Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Patrick Castel, Léonie Hénaut et Emmanuelle Marchal (dir.), Faire la concurrence. Retour sur un phénomène social et économique

Presses des Mines, Paris, 2016, 262 p.
Léo Touzet
Référence(s) :

Patrick Castel, Léonie Hénaut et Emmanuelle Marchal (dir.), Faire la concurrence. Retour sur un phénomène social et économique, Presses des Mines, Paris, 2016, 262 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Faire la concurrence, ouvrage codirigé par Patrick Castel, Léonie Hénaut et Emmanuelle Marchal et rassemblant treize contributions de dix-huit auteurs dont la plupart sont chercheurs au Centre de sociologie des organisations, propose de renouveler le regard socio-économique généralement porté sur les relations concurrentielles. Plutôt que de considérer, à l’image des économistes classiques, la concurrence comme une inexorable force naturelle de régulation de l’économie, ou, à l’instar des néoclassiques, comme un état idéal des marchés, ou bien encore, tels certains sociologues, comme une inéluctable contrainte, chacun des contributeurs s’efforce ici d’explorer et de révéler la façon dont les acteurs eux-mêmes organisent, coproduisent, travaillent et, en somme, font, défont et refont la concurrence. Ainsi, par rapport à de nombreux travaux de sociologie économique dédiés à ce sujet, un apport majeur de l’ouvrage est qu’il permet d’apprécier ce que fait le processus de mise en concurrence, ce qu’il fait (faire) aux acteurs et aux entités amenées à rivaliser.

2Privilégiant une conception pragmatiste de la concurrence, les auteurs appréhendent communément le phénomène comme un « problème social » dont le sens est « construit » par les acteurs. Ces derniers, cherchant le plus souvent à s’imposer dans les « luttes concurrentielles » qu’ils traversent, plus rarement à s’y soustraire, apparaissent inventifs et particulièrement réflexifs, comme en témoignent plus spécialement les cinq chapitres formant la seconde partie de l’ouvrage. Loin de demeurer isolés et passifs et de ne faire que subir la concurrence et ses effets, les acteurs se révèlent capables de s’organiser collectivement pour élaborer des « solutions alternatives » visant, précisément, à mettre en concurrence celles que d’autres tentent de leur imposer. Comme le montrent Mathieu Cloarec et Stéphanie Mignot-Gérard à partir du cas des chercheurs incités à répondre à l’appel à projets « Laboratoires d’excellence » (Labex), les acteurs, mus par différentes formes de rationalité, attachés à une pluralité de principes axiologiques et baignés d’une variété de cultures — notamment, dans le cas des scientifiques, des « cultures épistémiques » —, choisissent parfois de ne pas entrer en compétition et d’échapper au régime concurrentiel prétendument efficace dans lequel on voudrait les inscrire.

3En outre, les acteurs qui « font la concurrence » n’y parviennent qu’à grand renfort de dispositifs, d’instruments et d’outils, tels les appels d’offre, les appels à projets, les classements et les indicateurs (de qualité, de performance). Aussi les six chapitres de la première partie du livre se focalisent-ils, à juste titre, sur la dimension collective d’une part, et très « équipée » d’autre part, des relations concurrentielles qui animent les individus et les organisations. La matérialité des agencements marchands, qui fonde en grande partie leur emprise (Callon, 2017), se trouve particulièrement illustrée au travers des pages que Julien Brailly, Guillaume Favre et Emmanuel Lazega consacrent à l’organisation d’un salon d’échange de programmes de télévision : on voit clairement comment des badges, des catalogues de programmes, des stands, etc., sont savamment utilisés (manipulés ?) par les organisateurs dudit salon — véritable « place de marché » — pour produire la concurrence, pour agir sur elle et la faire agir, pour l’encourager, la stimuler, la cadrer et la maîtriser aussi.

4Une grande qualité de l’ouvrage tient à l’éventail des domaines d’activités parcourus au fil des chapitres. Son étendue est, en effet, particulièrement vaste, allant du secteur hospitalier (Hugo Bertillot) à celui de l’Enseignement supérieur et de la recherche (Jérôme Aust, Julien Barrier et Audrey Vézian ; Mathieu Cloarec et Stéphanie Mignot-Gérard), en passant par les agences d’accréditation des business schools (Benoît Cret), par un salon où se rencontrent acheteurs et vendeurs de programmes télévisés (Julien Brailly, Guillaume Favre et Emmanuel Lazega), par le monde associatif (Magali Robelet ; Malka Older), par celui de la restauration des œuvres d’art (Léonie Hénaut) ainsi que par les entreprises multinationales (Fabien Foureault) et encore par les magasins de produits biologiques (Guilhem Anzalone).

5L’abondance et l’hétérogénéité des terrains traversés permettent d’apprécier la complexité du phénomène concurrentiel, dont on constate qu’il s’infiltre bien au-delà des seules enceintes strictement marchandes, qu’il s’instille à l’intérieur même des organisations, y compris humanitaires, non-lucratives, publiques, etc. La perspective retenue par les auteurs qui, précisément, relève davantage de la sociologie des organisations que de celle des marchés, permet de stabiliser — au moins partiellement et temporairement — une certaine acception de la concurrence. Celle-ci ne procède pas naturellement d’un conflit préexistant entre des entités qui se ressembleraient plus ou moins ; elle est créée, fabriquée, modelée et modalisée, rendue possible par un travail collectif et outillé de (re)qualification, de mise en équivalence, de comparaison et, finalement, de sélection des entités en question, au regard de certaines caractéristiques elles-mêmes construites et jugées essentielles.

6En spécifiant l’activité sociale visant à aménager les conditions d’existence et d’expression de relations concurrentielles, le livre fournit de précieux éclairages sur l’ambivalence et les tensions caractéristiques du « travail de la concurrence ». Notamment, un tel travail, qui semble toujours comprendre une part importante de négociation, suppose de rendre des entités à la fois singulières et comparables, d’établir entre elles un rapport d’antagonisme, c’est-à-dire de créer entre elles des différences à partir d’un référentiel commun. Ainsi, les contributions de Benoît Cret sur les agences d’accréditation des écoles de commerce et d’Hugo Bertillot sur les hôpitaux permettent d’observer le « travail parallèle » consistant, pour ces deux types d’institutions, à mêler nécessité de ressemblance (via l’établissement de standards partagés par exemple) et impératif de différenciation.

7En définitive, la thèse qui se dégage de cet ouvrage stimulant pourrait être résumée comme suit : moins subie qu’agie par les acteurs, la concurrence est, de bout en bout, un processus socialement et techniquement façonné au fil des interactions, des relations et des liens établis mais aussi régulièrement détruits par celles et ceux qu’elle engage et qui recourent à des dispositifs souvent équivoques, ce qui la rend profondément dynamique, évolutive et instable. Aussi pourrait-on regretter de ne pas en apprendre davantage sur les mécanismes et les modalités qui président à la formation et au développement des capacités et des facultés individuelles et collectives à « réfléchir à la nature et aux effets de la concurrence » et donc, in fine, à négocier les conditions mêmes de la compétition. Le travail de négociation des règles du jeu concurrentiel apparaît, certes, largement collectif et distribué entre différents acteurs, mais ces derniers, pour des raisons dignes d’attention et qui tiennent pour partie à la cognition, ne disposent pas des mêmes atouts ou, pour l’écrire autrement, ne jouent pas à armes égales. Cette remarque n’enlève rien à la valeur de cet ouvrage enrichissant qui éclaire, de manière exemplaire et à partir de terrains divers, la dynamique des « jeux concurrentiels ».

Haut de page

Bibliographie

Callon, M., 2017, L’emprise des marchés. Comprendre leur fonctionnement pour pouvoir les changer, La Découverte, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Touzet, « Patrick Castel, Léonie Hénaut et Emmanuelle Marchal (dir.), Faire la concurrence. Retour sur un phénomène social et économique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 2 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1917

Haut de page

Auteur

Léo Touzet

Centre d’étude et de recherche travail, organisations et pouvoirs (CERTOP, UMR CNRS 5044), Université de Toulouse–Jean Jaurès, 5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse Cedex 9, France
leo.touzet[at]univ-tlse2.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals