Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christian Maroy, École, régulation et marché. Une comparaison de six espaces scolaires locaux en Europe

Presses universitaires de France, coll. « Éducation et société », Paris, 2006 (488 p.)
François Dubet
p. 251-253
Référence(s) :

Christian Maroy, École, régulation et marché. Une comparaison de six espaces scolaires locaux en Europe, Presses universitaires de France, coll. « Éducation et société », Paris, 2006, 488 p.

Texte intégral

1Ce livre est la synthèse des travaux du réseau Réguléduc dont l’objectif est l’étude et la comparaison des modes de régulation des systèmes scolaires européens. Ici, il s’agit de cinq pays (communauté française de Belgique, Grande-Bretagne, France, Hongrie et Portugal) où des équipes de chercheurs ont conduit des enquêtes selon des procédures comparables dans des territoires scolaires eux aussi relativement comparables. Cet ouvrage rend donc compte d’un large programme de recherche comparative et, même s’il est signé par Christian Maroy, il s’agit d’une œuvre collective.

2Plutôt que d’insister sur les caractéristiques formelles des systèmes éducatifs, le livre est consacré à la comparaison de leurs systèmes de régulation, c’est-à-dire à l’ensemble des règles, des procédures et des types de relations qui permettent aux systèmes scolaires de fonctionner et, dans une certaine mesure, de se contrôler et de se « piloter ». Plusieurs caractéristiques sont retenues, comme le degré de centralisation des systèmes, la place des marchés ou des quasi-marchés scolaires, l’autonomie des établissements, les modes d’évaluation et de contrôle des établissements et des enseignants, le rôle des instances intermédiaires... Ces règles du jeu, fort complexes, sont décrites au niveau « macro » ou central, au niveau « mezzo » des politiques régionales, des villes et des secteurs scolaires et des académies en France, et enfin, au niveau « micro » des établissements. Le projet de l’ouvrage est d’évaluer, sinon de mesurer les effets de ces divers systèmes de régulation sur les inégalités scolaires, elles-mêmes décomposées en plusieurs familles : les inégalités d’accès, les inégalités de traitement, les inégalités de résultat, les inégalités de chances et l’équité. L’objectif du livre est donc ambitieux : en quoi les modes de régulation des systèmes scolaires ont-ils des conséquences sur les inégalités produites par l’école ? Projet passionnant car partout, depuis que les évaluations internationales se multiplient, les gouvernements sont à la recherche des modes de régulation scolaire qui seraient à la fois les plus efficaces et les plus équitables.

3Les divers systèmes de régulation sont longuement et précisément décrits. La France et le Portugal sont centralisés, les trois autres pays beaucoup moins. Les marges de choix laissées aux parents sont plus ou moins ouvertes selon les pays... Mais au bout du compte, il semble difficile de caractériser les divers systèmes comme des « types », car chacun d’eux est le produit d’une histoire singulière tout autant que la réalisation d’un modèle et, surtout, il semble que tous ces pays connaissent des évolutions sensibles et parfois convergentes : les plus centralisés se déconcentrent, l’autonomie des établissements s’accroît, la marge de choix des parents aussi, le contrôle par l’évaluation se substitue insensiblement au contrôle par les normes, le poids des classes moyennes se renforce dans les choix scolaires... Quatre chapitres examinent successivement tous ces points en consacrant une attention particulière aux régulations intermédiaires des territoires scolaires, en analysant les diverses formes des marchés scolaires, très ouvertes en Belgique, plus resserrées ailleurs, bien que le cas français indique que l’agglomération lilloise autorise un marché bien plus ouvert que l’académie de Créteil ou que le Portugal. Dans tous les cas, les établissements construisent leur politique sous la contrainte de ces marchés ou de ces quasi-marchés. Les plus favorisés d’entre eux sont offensifs et visent d’abord la performance ; les moins favorisés se défendent et développent des méthodes plus « expressives » et plus centrées sur la socialisation des élèves. Dans tous les cas, les chefs d’établissement jouent un grand rôle et la marge de négociation réelle des acteurs semble bien plus large que ne le laisserait penser le seul cadre réglementaire.

4La seconde partie du livre est composée de chapitres rédigés par les cinq équipes nationales du réseau Réguléduc. Il apparaît que la France est dans une situation ambiguë, car le renforcement des régulations intermédiaires et de l’autonomie locale varie sensiblement dans les deux territoires analysés et la mutation des régulations ne semble pas reliée à une politique nationale affirmée, ce qui trouble considérablement le sens des nouvelles régulations. Le cas de la Grande-Bretagne ne paraît pas beaucoup plus lisible, car ce pays a choisi de multiplier les politiques et les dispositifs spéciaux sans détruire pour autant les anciennes régulations : les comprehensive schools des années 1960 se juxtaposent aux mesures libérales de la période thatchérienne et aux politiques du New Labor. À terme, le marché se développe au profit des classes moyennes et la charge pesant sur les enseignants s’alourdit. La situation de la Hongrie semble relativement claire ; elle passe d’un système centralisé vers une mosaïque de marchés municipaux. Le Portugal connaît un développement des régulations intermédiaires qui pourrait le rapprocher du cas français. Enfin, la communauté française de Belgique reste le cas le plus libéral, tout en connaissant un alourdissement des normes centrales et de la standardisation des procédures d’évaluation.

5Ce bref résumé ne rend pas justice à un livre extrêmement dense et reposant sur un matériel important allant de l’analyse des textes, des règles, des évaluations conduites dans tous ces pays, jusqu’à des monographies d’établissements. Pourtant, en dépit du maquis des règles et des situations, la conclusion est assez claire : de manière générale, il semble que tous les pays s’orientent vers un modèle postbureaucratique même si chacun de ces pays emprunte un sentier original. Tous ces pays cherchent un nouvel équilibre centre/périphérie, tous choisissent l’évaluation contre le contrôle normatif central, tous ouvrent des choix aux familles, tous mettent en place des programmes et des dispositifs spéciaux pour les plus faibles des élèves. Partout, il semble que cette évolution aboutit à une segmentation des publics scolaires, la concurrence des marchés scolaires locaux transformant les chefs d’établissements en entrepreneurs... Bien qu’il souligne cette convergence de fond, l’ouvrage ne se donne pas les facilités communes de la dénonciation d’une sorte de « complot » libéral européen au nom de l’attachement à un modèle bureaucratique traditionnel. Il suggère plutôt de renforcer les régulations locales et intermédiaires qui semblent les plus aptes à contrôler les effets inégalitaires des marchés scolaires.

6École, régulation et marché est un ouvrage important, car il apporte des informations et des analyses essentielles dans un domaine complexe où les idées reçues font souvent office de théorie. Mais il arrive que le livre n’échappe pas aux difficultés inhérentes à bien des travaux comparatifs. Notamment dans la première partie, le lecteur, même quand il est attentif, peut avoir un peu de mal à se repérer dans la jungle des cas et des systèmes. Quitte à épurer les données, quelques tableaux synthétiques auraient sans doute été utiles à la description de ces systèmes de régulation. Et si la seconde partie du livre consacrée aux cinq cas étudiés donne plus de chair au propos, elle n’éclaire pas beaucoup les principes de comparaison. Mais il est sans doute bien difficile de trouver le juste équilibre entre une comparaison efficace et la description minutieuse des cas comparés.

7Le lecteur pourra aussi regretter que le problème posé initialement, celui des effets des modes de régulation sur les inégalités scolaires, se soit un peu perdu au fil du livre. Trop souvent, semble-t-il, les auteurs se bornent à affirmer que les nouvelles régulations accroissent les inégalités parce qu’elles ouvrent le marché, sans que cette hypothèse, plus que vraisemblable, soit véritablement démontrée. Pour cela, il aurait fallu comparer des périodes et des cas, ce qui n’a pas été fait, et construire des indicateurs des divers types d’inégalité. Il aurait peut-être été possible de mettre les données des enquêtes Pisa en regard des systèmes de régulations afin de savoir dans quelle mesure les modes de régulation des systèmes scolaires jouent un rôle dans la production des inégalités et des performances de l’école. Par exemple : doit-on expliquer les « mauvais résultats » de la Belgique par son type de régulation scolaire par la sélection précoce, par la nature des curricula, ou bien encore par la structure des inégalités sociales ? L’enjeu théorique et politique de cette question est suffisamment important pour que nous regrettions que cette promesse-là n’ait pas été totalement tenue. Mais ce regret ne saurait valoir critique concernant un ouvrage si pleinement informé et utile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Dubet, « Christian Maroy, École, régulation et marché. Une comparaison de six espaces scolaires locaux en Europe », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 251-253.

Référence électronique

François Dubet, « Christian Maroy, École, régulation et marché. Une comparaison de six espaces scolaires locaux en Europe », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19140

Haut de page

Auteur

François Dubet

Cadis, université Victor-Segalen Bordeaux-2, 3 ter, place de la Victoire, 33076 Bordeaux cedex, France
francois.dubet[at]sociologie.u-bordeaux2.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals