Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Neil Brenner, New State Spaces: Urban Governance and the Rescaling of Statehood

Oxford University Press, Oxford, 2004 (351 p.)
Jonathan Rutherford
p. 255-257
Référence(s) :

Neil Brenner, New State Spaces: Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford University Press, Oxford, 2004, 351 p.

Texte intégral

1Ces dix dernières années, Neil Brenner a notablement contribué à éclairer les formes et les effets de la réorganisation territoriale qui a suivi la crise politico-économique des années 1970. Son ouvrage New State Spaces offre une synthèse de ce travail, le précise et en étend la portée.

2Résumons cette thèse, bien développée dans les trois premiers chapitres. Pour Neil Brenner, les politiques urbaines sont au principe d’une transformation institutionnelle et géographique de l’État. Des programmes visant le développement économique de régions urbaines spécifiques (les « nouveaux espaces de l’État ») ont été mis en place sur les décombres de politiques centrales imprégnées d’une philosophie en faveur de l’égalité socioterritoriale. Nombre d’institutions étatiques ont été disséminées sur le territoire et elles jouent désormais un rôle important dans la gouvernance urbaine. L’auteur soutient cependant que, si elle a pesé en faveur d’une nouvelle configuration des régulations politique et économique plus favorables aux espaces infra-nationaux, la mondialisation n’a pas annihilé la portée du niveau national.

3L’auteur s’emploie à démontrer cette thèse empiriquement en se focalisant sur un objet de recherche précis : les nouvelles approches de la gouvernance des grandes régions métropolitaines de l’Europe de l’Ouest depuis les années 1970. Dans le chapitre 4, il décrit les projets fordiste-keynésiens de l’État. Longtemps prééminents, ces derniers se caractérisaient par la promotion de territoires nationaux homogènes et par une politique de redistribution menée sous la houlette de l’État-providence. Dans les chapitres 5 et 6, il décrit les restructurations politico-économiques qui font suite à cet ancien modèle. Au nom du développement économique et de la concurrence, ces nouvelles formes d’action ont concentré les investissements sur des régions urbaines clés et en ont délaissé d’autres, produisant ainsi de l’inégalité territoriale. Le livre de Neil Brenner n’entend pas rendre raison de toutes les formes de développement inégal, de leur caractère socialement régressif ou encore de l’instabilité politique qu’elles peuvent susciter. Neil Brenner porte intérêt avant tout aux implications d’une telle politique sur la réorganisation de l’État. Autrement dit, les processus (« réétalonnage », reterritorialisation) l’intéressent davantage que les conséquences sociospatiales des politiques qu’il analyse. On comprend dans ces conditions la référence privilégiée aux théories de l’État de Henri Lefebvre et Bob Jessop.

4En dépit de la grande cohérence du propos et de l’art de la synthèse (nombreux tableaux et schémas) dont fait preuve l’auteur, un déséquilibre saute aux yeux du lecteur. Le cadre théorique forgé dans la première moitié de New State Spaces apparaît plus convaincant que l’analyse des objets empiriques que Neil Brenner utilise pour démontrer sa thèse (chapitres 5 et 6). Trois observations critiques peuvent être développées à ce sujet.

5En premier lieu, Neil Brenner évoque trois formes de restructuration « qui illuminent clairement les liens entre les politiques urbaines de localisation et le réétalonnage de l’espace de l’État » (p. 215). L’auteur évoque ici la décentralisation de certaines responsabilités politiques, la réforme des relations intergouvernementales, la métropolisation des systèmes nationaux d’aménagement du territoire et enfin les conséquences en termes d’émiettements des grands projets d’infrastructures. Dans chacun des cas examinés, on est frappé par l’absence relative des entreprises du secteur privé et par l’ignorance également relative des restructurations de ces dernières. N’est-ce pas là un point aveugle qui, s’il était davantage éclairé, permettrait de mieux situer les reconfigurations sociospatiales de l’État dans le contexte global de l’urbanisation capitalistique ?

6Deuxièmement, l’analyse de chacune de ces formes n’est pas suffisamment développée. On le regrette d’autant plus que, pour étayer sa thèse, l’auteur compare plusieurs régions métropolitaines. Même si un certain niveau d’abstraction est nécessaire pour décrire des tendances générales, les chercheurs travaillant sur les relations intergouvernementales, l’aménagement du territoire ou les infrastructures urbaines pourront s’étonner de la concision d’une analyse alimentée par des études de cas anecdotiques. Dans le cas des infrastructures, par exemple, il est gênant que Neil Brenner s’appuie sur un seul ouvrage (Splintering Urbanism de Stephen Graham et Simon Marvin) pour apprécier la place des réseaux techniques et des mégaprojets urbains dans la production « sur mesure » de certains espaces urbains. Ce faisant, il néglige les différences entre pays européens en matière de politiques d’infrastructures.

7Enfin, l’auteur privilégie souvent un seul discours officiel, sans jamais prendre le recul critique qui sied. Le lecteur français pourra ainsi s’étonner du poids accordé à la DATAR et à ses différents programmes dans les transformations des politiques d’aménagement du territoire, sans commune mesure avec le caractère limité de la plupart de ses initiatives. On atteint ici les limites de l’approche « méso » adoptée par Neil Brenner, qui l’oblige à fonder ses observations empiriques sur une lecture exhaustive de la documentation secondaire et des travaux existants sur ce sujet. De ce point de vue, on lira avec profit, dans la préface, le récit de la genèse du livre et le passage d’une monographie comparée de Francfort et Amsterdam à une exploration plus théorique des relations entre la gouvernance urbaine et les politiques d’aménagement des États européens.

8Ces observations critiques ne font que dire les limites habituelles des travaux spécialisés qui prétendent à la montée en généralité. Neil Brenner est d’ailleurs bien conscient du fait que la perspective qui est la sienne n’est pas la seule manière d’éclairer les formes et les effets de la réorganisation politico-économique. Ajoutons pour conclure que, en dépit des remarques précédentes, New State Spaces est un livre stimulant, qui révèle avec brio un vrai travail de chercheur. Le cadre analytique (approche par le « réétalonnage » politique) offrira un appui solide à bien d’autres travaux dans le champ urbain et bien au-delà encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Rutherford, « Neil Brenner, New State Spaces: Urban Governance and the Rescaling of Statehood », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 255-257.

Référence électronique

Jonathan Rutherford, « Neil Brenner, New State Spaces: Urban Governance and the Rescaling of Statehood », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19161

Haut de page

Auteur

Jonathan Rutherford

Laboratoire techniques, territoires et sociétés (Latts), École nationale des ponts et chaussées, 6 et 8, avenue Blaise-Pascal, Cité Descartes, 77455 Marne-la-Vallée cedex 2, France
jonathan.rutherford[at]enpc.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals