Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Franck Poupeau, Une sociologie d’État. L’École et ses experts en France

Éditions Raisons d’Agir, coll. « Cours et travaux », Paris, 2003 (254 p.)
Éric Farges
p. 253-255
Référence(s) :

Franck Poupeau, Une sociologie d’État. L’École et ses experts en France, Éditions Raisons d’Agir, coll. « Cours et travaux », Paris, 2003, 254 p.

Texte intégral

1La sociologie de l’éducation est une discipline peu reconnue au niveau académique, mais faisant l’objet d’une large récupération par les discours politiques. Pour rendre compte de ce double constat, Franck Poupeau propose d’interroger « les contours flous et mal délimités » de la sociologie contemporaine de l’école à partir de la problématique développée en sociologie des sciences, de l’autonomie de la recherche, c’est-à-dire « la capacité des sociologues à se doter de normes scientifiques propres » (p. 14). Une sociologie d’État développe un regard critique visant à « éclairer les raisons pour lesquelles la sociologie de l’éducation s’est détournée de l’analyse du système d’enseignement et de sa contribution à la reproduction d’un ordre social inégalitaire » (p. 15). Ainsi l’ouvrage de Franck Poupeau, réalisé à partir d’une analyse de la littérature et d’entretiens avec quelques chercheurs, présente des enjeux aussi bien scientifiques que politiques : « il s’agit de souligner la perte d’autonomie rendue possible par une réorientation générale des recherches, dont beaucoup se mettent au service des demandes administratives et d’État — sous couvert, bien souvent, de se rendre utile aux praticiens » (p. 150).

2Cette « sociologie de la sociologie » de l’école permet tout d’abord de mettre en évidence la lecture linéaire de la discipline véhiculée par les manuels, selon lesquels à une macro-sociologie déterministe (le modèle de la reproduction) se serait progressivement substituée une sociologie moins idéologique et plus ethnographique. Franck Poupeau récuse l’idée d’une « révolution scientifique » (au sens de Thomas Khun), préférant souligner les transformations du « système social de la science » ou, selon l’expression de Michael Pollack, l’« incidence des formes d’organisation de la recherche sur ses produits » (p. 38). C’est à partir de ce modèle qu’il propose une « histoire sociale de la sociologie de l’éducation ». Après avoir rappelé les conditions d’émergence d’un « pôle scientifique », dès les années 1960, autour du centre d’études sociologiques et du centre de sociologie européenne, l’auteur souligne la demande d’expertise croissante apparue au cours des années 1980 en lien avec les nouvelles politiques (allongement de la scolarisation, décentralisation, etc.). L’expertise ministérielle se substitue alors progressivement à la recherche académique à travers, notamment la monopolisation de la production des chiffres sur l’école par l’État (voir par exemple le rôle de la Direction de l’évaluation et de la prospective mise en place en 1987 sous la houlette de Claude Thélot). « On assiste, entre 1974 et la fin des années 1990, à un changement qualitatif dans la production des rapports : à une demande d’expertise éducative, faisant appel à divers spécialistes ou intellectuels de renom, se substitue une littérature produite par les services mêmes de l’État et du ministère de l’Éducation nationale » (p. 88).

3La priorité accordée à l’expertise se traduit par une redistribution des savoirs légitimes sur l’école. Ainsi, à partir d’une analyse bibliographique, Franck Poupeau démontre que dès le milieu des années 1970, les sciences de l’éducation supplantent la sociologie comme en atteste la composition de l’Institut national de la recherche pédagogique (INRP) créé en 1977. L’administration fait progressivement appel à des chercheurs caractérisés par leur « multipositionnalité », ayant « un pied dans la science et l’autre au ministère ». Une « loi des rendements décroissants », selon laquelle les nouveaux entrants doivent pour s’affirmer sur le marché des biens savants se distinguer des théories existantes, expliquerait, selon l’auteur, que ces chercheurs aient favorisé « le sens que les individus investissent dans leurs actions » plutôt qu’« une observation objectiviste des flux scolaires » (p. 103). Mais, sous prétexte de développer une sociologie plus proche du terrain et des acteurs, ces travaux auraient contribué à cautionner les valeurs managériales véhiculées par les nouvelles politiques scolaires. Les recherches sur l’école en « banlieue » illustrent cette « absence de coupure entre les problèmes sociaux et les problèmes sociologiques » (p. 111). C’est ainsi que dans le cadre de nouvelles politiques, les logiques d’établissement ou les choix éducatifs des familles ont été érigés en objets sociologiques. Ces « études locales », importées notamment des Etats-Unis, « coïncide(nt) avec la demande administrative d’évaluation des différenciations locales générées par les politiques de discrimination positive » (p. 122).

4Ces recherches « qui portent l’attention sur les facteurs scolaires aux dépens des facteurs sociaux [...] s’interdisent de saisir les mécanismes structurels qui agissent sur le système d’enseignement » (pp. 147–148). En essayant de ne rendre compte de « l’échec scolaire que par des causes scolaires » (p. 146), ces travaux favoriseraient le « scolaro-centrisme » mettant, notamment au premier plan les pratiques enseignantes. Le discours savant ne viendrait que redoubler le discours politique aboutissant ainsi à un « nouveau consensus » sur la question scolaire. À l’encontre de cette « dépolitisation » de la sociologie de l’école en banlieue, Franck Poupeau invite à repenser l’autonomie de la recherche : « ce qui est en cause, en réalité, est l’autonomie de la discipline, entendue comme la possibilité de formuler rigoureusement des problèmes sociologiques, sans soumission aux contraintes que peuvent faire peser les demandes administratives ou les “débats publics” du moment » (p. 153).

5Plus qu’un état des lieux de la sociologie de l’école en France, l’ouvrage de Franck Poupeau constitue une remarquable étude de sociologie des sciences. Il n’en est pas pour autant exempt de critiques. On peut tout d’abord regretter que l’auteur développe par moments une vision trop linéaire des relations entre commande publique et production sociologique. Ainsi toute recherche n’est pas, parce qu’elle répond à une demande d’expertise, condamnée à cautionner scientifiquement un discours politique. En témoigne le fait que la sociologie de l’éducation se soit, au cours des années 1980, emparée de façon critique de certaines catégories du ministère, tels que les zones d’éducation prioritaires. Ensuite, que les sociologues de l’éducation aient en partie délaissé les analyses macro, même s’ils n’ont pas pour autant abandonné l’étude des inégalités scolaires, comme en témoigne le dernier ouvrage de Marie Duru-Bellat, n’est pas simplement la cause d’une demande sociale. Cette inflexion de la sociologie de l’école est ainsi à mettre en lien avec l’importation de nouveaux concepts nord-américains, comme le souligne d’ailleurs Franck Poupeau, mais aussi plus largement avec la mise en avant de perspectives que la sociologie critique avait largement laissé dans l’ombre, telle que la notion d’effet établissement. La sociologie scolaire contemporaine constituerait même à certains égards, et ce contrairement aux thèses exposées par l’auteur, le prolongement à l’échelle du local des analyses développées dans La Reproduction. Enfin, troisième regret, on ne peut manquer de relever la lecture trop manichéenne de l’auteur dans l’opposition qu’il dresse entre une « sociologie d’expertise » et une « sociologie scientifique ». Il aurait été ainsi plus juste et plus crédible de souligner les usages sociaux qui ont pu être faits de modèles, apparemment plus « scientifiques », comme celui de la reproduction. Vouloir asséner une leçon de sociologie en échappant soi-même à toute réflexivité rend fragile la thèse défendue par l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Farges, « Franck Poupeau, Une sociologie d’État. L’École et ses experts en France », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 253-255.

Référence électronique

Éric Farges, « Franck Poupeau, Une sociologie d’État. L’École et ses experts en France », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19149

Haut de page

Auteur

Éric Farges

Laboratoire Triangle, institut d’études politiques de Lyon, 14, avenue Berthelot, 69365 Lyon cedex 07, France
ericfarges[at]yahoo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals