Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Franck Aggeri, Éric Pezet, Christophe Abrassart, Aurélien Acquier, Organiser le développement durable

ADEME, Angers, 2005 (278 p.)
Lionel Cauchard
p. 257-258
Référence(s) :

Franck Aggeri, Éric Pezet, Christophe Abrassart, Aurélien Acquier, Organiser le développement durable, ADEME, Angers, 2005, 278 p.

Texte intégral

1Derrière l’inflation des discours sur le développement durable et la responsabilité sociale de l’entreprise, les auteurs de l’ouvrage s’interrogent sur les pratiques réelles des grandes entreprises. Grâce à une approche généalogique, ils questionnent les pratiques, les discours et les théories qui ont participé à l’intégration du développement durable au sein des entreprises, sans oublier de prendre en compte dans l’analyse, à l’instar des travaux de Michel Foucault, leur formalisation via la fabrication de dispositifs de gestion.

2La première partie de l’ouvrage s’interroge sur le processus d’institutionnalisation et la relative homogénéité croissante des pratiques du développement durable dans les entreprises. Pour les auteurs, il faut aller au-delà de la seule hypothèse des « pressions externes » alimentée par la convergence des contextes institutionnels (internationalisation croissante des firmes, juridiciarisation de la société, etc.), les nouvelles incitations réglementaires (loi NRE (sur les nouvelles régulations économiques) en France, etc.) et financières (fonds éthiques et agences de notation extra-financière), les pressions des stakeholders (ONG, riverains, etc.) et le rôle grandissant de la normalisation et du droit. Les auteurs se livrent ainsi à une analyse rigoureuse et approfondie de la « généalogie des concepts théoriques » dans le champ de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) aux États-Unis, via notamment le décryptage des travaux de recherche qui se sont constitués autour du thème Business and Society. Lors des années 1990, le rôle déterminant des consultants dans la traduction de ces concepts en pratique de management est clairement mis en évidence par les auteurs à travers la métaphore de la « main invisible » des cabinets de consulting. Les auteurs explicitent le travail effectué par ces prescripteurs dans la phase de la normalisation des savoirs et des expertises sur le reporting extrafinancier. À ce propos, l’ouvrage souligne que si la RSE était à l’origine davantage fondée sur des réflexions éthiques et morales que sur les principes du développement durable, ce sont les consultants qui ont fait le lien entre ces deux courants de pensée.

3La deuxième partie nous plonge au cœur des pratiques à travers des études de cas centrées sur quatre entreprises pionnières en matière de développement durable : Accor, Arcelor, Lafarge et Monoprix. Les auteurs avancent comme hypothèse que l’incorporation du développement durable dans le mode de gestion des entreprises dépasse la seule logique du risk management (avec l’hypothèse des « pressions externes ») pour devenir un enjeu important de la stratégie et de l’innovation des entreprises. Ainsi les auteurs analysent comment les diverses formes que revêt le développement durable au sein des entreprises s’institutionnalisent en fonction de leur histoire et de leurs enjeux, que ce soit avec la formalisation d’un reporting extra-financier (pour Accor), avec la mise en place de comité de stakeholders et d’une plus grande concertation sociale (Lafarge, Arcelor, Monoprix), avec le développement de nouveaux produits « durables » (Monoprix) ou encore sur le plan de campagnes de sensibilisation sur le développement durable (Lafarge, Accor, Monoprix).

4Enfin, la troisième partie reprend les principaux points abordés tout au long de l’ouvrage en développant des pistes de réflexion sur la gestion du développement durable avant de mettre en garde sur les dangers d’une normalisation hâtive de la démarche au sein des entreprises.

5À notre sens les qualités de cet ouvrage méritent d’être mise en exergue sur quatre points majeurs. Premièrement, on peut saluer le travail remarquable de synthèse effectué par les auteurs, avec une présentation claire des enjeux, de la genèse et de l’institutionnalisation du développement durable dans les entreprises.

6Deuxièmement, le terrain constitue indéniablement un des intérêts majeurs de l’ouvrage. Les auteurs ont mené leurs investigations à partir d’entretiens semi-directifs avec des opérationnels et des stakeholders (« parties prenantes »), de documents internes, de rapports publics et de documentation sur Internet. Ce parti pris de l’étude de cas approfondie permet d’éviter quelques écueils préjudiciables. D’une part, la limitation aux discours officiels publiés par les entreprises engendre un risque de perméabilité vis-à-vis de la communication et ne permet pas de rendre compte des pratiques. D’autre part, le recours à une posture critique a priori n’aurait pas permis de retracer fidèlement les processus de co-construction entre l’entreprise et son environnement. Enfin, le choix de ne retenir que des groupes pionniers dans le domaine a certainement favorisé l’observation de ces pratiques innovantes.

7Troisièmement, le corpus théorique mobilisé met à la disposition des chercheurs en sciences sociales tout un arsenal de concepts et d’outils pour penser l’institutionnalisation du développement durable dans l’entreprise. Les auteurs ont ainsi appuyé leur modèle théorique sur les dispositifs de gouvernement de Michel Foucault, sur la distinction entre « figures imposées » et « figures libres » de l’action collective sur les formes de la prescription d’Armand Hatchuel, sur les procédés de transcodage de Pierre Lascoumes ou encore sur les partenariats d’exploration de Blanche Segrestin.

8Enfin, l’approche développée par les auteurs permet de rendre pleinement compte des nouvelles formes d’action collective qui se dessinent et des processus de co-construction qui sont expérimentés entre les entreprises et leur environnement au niveau des partenariats, mais aussi des savoirs et des expertises. En se plaçant au-delà de la seule « dimension relationnelle », l’ouvrage nous permet d’aborder une autre dimension essentielle de l’« action collective » : « les dynamiques de savoir et d’innovation ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Cauchard, « Franck Aggeri, Éric Pezet, Christophe Abrassart, Aurélien Acquier, Organiser le développement durable », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 257-258.

Référence électronique

Lionel Cauchard, « Franck Aggeri, Éric Pezet, Christophe Abrassart, Aurélien Acquier, Organiser le développement durable », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19174

Haut de page

Auteur

Lionel Cauchard

Université Paris-Est, laboratoire techniques, territoires et sociétés (Latts–CNRS), cité Descartes, rue Galilée, 77454 Marne-la-Vallée cedex 2, France
lionel.cauchard[at]univ-mlv.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals