Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Emmanuel Henry, Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail

Les Presses de Sciences Po, Paris, 2017, 264 p.
Didier Torny
Référence(s) :

Emmanuel Henry, Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail, Les Presses de Sciences Po, Paris, 2017, 264 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage d’Emmanuel Henry définit le programme de recherche sur lequel il s’appuie : en mettant en avant l’ignorance scientifique et l’inaction publique, il cherche à analyser des politiques publiques dans une double démarche « en creux ». Il le fait d’abord en choisissant volontairement un objet discret, ayant soulevé peu de débats dans les différentes arènes publiques ces trente dernières années : la santé au travail. Il approfondit cette démarche en centrant l’attention sur ce qui n’est pas présent pour l’observateur distant : ce sont les questions du silence public, de l’inexistence de connaissances ou de l’absence de changements qui guident son travail.

2L’ouvrage se déploie en quatre chapitres, dans deux parties chacune centrée sur un instrument de la politique publique de santé au travail : les tableaux des maladies professionnelles d’une part, et les valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP) d’autre part. S’appuyant sur une vaste littérature en sociologie des sciences, de l’expertise et des techniques, et en la croisant avec des travaux sur l’analyse des mobilisations et de l’action publique, il montre tout l’intérêt de se centrer sur « les arbitrages les plus techniques, les décisions les plus discrètes [où] se joue l’orientation d’une politique publique » (p. 19-20).

3L’auteur rappelle d’abord, en reprenant les travaux historiques et sociologiques portant sur plus d’un siècle, comment la notion même de « maladie professionnelle » est héritière d’un rapport de force issu des combats syndicaux de la fin du XIXe siècle, et continue à être un instrument d’indemnisation négocié dans un espace limité, avant tout paritaire, qui a pour conséquence concrète une reconnaissance très limitée de l’origine professionnelle de nombreuses affections. Il souligne ensuite, dans une analyse du « non-changement », comment cet espace résiste aux transformations de l’expertise scientifique ces trente dernières années. Centrée sur l’épidémiologie, adoptant une définition multifactorielle des maladies, assumant la discussion publique comme modalité normale de constitution des connaissances, cette façon de faire de l’expertise, notamment à l’Institut de veille sanitaire, agence publique, entre en conflit direct et violent avec celle de l’héritage paritaire. Il pointe également que les acteurs syndicaux maintiennent ce système, qu’ils considèrent eux-mêmes comme insuffisant et injuste, afin de ne pas en perdre les quelques acquis.

4Il analyse ensuite les causes structurelles de ce découplage entre le renouvellement d’une expertise et la stabilité très forte, voire le blocage, des tableaux des maladies professionnelles. En utilisant les études sociologiques sur la production de l’ignorance, notamment celles portant sur la « science non faite » (undone science), il décrit précisément les asymétries existant entre les acteurs patronaux et les autres parties prenantes. Ces dernières n’ont que peu de moyens pour produire des connaissances de manière autonome, faute d’accès aux salariés ou à leurs lieux de travail, et, en l’absence d’alliances entre une expertise publique avide de « bonne science » et des militants ou experts de terrain peu légitimes, il leur est difficile de produire une véritable contre-expertise. Dès lors, le problème public « maladies professionnelles » demeure principalement quantifié par les commissions paritaires, ce qui permet au ministère chargé du Travail de montrer son caractère limité et bien pris en charge, puisqu’en dehors de l’amiante et des troubles musculo-squelettiques (TMS), moins de 850 personnes sont reconnues malades chaque année, sur 18 millions de travailleurs.

5Par rapport à cet instrument produit d’une histoire nationale, la notion de VLEP analysée en deuxième partie est un objet profondément transnational. Emmanuel Henry narre sa circulation depuis les États-Unis et les modalités de sa tardive appropriation en France pour les travailleurs exposés à de nombreux toxiques. C’est, ici encore, un outil de régulation des activités dangereuses issu de négociations, mais qui fait l’objet de multiples interprétations : simple indicateur, seuil sous lequel il n’y a pas de danger, ou même « permis d’exposer » des travailleurs. Ces ambiguïtés se retrouvent dans la définition française des valeurs limites, produite entre 1980 et 2005 par différents groupes réunissant experts scientifiques et parties prenantes.

6L’auteur montre que la prise de pouvoir ultérieure de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail, même si elle légitime une autonomie scientifique, n’a pas pour autant fait disparaître la dimension économique et industrielle et ne protège pas davantage les travailleurs. En effet, il souligne le maintien de plusieurs facteurs déterminants : la limitation des connaissances hors des industriels, dont le savoir peut être désormais exclu, afin d’éviter les conflits d’intérêts ; la durée nécessaire à l’établissement de ces valeurs face à une innovation industrielle permanente ; l’absence de la mise en œuvre de contrôles systématiques sur ces valeurs, l’Agence étant limitée à un rôle d’expertise dans la production des normes. Il démontre avec brio que, loin d’être un recours pour les travailleurs, la science devient un outil supplémentaire dans la panoplie des industriels pour lutter contre l’émergence de questions sanitaires concernant leur activité, y compris par le simple retard pris pour constituer de la « bonne science ».

7En conclusion, Emmanuel Henry suggère que la santé au travail est un secteur exemplaire des nouvelles formes de politiques publiques, dans lesquelles les instruments d’action publique utilisés proviennent des acteurs industriels eux-mêmes, empêchant une mise en discussion publique de leurs limites et de leurs alternatives. L’ouvrage montre en effet de manière très précise, mais toujours clairement, comment ces instruments ont été maintenus ou adaptés par des intérêts industriels, avec l’aval des puissances publiques et, souvent, des représentants des travailleurs eux-mêmes. S’il est très convaincant dans sa démonstration et constitue un apport indéniable à une sociologie de l’ignorance, il soulève deux grandes questions relatives à son parti-pris de favoriser la discrétion.

8Premièrement, il ne permet pas pleinement de comprendre comment surgissent des échecs dans ces politiques discrètes : ainsi, en dépit d’une reconnaissance tardive, l’explosion du nombre de reconnaissances des TMS comme maladies professionnelles mériterait des explications. De même, en dépit de son absence dans les tableaux, l’intensité des débats publics contemporains sur le « burn out » montre que la santé au travail peut sortir de la discrétion et de l’entre-soi paritaire. Deuxièmement, l’auteur indique à plusieurs reprises que c’est l’impossibilité de dire publiquement que ces instruments condamnent en fait un certain nombre de travailleurs à la maladie, voire à la mort, qui constitue le nœud maintenant la santé au travail dans son silence. Or, d’autres industries faisant face à cette face noire de leur activité ont au contraire publicisé leurs morts. C’est le cas, par exemple, du transport aérien où les enquêtes publiques sur les crashes et leurs victimes sont la condition affichée de la sécurité ; c’est aussi le cas de nombreux producteurs de biens de consommation pour lesquels le signalement d’accidents et une large communication accompagnée du retrait de produits est devenu un gage de sérieux des entreprises. Il n’est donc pas certain que, à l’image de la science nourrissant l’expertise, la discussion publique du prix à payer pour ces instruments protège davantage les travailleurs et affaiblisse durablement les industriels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Torny, « Emmanuel Henry, Ignorance scientifique et inaction publique. Les politiques de santé au travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1916

Haut de page

Auteur

Didier Torny

Mines ParisTech, PSL Research University
CSI - Centre de sociologie de l’innovation i3 UMR CNRS 9217
60, boulevard Saint-Michel, 75005 Paris, France
didier.torny[at]mines-paristech.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals