Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Régine Bercot, Frédéric de Coninck, Les réseaux de santé, une nouvelle médecine ?

L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006, Paris (148 p.)
Catherine Déchamp-Le Roux
p. 260-261
Référence(s) :

Régine Bercot, Frédéric de Coninck, Les réseaux de santé, une nouvelle médecine ?, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006, Paris, 148 p.

Texte intégral

1Cette recherche est exemplaire de l’intérêt nouveau porté par les sociologues français au domaine de la santé. C’est une contribution à une sociologie des réseaux dont les problématiques sont renouvelées par le contexte spécifique de la maladie et de la santé. Régine Bercot et Frédéric de Coninck ont fait le choix d’étudier la production d’un service au niveau local ou « comment des acteurs appartenant ou non à des institutions construisent des démarches communes et des pratiques coordonnées ». L’étude est centrée sur les activités de coopération dans un domaine connu pour ces cloisonnements professionnels et institutionnels. Il s’agit d’observer « le travail d’articulation » mis en place par l’ensemble des acteurs et ses conséquences sur un éventuel transfert de connaissances et de compétences. Enfin, ils se demandent si la place du malade a évolué dans le cadre du réseau de santé.

2Les arguments positifs (réduction des coûts, optimisation des équipements, prise en compte de la dimension sociale de la santé et du patient comme acteur de sa santé) et négatifs (les logiques professionnelles et institutionnelles contradictoires et/ou contraires aux logiques des réseaux) sont analysés pour contextualiser la création des réseaux de santé. La comparaison de deux études de cas, un réseau ville–hôpital chargé de la prise en charge de l’insuffisance cardiaque et un réseau ville–santé–social, permet de mettre en évidence des orientations communes telles que des coopérations nouvelles en associant des non professionnels. Quels que soient les contextes, des acteurs sont amenés à créer du lien et à établir une coordination du fait de l’organisation en réseau. Malgré des similitudes, les pratiques sont distinctes. Ainsi dans le réseau ville–hôpital, l’archivage des informations et les moyens de communication sont au cœur du fonctionnement. L’infirmier dédié au réseau est l’homme-orchestre et tisse des liens entre les différents protagonistes. Dans le réseau ville–santé–social, il n’y a pas de formalisation des relations entre professionnels et non professionnels hormis la place centrale occupée par le malade. Il faut agir « avec » et non « sur » en référence aux expériences, maintenant anciennes, de santé communautaire (Québec, Brésil) qui ont inspiré ce réseau. L’analyse des pratiques de mise en œuvre des réseaux fait apparaître des clivages professionnels qui peuvent être renforcés par les institutions en raison des objectifs politiques et financiers divergents. Cependant, la participation à un réseau de santé permet l’innovation ; ainsi la dimension sociale du malade est intégrée à l’intervention médicale et en cela répond partiellement à l’attente des malades. R. Bercot et F. de Coninck relèvent que la confrontation directe à la réalité sociale des malades « produit des déplacements dans la pratique médicale ».

3Cette observation nous permet de comprendre où se situe le potentiel d’innovation des réseaux de santé. L’approche globale du patient est génératrice de nouvelles pratiques médicales ; ce sont des coopérations entre professionnels qui doivent travailler ensemble « avec » le patient. On peut cependant se demander si ces nouvelles pratiques ne risquent pas d’être marginalisées compte tenu de l’évolution globale du système de santé et donc de ne représenter qu’une innovation à la marge.

4Il aurait été intéressant que les auteurs se penchent sur les expériences de santé communautaire qui ont maintenant un demi-siècle d’existence et sur les politiques de santé publique mises en œuvre pour répondre au nouveau défi de la prise en charge des maladies chroniques dans nos sociétés occidentales. On peut aussi regretter que les travaux sociologiques récents sur la santé en réseau ne soient pas intégrés à la réflexion globale de cette recherche. Une mise en perspective de ces monographies avec ces travaux, entre autres, sur les réseaux de santé en gérontologie, en pédiatrie et sur le dépistage du cancer (Cabé, 2005) auraient permis de voir que les réseaux répondent plus à une innovation organisationnelle centrée sur le malade qu’à une innovation générée par une nouvelle médecine.

Haut de page

Bibliographie

Cabé, M.H. (Ed.), 2005. La santé en réseaux, quelles innovations ? Sociologies pratiques, 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Déchamp-Le Roux, « Régine Bercot, Frédéric de Coninck, Les réseaux de santé, une nouvelle médecine ? », Sociologie du travail, Vol. 50 - n° 2 | 2008, 260-261.

Référence électronique

Catherine Déchamp-Le Roux, « Régine Bercot, Frédéric de Coninck, Les réseaux de santé, une nouvelle médecine ? », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 50 - n° 2 | Avril-Juin 2008, mis en ligne le 11 juin 2008, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/19199

Haut de page

Auteur

Catherine Déchamp-Le Roux

Professeur de Sociologie. Université de Bretagne occidentale, faculté des lettres et sciences sociales, atelier de recherche sociologique, 20, rue Duquesne, CS93837, 29238 Brest cedex 3, France
cdl[at]univ-brest.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals