Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gwenaële Rot, Sociologie de l’atelier : Renault, le travail ouvrier et le sociologue

Éditions Octarès, Toulouse, 2006 (247 p.)
Michel Anteby
p. 258-260
Référence(s) :

Gwenaële Rot, Sociologie de l’atelier : Renault, le travail ouvrier et le sociologue, Éditions Octarès, Toulouse, 2006 (247 p.)

Texte intégral

1En s’attaquant à l’ancienne Régie Renault comme lieu d’étude, Gwenaële Rot marche sur les traces d’observateurs illustres et doit se confronter au mythe Renault, en plus de son propre terrain dans les ateliers du constructeur. L’auteur réussit ce pari en s’appuyant ingénieusement sur ces mythes pour expliquer ses propres données. Le plaisir que l’on prend à lire cet ouvrage provient autant de l’imaginaire qu’il évoque que de la contribution de l’auteur à la question de l’autonomie et du contrôle dans les organisations.

2L’ouvrage s’appuie principalement sur un long travail d’enquête conduit entre 1995 et 1999, exposé dans le second chapitre, sur le développement des groupes autonomes de production chez Renault. Près de 270 entretiens, trois mois d’observation dans un atelier de montage (dont un mois d’observation participante) et un mois et demi d’observation non participante en binôme avec des conducteurs de ligne dans des ateliers d’emboutissage et de tôlerie informent l’analyse. Gwenaële Rot maîtrise son terrain et les détails ne lui échappent pas : par exemple, les astuces pour tenir la cadence (« mouiller l’écrou en le suçant... » p. 74) ou les efforts de certains intérimaires pour se faire bien voir (prendre des postes « sans formation » pour décharger le moniteur de son travail, p. 165).

3C’est au travers de l’analyse du développement de ces groupes autonomes que Gwenaële Rot traite la question de l’autonomie et du contrôle. Pour l’aborder, elle offre d’abord une synthèse des recherches en sociologie ayant cette entreprise pour unité de lieu. Le premier chapitre couvre ainsi l’histoire des recherches sociologiques conduites chez Renault. Au-delà de son exhaustivité, son intérêt réside dans les entretiens rétrospectifs, conduits par l’auteur entre 2001 et 2005 avec les pilotes de ces recherches (notamment Michel Freyssenet, Christophe Midler et Alain Touraine). Leurs témoignages apportent un éclairage original à ces études : Alain Touraine rappelle, par exemple, la nouveauté, pour l’époque, des consignes données par Georges Friedmann de s’intéresser à la production. « Les gens », résume Alain Touraine, « je ne les ai pas étudiés » (p. 16). Mais Gwenaële Rot met aussi en relief les tensions empiriques et idéologiques entre les tenants de ces deux dimensions et présente ensuite dans ce cadre les résultats de ses travaux. L’enjeu, selon l’auteur, réside non plus dans la confrontation, mais dans la caractérisation des « formes d’appariement » de l’autonomie et du contrôle (p. 8). En résumé : comment ces deux dimensions peuvent coexister, plutôt que s’opposer.

4Les chapitres suivants (chap. 3, 4, 5 et 6) concentrent le noyau empirique de l’ouvrage. Gwenaële Rot nous plonge dans l’expérience des groupes autonomes ou, en langage Renault, unités élémentaires de travail (UET), telles qu’elles sont vécues par la maîtrise et les opérateurs. L’émergence du nouveau concept des UET chez ce constructeur et la place des modèles suédois et japonais dans leur développement est l’objet du troisième chapitre. Les flux tendus de productions (chap. 6), leurs dérapages techniques et sociaux (chap. 5) et leur justification par une nouvelle démarche managériale (chap. 4) sont ensuite exposés en détail. Les pratiques décrites illustrent l’appariement délicat qui se joue dans les UET. Ainsi, la mise en place de groupes de progrès (autonomie) est contrebalancée par l’intensification des audits (contrôle). Les tenants de l’autonomie regretteront probablement que l’auteur privilégie surtout le rôle des UET dans le succès de Renault, au détriment d’autres facteurs, par exemple la gamme de produits. Les tenants du contrôle noteront que la confrontation est sans doute plus saillante chez les fournisseurs que chez le constructeur. Si l’atelier « est un lieu où sont externalisés certains effets négatifs des arbitrages amont » (p. 157), l’atelier des fournisseurs l’est probablement encore plus.

5L’unité de lieu contribue à la fois à la richesse et aux limites de l’ouvrage. La question que Gwenaële Rot explore est universelle. Pourquoi donc s’en tenir à Renault ou à l’industrie automobile ? L’ouvrage illustre une problématique observée aussi ailleurs. Les membres de groupes autonomes dans une usine de circuits électriques (Barker, 1993), les professionnels dans une entreprise de services informatiques (Perlow, 1998) ou les « gérants » de lieux de vente de drogues illégales (Bourgeois, 2003) sont également confrontés à cette expérience d’appariement. En quoi leurs expériences se ressemblent-elles ou diffèrent-elles ?

6La richesse de l’ouvrage tient dans la documentation empirique de cette question et la juxtaposition de positions théoriques. La description que Gwenaële Rot offre de l’utilisation ou non du « bipeur » par les opérateurs des UET (et l’auteur sur la ligne de montage) illustre, à mon sens, cette richesse. La possibilité de ne pas biper son supérieur ou le moniteur traduit les marges de manœuvre de l’opérateur. Mais la nécessité implicite de biper en cas de problème majeur en souligne aussi ses limites. Les incertitudes à biper que décrit avec finesse et à multiples reprises (pp. 74, 121 et 169) l’auteur évoquent la tension entre l’individu et l’organisation : une thématique sociologique par excellence. L’intérêt de l’ouvrage tient dans le balancement délicat entre autonomie et contrôle et Sociologie de l’atelier présente un matériel riche pour un lectorat de sociologie générale, de gestion et d’historiens d’entreprise. Si le lecteur sort un peu hésitant sur les coûts et les bénéfices (à la fois individuels et organisationnels) des groupes autonomes, la force de l’ouvrage est précisément de maintenir cette ambiguïté et de la justifier.

Haut de page

Bibliographie

Barker, J.R., 1993. Tightening the Iron Cage - Concertive Control in Self-Managing Teams. Administrative Science Quarterly 38 (3), 408–437.

Bourgeois, P., 2003. In Search of Respect: Selling Crack in El Barrio. Cambridge University Press, Cambridge, U.K.

Perlow, L.A., 1998. Boundary Control: The Social Ordering of Work and Family Time in a High-Tech Corporation. Administrative Science Quarterly 43 (2), 328–357.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Anteby, « Gwenaële Rot, Sociologie de l’atelier : Renault, le travail ouvrier et le sociologue », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 258-260.

Référence électronique

Michel Anteby, « Gwenaële Rot, Sociologie de l’atelier : Renault, le travail ouvrier et le sociologue », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19195

Haut de page

Auteur

Michel Anteby

Harvard Business School, Morgan Hall, 321, Boston, MA 02163, États-Unis
manteby[at]hbs.edu

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals