7L’analyse révèle enfin la dualité du travail d’élu, entre les activités permettant de réaliser les projets de la collectivité (chapitre 5) et celles développant la notabilité personnelle afin de briguer d’autres mandats (chapitre 6). L’élue travaille avec deux directeurs généraux adjoints et quatre directeurs de pôles. Ses compétences professionnelles (elle est enseignante-chercheuse) et sa ponctualité légitiment l’élue auprès des partenaires politiques. Selon les auteurs, la vice-présidente incarne l’élite régionale spécialisée. Elle consacre l’essentiel de son temps à des réunions en lien avec les projets dont elle a la responsabilité. Une part non négligeable de son travail concerne aussi l’action politique régionale en général.

8À l’approche des échéances électorales, le travail de notabilisation prend une place de plus en plus importante dans l’agenda, au détriment du suivi des projets régionaux. Les activités de représentation se substituent aux tâches administratives. La présence de l’élue dans son territoire d’élection se fait plus marquée. Ainsi, par apprentissage et par loyauté envers l’institution, les premières années sont marquées par un surinvestissement dans le travail politique régional. Toutefois, lorsque le président du conseil régional décide de reconquérir les fiefs locaux, la jeune femme est enjointe à y contribuer en développant sa notabilité. Le mandat régional lui sert de tremplin pour les municipales de 2014. Elle devient tête de liste, ce qui accroît d’un tiers le temps de travail mobilisé pour le territoire, au détriment du suivi de l’action régionale.

9L’étude permet de saisir les traits saillants de l’activité politique : la rareté du temps libre, les nombreux déplacements, la nécessité de l’ubiquité, la banalisation du multitâche... Pourtant, l’approche par l’agenda objectif (ses versions papier et électronique) mériterait d’être complétée systématiquement par l’agenda « subjectif », c’est-à-dire la façon dont l’élue vit sa journée. Par exemple, la « charge mentale » du mandat reste peu explorée. L’étude de l’agenda éclaire peu les processus réflexifs permettant la décision politique. Une comparaison systématique entre l’agenda officiel et l’agenda subjectif permettrait de mieux éclairer ces dimensions pour approfondir davantage l’approche par l’agenda du « métier » d’élu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Laurent Godmer et Guillaume Marrel, La politique au quotidien. L’agenda et l’emploi du temps d’une femme politique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1901

Haut de page

Auteur

Maud Navarre

Centre Georges Chevrier, UMR 7366 CNRS et Université de Bourgogne, Faculté de Droit et de Science Politique, 4, Boulevard Gabriel - BP 17270, 21072 Dijon Cedex, France
mnavarre[at]laposte.net

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals